Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°11

 | 
Luc Vigier
, 
Reynald Lahanque

Introduction

Reynald Lahanque

Texte intégral

1Peu d’écrivains du vingtième siècle se sont impliqués autant qu’Aragon dans le champ politique. Il exerça des responsabilités directes non seulement au Parti Communiste Français, dont il fut membre titulaire du Comité central à partir de 1954, mais déjà au sein du groupe surréaliste dès 1925, puis dans le cadre de nombreux mouvements et initiatives antifascistes pendant les années trente, dans l’organisation de la Résistance, ou plus tard au Mouvement de la Paix. Il intervint de multiples façons dans la politique culturelle, par exemple en tant que secrétaire des Maisons de la culture, membre dirigeant du CNE, mais aussi par ses interventions dans Les Lettres françaises, dont il fut directeur de 1953 à 1972. Journaliste militant à lHumanité, La Littérature internationale, Commune ou Ce Soir, Aragon devint à la fois un repère et une cible dans le combat politique. Cette intense activité méritait d’être étudiée et précisée. Connue dans ses grandes lignes, elle manquait encore d’une datation serrée, de faits bien établis, d’analyses rigoureuses et aussi impartiales que possible. Vingt ans après la mort de l’écrivain, cet Aragon politique, qui suscita tant de passions, devait pouvoir être étudié avec une relative sérénité, dans le souci non de parvenir à des conclusions indiscutables, mais de compléter le recueil des informations, d’approfondir les analyses, de dépassionner les débats. Susciter de nouvelles recherches, ouvrir des pistes, esquisser un premier bilan, tels étaient les objectifs du colloque.

2Comme le rappelle Aragon lui-même dans la postface des Communistes, à ne considérer que « son exercice en plein vent », « on se fait de la politique une idée bien sommaire », car « elle prend dans lhomme, lindividu, des résonances imprévues ». La tâche de l’écrivain, à distance plus ou moins marquée des impératifs du combat, n’est-elle pas d’être à l’écoute de ces résonances peu calculables et de la complexité des expériences humaines ? Le souci du politique ne peut pas ne pas imprégner l’œuvre en profondeur, s’il s’avère qu’il oriente les choix moraux et civiques de l’homme, sa conception de l’être social et de l’avenir, de même que les choix esthétiques de l’écrivain. Mais si l’articulation du littéraire et du politique est chez Aragon une donnée incontestable, toute la difficulté est d’en saisir les modalités multiples, conventionnelles parfois, novatrices, subtiles, inattendues, le plus souvent. Sous des angles variés, beaucoup des interventions du colloque ne pouvaient que rencontrer dans leur démarche les problèmes posés par cette articulation. Elles ont en cela permis de prolonger les recherches des spécialistes d’Aragon qui, dans leurs travaux les plus littéraires, se sont régulièrement confrontés au croisement des textes avec la politique. Il s’agissait précisément de ne plus en différer l’examen systématique, afin de mieux comprendre et le cheminement d’une œuvre considérable et les aventures de sa réception.

3Les contributions réunies, qui se sont déployées dans des directions fort variées, sans pouvoir pour autant balayer le champ complet et immense des objets et des questions, relèvent de préoccupations et de démarches que nous avons choisi, pour l’édition de ce volume, de regrouper autour de trois axes.

4Le premier concerne les problèmes les plus généraux posés par l’engagement politique d’Aragon, à commencer par celui des limites du champ d’action et des restrictions de pensée auquel doit consentir le militant, aussi soucieux soit-il de plaider en tout domaine pour les positions les moins sectaires (Reynald Lahanque). C’est donc aussi, inévitablement, le problème de son rapport à ce qu’il convient d’appeler « le stalinisme », sur le plan proprement politique comme sur le plan littéraire, qu’il s’agissait d’affronter (Édouard Béguin). De même fallait-il examiner de plus près la question du rôle indûment prêté à Elsa Triolet dans le changement de monde opéré au tournant des années trente (Marianne Delranc-Gaudric), et réexaminer la façon toute personnelle qu’avait eue l’écrivain de s’approprier le mot d’ordre de réalisme socialiste, en lui trouvant des antécédents dans la philosophie des Lumières et la tradition réaliste française (Valère Staraselski).

5Le second intéresse les activités et les prises de position d’Aragon dans le champ politique. Ainsi a été réexaminé le processus de la rupture avec les surréalistes (Carole Reynaud-Paligot), mais a été établi aussi ce qui demeure du geste surréaliste dans la manière du militant communiste (Dominique Desanti). La lutte anti-fasciste des années trente a spécialement attiré de jeunes chercheurs, littéraires ou historiens, qu’il s’agisse du combat mené par les cercles populaires de Doriot contre le mouvement de la Maison de la culture, de l’aide apportée aux exilés allemands (Nathalie Raoux), ou des polémiques survenues avec André Gide en 1936 (Sidonie Rivalin et Luc Vigier). Des lumières nouvelles ont été projetées sur les efforts d’Aragon pour organiser l’activité des intellectuels, dans le contexte de l’après-guerre et de la guerre froide, où l’enjeu était pour lui de résister à la pression ouvriériste venue de son propre camp, de même que sur ses tentatives plus ou moins heureuses de faire rentrer dans le rang les étudiants communistes lors de la crise de l’UEC en 1963 (Suzanne Ravis), ou de s’appuyer sur l’avant-garde incarnée par Tel Quel afin de favoriser l’aggiornamento du parti en matière culturelle au cours des années soixante (Philippe Forest).

6Le troisième axe touche plus directement aux questions posées par l’écriture du politique, dans le domaine poétique comme dans le domaine romanesque. Dans le premier cas, ce sont surtout les impasses formelles de la prise de parti qui ont été mises en évidence, dans des poèmes, il est vrai, écrits dans le contexte des affrontements idéologiques du début des années cinquante (Wolfgang Babilas, Angela Kimyongür). Dans le second cas, ce sont davantage les capacités de résistance du texte à l’emprise du discours politique qui ont fait l’objet de l’étude (Maryse Vassevière), y compris dans un roman aussi clairement militant que Les Communistes (Cécile Narjoux). A fortiori, les ressources autocritiques de la fiction dans un roman comme La Mise à mort témoignent de ce que fut la capacité du romancier à déconstruire le récit réaliste pour mieux s’approcher des sombres secrets du stalinisme (Daniel Bougnoux). Pour autant, on a montré aussi ses difficultés, dans l’ensemble de sa production romanesque, à donner au peuple toute sa place et à éviter les clichés naturalistes (Corinne Grenouillet et Patricia Principalli). Enfin, on observe le cas singulier de l’écriture de l’histoire de l’URSS par Aragon (Jean Albertini).

7Sur un tel sujet, tout ne pouvait être dit. Il faudra encore bien des recherches et bien des travaux pour prétendre faire le tour d’Aragon homme et écrivain politique. Du moins ce qui s’est amorcé a-t-il apporté la preuve que l’on pouvait désormais aborder toutes les questions avec le seul souci de faire progresser la recherche, sur le plan de l’établissement des faits comme sur celui de l’élaboration des analyses. Au reste, pour ne représenter qu’une première étape, les travaux rassemblés dans le présent volume permettent de construire pour l’avenir les grandes lignes d’une problématique.

8Il y va, en effet, d’un questionnement à approfondir sur le double volet, féminin et masculin, qu’ouvre le terme même de « politique » : la prise de parti politique, au sens doctrinal et militant de l’expression, d’une part, le souci plus fondamental du politique, de l’institution du social, des formes élémentaires du vivre ensemble, d’autre part. Poser l’hypothèse que celui-ci forme le socle de celle-là est à bien des égards éclairant ; autrement dit, on comprendra mieux les convictions d’Aragon, les responsabilités constamment assumées, la fermeté de son engagement et sa longue fidélité, en les rapportant à son sens aigu de la communauté, de ce qui entre les hommes fait lien et leur permet de faire corps. Ce profond souci du politique s’est alimenté à sa propre expérience de la « vie-dans-le-parti », il s’est illustré par son combat incessant contre l’individualisme, « ladversaire têtu, linconscient barreur de routes » (pour reprendre l’expression de la préface donnée en 1965 aux Voyageurs de l’impériale). Il est aussi la réponse presque instinctive, le réflexe de survie face aux menaces de désagrégation qui ont pesé sur les sociétés et les nations, de l’aube du siècle au second après-guerre. Plus que de la politique qu’il faut faire, ses œuvres nous parlent du fond politique que toute vie sociale suppose. Pour s’intéresser aux luttes des partis et aux idées qui se forment dans les consciences, il faut commencer par ne pas dénier son appartenance à la communauté des hommes, avec ce qu’elle implique de dépendance acceptée, d’adhésion à des valeurs et de croyances partagées. Relire l’œuvre et les engagements d’Aragon sous ce jour devrait permettre de les mieux comprendre comme lieux et enjeux de cette difficile mais nécessaire articulation (où s’élabore « linconscient religieux » de « la raison politique », pour reprendre les termes de Régis Debray) : articulation, par exemple, entre la conviction communiste et le sens national, entre la fidélité de principe et la distance critique, entre le désir de « servir » et la liberté de créer, comme entre le roman à thèse et sa déconstruction, ou entre la poésie politique et la contrebande à usage interne.

9Les tensions, les contradictions, les équilibres fragiles, les formations de compromis, les méandres de l’écriture, les abîmes frôlés, les vertiges fixés, la mise en ordre du récit et sa « mise à mort », la splendeur du chant et l’affleurement des secrets : c’est ce mouvement et cette complexité, loin des images schématiques et opposées qu’ont pu se forger de lui détracteurs et adulateurs, qui caractérisent l’homme et l’écrivain Aragon. En relancer l’étude en prenant appui sur la double entente que permet le terme « politique », c’était l’ambition du colloque, et c’est pour l’avenir une perspective prometteuse. Comme ce fut le cas à l’Université de Saint-Quentin-en-Yvelines en mars 2004, cette étude ne sera pas l’affaire des seuls spécialistes de littérature ; elle réclamera plus que jamais, non seulement la confrontation des méthodes d’approche, mais aussi la collaboration des disciplines, à commencer par celles qui se situent dans les champs de l’histoire et de la sociologie. Cet entrelacs des horizons intellectuels, il est inscrit à l’état pratique dans la vie et l’œuvre d’un homme plus engagé qu’aucun autre dans son siècle : il reste à en prendre toute la mesure, à travers la diversité des travaux et leur mise en commun. Du moins est-ce la part d’utopie dont la recherche sur Aragon peut légitimement se prévaloir.

Auteur

Université Nancy II
Professeur de littérature française contemporaine, il est président de l’Équipe de recherche interdisciplinaire sur Elsa Triolet et Aragon (ÉRITA) ; il est l’auteur d’une thèse de doctorat d’État sur le réalisme socialiste en France (Nancy, 2002) et a publié récemment « Henri Calet, ce peu de voix », in Les voix du peuple, dir. C. Grenouillet et E. Reverzy, Presses universitaires de Strasbourg, 2006.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search