Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Aragon, polyvalent et polygraphe

« Front rouge », les tracts et LHumanité : hypothèses sur la genèse d’un poème détesté

Florian Mahot-Boudias

Résumé

Au-delà de la traditionnelle lecture biographique et historique de « Front rouge », poème d’Aragon écrit en 1930 et conduisant à la rupture entre l’auteur et André Breton, cet article propose une lecture poétique et des hypothèses génétiques sur ce texte « détesté » par son auteur et par la critique. « Front rouge » est d’abord un poème hybride, mêlant l’héritage surréaliste, l’influence de Maïakovski et les lectures d’Aragon dans le moment d’une intense et violente politisation de son activité littéraire. Il témoigne aussi de la lecture par l’auteur de LHumanité et plus généralement des publications d’agitation communistes, comme les tracts. Dans le sillage des études récentes sur les liens entre presse et littérature, l’article construit une comparaison entre ces types d’écrit et la lettre du poème.

Texte intégral

  • 1 On retrouvera ces informations compilées par Olivier Barbarant dans la notice de Persécuté persécut (...)
  • 2 Sur le Congrès de Kharkov, voir la récente publication de la correspondance lacunaire d’Aragon à Br (...)
  • 3 Voir « Ce poème que je déteste », in L ΌΡ 2, t. II, p. 499-508.

1« Front rouge », texte d’une rare violence politique – « Feu sur les ours savants de la social-démocratie » – et poème de la rupture avec Breton, paraît une première fois en français dans la revue Littérature de la révolution mondiale, à Moscou, en juillet 1931 sous le titre « Le Front rouge » et dans le recueil Persécuté persécuteur le 25 octobre de la même année. La revue communiste et le livre sont saisis par la police française en novembre 1931. Aragon est inculpé le 16 janvier 1932 pour propagande anarchiste, incitation au meurtre et à la désobéissance militaire. Le poème ne paraît vraisemblablement aux yeux du public qu’avec les publications de « L’Affaire Aragon » et de Misère de la poésie en 19321. Sa rédaction date sans doute des mois d’octobre à décembre 1930, alors que l’auteur et Elsa Triolet séjournent en URSS : le poème s’écrit dans la recherche d’une poésie conforme à l’avant-garde communiste et dans la découverte du Congrès de Kharkov de novembre 1930, dont les répercussions désorientent les surréalistes et provoquent maints débats dans leurs rangs tout au long des années qui suivent2. Dans les années 1970, Aragon est très mal à l’aise vis-à-vis d’un poème qu’il détache du recueil Persécuté persécuteur pour lui donner l’autonomie d’un texte « détesté » écrit dans le « temps terrible » de l’année 19303.

  • 4 Alain Vaillant, « Le vers à l’épreuve du journal », in Poésie et Journalisme au XIXe siècle en Fran (...)
  • 5 Voir « MAÏAKOVSKI et ce qui sensuivit… », in L 2, t. II, p. 457-459.

2« Front rouge », texte mal aimé d’Aragon lui-même et de ses commentateurs, a surtout donné lieu jusqu’ici à des interprétations biographiques et historiques. On le lit souvent pour éclairer le contexte de la rupture entre Aragon et Breton. Le point de vue ici défendu est tout autre : il s’agit de lire le poème pour lui-même et de dégager quelques principes poétiques ayant présidé à l’élaboration de ce texte riche et foisonnant. Dans une approche renouvelée du corpus aragonien sont proposées des hypothèses à propos de la genèse de « Front Rouge », à la fois dans une perspective historique et dans celle de l’étude du rapport entre la poésie et la presse ouverte par les travaux de M.-È. Thérenty et d’A. Vaillant4. On pourrait étudier dans le poème le subtil mélange de procédés typiquement surréalistes – les collages, les images – et des cris du jeune communiste ; ou encore la réception de la poésie de Maïakovski, qui insuffle tout son élan lyrique à l’écriture aragonienne5. Mais le plus intéressant est peut-être la façon dont Aragon considère le journal et le tract politique comme matériaux premiers de la fabrique du poème. Dans ces jeux de reprises et de réécriture, Aragon est au cœur du processus de politisation partisane du poème. En 1930, il n’est pas encore journaliste à LHumanité – qu’il intègre en 1933 – et le parti communiste ne le considère pas sans défiance, mais il en est un familier et un grand lecteur de la presse en général et du quotidien communiste en particulier. « Front Rouge » témoigne ainsi des lectures d’Aragon entre 1929 et 1930 : notamment des journaux, des brochures et des tracts de propagande du Parti communiste. La comparaison entre le poème et certains articles de LHumanité d’une part, et un corpus de tracts des Jeunesses communistes (1922-1934) conservé à la BNF d’autre part, montre la fabrication composite et toute en collages du texte.

Un poème hybride : Aragon, Maïakovski, le surréalisme et la propagande en 1930

  • 6 Sur Breton et le vers libre, voir Michel Murat, Le Vers libre, Champion, 2008, p. 289-307.

3Poème de rupture, « Front rouge » est pourtant surréaliste à plus d’un titre. D’une part, l’usage rythmique et contrastif du vers libre, à la fois lieu d’expansion et limite de la parole lyrique, le rend comparable à certains textes de Breton6. D’autre part, dans ses poésies politiques du début des années 1930, Aragon semble garder le goût surréaliste du collage prosaïque et des citations extraites de l’univers urbain. « Front Rouge » commence ainsi par l’évocation du « monde ouaté » de la bourgeoisie :

  • 7 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 494.

Ne fermez pas la porte
le Blount s
en chargera Tendresse
Jusqu
aux escaliers qui savent monter seuls
dans les grands magasins
Les journées sont de feutre
7

  • 8 Reproduit dans Aragon, Chroniques, 1918-1932, Stock, 1998, p. 343.

4Le poème reprend dès ses premiers vers un procédé typiquement surréaliste, la citation d’un slogan publicitaire vantant en l’occurrence un mécanisme de fermeture des portes d’immeubles parisiens. Mais l’utilisation est ici évidemment ironique et est bien loin de « la réclame pour la réclame » dont l’auteur parle dans son « Introduction à 19308 ». Cinq ans plus tard, Aragon semble s’en expliquer dans une conférence lors de laquelle il se plaint de l’hypocrisie selon lui inhérente au fait d’accepter la réclame dans le poème et non le slogan politique :

  • 9 Aragon, LOP 2, t. II, p. 1160.

Ah ! [les tenants de la poésie pure] ne se sont pas débattus naguère avec cette horreur quand dans leurs propres poèmes venaient sinscrire les mots dordre du commerce et de lindustrie, les clichés de la réclame et de laffiche ! Toute jeune femme élégante est cliente du Printemps, à la bonne heure ! Mais défense de crier en vers Du travail et du pain9 !

5Ce n’est pas tout : la vision vigoureuse et presque hallucinée de la nouvelle société communiste remplaçant l’ordre capitaliste – particulièrement dans les troisième et quatrième sections – témoigne encore d’un vif surréalisme. En témoignent ces vers sur l’aurore communiste :

Les fleurs de ciment et de pierre
les longues lianes du fer les rubans bleus de l
acier
n
ont jamais rêvé dun printemps pareil
Les collines se couvrent de primevères gigantesques

  • 10 Aragon, Lettres à André Breton, 1918-1931, op. cit., p. 407-408. Georges Sadoul évoque aussi sa pro (...)

6L’image surréaliste devient ici littéralement l’outil de l’utopie communiste. Elle est comme la transposition poétique de l’admiration qu’Aragon témoigne face à la Révolution dans sa lettre à André Breton du 27 octobre 193010.

7Mais « Front rouge » serait incompréhensible sans la référence à Maïakovski : le poème est aussi une manière d’hommage à un géant mort quelques mois auparavant. Il suffit pour s’en convaincre de relire la traduction du grand poème épique publié en 1920 à la gloire de la révolution russe : 150 000 000. Maïakovski affirma qu’il ne l’avait pas écrit lui-même et que le peuple russe en son entier en était l’auteur.

Lancien balayé
dans un sauvage chaos,
nous tournerons au monde
notre mythe nouveau.
Temps-barrière,
Nous te repousserons du pied.
Nous ferons des cieux nuancés de milliers d
arcs-en-ciel.

  • 11 Vladimir Maïakovski, À pleine voix : anthologie poétique, 1915-1930, traduit par Christian David, G (...)

Dans le monde nouveau vont éclore,
    non souillés par le poète, les roses et les rêves
Que tout
    vienne
réjouir
        nos yeux de grands enfants !
Nous allons
    imaginer
            de nouvelles roses –
roses des capitales aux pétales de places
11

  • 12 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. LXX.
  • 13 Équipe Théâtre moderne du groupe de recherches 27 du CNRS, Le Théâtre dagit-prop de 1917 à 1932. L(...)

8Ce rêve de révolution est aussi le fondement du poème d’Aragon, qui avait rencontré Maïakovski à La Coupole le 5 novembre 1928 et par l’intermédiaire duquel il avait connu le lendemain Elsa Triolet, qui eut elle-même le rôle que l’on sait dans sa découverte de la poésie russe, en particulier dans celle du futurisme12. Derrière le modèle maïakovskien, à la fois poétique et théâtral, se trouvent aussi toutes les productions de l’agit-prop soviétique depuis sa théorisation par Lénine : à partir de 1917, se développent en effet les lectures publiques, les théâtres d’usine et les programmes radiophoniques destinés à diffuser le message révolutionnaire13. Le train de « Front rouge » peut à ce titre rappeler l’utilisation par les soviétiques du chemin de fer pour imprégner les provinces les plus reculées de l’idéologie révolutionnaire. En tout cas, il est presque impossible de déterminer si Aragon, dans les visions de « Front rouge », a recours au rêve surréaliste ou au rêve du poète futuriste russe. Les deux héritages modernistes, surréaliste et futuriste, se côtoient plutôt et se mélangent dans l’écriture d’un poème totalement hybride.

  • 14 Sur le rapport d’Aragon au journalisme avant 1933, je dois beaucoup à Yves Lavoinne, Aragon journal (...)
  • 15 Aragon, Aragon parle avec Dominique Arban [1968], Seghers, 1990, p. 42.
  • 16 Ibid, p. 88-89.
  • 17 « Un Cadavre », dans Tracts surréalistes et déclarations collectives, 1 : 1922-1939, sous la dir. d (...)

9Mais, que cette logique moderniste soit héritée des avant-gardes française ou russe, il n’en reste pas moins qu’Aragon va plus loin en considérant dans l’écriture de « Front rouge » le journal et le tract politique comme matériaux de la fabrique du poème. En 1930, sa relation au métier journalistique, comme du reste celles de Breton ou de Tzara, reste très ambiguë : elle continue à osciller entre détestation et fascination avouée14. Dès les années 1920, ses entretiens nous l’apprennent, Aragon est politisé et lit des publications et autres journaux socialistes et anarchistes : « Breton et moi, nous étions des lecteurs du Drapeau Rouge, du Journal du Peuple, de La Vague, cest-à-dire des journaux contre la guerre, les journaux de ces socialistes qui étaient contre la guerre15 ». Aragon raconte qu’à cette époque la lecture de LHumanité cause chez lui des « colères » presque quotidiennes et que Breton, lui-même élevé à Pantin, a alors beaucoup plus de familiarité et de sympathie à l’endroit du PCF16. Le jeune Aragon trouve le journalisme de LHumanité lénifiant et les sympathies communistes envers Anatole France tout à fait réactionnaires. De ce dégoût premier, le mot d’Aragon sur « Moscou la gâteuse » dans Un Cadavre est depuis lors resté le meilleur symbole17. Et pourtant, quelques années plus tard, on retrouve en Aragon un grand lecteur de LHumanité, toujours friand de faits divers et d’analyses des déterminismes sociaux, et un militant zélé, distribuant tracts et journaux dans les rues de Paris pour se faire admettre. Il baigne alors dans un climat politique et culturel qui rend difficile la distinction entre les carrières du poète, du militant, du polémiste, et bientôt celle du journaliste.

LHumanité et le procès du parti industriel

10De fait, le poème « Front rouge » témoigne des lectures politiques d’Aragon entre 1929 et 1930. Le passage du texte où la phraséologie communiste apparaît le plus nettement est l’insertion dans la dernière section du poème d’un passage en prose. Au milieu des vers libres apparaît une prose informative et indigeste, qui plus est soulignée par l’italique. L’effet de disparate est patent car le jeune poète semble insérer des propos de propagande en les recomposant habilement.

  • 18 Aragon, OP Pléiade, t.I, p. 499-500.

Lintervention devait débuter par lentrée en scène de la Roumanie sous le prétexte, par exemple, dun incident de frontière, entraînant la déclaration officielle de la guerre par la Pologne et la solidarisation des États limitrophes. À cette intervention se seraient jointes les troupes de Wrangel qui auraient traversé la Roumanie… À leur retour de la conférence énergétique de Londres, se rendant en URSS par Paris, Ramzine et Laritchev ont organisé la liaison avec le Torgprom par lintermédiaire de Riabouchinski qui entretenait des rapports avec le gouvernement français dans la personne de Loucheur… Dans lorganisation de lintervention le rôle directeur appartient à la France qui en a conduit la préparation avec laide active du gouvernement anglais…18

  • 19 Olivier Barbarant ne livre aucune source possible du texte. Voir Ibid., p. 1371.

11Aragon reprend ici les conclusions du procès stalinien de 1930 contre le « parti industriel », à l’issue duquel Léonide Ramzine et Victor Laritchev, deux cadres soviétiques, furent condamnés pour complicité avec l’État français et les émigrés russes19. Il se trouve qu’à l’époque, du 25 novembre au 7 décembre 1930, LHumanité publiait comme un feuilleton politique les comptes rendus de ces procès se tenant à Moscou. L’auteur en était Marcel Cachin, directeur du journal et envoyé spécial en Russie pour l’occasion. En première page, un éditorial résumait les épisodes récents et en montrait les enjeux, tandis que le compte-rendu précis du procès au jour le jour s’étalait généreusement dans les pages intérieures du journal. Dans ces articles, il s’agissait de juger les traîtres à la cause et les dirigeants des pays de l’Europe impérialiste, Poincaré en tête. Bien qu’Aragon se trouvât loin des kiosques à journaux parisiens lors de la rédaction de « Front rouge », la proximité linguistique entre ces comptes rendus et l’extrait de son poème est frappante. Pour donner vie à une chronique somme toute écrite dans une lointaine capitale et convoquant de nombreux personnages aux noms slaves – il fallait préserver l’attention du lecteur de LHumanité –, Marcel Cachin fait alterner le discours direct et le résumé des paroles des accusés, mêle récit et dialogue pour emporter l’assentiment du lecteur français. Comme Aragon, il utilise aussi le conditionnel passé afin de peindre dramatiquement ce qui aurait pu se produire en cas de réussite du complot. Le 1er décembre 1930, sous le titre « Au cours d’un interrogatoire serré, tous les inculpés reconnaissent qu’ils ont été les agents d’exécution de Poincaré, Briand et des généraux français », Cachin met directement en cause l’État français et évoque comme Aragon une invasion militaire.

  • 20 Marcel Cachin, « Le Procès du parti industriel devant le tribunal suprême », LHumanité, 27e année, (...)

Quant au rôle de Poincaré, nest-il pas déjà, lui ancien président de la République, coupable devant lHistoire de lintervention de 1919 dans le sud de la Russie ? Il poursuit toujours lUnion Soviétique de la haine la plus obstinée. Quand les émigrés blancs, les Riaboutchinsky, Tretiakov, Lianosov, délégués du Torgprom, attestaient quils ont entretenu Poincaré de lintervention en Russie, ils savaient quils sadressaient à un récidiviste de linvasion. Cest ce que répètent à satiété les huit saboteurs accusés20 !

12La livraison du journal revient ensuite sur l’opération du général Wrangel, dirigeant de l’armée blanche pendant la guerre civile, et que Poincaré avait soutenu des années auparavant. C’est à cette opération qu’Aragon fait référence dans « Front Rouge ». Le poète fait l’hypothèse, dans ce contexte, d’une seconde opération Wrangel, c’est-à-dire d’une seconde tentative de contrerévolution avec la bénédiction de Poincaré. La première page du journal présente aussi la caricature d’un Poincaré et d’un général de l’armée française embarrassés de la tournure internationale que prend l’affaire. Ce 1er décembre 1930, l’envoyé spécial rapporte les paroles de l’accusé Ramzine. À un fonctionnaire du tribunal qui lui demande quel rôle un certain Loukomski devait jouer, Ramsine répond :

  • 21 Ibid., p. 3.

Il aurait seulement été lexécuteur des directives réactionnaires de Poincaré et des impérialistes français. Également, le Torgprom aurait été déchiré par les interventionnistes français et nos mots dordre démocratiques navaient de valeur que pour lagitation démagogique. Nos idées sur la démocratie et le capitalisme dÉtat nétaient pas réelles, elles se seraient écroulées sous la pratique des monarchistes en alliance avec Poincaré et Briand.
Antonov constate que le Parti industriel devait donc seulement voiler les plans de brigandage des impérialistes français.
Krylenko continue l
interrogatoire de Laritchev. Celui-ci, impressionné par les réponses de Ramsine, avoue que les dirigeants du Parti Industriel, non seulement connaissaient les conséquences de la dictature militaire, mais quils y aspiraient. Linterrogatoire fait la clarté également sur le travail de sabotage de Laritchev dans le comité des combustibles et lattitude hostile permanente de Laritchev et Ramsine envers la ligne générale de la politique du pouvoir soviétique21.

  • 22 Vladimir Maïakovski, À pleine voix, op. cit., p. 154.

13À la lecture de ces différents extraits, on perçoit aisément à quel point, dans son poème, Aragon a pu s’inspirer des thèmes et des modes de discours du journalisme communiste du temps. Avait-il accès à LHumanité pendant son séjour en Russie ? Était-il en contact avec un Marcel Cachin, qui ne l’appréciait alors pas vraiment ? S’inspire-t-il d’autres comptes rendus de propagande, écrits en français ou traduits du russe par Elsa ? En tout cas, la prose journalistique devient un matériau servant à violer le poétique, à le détourner et à le contredire. Juste avant de coller cet extrait, Aragon fustige « ceux qui prétendront que ceci nest pas un poème » : l’auteur joue à la fois de l’effet d’étrangeté de l’insertion d’un morceau de prose dans le flot poétique et de l’effet d’étrangeté politique d’un discours radical. On ne peut savoir si Aragon colle réellement cet extrait repris d’une publication communiste. L’hypothèse probable est plutôt qu’il souhaite créer un « effet » de collage dans le pastiche de la prose journalistique qu’il réélaborerait de manière synthétique. Reste qu’une dizaine d’années auparavant, Maïakovski jouait lui aussi d’insertions d’affiches et de tracts dans ses poèmes politiques22.

Poétique du tract, politique du poème

14Mais Aragon ne se contente pas de coller localement des commentaires journalistiques en exhibant leur différence avec la forme plastique du vers libre. De manière plus retorse, il utilise une autre forme de la communication politique du temps : celle du tract. La comparaison de certains tracts des jeunesses communistes et le poème d’Aragon est elle aussi frappante : la poétique mise en œuvre témoigne d’une culture politique. On peut même faire l’hypothèse que le poète reprend des principes de production du tract dans sa création poétique. À considérer d’abord l’ensemble du texte, il est manifeste que la structure générale amplifie celle d’un tract politique, Aragon reprenant de nombreuses stratégies à la rhétorique communiste. Les quatre sections du poème sont unies et traversées par la métaphore filée de l’express d’Octobre roulant à pleine vitesse et l’onomatopée lancinante « SSSR ». La première section est la satire d’une bourgeoisie s’amusant à se faire peur à l’heure de l’apéritif en prononçant le nom menaçant d’« USSR ». Cette section décrit par ailleurs un monde envahi par la « réclame », Aragon jouant des deux sens du mot : les objets utilisés en purs signes sociaux ne s’achètent pas, ils ne « réclament » pas leur pesant d’or puisqu’ils sont déjà des supports de publicité.

  • 23 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 493-494.

ni le cendrier réclame ni le buvard
réclame ni le calendrier
réclame ni les lumières
réclame ni les images sur les murs
réclame ni les fourrures sur Madame
réclame réclame les cure-dents
réclame l
éventail et réclame le vent
rien ne coûte rien et pour rien
des serviteurs vivants vous tendent dans la rue des prospectus
Prenez c
est gratis23

15L’auteur construit ainsi une abondance scandaleuse et, sans prononcer le mot, condamne toutes les productions du capitalisme. Cela peut correspondre à l’accroche habituelle, dans les tracts communistes de l’époque, contre l’accaparement des richesses et du bonheur par les classes élevées. La seconde section du poème est une suite d’allusions à des événements historiques, parmi lesquels se trouvent la manifestation violente du 1er mai dans le Paris de 1907, la révolte catalane de 1909 contre une levée de troupes pour aller combattre au Maroc, le procès des anarchistes italiens Sacco et Vanzetti aux États-Unis, les mentions des conflits coloniaux de Syrie, du Maroc et de Yen-Bay en Indochine.

  • 24 Ibid., p. 495.

Quand les hommes descendaient les faubourgs
et que Place de la République
le flot noir se formait comme un poing qui se ferme
les boutiques portaient leurs volets à leurs yeux
pour ne pas voir passer l
éclair
Je me souviens du Premier Mai mil neuf cent sept
quand régnait la terreur dans les salons dorés
On avait interdit aux enfants d
aller à lécole
dans cette banlieue occidentale où ne parvenait qu
affaibli
l
écho lointain de la colère
Je me souviens de la manifestation Ferrer
quand sur l
ambassade espagnole sécrasa
la fleur d
encre de linfamie
Paris il n
y a pas si longtemps
que tu as vu le cortège fait à Jaurès
et le torrent Sacco-Vanzetti
24

16Dans cette reprise d’événements historiques connus ou de l’ordre de l’actualité, Aragon tisse une légende dorée à la fois anarchiste et communiste. Ce rappel de certains événements historiques internationaux, arguments galvanisant les troupes et les incitant à l’action, est une pratique typique du tract communiste de l’époque. De même, le poète emploie, pour passer d’un exemple à l’autre, l’expression « Je me souviens » en anaphore, comme s’il imitait les nombreux « Souviens-toi » qui émaillent souvent les tracts communistes. En témoigne ce tract adressé aux conscrits en 1922.

  • 25 Tract intégral de 1922 adressé aux conscrits, fédération nationale des jeunes communistes. Conservé (...)

Camarade Conscrit !
Les rois de la mine, du rail, de la finance, les usiniers, les accapareurs et les spéculateurs, toute la plaie de la société, vont t
imposer lobligation de défendre leurs privilèges
Tu vas partir,
Mais sous l
uniforme, souviens-toi que tu appartiens à la classe des exploités.
Souviens-toi que Poincaré-la-Guerre est au pouvoir. Tout est possible.
Souviens-toi que 1.700.000 morts ont « payé » la guerre capitaliste.
Souviens-toi quil y a 1.200.000 éclopés.
Souviens-toi que les veuves, les orphelins se comptent par millions.
Souviens-toi que pendant quils attendent vainement des pensions misérables, un capitaine à
Paris touche 16.000 francs par an et un maréchal 120.000 francs, plus 30.000 fr.
dindemnité de vie chère.
Souviens-toi quil y a 800.000 hommes sous les armes en France.
Souviens-toi que dans tous les pays les travailleurs furent les victimes de la guerre qui a
enrichi la classe capitaliste.
Souviens-toi quuser de tes armes contre tes frères de travail, ce serait tirer contre toi-même.
Ne deviens jamais un Fratricide
25 !

17L’adresse à un « tu » collectif, variation sur le « flot noir » et le « poing qui se ferme », est aussi présente dans « Front rouge » : le poète adresse son incitation à la révolte à un Paris personnifié, « grand corps » dont les banlieues viennent au secours pour lui venir en aide dans sa révolte.

Paris tes carrefours frémissent encore de toutes leurs narines
Tes pavés sont toujours prêts à jaillir en l
air
Tes arbres à barrer la route aux soldats
Retourne-toi grand corps appelle
Belleville
Ohé Belleville et toi Saint-Denis
où les rois sont prisonniers des rouges
Ivry Javel et Malakoff
Appelle-les tous avec leurs outils

  • 26 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 192, 200-201, 215, 261-263, 266.

18Aragon déplace donc l’adresse au « camarade conscrit » ou à un autre type de travailleur, vers la ville elle-même, tout en se situant peut-être dans la veine romanesque des révoltes parisiennes du XIXe siècle. Corollaire, l’usage de l’impératif est récurrent : « Prolétariat, connais ta force/ connais ta force et déchaîne-la ». Toujours dans cette seconde section, comme dans les tracts, Aragon cite de nombreux noms propres qui cristallisent l’opposition communiste aux idées modérées et républicaines. Léon Blum, Boncour, Frossart, Déat sont ciblés, de même que Poincaré dans la dernière section. Or ce dernier, souvent accoutré en « Poincaré-la-Guerre », est une cible favorite des propos antimilitaristes des tracts communistes et ce recours généralisé au nom propre transformé en épouvantail est une technique polémique des agitateurs du parti. Dans la troisième section du poème, qui met en scène la vision de la destruction du monde capitaliste et son remplacement par la société communiste, l’empreinte du tract est encore omniprésente. Aragon, bien qu’il ne l’utilise qu’une seule fois lorsque le tract en fait un usage massif, met en scène un chiffre censé prouver l’efficacité du productivisme soviétique. Il donne à son texte un marqueur de modernité, le chiffre étant peut-être le signe le plus étranger au discours poétique. Le Paysan de Paris est truffé de chiffres, mais Aragon semble presque plus timide dans « Front rouge26 » : « Mais déjà 80 % du pain cette année / Provient des blés marxistes des kolkhozes ». Le chiffre n’est plus proféré dans une abondance joyeuse mais se présente comme un argument politique imparable dans la course à la production. Plus encore, dans le lyrisme inhérent à la destruction de la vieille société, Aragon insère tout bonnement des slogans communistes :

pour lanéantissement de cette bourgeoisie
pour l
anéantissement total de cette bourgeoisie
[…]
Mort à ceux qui mettent en danger les conquêtes dOctobre
Mort aux saboteurs du Plan Quinquennal
À vous Jeunesses communistes

  • 27 Aragon, LOP 2, t. II, p. 506-507.

19Bien qu’infiniment moins violents, les tracts communistes diffusés en France à la même époque suivent ces mêmes logiques d’anaphores et de surenchère du discours. Quarante ans plus tard, Aragon raconte d’ailleurs que Maurice Thorez n’avait pas du tout apprécié ce terrorisme anarchisant et ces imprécations plus surréalistes que communistes, et pouvant nuire à la crédibilité du parti27. En tout cas, les rédacteurs d’un tract de 1934 de la région d’Alès utilisent exactement les mêmes structures de phrases nominales et asyndétiques.

  • 28 Extrait d’un tract de 1934 des jeunesses communistes d’Alès, invitation à une réunion de sympathisa (...)

Pour la lutte à mort contre le fascisme et la guerre
pour la dissolution des Chambres. La représentation proportionnelle.
Le droit de vote à 18 ans.
À
bas le service militaire à 2 ans, réduction à 9 mois.
Pour toutes les revendications des jeunes travailleurs et travailleuses.
Contre les brimades et les amendes.
Pour lamélioration des salaires.
Pour linscription de tous les jeunes chômeurs au fond de chômage.
Pour la journée de 4h, 6 heures avant dix-huit ans sans réduction de salaire.
À
bas « lUnion Nationale » À BAS la « République bourgeoise » et sa « démocratie »
Pour le gouvernement ouvrier et paysan qui seul libérera la jeunesse exploitée28.

20La dernière section du poème est celle qui met en scène l’évocation du procès du parti industriel à Moscou. Aragon développe bien entendu l’argument de la conspiration et termine sur un éloge contradictoire de l’Armée Rouge et des soldats du général Boudienny (1883-1973), chef de la « cavalerie rouge » et rallié au communisme dès le début de la Révolution.

Une étoile est née à la terre
Une étoile aujourd
hui mène vers une brèche de feu
les soldats de Boudienny
En marche soldats de Boudienny
Vous êtes la conscience en armes du Prolétariat
Vous savez en portant la mort
à quelle vie admirable vous faites une route
Chacun de vos coups est un diamant qui tombe
Chacun de vos pas un feu qui purifie
L
éclair de vos fusils fait reculer lordure
France en tête
N
épargnez rien soldats de Boudienny
Chacun de vos cris porte au loin l
haleine embrasée
de la Révolution universelle
Chacune de vos respirations propage
Marx et Lénine dans le ciel

  • 29 Vsevolod Vichnevski, « Les Cavaliers de Boudienny », Littérature et Révolution mondiale (organe cen (...)

21Là encore, la mention n’est pas originale en soi car ce personnage quasi mythique fait l’objet de récits héroïques pendant tout l’entre-deux-guerres. Le premier numéro de Littérature et Révolution mondiale dans lequel paraît le poème d’Aragon en juillet 1931 contient d’ailleurs une pièce de théâtre d’un certain Vsevolod Vichnevski intitulée simplement Les Cavaliers de Boudienny29. Il est tout à fait probable qu’Aragon a lu cette pièce et qu’il développe ici une vision stéréotypée de l’Armée Rouge. Et ce d’autant que cet éloge conclusif contient son lot de slogans :

Prolétaires de tous les pays unissez vos
voix appelez-les préparez-leur la
voie à ces libérateurs qui joindront aux vôtres
leurs armes Prolétaires de tous les pays

22Aragon reprend la dernière phrase du Manifeste du parti communiste de manière assez créative grâce aux enjambements et à l’adjonction de certains compléments. Le calembour sur « voix » et « voie » rejetés en début de vers rappelle la facétie potache des surréalistes. En même temps qu’il réécrit un chant de lutte politique, Aragon l’acclimate à sa propre création, résolument moderniste. Dans le même esprit de surenchère, l’extrême fin du poème mélange l’évocation de l’express d’Octobre, les slogans de destruction et la réalisation de la société communiste.

En quatre ans le Plan Quinquennal
SSR A bas l
exploitation de lhomme par lhomme
SSSR A bas l
ancien servage
À bas le capital
À bas l
impérialisme À bas
SSSR SSSR SSSR

23Le jeu sur les consonnes et les onomatopées peut s’inspirer des « mots en liberté » des futuristes russes, au premier chef Maïakovski et Khlebnikov. Aragon enivre le lecteur dans cette surenchère de mots. Pour clore le poème, il tente ainsi d’obtenir l’assentiment de son lecteur de deux façons : sur le mode du discours judiciaire, il relativise les accusations contre les procès de Moscou et les rabaisse au rang de simples accusations jalouses et comploteuses face à la réussite de l’URSS ; sur le mode de l’éloge, il emporte son lecteur dans l’accumulation de slogans politiques à la gloire de l’Armée rouge comme agent de la révolution et à la gloire des réalisations soviétiques concrètes.

24De manière plus générale, la comparaison entre divers tracts du PCF et le poème d’Aragon permet de repérer un vocabulaire commun, qu’il soit polémique – « accapareur, spéculateur, exploités, travailleurs » – ou à teneur plus largement philosophique, comme lorsqu’Aragon s’adresse aux cavaliers de l’Armée rouge : « Gloire à la dialectique matérialiste/et gloire à son incarnation / […] Vous êtes la conscience en armes du Prolétariat ». L’appel constant à un destinataire postulé est aussi une caractéristique commune du poème d’Aragon et des tracts communistes : le lecteur est toujours un camarade en puissance. Dans le tract communiste, deux stratégies de persuasion cœxistent souvent : celle du dialogue pédagogique et celle du martèlement lapidaire. La première logique se développe lorsqu’il s’agit d’argumenter la révolution, avec des thèmes comme « Pourquoi sommes-nous antimilitaristes », « Les guerres ne disparaîtront quavec le capitalisme » ou encore « la Révolution nécessaire». Le tract suivant, daté de 1922, donne la mesure du travail sur l’énonciation dans les publications communistes :

Question : une chose métonne, vous prêchez une société de justice et de bonté et vous vous dites partisans de la Révolution.
Réponse : Parce que nous ne sommes pas des rêveurs. Comprenez-moi bien. Vous convenez que le régime actuel est basé sur la domination et la violence, or lorsque les opprimés voudront sévader de cet esclavage séculaire, il leur faudra le faire dune façon nécessairement violente.

Question : Pourquoi, nécessairement ?
Réponse : Mais parce que les privilégiés, ceux qui vivent du travail des autres et qui, par conséquent, ont tout à perdre dans un régime qui aura pour loi fondamentale “qui ne travaille pas ne mange pas”, ne se laisseront pas dépouiller sans grande résistance.
La lutte et la guerre des classes sont deux faits sur lesquels nous ne pouvons pas fermer les yeux, ils se concluront par le triomphe de la classe ouvrière sur le complet effondrement de l
autre.

  • 30 Quatre tracts de 1922 sous forme de dialogues : « Pourquoi sommes-nous antimilitaristes » ; « la Ré (...)

Question : La violence disparaîtra-t-elle alors ?
Réponse :Non, pas encore, car la Révolution faite, il faudra en défendre les conquêtes. Mais ce ne sera là quune période transitoire. De la société communiste qui naîtra ensuite, toute violence sera bannie et les principes de justice et de bonté dont vous parliez tout à lheure trouveront leur éclosion naturelle30.

  • 31 Drieu La Rochelle écrit d’ailleurs que « [c]e poème de révolution nest pas plus entraînant quun p (...)

25Dans ce catéchisme communiste, la violence est défendue dans une argumentation travaillée et faisant la part belle à la rationalisation historique. S’il est impossible de trouver de tels développements dans le poème d’Aragon, on peut en voir des traces dans la délégation de la parole. « Front Rouge » multiplie en effet les voix, communistes et anti-communistes, en faisant parler les bourgeois, les ouvriers, les soldats de l’Armée rouge. Aragon développe cette vulgate sous une forme beaucoup plus condensée et éclatée. Il transfère la délégation de la parole dans le vers libre : il ne catéchise pas, il chante. « Front Rouge » fait ainsi alterner des phases d’argumentation politique, dans lesquelles le vers libre s’étire jusqu’au verset31, et d’autres de slogans, qui nécessitent un rythme beaucoup plus rapide : entre la propagande développée et le tract d’agitation. Plus largement, l’anaphore et le retour à la ligne, la juxtaposition et les hyperboles, parfois le jeu sur la typographie et les décalages, avec leurs effets rythmiques, rapprochent la pratique du tract et celle du poème en vers libre.

  • 32 Alain Vaillant, « Le vers à l’épreuve du journal », op. cit.

26Ici réside le geste fort d’Aragon dans « Front Rouge » : il fait un poème en s’inspirant pour une part de la disposition spatiale du tract et de son énonciation mais il publie son texte en revue et en recueil. Alain Vaillant a fait l’hypothèse que l’objet qu’est le poème symboliste de la fin du XIXe siècle construit son autonomie linguistique en partie du fait de son inscription dans le journal : en lui laissant une place, si exigüe soit-elle, « luniversel reportage » aurait fait du poème un bibelot fragile encadré d’une mince marge blanche le protégeant de la prose quotidienne32. De manière analogue et inversée, on peut penser que la forme du tract, dans son discours comme dans sa mise en œuvre typographique, a facilité l’écriture de poésies politiques. Le tract et le poème partageraient la brièveté, le rythme et la volonté d’efficacité d’un discours dense et court. Si « Front Rouge » n’est certes pas un tract politique, le tract politique et ses variations dans le journalisme partisan est bien un matériau premier dans la fabrique du poème.

Notes

1 On retrouvera ces informations compilées par Olivier Barbarant dans la notice de Persécuté persécuteur, in Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 1360-1370. L’édition de référence est le texte de « Front rouge » édité dans la Pléiade (Ibid., p. 493-502). Pour des précisions sur la poésie aragonienne du début des années 1930, voir Pierre Raboud, « Persécuté persécuteur : l’élan vers le réel », mémoire de licence, Université de Lausanne, 2007, à lire en ligne sur le site de l’ÉRITA, http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article344, consulté le 28 octobre 2013 ; Florian Mahot-Boudias, « Hourra lOural (1934) de Louis Aragon : un poème utopique entre rêve et reportage », revue doctorale, E-LLA, Université d’Aix-en-Provence, février 2010 ; « Poétique, politique : mises en œuvre du rêve », Les Chantiers de la création, http://revues.univprovence.fr/e-lla/index255.html, consulté le 17 décembre 2013.

2 Sur le Congrès de Kharkov, voir la récente publication de la correspondance lacunaire d’Aragon à Breton éditée par Lionel Follet : Aragon, Lettres à André Breton, 1918-1931, Gallimard, 2011, p. 386-416. Pour des récits de ce congrès, voir : Jean-Pierre Morel, Le Roman insupportable LInternationale littéraire et la France, 1920-1932, Gallimard, 1985, p. 357-385 ; Pierre Daix, Aragon, Flammarion, 1994, p. 300-320 ; Pierre Daix, Aragon, Tallandier, 2005, p. 307-337 ; Pierre Juquin, Aragon, un destin français, vol. 1 : Le Temps des rêves (1897-1939), La Martinière, 2012, p. 502-524 et p. 537-544.

3 Voir « Ce poème que je déteste », in L ΌΡ 2, t. II, p. 499-508.

4 Alain Vaillant, « Le vers à l’épreuve du journal », in Poésie et Journalisme au XIXe siècle en France et en Italie : lexemple napolitain, sous la dir. de Sylvia Disegni, Recherches & Travaux, no 65, Université Stendhal Grenoble 3, 2004, p. 11-27 ; Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (éds.), Presse et plumes : journalisme et littérature au XIXe siècle, Nouveau monde éditions, 2004, 583 p.

5 Voir « MAÏAKOVSKI et ce qui sensuivit… », in L 2, t. II, p. 457-459.

6 Sur Breton et le vers libre, voir Michel Murat, Le Vers libre, Champion, 2008, p. 289-307.

7 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 494.

8 Reproduit dans Aragon, Chroniques, 1918-1932, Stock, 1998, p. 343.

9 Aragon, LOP 2, t. II, p. 1160.

10 Aragon, Lettres à André Breton, 1918-1931, op. cit., p. 407-408. Georges Sadoul évoque aussi sa propre admiration dans ses souvenirs : Georges Sadoul, « Une femme, un homme », Europe, 45e année, no 454-455, février-mars 1967, p. 104-123. En particulier p. 109.

11 Vladimir Maïakovski, À pleine voix : anthologie poétique, 1915-1930, traduit par Christian David, Gallimard, coll. « Poésie », no 414, 2005, p. 166-167.

12 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. LXX.

13 Équipe Théâtre moderne du groupe de recherches 27 du CNRS, Le Théâtre dagit-prop de 1917 à 1932. LURSS-Recherches, 2 vol., Lausanne, La Cité – L’Âge d’homme, coli. « Théâtre années vingt », 1977, 163 p.

14 Sur le rapport d’Aragon au journalisme avant 1933, je dois beaucoup à Yves Lavoinne, Aragon journaliste communiste, Les années dapprentissage 1933-1953, Doctorat d’Etat, Université des Sciences Humaines de Strasbourg, Strasbourg, 1984, p. 17-53.

15 Aragon, Aragon parle avec Dominique Arban [1968], Seghers, 1990, p. 42.

16 Ibid, p. 88-89.

17 « Un Cadavre », dans Tracts surréalistes et déclarations collectives, 1 : 1922-1939, sous la dir. de José Pierre, Le Terrain vague, 1980, p. 19-26.

18 Aragon, OP Pléiade, t.I, p. 499-500.

19 Olivier Barbarant ne livre aucune source possible du texte. Voir Ibid., p. 1371.

20 Marcel Cachin, « Le Procès du parti industriel devant le tribunal suprême », LHumanité, 27e année, no 11675, 1er décembre 1930, p. 1.

21 Ibid., p. 3.

22 Vladimir Maïakovski, À pleine voix, op. cit., p. 154.

23 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 493-494.

24 Ibid., p. 495.

25 Tract intégral de 1922 adressé aux conscrits, fédération nationale des jeunes communistes. Conservé dans le dossier « Tracts de la Fédération nationale des jeunesses communistes 1922-1934 », Paris, BNF (site Tolbiac), cote 4-WZ-16988.

26 Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 192, 200-201, 215, 261-263, 266.

27 Aragon, LOP 2, t. II, p. 506-507.

28 Extrait d’un tract de 1934 des jeunesses communistes d’Alès, invitation à une réunion de sympathisants, conservé dans le dossier « Tracts de la Fédération nationale des jeunesses communistes 1922-1934 », op. cit.

29 Vsevolod Vichnevski, « Les Cavaliers de Boudienny », Littérature et Révolution mondiale (organe central de lUnion internationale des écrivains révolutionnaires), Moscou, Editions d’État, Juillet 1931, no 1, p. 5-27.

30 Quatre tracts de 1922 sous forme de dialogues : « Pourquoi sommes-nous antimilitaristes » ; « la Révolution nécessaire » ; « Les guerres ne disparaîtront qu’avec le capitalisme » ; « Comment nous sommes antimilitaristes ». Conservés dans le dossier « Tracts de la Fédération nationale des jeunesses communistes 1922-1934 », op. cit.

31 Drieu La Rochelle écrit d’ailleurs que « [c]e poème de révolution nest pas plus entraînant quun poème de guerre de Paul Claudel » (Note de lecture sur Le Bourgeois et lamour d’Emmanuel Berl, nrf décembre 1931, no 219, p. 945-946), cité par Olivier Barbarant dans Aragon, OP Pléiade, t. I, p. 1365.

32 Alain Vaillant, « Le vers à l’épreuve du journal », op. cit.

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search