Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Dossier Aragon

La traduction américaine des Voyageurs de limpériale

Agnès Whitfield

Résumé

Cet article examine les différents enjeux sociaux et esthétiques de la traduction américaine des Voyageurs de lImpériale, partant du point de vue du projet médiateur de la traductrice elle-même, Hannah Josephson. Correspondance et autres documents à l’appui, je cherche, dans un premier temps, à cerner en fait qui était Hannah Josephson, quels ont été ses antécédents sociaux et professionnels (et vraisemblablement ses valeurs), comment elle a envisagé son rôle comme traductrice de ce texte d’Aragon, et dans quel esprit elle a entrepris le transfert linguistique et culturel du texte. Il faut dire que la formation de Josephson comme journaliste, sa connaissance du milieu éditorial newyorkais, sa compréhension des grands thèmes du roman américain de l’époque et sa familiarité avec les tensions au sein de la gauche américaine ont tous conditionné l’accueil qu’elle a fait elle-même du livre ainsi que ses objectifs comme traductrice médiatrice. On en voit une certaine expression concrète dans la façon dont Josephson positionne Aragon comme écrivain français engagé dans son article « Pœt of the War », paru en septembre 1941 dans Saturday Review of Literature, ainsi que dans la réception effective de la traduction.
Cette mise en contexte permet de mieux comprendre, dans un second temps, les décisions de Josephson sur le plan autant des choix de vocabulaire et de syntaxe, que des procédés de resserrement (coupures et élagage du texte). Il est évident que Josephson ne concevait pas son travail de traduction comme une simple opération de transfert linguistique. Son objectif principal était d’assurer le succès autant commercial que critique du livre d’Aragon aux États-Unis et elle était bien placée pour comprendre les enjeux esthétiques et sociaux du passage du livre vers le public américain. Cette hypothèse est confirmée par l’analyse de ses principales stratégies de traduction (adaptations culturelles, raccourcis, élagages, traitement des dialogues). Tout en restant très respectueuse du texte de départ, Josephson n’hésite pas, en consultation avec l’auteur dans la mesure du possible, à faire valoir ses propres talents de « editor » au sens américain de réviseur, ni à jouer un certain rôle, une fois la traduction publiée, dans la promotion du livre. En conclusion, cette façon d’aborder la traduction américaine des Voyageurs de lImpériale permet de mieux dégager à la fois les lignes de force de la traduction, et le type de lecture qu’elle propose de l’œuvre.

Texte intégral

  • 1 Voir Michel Apel-Muller, « L’édition de 1942 des Voyageurs de limpériale, une entreprise “diaboliq (...)
  • 2 Lettre de Louis Aragon à Hannah Josephson datée du 15 novembre seulement, mais rédigée très vraisem (...)
  • 3 Aragon, « Et comme de toute mort renaît la vie », préface aux Voyageurs de lImpériale (1965), Gall (...)
  • 4 Aragon, Œuvres romanesques complètes, t. Il, édition publiée sous la direction de Daniel Bougnoux a (...)
  • 5 Le mot est de Daniel Bougnoux. Ibid.
  • 6 Ibid. Sans doute serait-il plus exact de dire de l’automne 1939 jusqu’en 1941, car une aide transit (...)

1Dans l’histoire passionnante de la genèse et de l’édition des Voyageurs de lImpériale1, la traduction américaine réalisée par Hannah Josephson occupe une place privilégiée. En 1940 et 1941, alors qu’Aragon désespère de voir publier son roman en France, la traduction lui semble même, comme il l’écrit à Hannah, « peut-être la seule chance de ce livre2 ». Et effectivement, c’est dans cette version en langue anglaise, parue en octobre 1941 chez Duell, Sloan and Pearce à New York sous le titre The Century Was Young, que le livre voit le jour. Le premier tiers environ du roman original paraît de janvier à juin 1940 en livraisons mensuelles dans La Nouvelle Revue française, et une version tronquée, que l’auteur qualifiera plus tard d’« abominable édition princeps3 », est achevée d’imprimer sous la censure des autorités de l’Occupation le 18 décembre 1942, mais il faut attendre 1947 pour que la première édition française reconnue par l’auteur soit publiée4. Providentielle5, à plus d’un titre, cette traduction américaine et les droits d’auteur qu’elle a générés, permirent à l’époque au couple Aragon Triolet « de ne pas se trouver tout à fait sans ressources au cours de lannée 19416 ». Aujourd’hui, alors que le manuscrit et le tapuscrit initial du roman semblent irréparablement perdus, elle cristallise, en dépit du changement de langue, les traces d’une version en quelque sorte « première » d’un original que les aléas de l’édition en temps de guerre et la tendance d’Aragon à la réécriture auraient condamné à l’incertitude de la mouvance.

  • 7 Matthew Josephson, Life among the Surrealists, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1962, p. 109-1 (...)
  • 8 Ibid., p. 154, 160-161.
  • 9 Jean Albertini, « Les Deux Amériques d’Aragon », The Romanic Review, vol 92, nos 1-2 (2001), p. 148 (...)

2C’est cette aventure américaine des Voyageurs de limpériale que cet article se propose d’examiner, partant du point de vue du projet médiateur de la traductrice elle-même, Hannah Josephson, pour mieux dégager les enjeux esthétiques et sociaux qui ont marqué la transposition du texte dans son nouveau contexte littéraire et politique. Car la formation de Josephson comme journaliste, sa connaissance du milieu éditorial new-yorkais, sa compréhension des grands thèmes du roman américain de l’époque et sa familiarité avec les tensions au sein de la gauche américaine ont tous conditionné l’accueil qu’elle a fait elle-même du livre ainsi que ses objectifs comme traductrice médiatrice. À cela s’ajoute un autre facteur non négligeable, sur lequel bon nombre de traducteurs et traductrices ne peuvent compter, à savoir les rapports d’amitié qui l’ont liée, ainsi que son mari, l’écrivain Matthew Josephson, à Aragon. Les jeunes Josephson rencontrent le poète en 1921, lors de leur premier séjour à Paris, au vernissage de l’exposition Man Ray à la Librairie Six. Comme le raconte Matthew dans ses mémoires, Aragon leur ouvre une porte, non seulement sur les nouvelles idées rebelles du groupe Dada, mais sur la vie littéraire et intellectuelle française. Tout au long de l’hiver 1921-1922, en route pour l’hôpital où l’amènent ses études de médecine (abandonnées en janvier 1922), il passe par leur appartement pour leur prêter des livres – des textes, entre autres, de Stendhal et de Lautréamont7. Si les Josephson suivent des cours à la Sorbonne, c’est Aragon qui se charge de leur éducation littéraire. Associé à la direction des magazines littéraires Broom et Secession, Josephson lui ouvrira à son tour des portes, en y publiant ses textes en traduction8. « Ce fut une amitié à vie », observe Jean Albertini, « je crois quon peut dire quils furent [avec le poète américain Malcolm Cowley] les seuls Américains “de souche”, si je puis dire, avec lesquels Aragon, puis plus tard, Elsa, eurent des relations de ce type et de cette qualité9 ».

Le contexte éditorial et les premières démarches de Hannah

  • 10 Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1406.

3Le Fonds Matthew Josephson à la Beinecke Rare Book Library de l’Université Yale est riche de renseignements sur l’encadrement éditorial de la traduction et le rôle que Hannah a joué, tout au long du processus de l’édition de la traduction, pour promouvoir les intérêts et de l’auteur et du livre. On y trouve beaucoup de lettres de l’éditeur Sam Sloan, quelques-unes de son coéditeur, Cap Pearce, et quelques lettres très émouvantes d’Aragon et de Triolet. Malheureusement, des lettres de Hannah elle-même, surtout dans ses échanges avec les éditeurs, il en reste trop peu, mais on peut en déduire jusqu’à un certain point le contenu grâce aux réponses attentives et détaillées de Sloan ou de Pearce. Trois autres lettres écrites de Sloan à Aragon pendant la même période sont conservées au CNRS10. Une vingtaine de lettres de Hannah et de Matthew Josephson à Aragon ou à Triolet se trouvent dans le Fonds Aragon déposé la Bibliothèque nationale, au département des manuscrits.

  • 11 D’ailleurs, ce rôle d’intermédiaire, presque d’agent littéraire, Hannah va continuer à le jouer jus (...)
  • 12 Voir lettre de Hannah Josephson à Louis Aragon datée du 9 novembre 1938, Fonds Aragon, Bibliothèque (...)
  • 13 Le couple reste aux États-Unis « de la fin mai à la mi-juillet 1939 ». Voir Jean Albertini, art. ci (...)
  • 14 Fait rapporté par Carl Josephson, le fils de Hannah et de Matthew, dans un entretien téléphonique a (...)
  • 15 Cap Pearce affirme qu’il n’avait pas rencontré les Aragon lors de leur séjour aux États-Unis, préfé (...)

4Nées sous le signe de l’amitié, les démarches de Hannah Josephson pour favoriser la parution du livre aux États-Unis commencent bien avant son travail de traduction proprement dit11. Apprenant qu’il est question qu’Aragon et Triolet viennent à New York au printemps 1939 pour le prochain congrès des écrivains américains, Hannah écrit déjà à Aragon le 9 novembre 1938 pour offrir son aide à lui et à Elsa. Les activités autour du congrès seront nombreuses et fatigantes, dit-elle, et elle invite le couple à passer quelques jours chez elle et Matthew à Sherman, dans le Connecticut, pour se rétablir12. Cette visite, qui a eu lieu en juin 193913, consolide les liens d’affection entre les deux couples, et offre à Aragon un petit havre pour poursuivre la rédaction des Voyageurs. Il en lira d’ailleurs des fragments à haute voix à ses hôtes et à leurs amis14. Hannah et son mari présentent le couple à Sam Sloan, probablement à New York, mais peut-être à Sherman même, centre d’une petite communauté d’écrivains et poètes progressistes15.

  • 16 Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 8 novembre 1939 et lettre de Sam Sloan à Elsa Triole (...)
  • 17 Harry Thompson, « Duell, Sloan and Pearce (New York : 1939-1966) », Dictionary of Literary Biograph (...)
  • 18 Cité par Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1406.
  • 19 Voir Jean Albertini, art. cité, p. 152.
  • 20 Voir Harry Thompson, art. cité, p. 127.

5Pearce et Sloan venaient alors de quitter leurs postes chez Brace & Harcourt, l’éditeur principal de Matthew Josephson à l’époque, pour fonder, avec C. Halliwell (Charlie) Duell, leur propre maison d’édition : Duell, Sloan and Pearce. Après la mobilisation d’Aragon, et bien qu’il n’y ait aucune indication encore dans les lettres d’un contrat de traduction, c’est à Sloan et à Pearce que Hannah fait appel à l’automne 1939, au nom de son mari et des Cowley, pour faire envoyer de l’argent à Elsa par l’entremise de la maison d’édition (un montant de 25 $ part effectivement le 8 novembre 1939, et un autre envoi, cette fois à l’initiative de Sloan, est prévu pour décembre)16. Les mobiles des éditeurs ne sont sûrement pas tout à fait désintéressés. Dès octobre 1939, la maison d’édition annonce sa création et ses couleurs : « des romans et des essais, mais pas de romans sentimentaux ou de livres pour enfants17 ». Dans une lettre datée du 11 octobre 1939, Sloan communique la nouvelle à Aragon et exprime son désir de publier ses œuvres18. Les trois éditeurs Duell, Sloan et Pearce sont à la recherche d’auteurs de marque, et les textes d’Aragon correspondent au double intérêt de la nouvelle maison pour les œuvres de fiction (prose et poésie) que l’on pourrait qualifier de progressistes et pour les questions d’actualité, sans compter l’immense prestige dont bénéficie alors Aragon dans le milieu des écrivains progressistes américains19. Parmi les premiers livres que publie la maison figurent des œuvres d’écrivains de gauche, antifascistes, comme MacLeish (America Was Promises), Caldwell (Trouble in July), E.E. Cummings (Fifty Pœms), ainsi qu’une biographie d’Eleanor Roosevelt par Ruby Black20.

  • 21 Louis Aragon, « Et, comme de toute mort, renaît la vie… », Les Voyageurs de lImpériale, Gallimard, (...)
  • 22 Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1407.

6Hannah aurait-elle soumis le manuscrit à Duell, Sloan and Pearce ? Dans sa « Note sur l’édition américaine », Daniel Bougnoux relève une contradiction importante entre les informations données par l’éditeur à ce sujet et celles fournies plus tard par l’auteur lui-même. Dans deux lettres adressées à Elsa, datées du 19 décembre 1939 et du 17 janvier 1940, Sloan parle d’un manuscrit qu’Aragon aurait laissé aux États-Unis lors de sa visite au printemps 1939. Par contre, dans sa préface à la version de 1965, Aragon lui-même affirme qu’il a plutôt terminé le manuscrit le 31 août à l’Ambassade du Chili, le faisant dactylographier au fur et à mesure, et que « le 1er septembre, une copie en partait par la poste à destination des États-Unis21 ». Bougnoux avance plusieurs hypothèses pour expliquer cette contradiction (Aragon se serait-il trompé ? Sloan aurait-il confondu des fragments du roman laissés au printemps avec le texte intégral ? Le manuscrit aurait-il transité par une tierce personne, Cowley, par exemple ?), sans toutefois se prononcer22.

  • 23 Lettre de Louis Aragon à Matthew Josephson et à Malcolm Cowley datée du 22 octobre. La mention d’en (...)
  • 24 Lettre de Louis Aragon à Hannah Josephson, en date du 15 novembre. Grâce à d’autres mentions, il es (...)

7Les lettres conservées à l’Université Yale et à la Bibliothèque Nationale ne permettent pas de trancher définitivement la question. Dans une lettre adressée le 22 octobre 1940 à Matthew Josephson et à Malcolm Cowley, Aragon fait une brève allusion à la tentative de ses amis américains de placer des extraits des Voyageurs dans des revues, sans pour autant confirmer qu’il aurait laissé une copie de ces extraits aux États-Unis au printemps 1939 : « nous ny avons pas plus réussi quand nous étions chez vous [dans le Connecticut] que pour des fragments de mon roman, mais cela vient du fait quil fallait faire lire en français à des gens qui ny comprennent sans doute rien23 ». Déclaration plus pertinente, dans une autre lettre à Hannah datée du 15 novembre seulement, mais rédigée sans doute aussi en 1940, l’auteur lui dit : « combien souvent je pense à cet énorme travail que vous avez accepté… et je men veux énormément de ne vous avoir laissé quune copie non corrigée, pleine encore de fautes, derreurs de noms…24 ».

  • 25 Louis Aragon, The Century Was Young, traduit par Hannah Josephson, New York, Duell, Sloan and Pearc (...)
  • 26 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson datée du 12 janvier 1940 (BRBML).
  • 27 Lettre de Sam Sloan à Elsa Triolet datée du 17 janvier 1940 (BRBML).

8Faudrait-il interpréter « laissé » ici, au sens strict, ou est-ce plutôt une façon de dire qu’il n’a pas pu lui « donner/transmettre » une version plus travaillée du texte ? Dans la « Note de la traductrice » qui figure à la fin de la traduction, Hannah indique qu’Aragon avait terminé les Voyageurs « au cours de lété 193925 » et qu’à la même époque il avait conçu, et communiqué à ses amis, le projet d’un nouveau roman. Si cette formulation aussi est trop vague pour être concluante (Aragon aurait-il laissé le manuscrit avant de repartir pour la France à la mi-juillet ?), l’extension que l’on accorde généralement en anglais au mot « été » tendrait néanmoins à soutenir la version officielle de l’auteur. Par ailleurs, si le manuscrit avait été laissé à New York au printemps 1939, on s’attendrait à en trouver des mentions dans la correspondance entre l’éditeur, les Josephson et l’auteur au cours de l’automne 1939, ce qui n’est pas le cas. Certes, l’idée est peut-être en train de germer, et les éditeurs sont sans doute occupés à mettre sur pied leur nouvelle maison d’édition. Il reste que les premières mentions précises du manuscrit et de sa traduction, dans la correspondance, datent plutôt de la fin de l’automne 1939, ce qui concorderait davantage avec un envoi du tapuscrit en septembre, et sa réception au cours du mois d’octobre, si on tient compte des délais de la poste à l’époque. D’autres indices encore laissent entendre que le tapuscrit aurait été envoyé directement à l’éditeur. Dans une lettre datée du 12 janvier 1940, Sloan remercie Hannah d’avoir confirmé son propre jugement sur les Voyageurs (ce qui laisse entendre qu’elle aurait lu le manuscrit après lui) et lui dit qu’il s’attend à rencontrer l’agent d’Aragon plus tard au cours du même mois26. Il est question aussi d’une requête faite par Aragon à Sloan de faire faire une copie du tapuscrit pour un éditeur au Chili qui le ferait paraître dans une revue27.

9Il faut dire que la correspondance saisit les faits sur le vif, les projets sont en pleine évolution, et la situation peut changer à tout instant en fonction de facteurs imprévus, comme en atteste le non-aboutissement des démarches de Sloan auprès de l’éditeur sud-américain, ou l’absence de références ultérieures de Sloan à « l’agent » d’Aragon. Dans son ensemble, ce que la correspondance nous permet néanmoins d’établir plus clairement, c’est la façon dont l’information circule entre Aragon, Hannah et Matthew Josephson et les deux éditeurs, et le rôle particulier qui incombe à Hannah dans ces échanges. En dépit du ton très amical des lettres et de la sympathie sincère que les Américains témoignent à l’égard d’Aragon et de Triolet, on voit qu’il y a bien une certaine répartition, pour ne pas dire une certaine hiérarchie, des fonctions. Chacun a son territoire où sa compétence est reconnue.

  • 28 Sloan demande à Hannah de traduire trois poèmes d’Aragon qu’un ami de l’auteur lui a fait parvenir. (...)

10Aragon correspond assez régulièrement, étant donné les circonstances, avec les Josephson et Malcolm Cowley, ce qui en dit long sur l’importance qu’il accorde à cette relation. Le ton de ses lettres est alors intime, on sent que leur appui lui fait chaud au cœur alors qu’il vit avec Elsa des moments très difficiles. En même temps, il est évident que ses lettres ont aussi une fonction stratégique. Aragon cherche à faire traduire ses œuvres et celles de Triolet. Il veut que la traduction des Voyageurs avance, et surtout, il compte sur ses amis pour faire passer des informations sur ses activités (et ses médailles de guerre) à la communauté littéraire américaine. Dans quelques lettres particulièrement poignantes, il leur décrit les conditions de leur vie de couple, très pénibles, et leur demande d’intervenir auprès de Sloan pour qu’il puisse recevoir des avances sur ses droits d’auteur. Cela ne l’empêche pas de communiquer directement avec Sloan pour tout ce qui touche aux contrats et à l’édition et de bien s’occuper de ses affaires littéraires en faisant agir aussi d’autres agents, en témoignent ses efforts pour faire paraître le livre en Amérique du Sud, et les poèmes qu’il fait envoyer à Sloan par l’entremise d’un autre ami, George Louis George28.

  • 29 Lettre de Louis Aragon à Sam Sloan du 12 février 1940 (BRBML). C’est moi qui traduis, car la lettre (...)

11Les Josephson entretiennent des liens d’amitié avec Sloan et Pearce (il est question dans les lettres de Sloan de rencontres entre les couples et même d’échanges de recettes de cuisine). Les éditeurs reconnaissent la préséance des Josephson et de Cowley (ce dernier est assez absent des échanges sans doute en raison de la maladie de sa femme), pour tout ce qui relève des relations personnelles avec Aragon et Triolet. Sloan, qui adopte un ton parfois badin avec Hannah, reste plus réservé, plus formel dans ses lettres à Aragon et Triolet, bien que de plus en plus chaleureux, courtois, admiratif même. Tout se passe sur un fond d’amitié et de sociabilité, à tel point que ce sont les femmes des deux éditeurs, Clara Pearce et Peggy Sloan, qui se dévouent à la tâche de dactylographier une autre copie des Voyageurs pour l’éditeur sud-américain (« Dites à votre femme et à Madame Pearce », écrit Aragon à Sloan, « quelles sont des anges, de vrais anges et que je ne souhaiterais à personne au monde davoir à entreprendre une tâche aussi monstrueuse et fastidieuse29 »). Il n’empêche que les éditeurs tiennent à rester maîtres de tout ce qui touche à l’édition du livre et aux décisions éditoriales. À plusieurs occasions, Sloan, qui assume la responsabilité de la communication dans le dossier des Voyageurs, se montre capable de faire valoir son point de vue auprès de l’auteur et de la traductrice, et cela fermement bien qu’avec délicatesse.

  • 30 Voir, entre autres, la lettre de Hannah Josephson à ses « chers chers amis » (je traduis) du 8 déce (...)
  • 31 Ibid.

12Dans ce chassé-croisé d’intérêts et d’amitiés, car tous partagent sensiblement les mêmes valeurs progressistes et anti-fascistes sans nécessairement les canaliser dans le même engagement politique, le rôle de Hannah est manifestement celui de médiatrice. Elle fait beaucoup pour faciliter la communication entre Aragon et Triolet et leurs amis américains. Elle fait circuler leurs lettres dans le cercle de leurs amis communs, les traduisant au besoin pour que ceux qui ne lisent pas le français puissent avoir des nouvelles du couple30. C’est elle qui relaie auprès des éditeurs Sloan et Pearce les inquiétudes des amis d’Aragon quant aux difficultés matérielles du couple, et qui intervient auprès des éditeurs pour leur faire envoyer de l’argent. C’est elle aussi qui transmet des nouvelles de leurs amis américains à Aragon et Triolet, les assure de leur fidèle appui, et les informe de leurs efforts pour soutenir la réputation d’Aragon aux États-Unis. Elle ne manque jamais une occasion pour se montrer encourageante quant aux possibilités de traduction, autant des livres ou nouvelles d’Elsa, que des manuscrits d’Aragon, Elle fait aussi la promotion des éditeurs, de leur esprit de collaboration et de leur cordialité, dans le but de faciliter les relations entre Aragon et Duell, Sloan et Pearce31. Pour leur part, les éditeurs éprouvent de toute évidence de l’amitié pour Hannah. Ils respectent son travail comme traductrice, et tiennent compte, dans la mesure où les exigences commerciales le permettent (ce qui n’est pas toujours le cas), de son opinion. Dans les situations nécessitant une délicatesse particulière, lorsqu’il s’agit, par exemple, de faire accepter par Aragon un certain nombre de coupures, quand même importantes, au texte, c’est à Hannah qu’ils font appel, comptant sur sa diplomatie et ses rapports d’amitié avec l’auteur pour faire passer la mauvaise nouvelle.

Le processus de la traduction

  • 32 Voir la lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 12 janvier 1940 (BRBML).
  • 33 Le livre verra enfin le jour en 1949 sous le titre The Golden Threads (New York, Russell and Russel (...)
  • 34 Lettre de Sam Sloan à Elsa Triolet du 17 janvier 1940 (BRBML).
  • 35 Ibid.
  • 36 Voir Aragon, Pœt of the French Resistance, sous la direction de Hannah Josephson et Malcolm Cowley, (...)

13La traduction des Voyageurs (et la possibilité d’autres traductions) mobilise les amis américains proches du couple Aragon/Triolet. Véritable vecteur d’amitié et de solidarité, elle leur donne un prétexte de communication et une façon concrète de venir en aide au couple, sur le plan tant moral que matériel, alors qu’ils affrontent d’innombrables épreuves. Au cœur du projet, Hannah en est à la fois l’entremetteuse et l’exécutrice. C’est son rapport de lecture qui confirme l’éditeur dans sa décision de publier la traduction32, et c’est encore elle, lors d’une rencontre avec l’éditeur entre le 12 et le 17 janvier 1940 (dont les détails seront transmis ensuite par lettre à Elsa pour approbation par Aragon), qui trouve les moyens concrets de réaliser le projet. Sur ce plan, sa décision de traduire elle-même le livre, en dépit d’obligations personnelles et professionnelles importantes (mère de deux jeunes garçons, elle rédige un livre à l’époque sur les tisserandes de Lowell qu’elle accepte de mettre de côté afin de se consacrer à la traduction33), paraît primordiale. Cette décision généreuse de sa part (Sloan parlera de « sacrifices34 ») rend en fait le projet réalisable, d’autant plus qu’avec l’aide de l’éditeur, Hannah trouve une solution ingénieuse à l’épineux problème du coût de la traduction, laquelle permet de réduire les investissements initiaux de l’éditeur et de l’auteur. Alors qu’au tarif courant de l’époque de 5 $/1000 mots la traduction coûterait normalement 1 400 $, Hannah accepte de la faire pour un montant initial de 600 $, que l’éditeur lui donnera sous forme de six versements mensuels de 100 $. L’argent viendra des droits d’auteur. Une fois le livre en vente, l’éditeur récupérera d’abord son paiement de 600 $ à Hannah, avant de verser ensuite les droits d’auteur à Aragon, jusqu’à un montant de 600 S (pour un montant total de 1 200 $). La traductrice et l’auteur partageront ensuite les droits jusqu’à ce que Hannah ait touché une rémunération conforme au taux commercial. Sloan estime que les frais d’édition s’élèveront à 3 000 $35. Dans les faits, grâce à l’intervention des Josephson, l’éditeur concédera une avance à Aragon sur ses droits. Les ventes du livre, plutôt décevantes, ne permettront pas à la traductrice de récupérer son plein tarif, ce qui ne l’empêchera pas de publier un livre sur la poésie d’Aragon, sorte d’hommage au poète résistant36 chez le même éditeur, dans la foulée de ses efforts pour promouvoir l’œuvre d’Aragon aux États-Unis.

  • 37 Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 27 août 1940 (BRBML).
  • 38 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 12 mars 1940 (BRBML).
  • 39 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 24 avril 1940, je traduis (BRBML). Voici le passage de la (...)

14Tout au long du processus de traduction, Hannah reste en contact régulier et fréquent avec Sam Sloan, soit par lettre, soit en personne. Au départ, une période de six mois est prévue pour la traduction proprement dite, sans compter la révision du manuscrit. C’est déjà un défi, car le manuscrit est évalué à 275 000 mots. La démarche prévue n’est pas non plus dépourvue de complications. Les femmes des deux éditeurs re-dactylographient le texte, vraisemblablement à partir d’un tapuscrit. La première copie est réservée pour l’éditeur chilien censé publier le texte sous forme de feuilleton37, et Hannah reçoit la copie carbone du texte, par tranches, au fur et à mesure qu’il est tapé. Pour donner une idée du rythme du travail, la traductrice reçoit les pages 276 à 354 le 12 mars 194038. Peggy ou Clara n’étant pas toujours disponible, le processus peut accuser des retards. Dans une lettre datée du 24 avril 1940, par exemple, Sloan informe Hannah que « Peggy a été quelque peu ralentie ces dernières semaines, mais elle prépare une autre section que je tenverrai dici un jour ou deux39 ». La dernière tranche de texte, soit les pages 380 à 488 inclusivement, lui est expédiée le 27 août 1940.

  • 40 Lettre de Hannah Josephson à Sam Sloan du 29 février 1940, je résume (BRBML). La formulation en ang (...)
  • 41 Ibid., je traduis. Le texte anglais est le suivant : « our Eric, who has never been sick a day sinc (...)
  • 42 Sloan accuse réception de la bonne nouvelle. Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 28 octo (...)
  • 43 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 4 novembre 1940 (BRBML).
  • 44 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 15 novembre 1940 (BRBML).

15Hannah commence sa tâche avec un enthousiasme évident. Le 29 février 1940, elle écrit à Sam Sloan pour lui dire combien « sa confiance lui donne un bel élan40 ». Elle soulève quelques problèmes techniques. La dactylographie de la traduction étant en elle-même une tâche lourde, elle propose d’apporter des corrections directement sur son tapuscrit (proposition que Sloan accepte). Elle soulève aussi la question d’une vente possible de la traduction à une maison d’édition en Angleterre. Le cas échéant, il faudrait utiliser l’orthographe anglaise, et elle demande l’avis de l’éditeur (favorable) à ce sujet. Le travail avance bien, et elle compte finir un premier brouillon en six mois. Elle donne aussi quelques détails sur ses conditions de travail. Son fils Eric, rarement malade, « a été terrassé par la grippe cette semaine » et elle a « traduit le passage sur la puberté de Pascal, entre vaporisations, bains déponge, collations apportées à la chambre et autres soins à mon fils. Ça me met dans lambiance41 ». Fin octobre elle annonce que le travail tire à sa fin42. Le 4 novembre, il ne reste plus que quelques pages43, et Hannah téléphone à Sloan quelques jours plus tard pour lui annoncer la bonne nouvelle que la traduction est finie44.

  • 45 Lettre de Hannah Josephson à Louis Aragon et Elsa Triolet du 8 décembre 1940 (BRBML).
  • 46 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 décembre 1940, je traduis (BRBML). La version anglaise (...)
  • 47 Lettre de Sam Sloan à Louis Aragon du 4 février 1941 (BRBML).
  • 48 Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 13 mars 1941 (BRBML).
  • 49 Ibid.
  • 50 Lettre de Sam Sloan à Louis Aragon du 9 avril 1941, je traduis (BRBML). En anglais : « This is not (...)
  • 51 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 23 juin 1941. Il est question des « page proofs » (BRBML)

16La révision commence aussitôt. Hannah travaille avec son mari pour peaufiner le texte45. En même temps, Pearce et Sloan lisent attentivement le manuscrit, et le 5 décembre, Sloan communique son enthousiasme à Hannah : « il sagit, sans exception, de la meilleure traduction que jaie jamais lue. Elle capte tout lesprit de loriginal, elle se lit bien, elle est idiomatique, et elle fait littéralement ce que devrait chercher à faire toute traduction : elle re-crée46 ». Les deux éditeurs font quelques annotations, que Sloan soumet à Hannah pour connaître son avis. Pour faciliter la mise en page (et réduire les frais d’impression, l’imprimeur se montrant exigeant), Clara Pearce se porte volontaire pour retaper la traduction corrigée. Le 4 février 1941, Sloan annonce à Aragon que les premières 150 pages ont été révisées et qu’ils s’attendent à envoyer le texte à l’imprimeur à la fin du mois47. Il est un peu optimiste. Pearce, qui assume la majeure partie du travail de révision, n’envoie les premières 252 pages revues à Hannah pour ses commentaires que le 13 mars 1941. Les corrections touchent surtout à la ponctuation, à la présentation du discours indirect libre, et à la structure des paragraphes dans le cas des dialogues, pour respecter les conventions stylistiques de l’anglais48. Si Hannah est d’accord avec les corrections, écrit Pearce, les éditeurs vont envoyer le manuscrit, tel qu’ils l’ont retouché, directement à l’imprimeur. Hannah pourrait faire des dernières corrections, au besoin, sur les bleus49. Le 9 avril 1941, Sloan annonce à Aragon que le manuscrit part à l’imprimeur. Il le prévient que la publication sera reportée jusqu’en septembre ou octobre, afin de préparer la publicité, car « ça ne va pas être pas un livre facile à vendre aux lecteurs américains50 ». Hannah commence à recevoir le premier jeu d’épreuves fin juin 194151.

  • 52 Pearce cite ainsi Chevalier : « The translation reads very well. I am a little puzzled, however, af (...)
  • 53 La correspondance ne permet pas de confirmer l’analyse de Daniel Bougnoux (op. cit., p. 1407), selo (...)

17Pour s’assurer que la traduction est aussi réussie que possible (et sans doute pour parer à d’éventuelles critiques de sa part), elle propose alors aux éditeurs d’envoyer aussi les épreuves à Haakon Chevalier traducteur des Beaux Quartiers et des Cloches de Bâle. À ce geste qui en dit long sur l’esprit consciencieux, dépourvu de tout orgueil personnel, de Hannah, Chevalier répond par une lettre de critiques pointilleuses, laissant entendre même, de façon presque mesquine, que la traductrice pratiquait certains élagages simplement pour ne pas traduire des passages difficiles52. Craignant que Chevalier ne critique la traduction publiquement, ce qui pourrait nuire au succès du livre, les éditeurs demandent à Hannah, dont ils soutiennent entièrement le travail, de préparer une réponse au traducteur afin de lui expliquer la raison des omissions et de ses choix de traduction. Toujours conciliante et patiente, Hannah s’excuse du fait qu’on lui a malheureusement envoyé les bleus, et non pas le dernier jeu d’épreuves corrigés. Elle confirme que les coupures avaient été faites avec la permission de l’auteur, ce qui a entraîné certains resserrements pour éliminer des incohérences. Dans d’autres cas, l’élagage s’imposait pour rectifier, à la demande de l’auteur, des incohérences dans l’original. Elle aurait voulu, dit-elle, pouvoir le consulter plus tôt, au moment où elle traduisait le livre, s’il avait été à New York, car elle tient beaucoup à ses commentaires et tient en haute estime son travail de traducteur. Devant tant de fermeté et de tact, Chevalier retrouve lui-même une perspective plus respectueuse, voire plus solidaire53, pour le plus grand bien du livre, qui sort en octobre 1941.

  • 54 Il est difficile de comprendre, en retraçant les étapes de la traduction et de la révision du texte (...)
  • 55 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 24 avril 1940 (BRBML). Le passage anglais correspondant e (...)
  • 56 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 18 novembre 1940 (BRBML).

18Au cours de cette période de quelque vingt et un mois54, Hannah participe également à différentes décisions éditoriales, même si le dernier mot relève toujours de l’éditeur. À deux occasions, une décision est prise de remettre la publication du livre. En avril 1940, alors que la dactylographie du texte tarde, Sloan annonce à Hannah que la sortie du livre est prévue maintenant pour janvier 1941, ce qui donnerait plus de temps pour peaufiner la traduction et préparer le lancement du livre55. Plus tard, c’est Hannah qui met en doute l’opportunité d’une parution au printemps 1941, et Sloan lui donne raison, sans répéter les arguments qu’elle donne (d’ordre commercial et politique vraisemblablement). Le compromis consiste à annoncer le livre au printemps, et si on estime que le moment est opportun, de le publier, sinon, d’attendre l’automne56.

  • 57 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 23 juin 1941 (BRBML).
  • 58 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 30 juin 1941 et lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du (...)
  • 59 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 août 1941 (BRBML).

19La traductrice s’intéresse aussi à tous les aspects matériels du livre. Elle tient à respecter le contexte français du roman, et insiste, par exemple, au moment de lire les épreuves pour faire remettre l’accent circonflexe sur le mot « château » (l’imprimeur n’avait pas respecté ses consignes), requête que Sloan refuse pour des raisons financières57. Après des mois d’intense effort pour terminer la traduction, Hannah se remet tout de suite à la tâche pour composer, à la demande de Sloan, une introduction au livre, et même y inclure, toujours à la requête de l’éditeur, des traductions de poèmes qu’Aragon a fait parvenir à l’éditeur58. Le texte est rédigé en étroite collaboration avec les éditeurs, qui la remercient d’y avoir incorporé les changements qu’ils ont demandés pour « des raisons commerciales59 ». Ce texte, qui figure à la fin de la traduction sous le titre « Note de la traductrice », sera publié dans la Saturday Review of Literature en septembre 1941 pour préparer le lancement du livre.

  • 60 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 28 octobre 1940 (BRBML).
  • 61 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson datée du 15 novembre 1940, je traduis (BRBML). En anglais : (...)
  • 62 Ibid. Le texte anglais complet est le suivant : « Cudgel my brains as hard as I can, I produce noth (...)
  • 63 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 22 novembre 1940, je traduis (BRBML). La citation complèt (...)
  • 64 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 22 novembre 1940, je traduis (BRBML). La formulation en a (...)

20Ce sont sans doute les nombreux échanges entre l’éditeur et la traductrice au sujet du choix du titre qui révèlent le plus clairement le dévouement et le professionnalisme de Hannah, les soins qu’elle met pour assurer la qualité de la traduction, ainsi que les limites de son influence sur le processus éditorial. La question du titre se pose dès la fin février 1940 et les discussions se poursuivent tout au long de l’automne 1940. De toute évidence, sa traduction pose problème, car Sam Sloan y revient dans plusieurs lettres. La traductrice veut s’en tenir à un titre assez proche du titre du texte français, « The Upper Deck » ; Sloan est d’abord enthousiaste, mais l’avertit que c’est une décision qui sera prise par les trois éditeurs et qu’il n’a pas encore eu le temps de consulter Pearce et Duell60. Il revient sur le sujet dans une lettre datée du 15 novembre. « Quelquun a soulevé largument quun titre de ce genre ne semble pas suffisamment impressionnant pour un livre de lampleur des Voyageurs61 ». Lui-même avoue dans la même lettre être à court d’alternatives62 et soulève la possibilité de s’éloigner du titre original (même s’il dit s’opposer à cette démarche) et de choisir un titre tout à fait différent, mais capable de véhiculer l’ampleur du livre et son sujet, la culture française avant la Première guerre mondiale. Il demande à Hannah de dresser une liste, avec Matthew, de titres possibles. Le 22 novembre 1940, il lui annonce qu’après « plusieurs nuits sans sommeil » il croit avoir trouvé le bon titre : « The Century Was Young. A Novel of France63 ». À son avis, ce titre a « lavantage de suggérer lampleur du roman dans le temps, davoir une certaine connotation nostalgique, et dévoquer limage de deux Frances cœxistant côte à côte, une France en train de se construire et une France en train de se corrompre. Cap [Pearce] et Charlie [Duell] sont favorables, mais je ne veux pas te limposer. Jaimerais avoir votre avis, à toi et à Matty64 ».

  • 65 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 décembre 1940, BRBML. Le texte anglais au complet est l (...)
  • 66 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 4 février 1941, je traduis (BRBML). Le texte anglais est (...)
  • 67 Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 16 mars 1941 (BRBML).

21De toute évidence, la traductrice n’y est pas très favorable, car le 5 décembre, Sloan lui revient avec une autre suggestion, The Imperial Carriage, tout en lui disant qu’il préfère toujours The Century Was Young65. Le 4 février, il lui demande s’ils ne pourraient pas s’entendre sur le choix définitif du titre The Century Was Young. Hannah serait « littéralement la seule personne qui na pas accueilli ce titre avec enthousiasme, et Aragon et Elsa trouvent que le problème posé par le fait que la première partie du livre a lieu au dix-neuvième siècle est mineur. Jespère que nous pouvons considérer maintenant que le choix est unanime66 ». Il lui force en fait la main, car le livre a déjà été annoncé sous ce titre. Hannah ne cède pas facilement, et Sloan accuse réception de sa demande d’un délai supplémentaire pour réfléchir. Le 26 février, pourtant, il met fin « à nos discussions interminables » et lui impose son choix. En dépit du manque de logique par rapport à la chronologie du roman (argument avancé par Hannah), la justification principale semble être que The Century Was Young suscite une « réaction très positive et agréable » auprès des personnes consultées alors que les autres titres possibles les laissent « totalement indifférentes ». En fin de compte, c’est l’éditeur qui a tranché. La décision semble venir surtout de Sloan, car, quelques semaines plus tard, au moment de réviser le manuscrit de la traduction, Pearce s’interroge encore sur le titre. Hannah lui avait parlé au téléphone la veille du passage où « Pascal se rappelle la vision quil avait eue, garçon, de la vallée », et à la lecture de ce passage, qui donne en fait son sens au titre en français, toutes sortes de titres possibles lui viennent à l’esprit : « across the valley. to the other side of the world. the other side of the world. the other side of life. the centurys divide. or the centuries divide. on the brink [quil rejette comme étant trop cliché], above the dead, a continent divided, the life and death of pierre mercadier67 ». Pearce prend bien soin, cependant, de préciser qu’il ne remet pas en cause le titre retenu par Sloan, mais qu’il tenait à lui faire part de ses réflexions.

  • 68 Op. cit., p. 1407.
  • 69 Lettre manuscrite de Louis Aragon à Hannah Josephson du 15 novembre, op. cit.
  • 70 Ibid.

22En parlant du travail de la traductrice, Daniel Bougnoux suggère qu’Aragon « sy montre attentif et sensible68 ». C’est un peu trop dire. Si Hannah peut compter sur la reconnaissance sincère d’Aragon, les circonstances, qui ne favorisent guère les communications, ne permettent vraiment pas à l’auteur d’épauler beaucoup la traductrice. Comme l’écrit Aragon à plusieurs reprises, les lettres peuvent mettre de un à deux mois à lui parvenir des États-Unis, parfois plus, et il regrette de ne pas pouvoir lui être plus utile : « Jaurais bien voulu vous aider », lui écrit-il le 15 novembre 194069. Tout au plus lui donne-t-il la consigne de vérifier le nom des personnages et la permission de faire les corrections qui s’imposent, car il est conscient qu’elle travaille à partir d’une copie « pleine encore de fautes, derreurs de noms (parce que jai changé en route plusieurs noms des personnages, et jespère que vous saurez les rétablir, là où la copie dactylographiée porte encore les noms anciens qui doivent surprendre)70 ». Il lui fait confiance pour les coupures (Elsa va pourtant mettre en cause la suppression des passages sur Law), car c’est bien la condition qu’impose l’éditeur pour la publication du livre. Et dans le cas du choix du titre, il se fie au jugement de l’éditeur.

Le travail de transfert linguistique et culturel

  • 71 Voir David Shi, Matthew Josephson Bourgeois Bohemian (New Haven et Londres, Yale University Press, (...)
  • 72 Œuvrant dans le domaine médical notamment, Maxwell Geffen a été successivement éditeur du New York (...)

23Quelles qualités Hannah apporte-t-elle à sa tâche de traductrice ? Ses antécédents familiaux et professionnels peuvent-ils éclairer comment elle a envisagé son rôle comme traductrice de ce texte d’Aragon, et dans quel esprit elle a entrepris le transfert linguistique et culturel du texte ? Hannah est loin d’être simplement l’épouse d’un écrivain71. Née de parents juifs ayant immigré aux États-Unis de la Russie occidentale (près de l’Ukraine) dans les années 1880, elle grandit dans une famille qui valorise les activités intellectuelles, et surtout la connaissance du métier du livre. Son père, qui a une formation de typographe, est libraire. Un frère (Maxwell Geffen) et une sœur (Felicity Geffen) vont occuper d’importantes fonctions dans le milieu éditorial newyorkais72. Hannah, elle-même, est diplômée de l’École de journalisme de l’University of Columbia en 1920. Elle occupe un poste de journaliste pour le quotidien du matin, New York American, de la compagnie Hearst, avant de partir avec Matthew pour Paris en 1921 où elle participe pleinement aux activités littéraires de son mari, côtoyant Aragon, Philippe Soupault, Tristan Tzara et Robert Desnos, entre autres, et partageant l’enthousiasme de son mari pour le mouvement Dada. À son retour à New York, elle est directrice littéraire adjointe au Telling Tales, mensuel populaire, consacré aux « aveux vrais ». Les Voyageurs n’est pas sa première traduction. En 1931, elle publie avec Matthew, chez l’éditeur new-yorkais Macaulay : A Season in Hell, The Life of Arthur Rimbaud, traduction de La Vie aventureuse de Jean-Marie Carré. Elle aide Matthew dans la révision de ses livres, dont The Robber Barons, réquisitoire contre les grands barons de l’industrie, paru en 1934.

24Au cours de la guerre, elle apporte un soutien indéfectible non seulement à Aragon et à Triolet, mais aussi à d’autres amis français. Elle entreprend une véritable campagne politique afin d’obtenir pour Philippe Soupault un visa qui lui permette de venir aux États-Unis. Elle traduira aussi le journal de son emprisonnement, paru sous le titre Age of Assassins (New York, Alfred A. Knopf) en 1946. En 1947, sa traduction de Bonheur doccasion de Gabrielle Roy sous le titre The Tin Flute (New York, Reynal and Hitchcock) vaudra à l’auteure le prix du Gouverneur général du Canada, prix réservé à l’époque aux ouvrages écrits en anglais. Les capacités professionnelles de Hannah seront reconnues par sa nomination en 1949 au poste de bibliothécaire et directrice des publications à l’American Academy of Arts and Letters à New York, poste qu’elle gardera jusqu’à sa retraite en 1965. Au cours de cette période elle poursuivra aussi une carrière d’essayiste, publiant son livre sur les tisserandes de Lowell, The Golden Threads (New York, Russell and Russell) en 1949, Al Smith, Hero of Our Cities (avec Matthew) (Boston, Houghton Miffin) en 1969, et Jeannette Rankin : First Lady in Congress (Indianapolis, Bobbs-Merrill) en 1974.

25Tout dans ce cursus avant et après son engagement comme traductrice des Voyageurs atteste le talent de Hannah comme rédactrice et écrivaine. Elle partage sans aucun doute la francophilie et les valeurs de gauche de son mari (dans les années 1950, Matthew Josephson sera un des rares libéraux américains à attaquer publiquement McCarthy et ses partisans), sans pour autant jamais adhérer au parti communiste. Ses écrits témoignent de son intérêt soutenu pour les causes sociales et la cause des femmes. En témoigne son désir de sortir du purgatoire Jeannette Rankin, connue pour sa lutte pour la paix et le vote des femmes, qui fut mise au ban de la société pendant longtemps du fait d’avoir été la seule députée à voter pour la paix et contre l’entrée en guerre des États-Unis dans le contexte de la Première Guerre mondiale.

26Cette mise en contexte des valeurs sociales de Hannah Josephson permet de mieux comprendre ses décisions sur le plan des choix de vocabulaire et de syntaxe, autant que des procédés de resserrement (coupures et élagage du texte). Il est évident que Josephson ne conçoit pas son travail de traduction comme une simple opération de transfert linguistique. Son objectif principal est d’assurer le succès autant commercial que critique du livre d’Aragon aux États-Unis et elle est bien placée pour comprendre les enjeux esthétiques et sociaux du passage du livre vers le public américain. Elle veut promouvoir l’œuvre d’Aragon (et à un moindre degré celle d’Elsa Triolet) aux États-Unis par amitié et par solidarité politique. Sa familiarité avec le milieu éditorial de New York et sa connaissance des milieux politique et intellectuel américains lui permettent de faciliter le positionnement littéraire et politique du livre.

27Cette hypothèse est confirmée par l’analyse de ses principales stratégies de traduction (adaptations culturelles, raccourcis, élagages, traitement des dialogues). Tout en restant très respectueuse de l’esprit du texte de départ, Josephson n’hésite pas à faire valoir ses propres talents de « editor » au sens américain de réviseur, afin de resserrer le texte et de lui donner son meilleur envol en terre anglophone. Il est évident que les conditions dans lesquelles Aragon a rédigé le roman ne lui ont pas permis de faire une révision soignée de l’original. Elle est consciente aussi que la longueur des Beaux Quartiers et des Cloches de Bâle ont nui au succès de ces livres auprès du public américain, ce qu’elle tient à éviter dans le cas des Voyageurs.

28La question des coupures, dont on ne peut nier l’importance, mérite un commentaire particulier pour bien départir la responsabilité entre Hannah et l’éditeur, d’autant plus que celui-ci en fait porter la charge à la traductrice. Aragon est informé dès la première lettre de Sloan, lui confirmant les conditions de la publication du livre, de l’intention des éditeurs d’effectuer des coupures. La liste des coupures proposées, qui aurait été établie par Hannah selon Sloan, n’est pourtant pas incluse dans cette lettre du 17 janvier 1940. Et pour cause, car c’est Sloan qui l’envoie à Hannah quelques semaines plus tard, soit le 9 février.

  • 73 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 11 avril 1941 (BRBML).
  • 74 Pièce jointe à la lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 9 février 1940 (BRBML). En anglais : « (...)

29S’agit-il d’une liste que l’éditeur aurait établie en consultation avec la traductrice ? Ou bien, sachant que Hannah est d’accord pour resserrer le texte, Sloan se serait-il permis d’établir le détail des coupures ? Toujours est-il que les coupures sont substantielles et que, même au cours du processus de révision, Sloan et Pearce en feront encore d’autres, retranchant en avril 1941 deux chapitres du roman (que Hannah a traduits), soit le passage sur l’arrivée de Blaise à l’Hôtel des Alpes après la mort de Mme d’Ambérieux, et la rencontre subséquente de Blaise et Pierre73. Au départ, c’est la première partie du livre qui est la plus touchée ; on prévoit d’en enlever une centaine de pages. Parfois, il s’agit de couper tout un chapitre : conversation entre Mercadier et Meyer au café, chapitre XII ; visite au forain, chapitre XIII (« ne nous apprend rien de nouveau sur les personnages ») ; discussion sur Law, chapitre XIV (« intéressante en elle-même mais ralentit trop le roman ») ; Blanche Pailleron, chapitre XIX (« décrit lennui dune femme qui na rien à faire, vraiment très ennuyant74 »). La décision ne semble pas encore tout à fait prise, mais il est question aussi de supprimer une cinquantaine de pages au début du deuxième volume, soit le séjour à Venise, ce qui sera fait.

  • 75 Louis Aragon, Les Voyageurs de limpériale, Gallimard, coll. « Folio », 1965, p. 369. Les référence (...)
  • 76 Sur ce plan, une comparaison détaillée de la traduction avec l’édition française de 1965, en l’abse (...)

30Au total, le manuscrit original est réduit d’environ 150 pages. En traduction, le roman se présente en deux parties numérotées, mais sans titre. La première partie, de 256 pages, se termine sur l’image de l’arrivée de Mercadier à Venise et la même formule frappante qui marque la fin de la première partie de l’édition française de 1965 : « Il avait tué le professeur Mercadier75 » (p. 369). Occultant le séjour à Venise, reprenant à partir du milieu du septième chapitre de la section « Deux mesures pour rien » de l’édition française, la deuxième partie, de 308 pages, commence par le bref passage de Mercadier à Padoue en route pour Vicence. Sans négliger l’effet de ces coupures draconiennes sur l’éventuelle portée thématique, psychologique, politique et sociale, voire esthétique, de la traduction76, il est important de se rappeler que le contexte n’est pas du tout celui de l’inacceptable censure dont a souffert la première édition française du roman. Il n’y a aucune raison de douter de la bonne volonté des éditeurs américains, et encore moins, de celle de la traductrice. Ils partagent les valeurs sociales et politiques de l’auteur, et cherchent surtout à faciliter le passage du livre vers le plus grand nombre possible de lectrices et lecteurs américains.

  • 77 Lettre de Hannah Josephson à ses chers amis du 8 décembre 1940, je traduis (BRBML). En anglais : « (...)
  • 78 Ibid, je traduis. En anglais : « The important thing has been to try to cast it all in a language f (...)

31En l’absence du manuscrit original à partir duquel la traductrice a travaillé, une comparaison de la traduction avec tout le roman n’est pas envisageable. Une étude préliminaire de la première partie, qui correspond à la section parue dans la Nouvelle Revue française, nous permet néanmoins d’avoir une idée générale des choix et des stratégies de Hannah. Dans l’ensemble, sa traduction reste fidèle à l’esprit de l’original, et surtout elle en capte la couleur et le rythme. Tout en élaguant le texte, Hannah est soucieuse de protéger sa qualité littéraire, et sa plume reste imagée et vive. Dans une lettre à l’auteur, elle souligne justement la qualité orale de l’original. « Jai toujours dit, écrit-elle, que votre écriture est celle qui se rapproche le plus du français tel quil est parlé. Cest lhomme en train de parler, et non pas en train décrire. Eh bien, vous pouvez imaginer quels problèmes cela pose en anglais, car le parler anglais est beaucoup moins en notes détachées, et il est donc dune certaine façon beaucoup moins poétique77 ». Ce qu’elle vise en traduisant, c’est d’arriver à un texte « qui noffre pas dobstacle au lecteur anglophone, sans rien enlever au caractère français du récit ». Plus précisément, ajoute-t-elle, « je ne veux pas que vos personnages pensent comme des Américains ou des Anglais, mais il faudrait quils parlent comme sils létaient. Je vous explique tout cela pour justifier labsence, dans la traduction, de transpositions littérales, décision avec laquelle, je lespère, vous serez daccord78 ».

32Je crois que l’on peut affirmer que Hannah arrive à garder le ton vif et oral de l’écriture d’Aragon, tout en élaguant délicatement et intelligemment l’original, pour que justement la traduction ne constitue jamais de barrière, pour le lecteur anglophone, à une appréciation spontanée et dégagée du texte. Son travail de « révision » est efficace. La suppression des redites et des longueurs est faite avec doigté, sans laisser d’incohérences, toujours dans le souci de mettre en relief le caractère des personnages et le déroulement de l’action, de protéger et de renforcer l’élan du texte.

  • 79 Cette citation et celles qui suivent renvoient, selon la langue, à l’édition américaine : Louis Ara (...)
  • 80 Ce terme désigne, en stylistique comparée, ces mots ou expressions, le plus souvent d’ordre tempore (...)

33L’élagage touche ainsi surtout les descriptions79. Les « petits chapeaux étroits et percés » des jeunes dames dans la foule de l’Exposition, par exemple, ne sont plus « retenus dune bride sous le menton » (p. 33). Des détails sans portée pour l’intrigue ainsi que les charnières80, typiques de l’écriture en français mais moins fréquentes en anglais, sont supprimés pour mettre l’accent sur l’action du personnage, comme on le voit bien dans la traduction du passage suivant tiré du séjour de Mercadier à Vérone :

Mais cest à Vérone devant lAdige que Mercadier comprit soudain que la loi morale du monde, cest le jeu. Là-dessus il prit le train pour Milan, où il senivra tout un mois de musique, puis se décida enfin ; et un peu avant Pâques, il débarquait à Monte Carlo avec la grippe, allait sinscrire au casino, puis rentrait se coucher à lhôtel dont il ne sortit pas pendant trois jours, (p. 410)

34La traduction, plus concise, se termine sur le mot casino, lieu où commence l’action du chapitre suivant :

At Verona, leaning over the swift-flowing Adige, Mercadier suddenly came to the conclusion that the moral law of the universe was embodied in the art of gambling. Thereupon he reached a decision, and shortly before Easter took the train to Monte Carlo, where he registered immediately at the casino, (p. 262)

35Les références d’ordre historique ou culturel que le lectorat français reconnaîtrait, mais qui auraient pour effet de distraire ou d’égarer le lecteur américain, sont précisées ou carrément supprimées, si elles ne sont pas nécessaires pour une compréhension de l’intrigue. « Montmartre » (p. 4), image plus facile à décoder, remplace ainsi « la Butte » (p. 34). Par contre, dans la description de la maison du père de Paulette, l’allusion à la Guerre de 1870 est effacée : « Chez son beau-père, avant 70, il y avait un album avec des vues de Russie » (p. 407) devient « His stepfathers house had contained an album filled with views of Russia » (p. 259). Parfois ce procédé touche à des qualificatifs plus importants, mais déjà présentés, comme dans la description suivante d’une prise de conscience par Mercadier :

Jamais Pierre Mercadier navait éprouvé ce sentiment de force et de plénitude quil avait en lui. Tous les petits incidents de la vie prenaient sens, et contribuaient à enivrer le professeur dhistoire. Il lui vint même à lesprit de se désigner ainsi, le professeur dhistoire, et il en ressentit une satisfaction et une gaieté singulières. Ainsi tout était fini, tout allait se détacher, se libérer, le monde allait partir à la dérive, (p. 361)

36Dans la traduction, l’allusion au métier de Mercadier est supprimée :

Never before had Pierre Mercadier experienced such a feeling of strength and self-sufficiency as he did now. All the episodes of daily life took on new meaning, and contributed to his intoxication. All ties were to be broken ; he was to be free and adrift in the world, (p. 246)

37Parallèlement, les références littéraires sont simplifiées, si la traductrice juge qu’elles ne seraient pas reconnues par le public américain. La description de Blaise : « Bien quil pense les pires sottises dans le genre Jean-Jacques Rousseau » (p. 98), devient plus succinctement : « I dont care what romantic nonsense he believes in » (p. 57). La traductrice privilégie des formulations concises et idiomatiques, mais frappantes. « Sa main osseuse [du surveillant général] écrasa celle de Mercadier avec toute la chaleur de létreinte, et le froid du tombeau » (p. 362) est rendu par « The cordial handclasp of his bony fingers had in it the chill of the grave » (p. 247). Si la formulation perd une petite nuance du contraste souligné dans l’original, elle a le mérite d’en garder le rythme et la force.

  • 81 Lettre de Hannah Josephson à ses chers amis, op. cit.
  • 82 Lettre de Hannah Josephson à Elsa Triolet du 13 février 1940. Fonds Aragon, Bibliothèque nationale. (...)

38Dans tout ce travail de resserrement, Hannah porte une attention particulière à la vérification des noms des personnages, comme le lui a demandé l’auteur. Elle prend soin de rectifier, au besoin, quelques détails descriptifs discordants, dont certaines contradictions dans le portrait de la famille d’Yvonne entre le premier et le deuxième volume81, pour éviter des incohérences. Comme elle l’écrit à Elsa, tout cela se fait, « en fonction de [s]a connaissance des faiblesses du goût américain, sans enlever rien à la magnifique ampleur et à la belle musique du récit », car elle « tient absolument à ce que le livre soit une réussite autant financière que littéraire pour vous et pour Louis82 ».

La réception américaine

39Ce double souci littéraire et commercial se manifeste très clairement dans le texte de présentation que Hannah rédige, à la demande des éditeurs, pour préparer la réception de la traduction. Publié en septembre 1941 dans la prestigieuse revue Saturday Review of Literature sous le titre révélateur « Louis Aragon “Pœt of the War” », ce texte positionne savamment les Voyageurs autant sur le plan politique que littéraire. Établissant d’emblée des liens de solidarité entre l’auteur et son public américain, Hannah signale la générosité d’Aragon à Paris dans les années 1920 envers ses amis de « toutes les nations ». Elle décrit ensuite son passage du dadaïsme au surréalisme, en soulignant surtout son engagement social, sa solidarité avec tous ceux qui ont souffert pendant la grande crise des années 1930. Elle évoque rapidement sa carrière journalistique et le succès du journal du Front populaire, Ce Soir, s’attarde sur sa position anti-fasciste, qui lui a valu des attaques à l’Assemblée nationale, mais s’abstient de toute mention de son adhésion au parti communiste.

  • 83 Hannah Josephson, « Louis Aragon “Pœt of the War” », Saturday Review of Literature, vol. 24, no 10, (...)

40Pour le public américain francophile et plus connaisseur, elle inscrit le roman dans la tradition des grandes fresques sociales de Balzac et de Zola, en contraste avec la mode du roman fleuve (Proust, Martin du Gard, Jules Romains). Surtout, elle aiguise la curiosité du public lecteur, soucieux de mieux connaître la France, et l’effet des grands tournants historiques sur la vie quotidienne de « vraies personnes (real people) ». Tous les aspects de la vie en France se retrouvent dans ces romans d’Aragon, dit-elle. « Nous y voyons aussi tous les facteurs qui ont abouti à la défaite de la France, la corruption, labsence de solidarité, et peut-être, malgré une défaite passagère, toute la promesse despoir qui reste dans ce pays écrasé et ensanglanté, lindéracinable intelligence du peuple français, son réalisme et son esprit critique, son désir de réaliser de grands exploits que le destin ne lui a pas encore fait perdre83 ». Pour terminer, elle met en valeur les actions courageuses d’Aragon comme soldat, et ses décorations militaires.

  • 84 Pour une bibliographie partielle de la réception américaine de la traduction, voir l’article d’Yvet (...)
  • 85 Anonyme, Time, 13 janvier 1941, p. 76.

41De toute évidence, on ne peut séparer les enjeux de la réception de The Century Was Young de son contexte historique particulier et de l’intérêt du public américain pour la France comme allié défait84. Même si les États-Unis n’entrent en guerre qu’après l’attaque contre Pearl Harbor par les Japonais le 7 décembre 1941, les Américains souffrent depuis la signature de l’armistice du 22 juin 1940 de voir un pays ami, auquel les attachent des liens historiques de sympathie et un commun amour de la liberté, se retrouver sous la férule de l’occupant. Sur ce plan, la présentation de The Century Was Young reprend très précisément, bien que plus chaleureusement et sur un ton de grande sincérité, la façon dont la maison d’édition entend mettre à profit cette conjoncture, d’une part pour soutenir la cause française et anti-fasciste sur le plan politique, et d’autre part, sur le plan commercial, pour favoriser la diffusion du livre. Ainsi le roman est-il déjà annoncé, le 13 janvier 1941, dans le magazine Time, dans un article portant sur le sort des auteurs français depuis la chute de la France. Aragon y est présenté comme un héros militaire, qui « sest évadé dune prison nazie, et qui sest réfugié en zone libre au sud de Limoges, où il travaille à un roman (sans dimension politique). Un roman quil a écrit avant la guerre sera publié en traduction aux États-Unis : plus tard ce printemps sous le titre provisoire de The Century Was Young85 ».

  • 86 Voir à ce sujet Linda Wagner-Martin, The Mid-Century American Novel 1935-1965, New York, Twayne Pub (...)
  • 87 Elle adoptera la même stratégie plus tard avec Aragon. Pœt of the French Resistance. Dans une lettr (...)
  • 88 Voir Richard Lehan, « American Literary Naturalism : The French Connection », Nineteenth-Century Fi (...)
  • 89 Voir David L. Minter, op. cit., p. 150.

42Dans sa présentation du livre et de l’auteur, la traductrice touche pourtant à des cordes plus complexes, et démontre sa connaissance approfondie autant des grands débats politiques que des enjeux littéraires qui divisent, ou rassemblent, la société américaine de l’époque. En évoquant la générosité d’Aragon envers ses amis, elle rappelle les liens historiques de solidarité entre Américains et Français, mais elle fait aussi appel au sens nouveau de solidarité sociale que les années de la Grande crise ont permis de susciter au sein de la société américaine et qui a trouvé écho dans les mouvements littéraires de l’époque. En soulignant l’évolution d’Aragon de poète surréaliste à romancier engagé, elle offre une image de l’auteur français à laquelle le public lecteur américain peut s’identifier, le détachant des exubérances excessives de la littérature des années 1920, et l’inscrivant dans les préoccupations progressivement plus sociales des romanciers américains des années 1930 et leur rejet de l’individualisme86. En même temps, en taisant l’adhésion d’Aragon au parti communiste, elle cherche à libérer le roman d’un cadre interprétatif trop ouvertement politisé qui pourrait l’embourber dans les litiges qui opposaient alors différents groupes au sein de la gauche américaine plus radicale et restreindre son public lecteur. (Il faut dire qu’à partir de 1933, le « New Deal » de Roosevelt gagnait des adeptes, et le parti communiste américain perdait progressivement du terrain)87. Les allusions littéraires notamment à Balzac et à Zola fonctionnent d’une façon semblable, en rapprochant le roman de la vieille tradition du naturalisme américain, dans la foulée de Frank Norris et Theodore Dreiser88, sans l’identifier à l’école américaine particulière du roman radical ou du roman prolétarien. Enfin, en insistant sur l’ampleur de la fresque romanesque de The Century Was Young, la façon dont le roman permet d’éclairer l’actualité de la France par un retour sur son passé, Hannah rejoint un des leitmotive du roman américain des années 1930, qui voit dans l’examen du passé un moyen de mieux comprendre le présent89.

  • 90 Malcolm Cowley, « Decline and Fall », The New Republic, 8 décembre 1941, p. 768, je traduis. En ang (...)
  • 91 Ibid., je traduis. Le texte anglais est le suivant : « novel of character and intrigue which appare (...)
  • 92 Ibid., p. 769, je traduis. En anglais : « an absorbing novel of character and intrigue », Mercadier (...)

43Tous ces thèmes et rapprochements interculturels refont surface dans les comptes rendus du roman. Le ton est donné d’emblée, évidemment, par le contexte de la guerre et la situation de la France. Malcolm Cowley en parle dans The New Republic dans un article consacré à trois livres : Scum of the Earth d’Arthur Kœstler, Pierre Laval d’Henry Torrès, et The Century Was Young d’Aragon. Il s’agit, dit-il, de trois auteurs « écrivant à une époque différente, énonçant chacun sa vision personnelle de la vérité, mais tous jetant une nouvelle lumière sur la défaite de la France90 ». Cowley semble chercher, comme Hannah, à dépolitiser le roman, afin d’éviter sa marginalisation au sein d’un public américain de plus en plus frileux par rapport au communisme, tout en insistant sur son actualité. Aussi présente-t-il le livre comme « un roman psychologique, un roman de mœurs, qui en apparence na rien de politique – son sujet étant la vie privée dun professeur et de sa famille – et pourtant le portrait que dresse Aragon de Mercadier nous informe mieux quun grand nombre de traités politiques des faiblesses de la Troisième République91 ». Ce qui ne l’empêche pas de souligner la grande qualité littéraire du roman : Pierre Mercadier serait « une des grandes figures archétypales de la littérature moderne92 ».

  • 93 Milton Rugoff, « A Novel in the Balzac Tradition », New York Herald Tribune Books, 16 novembre 1941
  • 94 Clifton Fadiman, The New Yorker, 1er novembre 1941, p. 70, je traduis. Les qualificatifs se lisent (...)
  • 95 Ibid., p. 71, je traduis. En anglais : « Possibly Aragon is trying in this book which touches, al (...)

44Cette même façon de voir dans le sujet du roman – l’individualisme de Mercadier et le portrait de son époque – une explication, sinon une analyse, de la chute de la France sous-tend en filigrane presque tous les comptes rendus, même ceux qui a priori offrent une évaluation surtout en termes littéraires. Dans un article intitulé « Un roman dans la tradition balzacienne », Milton Rugoff met ainsi l’accent sur l’art avec lequel l’auteur creuse les motivations du protagoniste afin d’illustrer et d’éclairer « lambiance dun milieu ou dune époque93 ». L’écriture d’Aragon est comparée à celle de Balzac et Zola, par sa vision panoramique, et, par son ambition, à celle de Proust, Romains, Duhamel et Martin du Gard. L’absence de références à la littérature américaine situe le roman clairement dans son contexte français, subtile évocation de la situation de la France. Nonobstant quelques réserves (il critique le côté « excessif » du roman – la présence de trop nombreux personnages dont les pensionnaires de Paulette), Rugoff qualifie le roman de « fascinant » et son compte rendu est généralement positif. En revanche, Clifton Fadiman déclare le livre « décevant » et reproche à l’auteur son « incapacité à construire une bonne intrigue », sa « prédilection écrasante pour le sordide et le répugnant94 » et la prolifération d’allusions à la littérature française. Il conclut en se demandant néanmoins si « Aragon ne tente pas dans ce livre qui touche, dune manière toujours originale, à la vie politique, à laffaire Dreyfus et à beaucoup dautres questions–, de montrer combien les racines de la décadence de la France sont profondes. Tous les personnages sont faibles, égoïstes, incapables de se tailler une destinée qui leur soit propre, et, en apparence, complètement indifférents au destin commun de leurs concitoyens95 ».

  • 96 Harold Strauss, « A New Novel by Louis Aragon », New York Times, 9 novembre 1941, p. BR8, je tradui (...)

45La réception du livre, du moins à en juger par les comptes rendus, reste tributaire, jusqu’à un certain point, de la perception américaine des prises de position à la fois littéraires et politiques de l’auteur. Les critiques de Fadiman, ainsi que les quelques réserves de Rugoff, par exemple, semblent refléter en partie une opinion négative à l’égard du passé surréaliste et dadaïste d’Aragon. Par contre, Harold Strauss, qui voit dans les extravagances de Dada, non pas une échappatoire esthétisante voire décadente, mais une critique acerbe de la génération responsable de la Première guerre, loue le roman. « Il y a bien des romanciers qui savent mieux raconter une histoire, écrit-il d’Aragon, mais très peu qui nous laissent autant de matière à réflexion96 ».

  • 97 Anonyme, « Defeat of an Individualist », Time, 10 novembre 1941, p. 102, je traduis. En anglais : « (...)
  • 98 Clifton Fadiman, art. cité, p. 71, je traduis. La phrase en anglais est la suivante : « This sectio (...)
  • 99 Voir, entre autres, Jews Without Money (1930) de Michael Gold, rédacteur de New Masses.
  • 100 R. Ellis Roberts, « Aragon… », Saturday Review of Books, 15 novembre 1941, p. 12, je traduis. En an (...)
  • 101 Voir Milton Rugoff, art. cité ; Harold Strauss, loc.cit., p. BR8 ; Clifton Fadiman, art. cité ; Chr (...)

46À travers les critiques ou les éloges du livre se révèlent aussi les préoccupations des chroniqueurs américains et les scissions qui marquent la société américaine. Quelques observations, quoique sommaires, sur la prédilection de Mercadier pour le jeu montrent que le livre ravive, chez le public américain, les souvenirs des affres du krach boursier. Le thème de la décadence sociale et morale responsable de la guerre et des malheurs de la société trouve des résonances dans une période marquée encore par la condamnation générale de l’insouciance des années 1920 et de ses conséquences désastreuses. Sous la dénonciation des dimensions « sordides » du livre, pour reprendre le mot de Fadiman, pointe un certain puritanisme. Signe de pudeur, on parle peu des passages à connotation sexuelle. Le rédacteur anonyme du compte rendu paru dans Time se contente de signaler que « les coïncidences et les scènes de boudoir abondent97 ». Fadiman qualifie la dernière section du livre de « laide », tout en concédant qu’elle est néanmoins « extrêmement puissante98 ». La question juive est mentionnée (l’affaire Dreyfus), mais n’est pas un aspect du roman sur lequel on s’attarde. Il n’y a aucune tentative de rapprocher le texte d’Aragon de romans américains sur cette question99. Le titre suscite au moins un commentaire négatif. Selon R. Ellis Roberts, « il est dommage que Madame Josephson, dont la traduction des Voyageurs de l’Impériale est toujours bien faite, ait pu choisir un titre dont les connotations sont tout à fait contraires au ton de ce roman puissant et sombre, et parfois même intolérablement douloureux, dAragon. Ce siècle na jamais été jeune100 ». Reflet peut-être des habitudes de lecture du public américain, plusieurs chroniqueurs font part d’une certaine frustration par rapport à la prolifération des personnages, et trouvent que le roman souffre de longueurs101.

  • 102 Anonyme, art. cité, p. 104.
  • 103 Harold Strauss, art. cité
  • 104 Ibid., p. 34.
  • 105 Boyd Carter, « Louis Aragon : The Century Was Young », Accent, vol 2 (1942), p. 122-123.

47Une lecture du livre en termes de lutte des classes affleure dans les comptes rendus, sans être pour autant développée. Le petit article paru dans Time est accompagné d’une photo d’Aragon au-dessus de la vignette « Louis Aragon… préfère un cordonnier à son protagoniste102 ». En général, la critique américaine envisage le comportement de Pierre Mercadier moins dans une perspective sociale, comme une illustration de la décadence de la bourgeoisie (française ou américaine), que du point de vue individuel, comme le destin d’un être particulier. Le contraire du modèle américain du self-made man, il serait un homme qui s’autodétruit. Strauss, par exemple, insiste sur une interprétation du roman comme une « allégorie de lindividu déchiré entre sa soif de liberté et sa quête de sécurité103 ». Il situe Mercadier dans le contexte de la bourgeoisie française et termine son texte en évoquant le « monde des masses », mais on a l’impression, en le lisant, que ces remarques, qui laissent percer un langage politique, concernent surtout la France104. C’est un peu la même approche dans le compte rendu bref mais particulièrement élogieux de Boyd Carter, bien que celui-ci semble s’ouvrir davantage à une interprétation politique universelle, applicable aux États-Unis105.

  • 106 Louis Aragon, op. cit., p. 725.
  • 107 Christina Stead, art. cité
  • 108 Hannah Josephson, « Is the hero of the book a Nobody ? », New Masses, 17 février 1942, p. 23.

48Sur le plan politique, la critique la plus insolite est celle de Christina Stead. Écrivaine d’origine australienne ayant séjourné en France, fervente marxiste sans être communiste, Stead signe le compte rendu le plus élaboré de la traduction. Sous des dehors très louangeurs, autant pour la traduction que pour le roman, son article est en fait sournoisement démolisseur. Pour Stead, Mercadier serait une sorte de figure errante, dépolitisée, à la Peer Gynt. Le dernier mot de Mercadier, « Politique106 », et les images de la famille Méré ne seraient que des « procédés utiles » pour bien ficeler l’intrigue, et ne constituent nullement une clé pour interpréter le roman. Dans un petit passage, sans doute le plus révélateur de son point de vue, elle laisse entendre que l’auteur a de la difficulté à surmonter ses antécédents bourgeois, et à faire face à la disparition de sa classe107. À cette attaque contre le livre et son auteur, qu’elle ne peut que considérer comme déloyale, venant de la part d’une écrivaine de la gauche, Hannah réagit vivement. Dans une réplique courtoise mais ferme, elle souligne combien le roman reflète l’engagement social et politique d’Aragon, en éclairant les conséquences néfastes de l’égoïsme bourgeois. S’agissant des Méré, conclut-elle, « Mlle Stead se méprend sur les intentions de lauteur. Méré est un ouvrier dont la conscience politique sest développée beaucoup plus rapidement que celle de lintellectuel bourgeois représenté par Mercadier, sous la dure férule de la nécessité108 ».

 

49Sans épuiser la question, cette présentation de l’aventure américaine des Voyageurs de lImpériale atteste le rôle primordial, indispensable, que Hannah Josephson a joué dans le rayonnement de ce livre aux États-Unis. L’énergie et le dévouement exceptionnels avec lesquels elle a servi la cause d’Aragon, et celle de la gauche anti-fasciste, sont indéniables. Sa connaissance du milieu éditorial, la qualité de sa plume et son efficacité de « editor » ont énormément contribué au succès de la traduction. La réception du livre par la critique américaine lui donne raison, en effet, sur de nombreux points, en montrant le potentiel, comme les limites, de la lecture de l’œuvre dans sa nouvelle terre d’accueil. Tout au long de la Deuxième Guerre mondiale, elle poursuivra son travail d’intermédiaire pour faire la promotion de l’œuvre d’Aragon aux États-Unis, en réunissant, avec Malcolm Cowley quelques-uns de ses poèmes et écrits en un volume d’hommage intitulé Aragon, Pœt of the French Resistance. Les liens de solidarité politique et littéraire que les efforts de Hannah ont permis de tisser ne semblent pas avoir survécu aux effets néfastes de la Guerre froide et du maccarthysme. Si les chercheurs américains se penchent encore sur l’œuvre d’Aragon, c’est presque exclusivement, pour ne pas dire seulement, sur ses textes de l’époque du surréalisme et de Dada. Peut-être que l’intérêt encore récent pour la traductologie pourrait contribuer à faire sortir son œuvre romanesque de l’ombre et à éclairer, voire relancer, l’aventure de l’ensemble de ses textes romanesques en terre d’Amérique.

Notes

1 Voir Michel Apel-Muller, « L’édition de 1942 des Voyageurs de limpériale, une entreprise “diabolique” », RCAET no 1, p. 167-207 (réédité dans Lectures dAragon : Les Voyageurs de l’Impériale, sous la direction de Luc Vigier, Presses Universitaires de Rennes, 2001). Pour une synthèse de la genèse et des différentes éditions du roman, voir Suzanne Ravis-Françon, Les Voyageurs de limpériale dAragon, Gallimard, coll. « Folio », 2001, p. 11-38.

2 Lettre de Louis Aragon à Hannah Josephson datée du 15 novembre seulement, mais rédigée très vraisemblablement en 1940, Fonds Matthew Josephson, Yale Collection of American Literature, Beinecke Rare Book and Manuscript Library, Yale University (dorénavant indiqué par le sigle : B RB ML). « Ma chère Hannah, écrit-il dans une autre lettre, je crois bien que sans vous jaurais moi-même perdu tout à fait mon temps et ma peine » (Lettre de Louis Aragon à Matthew et à Hannah Josephson, datée du 5 septembre 1940. BRBML).

3 Aragon, « Et comme de toute mort renaît la vie », préface aux Voyageurs de lImpériale (1965), Gallimard, Folio, p. 25.

4 Aragon, Œuvres romanesques complètes, t. Il, édition publiée sous la direction de Daniel Bougnoux avec, pour ce volume, la collaboration de Raphaël Lafhail-Molino, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2000, p. 1406.

5 Le mot est de Daniel Bougnoux. Ibid.

6 Ibid. Sans doute serait-il plus exact de dire de l’automne 1939 jusqu’en 1941, car une aide transite par la maison d’édition dès l’automne 1939, sans compter le fait que l’éditeur accepte aussi d’envoyer des avances avant la publication de la traduction en octobre 1941.

7 Matthew Josephson, Life among the Surrealists, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1962, p. 109-139.

8 Ibid., p. 154, 160-161.

9 Jean Albertini, « Les Deux Amériques d’Aragon », The Romanic Review, vol 92, nos 1-2 (2001), p. 148. Ce jugement reste valable, malgré un certain éloignement entre les Josephson et le couple Aragon-Triolet au cours des années 1950 et 1960, dû à une différence d’opinion sur la politique de Staline.

10 Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1406.

11 D’ailleurs, ce rôle d’intermédiaire, presque d’agent littéraire, Hannah va continuer à le jouer jusque dans les années 1950 et 1960. Aragon lui demande conseil pour faire traduire ses livres, ou ceux d’Eisa, aux États-Unis. Pearce s’adresse à elle pour connaître son avis sur la traduction anglaise d’Aurélien, afin de pouvoir rassurer Aragon. Il sera aussi question d’autres projets de traduction.

12 Voir lettre de Hannah Josephson à Louis Aragon datée du 9 novembre 1938, Fonds Aragon, Bibliothèque nationale.

13 Le couple reste aux États-Unis « de la fin mai à la mi-juillet 1939 ». Voir Jean Albertini, art. cité, p. 150. Hannah Josephson fait allusion à cette visite du couple à Sherman en juin dans une lettre à Elsa Triolet, datée du 13 février, 1940. Fonds Aragon, Bibliothèque nationale.

14 Fait rapporté par Carl Josephson, le fils de Hannah et de Matthew, dans un entretien téléphonique avec Agnès Whitfield, le 10 août 2007.

15 Cap Pearce affirme qu’il n’avait pas rencontré les Aragon lors de leur séjour aux États-Unis, préférant laisser le travail de représentation à son collègue, Sam Sloan. Voir lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson, datée simplement « Sunday, February 9 » (Dimanche, 9 février), sans indication de l’année (BRBML). Cette information est confirmée par une remarque d’Aragon dans une lettre adressée à Matthew Josephson et à Malcolm Cowley datée du 22 octobre sans indication d’année, mais vraisemblablement écrite en 1940 : « Jaimerais que vous remerciiez Sam (et Pierce [sic] que je ne connais pas) un peu différemment que comme “éditeur” » (les guillemets sont d’Aragon) (BRBML).

16 Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 8 novembre 1939 et lettre de Sam Sloan à Elsa Triolet du 8 novembre 1939 (BRBML). Le 13 décembre, après réception d’une lettre qu’il considère « parmi les plus émouvantes quil ait jamais lues » (« one of the most moving letters I have ever read »), Sloan écrit encore à Hannah pour exprimer son désir d’aider le couple Aragon Triolet davantage : « What would you think of repeating that transfer of funds as a Christmas momento ? », ce qui laisse entendre que l’argent vient plutôt des Josephson et Cowley, et pas de la maison d’édition elle-même, sans exclure une contribution de celle-ci (Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 13 décembre, 1939. BRBML).

17 Harry Thompson, « Duell, Sloan and Pearce (New York : 1939-1966) », Dictionary of Literary Biography, Detroit, Gale Research, vol. 46, p. 127. Daniel Bougnoux cite une lettre adressée par Sloan à Aragon dans laquelle l’éditeur affirme qu’il « espère commencer ses publications en mars 1940 » (op. cit, p. 1406). En fait, le premier livre de la nouvelle maison voit le jour plus tôt, soit le 1 décembre 1939 (Harry Thompson, art. cité). Signe de leurs préoccupations commerciales, les éditeurs allaient revenir assez rapidement sur la décision de ne pas publier de livres pour enfants. En août 1940, la maison acquiert les droits d’agence pour une série de livres pour enfants publiés par Musette Publishers à partir d’une émission radiophonique très populaire à l’époque.

18 Cité par Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1406.

19 Voir Jean Albertini, art. cité, p. 152.

20 Voir Harry Thompson, art. cité, p. 127.

21 Louis Aragon, « Et, comme de toute mort, renaît la vie… », Les Voyageurs de lImpériale, Gallimard, coll. « Folio », 1965, p. 23.

22 Daniel Bougnoux, op. cit., p. 1407.

23 Lettre de Louis Aragon à Matthew Josephson et à Malcolm Cowley datée du 22 octobre. La mention d’envois d’argent et de lettre reçues permet de conclure que la lettre date de 1940 (BRBML).

24 Lettre de Louis Aragon à Hannah Josephson, en date du 15 novembre. Grâce à d’autres mentions, il est possible de confirmer que la lettre date de 1940 (BRBML).

25 Louis Aragon, The Century Was Young, traduit par Hannah Josephson, New York, Duell, Sloan and Pearce, 1941, p. 571, je traduis. La version anglaise est la suivante : « In the summer of 1939, Louis Aragon had finished The Century Was Young, and had outlined in his mind and for his friends the plans for a new novel ».

26 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson datée du 12 janvier 1940 (BRBML).

27 Lettre de Sam Sloan à Elsa Triolet datée du 17 janvier 1940 (BRBML).

28 Sloan demande à Hannah de traduire trois poèmes d’Aragon qu’un ami de l’auteur lui a fait parvenir. Lettre de Sloan à Hannah Josephson datée du 30 juin 1941 (BRBML). Ces poèmes seront inclus dans l’introduction que Hannah rédigera pour la traduction.

29 Lettre de Louis Aragon à Sam Sloan du 12 février 1940 (BRBML). C’est moi qui traduis, car la lettre est rédigée dans un anglais courant mais légèrement décalé.

30 Voir, entre autres, la lettre de Hannah Josephson à ses « chers chers amis » (je traduis) du 8 décembre 1940 (BRBML).

31 Ibid.

32 Voir la lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 12 janvier 1940 (BRBML).

33 Le livre verra enfin le jour en 1949 sous le titre The Golden Threads (New York, Russell and Russell, 1949).

34 Lettre de Sam Sloan à Elsa Triolet du 17 janvier 1940 (BRBML).

35 Ibid.

36 Voir Aragon, Pœt of the French Resistance, sous la direction de Hannah Josephson et Malcolm Cowley, New York, Duell, Sloan and Pearce, 1945.

37 Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 27 août 1940 (BRBML).

38 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 12 mars 1940 (BRBML).

39 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 24 avril 1940, je traduis (BRBML). Voici le passage de la lettre en anglais : « Peggy has been held up a bit on her production these last couple of weeks, but she is assembling another batch and Ill be forwarding it to you in a day or so ».

40 Lettre de Hannah Josephson à Sam Sloan du 29 février 1940, je résume (BRBML). La formulation en anglais, plus imagée et plus amicale, est la suivante : « how your trust and confidence puts a body on her mettle ».

41 Ibid., je traduis. Le texte anglais est le suivant : « our Eric, who has never been sick a day since he was about four years old (except for several broken bones) came down with a bad case of the grippe this week. I have been doing the passage on Pascals pubescence in between alcohol rubs, sponge baths, bedroom trays, and other nursing duties. Puts me right in the mood. »

42 Sloan accuse réception de la bonne nouvelle. Voir lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 28 octobre 1940 (BRBML).

43 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 4 novembre 1940 (BRBML).

44 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 15 novembre 1940 (BRBML).

45 Lettre de Hannah Josephson à Louis Aragon et Elsa Triolet du 8 décembre 1940 (BRBML).

46 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 décembre 1940, je traduis (BRBML). La version anglaise est la suivante : « yours is bar none the most skillful translation I have ever seen. It completely captures the spirit of the original, it reads smoothly and idiomatically ; it literally dœs what should be the aim of every translation, it re-creates ».

47 Lettre de Sam Sloan à Louis Aragon du 4 février 1941 (BRBML).

48 Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 13 mars 1941 (BRBML).

49 Ibid.

50 Lettre de Sam Sloan à Louis Aragon du 9 avril 1941, je traduis (BRBML). En anglais : « This is not going to be an easy book to sell to American readers ».

51 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 23 juin 1941. Il est question des « page proofs » (BRBML).

52 Pearce cite ainsi Chevalier : « The translation reads very well. I am a little puzzled, however, after comparing a page or two at random with the text that appeared in the Nouvelle Revue française, at the numerous omissions of little pieces of sentences here and there, as though it were done to avoid difficulties presented by the original ». Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 17 septembre 1941 (BRBML).

53 La correspondance ne permet pas de confirmer l’analyse de Daniel Bougnoux (op. cit., p. 1407), selon lequel Hannah aurait déjà reçu des critiques de Chevalier en avril 1940, alors qu’elle venait de commencer la traduction. Les critiques de Chevalier sont clairement faites à partir d’une lecture des bleus ; le traducteur y fait allusion. Pearce reçoit la lettre de Chevalier le 17 septembre 1941 et lui envoie la réponse de Hannah le 25 septembre 1941 (Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 25 septembre 1941 (BRBML). Dans sa lettre à Pearce, datée du 1er octobre 1941, Chevalier qualifie ses premiers commentaires de « rapides » [« hastily dashed off »] et affirme que la traduction « se lit très, très bien » [« very well indeed »]. Il souligne encore « quelques inexactitudes et omissions » [« a few inaccuracies and omissions »], mais reconnaît que ce sont des détails « mineurs » [« minor »]. Les exemples sont effectivement assez pointilleux. Il s’agit de petites nuances et non pas de véritables inexactitudes : la traduction de « avec une certaine tendresse » par « tenderly », celle de « ascension sociale » par « success ». Les choix de la traductrice sont certainement défendables. Lettre de Haakon M. Chevalier à Cap Pearce du 1er octobre 1941 (BRBML). Les éditeurs interprètent, correctement à mon avis, la réponse de Chevalier comme une façon d’admettre qu’il a eu tort, sans perdre la face (« As Sam says, this enclosed letter from Haakon Chevalier probably belongs to the Eat Crow Division »). Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 9 octobre 1941 (BRBML).

54 Il est difficile de comprendre, en retraçant les étapes de la traduction et de la révision du texte comment Daniel Bougnoux arrive au chiffre de « quinze mois » pour le travail de traduction (op. cit., p. 1407).

55 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 24 avril 1940 (BRBML). Le passage anglais correspondant est le suivant : « We want of course to bring it out as soon as we can, for reasons which are apparent to you as they are to us, but there is just no sense in hurrying it to such an extent that the most perfect possible job both of translation and pre-publication publicity cannot be done. So lets think of it now as a book for early January, which is generally regarded as one of the best publishing months ».

56 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 18 novembre 1940 (BRBML).

57 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 23 juin 1941 (BRBML).

58 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 30 juin 1941 et lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 août 1941 (BRBML).

59 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 août 1941 (BRBML).

60 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 28 octobre 1940 (BRBML).

61 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson datée du 15 novembre 1940, je traduis (BRBML). En anglais : « the point has been raised that a title of this sort dœsnt seem sufficiently impressive for a book of the scope of les voyageurs ».

62 Ibid. Le texte anglais complet est le suivant : « Cudgel my brains as hard as I can, I produce nothing which really satisfies me ».

63 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 22 novembre 1940, je traduis (BRBML). La citation complète en anglais est la suivante : « I have been cudgeling my brains and literally lying awake nights worrying over the title for les voyageurs. And yesterday I think perhaps I found it. How do you like the century was young A Novel of France ? ».

64 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 22 novembre 1940, je traduis (BRBML). La formulation en anglais est la suivante : « The advantages of this are that it suggests the time and the sweep of the novel ; it has something of a nostalgic ring, and it is appropriate to the them of the France which was developing side by side with the France which was falling into decay. Cap and Charlie like it ; but dont let me sell you. I want yours and Mattys frank opinion ».

65 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 5 décembre 1940, BRBML. Le texte anglais au complet est le suivant : « I had another idea about the title prompted, of all things, by watching the streamlined Twentieth Century roll into Harmon Station and noticing the name of one of the cars. What would you think of calling it the imperial carriage. It has certain virtues of literalness of translation, brevity, and connotation of pre-first World War. I still prefer the century was young, but we never give up trying ».

66 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 4 février 1941, je traduis (BRBML). Le texte anglais est le suivant : « Can we, fair lady, now make definite the title the century was young ? You are literally the only person who hasnt received it with cheers, and since Aragon says that both he and Elsa feel that the objection about the first part of the book taking place in the nineteenth century is unimportant, I hope we can make the choice unanimous ».

67 Lettre de Cap Pearce à Hannah Josephson du 16 mars 1941 (BRBML).

68 Op. cit., p. 1407.

69 Lettre manuscrite de Louis Aragon à Hannah Josephson du 15 novembre, op. cit.

70 Ibid.

71 Voir David Shi, Matthew Josephson Bourgeois Bohemian (New Haven et Londres, Yale University Press, 1981) pour de plus amples renseignements biographiques sur Hannah et Matthew Josephson.

72 Œuvrant dans le domaine médical notamment, Maxwell Geffen a été successivement éditeur du New York Medical Week et de l’Omnibook Magazine. Felicity Geffen était la directrice générale de l’American Academy of Arts and Letters à New York.

73 Lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 11 avril 1941 (BRBML).

74 Pièce jointe à la lettre de Sam Sloan à Hannah Josephson du 9 février 1940 (BRBML). En anglais : « Proves nothing about the characters that we do not know already » ; « interesting in itself, but it slows up the progress of the novel considerably » ; « Pictures the ennui of a woman who has nothing to do – really très ennuyeux [en français et sans accent dans le texte] ».

75 Louis Aragon, Les Voyageurs de limpériale, Gallimard, coll. « Folio », 1965, p. 369. Les références entre parenthèses renverront désormais à cette édition.

76 Sur ce plan, une comparaison détaillée de la traduction avec l’édition française de 1965, en l’absence de l’original de 1939, pourrait donner une idée plus précise, sans être rigoureusement exacte, des différences entre les versions américaine et française du livre.

77 Lettre de Hannah Josephson à ses chers amis du 8 décembre 1940, je traduis (BRBML). En anglais : « I have always said of your writing, for instance, that it is the closest to French speech that I have ever read. It IS man speaking, not man writing [cest Hannah qui souligne]. Well, you can imagine what problems that would offer in English, since the habits of English speech are so much less staccato, and, in a way, so much less pœtic ».

78 Ibid, je traduis. En anglais : « The important thing has been to try to cast it all in a language frame that will never offer a stumbling block to an English reader, without detracting from the Frenchness of the running story. I mean that I do not want your characters to think like Americans or Englishmen, but they will have to talk that way. I am explaining all this to justify an absence of literalness in the translation, which I hope will meet with your approval ».

79 Cette citation et celles qui suivent renvoient, selon la langue, à l’édition américaine : Louis Aragon, The Century Was Young, op. cit., ou à l’édition établie par l’auteur en 1965 : Louis Aragon, Les Voyageurs de limpériale, op. cit.

80 Ce terme désigne, en stylistique comparée, ces mots ou expressions, le plus souvent d’ordre temporel (par ex. « puis », « ensuite », « en même temps ») ou logique (par ex. « mais » « cependant », « du reste », « en revanche ») dont la fonction consiste à marquer les liens logiques entre les phrases et à renforcer ainsi la cohérence du texte auprès du lecteur. En général, l’anglais en fait un usage plus limité que le français. La cohérence est surtout établie par la structure de présentation des idées, sans que la logique interphrasale soit nécessairement marquée explicitement.

81 Lettre de Hannah Josephson à ses chers amis, op. cit.

82 Lettre de Hannah Josephson à Elsa Triolet du 13 février 1940. Fonds Aragon, Bibliothèque nationale. En anglais : « on the basis of what I know to be the weaknesses of American taste, cuts that will in no way affect the great movement and music of the story ? I am very anxious that this should be a financial as well as a literary success for you and for Louis ».

83 Hannah Josephson, « Louis Aragon “Pœt of the War” », Saturday Review of Literature, vol. 24, no 10, 6 septembre 1941, p. 11, je traduis. Le texte anglais est le suivant : « Alt of French life is to be found in these novels… We can see too all the causes of the French defeat here, the corruption, the lack of unity and social purpose, and perhaps, in spite of momentary defeat, all the promise of that crushed and bleeding country as well : the fundamental intelligence of the French as a people, the realism and just self-appraisal, the spirit of high adventure not yet burned out of them ».

84 Pour une bibliographie partielle de la réception américaine de la traduction, voir l’article d’Yvette Gindine, « Essai de bibliographie américaine d’Aragon », Europe, nos 454-455, février-mars 1967, p. 264-267.

85 Anonyme, Time, 13 janvier 1941, p. 76.

86 Voir à ce sujet Linda Wagner-Martin, The Mid-Century American Novel 1935-1965, New York, Twayne Publishers, 1997 ; Paul Lauter, « American Proletarianism », in The Columbia History of the American Novel, sous la direction de Emory Elliott, New York, Columbia University Press, 1988, p. 331-356 ; David L. Minter, A Cultural History of the American Novel : Henry James to William Faulkner, Cambridge/New York, Cambridge University Press, 1994, p. 147-194.

87 Elle adoptera la même stratégie plus tard avec Aragon. Pœt of the French Resistance. Dans une lettre au couple Aragon-Triolet à ce sujet, elle affirme ne pas avoir attiré l’attention sur la dimension communiste des activités de l’auteur afin d’éviter des retombées négatives sur la réception du livre, tant à l’intérieur des cercles de gauche qu’auprès du grand public. Lettre à Aragon et à Triolet du 1er mars 1946, Fonds Aragon, BNF.

88 Voir Richard Lehan, « American Literary Naturalism : The French Connection », Nineteenth-Century Fiction, vol. 38, no 4 (1984), p. 546-547.

89 Voir David L. Minter, op. cit., p. 150.

90 Malcolm Cowley, « Decline and Fall », The New Republic, 8 décembre 1941, p. 768, je traduis. En anglais : « three writers, each of them dealing with a different period, each stating his personal vision of the truth, but all of them casting new light on the fall of France ».

91 Ibid., je traduis. Le texte anglais est le suivant : « novel of character and intrigue which apparently has nothing to do with politics – its subject being the private life of a professor and his family – and yet it tells us more about the weaknesses of the Third Republic than any number of political treatises ».

92 Ibid., p. 769, je traduis. En anglais : « an absorbing novel of character and intrigue », Mercadier est vu comme « among the archetypical figures of modern fiction ».

93 Milton Rugoff, « A Novel in the Balzac Tradition », New York Herald Tribune Books, 16 novembre 1941.

94 Clifton Fadiman, The New Yorker, 1er novembre 1941, p. 70, je traduis. Les qualificatifs se lisent comme suit en anglais : « no plot sense » ; « an overbalancing predilection for the sordid and the repulsive ».

95 Ibid., p. 71, je traduis. En anglais : « Possibly Aragon is trying in this book which touches, always originally, on politics and the Dreyfus affaire and many other matters – to reveal how far back the roots of Frances decay extend. All the characters are feeble, egocentric, incapable of carving out their own personal destinies, and apparently uninterested in the common destiny of all Frenchman ».

96 Harold Strauss, « A New Novel by Louis Aragon », New York Times, 9 novembre 1941, p. BR8, je traduis. En anglais : « There are many who can tell a story better, but few who leave so much to ponder on ».

97 Anonyme, « Defeat of an Individualist », Time, 10 novembre 1941, p. 102, je traduis. En anglais : « Coincidence and the bedroom are in constant use ».

98 Clifton Fadiman, art. cité, p. 71, je traduis. La phrase en anglais est la suivante : « This section is ugly but extremely powerful ».

99 Voir, entre autres, Jews Without Money (1930) de Michael Gold, rédacteur de New Masses.

100 R. Ellis Roberts, « Aragon… », Saturday Review of Books, 15 novembre 1941, p. 12, je traduis. En anglais : « It is a pity that Mrs. Josephson, whose translation of Les Voyageurs de lImpériale is always good, should have chosen an English title that suggests a note quite opposite to that struck in Aragons powerful, somber, at moments intolerably painful novel. The century, this century, has never been young ».

101 Voir Milton Rugoff, art. cité ; Harold Strauss, loc.cit., p. BR8 ; Clifton Fadiman, art. cité ; Christine Stead, « The Century Was Young », New Masses, 20 janvier 1942, p. 24.

102 Anonyme, art. cité, p. 104.

103 Harold Strauss, art. cité

104 Ibid., p. 34.

105 Boyd Carter, « Louis Aragon : The Century Was Young », Accent, vol 2 (1942), p. 122-123.

106 Louis Aragon, op. cit., p. 725.

107 Christina Stead, art. cité

108 Hannah Josephson, « Is the hero of the book a Nobody ? », New Masses, 17 février 1942, p. 23.

Auteur

Université York (Canada)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search