Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Documents et Inédits. Aragon et Robert Alexandre

Lettres à Robert Alexandre (novembre 1918-février 1919)

Aragon

Texte intégral

  • 1 L’en-tête de la lettre mentionne : « Douze ». Robert Alexandre suppose (note manuscrite sur cette l (...)

1Douze [novembre 1918]1.

  • 2 La permission qui lui a permis un bref séjour à Paris date du 15 octobre. Voir Follet 2011, p. 218, (...)

2Mon ami la chance nous sera-t-elle plus favorable ici qu’à Paris2 ? Je suis à 3 km de Charmes, dans les Vosges, peux-tu y venir ? Le village s’appelle Florémont.

  • 3 Voir lettre suivante : « Et il y a Maison qui ne reviendra plus », et « Témoignage d’une amitié de (...)

3Tâche de venir, il fait froid, gris et seul en ce moment pour moi, malgré les réjouissances publiques, ou à cause d’elles : elles ont le don de m attrister. Et puis il y a Maison3

  • 4 Voir lettre suivante : « De Vallet, jai reçu une photographie plaisante […] », et « Témoignage d’u (...)

4J’ai reçu la photo de Vallet4. Qu’il est jeune, jeune. La guerre ne l’a changé que physiquement. Tant mieux, tant pis. Tant mieux.

5Je ne peux pas te parler de moi : j’ai les doigts gelés. À quand ?

6Louis A.

 

  • 5 Voir, le même jour, longue lettre à Breton, Follet 2011, p. 231-34.

7D’Alsace, le vingt-sept [novembre 1918]5.

  • 6 Jean-Charles Pellerin, créateur des « images » d’Épinal.

8Que deviens-tu, mon ami ? Aucune nouvelle de toi depuis si longtemps. Nos rendez-vous ratés, même celui que je t’envoyais des Vosges ne doivent pas nous empêcher de nous écrire. Voici un peu de repos qui me permet de le faire des bords du Rhin que nous avons atteint après huit jours de marche. La merveilleuse vie ! cette promenade et l’accueil qui nous est fait m’enchantent. Les villages de pure convention de chez Pellerin6 que nous traversons sont pavoisés le plus naïvement du monde et les filles sourient derrière les fenêtres, trop blondes et craintives pour sortir. Il y aura une boule d’eau chaude ce soir dans mon lit. Le vin même, léger pour qu’on en puisse prendre plus, semble fait pour trinquer aux victoires françaises et c’est celui qu’on voit dans les verres que tiennent les soldats sur les images de la Révolution ou de l’Empire.

9Le Rhin est un fleuve gris, sale et triste qu’enjambent des ponts à tourelles, créneaux et meurtrières.

10Les instituteurs sont des Allemands qui ont fait du mal mais qui n’en ont pas l’air et qui versent aux médecins-auxiliaires pour s’en faire bien voir du schnaps de seconde qualité.

  • 7 Apollinaire est mort le 9 novembre. Aragon le sait au moins depuis le 13. Voir aussi « Témoignages (...)

11Apollinaire est mort : je ne croyais pas qu’il avait tant de talent7.

  • 8 Voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 242.

12De Vallet8, j’ai reçu une photographie plaisante (le portrait que l’on donne à la jeune fille du prétendant inconnu qui ferait si bien l’affaire, et si c’est un conte de fées ou un roman pour jeunes filles, elle en devient amoureuse à perdre le boire et le manger.)

  • 9 Louise Lara, ancienne sociétaire de la Comédie-Française, a fondé avec son mari Édouard Autant la c (...)

13Le plus grand événement du mois de novembre 1918 : l’armistice, non : Madame Lara9 me fait dire qu’elle a pour moi une admiration profonde.

  • 10 C’est en novembre 1918 que les femmes âgées de plus de trente ans deviennent au Royaume-Uni éligibl (...)

14Le vote des femmes en Angleterre HURRAH !10

15Toi qui es antialcoolique, veux-tu qu’on supprime aussi l’alcool de menthe ? Grave problème.

  • 11 Sur Jean Vergnet-Ruiz, voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 243.
  • 12 Voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 242.

16Ici, j’ai mon camarade Vergnet11 à portée de main. C’est un bien charmant garçon, mais que je préfèrerais que ce fût toi ! Avec qui que ce soit de sympathique, on finit toujours par s’apercevoir que quelque chose cloche si l’on n’a pas été à l’école ensemble. J’ai beau chercher, mes meilleurs souvenirs sont ceux du lycée, chère servitude. J’ai souvent besoin d’en parler, et les étrangers y sont indifférents. Il n’y a que quelques-uns qui pourraient s’en réjouir avec moi, et qui sont loin. Et il y a Maison12 qui ne reviendra plus. Lui, je sais bien que j’étais le seul à le connaître (ne dis pas non). Maintenant tout le monde me délaisse, c’est de ma faute, je n’écris pas. Mais vous me connaissez bien pourtant. Il y a des jours, vois-tu, où je suis terriblement triste et seul au milieu de toute cette gaîté pour des événements qui me sont au fond tellement indifférents ! Ah qu’est[-ce] que ça ME fait que l’Alsace-Lorraine… Se promener encore le soir le long du Cours-la-Reine comme si on avait toujours dix-sept ans. Mon Dieu, vingt et un ans ce n’est pas l’extrême vieillesse, nous n’avons pas changé ! j’ai tellement, tellement peur que nous nous retrouvions différents, étrangers. Alors il vaudrait mieux ne plus se revoir.

17Dans les livres, des auteurs cruels montrent des amis d’enfance qui se rejoignent après une séparation et qui ne se reconnaissent plus : leurs préoccupations passées sont mortes, ils ont dans la vie des intérêts mesquins au dessous de leur rêve, et celui-ci qui partait pour conquérir le monde a une liaison avec une blanchisseuse. Mais il faut jeter au feu toute littérature.

18Tiens, je dis des bêtises.

19Louis A.

20toujours

 

  • 13 Voir, le même jour, carte-lettre à Breton, Follet 2011, p. 255-56.

2113 [février 1919]13.

  • 14 Dans la lettre à Breton envoyée le même jour : « Je suis en marche pour Mayence ».
  • 15 À Breton : « Je ne viendrai guère que pour le 15 mars ».

22La déveine, tout simplement. Parti le 10 d’Oberhoffen, je suis en marche direction Sarrebruck et de là Mayence14. Si nous nous arrêtons près de Sarrebruck, je te ferai signe ou je viendrai même te voir. Mais nos rendez-vous sont ratés. Écris-moi donc comme si nous en avions pour des mois. Ma permission je l’espère commencera vers le 15 mars15. À ce moment, je passerai peut-être par Metz. Mais si le sort s’acharne, tu n’y seras plus. Enfin, écris [toujours].

23Louis

Notes

1 L’en-tête de la lettre mentionne : « Douze ». Robert Alexandre suppose (note manuscrite sur cette lettre : « Déc. 18 ? ») qu’elle date de décembre, et qu’elle est donc postérieure à la suivante. En fait, le 12 décembre, Aragon est à Fort-Louis à presque 200 kilomètres de Florémont, d’où il écrit qu’il fait partir cette lettre datée. C’est d’ailleurs de Fort-Louis qu’il envoie le 13 décembre une lettre à Breton (voir Follet 2011, p. 238-39). C’est en revanche le 10 novembre que le régiment d’Aragon arrive à Charmes. Nous sommes donc bien le 12 novembre, et les « réjouissances publiques » mentionnées sont celles qui ont immédiatement suivi l’annonce de l’armistice.

2 La permission qui lui a permis un bref séjour à Paris date du 15 octobre. Voir Follet 2011, p. 218, note 3.

3 Voir lettre suivante : « Et il y a Maison qui ne reviendra plus », et « Témoignage d’une amitié de jeunesse », p. 242.

4 Voir lettre suivante : « De Vallet, jai reçu une photographie plaisante […] », et « Témoignage d’une amitié de jeunesse », p. 242.

5 Voir, le même jour, longue lettre à Breton, Follet 2011, p. 231-34.

6 Jean-Charles Pellerin, créateur des « images » d’Épinal.

7 Apollinaire est mort le 9 novembre. Aragon le sait au moins depuis le 13. Voir aussi « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 247.

8 Voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 242.

9 Louise Lara, ancienne sociétaire de la Comédie-Française, a fondé avec son mari Édouard Autant la compagnie Art et Liberté (plus tard Art et Action), qui vient de créer Couleur du temps d’Apollinaire, le 24 novembre 1918 (leur fils est le cinéaste Claude Autant-Lara).

10 C’est en novembre 1918 que les femmes âgées de plus de trente ans deviennent au Royaume-Uni éligibles au Parlement ; on vient de leur accorder en février 1918 le droit de vote dans les mêmes conditions d’âge (l’égalité d’âge avec les hommes, électeurs et éligibles à vingt et un ans, attendra 1928). Les premières élections organisées selon la nouvelle loi vont avoir lieu le 14 décembre 1918. En France, les femmes n’obtiendront les mêmes droits qu’en 1944.

11 Sur Jean Vergnet-Ruiz, voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 243.

12 Voir « Témoignages d’une amitié de jeunesse », p. 242.

13 Voir, le même jour, carte-lettre à Breton, Follet 2011, p. 255-56.

14 Dans la lettre à Breton envoyée le même jour : « Je suis en marche pour Mayence ».

15 À Breton : « Je ne viendrai guère que pour le 15 mars ».

Auteur

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search