Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°11

 | 
Luc Vigier
, 
Reynald Lahanque

Aragon dans le champ politique

Aragon entre surréalisme et communisme

Carole Reynaud-Paligot

Texte intégral

1Comme Aragon nous y invite, suivons la chronologie de son engagement du surréalisme au communisme. Correspondances et archives nous permettent aujourd’hui de cerner les différentes figures aragoniennes : l’esthète anarchisant, le révolutionnaire surréaliste, puis le militant communiste, romancier du monde réel. À l’aide d’une chronologie très précise, nous tenterons de comprendre les deux grands virages, celui de l’automne 1925 qui voit Aragon adhérer au communisme, celui de mars 1932 qui marque la rupture avec le surréalisme.

De l’esthète anarchisant au révolutionnaire surréaliste

  • 1 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes 1919-1969, Paris, CNRS éditions, 1995 ; (...)
  • 2 André Breton, [1952], 1973, Entretiens (1913-1952), Paris, Gallimard, p. 45.
  • 3 Le 23 janvier 1923, la jeune anarchiste tue, d’un coup de revolver, le « Camelot du roi », Maurice (...)

2Jusqu’à son retour de Karkhov à l’automne 1930, les positions politiques d’Aragon sont en phase avec celles de ses amis surréalistes. Comme pour ses amis, la révolte d’Aragon a tout d’abord pris la forme de l’anarchie. Plusieurs études1 ont montré que la séduction libertaire a été réelle. Réelle quoiqu’un peu plus tardive que celle de ses compagnons surréalistes : tandis que la révolte anarchisante opère déjà avant guerre, c’est-à-dire dès l’adolescence, pour Breton, Desnos et Péret, nulle trace chez Aragon avant les années vingt. Médecin auxiliaire des armées avec le rang d’adjudant-chef, il rapporte une croix de guerre du front et reprend ses études de médecin à la fin du conflit. « En lui, témoigne André Breton, à ce moment peu de révolte2 ». L’attraction libertaire, qui se manifeste au début des années 1920, ne fait pas d’Aragon un militant anarchiste. Elle s’exprime par la participation aux activités de Dada et par l’admiration qu’il éprouve envers la jeune anarchiste Germaine Berton3. Ses premières œuvres jusqu’au Cloches de Bâle témoignent de cet intérêt à l’égard du mouvement anarchiste.

  • 4 « Un Cadavre », octobre 1924, Clarté, no 69, 1924, La Révolution surréaliste, no 2, janvier 1925.
  • 5 Victor Crastre, Le Drame du surréalisme, Paris, Editions du Temps,1963. La correspondance d’Aragon (...)
  • 6 Archives du surréalisme, « Vers l’action politique », juillet 1925-avril 1926, présenté et annoté p (...)
  • 7 Ibid, 23 octobre 1925, p. 58.
  • 8 Ibid, 5 octobre 1925, p. 35.
  • 9 Ibid, 23 octobre 1925, p. 65.
  • 10 « Le prolétariat de l’Esprit », novembre 1925, « Le Prix de l’Esprit », juin et oct-nov-déc 1926.
  • 11 Mission qui sera abandonnée, Archives du surréalisme, tome 2, 5 octobre 1925, p. 48, 2 octobre 1925 (...)
  • 12 Le projet ne verra pas le jour en raison de l’absence de soutien du PCF et de dissensions internes (...)
  • 13 Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gal (...)

3Lorsqu’en 1924, s’ouvre la discussion sur les liens entre activité surréaliste et activité révolutionnaire, Aragon reste en retrait. Il n’est pas alors porté par un grand élan vers le communisme. Durant l’automne-hiver 1924-1925, Moscou n’est encore que la « gâteuse », la Révolution russe lui fait « hausser les épaules », la « misérable petite activité révolutionnaire qui sest produite » à l’Est ne suscite que mépris et il affirme le « peu de goût » qu’il a du gouvernement bolchevique, « et avec lui de tout le communisme4 ». L’été 1925 voit naître les premiers signes d’adhésion des surréalistes au communisme. Dès juillet, ils rejoignent les communistes français dans leur campagne contre la guerre du Maroc. L’automne 1925 confirme l’élan révolutionnaire des surréalistes et, chez Aragon, le mépris à l’égard du communisme cède brusquement le pas à l’enthousiasme. Victor Crastre témoigne du grand virage de l’automne 1925 : « Jai été stupéfait de voir en quinze jours lesprit le plus libertaire du groupe passer dun individualisme absolu à un engagement total5 ». En septembre, sa réponse à Drieu – qui lui avait reproché de brailler « Vive Lénine » – peut être considérée comme la première « déclaration dallégeance au communisme ». Au sein du groupe qui rassemble les membres de Clarté, de Philosophies et du groupe surréaliste, Aragon fait preuve d’un grand activisme révolutionnaire. Sur sa proposition, le groupe s’organise : constitution d’un Comité, dont il est membre, au fonctionnement strict, adoption d’une discipline qui, « fondée sur lidée de révolution a pour but la révolution6 », proposition d’adoption d’un vocabulaire codé7. En plus de son zèle organisationnel, Aragon impulse les débats idéologiques. Il propose à ses amis une conduite et une seule, celle de « lorthodoxie communiste8 », puis présente, en compagnie de Breton et Fourrier, une motion qui affirme que « la révolution ne peut être conçue par nous que sous sa forme économique et sociale […] : la Révolution est lensemble des événements qui déterminent le passage du pouvoir des mains de la bourgeoisie à celles du prolétariat9 ». Il publie plusieurs articles politiques dans Clarté10. Il présente son évolution de la révolte individuelle, c’est-à-dire de l’anarchie, au communisme comme une évolution naturelle. Il est même investi d’une mission en Roumanie organisée par le Secours rouge afin d’inspecter les prisons bessarabiennes11. Il participe activement au projet de revue, La Guerre civile12 À travers ce grand zèle révolutionnaire, Aragon semble chercher à « rattraper à marche forcée son retard13 ».

  • 14 Selon la déclaration d’Aragon, Archives du surréalisme, tome 3, 23 novembre 1926, p. 20.

4Mais le zèle révolutionnaire des surréalistes, leurs déclarations en faveur du communisme et de ses organisations, se heurtent à l’hostilité du Parti : début 1926, le projet de revue n’est pas soutenu et Barbusse leur est préféré comme animateur de la rubrique culturelle de LHumanité. En décembre, les attaques de Breton envers le journal communiste publiées dans Légitime défense ne font qu’accroître la tension. Un des premiers signes favorables à Aragon est pourtant donné dès cette époque : un article de LHumanité du 31 octobre fait l’éloge du Paysan de Paris. Tandis que Capitale de la douleur d’Éluard n’est pas conseillé au lecteur du journal en raison de son hermétisme, Aragon est qualifié de « merveilleux lyrique en prose ». L’activisme révolutionnaire d’Aragon se traduit également par la tentative d’adhésion qui a probablement lieu à l’automne 1926. Il aurait envoyé son adhésion peu avant la parution de Légitime Défense mais elle n’aurait pas été acceptée en raison de l’opprobre communiste vis à vis de la brochure de Breton14.

5Il n’est pas inintéressant de confronter son zèle révolutionnaire à sa vie privée. Au début de l’année 1926, Aragon entame une liaison mouvementée avec la richissime héritière Nancy Cunard. Ainsi parallèlement à son intense activité révolutionnaire, de 1926 à 1928, Aragon mène une vie mondaine, faite de « luxueux vagabondages » en Europe. Son goût du dandysme qu’il affiche notamment à travers ses nombreuses collections de cravates et de cannes est tout aussi contraire aux mœurs communistes qu’aux mœurs surréalistes

Ce que le surréalisme a empêché

  • 15 Pierre Daix, Aragon, Seuil, p. 240, 1994.
  • 16 Pierre Daix, Aragon, Seuil, p. 161,1994 ; Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon,(...)

6Nul différend politique entre Aragon et ses amis à cette époque. Mais sur le plan littéraire, si l’on sait aujourd’hui tout ce que le surréalisme a permis, on connaît aussi tout ce qu’il a empêché15 : la « volonté de roman », tout comme l’activité journalistique. Plusieurs études ont montré les divergences entre les projets littéraires d’Aragon et les conceptions surréalistes de la littérature. Aragon a lui-même insisté sur ce différend littéraire. Son activité romanesque s’affirme alors que pour ses amis, et notamment Breton, la condamnation du genre romanesque se renforce. Dès 1921, Aragon publie Anicet ou le panorama. Dès cet ouvrage, il affirme que la littérature nouvelle doit se jouer dans le domaine romanesque. Dans les années 1922-1924, la volonté de roman semble primer sur les activités collectives et proprement surréalistes : écriture automatique, expérience des sommeils16.

  • 17 Il participera à nouveau au journal de novembre 1923 à mars 1924 (6 articles et un poème) mais sans (...)

7Ses activités dans le domaine journalistique se heurtent également à l’opposition de ses amis. En février-mars 1923, il fournit plusieurs chroniques à La Vie moderne. En mars, il devient rédacteur en chef de Paris journal, expérience brève (du 16 mars au 20 avril) mais dans laquelle il semble s’être investi avec beaucoup d’énergie. Là encore la désapprobation du groupe l’incite à démissionner. Il part alors se réfugier à Giverny où il commence l’écriture de la Défense de linfini17.

  • 18 En février et mars paraît « Le Cahier noir » dans La Revue européenne, présenté comme un extrait d’ (...)
  • 19 Lors de la réunion du 23 novembre 1926, Breton déclare : « On ma dit quAragon poursuivait une act (...)
  • 20 Follet Lionel, préface et repères chronologiques dans Aragon, La Défense de linfini, Paris, Gallim (...)
  • 21 André Thirion, 1972, Révolutionnaires sans révolution, Paris, Robert Laffont, réédité en 1988 aux é (...)
  • 22 Selon Pierre Daix le zèle révolutionnaire d’Aragon est le moyen de « racheter la trahison » de la D (...)
  • 23 Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gal (...)
  • 24 Archives du surréalisme, tome 3, 23 novembre 1926, pp. 56-64 ; 27 novembre l926, pp. 69-71.
  • 25 Il publie sous le manteau en avril 1928 un fragment du roman Le Con dIrène. Sur le tragique destin (...)

8Le différend qui se dessine très tôt, dès le début des années vingt, semble se creuser au fil des années. En 1926, son grand projet romanesque – La Défense de linfini – sort de la clandestinité18 pour se heurter au mépris et à la désapprobation de Breton19. L’année suivante, son Traité du style subit à nouveau l’opprobre de Breton20. Selon A. Thirion, Breton aurait refusé le projet d’écriture conjointe d’un opéra proposé par Aragon, préférant s’adonner à l’écriture de LImmaculée conception en compagnie d’Éluard21. À ces désapprobations, Aragon semble répondre par un zèle tant littéraire que politique22. À travers Une vague de rêves (1924) et Le Traité du style (1928), il célèbre l’automatisme et les activités collectives auxquelles il a lui-même peu participé23. On a déjà évoqué son zèle révolutionnaire : tentative d’adhésion dès la fin de l’automne 1926 – qui devient effective en janvier 1927 –, activisme lors des réunions de l’automne 1925 et de l’année 1926. Comme pour mieux se soumettre aux interdits, Aragon dépose, en novembre 1926, une motion réclamant l’exclusion de Philippe Soupault pour activité contre-révolutionnaire. Sont alors jugées par le groupe comme contre-révolutionnaires deux activités qu’Aragon pratique ou a pratiquées : l’écriture romanesque et la collaboration à des revues bourgeoises24. Dans Au grand Jour, texte collectif publié en mai 1927, Aragon s’associe à la condamnation de la « poursuite isolée de la stupide aventure littéraire ». En novembre, il met fin à l’aventure de la Défense de linfini25.

9Face à ce double interdit romanesque et journalistique, il semble que se soit dessiné, peu à peu, un autre pari sur l’avenir, un pari différent de celui de ses amis surréalistes.

Le pari sur l’avenir

10Deux mois après une tentative de suicide en septembre 1928, Aragon rencontre Elsa. Le couple se consolide progressivement : en avril 1929, ils décident de vivre ensemble puis se rendent à Londres et à Berlin pour rencontrer successivement la mère et la sœur d’Eisa, Lili. En août de l’année suivante, ils partent en Russie rendre à nouveau visite à la sœur d’Eisa. Cette nouvelle et durable liaison amoureuse crée, pour Aragon, un nouveau lien avec la Russie. Certes, il ne s’agit pas d’un lien direct avec la Russie soviétique puisqu’Elsa n’est pas communiste, mais il s’agit tout de même d’un lien, aux conséquences non négligeables. Il est clair qu’Elsa souhaitait conserver le lien avec sa sœur, avec son pays, avec la langue russe.

  • 26 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes 1919-1969, Paris, CNRS éditions, pp. 69 (...)
  • 27 De Kharkov, Sadoul envoie des lettres enthousiastes à son ami Thirion. Barbusse a été condamné, Ara (...)
  • 28 Il est difficile d’évoquer ici tous les événements. La correspondance de Breton à Eluard montre la (...)

11Du côté politique, les années 1928-1930 confirment la volonté des surréalistes d’être aux côtés du parti communiste. S’ils cessent très vite de fréquenter les réunions de leur cellule, s’ils ne renouvellent pas leur adhésion l’année suivante, ils manifestent leur allégeance à la politique du PCF et de Moscou ; ils prennent leurs distances avec leurs anciens amis passés à « l’opposition » et choisissent de taire leurs premières inquiétudes face au stalinisme26. Nul différend politique apparent entre Aragon et le reste du groupe. Mais l’épisode de Kharkov va révéler l’ampleur du malentendu entre communistes et surréalistes27. On connaît bien aujourd’hui la formidable pression exercée par les communistes sur Aragon, pression qui prit la forme d’un véritable ultimatum : Aragon ne peut être accepté comme communiste que s’il renonce à ses activités surréalistes. Il lui faudra quatorze mois pour choisir et faire un autre pari sur l’avenir28.

  • 29 D. Bougnoux, op.cit., p. LIV ; L. Follet, « Préface et repères chronologiques », La Défense de lin (...)
  • 30 En 1930 selon Bernard Leuilliot dans son édition de Chroniques I, 1918-1932, Stock, p. 355, en 1931 (...)
  • 31 Lili Marcou, 1994, Elsa Triolet. Les Yeux et le Mémoire, Plon, p. 110-111.

12Le pari communiste l’a emporté. Vieillir dans l’avant-garde au sein du groupe surréaliste et subir les interdits ne pouvaient faire le poids face à l’avenir qui se dessinait au sein du parti communiste. Il faut rappeler les difficultés financières constantes d’Aragon depuis l’arrêt, début 1922, de ses études de médecine et du soutien de sa famille. Le mécénat du couturier Doucet lui permet de survivre dès 1922 mais il prend fin début 1927 quand l’argent de la haute couture devient incompatible avec l’adhésion au communisme29. En 193030, le contrat avec Gallimard, qui lui assurait des mensualités régulières depuis la parution du Libertinage en 1923, est rompu. La fabrication de colliers par Elsa qu’Aragon se charge de vendre auprès des grandes maisons de couture pallie l’absence de revenus du couple31.

  • 32 Lettre à l’UIER conservée dans les archives du CRCEDHC de Moscou citée par N. Racine, dans « Aragon (...)
  • 33 Document trouvé dans les archives du Komintern et cité par L. Marcou, 1994, p. 130. Au début de l’a (...)
  • 34 N. Racine, « Aragon dans les archives… », p. 10.
  • 35 Le 19 juin, Archives du Komintern, cité par Lili Marcou, op.cit., p. 131.
  • 36 N. Racine, « Aragon militant… », p. 79 ; « Aragon dans les archives… », p. 10 ; Lili Marcou, op.cit (...)
  • 37 Thorez est secrétaire général du parti communiste depuis juillet 1931.
  • 38 N. Racine,, « Aragon, militant… », p. 79-80 ; Lili Marcou, op.cit., p. 133-134.
  • 39 Sur ces relations avec Marty, voir N. Racine, « Aragon dans les archives… », p. 10-11.
  • 40 Sur ses articles de LHumanité, voir D. Bougnoux, op.cit., p. LXI ; N. Racine, « Aragon militant… » (...)
  • 41 N. Racine, « Aragon militant… », p. 80 ; Lili Marcou, op.cit., p. 144.
  • 42 P. Daix, op.cit., et D. Bougnoux, « Introduction et chronologie » dans Aragon, Œuvres romanesques c (...)

13La chronologie permet de montrer que les incertitudes sur ce nouvel avenir ont été assez rapidement levées. Les archives montrent que dès les lendemains du Congrès de Kharkov, Aragon a été pressenti pour jouer un rôle au sein des organisations communistes. Il est alors « mandaté » pour entreprendre l’application des résolutions de Kharkov en France. Mais en août 1931, la section d’Agit-Prop du comité central du PCF écrit que le refus d’Aragon d’accepter les conditions posées a provoqué la rupture32. Ce n’est que sept mois plus tard, en mars 1932, qu’Aragon, après avoir été à nouveau contacté pour « travailler en étroite collaboration33 » avec l’Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), la section française de l’Union internationale des écrivains révolutionnaires (IUER), se décide à changer d’avenir. Sa rupture avec les surréalistes date du même mois : mars 1932. Elsa et Aragon partent alors pour un séjour d’un an en URSS. Les archives de Moscou consultées par L. Marcou et N. Racine révèlent que, durant ce second séjour, Aragon s’intègre pleinement « dans le monde particulier des organismes culturels du Kominterm et sy [fait] apprécier34 ». En juin, Aragon fait à Moscou sa dernière et définitive autocritique dans le cadre de l’UIER35 ; il intègre le secrétariat de l’organisation, participe à la « commission romaine » qui s’occupe de la France et des pays d’Europe du Sud et devient responsable de l’édition française de la revue Littérature de la révolution mondiale36. Son travail semble apprécié puisque le responsable du secrétariat de l’UIER, le hongrois Bélà Illès, demande à André Marty – représentant du PCF au Kominterm – de prolonger son séjour à Moscou. Aragon continue donc son travail au sein de l’UIER. Quelques mois plus tard, il reçoit de très sérieuses assurances quant à son avenir professionnel de la part des responsables communistes français. En janvier, Paul Vaillant-Couturier arrive à Moscou. Il lui promet, en accord avec Maurice Thorez37, qu’il aura, à son retour en France, sa place à L’Humanité et lui propose de collaborer à la future revue de l’AEAR, Commune. Il reçoit la même promesse de Marcel Cachin qu’il rencontre également à Moscou38. Peu après son retour en France (mars), Aragon écrit à Thorez en mai 1933 pour lui rappeler la discussion de Moscou. Le lendemain, il intègre le quotidien communiste. Certes, le salaire n’est que celui d’un ouvrier, salaire amoindri par la crise économique, et il doit, de plus, subir l’hostilité d’André Marty39. Mais s’il est relégué à la rubrique des faits divers, il est vite appelé à des tâches plus nobles40. Paul Vaillant-Couturier l’intègre au secrétariat de rédaction de la revue Commune dont le premier numéro paraît en juillet41. Son ascension se poursuit, rapidement, dans les années suivantes. Durant l’été 1934, il participe au 1er congrès de l’Union des écrivains soviétiques. En mars 1935, l’AEAR devient la « Maison de la culture », Aragon en est promu secrétaire général. En octobre, il cesse de collaborer à LHumanité pour se consacrer à Commune dont il devient le secrétaire général. L’année suivante, Thorez lui propose la direction d’un nouveau quotidien populaire Ce Soir dont le premier numéro paraît en mars 1937. Elsa trouve également sa place : comme journaliste, elle participe à la rubrique « mode » de Ce Soir et comme traductrice : elle assure la traduction en russe des Cloches de Bâle42.

14Le grand virage des années 1930-1932 est ainsi aujourd’hui largement sorti de l’ombre. Les éléments chronologiques prennent sens : le différend littéraire avec les surréalistes qui se creuse, l’arrivée d’Eisa et les nouveaux liens avec la Russie qu’elle permet, enfin les propositions d’intégration faites par les communistes. Aragon trouve ensuite sa place au sein des organisations communistes, il commence alors une carrière de romancier et journaliste, deux activités que l’appartenance au groupe surréaliste n’avait pu permettre.

Notes

1 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes 1919-1969, Paris, CNRS éditions, 1995 ; « A comme Anarchie, dAnicet aux Cloches de Bâle », Recherches croisées Aragon/Eisa Triolet, no 7, p.249-294, 2001.

2 André Breton, [1952], 1973, Entretiens (1913-1952), Paris, Gallimard, p. 45.

3 Le 23 janvier 1923, la jeune anarchiste tue, d’un coup de revolver, le « Camelot du roi », Maurice Plateau, secrétaire de rédaction à LAction française. En 1921, Aragon se rend, en compagnie de Breton, au PS-SFIC mais dissuadé par G. Pioch, il n’adhère pas.

4 « Un Cadavre », octobre 1924, Clarté, no 69, 1924, La Révolution surréaliste, no 2, janvier 1925.

5 Victor Crastre, Le Drame du surréalisme, Paris, Editions du Temps,1963. La correspondance d’Aragon confirme qu’il s’agit là, à l’automne 1925, d’un grand virage : « à ce moment de ma vie où TOUT se décide ». Aragon, Lettres à Denise, éd. Maurice Nadeau, 1994, p.75. Ce grand virage s’opère dans un contexte affectif difficile : la rupture avec Eyre de Lanux et son amour déçu pour Denise Naville.

6 Archives du surréalisme, « Vers l’action politique », juillet 1925-avril 1926, présenté et annoté par Marguerite Bonnet, nrf, Gallimard, 1988, t. 2, 19 octobre 1925, p. 41-47.

7 Ibid, 23 octobre 1925, p. 58.

8 Ibid, 5 octobre 1925, p. 35.

9 Ibid, 23 octobre 1925, p. 65.

10 « Le prolétariat de l’Esprit », novembre 1925, « Le Prix de l’Esprit », juin et oct-nov-déc 1926.

11 Mission qui sera abandonnée, Archives du surréalisme, tome 2, 5 octobre 1925, p. 48, 2 octobre 1925, p. 99-100, 5 novembrel925, p. 108-109. Face à une révolte de paysans en Bessarabie méridionale, les autorités roumaines répondent par la répression. Plusieurs centaines de personnes sont incarcérées. En août 1925, les surréalistes signent une « lettre ouverte aux autorités roumaines », Pierre José, commentaire dans Tracts surréalistes et déclarations collectives, tome 1, 1922-1939, Losfeld, p. 59-60,1980.

12 Le projet ne verra pas le jour en raison de l’absence de soutien du PCF et de dissensions internes à l’équipe, Archives du surréalisme, tome 2, commentaire de M. Bonnet, p. 21.

13 Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, « La Pléiade », p. 1167.

14 Selon la déclaration d’Aragon, Archives du surréalisme, tome 3, 23 novembre 1926, p. 20.

15 Pierre Daix, Aragon, Seuil, p. 240, 1994.

16 Pierre Daix, Aragon, Seuil, p. 161,1994 ; Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, « La Pléiade », p. XXIX. Voir également l’analyse de Nedim Gürsel, Le Mouvement perpétuel dAragon. De la révolte dadaïste au « Monde réél », Paris, L’Harmattan, 1997.

17 Il participera à nouveau au journal de novembre 1923 à mars 1924 (6 articles et un poème) mais sans assumer de responsabilité éditoriale. Voir De Dada au surréalisme. Papiers inédits 1917-1931, édition établie et annotée par Lionel Follet et Edouard Ruiz, Gallimard, 2000, p. 363-365, 393 ; Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, « La Pléiade », p. XLVIII.

18 En février et mars paraît « Le Cahier noir » dans La Revue européenne, présenté comme un extrait d’un roman en cours de rédaction, à paraître à la NRF.

19 Lors de la réunion du 23 novembre 1926, Breton déclare : « On ma dit quAragon poursuivait une activité littéraire : la publication par exemple, dun ouvrage en 6 volumes à la N.R.F. intitulé Défense de l’infini. Je nen vois pas personnellement la nécessité. Les passages que jen connais ne me donnent pas une envie folle de connaître le reste […] Ce qui malarme, cest lampleur du projet, parce quenfin 6 volumes… Je fais toute réserve. Cela peut distraire un temps qui pourrait être consacré à une action révolutionnaire. » Archives du surréalisme, tome 3, pp. 26-27.

20 Follet Lionel, préface et repères chronologiques dans Aragon, La Défense de linfini, Paris, Gallimard, p. XXX, 1997.

21 André Thirion, 1972, Révolutionnaires sans révolution, Paris, Robert Laffont, réédité en 1988 aux éditions Le Pré aux clercs, p. 282-283.

22 Selon Pierre Daix le zèle révolutionnaire d’Aragon est le moyen de « racheter la trahison » de la Défense de LInfini ; voir Aragon, Seuil, 1994, pp. 225, 255.

23 Daniel Bougnoux, introduction et chronologie dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, « La Pléiade », p. XLIX.

24 Archives du surréalisme, tome 3, 23 novembre 1926, pp. 56-64 ; 27 novembre l926, pp. 69-71.

25 Il publie sous le manteau en avril 1928 un fragment du roman Le Con dIrène. Sur le tragique destin du roman cf. Follet Lionel, « Préface et repères chronologiques dans Aragon, La Défense de linfini », Gallimard, 1997 et Daniel Bougnoux, op.cit., pp. 1150-1152.

26 Carole Reynaud-Paligot, Parcours politique des surréalistes 1919-1969, Paris, CNRS éditions, pp. 69-77.

27 De Kharkov, Sadoul envoie des lettres enthousiastes à son ami Thirion. Barbusse a été condamné, Aragon et lui-même ont démontré que le surréalisme n’était pas en contradiction avec le matérialisme historique. Selon Sadoul, l’avenir s’annonce radieux pour les surréalistes. En réalité, le surréalisme est très nettement condamné lors du congrès. Cf. C. Reynaud-Paligot, op.cit., p. 77-80. Cf. également, Morel Jean-Pierre, Le Roman insupportable. LInternationale littéraire et la France (1920-1932), Gallimard, 1985.

28 Il est difficile d’évoquer ici tous les événements. La correspondance de Breton à Eluard montre la colère de Breton face aux critiques incessantes des communistes à l’égard des surréalistes et le doute qui s’empare de lui quant à la possibilité de voir le surréalisme reconnu et accepté par les communistes, ambition qui anime le groupe depuis 1925. Cette correspondance montre également les hésitations d’Aragon et les tensions qu’elles entraînent avec ses amis surréalistes. La formidable pression exercée par les communistes à l’égard d’Aragon est également relatée par Breton (voir Parcours politique des surréalistes…op.cit., pp. 80-88). Les découvertes de N. Racine au sein des archives de Moscou confirment l’existence de très fortes pressions sur Aragon (Cf. Nicole Racine, « Aragon, militant du mouvement communiste international (1930-1939) », 1997 et Les Engagements dAragon, Paris, L’Harmattan, 1998).

29 D. Bougnoux, op.cit., p. LIV ; L. Follet, « Préface et repères chronologiques », La Défense de linfini, op.cit., p. XXIV-XXV.

30 En 1930 selon Bernard Leuilliot dans son édition de Chroniques I, 1918-1932, Stock, p. 355, en 1931 selon Bougnoux, op.cit., p. LIX.

31 Lili Marcou, 1994, Elsa Triolet. Les Yeux et le Mémoire, Plon, p. 110-111.

32 Lettre à l’UIER conservée dans les archives du CRCEDHC de Moscou citée par N. Racine, dans « Aragon, militant du mouvement communiste international (1930-1939), Les Engagements dAragon, p. 78, et dans « Aragon dans les archives, Paris-Moscou 1930-1936 », Faites entrer linfini, no 25, p. 8, 1998.

33 Document trouvé dans les archives du Komintern et cité par L. Marcou, 1994, p. 130. Au début de l’année 1932, Aragon est déjà actif dans certaines organisations communistes comme le montre une déclaration de février 1932 figurant dans les archives de Moscou qui indique, qu’à cette date, Aragon est membre du Secrétariat national des Libres-penseurs prolétariens (organisation satellite du parti), responsable de la propagande et chargé du secrétariat de rédaction du journal La Lutte, membre du Bureau de la Ligue anti-impérialiste, chargé de l’organisation de l’exposition « La Vérité sur les colonies », membre de la commission de contrôle de l’UIER et collaborateur de la revue La Littérature de la révolution mondiale (cf. Nicole Racine, « Aragon dans les archives… », p. 9).

34 N. Racine, « Aragon dans les archives… », p. 10.

35 Le 19 juin, Archives du Komintern, cité par Lili Marcou, op.cit., p. 131.

36 N. Racine, « Aragon militant… », p. 79 ; « Aragon dans les archives… », p. 10 ; Lili Marcou, op.cit., p. 131.

37 Thorez est secrétaire général du parti communiste depuis juillet 1931.

38 N. Racine,, « Aragon, militant… », p. 79-80 ; Lili Marcou, op.cit., p. 133-134.

39 Sur ces relations avec Marty, voir N. Racine, « Aragon dans les archives… », p. 10-11.

40 Sur ses articles de LHumanité, voir D. Bougnoux, op.cit., p. LXI ; N. Racine, « Aragon militant… », p. 80.

41 N. Racine, « Aragon militant… », p. 80 ; Lili Marcou, op.cit., p. 144.

42 P. Daix, op.cit., et D. Bougnoux, « Introduction et chronologie » dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome 2, Paris, Gallimard, « La Pléiade », 2000.

Auteur

Université de Franche-Comté
Chercheure en histoire contemporaine à l’Institut historique allemand de Paris, elle a notamment publié Parcours politique des surréalistes 1919-1969, CNRS éditions, 1995 (réimpression 2001) et La République raciale. Paradigme racial et idéologie républicaine 1860-1930, Paris, PUF, 2006.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search