Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°11

 | 
Luc Vigier
, 
Reynald Lahanque

Approches générales

Elsa Triolet et la vision politique d’Aragon

Marianne Delranc-Gaudric

Texte intégral

1Les critiques ou biographes ont souvent évoqué une influence d’Elsa Triolet sur Aragon dans le domaine politique ; le terme d’« influence » ne semble pourtant pas approprié : il s’agit plutôt d’une ressemblance de conception. Le sujet étant très vaste, nous centrons notre étude d’une part sur la période de l’avant-guerre (des débuts de la relation entre les deux écrivains aux années trente), d’autre part sur le texte d’Aragon préfaçant le volume Elsa Triolet choisie par Aragon, paru en 1960 : la notion de « politique » y revient fréquemment, concernant Elsa Triolet et son œuvre, suggérant une certaine conception générale commune aux deux auteurs.

Peut-on parler d’une « influence politique » d’Elsa Triolet sur Aragon dans les années trente ?

  • 1 Lettres du 21 décembre 1916 et du 4 janvier 1917, Дорогой ляая Володя…Переписка Маяковского и Эльзы (...)

2Pour comprendre les idées d’Elsa Triolet, il faut tout d’abord savoir qu’elle vient d’une famille juive russe, qui, par dérogation aux lois concernant les « zones de résidence » attribuées aux Juifs avant 1917 (zones situées aux frontières ouest de la Russie), demeurait tout de même à Moscou. Mais ce « privilège » était contrecarré par le fait que le père d’Elsa Triolet, Uri Kagan, ne pouvait être avocat à part entière et que ses deux filles durent franchir la barrière du numerus clausus fixant à 5 % le nombre de Juifs admis dans les lycées et les universités. Au début du siècle, l’antisémitisme est encore très actif en Russie (pogromes de 1903, 1905, affaire Beilin dont Elsa Triolet rapporte les péripéties dans son journal intime). À 9 ans, elle est témoin de la révolution de 1905, qu’elle évoque dans Fraise-des-Bois et profondément choquée par la mort d’un lycéen de 17 ans, le fils d’une famille amie, tué par les Cosaques. La révolution de.1917 apparaît au départ comme une libération pour les jeunes, les femmes, les Juifs qui obtiennent alors un statut égal à celui du reste de la population. Ses amis, Futuristes et Formalistes, et notamment son beau-frère, Ossip Brik, ainsi que Maïakovski, s’y engagent pour la plupart corps et âme. Mais pour elle, c’est aussi une période de grandes difficultés, parce que son père est mort en 1915, que sa famille a peu d’argent et que Maïakovski s’est épris de sa sœur… À partir de décembre 1916, E. Triolet travaille en usine, comme en témoignent deux de ses lettres à Maïakovski1. Elle-même ne participe pas activement à la révolution de 1917, elle la traverse, en est le témoin. Elle quitte la Russie en juillet 1918, dans des conditions difficiles, pour se marier avec André Triolet, officier de l’Armée française en mission à Moscou.

  • 2 « Последний крик Петровки » », cahier 015, ff. 44 vo et 45 ro.
  • 3 Cahier 015, 47 vo.
  • 4 Revue dirigée par Philippe Soupault.
  • 5 Voir M. Delranc-Gaudric, « L’accueil critique des premiers romans d’Elsa Triolet en Union soviétiqu (...)

3Son opinion sur la révolution est partagée : le manuscrit de Fraise-des-Bois contient un passage très contrasté sur le Moscou postrévolutionnaire, où elle séjourne en 1925-1926 ; on y trouve l’enthousiasme d’un meeting, l’image d’une ville familière qui « ne croit pas aux larmes », comme le dit un proverbe, et où un policier arrête brutalement un homme dans la rue. On y trouve une critique des fausses valeurs, de l’attrait des marchandises occidentales (« le dernier cri de la Petrovka2 »), mais aussi de la pauvreté et, par contraste, une évocation des restaurants qui servent du caviar, des pirojki, du vin, etc., à des clients bien particuliers : « Мущины сложили портфели настолы и стулья и обсуждают вопросы партийные и ячейки ». (« Des hommes ont posé leurs porte-documents sur les tables et les chaises et examinent les problèmes du parti et de la cellule3 »). Vision sans illusion, non univoque… L’article retrouvé par Édouard Ruiz concernant les mouvements politico-littéraires russes, qu’elle publie en janvier-février 1928 dans le no 1-2 de La Revue Européenne4 est extrêmement critique à l’égard des « écrivains prolétaires », de leur schématisme, de leur violence5. Sensible aux questions politiques mais sans illusions sur la société d’Europe occidentale ni sur la société russe : c’est dans cet état d’esprit qu’elle fait la connaissance d’Aragon ; elle n’a donc pas pu, à l’époque, l’entraîner dans un enthousiasme révolutionnaire qu’elle n’éprouvait pas, même si elle était favorable à la disparition du tsarisme.

4Cependant, entre 1925 et 1928, elle compose comme elle le peut, en tant qu’écrivaine, avec ceux qui détiennent un pouvoir éditorial en Union soviétique. Maïakovski et Gorki sont pour elle, de ce point de vue, d’une grande aide. Mais cela ne dure pas, Maïakovski étant, le premier, victime des attaques dites « prolétariennes » et Gorki perdant à son tour de son pouvoir.

  • 6 Liti Brik/Elsa Triolet, Correspondance 1921-1970, Gallimard, 2000, p. 50.

5Par ailleurs, si l’on veut définir l’« influence » d’E. Triolet sur Aragon, il convient de se remémorer la situation de la femme dans les années trente en France : pas de droits civiques, peu de participation à la vie politique (mises à part les actions spectaculaires menées par Louise Weiss), chômage croissant, recul de la participation à la vie professionnelle ; il y a bien quelques femmes artistes, notamment parmi les surréalistes et dans le milieu de Montparnasse, mais somme toute, assez peu. Même André Breton, lorsqu’il évoque sa femme dans « L’Union libre », parle de sa beauté physique, mais c’est tout. De même, il semble qu’Aragon, au départ, n’ait pas compris qu’E. Triolet était un écrivain déjà confirmé ; en revanche, sa parenté avec Maïakovski a suscité son intérêt. Les journaux intimes d’E. Triolet montrent même qu’elle a dû lutter pour qu’il la reconnaisse comme créatrice et comme être pensant. Pour toutes ces raisons, elle semble n’avoir eu que peu d’influence sur lui. Le journal intime de 1928-1929 n’exprime d’ailleurs pas de considérations politiques, ni sa correspondance avec sa sœur, mise à part la mention, le 3 octobre 1930, de la réintégration d’Aragon dans le PCF dont il avait été exclu pour six mois6.

  • 7 LOP 1, Tome VI, p. 43-47.

6À partir de 1930, E. Triolet sert de lien et d’interprète entre Aragon et les Écrivains révolutionnaires dont le congrès se tient en 1930 à Kharkov. (Il en est sans doute de même lorsque Aragon devient en 1932 rédacteur en chef de la revue Littérature internationale). C’est en 1933 que les choses changent, lorsque Aragon devient journaliste à LHumanité. E. Triolet le suit dans certains de ses reportages et écrit elle aussi quelques articles en russe pour la revue de Gorki Тридцать дней (Trente jours). Elle rédige notamment un reportage sur le 9 février 1934, dont elle intègre ensuite des fragments dans la partie de Bonsoir, Thérèse intitulée « Paris qui dort ». À y regarder de près, sa relation des événements est beaucoup moins enthousiaste que celle d’Aragon dans l’article intitulé : « Les ouvriers de Paris à l’assaut du ciel », daté du 17 février 1934 et paru dans le no 5-6 de Commune (janvier-février 1934)7.

  • 8 Ibid, p. 44.

7Le reportage d’E. Triolet est construit chronologiquement, presque heure par heure, alors qu’Aragon choisit les moments-clés des 7, 9 et 12 février. Dans le texte d’E. Triolet, l’atmosphère est étrange et désolée, le brouillard enveloppe tout, les rues sont désertes, les rideaux de fer tirés, les volets fermés. Aragon, lui, centre tout sur la lutte courageuse des ouvriers, avec un certain lyrisme, aux accents parfois hugoliens (« On se battait gare Saint-Lazare, on se battait rue de Rivoli8 »…), parfois enflammés (« Je les ai vus tomber, je les ai vus se battre » revient sous forme de refrain). Voici comment Aragon décrit le début de cette manifestation :

  • 9 Ibid., p. 44-45.

Le vendredi 9 février, devant la charge des chevaux boulevard Magenta, il y avait une poignée dhommes, des communistes. Ils disaient : Allons, camarades, avançons vers la République ! Et devant eux il y avait des milliers de gardes, des cavaliers, des cars, des revolvers, des fusils-mitrailleurs. Alors, au métro Lancry, devant limmense armée dassassins à gages, eut lieu cette rencontre historique dont lécho ne pourra jamais saffaiblir à mes oreilles : deux mille socialistes arrivaient de la Gare de lEst et se joignaient à nous ! Jai vu, de mes yeux vu, cette inoubliable rencontre, qui scellait matériellement le front unique des travailleurs. Jai chanté L’Internationale avec eux qui ne sest pas éteinte dans la charge suivante, malgré le sang sur le trottoir, les blessés que des autos fuyant se refusaient à prendre, les rideaux de fer tombant sur les grandes brasseries dont les patrons, comptant avec inquiétude leurs verres, interdisaient l’entrée à des femmes poursuivies9.

8Dans l’article d’E. Triolet, cela donne :

  • 10 Э. Триоле, « Париж 9 Февраля », Тридцать дней. H° 4, 1934, c. 58-60 ; E. Triolet, « Paris 9 février (...)

Цок,цок,цок… Гарц моьиль – конная гвардия- перерезает выходящую на площадь улицу. И другую, и третью… Вся площадь оцеплена черным тернистым венком. Круглые черные металлические каски-горшки, черные жесткие Блестящие краги, металлические звон подков лошадей. Чугунные люди, с чугунными мозгами и стальными пулями… […]
Начинает стучать сердце : неужели несоьернутся ? Вот эти двести-триста человек, рассыпанных по улице, против чугунной массы на площади ?
Молодой парень в плисовых штанах отделяется от кучки раьочих :
Что ж вы, реьята ? Вреред ! На площадь !
За ним два-три человека. Остальные мнутся… Как провить голым кулаком железную стену10?

Tsoc, tsoc, tsoc… la garde mobile barre une rue donnant sur la place. Puis une autre, puis une troisième. Toute la place est entourée dune couronne dépines noires. Les casques métalliques, noirs et ronds comme des pots, les leggings noirs, durs et brillants, le bruit métallique des fers des chevaux. Des hommes en fonte, avec une cervelle en fonte et des balles dacier […]

Mon cœur commence à battre : va-t-on se rassembler ? Ny a-t-il que ces deux à trois cents personnes éparpillées dans les rues, contre cette masse de fonte sur la place ?
Un jeune type en pantalon de velours se détache d
un groupe :
– « Alors les gars ? En avant ! Sur la place ! »
Derrière lui, deux-trois personnes. Le reste hésite. Comment trouer un mur de fer avec des poings nus ?

9Et alors qu’un orateur prend la parole, on entend un bruit :

  • 11 T.ж, c. 60 ; ibid., p. 60.

Шум: со стороны Восточного вокзала по тротуару Быстро шагает узкая, длинная колонна.
« Социалисты идут ! Социалисты ! » кричит улица.
С противоположного тротуара я вижу, как за массой кепок поплыли шляпы социалистов. Восторженные крики: « Единство действия! » Их много : шестьсот-семьсот целовек. Колонна рассыпается, сливается с нами. А тут из поперечной улицы движется « Интернационал », а за ним колонна. « Повсюду Советы ! »11.

Une rumeur : venant de la Gare de lEst, un étroit et long cortège marche rapidement sur le trottoir.
« Les Socialistes arrivent ! les Socialistes ! » crie la rue.
Du trottoir opposé, je vois, derrière la masse des casquettes, commencer à flotter les chapeaux des socialistes. Des cris enthousiastes : « Unité d
action ! Unité daction ! ». Ils sont nombreux : six à sept cents. Le cortège se disloque, se fond dans le nôtre. À ce moment-là, dune rue transversale fuse L’Internationale, reprise par le cortège. On crie : « Les Soviets partout ! »

10Outre la différence de ton, l’on voit que la vision et l’appréciation de l’événement n’est pas la même, jusqu’aux chiffres qui diffèrent. Aragon est plus optimiste, mais surtout il n’est pas dans la même situation qu’E. Triolet : journaliste à LHumanité, il écrit en fonction de la politique du PCF qui tente de rassembler, à ce moment-là, une opposition unitaire au fascisme grandissant, orientation qui n’est pas approuvée par tous (notamment pas par Doriot) et qui n’a pas non plus l’aval du gouvernement soviétique. Le reportage d’Aragon semble donc être également une intervention active pour mobiliser les lecteurs en faveur de cette résistance au fascisme, de l’union avec les socialistes, qu’il montre comme étant déjà en marche.

11E. Triolet, elle, n’est qu’un reporter occasionnel, qui s’adresse à un public russe. Une certaine lucidité s’exprime dans son article et si elle met un bémol à l’enthousiasme, c’est peut-être qu’elle sait que la politique unitaire de M. Thorez n’a pas l’assentiment soviétique. En revanche, si elle écrit cet article, c’est peut-être aussi pour faire avancer en Union soviétique l’idée d’un « front populaire ».

Dans cette période des années trente, E. Triolet savait-elle ce qui se passait en Union soviétique, connaissait-elle les crimes du stalinisme ?

  • 12 Lili Brik/Elsa Triolet, Correspondance, op. cit., p. 70.
  • 13 Ibid, p. 108.

12Très certainement, mais elle n’avait pas conscience de la responsabilité de Staline lui-même. Maïakovski s’est suicidé en 1930 et elle connaissait toute l’atmosphère de haine dont il avait été entouré. Elle-même avait rencontré après 1928 de grandes difficultés pour publier ses œuvres en Union soviétique : après le mauvais accueil critique de Camouflage et malgré l’intervention de Gorki, il lui avait été impossible de publier son livre suivant, Colliers, en 1933. À cela s’ajoutent des difficultés pour obtenir une invitation, pour Aragon et elle-même, au Congrès des Écrivains soviétiques en 1934 (le 2 mai 1934, dans une lettre à sa sœur, elle parle, à ce propos, de « goujaterie12 »). Puis se succèdent l’assassinat de Kirov (en décembre 1934), la mort de Gorki (en juin 1936), sur laquelle Aragon revient, plus tard, dans La Mise à mort, l’arrestation et l’exécution de son beau-frère, le général Primakov, évoquées dans une très brève lettre à Lili le 12 juin 193713. Elle ne pouvait donc pas ne pas savoir ce qui se passait. Mais son journal intime de 1938-1939 montre également ses illusions : à la date du 21 septembre 1938 (à la veille des accords de Munich conclus le 29 septembre), au moment où la Tchécoslovaquie est menacée, elle exprime sa forte inquiétude, critique la trahison de la France et de l’Angleterre et, dans l’attente d’une réaction soviétique, écrit :

  • 14 Journal 1938-1939, fo 29 vo.

Я все-таки крепко верю в Большевистскую мудрость, осоьенно пока жив Сталин.14.

Je crois tout de même fermement en la sagesse bolchévique, en particulier tant que Staline est vivant.

13Pour conclure sur cette période, lorsque E. Triolet commence à s’exprimer, dans des textes en russe, sur la vie politique, son point de vue diffère quelque peu de celui d’Aragon. Elle n’est pas une actrice de la vie politique au même titre qu’Aragon et ne peut avoir eu sur lui une « influence » favorable au stalinisme dont ses proches furent parmi les victimes. Elle ne devient active dans ce domaine qu’à partir de 1936, lorsqu’éclate la guerre d’Espagne et qu’elle accompagne Aragon jusqu’à Madrid à la fin de cette même année.

« Le destin, c’est la politique »

  • 15 ORC, Tome 1, p. 36.

14C’est à ce moment-là que se précise une vision politique commune des deux écrivains, qui s’exprime dans le journal de 1938-1939 déjà cité. Elle y analyse la politique comme une composante de la vie individuelle quotidienne. Elle écrit, le 8 septembre 1938 (et ce passage est repris dans l’« Ouverture » des ORC15) :

Je veux simplement dire que pour tout le monde au monde, pour les absolument apolitiques, les événements extérieurs à leur vie personnelle et intime jouent un rôle. Et pas seulement comme répercussion directe (lhomme quon mobilise, quon tue), mais pour les pensées de tous les jours. Une femme va à un rendez-vous, mais le roi dAngleterre est attendu sur les Champs-Élysées, et elle ne peut pas traverser. Ceci, grossièrement. On sest habitué à la guerre dEspagne, lindignation sommeille dans un coin, prête à se réveiller. Mais les affaires dEspagne passionnent son homme, celui auquel elle rêve. Il nest pas en danger, il ne se bat pas, mais il nest jamais là. La guerre dEspagne, on vit avec comme avec une affreuse maladie chronique, on ne peut pas y penser tout le temps, à sa tuberculose. Mais on y pense à loccasion de lhomme quon ne voit pas, parce quon vous oblige de vous coucher tôt. Et soudain, la tuberculose devient une maladie très grave.

  • 16 Elsa Triolet choisie par Aragon, Gallimard, 1960, p. 26.
  • 17 Ibid.

15Cette idée que la politique intervient, qu’on le veuille ou non, dans la vie individuelle est reprise et exposée par Aragon dans sa préface au volume Elsa Triolet choisie par Aragon. Un thème y revient avec insistance, celui du destin, avec cette phrase répétée « Le destin, cest la politique, a dit Napoléon16 ». Aragon reprend, quelques lignes plus loin : « Que le destin, cest la politique, en lan 43, nétait pas vrai que pour les personnages de roman. Cest lannée de Lyon dans notre vie17 ».

  • 18 Ibid, p. 32.
  • 19 Ibid., p. 29

16Plus loin encore, à propos des « thèmes constants » que l’on trouve chez E. Triolet, ce qui leur donne des développements nouveaux, dit-il, c’est « le destin de l’espèce, comme dirait encore Camus, lhistoire dans le vocabulaire dElsa Triolet. La politique dans celui de Napoléon18 ». Au sujet de la nouvelle La Vie privée ou Alexis Slavsky, artiste-peintre, il écrit : « Pourtant, à vrai dire, si le destin, la politique, se résume assez bien par lépopée, le cadre réel de lépopée nest pas épique, uniquement19 ».

  • 20 Ibid, p. 26.
  • 21 Ibid., p. 45.

17Et lorsqu’il cite la fin des Amants dAvignon, où E. Triolet note : « Ceci est écrit en février 1943 et cest à lHistoire de mener ma chanson », Aragon ajoute : « LHistoire ou la politique, cest tout un20 ». Pour lui, dans les romans d’E. Triolet, le destin des personnages « nest pas psychologique […] il est le résultat de laction complexe de forces historiques. Jenny et la calomnie dans le bouleversement intérieur de 1936, la femme de Mille Regrets dans lexode de 194021 ».

18Donc, le terme « politique » recouvre ici l’idée, sinon d’une fatalité, du moins de forces complexes dans lesquelles l’être humain est pris. C’est cette même idée, avec la même référence à Napoléon, que l’on trouve sous la plume d’E. Triolet dans sa Préface à la contrebande (1964). Présentant ses nouvelles : Henri Castellat et Le Destin personnel (toutes deux de 1941), elle écrit :

  • 22 Il s’agit de Henri Castellat.
  • 23 ORC, Tome 3, p. 33-34.

La nouvelle qui suivit22, je lappelai directement Le Destin personnel. Elle continuait cette sorte daffirmation de la maxime napoléonienne : le destin, c’est la politique ; les événements qui bouleversaient le monde ne faisaient quune bouchée des destins personnels23.

  • 24 Lili Brik/Elsa Triolet, Correspondance, op. cit., lettre du 10 juillet 1962, p. 988.

19Peu de temps auparavant, en 1962, elle envoie à sa sœur une sorte de préface à son roman Anne-Marie, commençant par cette citation : « Le destin, cest la politique – Napoléon24 ».

  • 25 Nous n’avons pas retrouvé cette citation de Napoléon ; les propos qui s’en approchent le plus figur (...)
  • 26 Je renvoie à l’article de Maryse Vassevière, « Stendhal en une heure et quart », RCAET no 8.

20L’on pourrait s’étonner de cette référence répétée, chez les deux écrivains, à Napoléon25 ; il y a deux précédents fameux : Stendhal26 et Tolstoï, dans La Guerre et la Paix. De plus, Aragon vient d’écrire La Semaine sainte, qui met en scène les derniers épisodes de l’armée napoléonienne.

Prise de conscience et secret

  • 27 À ces mots, l’on ne peut s’empêcher de penser à la propre vie d’Aragon et au secret concernant son (...)
  • 28 Elsa Triolet choisie par Aragon, p. 60.
  • 29 Ibid.

21Par ailleurs, Aragon s’interroge sur ce qui fait que l’on s’intéresse à la politique. Pour les personnages d’E. Triolet, dit-il, qu’il s’agisse d’Anne Favart (dans « La Femme au diamant ») ou de Blanche Hauteville (dans Luna-Park), c’est la découverte d’un secret27 : « ces deux femmes sont à la charnière dun secret28 » écrit-il. La première s’aperçoit que l’homme qu’elle aime lui cache une partie de sa vie (il fait partie de la Cagoule) ; la deuxième découvre la torture en Algérie et « le jour où elle aura vu la torture, où elle saura que cela existe, elle ne pourra plus vivre comme avant, il lui faudra tout savoir sur ces hommes capables de cela, cest pour cela, malgré sa maladie de cœur, quelle se laissera embaucher par une compagnie de pétrole, au Sahara ». C’est ainsi que LÂge de Nylon est « un grand roman de la conscience29 ».

22Donc, dans la pensée des deux écrivains, à l’idée d’un « destin », qui suppose que l’homme est le jouet de l’Histoire, se trouve articulée la conscience de l’Histoire ou de la politique, conscience qui entraîne des choix et qui est éveillée par le hasard, le besoin de savoir, de démasquer la réalité, la découverte de ses secrets. C’est cette conscience qui pousse les hommes à intervenir dans leur destin et dans la politique.

Subjectivité et écriture

  • 30 Ibid., p. 62.
  • 31 Correspondance, op. cit., p. 794.

23Mais Aragon va plus loin. Il achève sa préface sur l’idée d’un homme en devenir, renvoyant dos à dos « ceux qui nient la possibilité du progrès de lhomme » et « “les économistes”, ceux qui croient pouvoir changer le monde par de simples mesures dorganisation, sans que lhomme change, ou du moins sans quil commence à changer, cest-à-dire qui croient pouvoir changer le monde contre lhomme30 ». Il semble donc prendre ici une distance avec un certain marxisme et des pratiques à l’œuvre en Union soviétique ; l’écriture de LHistoire de lURSS à cette même période n’y est sans doute pas étrangère. Il· interrompt d’ailleurs cette écriture pour rédiger la préface à l’anthologie des œuvres d’E. Triolet, comme en témoigne une lettre d’Elsa à sa sœur le 30 août 196031.

  • 32 Et reproduit par Aragon dans Elsa Triolet choisie par Aragon., op. cit.
  • 33 Elsa Triolet choisie par Aragon, op. cit., p. 355.

24Toujours est-il qu’au même moment, dans son article « Un romantisme lunaire » paru dans Les Lettres françaises en 196032, E. Triolet relève l’énorme différence qui existe entre les prouesses scientifiques et techniques de l’homme (c’est l’époque des fusées Lunik II et III) et son arriération morale ou psychique : « on est saisi du désaccord qui existe chez lhomme entre son génie et son âme33 ». Au même moment, elle écrit un roman intitulé, justement, « LÂme ».

25Au fil du temps, l’on voit donc s’articuler deux pensées en évolution : celle d’Elsa Triolet qui se politise progressivement et celle d’Aragon qui, d’une idée de la politique vue comme un jeu de forces complexes déterminant le sort des hommes, passe à l’idée d’une conscience humaine agissant sur les événements et d’une nécessaire prise en compte de l’être humain pour changer Tordre des choses ; aussi bien l’un que l’autre réintroduisent la subjectivité dans une vision marxiste de l’Histoire. Et l’écriture, pour l’un comme pour l’autre constitue une intervention dans l’Histoire, la politique, l’âme humaine, les trois étant liées, pour eux, à ce moment-là.

Notes

1 Lettres du 21 décembre 1916 et du 4 janvier 1917, Дорогой ляая Володя…Переписка Маяковского и Эльзы Триолэ, (Cher oncle Volodia…Correspondance Maïakovski-Elsa Triolet) 1915-1917, Bengt Jangfeldt, Almqvist & Wiksell International, Stockholm, 1990.

2 « Последний крик Петровки » », cahier 015, ff. 44 vo et 45 ro.

3 Cahier 015, 47 vo.

4 Revue dirigée par Philippe Soupault.

5 Voir M. Delranc-Gaudric, « L’accueil critique des premiers romans d’Elsa Triolet en Union soviétique », RCAET no 6, p. 32-33.

6 Liti Brik/Elsa Triolet, Correspondance 1921-1970, Gallimard, 2000, p. 50.

7 LOP 1, Tome VI, p. 43-47.

8 Ibid, p. 44.

9 Ibid., p. 44-45.

10 Э. Триоле, « Париж 9 Февраля », Тридцать дней. H° 4, 1934, c. 58-60 ; E. Triolet, « Paris 9 février », Tridtsatdnej no 4, 1934, p. 58-60.

11 T.ж, c. 60 ; ibid., p. 60.

12 Lili Brik/Elsa Triolet, Correspondance, op. cit., p. 70.

13 Ibid, p. 108.

14 Journal 1938-1939, fo 29 vo.

15 ORC, Tome 1, p. 36.

16 Elsa Triolet choisie par Aragon, Gallimard, 1960, p. 26.

17 Ibid.

18 Ibid, p. 32.

19 Ibid., p. 29

20 Ibid, p. 26.

21 Ibid., p. 45.

22 Il s’agit de Henri Castellat.

23 ORC, Tome 3, p. 33-34.

24 Lili Brik/Elsa Triolet, Correspondance, op. cit., lettre du 10 juillet 1962, p. 988.

25 Nous n’avons pas retrouvé cette citation de Napoléon ; les propos qui s’en approchent le plus figurent dans une lettre de celui-ci à l’empereur Alexandre Ier, le 2 février 1808 : « Il est de la sagesse et de la politique de faire ce que le destin ordonne et daller où la marche irrésistible des événements nous conduit » (cités par André Palluel dans son Dictionnaire de lEmpereur, Plon, 1969, p. 330). M. Lentz, Directeur de la Fondation Napoléon, que j’ai consulté, me répond : « comme vous le savez, on fait dire à peu près tout à Napoléon et ensuite, à nous de retrouver doù vient la citation » …

26 Je renvoie à l’article de Maryse Vassevière, « Stendhal en une heure et quart », RCAET no 8.

27 À ces mots, l’on ne peut s’empêcher de penser à la propre vie d’Aragon et au secret concernant son père : voir Roselyne Collinet-Waller, Aragon et le père, romans, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

28 Elsa Triolet choisie par Aragon, p. 60.

29 Ibid.

30 Ibid., p. 62.

31 Correspondance, op. cit., p. 794.

32 Et reproduit par Aragon dans Elsa Triolet choisie par Aragon., op. cit.

33 Elsa Triolet choisie par Aragon, op. cit., p. 355.

Auteur

Docteur de Poétique comparée, Université Paris III. Membre de l’ÉRITA, elle a publié Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, actes du colloque ÉRITA, éd. L’Harmattan, Paris, 2000 et a participé à l’édition de la Correspondance Lili Brik-Elsa Triolet (Gallimard, 2000, dir. Léon Robel).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search