Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°11

 | 
Luc Vigier
, 
Reynald Lahanque

Représentations du politique

Nouvelle occupation, nouvelle résistance : Aragon et la poésie nationale pendant la Guerre froide

Angela Kimyongür

Texte intégral

  • 1 Claude Roy, Nous, Gallimard, 1972, p. 441.

1Je ne propose pas d’évoquer ici le rôle primordial que joua Louis Aragon dans la renaissance des formes traditionnelles poétiques pendant l’Occupation de la France. Sa contribution à la poésie de la Résistance, tout comme le patriotisme intense qui inspira son développement littéraire à cette époque, sont très bien connus. Au moment de la Libération, Aragon est « le “poète national” […], salué par de Gaulle, célébré par la Résistance, projeté en avant par son parti, imité par les jeunes poètes, et lu par le grand public amateur de romans1 ». Vu l’impact qu’avait eu Aragon sur la poésie française pendant la Résistance, ce n’est pas surprenant qu’à la Libération, et pendant la guerre froide, on continue à voir l’empreinte de son influence dans la vie culturelle française de gauche. Ce qui surprend peut-être, c’est qu’à la différence de beaucoup d’autres poètes et d’écrivains pour qui les structures formelles de la poésie de circonstance adoptées pendant les années noires n’étaient plus nécessaires, Aragon devait continuer à promouvoir ces formes pendant la Guerre froide afin de réaffirmer les valeurs culturelles de la France. Pourtant, vu non seulement l’intense nationalisme d’Aragon, mais aussi le contexte politique de l’époque, cette tendance ne devrait pas surprendre. L’appel à ce qu’Aragon devait dénommer « poésie nationale » représentait l’incarnation culturelle de l’anti-américanisme de la politique communiste de la guerre froide. Pour lui la poésie nationale représentait une réaffirmation des traditions de la culture française face à l’assaut de l’impérialisme américain, impérialisme tant culturel que politique, tout comme la poésie de la Résistance avait fourni un moyen d’opposition à l’impérialisme nazi qui avait eu pour conséquence, entre autres, l’occupation de la France. Cette analyse se penchera sur les liens intimes entre Aragon politique et Aragon poète qui l’ont poussé à épouser la poésie nationale, à la promouvoir comme une nouvelle résistance à une nouvelle occupation. On examinera ensuite l’influence qu’a exercé sa décision sur d’autres poètes pendant les premières années de la guerre froide.

  • 2 Max Adereth, Elsa Triolet and Louis Aragon. An Introduction to their Interwoven Lives and Works, Th (...)

2Alors que Claude Roy nous dépeint un Aragon triomphant à la fin de l’Occupation, jouissant de l’influence que lui accordait son statut de poète national, d’autres commentateurs ont montré que les années d’après-guerre n’étaient pas faciles pour Aragon. Sa réputation de poète avait sans doute été rehaussée au niveau national par sa poésie de résistant. Pourtant sa position au sein du PCF était bien moins facile après la guerre, en dépit de son rôle au Comité National des Écrivains. On a expliqué une certaine mélancolie qui caractérisait l’écrivain à l’époque comme étant le résultat du morcellement politique de l’après-guerre : « lunité générale de tous les patriotes quavait apportée la Résistance avait été remplacée, du jour au lendemain par la méfiance et la haine.2 » Ce fut certes un facteur, mais il semble y avoir eu d’autres explications pour cette situation en 1946. Aurélien, qui parut en 1944 fut chaleureusement reçu par la critique, mais provoqua une réaction nettement moins positive à l’intérieur du Parti. Selon Pierre Daix :

  • 3 Pierre Daix, Aragon, Flammarion, 1994, p. 419.

Il faut dire que la sortie en librairie retardée d’Aurélien narrangea pas les choses. Après la publication par Seghers, le 30 décembre 1944, de La Diane Française, qui rassemblait les poèmes de lutte en leur adjoignant Il n’y a pas d’amour heureux, qui défrisa certains militants, ceux-ci attendaient des œuvres en prose racontant leurs combats et leurs souffrances. Aragon semble parler de tout autre chose, faire de la « littérature bourgeoise »3.

  • 4 Pierre Daix, op. cit., p. 424. Selon Gisèle Sapiro, « On reproche au livre [de Triolet] de ne pas ê (...)

3L’apparent refus d’Aragon d’affronter dans Aurélien les « combats » et les « souffrances » des militants du parti contribua à une certaine marginalisation d’Aragon et d’Elsa. Daix nous montre comment Aragon et Triolet se trouvèrent quasiment exclus des pages des Lettres Françaises et d’Action, les deux liés assez étroitement au Parti, à cause de leur association avec une littérature qui paraissait de plus en plus démodée, et se virent l’objet de ressentiments provoqués par le rôle qu’ils avaient joué dans le Comité National des Ecrivains, et même l’objet de jalousie provoquée par l’attribution du Prix Goncourt à Triolet à la fin de la guerre pour sa collection de nouvelles : Le Premier accroc coûte deux cents francs4. En 1946, il semble que la position intellectuelle et politique d’Aragon dans le PCF était nettement moins puissante qu’elle ne l’avait été pendant la guerre.

  • 5 Benjamin Péret, Le Déshonneur des poètes, Pauvert, 1965.
  • 6 Nicholas Hewitt, Les Lettres Françaises and the Failure of the French Postwar « Renaissance” in The (...)

4L’isolement relatif d’Aragon fut renforcé par un changement du climat littéraire, surtout en matière de poésie. Paru en 1945, Le Déshonneur des poètes de Benjamin Péret5, une attaque contre la poésie de la Résistance, s’accompagna d’un regain d’innovation et d’expérimentation littéraires, réaction certes naturelle après le traditionalisme de la poésie de la Résistance. Ces changements furent reflétés dans une certaine mesure dans les pages des Lettres Françaises caractérisées pendant l’immédiat après-guerre par « leur réceptivité au modernisme, à linnovation et à lindépendance artistique6 ».

  • 7 Gavin Bowd, Guillevic and Poésie Nationale : The Final Crisis of French Zhdanovism, Forum for Modem (...)

5Dans ces circonstances, Aragon semble se trouver à la croisée des chemins : devait-il chercher une nouvelle voie, laissant derrière lui le traditionalisme épousé pendant la Résistance, ou bien réaffirmer sa réputation de poète national. On peut attribuer sa décision de « raviver lesprit de la Résistance7 » à un nombre de causes différentes. D’abord, on y voit le désir de regagner son influence dans le Parti après l’impopularité relative dAurélien auprès des camarades. Deuxièmement, il y eut le désir de combattre ce qu’il considérait comme la stérilité de l’innovation dans le monde des lettres. Dans Chroniques du Bel Canto en 1947, Aragon nous offre une critique de la poésie contemporaine, divorcée selon lui des soucis de la France libérée :

  • 8 Aragon, Chroniques du Bel canto, Albert Skira, Genève, 1947, p. 63-64.

Dans ce malheureux pays, meurtri, dépourvu de tout, […] quels sont donc les problèmes poétiques ? […] rassurez-vous : rien, pas un mot, pas un traître mot, je ne dis pas de la Résistance, je ne dis pas de la France, je ne dis pas de la tragédie des hommes, pas un mot du monde tel quil est8.

  • 9 Aragon, « L’Écrivain et la paix », Les Lettres Françaises, 5 juillet 1946, p. 3.

6Troisièmement, il ne faut pas oublier l’influence des positions politiques du PCF dans l’après-guerre, positions marquées par un discours national et anti-américain. Dans ce contexte, la décision d’Aragon de recréer l’esprit de la Résistance dans la poésie d’après-guerre en prônant un retour aux formes traditionnelles prend une place très logique. Ce fut une décision qui reflétait le nationalisme du parti. Pour Aragon il s’agissait d’un nationalisme à la fois culturel et politique. Dans « L’Écrivain et la paix », article écrit en juillet 1946, Aragon non seulement défendait le national, mais en plus affirmait que l’importance de la nation dans la littérature de la Résistance devrait fournir un modèle à l’écrivain actuel, que dans la lutte contre le fascisme et la guerre, il fallait « une littérature profondément nationale9 ». Le discours ressemble donc de près à celui de la Seconde Guerre mondiale, mais au fur et à mesure de la progression de la Guerre froide on voit les allusions au fascisme allemand remplacées par des allusions à la défense de la paix et à la protection de l’indépendance nationale contre les Américains. Dans « La Lumière et la paix », intervention prononcée devant l’Union Nationale des Intellectuels, dont Aragon était le secrétaire général, l’écrivain profite de ce discours national pour souligner un parallèle entre la lutte de la Résistance et la lutte pour la paix et l’indépendance dans les circonstances de la guerre froide :

  • 10 Aragon, La Lumière et la paix, Éditions des Lettres Françaises, 1950, p. 5.

Pour tous les intellectuels patriotes, la lutte pour la paix était, dans les conditions de ces jours-ci, léquivalent de la lutte pour la libération de la France, aux temps de loccupation nazie, et que, comme la lutte pour la libération, la lutte pour la paix sidentifiait avec la sauvegarde de lindépendance nationale10.

  • 11 Dans Le Neveu de Monsieur Duval, en parlant du roman d’André Stil Le Premier choc, Aragon fait ment (...)
  • 12 Jacques Gaucheron utilise cette expression dans La Poésie, La Résistance. Du Front Populaire à la L (...)

7Tout comme cela avait été le cas pour la poésie de circonstance pendant la guerre, le contexte politique et culturel fut primordial dans l’appel lancé par Aragon pour une poésie nationale comme moyen de réaffirmer les valeurs culturelles françaises. Le contexte de la Guerre froide lui en fournit l’environnement idéal. La division de l’Europe en un bloc pro-Américain et un bloc pro-Soviétique avait créé au sein du PCF une atmosphère d’antiaméricanisme intense où le discours national reprenait le dessus tant dans le domaine culturel que dans le domaine politique. La présence sur le territoire français du général Ridgway, de retour de la guerre du Corée et venu en France pour prendre son poste comme commandant de l’OTAN, et les manifestations de mai 1952 contre sa présence, renforcèrent cet anti-américanisme. Aragon sut exploiter la présence de Ridgway afin de faire une comparaison entre l’occupation nazie de la France et une nouvelle occupation, celle des forces américaines11. Il exploita cette comparaison à son tour dans le développement de la poésie nationale conçue explicitement comme « une nouvelle résistance » à une nouvelle occupation12. Cette nouvelle résistance serait non seulement politique mais aussi culturelle, car l’anti-américanisme qui caractérisait l’appel d’Aragon à une poésie nationale demandait le rejet de la dominance culturelle croissante des États-Unis, une dominance qui représentait, pour Aragon comme pour le Parti, une grave menace pour la culture et l’indépendance françaises. Ainsi le retour aux formes traditionnelles constitue :

  • 13 Aragon, Journal dune poésie nationale, Armand Le Henneuse - Les Écrivains Réunis, Lyon, 1954, p. 3 (...)

une sorte de galvanisation de lesprit national, qui exprime assurément, au-delà des leçons prises à lheure de la Résistance contre les Nazis, le besoin des poètes, à lheure du grand combat pour la paix, contre lentreprise atlantique qui se base sur la renonciation à la souveraineté nationale, de rétablir le courant profond de lesprit national, de donner à la conscience française, son chant, sa voix, sa force de revendication13.

8Soulignant une fois de plus le parallèle entre la Résistance, l’Occupation et la situation politique actuelle de la France, Aragon affirme que les questions de forme poétique ont de nouveau un rôle à jouer dans les questions de guerre et de paix :

  • 14 Aragon, Jabats mon jeu, Les Editeurs Français Réunis, 1959, p. 181-182.

les problèmes du vers français résolus devaient donner aux combattants de notre Résistance contre loccupant nazi laide et le soutien dune poésie qui persuada par milliers les patriotes de se ranger dans la lutte auprès deux. De telles discussions ne sont pas oiseuses aujourdhui non plus dans la lutte pour la paix14.

  • 15 Elsa Triolet, LÉcrivain et le livre ou la suite dans les idées, Éditions Sociales, 1948, p. 67-68.

9Le discours national répond en même temps à des réalités culturelles. Les années d’après-guerre ont vu un grand afflux de produits culturels américains : romans, films, musique, ce qui inquiète bon nombre d’intellectuels, Aragon et Triolet entre autres. Pour eux, ce phénomène fait partie d’une invasion d’ordre culturel qui rappelle l’occupation de la France pendant la guerre. Selon Elsa Triolet, « Peu à peu, les livres décrivains résistants ont été remplacés par des traductions de laméricain15 ».

  • 16 Chroniques du Bel canto, op. cit., p. 24.

10Pour Aragon, le choix de la poésie nationale devait remédier à son isolement antérieur et le ramener littérairement et politiquement dans les rangs du Parti. On voit dans ses écrits d’après-guerre la continuité que représentait ce développement pour Aragon. L’appel à la poésie de circonstance pendant la deuxième guerre mondiale devient pendant la Guerre froide un appel à la poésie nationale. On voit ceci de façon frappante dans Chroniques du Bel Canto qui se veut, en 1947, une défense de la circonstance dans la poésie : « Il ny a pas de poésie, si lointaine quon la prétende des circonstances, qui ne tienne des circonstances, sa force, sa naissance et son prolongement16 ».

11Tout comme les circonstances de la guerre exigeaient du poète qu’il tienne compte dans ses vers des réalités politiques et historiques, le poète de la Guerre froide devait confronter ce qui se passait actuellement en France. Ce furent donc les événements politiques qui devaient ramener Aragon à une position d’éminence culturelle au sein du PCF semblable à celle dont il avait joui pendant la Résistance.

12Sur le plan politique, on voit Aragon mener sa campagne contre la présence des Américains sur le sol français dans Le Neveu de Monsieur Duval, dans les pages des Lettres Françaises et dans ses discours politiques. Il critique en particulier le traitement des Rosenberg, exécutés aux États-Unis en 1953, ainsi que d’autres manifestations des activités américaines. Dans le domaine culturel il donne son soutien aux efforts d’Elsa Triolet dans son travail pour les « Batailles du Livre » et, surtout, il lance sa campagne pour la poésie nationale.

  • 17 Il avait été élu membre suppléant du Comité Central au congrès de Gennevilliers en 1950, et devait (...)
  • 18 Pierre Daix, op. cit., p. 464.
  • 19 Un entretien cité par Jeannine Verdes-Leroux confirme cette information, « La bataille du sonnet [… (...)
  • 20 La plupart des chapitres de Journal dune poésie nationale avait paru auparavant dans Les Lettres F (...)

13La promotion soutenue par Aragon du national dans la poésie culmina dans la parution en 1954 de son Journal dune poésie nationale, une collection d’articles écrits entre novembre 1953 et août 1954. Ces années virent Aragon regagner et même augmenter l’influence politique qu’il avait perdue dans l’après-guerre, comme en témoignent sa présence au Comité Central du PCF17, son rôle au Comité National des Écrivains, sa direction de Ce Soir, qu’il avait regagnée en 1947, et celle des Lettres Françaises, qu’il prit en 1953, l’année où, après des problèmes financiers, le PCF avait renfloué le journal et en avait pris le contrôle. Ces fonctions lui accordaient une influence culturelle non négligeable. Néanmoins, ses difficultés politiques n’étaient pas complètement terminées. Les Communistes, qui parut entre 1949 et 1951, avait été mal interprété, selon Aragon, par de nombreux militants, et par la suite il abandonna son projet. La débâcle du portrait de Staline commandé par Aragon à Picasso et reproduit dans Les Lettres Françaises au moment de la mort de Staline aggrava considérablement ses ennuis. Pourtant le soutien, même secret, de Thorez au moment de l’affaire du portrait, représente, selon Daix, le début d’une nouvelle période de confiance et d’influence pour Aragon qui « sen sert dun tremplin pour un nouvel élan18 » Ce « nouvel élan » devait comprendre l’initiative de la poésie nationale, initiative qui émanait non du Parti, mais d’Aragon lui-même19. Les Lettres Françaises faisaient fonction de forum dans cette initiative. On y voyait de nombreux articles d’Aragon sur les vers traditionnels français, les poètes réputés qui les utilisaient. Il y faisait la promotion des poètes plus jeunes et largement inconnus qui répondaient à son appel et écrivaient des sonnets et d’autres poèmes en formes fixes20.

  • 21 C’est une proposition qui sous-tend des œuvres de la même époque comme Hugo, Poète réaliste (Éditio (...)

14À cette époque, Aragon prônait non seulement l’observation des formes traditionnelles poétiques, mais aussi l’importance du réalisme en poésie. Ni l’une ni l’autre de ces recommandations ne devraient surprendre vu l’itinéraire d’Aragon depuis les Années trente. L’un des éléments essentiels de la version aragonienne du réalisme socialiste pendant les années 1930 était l’importance accordée au patrimoine culturel de la France et à l’inspiration d’écrivains tels que Stendhal et Hugo21. Dans le contexte de la poésie nationale, c’est par la promotion des formes fixes, et en particulier la promotion du sonnet, qu’Aragon continue à célébrer le patrimoine littéraire national de la France, comme dans cette allusion à sa campagne pour la poésie nationale :

  • 22 Jabats mon jeu, op. cit., p. 216-217.

Dans une campagne que je mène depuis quelques mois dans Les Lettres Françaises pour une poésie nationale, jai pu mesurer lécho profond quéveillent ces questions de la forme poétique dans tout le pays, lintérêt de masse, par exemple, pour une forme traditionnelle du poème, le sonnet […], et qui retrouve une actualité brûlante comme moyen dexpression moderne dans toutes les questions de lhistoire contemporaine22.

  • 23 Jabats mon jeu, op. cit., p. 183.

15Aragon souligne aussi la tradition du réalisme dans la poésie, tradition qu’il encourage les poètes à suivre comme partie intégrante de leur héritage littéraire : « La France est le pays de grands poètes réalistes, on semble lavoir oublié23 ». La poésie ne devrait pas être séparée de la vie de tous les jours, mais devrait refléter la réalité actuelle, et transmettre un message :

  • 24 Jabats mon jeu, op. cit., p. 199.

La poésie nest pas une sorte dîle, un refuge au milieu de lhistoire en mouvement, elle est une part du combat de tous, elle ne se distingue pas plus de ce combat que le monde intérieur dun communiste ne se distingue du combat des communistes24.

16Il insiste également sur la récupération du mot « national », mot qui avait souffert pendant la guerre de son association avec des objets ou des événements qui visiblement n’avaient rien à voir avec la nation, et qui n’étaient pas ce qu’ils prétendaient être :

  • 25 « Au salon d’automne peindre a cessé d’être un jeu. L’art et le sentiment national », Les Lettres F (...)

La Révolution Nationale, qui nétait pas une révolution et qui était la soumission à lenvahisseur. On disait aussi le Secours national, le café national : le premier était une opération de police au profit des traîtres de Vichy, le second sappelait national parce quil était de lorge et du seigle, mais non point du café25.

17Un aspect important de l’appel au vers traditionnel c’est le fait qu’il est perçu, ainsi qu’il l’était pendant la Résistance, comme une tentative de rendre la culture accessible à tous. Pour Aragon, et avec lui le Parti en général, l’innovation et l’expérimentation en littérature étaient inaccessibles, éloignées des traditions nationales, exigeant :

  • 26 Jabats mon jeu, op. cit., p. 192.

linvention par chaque poète au nom de loriginalité dune forme à lui, totalement indépendante de celle de ses prédécesseurs, ce qui aboutissait à la négation de toute tradition poétique, de toute langue commune, à un individualisme forcené niant les formes nationales du vers français, tout ce qui fait résonner le cœur populaire26.

18Quels étaient les liens entre l’activité poétique d’Aragon et ce qu’attendait le Parti des intellectuels à une période de tension internationale ? Aragon considérait que la poésie, comme toutes les autres formes de création littéraire, jouait un rôle important dans la vie politique du parti, comme il l’affirmait au Deuxième Congrès des Écrivains Soviétiques en 1954 :

  • 27 Jabats mon jeu, op. cit., p. 199.

La véritable poésie est celle du bien, celle qui triomphera avec tous les hommes de la terre de lindividualisme, ce monstrueux briseur-de-grève, celle qui avec eux triomphera des ténèbres et de loppression sociale27.

  • 28 Max Adereth, The French communist party : a critical history, Manchester University Press, Manchest (...)
  • 29 Victor Joannès, « Le travail idéologique et politique dans le domaine de la littérature et des arts (...)
  • 30 Pierre Daix, op. cit., p. 423.
  • 31 Pierre Daix, op. cit., p. 444.
  • 32 Jabats mon jeu, op. cit., p. 213.

19C’est un point de vue qui reflétait l’espoir du Parti que les intellectuels mettraient leurs talents littéraires à son service. Ce fut particulièrement le cas lors de la guerre froide, quand le Parti se trouvait marginalisé dans la vie politique française28. Ces espoirs se virent articulés par la section idéologique du Parti. Pendant les premières années de la guerre froide, Laurent Casanova, dans Le Parti communiste, les intellectuels et la nation (1949) et Responsabilités de lintellectuel communiste (1949), précisa la discipline à laquelle les intellectuels devaient se soumettre. Dans le premier de ces documents, Casanova souligne la responsabilité unique des intellectuels qui doivent se mettre au service du prolétariat afin de créer une culture prolétarienne authentique. On y voit le discours anti-américain et nationaliste que l’on trouve chez Aragon. Casanova s’intéresse peu à la poésie, quoiqu’il recommande la lecture des Chroniques du Bel canto. Dans son rapport de janvier 1953 à la section idéologique du Parti, Victor Joannès s’intéresse particulièrement au réalisme socialiste et à la fiction29, tout comme André Stil dans Vers le réalisme socialiste (1952) où celui-ci souligne aussi le devoir des intellectuels de confronter dans leurs œuvres des questions politiques comme, par exemple, la lutte pour la paix. Aucun d’entre eux ne considère la poésie comme une arme culturelle à utiliser pendant la guerre froide, néanmoins on voit que leur discours partage avec celui d’Aragon certaines caractéristiques : le nationalisme, la défense de la paix et l’anti-américanisme. Il y avait, néanmoins, à l’intérieur de la section idéologique des différences qui n’avaient pas été résolues depuis la fin de la guerre. Pierre Daix parle de « tendances ouvriéristes et prolétariennes qui regimbent devant une littérature de résistance où le contenu de classe nest pas évident30 ». Ces divisions se voient dans le conflit entre Aragon, voué à la promotion de formes poétiques qui trouvent leur origine dans la culture littéraire nationale, et Auguste Lecœur qui préconisait un ouvriérisme rejetant la culture bourgeoise. Cette opposition se voit de façon frappante quand Lecœur fait de la publicité pour l’artiste André Fourgeron dans LHumanité aux dépens d’un éditorial d’Aragon sur une exposition importante des œuvres de Picasso. Au cours de l’affrontement qui suivit, ceux qui avaient accordé leur soutien à Picasso, y compris Aragon, furent soumis à une critique publique. Comme Daix le souligne, cette critique fut « absolument contraire à la politique de Thorez31 », qui était plutôt enclin à soutenir Aragon puisqu’il souscrivait à la création d’un « classicisme nouveau » en matière de culture32. La défaite finale de Lecœur et de sa politique ouvriériste au Congrès d’Ivry en 1954 représentait un moment important dans l’influence d’Aragon au sein du Parti, le moment où sa promotion de la poésie nationale fut à son apogée. Quels étaient les résultats de cette initiative de la poésie nationale auprès des poètes et qu’est-ce que cela nous dit sur l’influence d’Aragon dans le Parti ?

  • 33 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 14
  • 34 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 11.

20Le personnage le plus prestigieux associé par Aragon à l’utilisation des formes traditionnelles en poésie était Paul Éluard, qui mourut en novembre 1951 avant que la campagne de la poésie nationale n’eût pris de l’ampleur. Pourtant, Aragon le cite en exemple d’un poète pratiquant la poésie nationale, et raconte dans le premier article de Journal dune poésie nationale la façon dont Éluard avait réagi envers la crise provoquée par la mort de sa femme en écrivant de la poésie en formes traditionnelles sous le pseudonyme de Didier Desroches. Pour Aragon l’adoption de ce pseudonyme n’était pas un masque derrière lequel Éluard se sentait libre d’exprimer sa douleur, mais représentait plutôt un rejet de l’individualisme : « une tentative de liquidation de lindividualisme formel en poésie33 ». Selon Aragon, ce rejet de la part d’Éluard le conduit naturellement à l’écriture des Poèmes Politiques en 1948, et à la décision d’être « le chanteur nouveau de rythmes anciens34 ». Quoique Éluard vînt à l’usage des formes traditionnelles indépendamment de la campagne d’Aragon, celui-là reconnut l’influence d’Aragon comme poète et comme exemple :

  • 35 Paul Éluard, Pouvoir tout dire (1949), Œuvres Complètes II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade (...)

De tous les poètes que jai connus, Aragon est celui qui a le plus raison, raison contre les monstres - et raison contre moi. Il ma montré le droit chemin35.

  • 36 Cf. Gavin Bowd, op. cit., 1993.

21Le cas de Guillevic est présenté par Aragon dans Journal dune poésie nationale comme celui d’un poète qui décida de renoncer à l’usage des vers libres pour adopter des formes poétiques traditionnelles, en particulier le sonnet, et qui fut influencé dans cette décision par Aragon et par Éluard36. Guillevic reconnaît cette double influence dans une lettre accompagnant un poème qu’il envoya à Aragon et que celui-ci reproduit dans Journal dune poésie nationale. La lettre fait allusion à un passage de LHomme communiste II dans lequel Aragon parle de la conversion d’Éluard aux formes traditionnelles en poésie, un passage qui a influencé Guillevic :

  • 37 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 31.

Comme ça, je tenvoie un poème « bien rythmé, bien rimé » (je lespère !) Jen ai éprouvé le besoin (du vers classique) après avoir lu ce que tu as écrit de Paul à ce sujet. Y viendrais-je aussi ? Je ne sais pas. Je fais des gammes peut-être37.

22La décision de Guillevic d’utiliser le sonnet fit particulièrement plaisir à Aragon car le sonnet est une forme qui répond particulièrement bien aux exigences de la poésie nationale, puisqu’il possède une longue et prestigieuse histoire en France remontant au seizième siècle :

  • 38 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 65.

il advint que le sonnet […] dans lénorme amas des vers écrits chez nous aux jours de la Renaissance et des guerres de Religion, prit une place exceptionnelle […] : cest quà la fois il était devenu un langage commun à presque tous les poètes, un parler national38.

  • 39 Selon Gavin Bowd « il sagit plutôt dune culmination que dune rupture », « Guillevic and Poésie N (...)

23Alors qu’on a remarqué que l’adhésion de Guillevic à la forme du sonnet ne représente pas tout à fait le changement dramatique de direction que suggérait Aragon39, les témoignages de Guillevic et d’Éluard montrent néanmoins l’influence d’Aragon sur d’autres poètes, une influence qu’il reconnaît avec un certain orgueil dans Journal dune poésie nationale :

  • 40 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 87.

Si jai, notamment en insistant sur les formes traditionnelles fixes de la poésie française, en particulier sur le sonnet, forcé la main à beaucoup de poètes, je ne puis vraiment le regretter40.

24Parmi les poètes dont il admet avoir forcé la main se trouvent Henri Pichette et Charles Dobzynski, et avec eux un grand nombre d’écrivains amateurs qui répondaient à son appel en composant des sonnets et d’autres poèmes écrits en formes fixes au sujet de la guerre froide, poèmes qui parurent dans Les Lettres Françaises.

25Je ne vais pas tenter ici d’évaluer les qualités poétiques des poèmes inspirés par la poésie nationale : il suffit de dire que tous n’étaient pas des réussites littéraires. L’importance de la poésie nationale se trouve plutôt dans ce qu’il nous montre de l’influence d’Aragon comme intellectuel et écrivain communiste pendant la guerre froide, et de l’impact de cet épisode sur la carrière d’Aragon. Il put utiliser l’influence gagnée comme poète de la Résistance afin de se réinsérer dans le courant principal de la vie intellectuelle communiste à la suite des difficultés de l’après-guerre. L’isolement du Parti pendant ces années en France faisait que son influence était beaucoup moins répandue sur le plan national que l’influence qu’il avait eue pendant la Résistance, et que ceux qu’il réussit à rallier à la poésie nationale étaient déjà des fidèles du Parti. Par conséquent, le sujet national des poèmes inspirés, à la différence de la poésie de la Résistance où on évoquait des notions abstraites et universelles comme la liberté, l’amour de la patrie, se limitait souvent à des aspects concrets de la politique étrangère du PCF pendant la guerre froide. Les contributions d’Aragon à la poésie nationale étaient peut-être moins limitées. Les poèmes des Yeux et la mémoire, bien que très politiques et riches en références aux événements et aux personnages de la guerre froide, se caractérisent aussi par des allusions au patrimoine culturel de la France et par l’usage de toute une gamme de formes métriques régulières. C’est aussi ce patrimoine culturel national qui imprègne le fond et la forme de la célébration épique d’Elsa qui constitue le point culminant de l’œuvre poétique d’Aragon bien après la fin de l’épisode de la poésie nationale.

Notes

1 Claude Roy, Nous, Gallimard, 1972, p. 441.

2 Max Adereth, Elsa Triolet and Louis Aragon. An Introduction to their Interwoven Lives and Works, The Edwin Mellen Press, 1994, p. 267.

3 Pierre Daix, Aragon, Flammarion, 1994, p. 419.

4 Pierre Daix, op. cit., p. 424. Selon Gisèle Sapiro, « On reproche au livre [de Triolet] de ne pas être un roman, dêtre paru en 1945, à Elsa Triolet dêtre russe, aux jurés Goncourt davoir choisi le parti de la Résistance contre la “littérature pure”, le réalisme contre lintimisme subjectiviste, et davoir-fait montre dopportunisme », dans La Guerre des écrivains 1940-1953, Fayard, 1999, p. 633.

5 Benjamin Péret, Le Déshonneur des poètes, Pauvert, 1965.

6 Nicholas Hewitt, Les Lettres Françaises and the Failure of the French Postwar « Renaissance” in The Culture of Reconstruction : European Literature, Thought and Film 1945-1950, ed. N. Hewitt, Macmillan, 1989, p. 126.

7 Gavin Bowd, Guillevic and Poésie Nationale : The Final Crisis of French Zhdanovism, Forum for Modem Language Studies, XXIX, 1993, p. 112.

8 Aragon, Chroniques du Bel canto, Albert Skira, Genève, 1947, p. 63-64.

9 Aragon, « L’Écrivain et la paix », Les Lettres Françaises, 5 juillet 1946, p. 3.

10 Aragon, La Lumière et la paix, Éditions des Lettres Françaises, 1950, p. 5.

11 Dans Le Neveu de Monsieur Duval, en parlant du roman d’André Stil Le Premier choc, Aragon fait mention de l’organisation de « la résistance à loccupant américain », Le Neveu de Monsieur Duval, Les Éditeurs Français Réunis, 1953, p. 191.

12 Jacques Gaucheron utilise cette expression dans La Poésie, La Résistance. Du Front Populaire à la Libération, Les Éditeurs Français Réunis, 1979, p. 232, de même que Pierre Daix dans Guillevic, Seghers, 1954, p. 90.

13 Aragon, Journal dune poésie nationale, Armand Le Henneuse - Les Écrivains Réunis, Lyon, 1954, p. 33.

14 Aragon, Jabats mon jeu, Les Editeurs Français Réunis, 1959, p. 181-182.

15 Elsa Triolet, LÉcrivain et le livre ou la suite dans les idées, Éditions Sociales, 1948, p. 67-68.

16 Chroniques du Bel canto, op. cit., p. 24.

17 Il avait été élu membre suppléant du Comité Central au congrès de Gennevilliers en 1950, et devait en devenir membre titulaire au congrès d’Ivry en 1954.

18 Pierre Daix, op. cit., p. 464.

19 Un entretien cité par Jeannine Verdes-Leroux confirme cette information, « La bataille du sonnet […] ne vint pas de la direction du parti mais dAragon », Au service du parti. Le parti communiste, les intellectuels et la culture (1944-1956), Fayard/Minuit, 1983, p. 318.

20 La plupart des chapitres de Journal dune poésie nationale avait paru auparavant dans Les Lettres Françaises.

21 C’est une proposition qui sous-tend des œuvres de la même époque comme Hugo, Poète réaliste (Éditions Sociales, 1952) et La Lumière de Stendhal (Denoël, 1954).

22 Jabats mon jeu, op. cit., p. 216-217.

23 Jabats mon jeu, op. cit., p. 183.

24 Jabats mon jeu, op. cit., p. 199.

25 « Au salon d’automne peindre a cessé d’être un jeu. L’art et le sentiment national », Les Lettres Françaises, 15 novembre 1951.

26 Jabats mon jeu, op. cit., p. 192.

27 Jabats mon jeu, op. cit., p. 199.

28 Max Adereth, The French communist party : a critical history, Manchester University Press, Manchester, 1984, p. 131.

29 Victor Joannès, « Le travail idéologique et politique dans le domaine de la littérature et des arts », Cahiers du communisme, janvier 1953, p. 180-193.

30 Pierre Daix, op. cit., p. 423.

31 Pierre Daix, op. cit., p. 444.

32 Jabats mon jeu, op. cit., p. 213.

33 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 14

34 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 11.

35 Paul Éluard, Pouvoir tout dire (1949), Œuvres Complètes II, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1968, p. 371.

36 Cf. Gavin Bowd, op. cit., 1993.

37 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 31.

38 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 65.

39 Selon Gavin Bowd « il sagit plutôt dune culmination que dune rupture », « Guillevic and Poésie Nationale », op. cit., p. 115.

40 Journal dune poésie nationale, op. cit., p. 87.

Auteur

Angela Kimyongür enseigne la langue et la culture française à l’université de Hull et a consacré la plupart de ses travaux à la littérature française du XXe siècle.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search