Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon George Besson. Correspondance inédite

George Besson. Critique d’art et collectionneur (1882-1971)

Chantal Duverget

Résumé

Fils d’un fabricant de pipes de Saint-Claude (Jura), Georges-François-Noël Besson vint à Paris en 1905. Photographe de talent, il rencontra Edward Steichen. En 1908, il commanda à Van Dongen le portrait d’Adèle, sa femme. Pour décorer son appartement, il fit réaliser par Bonnard La Place Clichy, en 1912 et Le Café du Petit Poucet, en 1928. Il se lia avec Francis Jourdain, Albert Marquet, Marcel Sembat, Marcel Cachin et Paul Signac dont il devint l’exécuteur testamentaire en 1935. Avec Jourdain, il fonda la revue Les Cahiers daujourdhui, qui parut de 1912 à 1914, puis de 1920 à 1924. Matisse fit, en 1917 et 1918, deux versions de son portrait. Le 21 janvier 1918, Renoir réalisa celui d’Adèle. Directeur artistique des Éditions Crès de 1925 à 1932, il exerça les mêmes fonctions pour les Éditions Braun et Cie de 1932 à 1957. Membre du Parti socialiste SFIO depuis 1912, il adhéra au Parti communiste lors du Front populaire. Durant l’entre-deux-guerres, sous le pseudonyme George Besson, il écrivit dans Commune, ainsi que dans Ce Soir et LHumanité auxquels il collabora aussi après 1945. De 1949 à 1969, il fut surtout le chroniqueur artistique de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises, dirigé par Aragon. Le 27 juin 1963, George et Adèle Besson firent donation de leur collection qui se trouve maintenant au Musée de Besançon (Doubs) et au Musée de Bagnols-sur-Cèze (Gard). George Besson décéda à Paris le 20 juin 1971. La collection Besson reflète la vision du monde d’un critique engagé dont la devise fut : « Pour l’art, pour le peuple ».

Texte intégral

1Né à Saint-Claude le 25 décembre 1882, Georges-François-Noël Besson est le fils d’un fabricant de pipes de la cité jurassienne. Ayant quitté le collège à quatorze ans en raison d’une santé fragile, il découvrit l’art par l’intermédiaire d’une bibliothèque populaire. En 1905, George Besson monta à Paris pour commercialiser les pipes de l’entreprise familiale. L’année suivante, il devint aussi le représentant de la coopérative ouvrière « La Pipe ».

2Il fut un photographe de talent. Avec le Photo-Club de Paris, il participa en 1906, à une exposition à la Little Gallery de la Photo-Secession de New York. Cette année-là, il épousa Adèle Chamot, une amie d’enfance. En 1907, Edward Steichen lui confia un reportage sur la photographie pictorialiste pour la revue Camera Work et réalisa en 1909 le portrait du couple. Sur cette photo (voir page 237), George Besson apparaît comme un dandy. Il affectionnait tant le style anglais qu’il modifia l’orthographe de son prénom en supprimant le « s » final, signant ainsi ses articles.

3George Besson se lia avec Francis Jourdain dont le père était Président du Salon d’Automne. Grâce à lui, il connut Élie Faure, Octave Mirbeau, Albert Marquet, Félix Vallotton et Kees Van Dongen. En 1908, il commanda à Van Dongen le portrait d’Adèle. Reçu chez le député socialiste Marcel Sembat, de 1907 à 1914, il y rencontra Félix Fénéon. En 1909, il commanda à Pierre Bonnard son portrait. Pour décorer son appartement, il fit réaliser par l’artiste La Place Clichy, en 1912, puis Le Café du Petit Poucet, en 1928. Ensuite, il renonça à acheter d’autres œuvres de Bonnard dont les prix lui étaient devenus inaccessibles. Ses revenus cumulés de vendeur de pipes et d’éditeur ne suffisaient plus.

4Dès 1910, Paul Signac avait suscité son enthousiasme pour le néo-impressionnisme. Lors de la vente de la collection Henri Aubry du 7 avril 1924, George Besson acheta une œuvre de Signac La Voile jaune (Venise) pour la somme de 5 500 F. L’atelier du peintre était le lieu de réunions dominicales avec Marcel Sembat et Marcel Cachin. Cette amitié valut à George Besson d’être désigné comme exécuteur testamentaire de Signac en 1935.

5George Besson fonda Les Cahiers daujourdhui, publication bimestrielle qui parut de 1912 à 1914, puis de 1920 à 1926. Outre des biographies et des souvenirs, la revue proposait des écrits engagés sur l’art et la politique, illustrés par des dessins d’artistes. N’ayant pas été mobilisé en 1914-1918, George Besson séjourna à plusieurs reprises à Marseille avec Albert Marquet. Ce dernier lui présenta alors Henri Matisse qui fit, en 1917, son portrait à lunettes et, en 1918, un autre plus géométrique.

6Le 21 janvier 1918, Renoir, brossa en trois heures le portrait d’Adèle. George Besson avait connu Renoir par son biographe, le peintre Albert André qui fut aussi conservateur du musée de Bagnols-sur-Cèze (Gard) de 1918 à 1954. Lorsqu’il exerça les fonctions de directeur artistique des Éditions Crès et Cie de 1925 à 1932, George Besson publia la première étude illustrée sur Renoir due à Albert André (1928). Il devint directeur de collections aux Éditions Braun et Cie de 1932 à 1957. Il réalisa une première collection « Galerie d’Estampes », recueils de trente planches numérotées, en héliogravure et d’un grand format, reproduisant des dessins signés Degas, Rodin, Maillol, Dufy ou Matisse. Dans le cadre de la réalisation d’un portefeuille, des dessins furent donnés à George Besson par les artistes comme gratification pour le travail effectué.

7En 1934, il lança « Les Maîtres », première collection de vulgarisation de l’histoire de l’art au format de poche (12 × 16 cm). Cette collection agréée par l’enseignement secondaire comporta quatre-vingt-quatorze titres et sera rééditée dans les années 50. Chacun des volumes qui la composait, était consacré à un artiste ancien ou moderne ; il comprenait un texte dû à un écrivain d’art – texte accompagné de sa traduction en allemand et en anglais –, une planche en couleurs et soixante reproductions en héliogravure pour la modique somme de dix francs. George Besson rédigea lui-même les textes sur Bonnard, Jongkind, Gromaire, Marquet, Matisse, Signac, Renoir et Sisley.

  • 1 La conférence « Connaissez-vous Picasso ? » fut prononcée par George Besson le 14 octobre 1962 à l’ (...)

8Dès 1912, George Besson avait adhéré au Parti socialiste SFIO. Il en démissionna lors du Front Populaire. Affilié à l’AÉAR en 1934, il adhéra ensuite au Parti communiste dont il resta un membre actif jusqu’à sa mort. Cet engagement lui valut d’être sollicité pour collaborer à des publications liées au parti. Ainsi, durant l’entre-deux-guerres, il écrivit dans Monde, Regards, La Vie Ouvrière, Commune, Ce Soir et LHumanité (à partir de 1935). George Besson affichait son conservatisme à travers ses choix esthétiques. Mais la critique communiste était au diapason et répandait l’idéologie de la « tradition française » au même titre que la presse « bourgeoise ». Après 1945, George Besson apporta à nouveau son concours à Ce Soir et LHumanité. Son intérêt pour Picasso fut alors plus politique qu’artistique. Il semble que ce soit à l’occasion d’une visite dans l’atelier des Grands-Augustins que Besson acquit le petit tableau Nature morte au radis qui figure au Musée des Beaux-Arts de Besançon. Plus tard, il accepta de faire une conférence sur Picasso1 mais le texte de celle-ci, reprenant des extraits d’articles, n’excédait pas deux pages et demie.

Albert Marquet, Portrait de G. Besson [sbd au crayon « marquet »], 1917, roseau, encre de Chine, 27 × 20,2 cm, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (Collection Besson).

  • 2 « Pour la couleur, Paul Signac et Zavaro », in Les Lettres françaises, 24 juin 1965.
  • 3 « Lettre à une provinciale », in Les Lettres françaises, 1er décembre 1960.
  • 4 « Lettre à Rebeyrolle », in Les Lettres françaises, 14 mai 1959.
  • 5 « Une revue annuelle, Art de France », in Les Lettres françaises, 16 janvier 1964.

9De 1949 à 1969, George Besson fut surtout le chroniqueur artistique de l’hebdomadaire Les Lettres Françaises, dirigé par Aragon, où sa « Lettre à une provinciale » assura sa réputation. Il produisit au total plus de deux mille articles dans un langage simple et imagé, émaillant son propos d’anecdotes inédites sur les artistes dont il avait su gagner l’amitié. S’il a défendu mollement le réalisme socialiste de l’époque stalinienne, il a toujours soutenu vigoureusement les conceptions esthétiques du Parti communiste. Il n’a cessé de promouvoir la peinture figurative de tradition française et de combattre l’abstraction. Pour Besson, la survie de la peinture figurative passait par l’attaque délibérée de l’avant-garde abstraite. Tantôt il s’en prenait au « néant de Klein », au « vomi de Fautrier2 », à ses « ectoplasmes3 », aux « dégoulinades des Mathieu et sous-Mathieu, des Riopelle et des super-Riopelle4 », réservant ses flèches les plus acérées pour Soulages, « lactionnaire du Pool Charbon-Acier5 ». Son combat contre l’art abstrait, présenté comme un pur produit du capitalisme avec son discours cérébral et son éloignement par rapport à l’être humain, allait de pair avec un engagement plus fort en faveur du réalisme.

10Dans les années 50-60, George Besson encouragea des peintres de la Réalité poétique, artistes issus de l’École Nationale des Arts Décoratifs, comme François Desnoyer, Guy Bardone, René Genis, Jacques Petit et André Minaux, ou des Beaux-Arts comme Paul Collomb ; il s’intéressa aussi à des artistes liés au Parti communiste, comme Taslitzky, Lorjou et Rebeyrolle. Tandis qu’au début du XXe siècle, il passait commande à des artistes confirmés voire à l’apogée de leur carrière, à cette époque, George Besson acheta des œuvres à des artistes débutants auxquels il accorda sa confiance. Tous les peintres ayant obtenu le prix Fénéon grâce au soutien de George Besson lui ont offert soit le tableau primé soit une autre oeuvre. Le profil de la collection Besson s’en trouva sensiblement modifié. Ainsi Paul Rebeyrolle, Prix Fénéon 1951, a vraisemblablement proposé La Truite à George Besson sachant que celui-ci s’adonnait aux plaisirs de la pêche.

11George Besson confia l’inventaire de sa collection à Jacqueline Bretegnier, née à Belfort en 1904, fille adoptive d’Albert André et qui lui avait succédé en 1954 comme conservateur du musée de Bagnols-sur-Cèze. Par une décision testamentaire en date du 27 juin 1963, George et Adèle Besson firent donation de leur collection d’œuvres d’art à la Direction des Musées de France. L’acte enregistré par Me Burthe-Mique, notaire du Louvre, prévoyait le dépôt pour les deux tiers des œuvres au Musée de Besançon (Doubs) et pour le dernier tiers au Musée de Bagnols-sur-Cèze (Gard). La collection fut exposée partiellement au Musée du Louvre, Pavillon Mollien, du 11 décembre 1964 au 28 février 1965. Le vernissage officiel de cette exposition inaugurée par André Malraux, Ministre des Affaires culturelles, fut endeuillé par le décès subit de la donatrice.

George Besson dans son appartement du quai de Grenelle avant la donation, 1963 (Photo Musées nationaux. Archives Besson).

12Le musée de Besançon fut spécialement aménagé par l’architecte Louis Miquel, disciple de Le Corbusier, pour la présentation de la collection Besson. L’inauguration de la donation Besson eut lieu le 4 décembre 1970 au Musée des Beaux-Arts de Besançon en présence de George Besson et de Jacqueline Bret-André qui devint Madame Besson le 30 avril 1971. George Besson décéda à Paris le 20 juin 1971. L’inauguration de la donation du Musée de Bagnols-sur-Cèze se déroula le 10 décembre 1971. Jacqueline Besson resta conservateur du musée jusqu’en 1979. Entre 1972 et 1982, celle-ci fit une donation d’aquarelles et de dessins au Musée d’Art et d’Histoire de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). En 2004, elle donna à la Ville de Besançon la correspondance de George Besson avant de disparaître en 2006 dans sa cent deuxième année.

  • 6 L’association populaire de « l’Art pour tous » fut fondée en 1901 par l’écrivain Louis Lumet et par (...)

13La collection Besson reflète la vision du monde d’un critique engagé qui avait choisi la devise suivante : « Pour l’art, pour le peuple ». George Besson qui avait découvert l’art en 1906 grâce à une association d’éducation populaire « L’Art pour tous6 », voulait faire un geste à la fois patriotique et politique.

14Dans ses Souvenirs, George Besson précise le sens de son geste :

  • 7 Souvenirs dictés à Jacqueline le 19 novembre 1970, p. 6.

[…] Un Français moyen a réuni sa vie durant, pour son plaisir, des œuvres dont il na cessé de jouir. A la veille de disparaître, pourquoi ne pas remplir son rôle de Français en cédant à la collectivité ce quil considéra toujours comme un bien commun ? Mettre en accord ses actes avec ses principes, nest-ce pas une règle de vie élémentaire pour un communiste ?7

Portrait de George et Adèle Besson, 1909 (Photo Edward Steichen, Archives Besson).

Notes

1 La conférence « Connaissez-vous Picasso ? » fut prononcée par George Besson le 14 octobre 1962 à l’Hôtel Moderne, place de la République à Paris.

2 « Pour la couleur, Paul Signac et Zavaro », in Les Lettres françaises, 24 juin 1965.

3 « Lettre à une provinciale », in Les Lettres françaises, 1er décembre 1960.

4 « Lettre à Rebeyrolle », in Les Lettres françaises, 14 mai 1959.

5 « Une revue annuelle, Art de France », in Les Lettres françaises, 16 janvier 1964.

6 L’association populaire de « l’Art pour tous » fut fondée en 1901 par l’écrivain Louis Lumet et par l’ouvrier Massieux, rejoints par Frantz et Francis Jourdain, Roger Marx, Gustave Kahn, Octave Mirbeau et Alexandre Charpentier. Ce groupe de « propagande esthétique », émanation de la jeunesse socialiste du XIIIe arrondissement et étroitement lié aux Universités populaires, s’était fixé pour objectif d’éduquer les ouvriers à Part en organisant le dimanche matin des visites de musées, d’ateliers d’artistes et d’usines fabriquant des produits artistiques.

7 Souvenirs dictés à Jacqueline le 19 novembre 1970, p. 6.

Table des illustrations

Légende Albert Marquet, Portrait de G. Besson [sbd au crayon « marquet »], 1917, roseau, encre de Chine, 27 × 20,2 cm, Besançon, Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie (Collection Besson).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7713/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende George Besson dans son appartement du quai de Grenelle avant la donation, 1963 (Photo Musées nationaux. Archives Besson).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7713/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Portrait de George et Adèle Besson, 1909 (Photo Edward Steichen, Archives Besson).
URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/7713/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search