Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Dossier Elsa Triolet

« La Valse des juges » : Elsa Triolet au procès de Nuremberg

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Elsa Triolet publie dans Les Lettres françaises des 7 et 14 juin 1946 un article intitulé « La Valse des juges », reportage sur le procès de Nuremberg auquel elle a assisté comme journaliste en mai 1946. Compte-rendu fidèle de l’interrogatoire de Baldur von Schirach (chef de la jeunesse hitlérienne, puis gauleiter de Vienne), mais aussi montage savant mettant en valeur Jacques Decour, intellectuel résistant, le reportage sort du cadre du Tribunal : la narratrice, laissant le hasard guider ses pas dans Nuremberg en ruines, éclaire la séance du procès par l’observation de ce qui se passe à l’extérieur ; le reportage se transforme en enquête, en témoignage sur l’Allemagne d’après-guerre, et exprime le pessimisme de l’auteur quant à une remontée possible du nazisme et à l’efficacité du procès.

Texte intégral

  • 1 Et dont le rédacteur en chef était George Adam.
  • 2 Elsa Triolet choisie par Aragon, Gallimard, 1960, p. 250-267. Désormais abrégé : Elsa Triolet chois (...)
  • 3 ORC, t. 9, p. 32-35.
  • 4 ORC, respectivement t. 9 (1964) et t. 10 (1965).

1Dès les années vingt, Elsa Triolet a écrit des textes journalistiques, en russe ou en français, sur les thèmes les plus variés : littérature, mode, vie quotidienne, événements politiques… Pendant la seconde guerre mondiale, participant activement à la Résistance, elle rédige des articles dans différents périodiques : la revue de Pierre Seghers, Poésie 41, puis 42… La Drôme en armes à la Libération, Les Lettres françaises juste avant ; dans l’immédiat après-guerre, les 7 et 14 juin 1946, elle publie dans ce journal, alors dirigé par Claude Morgan1, un « reportage » un peu particulier sur le procès de Nuremberg, intitulé « La Valse des juges ». En 1960, ce texte est repris dans le recueil Elsa Triolet choisie par Aragon2 ; puis, en février 1965, Elsa Triolet l’insère dans sa « Préface au désenchantement3 », qui précède le roman Anne-Marie dans les ORC ; ce roman est composé de deux parties : Personne ne maime et Les Fantômes armés4. Dans cette préface, l’auteur relie explicitement « La Valse des juges » aux Fantômes armés :

  • 5 ORC, t. 9, p. 31.

Il y a eu, pendant que jécrivais ce roman, mon voyage en Allemagne où jai assisté au procès de Nuremberg en qualité de correspondante des Lettres françaises. Le reportage publié en 1946, dans ce journal, « La Valse des juges », donne encore une fois le paysage dans lequel je vivais à cette époque et qui ma fait écrire plutôt ceci que cela…5

2Le procès de Nuremberg a duré près d’un an et s’est déroulé en plusieurs phases. À quelle période Elsa Triolet y a-t-elle a assisté ? Quelle a été la genèse de « La Valse des Juges » ? Et s’agit-il seulement d’un reportage ? En quoi ce texte diffère-t-il des témoignages d’autres écrivains comme Joseph Kessel ou Ilya Ehrenbourg ?

Date et circonstances de ce reportage

  • 6 C’est à dire 1945.
  • 7 ORC, t. 13, p. 11.
  • 8 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal Militaire International de Nuremberg, 14 n (...)

3Contrairement à ce que dit la « Préface à la mort dans l’âme », qui précède LInspecteur des ruines : « En automne de la même année6 je suis allée au procès de Nuremberg, seule, et nous sommes retournés ensemble en Allemagne, à Berlin, et puis ce furent Moscou, Varsovie, Prague7 », ce n’est pas à l’automne de 1945 qu’Elsa Triolet assiste à ce procès, mais au printemps 1946. En effet, l’interrogatoire relaté dans le reportage, celui de Baldur von Schirach, qui fut le chef de la Jeunesse hitlérienne, puis le Gauleiter de Vienne en 1940, se déroule, selon le texte officiel du procès, les 23, 24 et 27 mai 19468.

Le cadre du procès

4Le procès de Nuremberg s’est déroulé du 14 novembre 1945 au 1er octobre 1946 (date du verdict), après discussion entre Alliés et conclusion d’un accord quadripartite à Londres le 8 août 1945, décidant de créer un Tribunal militaire international, doté d’un statut particulier, lequel sera encore précisé en octobre 1945. Il s’est déroulé en plusieurs étapes : la première, l’accusation, dure jusqu’à la mi-mars 1946 ; au moment où Elsa Triolet y assiste, la deuxième étape, celle de la présentation des preuves à décharge, a commencé (elle durera jusqu’en juillet 1946).

5Les juges, assesseurs, procureurs, sont français, américains, anglais et soviétiques ; c’est le juge du Royaume-Uni, Lord Justice Geoffrey Lawrence, qui est élu Président, en hommage au courage de l’Angleterre pendant la guerre. Le juge français est Henry Donnedieu de Vabres.

6Les accusés sont au nombre de 25 (mais l’un d’eux, Bormann, est en fuite) et représentent les principales activités du Reich. Le procès juge aussi des organisations nazies comme les SS, la Gestapo, les SA etc…

7La ville de Nuremberg a été choisie, en tant que lieu du procès, pour plusieurs raisons : parce qu’elle était un haut lieu des rassemblements nazis, parce que c’est là que furent proclamées les lois racistes de 1935, mais aussi parce qu’elle se situait dans le secteur d’occupation américain (les Soviétiques auraient préféré Berlin) et que des édifices y étaient restés intacts, en particulier un immense Palais de Justice relié à une prison, et un grand hôtel (baptisé le « Grand Hôtel »), qui servit aux Alliés de lieu d’accueil et de réjouissances, comme en témoigne « La Valse des juges ».

8La presse, venue d’une vingtaine de pays, était majoritairement logée au château « Faber », une bâtisse néo-gothique, ainsi nommée car elle appartenait à la famille Faber, propriétaire d’une célèbre usine de crayons (dont il est question dans le reportage). Parmi les journalistes, une cinquantaine de Français, quatre-vingts Américains, une quarantaine de Britanniques… et des écrivains comme Ilya Ehrenbourg ou Joseph Kessel, envoyé spécial de France-Soir.

  • 9 Dont les machines venaient de contribuer à l’extermination des Juifs…Voir sur ce point Edwin Black,(...)

9Enfin, tout le monde pouvait suivre les débats en traduction simultanée, grâce à un système IBM9 et douze interprètes traduisant tous les propos en anglais, français, russe et allemand.

Problèmes et enjeux

10Ce procès ne s’est pourtant pas déroulé sans encombres et l’on perçoit dans le reportage d’Elsa Triolet des inquiétudes qui ne sont pas sans fondements.

  • 10 Le Procès de Nuremberg, présenté par Léon Poliakov, Julliard, 1971, coll. « Archives », p. 9-20. Vo (...)

11Au départ, en effet, apparaissent des divergences entre Alliés sur la nécessité même d’un procès. Selon Léon Poliakov (entre autres témoins), Churchill et les Anglais sont, jusqu’en 1944, pour des exécutions sommaires et contre un procès-fleuve10. Staline et l’URSS sont favorables à un procès suivi d’exécutions. Roosevelt propose que des juristes étudient la question d’un procès, mais il meurt en avril 1945 et c’est Truman, ainsi que le juge Jackson qui proposent et font adopter le statut du Tribunal Militaire International.

  • 11 La Valse des juges, in Elsa Triolet choisie…, p. 263. Le « on » désigne bien évidemment les nazis.

12Comme bon nombre de résistants, Elsa Triolet s’inquiète de la longueur des débats : « sil est possible de traîner en longueur les explications, on aura peut-être le temps de mieux sorganiser, de se cacher et, qui sait, de recommencer » écrit-elle11.

  • 12 Cité par François de Fontette, Le Procès de Nuremberg, PUF, 1996, coll. « Que sais-je ? », no 3321, (...)

13D’autre part, tout le monde ne s’accorde pas sur la notion de « complot » ou de « plan concerté », qui vient du droit anglais (c’est le terme de « conspiracy » qui est utilisé) et à laquelle le procureur américain Jackson tient énormément. Cette notion sera le premier chef d’accusation qui va ouvrir le procès, le deuxième étant les crimes contre la paix, le troisième, les crimes de guerre et le quatrième, les crimes contre l’humanité. La notion de « complot » permettait, semble-t-il, de faire un procès collectif et non une foule de procès individuels. Le juge français, H. Donnedieu de Vabres, s’oppose à cette notion, contestée d’ailleurs par la défense, qui met en avant le « Führerprinzip », c’est-à-dire le fait que Hitler détenait seul la totalité du pouvoir, qu’il n’y avait donc pas concertation, ce qui tendait à dédouaner les accusés. Cette thèse est rejetée par le Tribunal, qui finit par décider que la notion de complot ne s’appliquerait qu’aux crimes contre la paix et non aux crimes de guerre ou contre l’humanité (compromis obtenu par H. Donnedieu de Vabres). Mais il estime que les crimes contre l’humanité ne peuvent être sanctionnés qu’en lien avec les crimes contre la paix, ce qui exclut donc du procès ceux qui sont antérieurs au 1er septembre 1939, car, dit le Tribunal, « pour aussi révoltants et atroces quils fussent », ils ne relèvent pas de « lexécution dun complot ou dun plan concerté en vue de déclencher et de conduire une guerre dagression12 » ; si bien que le procès de Nuremberg a pu être considéré comme incomplet.

  • 13 Ibid., p. 31.
  • 14 Rudolf Hess était le « dauphin » de Hitler, son secrétaire – il écrivit Mein Kampf sous sa dictée – (...)

14Troisième point de divergence : le verdict. H. Donnedieu de Vabres se fait remarquer par une volonté de clémence que Francis Biddle, le juge américain, ami personnel de Roosevelt qualifie d’« étrange sensiblerie13 ». En effet, il propose des emprisonnements à vie pour plusieurs accusés que les autres juges veulent condamner à mort ; à l’inverse, le juge soviétique Nikitchenko demande plus de condamnations à mort et s’oppose à tout acquittement (il y en aura trois : ceux de Von Papen, Fritsche et Schacht). Nikitchenko demande notamment la condamnation à mort de Rudolf Hess14 qui sera emprisonné à vie.

15Tout ceci explique en partie les interrogations d’Elsa Triolet.

16Malgré tout, le procès fut mené à son terme et permit de garder en mémoire, grâce à ses minutes (42 volumes, dont 20 de documents, qui sont une mine extraordinaire d’informations et de témoignages), les crimes et les horreurs du nazisme, ses mécanismes, ses rouages et son idéologie ; il aboutit non seulement à la condamnation de grands criminels, mais aussi à celle, circonstanciée, du nazisme et fut une étape importante dans l’histoire du droit, notamment dans l’établissement de la notion de « crime contre l’humanité ».

17Cependant, il se déroule à un moment-charnière, où les racines du nazisme perdurent et où commence la « guerre froide », ce qui apparaît en filigrane dans le texte d’Elsa Triolet.

Le texte de « La Valse des juges »

Manuscrit, tapuscrits

  • 15 Je remercie M. Jean Ristat de m’avoir autorisée à consulter ce manuscrit et Mme Marie-Odile Germain (...)
  • 16 F° 1, r°.

18Le manuscrit se trouve dans un cahier de 98 feuillets, conservé à la Bibliothèque Nationale15 et qui contient aussi un brouillon de Dessins animés. Ce manuscrit est intitulé « Reportage pendant le procès de Nuremberg16 ». L’écriture semble de premier jet, avec quelques ratures ; le texte est écrit sur la page de droite (r°) et les réécritures sur la page de gauche (v° du feuillet précédent), selon l’habitude d’Elsa Triolet. Il couvre 35 feuillets et n’est pas divisé en parties. Il ne comporte pas de sous-titres.

  • 17 Respectivement ff. 2, 3, 5, 8, 18, 20, 21.

19Les tapuscrits sont au nombre de deux : l’un, que nous appellerons « tapuscrit A », comporte 23 feuillets de papier jauni, avec des corrections à l’encre bleu-noir et une numérotation tapée à la machine. Le texte n’est pas divisé en parties, mais entrecoupé de nombreux sous-titres : « le tribunal » « la traîne du tribunal », « ô courteline ! », « le boulot », « la cour, messieurs… », « le meeting sur la place adolf hitler », « après le boulot », « la réalité toute nue », « destins »17. L’autre, (« tapuscrit B ») compte 26 feuillets et n’est pas le double du premier. La frappe en est plus nette, le papier plus blanc ; il est séparé en deux parties, avec deux inscriptions au stylo bleu : « Lettres Françaises le 7-6-46 » et « Lettres Françaises le 14-6-46 ». Les sous-titres sont conservés. Le texte lui-même comporte peu de différences avec le précédent.

Textes imprimés

  • 18 C’est le cas des Raisins de la colère, publiés en chapitres dans Les Lettres françaises au même mom (...)

20Les Lettres françaises publient donc le reportage dans deux numéros, le 7 juin 1946 (n° 111) et le 14 juin 1946 (no 112). Le 7 juin, l’article débute en première page, sous un assez gros titre et se poursuit en page 3. Le 14 juin, la suite paraît en page 3 et occupe une place importante (cinq grandes colonnes) eu égard aux dimensions réduites du journal (8 pages en tout), dans cette après-guerre où l’on manque de papier. Dans les deux numéros, il est illustré de dessins (des caricatures de H. P. Gassier), ce qui n’est pas exceptionnel : beaucoup d’articles, voire de romans paraissant en feuilletons, sont illustrés ces années-là par des dessins ou des gravures18.

21On y retrouve les sous-titres des tapuscrits, entrecoupant le texte.

  • 19 Elsa Triolet choisie…, p. 250-267.
  • 20 Ibid., p. 267

22Ce reportage est ensuite repris par Aragon en 1960 dans le livre Elsa Triolet choisie par Aragon19. Les sous-titres n’y figurent plus (ils sont remplacés par des blancs). Il y a bien encore deux grandes parties, mais le texte n’est pas divisé de la même manière que dans Les Lettres françaises : il est coupé plus tôt, et toute la fin du reportage parue le 7 juin, sous le titre « Le boulot », est rejetée au début de la deuxième partie, lui donnant ainsi une plus grande cohérence en la centrant sur le travail du Tribunal. L’ensemble porte la date globale de « Juin 194620 », sans plus de précision.

  • 21 ORC, t. 9
  • 22 « Jai vu <, disait-il,> limmeuble dans lequel… » (Le « il » désigne Von Schirach), p. 41.

23Enfin, la « Préface au désenchantement », qui précède Anne-Marie21 en 1964, reproduit le texte, mais supprime les blancs et ajoute une petite incise22 dans une phrase, ce qui confirme ce qu’Elsa Triolet disait d’elle-même : qu’elle était toujours tentée de réécrire ses textes lorsqu’il s’agissait de les reproduire.

24Ces variations de présentation montrent bien l’importance du support pour la forme même du texte. Les sous-titres, par exemple, ont été ajoutés pour la publication en articles, puis retirés lorsque le texte, intégré à un livre, a pris un autre statut.

25Existe-t-il des différences entre le texte imprimé et celui des manuscrit et tapuscrits ?

  • 23 Ts. A, f° 18.
  • 24 Sic ; sans doute faut-il lire : « même ».
  • 25 Ts. A, ff. 19-20.
  • 26 Les Lettres françaises, no 112, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 265

26L’on peut constater que, dans le texte publié, certains passages par trop pessimistes ou excessifs ont été supprimés, par exemple des phrases comme celle-ci : « Et je me sens assaillie par des spectres gluants, en tout pareils à ceux de demain23 » ; ou bien, à propos des gens qui dansent au Grand Hôtel : « Et pourquoi ne danseraient-ils pas ? Ce nest pas à cause de la danse que le procès pourrit sur pied, mais24 les blues les plus étirés narriveraient pas à cacher ce fait25 ». Cette phrase a été remplacée par des points de suspension26.

27Le cahier manuscrit, d’ailleurs, comporte encore plus de jugements amers que les tapuscrits. L’écriture en est beaucoup plus relâchée et Elsa Triolet y exprime plus fortement ses angoisses ; par exemple, on peut y lire, à l’avant-dernière page :

  • 27 Ms., ff. 33 r°-34 r°.

La septicémie nazie est en pleine vigueur, elle ne fait que croître et embellir. Toutes les forces antidémocratiques se reconnaissent, se tendent les mains, réconfortées par la clémence <la sottise> criminelle, les délais…27.

  • 28 Les Lettres françaises, no 112, 14 juin 1946, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 266.

28Le texte publié est atténué, le passage réduit à : « ça prouve combien la septicémie nazie est vigoureuse28 » (le « ça » désignant un ensemble d’indices qui montrent la survivance du nazisme et la division des Alliés).

  • 29 Ms., f° 8 r°.

29De façon générale, le texte publié est plus court que le manuscrit ; il est rédigé plus clairement, réorganisé partiellement, des passages étant « remontés » dans le texte ; mais il y a peu de modifications importantes. Le manuscrit donne toutefois une précision autobiographique absente de l’article et assez lapidaire : « Jai pris le train militaire américain en tant quadministrée américaine, car [rature] Nuremberg cest lAmérique29. »

Reportage, témoignage… ?

  • 30 Les Lettres françaises, 7 juin 1946, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 256.
  • 31 Ibid. ; Elsa Triolet choisie…, p. 256-257.

30Le texte se présente comme un reportage : il est intitulé ainsi dans le manuscrit. Mais le moment où il est écrit joue sur son contenu ; en effet, en mai 1946, le procès est en cours depuis sept mois. Il n’est donc pas question de préciser aux lecteurs ce qu’ils connaissent déjà ; d’où, par exemple, une formule comme : « Je ne vais pas vous répéter ce qui a déjà tant de fois été raconté par la presse. Vous les connaissez sur toutes les coutures, ces assassins30. » Ceci est, en réalité, une prétérition, car Elsa Triolet dresse tout de même le portrait rapide de quelques accusés31. En revanche, elle consacre une place importante, dans la première partie, au cadre du procès et aux difficultés qu’elle a dû surmonter pour s’y rendre, si bien que le texte touche à l’autobiographie. Le récit des séances n’occupe que quatre pages – mais elles sont assez denses – et la fin du reportage évoque ce qui se passe à l’extérieur du Tribunal, dans la ville de Nuremberg ; le texte prend alors l’allure d’un témoignage et d’une enquête involontaire ; Elsa Triolet bouscule donc les codes.

  • 32 Reportage repris partiellement dans : Joseph Kessel, Témoin parmi les hommes, t. III « L’heure des (...)

31Cette structure particulière lui permet de faire le lien entre le passé récent, celui de la guerre, évoqué au procès, et le présent, démarche qui lui est particulière et que l’on ne trouve pas, par exemple, chez Joseph Kessel dans son reportage pour France-Soir, paru entre le 27 novembre et le 21 décembre 194532.

Une impression de malaise

32Dans toute la première partie, ainsi que dans la dernière, domine une impression de malaise due à plusieurs raisons. La première en est l’horreur d’une ville en ruines, ruines matérielles :

  • 33 .Elsa Triolet choisie…, p. 250.

Des reines. Des vraies, pas les ravissantes ruines des châteaux, ou les blanches colonnes sans chapiteaux que lon voit dans un parc […] Peut-on trouver belle la colline, avec la Burg en haut, et les ruines descendant la pente, murs troués, éboulis, toits aux tuiles balayées, laissant à nu la légère carcasse de bois ?33

33Ruines évoquées vers la fin du reportage par une métaphore macabre :

  • 34 Ibid., p. 261.

Un ciel gris […] remplace les murs des maisons arrachées comme des dents dans une mâchoire déjà à moitié pourrie, passe à travers les trous, à travers les orbites vides des fenêtres, le squelette des toits…34

34Mais ces ruines sont aussi morales :

  • 35 Ibid., p. 251.

Les passants… Écrasés comme les murs, incomplets comme ces enseignes avec leurs lettres qui pendent de travers, – Fri-Sal-n –, des déchets de familles, de couples, déchets de convictions, dopinions, daffirmations, de pouvoirs, de métiers…35

  • 36 Ibid.

35« ruines symboliques », écrit-elle36.

36À cela s’ajoutent la laideur et le mauvais goût du château Faber où sont logés les journalistes :

  • 37 Ibid. p. 252-253.

Le « Press Camp », le camp de la presse, est installé dans le château Faber, des crayons Faber. Une imitation dancien, avec un grand escalier en marbre blanc, un véritable trône pour le Faber principal, des fresques sur les murs de la salle à manger représentant la dynastie des Faber qui ne se perd pas dans la nuit des temps…37

  • 38 Ibid. La chanson dont il est question est « La chanson des crayons », chantée par Bourvil ; elle es (...)

37Un tableau montre des chevaliers se battant à coups de crayons, « “Cest ça quest triste” comme chante Bourvil. […] Combien a-t-il fallu de crayons pour donner aux Faber la possibilité de construire ce château parfaitement hideux ?38 »

38Laideur et mauvais goût également du spectacle donné dans la boîte de nuit du Grand Hôtel :

  • 39 Ibid., p. 264.

Un show, le spectacle, vient interrompre ces langueurs. Il y a des numéros allemands, avec les habituelles méthodes allemandes dexcitation qui sont des repoussoirs : cette fois-ci, on montre les dessous des femmes à travers les siècles ceinture de chasteté, pantalons et corsets…39

39En troisième lieu, et en opposition à tout cela, choquent la gaîté, la frivolité de ceux qui, du côté des Alliés, participent au procès et bénéficient d’un certain luxe :

  • 40 Ibid., p. 252.

Dans ce pays dévasté, tout ce qui a trait au procès monstre est pourvu par les Américains de draps propres, deau chaude, de nourriture, de moyens de communication, de musique, de danse, de whisky40.

40Dans la dernière partie, Elsa Triolet évoque les soirées où l’on danse, en particulier au Grand Hôtel :

  • 41 D’où le titre du texte.
  • 42 Ibid., p. 264.

Le « Marble Room » du Grand Hôtel est plein jusquaux bords, tous les soirs. Femmes et hommes en uniforme et en civil, on y voit danser les juristes, les dactylos, les interprètes, la presse, laccusation et, ceci nest pas une légende, on y voit danser les juges41 ! Les accusés qui attendent la mort bien gagnée, là-bas, dans la prison quils se sont construite eux-mêmes, et les juges sans toge, et le lieu même sont à lheure quil est des symboles bien effrités. Une boîte de nuit, avec whisky, et les blues qui sétirent comme du caoutchouc, des hommes et des femmes dans les bras les uns des autres, les couples qui se sont formés sous les yeux de tout le monde, dans ce vase clos où tout le monde sait comment cela va se passer42.

  • 43 Rappelons qu’Elsa Triolet a perdu sa mère et une partie de sa famille (réfugiée dans le Caucase) en (...)

41Le malaise vient sans doute de ce que ces contrastes violents ne laissent aucune place à la tristesse, au recueillement, au silence ; les malheurs des victimes du nazisme ne s’expriment pas, n’ont pas de place dans la vie qui reprend43.

42Par ailleurs, le sentiment d’oppression vient aussi des contrôles policiers subis par la narratrice avant même son départ de Paris. Alors que, dans le manuscrit, le récit de ces contrôles se situe chronologiquement au début, il est rejeté, dans l’article, à la fin de la première partie, sous forme de « flashback », soulignant ainsi la parenté entre ce qui se passe à Nuremberg et à Paris :

  • 44 Elsa Triolet choisie…, p. 254.

Des policiers, il y en a quelques-uns à Nuremberg. […] Si bien que javais à chaque instant limpression de friser la prison […]
Jai eu un petit goût de cette atmosphère confiante et amicale dès Paris, avant le départ. Pour pouvoir faire le voyage de Nuremberg, jai dû aller une fois au ministère de lInformation, trois fois à lhôtel Majestic, chez les Américains, et encore deux fois chez les Américains, boulevard Haussmann. […]
Au bout de ces six démarches, jai eu mes papiers, après tout sans grand mal. À la suite de quoi, jai reçu une convocation au commissariat de mon quartier pour « affaire me concernant44 ».

  • 45 Elsa Triolet recevra la médaille de la Résistance en 1947.

43Elle explique ensuite qu’elle a été l’objet d’une enquête diligentée par les Américains et qu’on lui a demandé ce qu’elle avait fait pendant la guerre. Le rôle qu’elle a pu jouer dans la Résistance et dans la Libération de la France45 est ignoré, de façon vexatoire.

44Enfin, le malaise vient aussi de l’aspect routinier du procès, paradoxalement induit par le caractère impensable de ce qui y est jugé :

  • 46 Elsa Triolet choisie…, p. 255.

Tous les matins, une foule sage et affairée sen va au Tribunal par autocars et voitures. La journée de travail commence.
Le procès du Mal, l
immensité même de la chose, est peut-être la raison qui fait quon ne peut en supporter la conscience ininterrompue, et que quotidiennement il se réduit à un boulot, on y va comme à lécole, à la banque, au chantier, dans une administration…46

45Léon Poliakov, qui a également assisté à ce procès, corrobore cette impression dans le témoignage qu’il laisse dans son livre, Le Procès de Nuremberg :

  • 47 Le Procès de Nuremberg présenté par Léon Poliakov, op. cit., p. 36-37.

Une vie mondaine internationale se poursuivait au Grand Hôtel. […] les soirées de fraternisation autour de bouteilles de vodka et de gin ; les étonnements dun officier soviétique de passage, constatant que « les vaincus vivent mieux que les vainqueurs » ; lintérêt manifesté par lécrivain Constantin Fédine à lexistentialisme et à Jean-Paul Sartre ; les critiques, dès ce temps, du culte de la personnalité par le dramaturge Vsevolod Vichnevski, puis son soudain rappel à Moscou (sur lordre du NKVD, murmurait-on). Tout compte fait, les potins du Grand Hôtel étaient plus excitants que les débats daudience auxquels on finissait par se rendre par devoir.47

46Jean Marcenac exprime un écœurement plus violent encore dans son autobiographie Je nai pas perdu mon temps :

  • 48 Jean Marcenac, Je nai pas perdu mon temps, Temps actuels, 1982, p. 296.

Après la guerre, nous fîmes ensemble un reportage, Elsa Triolet pour Les Lettres françaises, qui avait pour titre « La Valse des juges », et moi pour Action, sur le procès de Nuremberg. Larrogance américaine était quelque chose de fabuleux et les combines des GIs avec la population allemande quelque chose de répugnant. Jen eus vite assez de la comédie du procès, et de ces monstres inconscients qui imaginaient tout, excepté quon allait les pendre48.

Les séances du procès

47Au centre du reportage se trouve le récit de plusieurs séances du procès (du 23 au 27 mai), condensées et non datées (rien n’indique dans le texte que l’interrogatoire de Von Schirach a duré plusieurs journées). Cette condensation répond évidemment aux nécessités journalistiques, mais elle donne aussi plus de force au récit.

  • 49 Elsa Triolet choisie…, p. 256.
  • 50 Joseph Kessel, Jugements derniers (Les procès Pétain et Nuremberg), éd. Christian de Bartillat, 199 (...)
  • 51 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

48Elsa Triolet évoque brièvement la salle des audiences49 ; comme Joseph Kessel50, elle en souligne l’organisation. Elle ne consacre qu’un petit paragraphe aux autres accusés, et le récit se centre sur Baldur von Schirach, qui est entendu « comme témoin dans le procès de Hoess (à ne pas confondre avec Hess), de Hoess, le bourreau dAuschwitz51 » Et c’est de nouveau le malaise et la révolte qui prennent le dessus ; tout d’abord, parce qu’il est traité avec égards :

  • 52 Ibid., p. 257. Effectivement, dans le texte du procès, il est appelé « témoin », ce qui est l’habit (...)

Il prêtera serment, on lappellera Monsieur le témoin, on recevra comme quelque chose de valable le témoignage dun homme dautre part jugé comme criminel ! Ceci est, paraît-il, la procédure anglo-américaine, adoptée par le Tribunal52.

49Ensuite, parce que von Schirach parle de lui avec une complaisance extrême :

  • 53 Ibid.

Pendant des heures, on écoutera Baldur von Schirach parler de lui-même. Le président Lawrence […] linterrompt plusieurs fois, de très mauvaise humeur : la jeunesse du témoin et les influences quil a subies nintéressent pas le Tribunal53.

50Si l’on se reporte au texte du procès, le président Lawrence déclare, en effet :

  • 54 Sauter était l’avocat de von Schirach ; il avait été adhérent du parti nazi.
  • 55 Procès, p. 387.

Docteur Sauter54, laccusé a déjà pris un temps considérable à nous exposer le début de sa jeunesse et léducation quil a reçue. Le Tribunal pense quil devrait abréger et ne pas perdre plus de temps à traiter de son éducation propre. Ce qui importe, cest de connaître le genre déducation quil a inculquée à la jeunesse allemande et non celle quil a reçue lui-même55.

51Malaise ou révolte, également, parce qu’il s’abrite derrière une façade d’homme cultivé :

  • 56 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

Nempêche que Schirach nous parlera de Weimar, sa ville dadoption, et donc de Goethe, et encore, et encore de Goethe (ce qui fera dire plus tard, et dans le privé, à un des juges : Personne ne lui reproche daimer Goethe, mais bien davoir brûlé Heine !). Schirach semble être lintellectuel de la bande, il nest question que de Kultur et de re-Kultur…56

52Et en effet, dans le texte du procès, l’on peut lire des propos comme ceux-ci, qui expliquent sans doute le dégoût d’Elsa Triolet :

  • 57 Procès, t. XIV, p. 385.

Cest avant tout pourtant le genius loci, le génie du lieu, Goethe, qui, très tôt, exerça sur moi ses sortilèges. Cest précisément à cause de ces expériences de jeunesse que, plus tard, dannée en année, je ramenais la jeunesse à Weimar, vers Goethe57.

53Et, peu après, Baldur von Schirach cite ce dernier :

  • 58 Ibid., p. 386.

« La jeunesse ne cesse de se façonner au contact de la jeunesse. » Même mon adversaire le plus acharné ne peut pas passer sous silence le fait quauprès de la jeune génération allemande, jai été le propagandiste de Goethe à côté dun propagandiste du national-socialisme58.

  • 59 Elle est même un peu en dessous du degré d’écœurement que l’on peut ressentir à la lecture des minu (...)

54L’on voit qu’Elsa Triolet rapporte avec exactitude le déroulement de l’audience59. L’étape suivante explique comment von Schirach est devenu antisémite. Elsa Triolet rapporte ses propos en style indirect libre :

  • 60 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

La jeunesse de son temps se tournait vers lAmérique, il avait lu le livre de Henry Ford : Le Juif international, et il était devenu antisémite60.

  • 61 Car il rejette ainsi sur les États-Unis une part de la responsabilité de l’idéologie nazie.
  • 62 Sur cette question, cf. Léon Poliakov, Histoire de lantisémitisme, Seuil, 1991, coll. « Points-His (...)

55Baldur von Schirach se réfère en effet de façon assez perverse61 à cette source antisémite américaine, le constructeur d’automobile Henry Ford, qui, à partir de 1920, avait fait paraître dans son journal le Dearborn Independant, une série de 91 articles intitulés : « Le Juif international : problème mondial », réunis ensuite en quatre volumes, ainsi d’ailleurs que les Protocoles des sages de Sion62 :

  • 63 Procès, t. XIV, p. 390-391.

Le livre antisémite que je lus à lépoque, qui fit pencher la balance et qui influença fortement aussi mes camarades […] était le livre de Henry Ford, Le Juif international. Je lai lu, je suis devenu antisémite. Ce livre avait eu sur moi et sur mes amis, une influence considérable parce que nous considérions Henry Ford comme le symbole de la réussite et également le représentant dune politique sociale progressiste. Dans cette pauvre et pitoyable Allemagne dalors, la jeunesse regardait vers lAmérique63 etc…

56La suite du récit d’Elsa Triolet est tout à fait fidèle :

  • 64 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

Mais ce nest pas lantisémitisme qui la mené au national-socialisme, mais le socialisme. « Sans Versailles, dit-il, il ny aurait pas eu dHitler, cest le diktat qui a mené à la dictature »64.

57La citation se trouve à la page 391 du tome XIV du Procès. Jusque-là, le compte rendu d’audience est tout à fait fidèle à la chronologie et au texte du procès ; mais ensuite, Elsa Triolet bouleverse l’ordre de la déposition de von Schirach : elle réserve pour la fin une séquence où l’accusé est interrogé au sujet d’un chant qui était appris à toute la jeunesse hitlérienne ; nous verrons pourquoi.

58Suit, dans le reportage, un passage sur la visite de von Schirach à Mauthausen, évoquée en réalité le lendemain 24 mai (matin), après une suspension de séance. Elsa Triolet cite cette fois les paroles de von Schirach, mais n’en garde que quelques lignes :

  • 65 Ibid., p. 258.

« Jai vu limmeuble dans lequel se trouvait une station dentaire admirablement bien organisée… Ensuite on me conduisit dans un local où les internés étaient en train de faire de la musique. Il y avait tout un orchestre symphonique et lon me dit que le soir, après le travail, les internés avaient la possibilité de soccuper selon leurs goûts, et là, les internés étaient en train de faire de la musique. Jai eu loccasion dentendre un ténor… »
Je ne sais pourquoi, mais c
est ce ténor qui me fit voir rouge65.

59En réalité, les réponses de von Schirach sont beaucoup plus longues ; il précise à quelle date il a visité ce camp (1942), les circonstances de sa visite, et c’est juste après cela que se trouve le passage cité très exactement par Elsa Triolet. Elle laisse de côté tout ce qui suit, en particulier cette déclaration insupportable :

  • 66 Autre témoin.
  • 67 Procès, p. 459.

Ensuite, jai posé des questions au sujet de la mortalité. On ma montré un local dans lequel se trouvaient trois cadavres. Quil y ait eu un four crématoire, je ne puis pas vous lassurer sous la foi du serment. Marsalek66 laffirme. Cela naurait rien eu détonnant, étant donné quon se trouvait à une grande distance dune ville ; il maurait paru normal quil y eût dans une installation aussi immense un cimetière ou un four crématoire67.

  • 68 Ibid.

60À une question sur des mauvais traitements ou des atrocités qu’il aurait pu voir, il répond : « Javais limpression que tout était en bon ordre. » Il voit « des détenus qui allaient être libérés le lendemain », auxquels on demande : « “Avez-vous déjà tout emballé ? Avez-vous fait vos préparatifs pour votre libération ?” et, rayonnant de joie, ils répondirent : “oui”68. »

  • 69 Ibid., p. 460.
  • 70 Ibid., p. 468-469.

61Elsa Triolet coupe aussi tout ce qui concerne le camp de Dachau, que von Schirach a également visité69, ainsi qu’un témoignage terrible, celui d’Ida Vasseaux, directrice d’un asile français de vieillards en Pologne, à Lemberg, qui raconte que « des enfants du ghetto ont été offerts à la jeunesse hitlérienne et […] utilisés comme cibles vivantes pour des exercices de tir70 ». Elle retient en revanche ce qui suit :

  • 71 Elsa Triolet choisie…, p. 258. Hans Carossa (1878-1956), médecin et poète, fut à partir de 1941 Pré (...)

Après le ténor, le mot « poète » tomba du box du témoin comme un énorme blasphème… Oui, le poète Hans Carossa a écrit à lavocat, comme témoin à décharge pour Schirach…71

  • 72 Ibid., p. 258-259 ; la lettre est reproduite en français, alors qu’elle figure uniquement en allema (...)
  • 73 Ibid., p. 259.
  • 74 Ibid.

62Et elle reproduit le document fourni par la défense, une lettre de Hans Carossa, en faveur de von Schirach, au Dr Fritz Sauter72. Cet épisode se retrouve p. 461, T. XIV du Procès. Si Elsa Triolet s’arrête sur ce texte, c’est, dit-elle, parce que les poèmes de Hans Carossa ont été traduits avant la guerre « par Jacques Decour, fondateur des Lettres françaises clandestines73 ». Suit un passage très amer sur le silence de Hans Carossa pendant la guerre, « qui na pas été témoin à décharge pour Jacques Decour74 », sur sa lâcheté, ou sa cautèle :

  • 75 Ibid., p. 260.

qui sait comment cela va tourner ? Peut-être quun jour quelquun témoignera que le poète Hans Carossa a essayé de sauver la vie de Baldur von Schirach…75

  • 76 Les Lettres françaises, no 110, p. 1.

63Il faut noter que cette réflexion sur Jacques Decour s’inscrit non seulement dans l’histoire des Lettres françaises, journal pour lequel elle écrit, mais aussi dans une polémique qui se développe au même moment et dont témoigne un article de Claude Morgan paru en première page de ce même journal le 31 mai 1946 (donc très peu de temps avant le reportage sur Nuremberg), sous le titre : « Sur les ruines de la morale76 ». Claude Morgan y précise que ce titre reprend celui de l’avant-dernier numéro clandestin des Lettres, sur Oradour, et s’élève fortement contre une campagne menée par certains journaux, selon lesquels les communistes n’auraient commencé à résister qu’après le déclenchement de la guerre entre Allemands et Russes :

  • 77 Le 24 mai 1946, Aragon publie dans LHumanité un grand article sur ce recueil de Lettres de fusillé (...)

Mais il nest point besoin dêtre communiste pour rendre à Decour, à Politzer, à Solomon, lhommage de la vérité. Cest en octobre 1940 que parut le premier numéro de La Pensée libre (dont la plupart des exemplaires furent saisis). Il fut publié sous la direction de Georges Politzer et de Jacques Decour. Et cest dans le même mois, dès larrestation de Paul Langevin, contre laquelle Joliot-Curie séleva publiquement et qui fut transformée en une résidence surveillée, que Politzer et Solomon réunirent les premiers textes de L’Université libre qui fut distribuée dans Paris le 11 novembre, et ne cessa par la suite de crier la vérité. Il fallait que ces vérités fussent elles aussi proclamées.
S
il peut être souvent regrettable de désunir les vivants, il est toujours arbitraire et criminel de vouloir diviser ceux qui se sont unis dans la mort. Je vous invite à lire ces Lettres de fusillés qui viennent de paraître aux éditions « France dabord »77.

64Ce même numéro des Lettres françaises publie en première page « Trois inédits de Jacques Decour ».

65C’est seulement après cela qu’Elsa Triolet revient aux réponses de von Schirach concernant le camp d’Auschwitz, lesquelles se situent en réalité bien avant dans l’interrogatoire :

  • 78 Elsa Triolet choisie…, p. 260.

Question. – Que signifie pour vous le nom dAuschwitz ?
Réponse. – Cest là le meurtre le plus monstrueux et le plus massif de lhistoire du monde. Mais il na pas été commis par Hoess, celui-ci nétait que le bourreau. Celui qui a commis le crime, cest Hitler.
La jeunesse allemande n
en est pas responsable, elle était antisémitique, mais elle ne voulait pas la destruction des juifs.
Cette génération est innocente, elle vivait dans un état antisémitique avec des lois antisémites. La jeunesse était liée à ces lois. Elle considérait donc que la politique raciale n
était pas criminelle, mais, si sous prétexte dantisémitisme et de lois raciales, un Auschwitz marque la fin de la politique raciale et de lantisémitisme…78

  • 79 Ce qui pose une fois de plus le problème de savoir qui a traduit : est-ce Elsa Triolet elle-même ? (...)

66Cette citation n’est pas tout à fait identique au texte du procès ; quelques mots sont traduits différemment (« massacre » à la place de « meurtre » par exemple79) ; quelques passages de la déposition sont supprimés (remplacés par des lignes de points dans le tapuscrit et par des blancs dans l’article imprimé ; ces blancs n’apparaissent plus dans le livre) ; la fin du texte est nettement plus claire dans le texte officiel du procès :

  • 80 Procès, t. XIV, p. 455.

mais si ces lois antisémites et raciales rendent possible Auschwitz, il faut quAuschwitz marque la fin de la politique raciale et de lantisémitisme80.

  • 81 Elsa Triolet choisie…, p. 260. Rappelons qu’un des problèmes posés au Procès de Nuremberg était de (...)

67Elsa Triolet remarque, à propos de cette reconnaissance tardive de la nocivité du racisme par l’accusé, « quil lui serait difficile de faire autrement. Cela ne lempêche pas, ajoute-t-elle, de plaider pour Hoess, et de nadmettre la culpabilité de lantisémitisme quaprès Auschwitz. Pendant dix, quinze ans, il a appris à haïr à la jeunesse…81 »

68Et ce n’est qu’à la fin de cette « scène » qu’Elsa Triolet évoque le problème de la chanson diffusée dans la jeunesse hitlérienne, dont nous avons parlé ci-dessus :

  • 82 Ibid., p. 260-261.

[…] on lui reproche divers poèmes : comme cette chanson populaire parmi la jeunesse : Heute gehört uns Deutschland, Morgen die ganze Welt… Non, dit Schirach, la chanson est : Heute hört uns Deutschland, et non gehört… Hört veut dire : entend ; gehört veut dire : appartient.
Est-ce donc : « Aujourd
hui nous entend lAllemagne et demain le monde entier », ou « Aujourdhui nous appartient lAllemagne et demain le monde entier », que les services de propagande de Schirach apprenaient à chanter à la jeunesse hitlérienne ?…
Etc…, etc…82

69En fait, cette question a été soulevée dès le premier jour de l’interrogatoire de von Schirach (le 23 mai) et non à la fin :

  • 83 Procès, t. XIV, p. 425-426.

Dr Sauter. – Témoin, le Ministère public a affirmé quun chant de la Jeunesse hitlérienne était intitulé : « Aujourdhui lAllemagne nous appartient : demain ce sera le monde. » Ce chant tendait à exprimer les velléités belliqueuses de la Jeunesse hitlérienne. Est-ce exact ?
Accusé von Schirach. – Le texte original de la chanson tel quil a été écrit par Hans Baumann, et qui se trouve ici dans un document, commence comme suit : « Aujourdhui, lAllemagne nous écoute ; demain ce sera le monde entier ». Mais jai aussi appris que ce chant a parfois été chanté dans la version ci-dessus mentionnée. Jai donc interdit la version qui sécartait du texte original83.

  • 84 Rappelons que cette séquence n’est pas la dernière à laquelle Elsa Triolet ait assisté : elle boule (...)

70Ici encore, Elsa Triolet reste fidèle au texte du procès. Mais le « etc…, etc… » marque son exaspération devant l’hypocrisie de l’accusé et elle interrompt son compte rendu84, comme s’il était inutile d’en dire ou d’en écouter plus, ou comme si la forme du « compte rendu » était impuissante à rendre compte du réel.

Hors du Tribunal

  • 85 Elsa Triolet choisie…, p. 260.

71Elle poursuit alors son reportage en-dehors du cadre du Tribunal, dans la ville de Nuremberg, où elle se promène au hasard. C’est là qu’elle va trouver la réponse à la question du texte exact de la chanson, « au meeting électoral du parti socialiste, sur la place Adolf-Hitler85 »

  • 86 Military Police : la Police Militaire.
  • 87 Ibid., p. 262.

Et que dit lorateur ? […] Lorateur dit : « La jeunesse allemande nest pas responsable », et il me semble que jentends Schirach, malgré labsence des M.P.86, malgré les ruines et le ciel envahissant, couvert et bas, malgré les grosses gouttes de pluie qui tombent sur nous… Lorateur dit maintenant : « Oublions que nous avons chanté : Aujourdhui nous appartient lAllemagne, et demain le monde entier ! » Quel dommage que les juges ne viennent pas vérifier les dires des Schirach sous le ciel de la place Adolf-Hitler ! Mais lorateur continue : « … Restons dans notre, ah ! si petite Allemagne… » (Juste ! Très bien ! fait la foule…)87

72On comprend donc pourquoi Elsa Triolet bouleverse Tordre de la déposition de von Schirach : terminer par cette question, dont la réponse est donnée sur une place publique, permet de relier le passé et le présent, les mots et l’expérience, de prouver la culpabilité des nazis, de montrer que le nazisme n’est pas encore mort et que la vérité ne se fera pas jour uniquement dans le huis-clos du procès, où l’hypocrisie des accusés peut encore faire illusion.

  • 88 Ibid., p. 264.

73Toute la dernière partie du reportage (qui comporte une « séquence-zoom » sur les réjouissances du Grand Hôtel) est une sorte de critique du procès, bien qu’Elsa Triolet s’en défende : « Mais ce nétait pas du tout mon dessein de faire le procès du procès, je me suis laissé emporter par une sorte de vertige88 ». La critique porte sur plusieurs points :

  • 89 L’avenir montrera que ce n’était pas inutile…
  • 90 Ibid., p. 262.

74Ce procès est interminable : « On na pas besoin de faire la preuve de lexistence dAuschwitz, de Dachau, etc…89 Il y a assez de témoins pour confondre une idéologie et un régime90 ».

  • 91 Ibid., cf. p. 262-263. Là encore, l’avenir a démontré l’importance théorique de ce procès.

75Ce n’est pas important non plus de faire faire des progrès au Droit international, c’est une préoccupation de spécialistes91.

  • 92 Ibid., cf. p. 263.
  • 93 Il y avait plusieurs procès simultanés.
  • 94 Alexandre Vialatte, « Ces messieurs de Lunebourg », Les Lettres françaises, 1er décembre 1945, p. 3

76Par ailleurs, le procès traîne en longueur, ce qui offre aux nazis une chance de se réorganiser92. Elle n’est d’ailleurs pas la seule à critiquer cette lenteur. On trouve le même argument chez Alexandre Vialatte, dans Les Lettres françaises également, au sujet du procès de Lunebourg93 où sont jugés les SS de Belsen et d’Auschwitz94.

  • 95 L’historien François Delpla formule le même genre de regret dans son récent livre : Nuremberg face (...)
  • 96 Elsa Triolet choisie…, p. 263.

77En plus, on n’y lutte pas assez contre l’idéologie nazie95 : « Le procès de Nuremberg aurait pu être larme massue contre le nazisme, une aide immense pour la dénazification des esprits. » Mais « il donne à ces hommes rompus à la propagande une chance de disculper leur idéologie96 ».

  • 97 Ibid.
  • 98 Ibid.

78Enfin, c’est « une belle occasion pour ces hommes de semer la bisbille entre les Alliés !97 ». Elle ajoute cependant : « ce procès a démontré que les gens de la loi étaient bien mieux faits pour sentendre que les diplomates et que cette idée portera ses fruits98 ».

  • 99 Cf. LHumanité des 31 déc. 1945, p. 1 ; 1er nov. 1945, p. 2 ; 8 déc. 1945, p. 1 ; 17 déc. 1945, p.  (...)
  • 100 Cf. François Delpla, op. cit., p. 332.

79Certaines de ces craintes peuvent nous paraître aujourd’hui infondées, mais il faut se souvenir que, dans cet immédiat après-guerre, règne encore une atmosphère dramatique ; l’on n’est pas tout à fait sûr que Hitler soit mort (LHumanité du 24 mai 1946 publie en première page un entrefilet intitulé : « “Hitler serait vivant ?” selon une haute personnalité américaine ») ; depuis l’automne de 1945 se déroule en France le procès de la Cagoule alors qu’un certain nombre de Cagoulards ont été remis en liberté99 ; de plus, Goebbels a appelé le peuple allemand à prendre le maquis en cas d’occupation étrangère, pour porter aux Alliés tous les coups possibles, et annoncé la création d’une organisation coordonnant la lutte, le Wehrwolf (« loup-garou »), où les SS devaient jouer un rôle dominant100. Un écrivain comme Ilya Ehrenbourg exprime aussi cette même crainte d’un retour du nazisme dans son livre Sur les routes de lEurope, publié au deuxième trimestre de 1946 :

  • 101 Il y a Ehrenbourg, Sur les routes de lEurope, Hier et aujourd’hui, 2e trimestre 1946, coll. « Essa (...)

Les fascistes, quand ils ont compris que le IIIe Reich était condamné, ont créé une organisation souterraine, « le Wehrwolf » […] le fascisme a changé de visage, il a changé dhabits, il sest muni de faux-papiers101.

80Quant à Aragon, il écrit en mars 1946, dans les Chroniques du Bel Canto :

  • 102 Aragon, Chroniques du Bel Canto, Genève, Albert Skira, 1947. Mars 1946 : p. 57-58.

La guerre est, dit-on, terminée, mais les victimes sanglantes empuantissent encore lunivers, moins que les criminels déjà oubliés. Lisez ceci écrit aux grandes heures de Nuremberg, et quand déjà ces messieurs du Figaro sont excédés que lon continue à se souvenir du crime français…102

81En bref, inquiétude et révolte sont encore très présents chez nombre d’écrivains-résistants ces années-là. Ceci n’empêche pas Ilya Ehrenbourg d’avoir du procès de Nuremberg une vision plus positive que celle d’Elsa Triolet ; pour lui, son but n’est pas seulement le châtiment des criminels – il aurait suffi pour cela d’un seul jour, dit-il :

  • 103 Il y a Ehrenbourg, op. cit., p. 174.

Le sens du procès nest pas là : devant les peuples se déroule une épouvantable histoire de cupidité, de férocité, de bêtise, de lâcheté, dinsolence et de sadisme. Cette histoire, nous lavons vécue, mais les débats judiciaires enrichissent lexpérience de chacun, ils montrent ce qui attendait non seulement les paysans serbes ou biélorusses, mais les fermiers américains dans le cas où les peuples ne se seraient pas dressés contre le fascisme, avec notre peuple à leur tête. Le procès met en garde contre les erreurs du passé, contre le jeu astucieux et en même temps naïf contre lindifférence – car lEurope ne supporterait pas une nouvelle invasion, dautres Dachau et dautres Auschwitz103.

82La fin de « La Valse des juges » présente une vision sombre et pessimiste du procès :

  • 104 Elsa Triolet choisie…, p. 263.

En tout cas, jai rapporté de Nuremberg la conviction davoir plongé dans un abîme sans fond. On ny fait pas ce quil faut ! Pourquoi ny fait-on pas ce quil faut ?104

83L’image revient dans les pages suivantes, notamment dans ce passage :

  • 105 Ibid., p. 267.

Et voici le monde déjà au fond dun abîme et qui semble faire tout ce quil peut pour sabîmer encore mieux, plus profondément, plus totalement… Je sais, avec plus de clarté quavant mon voyage à Nuremberg, que nous sommes en pleine guerre105.

84À cela s’ajoute une métaphore filée, celle de la cafétéria, présente au début du texte, et qui prend à la fin la signification d’un destin historique ; au début du texte, elle désigne simplement l’organisation américaine bien huilée qui permettra aux journalistes de suivre confortablement le procès et qui les dépossédera en même temps de toute initiative :

  • 106 Ibid., p. 252.

Savez-vous ce que cest quune cafeteria ? Ainsi sappellent ces restaurants américains où, sur un long comptoir que lon approche en file indienne, se trouvent des mets à choisir. On commence par prendre un plateau et, tout en avançant le long du comptoir, on se sert. Arrivé à lautre bout du comptoir, on paye pour ce quon a sur le plateau. Il ne reste plus quà sasseoir à une table et à manger. Le train qui memmenait de la gare de lEst vers Nuremberg était le plateau dune cafeteria, je navais quà suivre et tout se présentait : la nourriture, les cars, les hôtels, les divers ordres de mission et les laissez-passer106.

85À la fin du texte, après le sous-titre « Destins », dans Les Lettres françaises, la métaphore prend un sens plus général :

  • 107 Ibid., p. 266.

Forêts allemandes, décombres allemands où rôdent ces SS, nazis allemands, et ceux qui ont suivi les Allemands dans leur retraite comme nos miliciens, les desperados de toutes les nationalités, des sans-patrie, des sans-famille, des sans-abri, des sans-papiers, des sans-nom, avec, pour tout avoir, la peur et la haine. Tout va au plus mal dans le pire des mondes… Nuremberg, le pouls du malade, jai le doigt dessus, et je nai pas besoin dêtre médecin pour savoir à quel point le danger est grand… Tout est réglé, organisé comme dans une cafeteria ; quel est donc ce sentiment de vertige qui me prend comme en rêve quand on monte et descend des escaliers sans rampe ?107

86Cette impression d’un destin tragique est cependant modérée par la fin du texte, qui est un appel à l’union des résistants et des Alliés :

  • 108 Ibid., p. 267.

Tâchons donc de reconnaître lennemi, aujourdhui sans uniforme, unissons-nous, oublions encore une fois nos querelles pour défendre une vie qui serait une vie vraiment humaine108.

  • 109 Léon Poliakov, Le Procès de Nuremberg, p. 273.
  • 110 Rudolf Hess s’était envolé vers l’Écosse à cette date pour négocier la paix, peut-être avec le part (...)

87Il faut resituer cette phrase dans le contexte de la « guerre froide » qui a déjà commencé, puisque c’est le 5 mars 1946 à Fulton (dans le Missouri), que Winston Churchill utilise pour la première fois dans un discours l’expression « Rideau de fer » ; par ailleurs, l’emprise américaine en France et en Europe est ressentie négativement par beaucoup d’autres personnes qu’Elsa Triolet. Léon Poliakov par exemple, s’exclame, à propos du juge Donnedieu de Vabres, selon lequel « le procès de Nuremberg […] cest la promesse de relations plus éclairées et par conséquent plus confiantes entre lAmérique et lEurope » : « Si lon comprend bien ce raisonnement, le procès était nécessaire pour mettre fin à lisolationnisme américain109 ! ». Malgré tout, (ou à cause de cela…), il y a eu consensus, au cours du procès, pour laisser de côté, ou du moins ne pas approfondir certaines questions comme celle de Katyn par exemple, ou comme la venue de Rudolf Hess en Angleterre le 10 mai 1941, que les Soviétiques considéraient avec beaucoup de soupçons110, et les Alliés ont réussi à maintenir à ce prix leur unité face au nazisme.

88Ainsi, Elsa Triolet écrit un texte qui ne se borne pas à être un compte rendu fidèle d’une séquence du procès. Elle montre l’hypocrisie de von Schirach, la répulsion qu’il suscite, mais ne se limite pas à mettre l’accent sur les faits les plus horribles : elle choisit ce qui peut toucher plus particulièrement le monde intellectuel, ce qui s’inscrit dans l’actualité (l’histoire, par exemple, de Hans Carossa et de Jacques Decour). Adoptant la démarche de Victor Hugo dans Choses vues (qui était une de ses grandes références), elle observe non seulement ce qui se passe au procès, mais aussi ce qui advient au dehors, éclairant la réalité au fil du « hasard objectif » cher aux surréalistes dont elle fut proche (cf. la séquence sur la place Adolf Hitler). Dans la lignée de la Résistance, elle essaie d’agir, par ses écrits, sur l’opinion publique et de préserver l’unité de ceux qui se sont battus contre le nazisme.

  • 111 Elsa Triolet choisie…, Introduction, p. 42. Rappelons que l’écriture de Dessins animés est contempo (...)

89Aragon remarque que son écriture « dépasse la description pour atteindre lâme des choses » et que « cette vision » […] va éclairer à la fois une part des Fantômes armés et toute laventure de Célestin et dAnne-Marie, mais aussi se refléter par la suite dans […] Dessins animés111 ».

90Et en effet, dans Fantômes armés (achevés d’écrire en décembre 1946), transparaissent cette même inquiétude, cette même révolte à l’égard de ce qui subsiste du nazisme dans l’immédiat après-guerre, à l’égard aussi des complicités dont il bénéficie et des obstacles opposés aux résistants et aux démocrates. On y trouve par exemple ces phrases concernant le procès de Nuremberg :

  • 112 Les Fantômes armés, ORC, t. 10, p. 161.

La justice, comme la vengeance, ne se mange pas froide. Le procès de Nuremberg semblait un symbole : dressé sur des ruines, morne, interminable, incertain, décevant…112

91Il y est question, aussi, de la Cagoule et de ses prolongements, des anciens collaborateurs qui se réorganisent et arrivent à faire emprisonner d’anciens résistants ou à s’infiltrer dans des comités d’épuration. On y trouve le même pessimisme que dans « La Valse des juges », par exemple dans ce passage où le personnage principal réagit contre le désespoir qui s’empare d’elle :

  • 113 Ibid. p. 158.

Anne-Marie écoutait et essayait de mettre en déroute sa propre raison. La grande déception pesait lourdement sur le monde, elle le voyait, le savait, elle ne voyait même que ça, mais essayait de ne pas voir l’enchaînement des choses, ne voulait pas reconnaître l’ennemi qui, tous les jours, montrait le bout de l’oreille et, d’après ce bout, il était facile de le reconnaître. Non, elle ne voulait pas désespérer, voir partout le spectre nazi, systématiser… Elle ne voulait pas sombrer définitivement dans le pessimisme noir113.

  • 114 ORC, t. 9, p. 58.

92C’est cette sombre expérience qui fait écrire à l’auteur, à la fin de sa « Préface au désenchantement », où est insérée « La Valse des juges », cette formule lapidaire : « rien n’est jamais gagné ni tout à fait ni pour toujours114 ».

Notes

1 Et dont le rédacteur en chef était George Adam.

2 Elsa Triolet choisie par Aragon, Gallimard, 1960, p. 250-267. Désormais abrégé : Elsa Triolet choisie…

3 ORC, t. 9, p. 32-35.

4 ORC, respectivement t. 9 (1964) et t. 10 (1965).

5 ORC, t. 9, p. 31.

6 C’est à dire 1945.

7 ORC, t. 13, p. 11.

8 Procès des grands criminels de guerre devant le Tribunal Militaire International de Nuremberg, 14 novembre 1945-1er octobre 1946, t. XIV (texte officiel en langue française), Allemagne, Nuremberg, 1948. Débats du 16 mai au 28 mai 1946 : p. 382-563. Désormais abrégé : Procès. Je remercie la bibliothèque du Centre de Documentation Juive Contemporaine (CDJC) pour son aimable accueil et pour m’avoir facilité la consultation de cet ouvrage ainsi que d’autres reportages sur le Procès.

9 Dont les machines venaient de contribuer à l’extermination des Juifs…Voir sur ce point Edwin Black, IBM et lHolocauste, trad. O. Demange, Robert Laffont, 2001.

10 Le Procès de Nuremberg, présenté par Léon Poliakov, Julliard, 1971, coll. « Archives », p. 9-20. Voir aussi l’exposition « Le Procès de Nuremberg », CDJC – Mémorial de la Shoah, novembre-décembre 2005.

11 La Valse des juges, in Elsa Triolet choisie…, p. 263. Le « on » désigne bien évidemment les nazis.

12 Cité par François de Fontette, Le Procès de Nuremberg, PUF, 1996, coll. « Que sais-je ? », no 3321, p. 62.

13 Ibid., p. 31.

14 Rudolf Hess était le « dauphin » de Hitler, son secrétaire – il écrivit Mein Kampf sous sa dictée – et l’introducteur de la notion d’« espace vital ».

15 Je remercie M. Jean Ristat de m’avoir autorisée à consulter ce manuscrit et Mme Marie-Odile Germain de l’avoir extrait des archives…

16 F° 1, r°.

17 Respectivement ff. 2, 3, 5, 8, 18, 20, 21.

18 C’est le cas des Raisins de la colère, publiés en chapitres dans Les Lettres françaises au même moment (trad, de Μ. E. Coindreau et Marcel Duhamel).

19 Elsa Triolet choisie…, p. 250-267.

20 Ibid., p. 267

21 ORC, t. 9

22 « Jai vu <, disait-il,> limmeuble dans lequel… » (Le « il » désigne Von Schirach), p. 41.

23 Ts. A, f° 18.

24 Sic ; sans doute faut-il lire : « même ».

25 Ts. A, ff. 19-20.

26 Les Lettres françaises, no 112, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 265

27 Ms., ff. 33 r°-34 r°.

28 Les Lettres françaises, no 112, 14 juin 1946, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 266.

29 Ms., f° 8 r°.

30 Les Lettres françaises, 7 juin 1946, p. 3 et Elsa Triolet choisie…, p. 256.

31 Ibid. ; Elsa Triolet choisie…, p. 256-257.

32 Reportage repris partiellement dans : Joseph Kessel, Témoin parmi les hommes, t. III « L’heure des châtiments », Les Éditions mondiales, 1956 ; rééd. Press Pocket, 1973, p. 281-311.

33 .Elsa Triolet choisie…, p. 250.

34 Ibid., p. 261.

35 Ibid., p. 251.

36 Ibid.

37 Ibid. p. 252-253.

38 Ibid. La chanson dont il est question est « La chanson des crayons », chantée par Bourvil ; elle est évoquée en avril 1946 par Aragon, dans ses Chroniques du Bel-Canto, Genève, Skira, 1947, p. 63.

39 Ibid., p. 264.

40 Ibid., p. 252.

41 D’où le titre du texte.

42 Ibid., p. 264.

43 Rappelons qu’Elsa Triolet a perdu sa mère et une partie de sa famille (réfugiée dans le Caucase) en 1942.

44 Elsa Triolet choisie…, p. 254.

45 Elsa Triolet recevra la médaille de la Résistance en 1947.

46 Elsa Triolet choisie…, p. 255.

47 Le Procès de Nuremberg présenté par Léon Poliakov, op. cit., p. 36-37.

48 Jean Marcenac, Je nai pas perdu mon temps, Temps actuels, 1982, p. 296.

49 Elsa Triolet choisie…, p. 256.

50 Joseph Kessel, Jugements derniers (Les procès Pétain et Nuremberg), éd. Christian de Bartillat, 1995, Séance du 28 novembre 1945, p. 101-102. Ce livre reprend les articles de France-Soir.

51 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

52 Ibid., p. 257. Effectivement, dans le texte du procès, il est appelé « témoin », ce qui est l’habitude dans le droit anglo-saxon, où les accusés sont témoins dans leurs propres affaires ; par exemple : « Témoin, nous allons dabord revenir à votre activité de chef de la jeunesse… » (Procès, p. 383).

53 Ibid.

54 Sauter était l’avocat de von Schirach ; il avait été adhérent du parti nazi.

55 Procès, p. 387.

56 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

57 Procès, t. XIV, p. 385.

58 Ibid., p. 386.

59 Elle est même un peu en dessous du degré d’écœurement que l’on peut ressentir à la lecture des minutes du Procès ; j’ai retenu deux petites citations dans des tirades qui occupent plusieurs pages.

60 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

61 Car il rejette ainsi sur les États-Unis une part de la responsabilité de l’idéologie nazie.

62 Sur cette question, cf. Léon Poliakov, Histoire de lantisémitisme, Seuil, 1991, coll. « Points-Histoire », t. 2, p. 429-436 et Philip Roth, Le Complot contre lAmérique, trad. J. Kamoun, NRF Gallimard 2006, « Post-scriptum », p. 454-458.

63 Procès, t. XIV, p. 390-391.

64 Elsa Triolet choisie…, p. 257.

65 Ibid., p. 258.

66 Autre témoin.

67 Procès, p. 459.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 460.

70 Ibid., p. 468-469.

71 Elsa Triolet choisie…, p. 258. Hans Carossa (1878-1956), médecin et poète, fut à partir de 1941 Président de l’Association Européenne des Écrivains Nazis de Weimar. Condamné à mort en 1945, il obtint cependant en 1953 la Grand Croix Fédérale du Mérite de la RFA.

72 Ibid., p. 258-259 ; la lettre est reproduite en français, alors qu’elle figure uniquement en allemand, dans les annexes du texte officiel du procès (Procès, t. XLI, p. 318-320).

73 Ibid., p. 259.

74 Ibid.

75 Ibid., p. 260.

76 Les Lettres françaises, no 110, p. 1.

77 Le 24 mai 1946, Aragon publie dans LHumanité un grand article sur ce recueil de Lettres de fusillés (p. 1-2).

78 Elsa Triolet choisie…, p. 260.

79 Ce qui pose une fois de plus le problème de savoir qui a traduit : est-ce Elsa Triolet elle-même ? ou a-t-elle noté la traduction simultanée ? Celle-ci a-t-elle été revue au moment de la mise au point du texte officiel du procès ?

80 Procès, t. XIV, p. 455.

81 Elsa Triolet choisie…, p. 260. Rappelons qu’un des problèmes posés au Procès de Nuremberg était de savoir si l’on reconnaissait comme crimes contre l’humanité les crimes commis avant la déclaration de guerre ; la réflexion sur les « dix, quinze ans » va dans le sens d’une reconnaissance.

82 Ibid., p. 260-261.

83 Procès, t. XIV, p. 425-426.

84 Rappelons que cette séquence n’est pas la dernière à laquelle Elsa Triolet ait assisté : elle bouleverse l’ordre de l’interrogatoire.

85 Elsa Triolet choisie…, p. 260.

86 Military Police : la Police Militaire.

87 Ibid., p. 262.

88 Ibid., p. 264.

89 L’avenir montrera que ce n’était pas inutile…

90 Ibid., p. 262.

91 Ibid., cf. p. 262-263. Là encore, l’avenir a démontré l’importance théorique de ce procès.

92 Ibid., cf. p. 263.

93 Il y avait plusieurs procès simultanés.

94 Alexandre Vialatte, « Ces messieurs de Lunebourg », Les Lettres françaises, 1er décembre 1945, p. 3.

95 L’historien François Delpla formule le même genre de regret dans son récent livre : Nuremberg face à lhistoire, L’Archipel, 2006, constatant que certains procédés nazis (faire commettre des crimes par des subordonnés, par exemple) ont été abordés, mais pas théorisés ; il donne l’exemple de Hitler demandant à Pétain et Laval d’arrêter les Juifs pour éviter qu’il ne s’en charge, au détriment de la « souveraineté » de la France. « La mise en évidence de [ces procédés] aurait pu être un acquis du procès de Nuremberg et en aurait accru la valeur, y compris judiciaire. Mais on ne fera jamais queffleurer la question. » (p. 128-129).

96 Elsa Triolet choisie…, p. 263.

97 Ibid.

98 Ibid.

99 Cf. LHumanité des 31 déc. 1945, p. 1 ; 1er nov. 1945, p. 2 ; 8 déc. 1945, p. 1 ; 17 déc. 1945, p. 1 ; 25 mai 1946, p. 1 ; 29 mai 1946, p. 1.

100 Cf. François Delpla, op. cit., p. 332.

101 Il y a Ehrenbourg, Sur les routes de lEurope, Hier et aujourd’hui, 2e trimestre 1946, coll. « Essais et documents », 284 p., p. 173.

102 Aragon, Chroniques du Bel Canto, Genève, Albert Skira, 1947. Mars 1946 : p. 57-58.

103 Il y a Ehrenbourg, op. cit., p. 174.

104 Elsa Triolet choisie…, p. 263.

105 Ibid., p. 267.

106 Ibid., p. 252.

107 Ibid., p. 266.

108 Ibid., p. 267.

109 Léon Poliakov, Le Procès de Nuremberg, p. 273.

110 Rudolf Hess s’était envolé vers l’Écosse à cette date pour négocier la paix, peut-être avec le parti de Lord Halifax et des membres de la famille royale ; les Soviétiques y ont vu un encouragement implicite à l’attaque du 22 juin contre l’URSS. Cf. sur ce point François Delpla, op. cit., p. 29-33.

111 Elsa Triolet choisie…, Introduction, p. 42. Rappelons que l’écriture de Dessins animés est contemporaine de celle de La Valse des juges.

112 Les Fantômes armés, ORC, t. 10, p. 161.

113 Ibid. p. 158.

114 ORC, t. 9, p. 58.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search