Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Documents et Inédits. Aragon et Robert Alexandre

Portrait de famille

Philippe Alexandre et Agnès Alexandre-Collier

Texte intégral

1Le hasard d’une rencontre à l’université de Bourgogne avec Hervé Bismuth, spécialiste d’Aragon, a incité Agnès Alexandre-Collier à révéler l’existence des lettres du poète qui lui avaient été données par son grand-père, Robert Alexandre, surnommé « Bob » par sa femme et tous ses descendants, quelques années avant sa mort en juillet 1991. À l’époque, Agnès, encore étudiante en hypokhâgne au lycée Claude Monet, avait confié une copie de ces lettres à son professeur de lettres, Mme Martine Michaux, sans savoir ce qu’il en adviendrait. L’une de ces lettres a ensuite été retrouvée publiée telle quelle, sans autre commentaire, dans l’Album Aragon de 1997 de la Pléiade ; Agnès n’en avait pas été informée et n’avait donc pu donner son autorisation. Il est probable que Mme Michaux avait, en toute bienveillance, transmis ces lettres à un ami connu d’elle comme « aragonien », ignorant tout des conséquences possibles d’une telle diffusion. C’est donc avec son père, Philippe, fils de Robert, qu’Agnès prend aujourd’hui la décision de diffuser à la fois le témoignage laissé par son grand-père ainsi que l’intégralité des lettres d’Aragon et confie à Hervé Bismuth le soin d’y apporter son regard critique et rigoureux.

2Ces lettres, préservées et plastifiées par les soins de Robert, sont malheureusement tout ce qui reste d’une abondante correspondance échangée pendant la Première Guerre mondiale à partir du moment où Robert s’est engagé à l’âge de dix-huit ans en octobre 1915. Robert Alexandre est issu d’une famille juive originaire de Forbach, qui était dans le commerce des draps. Son père, Eugène, est venu à Paris pour ne pas être allemand et a monté une petite affaire de vente sur catalogue, d’abord à Rouen puis plus tard à Lille. Robert était le cousin de Roger Gompel, fondateur des Dames de France, qui avait aidé Eugène à créer son entreprise. La mère de Robert, Lucie née Katz, était d’une famille juive installée à Paris depuis plusieurs générations. Le père et la mère de Robert étaient tous les deux profondément laïcs, nullement religieux, et même un peu anticléricaux. La famille Alexandre s’est beaucoup mobilisée au moment de l’affaire Dreyfus, comme d’ailleurs la famille de la future épouse de Robert, les Degeorge, qui étaient également anticléricaux et probablement francs-maçons.

3Robert est né à Rouen le 2 octobre 1897, c’est-à-dire, un jour avant Aragon. La famille s’est ensuite installée à Paris dans le 17e arrondissement, 8, rue Théodule-Ribot, au quatrième étage, dans un appartement « horriblement bourgeois » disait Robert. Il est ensuite entré au lycée Carnot, période pendant laquelle il a connu Louis Aragon et s’est lié avec lui. Le lycée Carnot était le grand lycée de la rive droite et par une étrange coïncidence avait été créé par l’architecte Hector Degeorge grand-père de sa future femme Jeannine. Robert se destinait à une carrière d’ingénieur et rêvait de faire Polytechnique. La guerre en a décidé autrement : son frère aîné Maurice ayant été tué dès le début des combats, Robert a dû après la guerre travailler avec son père Eugène pour prendre en charge la petite entreprise qui s’appelait Aux armes de France. Robert prépara donc un baccalauréat latin-sciences tout comme Louis Aragon. Après la Grande Guerre, en l’absence de diplômes, il a fait des études de droit (qui lui ont laissé un souvenir très flou) et est allé travailler avec son père à la tête de l’entreprise familiale. Son jeune frère Pierre, né pendant la guerre, et évoqué dans le témoignage, l’y a rejoint à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

4Un des amis communs de Robert et de Louis Aragon s’appelait Jacques Coutrot, mentionné dans son témoignage, dont le frère Jean, polytechnicien, était un des membres de l’organisation d’extrême-droite La Cagoule. Jacques, l’ami de Robert, appartenait à une droite plus modérée, bien-pensante et très catholique. Il deviendra ensuite champion olympique d’escrime en fleuret. Malgré leurs différences politiques et spirituelles, Robert et Jacques sont restés très amis jusqu’à la mort du second en 1965 et Jacques a repris la gérance de l’entreprise Alexandre sous l’Occupation puisque Robert était interdit d’exercer en tant que juif.

5Robert et Louis sont restés très liés pendant la seconde partie de la Première Guerre mondiale, période pendant laquelle ils étaient sous les drapeaux et ont échangé une correspondance suivie. Ils étaient tous les deux réputés extrêmement bavards. Ses sœurs appelaient Robert « Bob tais-toi ». Son fils, Philippe, garde de lui l’image d’un homme porté à l’enthousiasme. Au plus fort de l’Occupation, il amusait ses enfants avec ses imitations d’Adolf Hitler. Sa grande passion était la musique. Jusqu’à la fin, il faisait du piano et avait des séances dominicales de musique de chambre chez lui. Il a arrêté le piano pendant la Seconde Guerre mais sa fille a eu le premier prix du Conservatoire et est devenue violoniste professionnelle à l’orchestre de la Radio-Télévision Belge. Agnès garde de son grand-père l’image du patriarche à la tête d’une famille très nombreuse (cinq enfants et vingt-quatre petits-enfants), certes rigoureux mais raffolant des grandes tablées animées et joyeuses.

6Lorsque « Bob » a donné les lettres d’Aragon à Agnès, vraisemblablement en 1987, cette dernière a également hérité du témoignage de ses souvenirs, très exhaustif, mais qui comme tous les souvenirs d’Aragon lui-même, comporte probablement beaucoup de « mentir-vrai ». L’une des choses dont se souvient Philippe et qui est évoquée très brièvement, c’est la rencontre manquée entre les deux hommes lors de la réunion organisée par le PCF à la Mutualité. « Bob » en a gardé un vif regret qu’il n’exprimait guère car c’était aussi un homme extrêmement pudique et réservé. Ainsi, il n’a jamais parlé à ses descendants de son épreuve de la Grande Guerre, au cours de laquelle il a été blessé, brûlé, gazé et est resté aveugle pendant plusieurs mois. Il n’a jamais non plus parlé à ses descendants de son judaïsme, du moins du peu qu’il en restait.

7La rencontre entre Aragon, Robert et Philippe évoquée à la fin du témoignage, reste difficile à dater. Robert parle de novembre 1980, puis rectifie par la date d’octobre 1980. Philippe est persuadé qu’il s’agit d’une rencontre datant de 1972 car il pense que Pompidou, qui avait permis à Aragon de conserver son appartement de la rue de Varenne, après l’achat de l’immeuble par l’État, était encore vivant. Contrairement à la fin lapidaire et frustrante du témoignage de Robert, Philippe pense que son père avait gardé un souvenir ébloui de cette amitié de la première jeunesse et qu’il était déçu de ne pas trouver chez Aragon la même petite flamme. En dépit de tout ce qui avait pu séparer ces deux hommes tout au long de leurs vies, on peut se demander s’il n’y avait pas des points communs inaltérables entre eux, parmi lesquels un ancrage dans la bourgeoisie française la plus traditionnelle.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search