Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°12

 | 
Corinne Grenouillet

Actualités d’Aragon

La filiation Aragon

Maryse Vassevière

Résumé

La question de « l’héritage » ou de l’« actualité d’Aragon » est posée en termes de filiation, de façon à l’aborder à la fois d’un point de vue scientifique, celui de la place d’Aragon dans le champ littéraire (la logique et la quête de la modernité littéraire du directeur des Lettres françaises à la fois dans un statut de père par rapport aux jeunes écrivains et de pair), et d’un point de vue plus affectif, celui des auteurs eux-mêmes qui ont pris la parole pour évoquer le souvenir de leur compagnonnage avec Aragon. Ce phénomène de filiation littéraire va engendrer des écritures croisées, dont le double exemple de Lionel Ray et de Jean Ristat est ici brièvement évoqué.

Texte intégral

  • 1 Pierre Lartigue, Un soir, Aragon…, Les Belles Lettres, 1995, p. 62.
  • 2 Ibid., p. 140.

1Je voudrais placer en exergue de cet avant-propos deux citations extraites de Un soir, Aragon…, livre de Pierre Lartigue consacré à la fameuse soirée du théâtre Récamier le 14 décembre 1965 au cours de laquelle Aragon a présenté six jeunes poètes (Maurice Regnaut, Jacques Garelli, Jacques Roubaud, Pierre Lartigue, André Libérati et Bernard Vargaftig) : l’une d’Aragon, désignant ces jeunes poètes comme « mes merveilleux inconnus1 », indiquant par là qu’il misait, qu’il pariait sur eux, et l’autre de Pierre Lartigue : « lhéritage nest pas un Fort-Chabrol. Plutôt une clef2 ».

  • 3 Cette journée d’études a été organisée par nos soins à Paris, le 20 octobre 2007, sous le patronage (...)

2Cette question de « lhéritage » ou de l’« actualité dAragon » – qui est le sujet même de notre journée d’études3 – je voudrais la poser en termes de filiation, de façon à l’aborder à la fois d’un point de vue scientifique, celui de la place d’Aragon dans le champ littéraire, et d’un point de vue plus affectif, celui des auteurs eux-mêmes qui prendront ici la parole pour évoquer le souvenir de leur compagnonnage avec Aragon et pour analyser la place qu’Aragon a tenue, tient dans leur propre écriture.

3Pour introduire cette journée qui, je le sais, nous apportera bien des plaisirs et bien des émotions, je voudrais d’abord essayer de préciser la position d’Aragon dans le champ littéraire et sa logique, avant d’ouvrir la réflexion par quelques exemples de ces écritures croisées de deux générations d’écrivains, puisque c’est avant tout en termes d’intertextualité que se mesure la filiation Aragon.

La position d’Aragon dans le champ littéraire et sa logique

La logique du directeur des Lettres françaises

  • 4 Je renvoie à la bibliographie que j’en ai donnée dans RCAET no 9, 2004.

4Inutile de rappeler les nombreux articles d’Aragon dans Les Lettres françaises pour présenter et promouvoir les jeunes écrivains4 : cette promotion relève de la logique éditoriale autant que de la nécessité d’une filiation.

5La position d’Aragon est une position paradoxale : d’une part, il s’accorde un statut de père. Ces jeunes poètes sont les héritiers qu’il n’a pas eus. On pense ainsi à la manière de désigner Roubaud dans Les Lettres françaises no 602 du 12 janvier 1956 : « le grand petit Roubaud ». Cette attitude fut aussi et d’abord celle Elsa avec les poètes du CNÉ, « la belle jeunesse ». Sobers s’est moqué, dans Femmes, de l’attitude maternelle d’Elsa, mais elle lui fut d’abord un soutien, comme en témoigne la correspondance conservée au Fonds Triolet Aragon. D’autre part, Aragon s’octroie un statut de pair, c’est-à-dire de frère en écriture, par le biais de la comparaison sans cesse sous-jacente entre cette jeunesse et la sienne propre : la génération surréaliste. Mais pourquoi Aragon se sentait-il investi d’une telle mission ? Ceci est à interroger sur le double versant de la réception (la prise en compte des lecteurs et la mission culturelle des Lettres françaises) et de la production (le fait que les jeunes poètes écrivent massivement à Aragon pour lui demander un avis et un soutien).

  • 5 « Savoir aimer », Les Lettres françaises no 768, 9 avril 1959.

6Le fait d’avoir à assurer le repérage et la promotion des jeunes talents oblige Aragon à s’interroger à la fois sur le statut de la critique littéraire (dont le principe peut se résumer à la fameuse formule « Savoir aimer » qui donnera son titre à un grand article des Lettres françaises5 et qui ressemble fort à celle de Paulhan, « Faire aimer ») et sur celui de la poésie (comment la définir ?…). Sur le lien entre la poésie et l’institution littéraire et le problème de la légitimation, Aragon formule avec lucidité cette vérité générale (à mettre peut-être en relation avec sa fréquente répétition d’être un snob…) : « Nulle part comme ici ne règne la mode. Et jen suis le trouble-fête. Créant mes modes à moi. Depuis toujours. De Ducasse à Pichette pour me limiter. » (Les Lettres françaises no 602).

7Il serait intéressant d’examiner les métaphores qu’il emploie pour parler de cela, de cette attention à « ce qui chante » : toutes simples, non littéraires, empruntées au quotidien des lecteurs, au monde réel. Je ne prendrai qu’un exemple dans l’article « Réalisme 56 » des Lettres françaises no 602 du 12 janvier 1956, qui présente Armand Lanoux, Jean Cayrol, Gaston Baissette, Jacques Roubaud, André Fagnoni, André Liberati, Roland Maud’huit, Christian Audejean, Jean-Guy Modin et Bernard Vargaftig. On y trouve deux images fortes.

8La métaphore des débris apportés par la mer :

Bien malin qui sait choisir dans ce qui chante. Si la porte tourne sur ses gonds, si je me mets à rêver, ai-je tort, ai-je raison ? Mais je rêve. La mer, ce facteur, mapporte à chaque vague ses débris postaux, et je ramasse des bouts de liège, des coquillages, des galets, des choses sans nom, ça pourrait être un dieu grec ou le Trocadéro, ce nest quune pince de homard, mais quimporte ? lOdyssée vient mourir à mes pieds. Ainsi des poètes.

9La métaphore de la criée aux poissons :

Cest dans ce journal, le propre de ce Journal, que de jeter à la criée les noms nouveaux des poètes, comme des sardines, et ça se tord, bleu et argent, dans le soleil. On ny a pas, de ce fait, oublié la tentative, il y a quelques années, dElsa Triolet, cette Poésie des inconnus, qui donna le groupe des « Jeunes poètes », le keepsake de La Belle Jeunesse, et en sont sortis tout aussi bien Dobzynski et Kérel, couronnés à un festival ou lautre de la jeunesse, que Denise Jallais, quon voit comme une star à la première page de Elle, et dautres, le grand petit Roubaud par exemple, dont personne ne parle, et dont Elsa continue à avoir raison de dire que celui-là, cest un poète.

Le point de vue de la modernité

10C’est que paradoxalement, malgré ces métaphores toutes simples, Aragon veut adopter le point de vue de la modernité. Et le passé surréaliste avec sa position d’avant-garde est la caution et la garantie de se situer du point de vue de la modernité. Ce n’est pas en tant que directeur des Lettres françaises ou en tant qu’écrivain communiste qu’Aragon assume cette position, mais paradoxalement en se référant sans cesse à sa position de surréaliste (bien avant le retour du refoulé surréaliste dans les années 60 donc…). Même si en même temps, il y a toujours l’implicite du réalisme pour l’écrivain communiste qu’il est devenu.

  • 6 « D’un Parnasse à bâtons rompus », Les Lettres françaises no 922, 1er avril 1962.

11C’est son ancien statut de poète surréaliste (que la vie soit plus forte que la littérature, comme il le dit à Jacques Coudol dans « D’un Parnasse à bâtons rompus6 ») qui pousse Aragon à définir la poésie en des termes où s’efface la doxa communiste (le réalisme socialiste), sans toutefois disparaître, mais masquée par la préoccupation première de la vie (le réalisme tout court). Ainsi par exemple dans Les Lettres françaises no 602 :

Le temps est venu de dire le vrai sur la nature de la poésie. Et que la poésie commence où la réalité palpite. Rien ne fait mieux crier lorfraie que le mot réalisme quand on parle poésie. Ces poètes qui commencent [Fagnoni, Libérati, Vargaftig] cest pourtant cela en eux dabord qui fait que je les remarque, que je vous les livre. Contre la vieillerie poétique, les sylphes de tous acabits, les faux poètes de la folie quon enferme, du rêve quon explique, de la main quon lit, du genre quon se donne, de lonomatopée et du bruit pour le bruit, les prophètes et leurs lampistes, les grimaciers et les caresse-moi-là-que-je-my-mette, les prêtres de linconnaissable et les fakirs de linconnu, et le propre des énumérations est quelles se terminent.

12Peut-être y a-t-il là dans cette énumération le contre-modèle de la poésie surréaliste de l’après-guerre, celle que Breton, jouant ailleurs le même rôle, essaie de promouvoir… Là encore dans ce jeu des jeunes poètes y a-t-il une autre forme de la rivalité Argon/Breton dans le champ littéraire.

13Et pour nuancer, on peut encore donner cette autre définition de la poésie dans « Le quatrième chant », des Lettres françaises no 1370 du 27 janvier 1971 : « le phénomène appelé poésie, qui ne commence quoù lanomalie sur toute chose lève son flambeau noir. » (à propos des proses laotiennes de Michel Cahour), ou encore celle-ci dans Les Lettres françaises no 1322 du 18 février 1970 qui présente Marc Delouze : « La poésie est une partie déchecs dont il faut savoir porter les premiers coups. » Et peut-être encore ceci : « Quest-ce qui me prend ? Quest-ce que je cherche à expliquer ? Rien. Cest comme ça. Comme ça se lit, se délie, se Delhi, la poésie. Et je rêve en arrière à ce printemps des mots. »

  • 7 Et les articles d’Aragon pour présenter aux lecteurs de LHumanité les jeunes poètes du Récamier, « (...)
  • 8 Dominique Rabaté, à propos du travail de la critique littéraire et de celui de la recherche univers (...)

14On pourrait d’ailleurs voir là une trace du retour du refoulé surréaliste, car toute réflexion sur la poésie est inséparable du souvenir du « printemps des mots » de la jeunesse surréaliste… C’est à cette aune-là de l’avant-garde de sa jeunesse surréaliste, qu’il va mesurer ce qui s’écrit de neuf parmi ses cadets et qu’il va être attentif à la nouveauté dans les formes, invitant ses cadets à la rechercher, à l’encontre même d’une certaine doxa dont il n’était pas prisonnier, ainsi que me le disait Pierre Lartigue7. Cultivant un « sens mobile et alerte de la nouveauté8 », maintenant sa curiosité en éveil, il manifestait ce souci de la modernité (« léternel et le passager », Les Lettres françaises no 806 du 7 janvier 1960) que Baudelaire avait déjà défini avant lui et qui le portait vers ses cadets « au risque du contemporain » (la partie d’échecs) selon la belle formule de Dominique Rabaté.

Des écritures croisées

15Et je voudrais maintenant évoquer ces rencontres, ces écritures croisées même, qui caractérisent ce que j’ai voulu appeler un phénomène de filiation littéraire. Il y a tout d’abord une filiation souterraine, indirecte, et parfois même sur le mode de la dénégation plus ou moins brutale.

16Ainsi Aragon, avec son nom, ses chapeaux et le reste, devient personnage de roman dans Femmes de Philippe Sobers. Et même si le vieil écrivain entre en scène sur le mode burlesque et dérisoire d’un règlement de comptes, sa présence éternelle dans le roman de son brillant cadet, au moyen d’une métalepse caractérisée, finit par remplir la fonction d’une reconnaissance de dettes. Et même malgré son auteur… De même dans Tigre en papier d’Olivier Rolin, Aragon stalinien intervient comme repoussoir, mais aussi comme un objet de fascination pour le narrateur (« fleur bleue rouge ») qui reconnaît le pathétique populaire de la poésie de la Résistance (p. 18). Pour d’autres romanciers, Aragon fait figure de modèle indirect ou de défricheur dans la manière de traiter l’histoire par le biais de l’individu et même de l’intime. C’est la leçon de La Semaine sainte que Chantal Thomas reconnaît pour l’écriture des Adieux à la reine. Et peut-être aussi la leçon d’Aurélien et de La Mise à mort pour l’écriture de Waltenberg comme Hédi Kaddour nous en parlera lui-même. Mais le plus bel exemple de cette filiation indirecte, et peut-être refusée, n’est-ce pas le cas de Louis-René des Forêts avec la réécriture cachée du Paysan de Paris dans Le Bavard, ainsi que l’a montré Martine Ménard dans RCAET no 6 ?

17Il y a ensuite une sorte de filiation paradoxale, que j’appellerai à rebours. Car Aragon est un admirable lecteur de ses cadets. Il manifeste le désir et le plaisir de trouver dans leurs textes des échos à sa propre écriture, ce qu’il appelle ailleurs « le chant prolongé ». Ainsi dans Un soir, Aragon…, Pierre Lartigue évoque ses premières rencontres avec Aragon et ses échanges à propos de son « Poème dédié aux incendiaires de la bibliothèque d’Alger » inspiré de la forme espagnole du zéjel. Et il rapporte une lettre d’Aragon du 15 septembre 1963 : celui-ci a vu dans le zadjal de Lartigue « comme un bonjour à mon poème » – Le Fou dElsa qui va paraître – et ajoute : « Je préfère quon croie que cela me vient de vous. » Ce qui fait dire à Pierre Lartigue, dans son commentaire de trente ans après :

Mazette ! Comment recopier ces lignes sans rougir, et sans sourire lorsquil feint de croire que lon puisse imaginer le zéjel lui venant de Bordeaux par mes soins ? Mais je demande : à qui un jeune homme pourrait-il aujourdhui adresser son poème avec espoir quon le lise de cette manière ? (p. 16)

18Et enfin il y a surtout cette écriture croisée, cette écriture intertextuelle qui fait qu’Aragon lui-même devient l’intertexte d’une œuvre nouvelle qui s’écrit en aval de lui et dans son sillage.

19Je citerai seulement deux exemples de la première génération de ces croisements. Mais il en est d’autres, d’autres générations (Philippe Forest, Hédi Kaddour par exemple), comme cette journée le montrera.

L’exemple de Lionel Ray

20Lionel Ray nous parlera mieux de sa Lettre ouverte à Aragon sur le bon usage de la réalité, tout entière écrite à partir de l’intertexte aragonien du Paysan de Paris, de La Mise à mort, et de Blanche ou lOubli, mais je voudrais relever seulement ce qu’en dit Aragon dans « Le quatrième chant » (Les Lettres françaises no 1370 du 27 janvier 1971) :

Quelque chose me retenait de la publier : une espèce de pudeur, pour laquelle je lui demandai de changer son titre qui devint Lettre ouverte à (trois points) sur le bon usage de la réalité au lieu davouer tout de suite que cétait moi quil avait pris pour correspondant. Comme de toute façon il avait rétabli mon nom dans le livre à paraître, et puis que le fait davoir adjoint une citation du Paysan de Paris en post-script au Post-scriptum souligne ce que je pouvais me croire être seul à deviner çà et là dans le corps même de la Lettre, cest-à-dire des allusions à plusieurs de mes écrits… il me faut prendre les devants et me vanter dêtre le « Nommé trois points ». Ce qui mamène dailleurs à considérer effectivement et volontiers (réaliste que jaime à me proclamer), pour mon propre usage, cette Lettre comme une vue sur (donc) « le bon usage de la réalité ».

21Et au-delà de la Lettre ouverte à Aragon sur le bon usage de la réalité (Temps actuels, 1971), quinze ans après dans Le Nom perdu (1987), un vers de la partie « Autobiographie » renvoie à Aragon : « Je fus écrasé par une voiture près de la place de la Concorde ». Dans « Prose du nom perdu », on lit :

Car il y a, dirait-on, toutes ces ombres qui se penchent comme au-dessus dun abîme, lorsquun mot devant moi souvre, et qui sont aussi bien ombres de moi-même, de ceux que je fus dans la successivité de lâge, que les ombres amicales et mystérieuses des morts, les parents, les poètes, pères et mères soudain proches.

22Dans Pages dombre (2000), la partie « Célébrations » évoque d’abord « De la peinture » (Joaquin Ferrer), et « Du théâtre » (Antoine Vitez) ; dans la section qui suit : « Du temps perdu », un fragment est intitulé « De la poésie » (Aragon). Il y a ici cette sorte particulière de filiation qui fait se côtoyer dans l’écriture les « ombres amicales » des poètes devenus des « pères et mères soudains proches ».

L’exemple de Jean Ristat

23Sur Jean Ristat et Aragon, je pourrais évoquer son récent Avec Aragon (Gallimard, 2003) où il s’entretient avec Francis Crémieux ou bien encore son très beau poème Tombeau de Monsieur Aragon Gallimard, 1983) : « Ô mon ami / Farouche te voilà terrassé » (p. 13) puis « Ô mon frère » et « Ô père à qui toute parole est refusée » et les gestes simples du fils pendant la veillée funèbre rue de Varennes : nouer sa cravate, parler de lui, baiser son liront une dernière fois, se lever pour aller le regarder, lire des vers… « Je taccompagnerai jusquà cet instant où / Tu la rejoindras et cela est dans lordre et je / Nai rien à dire que celui-là qui part / Ma façonné à sa semblance il aima à / Déraison Ô poète le chant se nourrit / De notre sang Je ne savais pas comme les / Jeunes gens ressemblent aux vieillards Ô mon frère / […] ». Voilà pour la filiation…

24Mais je voudrais surtout signaler, comme une étude à entreprendre, l’écriture croisée de Lord B et de Théâtre/Roman. Il faudrait avoir le temps de mener ce travail passionnant, mais je ne l’ai pas… et je vous invite seulement à regarder Aragon comme un personnage de fiction sur le théâtre de Ristat.

  • 9 Voir infra, p. 87.

25Et pour ces croisements qui fonctionnent dans les deux sens, comme pour une sorte de filiation à rebours que j’évoquais à l’instant, je voudrais encore prendre l’exemple de Bernard Vargaftig, puisqu’il ne sera malheureusement pas là pour nous en parler lui-même. L’échange épistolaire avec Aragon a correspondu pour Bernard Vargaftig, ainsi qu’il le dit lui-même dans un texte qu’il m’a envoyé pour que je vous le lise9, à des moments d’une véritable réflexion sur sa propre écriture : une réflexion à la fois esthétique et éthique. Si bien que ces lettres fortes vont aussi alimenter l’écriture d’Aragon : c’est dans Théâtre/Roman qu’on trouvera l’intertexte d’une lettre de Bernard Vargaftig intégrée à l’écriture du roman.

26Pour terminer cette brève entrée en matière et donner une impulsion à nos travaux, je voudrais dire ce qui me paraît caractériser la « leçon d’Aragon » : à la fois la marque de ces préoccupations essentielles dans ses rapports avec ceux que Pierre Bourdieu appelait les « nouveaux entrants » dans le champ littéraire et la trace de sa proximité réelle avec bien des écrivains d’aujourd’hui. Derrière les rapports complexes et parfois tumultueux avec les nouvelles générations – qu’on pense par exemple à la manière dont certains, comme Philippe Sollers ou Jacques Roubaud, ont tué le père–, il me semble entendre deux ordres de discours qui alimentent plus que jamais la parole des écrivains.

27Il s’agit d’abord pour les romanciers de la question du réalisme, dont on pourra voir avec ce que nous en dira Reynald Lahanque qu’elle permet des rapprochements, peut-être inattendus mais en tous cas très réels et très profonds, entre Aragon et Kundera, entre Aragon et Claude Simon comme nous en parlera Bernard Leuilliot, ou entre Aragon et Chantal Thomas ou Hédi Kaddour comme il le dira lui-même. Et j’aimerais bien aussi ajouter entre Aragon et Jorge Semprun qui n’est pas là aujourd’hui mais que nous aurions pu inviter pour lui demander de nous parler de ses longues conversations avec Aragon dans l’atelier de Boris Taslitzky au retour de Buchenwald, qu’il évoque dans LÉcriture ou la vie :

Jai essayé de dire à Aragon pourquoi je gardais le silence dès quil était question de Buchenwald. Je lui ai dit que jessayais décrire, que je préférais ne pas trop en parler, pour garder sa fraîcheur à lécriture, en évitant les routines et les ruses des récits trop souvent répétés.
Ce n
était pas tout à fait vrai, certes. Ce nétait quune partie de la vérité, du moins. Une toute petite partie, même. Mais cela a permis une vraie conversation entre nous, pour la première fois. Une discussion sur la sincérité littéraire, ou, ce qui revient au même, sur le romanesque, le mentir vrai de la littérature, dont je garderai à jamais le souvenir. (p. 192-193)

28Il s’agit ensuite pour les poètes – et les romanciers tout aussi bien comme le dira Philippe Forest avec son plaidoyer pour l’amour – de la question du lyrisme et du monde. Les poètes présentés par Aragon le sont pour ce qui les unit : « le goût infini de la réalité » (« Réalité 56 », Les Lettres françaises no 602). Écoutons Aragon :

Et avec qui est-ce que cela pourrait être plus clair quavec Bernard Vargaftig, instituteur auxiliaire, quelque part en Meurthe-et-Moselle, est-ce que vous connaissez quelque chose de comparable, pour la réalité, dans la poésie de ce siècle, à cette vie de tous les jours dun couple, en 98 vers, que vous pouvez lire ici ?

29J’aurais pu encore pour conclure et ouvrir parler d’une autre influence sur les écrivains des jeunes générations, celles des pays de l’Est où les œuvres d’Aragon étaient très vite traduites, mais je n’ouvre pas ce nouveau chantier me contentant de citer Christa Wolf, dans Un jour dans lannée. 1960-2000 au « Jeudi 27 septembre 1962 » :

  • 10 Christa Wolf, Un jour dans lannée. 1960-2000, traduit de l’allemand par Renate et Alain Lance, Fay (...)

Faute dautre lecture, je reprends La Semaine sainte dAragon. Cette sorte de romans historiques modernes est en ce moment la lecture qui me convient le mieux, elle me permet de prendre de la distance vis-à-vis du présent, qui me pèse trop, et dexercer un regard plus souverain10.

Notes

1 Pierre Lartigue, Un soir, Aragon…, Les Belles Lettres, 1995, p. 62.

2 Ibid., p. 140.

3 Cette journée d’études a été organisée par nos soins à Paris, le 20 octobre 2007, sous le patronage d’ERITA et de l’UMR 7171 « Écritures de la modernité » (CNRS-Université de Paris III).

4 Je renvoie à la bibliographie que j’en ai donnée dans RCAET no 9, 2004.

5 « Savoir aimer », Les Lettres françaises no 768, 9 avril 1959.

6 « D’un Parnasse à bâtons rompus », Les Lettres françaises no 922, 1er avril 1962.

7 Et les articles d’Aragon pour présenter aux lecteurs de LHumanité les jeunes poètes du Récamier, « cette équipe folle qui ne relève daucun dogmatisme » sont une formidable leçon d’antidogmatisme. Je ne prendrai que l’exemple de la présentation de Jacques Garelli, poète réputé difficile, où Aragon cite quelques poèmes qui « un jour daccablement [lui] ont rendu confiance dans la vie… » et ajoute malicieusement : « oui, parfaitement, même si cela vous paraît indigne dun membre du Comité central davoir besoin pour cela de Jacques Garelli quand il y a les classiques du marxisme. » (Un soir, Aragon…, p. 63). Et s’adressant à ses lecteurs ouvriers qu’il incite à être sensibles au jeu du langage, il commence ainsi l’article du lendemain, présentant Roubaud après Garelli : « Vous me lavez pardonné mon petit papier dhier ? Tant pis, si pas. »… Où on sera sensible à l’humour de ces textes, comme de celui prononcé au cours de la fameuse soirée, « À propos de bottes », où le vieux poète, comiquement comparé à la chanteuse anglaise yé-yé Sandy Shaw, invite à enlever ses « godillots » pour jouir de la poésie… C’est ce que fera aussi Erri de Luca écrivant un très beau texte sur les pieds…

8 Dominique Rabaté, à propos du travail de la critique littéraire et de celui de la recherche universitaire, dans son article « Au risque du contemporain » dans le no 283 de la Revue des Sciences Humaines (2006), « La valeur », sous la direction de Dominique Vaugeois : « Celui qui sintéresse au contemporain doit nécessairement cultiver ce sens mobile et alerte de la nouveauté. Il doit maintenir en éveil sa curiosité pour de nouveaux textes, de nouveaux écrivains. Cet appétit du nouveau, nest certes pas, en soi, une valeur, mais il me semble un trait définitoire de “lesprit moderne”, cest-à-dire pour pasticher la célèbre formule de Baudelaire : témoigner dun goût du transitoire, de léphémère autant que de léternel. » Et ceci s’entend très bien de l’attitude d’Aragon critique littéraire dans Les Lettres françaises…

9 Voir infra, p. 87.

10 Christa Wolf, Un jour dans lannée. 1960-2000, traduit de l’allemand par Renate et Alain Lance, Fayard, 2006, p. 45.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search