Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Documents et Inédits. Aragon et Robert Alexandre

Aragon et Robert Alexandre une amitié de jeunesse

Agnès Alexandre-Collier et Hervé Bismuth

Texte intégral

1Le dossier que nous présentons ici est un dossier qui aurait pu, qui aurait dû appartenir depuis longtemps à la bibliothèque documentaire de la recherche aragonienne. Nous le devons à Robert Alexandre (1897-1991), qui fut très lié à Aragon lorsqu’ils se trouvaient tous deux au lycée Carnot, puis jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale, leur amitié s’estompant peu à peu par la suite. Robert Alexandre nous a transmis, outre son témoignage d’ami de jeunesse d’Aragon, trois des lettres d’appelé qu’Aragon lui a envoyées, datées de novembre 1918 à février 1919. On lira dans ce dossier :

  1. Un « portrait de famille », signé de son fils, le journaliste Philippe Alexandre, et de sa petite-fille, la Professeure de Civilisation britannique Agnès Alexandre-Collier, qui introduit Robert Alexandre, « Bob », en le présentant dans son cadre familial, celui d’une famille bourgeoise juive originaire d’Alsace.
  2. Une présentation par Hervé Bismuth des liens qui unirent Aragon et Robert Alexandre. Cette présentation croise les deux témoignages laissés par Robert Alexandre – le sien propre et le legs des trois lettres envoyées par Aragon – avec les informations diverses déjà à la disposition de la critique aragonienne : données factuelles, aveux d’Aragon, autres témoignages, quitte à mettre les différentes sources en tension. Elle lance également de nouvelles passerelles entre cet apport nouveau concernant la vie de l’écrivain et certains de ses matériaux romanesques.
  3. Le témoignage de Robert Alexandre lui-même. Rédigé en 1981, et initialement destiné à ses proches, il leur fut finalement confié vers 1987, avec les trois seules lettres qui restaient de la correspondance échangée entre les deux amis de jeunesse. Ce témoignage contient à la fois les souvenirs d’une amitié, le regard porté des dizaines d’années plus tard sur cette amitié, et la mention de retrouvailles avortées.
  4. Enfin, les lettres elles-mêmes, dont la première est écrite au lendemain de l’armistice, et la troisième pendant qu’Aragon, soldat de l’armée d’occupation, est en route pour Sarrebruck. Elles croisent et complètent les lettres qu’il envoie parfois le même jour.

2L’établissement de ce dossier doit beaucoup à l’amitié de Lionel Follet dont nous tenons à remercier la vigilance, les conseils et la mémoire étonnante.

  • 1 Aragon, Lettres à Breton. 1918-1931, édition établie, présentée et annotée par Lionel Follet, Gall (...)

3Pour des raisons de cohérence éditoriale, l’édition des lettres suit la leçon de celles envoyées à la même époque par Aragon à André Breton et éditées par Lionel Follet1.

Notes

1 Aragon, Lettres à Breton. 1918-1931, édition établie, présentée et annotée par Lionel Follet, Gallimard, coll., « nrf », 2011. La présentation et les annotations de ces lettres renverront plusieurs fois à cette édition, mentionnée sous le raccourci : « Follet 2011 ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search