Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Aragon George Besson. Correspondance inédite

Correspondance. Aragon / George Besson

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Cette correspondance se compose de neuf lettres d’Aragon et de sept lettres de George Besson, couvrant, de façon discontinue, une longue période allant de la fin de 1940 au début de l’année 1970. Dans ses quatre premières lettres, écrites de 1940 à 1942, Aragon raconte avec précision sa « drôle de guerre », évoque son séjour à Nice et demande ou donne des nouvelles de certains de ses amis, dont Pierre Seghers et Léon Moussinac, avec lesquels il organise la résistance littéraire en zone sud. La lettre du 30 juillet 1942 comporte un manuscrit du poème « Art poétique », dont on ne connaît pas d’autre exemplaire et qui permet d’en rétablir le texte exact. Elles témoignent aussi de l’intérêt d’Aragon pour Matisse, qui le mènera plus tard à écrire Henri Matisse, roman. La connivence d’Aragon et de George Besson est à la fois politique et artistique. Ils participent tous deux au jury du prix Fénéon, pour lequel ils se concertent. En 1953 apparaît entre eux une divergence, Aragon prenant parti dans Les Lettres françaises pour Bernard Buffet, que George Besson considère comme une sorte d’imposteur. Les choix picturaux de George Besson vont ensuite s’écarter de ceux des critiques des Lettres françaises, au point qu’il envoie à Aragon une lettre de démission le 25 juin 1969. Mais cela ne brisera pas leur amitié, comme en témoignent les deux dernières lettres de cette correspondance.

Texte intégral

  • 1 Peintre et seconde femme de George Besson.
  • 2 Nous remercions Mme Marie-Odile Germain de nous en avoir permis la consultation et M. Jean Ristat d (...)

1En juin 2007, Mme Karine Klein, Conservatrice de la Bibliothèque de Besançon, nous signalait la présence de plusieurs lettres d’Aragon à George Besson dans la donation faite par Jacqueline Bret-André1 des archives de George Besson au Musée des Beaux-Arts de la ville (archives mises en dépôt à la Bibliothèque). Nous remercions Mme Klein de nous avoir autorisés à les publier, ainsi que Mme Marie-Claire Waille d’avoir accepté de présenter ce fonds Besson. Par ailleurs, le Fonds Triolet-Aragon conserve de son côté quelques lettres de George Besson à Aragon2. La publication de cette correspondance, pour la plus grande part inédite, nous a paru d’un grand intérêt.

  • 3 Voir « Du décor », revue Le Film, 16 septembre 1918, repris dans Aragon, Écrits sur lart moderne, (...)

2« Écrire et peindre, un seul mot signifiait lun et lautre dans lancienne Égypte » écrivait Aragon dans l’introduction de son livre Les Collages. Sa passion pour l’art et la peinture était ancienne : en 1918, il avait écrit un article sur le cinéma, célébrant la beauté moderne et donnant comme références Picasso, Georges Braque et Juan Gris3. Il avait très tôt fréquenté les peintres qui ont révolutionné l’art du XXe siècle. Plus tard, il choisit Matisse et Géricault comme personnages de romans…

3Sa rencontre avec le critique d’art George Besson s’est faite autour de leur intérêt commun pour Courbet, comme l’explique Chantal Duverget ci-après. Leur correspondance pendant une trentaine d’années (de 1940 à 1970) exprime l’attention qu’ils accordaient tous deux à la peinture contemporaine, qu’il s’agisse d’un artiste déjà célèbre comme Matisse, ou de jeunes peintres candidats au Prix Fénéon. Elle témoigne aussi de leur amitié, parfois orageuse, mais jamais interrompue ; l’affection, la timidité, le trouble parfois, lui donnent un ton particulier. Même dans les moments de colère, l’intimité subsiste.

4L’intérêt de cette correspondance est multiple et ouvre des champs divers à la recherche. Elle apporte des éléments biographiques supplémentaires concernant Aragon et Elsa Triolet, notamment en ce qui concerne la période de la Seconde guerre mondiale. Elle montre l’intérêt d’Aragon pour Matisse, le rôle joué par George Besson dans leur rencontre ainsi que le lien entre le « roman de Matisse » qu’Aragon pensait écrire et Aurélien. Elle donne l’image du couple Elsa Triolet-Aragon au travail, évoque la réception de leurs œuvres… Elle nous fournit même un manuscrit original du célèbre poème : « Art poétique », ce qui nous permet d’en rétablir le texte et la date d’écriture exacts. Par ailleurs, le rôle d’Aragon et de Besson en tant que personnalités des « champs » littéraire et artistique apparaît dans les lettres concernant le jury du Prix Fénéon dont ils faisaient tous deux partie : l’un et l’autre se concertent avant l’attribution des prix, voire se délèguent leurs pouvoirs. La relation entre l’art et la politique n’est pas non plus absente de cet ensemble, que ce soit à l’époque de la guerre ou pendant la « guerre froide », notamment dans la lettre de George Besson au sujet de Bernard Buffet. Enfin, l’« écriture » de ces lettres est souvent d’une vivacité éblouissante, et nous donne des échantillons de ce que pouvaient être aussi bien l’« art de la contrebande » d’Aragon, que le style mordant de George Besson, ou la tendresse de l’un pour l’autre.

5Cette correspondance est discontinue (seules deux lettres se répondent vraiment) ; nombre de lettres ne sont pas datées et les enveloppes ne sont pas incluses dans les dossiers. Nous avons pu cependant établir la plupart des dates, d’après le contenu des lettres, et définir ainsi une chronologie presque complète de ces échanges. Nous avons laissé de côté le faire-part de décès d’Elsa Triolet, dernier élément du dossier Aragon, ainsi qu’une missive incomplète de George Besson datée « 20/III », sans indication d’année, demandant à Aragon de le représenter (« Tu auras la peine de me représenter ce soir ») nous ne savons dans quelle assemblée (peut-être au jury Fénéon).

6Nous avons corrigé sans les signaler quelques fautes d’orthographe, et placé entre crochets la correction de celles qui nous ont paru significatives ; les dates manquantes, ainsi que les parties omises des noms propres sont également mises entre crochets. Les dates, souvent placées à gauche dans la correspondance, ont été alignées à droite pour faciliter la lecture. La mise en page imprimée ne peut malheureusement pas rendre compte de la liberté manuscrite ; nous n’avons pas non plus pu reproduire le beau dessin de Marquet figurant comme en-tête sur certaines lettres de George Besson.

7Ce dossier se présente ainsi :

  • une biographie de George Besson, critique d’art et collectionneur (1882-1971) (Chantal Duverget)

  • une histoire des relations entre Aragon et George Besson, « Besson-Aragon, une amitié politique (1935-1969) » (Chantal Duverget)

  • une présentation de la donation du fonds George Besson par Marie-Claire Waille

  • les textes des lettres établis et annotés (Marianne Delranc-Gaudric).

8Cette correspondance est constituée de :

  • lettres autographes d’Aragon : 5 lettres de format 210 x 270 mm et 2 feuillets de procuration de 140 x 207 mm. La plupart est écrite à l’encre bleue, sauf la première lettre et les feuillets de procuration, écrits à l’encre noire. La lettre du 30 juillet 1942 comporte un manuscrit du poème « Art poétique ».

  • lettres sur papier de Georges Besson, dont six autographes de formats divers (dont 4 cartes postales) et une lettre dactylographiée.

Notes

1 Peintre et seconde femme de George Besson.

2 Nous remercions Mme Marie-Odile Germain de nous en avoir permis la consultation et M. Jean Ristat de nous en autoriser la publication.

3 Voir « Du décor », revue Le Film, 16 septembre 1918, repris dans Aragon, Écrits sur lart moderne, Flammarion, 1981, p. 5-9.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search