Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°10

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Maryse Vasseviere
, 
Alain Trouvé

Aragon : pages inédites

Quelques jalons d’une réécriture

Lionel Follet

Résumé

Aragon a dit de « Madame à sa tour monte » : « je nai peut-être de ma vie tant récrit, retravaillé un texte. » Un dactylogramme conservé à la Beinecke Rare Book and Manuscrit Library de Yale confirme son assertion et vient enrichir le dossier génétique de ce conte : il s’agit d’une version ancienne (première ?), qui servit à établir la traduction anglaise publiée dans The Dial en janvier 1922. La comparaison précise de cet état avec le texte définitif, paru en 1924 dans Le Libertinage, met aisément en évidence que le principal des idées et du ton est donné dès la première version, mais que des retouches apparaissent presque à chaque ligne. La deuxième version intervient un peu à la marge pour resserrer, pour systématiser certaines trouvailles, parfois même pour assagir la première. Le brio un brin provocateur avec lequel Aragon tourne ses images et ses phrases est une donnée de premier jet. Mais certaines phrases ont été réécrites plusieurs fois avant de trouver leur assiette définitive.

Texte intégral

1Dans son « Avant-lire » de 1964 au Libertinage, Aragon a raconté la genèse de « Madame à sa tour monte », qui devait d’abord être le second chapitre d’un roman écrit à deux avec André Breton :

  • 1 Aragon, « Avant-lire », Le Libertinage, Gallimard, coll. “L’Imaginaire”, p. 24.

Rien dautre nen fut jamais écrit. La version quon en trouve dans Le Libertinage en doit être la troisième ou quatrième : je nai peut-être de ma vie tant récrit, retravaillé un texte. Je crois bien que létat définitif en a été établi sur les épreuves du Libertinage en 1923, le premier datant de 1919 [davril-mai 1919, précise plus loin Aragon]. Entretemps (je pense en 1921), cela avait paru en anglais dans The Dial, de New York1.

  • 2 Dial/Scofield Thayer Papers, Yale Collection of American Literature, Beinecke Rare Book and Manuscr (...)

2C’est en fait en janvier 1922 [volume lxxii, no 1] que la revue newyorkaise publia le conte, son titre laissé en français ainsi qu’une épigraphe de Baudelaire, et traduit pour le reste en anglais par Gilbert Seldes. Or les écarts importants que présente cette version anglaise par rapport au texte final du Libertinage ne sauraient s’expliquer par la seule liberté du traducteur. De fait, celui-ci a travaillé sur un état antérieur, qu’atteste un document heureusement conservé dans les archives du Dial, à la Beinecke Library de l’Université de Yale2. Il s’agit d’un dactylogramme de quinze feuillets recto (copie carbone), comportant un certain nombre de corrections autographes, dont cet ajout final : « La froide majesté de la femme stérile. C.B. », qui deviendra l’épigraphe dans The Dial ; au verso du dernier feuillet, d’une autre main : « Louis Aragon / 12 rue St Pierre / Neuilly/s/Seine / France ».

  • 3 Voir Pound, Thayer, Watson and The Dial, A Story in Letters, ed. by W. Sutton, University Press of (...)

3Il est aisé de reconstituer le trajet de ce document, qui fut envoyé à New York par Ezra Pound3. En 1920, Scofield Thayer et James Sibley Watson, nouveaux propriétaires du Dial, entreprennent d’en faire un magazine international de littérature et d’art, et engagent Pound (alors en Angleterre) comme agent littéraire en Europe. Celui-ci passe près d’un mois à Paris en juin-juillet 1920, et s’emploie avec son dynamisme habituel à recruter des collaborateurs et collecter des textes, dans les milieux littéraires les plus divers : Gourmont (mort en 1915), André Spire, Benda, Proust, Valéry, Morand… Il prend ainsi contact avec le groupe de Littérature, qu’il recommande chaudement à ses commanditaires, avec une mention particulière pour Aragon :

  • 4 « At last Ive struck the two ends. Ive got Louis Aragon, I think the best of the most young. I pa (...)

Enfin laffaire est bouclée. Jai recruté Louis Aragon, le meilleur je crois des vraiment jeunes. Je tiens absolument à ce que ce groupe soit représenté […] Ce cercleAragon, Breton, Soupault – il faut spécialement nous les attacher. Aragon est intelligent, et en les recrutant nous sommes constructifs et pas seulement passéistes […] La participation dAragon devrait nous honorer, et faire de la réclame à notre flair. Ajoutez son nom à la liste des collaborateurs, s.v.p.4

  • 5 « The final pp. of Madam a sa tour has the real Lewis touch = though it is wholly independent in or (...)
  • 6 Voir Pound, Thayer, Watson and The Dial, op. cit., p. 82, 91, 127-128, 132, 143-144…

4Pound s’enthousiasme pour « Madame à sa tour monte », dont les dernières pages, écrit-il, « portent vraiment la marque de Lewis, même si cest complètement indépendant à lorigine5 ». Il envoie le conte à New York vers le 25 juillet 1920. Les éditeurs du Dial, tout en le jugeant « superbe », différeront longtemps sa publication, faute de place dans la revue6.

5Le dactylogramme envoyé à New York en juillet 1920 porte donc le premier état connu du texte. Celui-ci avait-il subi des retouches par rapport à la rédaction initiale, qu’Aragon situe en avril-mai 1919 ? À cette date, il attendait sa démobilisation à Boppard-am-Rhein, en Rhénanie occupée, et croyait commencer un roman à deux voix avec André Breton. En 1920, en pleine aventure Dada, ce projet est assurément abandonné, et le chapitre est devenu nouvelle ou conte : on peut supposer qu’il a subi des remaniements, mais l’absence de tout document antérieur interdit de conclure.

  • 7 Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome I, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1997, p. 110 (...)
  • 8 Voir ci-après l’examen détaillé de cette séquence par Lucien Victor.

6Avec ce dactylogramme, le dossier génétique n’est pas clos. On connaît d’autre part un ensemble de cinq feuillets manuscrits, conservés au Fonds Aragon du CNRS (désormais à la BNF). Daniel Bougnoux a reproduit deux d’entre eux en fac-similé, dans l’édition de la Pléiade7. Ils portent des phrases travaillées lors d’une campagne de réécriture – peut-être la dernière ? C’est du moins l’impression que donne l’examen de telle séquence : « À ce goût, même compliqué dintentions modernes […] », qu’on voit passer par étapes de la version « Yale » au texte exact de l’édition8.

7Enfin l’existence d’un manuscrit final, hélas inaccessible, a été révélée en 2002, lors du passage en vente publique d’un exemplaire de tête sur « grand papier » du Libertinage. Y était joint, selon le catalogue de vente, un « manuscrit autographe complet » de « Madame à sa tour monte », ainsi décrit :

  • 9 Vente de la Collection littéraire Pierre Leroy/Sotheby’s France, Galerie Charpentier/mercredi 26 ju (...)

Sept pages (270 × 210 mm), nombreuses corrections (s.l.n.d., papier à en-tête “Le Select American Bar” plié, une page restaurée) […] Ce manuscrit, encore assez corrigé et avec des variantes données comme telles en bas de page et reproduites dans la version imprimée, établit à deux ou trois mots près la version publiée dans Le Libertinage9.

8Ce qui infirme partiellement le souvenir d’Aragon déjà cité : « Je crois bien que létat définitif en a été établi sur les épreuves du Libertinage en 1923 » – mais illustre encore le travail complexe de réécriture auquel il s’est livré.

 

9Nous publions aux pages suivantes la transcription intégrale du dactylogramme « Yale ». Nous corrigeons quelques fautes de frappe sans les indiquer expressément. Les corrections manuscrites dAragon sont décrites en note selon ce code :

[texte biffé]

biffure

<texte ajouté>

ajout

[ ]< >

substitution

Notes

1 Aragon, « Avant-lire », Le Libertinage, Gallimard, coll. “L’Imaginaire”, p. 24.

2 Dial/Scofield Thayer Papers, Yale Collection of American Literature, Beinecke Rare Book and Manuscrit Library, YCAL Mss 34, box 19, folder 355.

3 Voir Pound, Thayer, Watson and The Dial, A Story in Letters, ed. by W. Sutton, University Press of Florida, 1994. Cf. Aragon, « Lettres à Ezra Pound et textes retrouvés », présentés par Lionel Follet, La Nouvelle Revue Française, octobre 2003, no 567, p. 327 sq.

4 « At last Ive struck the two ends. Ive got Louis Aragon, I think the best of the most young. I particularly want this group represented […] This milieu – Aragon, Breton, Soupaultis particularly to be held to. Aragon is intelligent & we are constructive in having them – not merely reminiscent […] Aragon shd. do us credit, & give us réclame of foresightedness. Add his name to publd. list of contributors, s.v.p. » : Pound, Thayer, Watson and The Dial, op. cit., p. 71-72, 12 juillet 1920.

5 « The final pp. of Madam a sa tour has the real Lewis touch = though it is wholly independent in origin », ibid. Wyndham Lewis, peintre et écrivain anglais, avait fondé avec Ezra Pound, en 1914, léphémère mouvement du « Vorticisme ». – Aragon aurait-il apprécié ce compliment ? Ce n’est pas sûr.

6 Voir Pound, Thayer, Watson and The Dial, op. cit., p. 82, 91, 127-128, 132, 143-144…

7 Aragon, Œuvres romanesques complètes, tome I, Gallimard, “Bibliothèque de la Pléiade”, 1997, p. 1105-1106.

8 Voir ci-après l’examen détaillé de cette séquence par Lucien Victor.

9 Vente de la Collection littéraire Pierre Leroy/Sotheby’s France, Galerie Charpentier/mercredi 26 juin 2002, no 9 du catalogue.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search