Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Aragon, polyvalent et polygraphe

Aragon éditeur

Marie-Cécile Bouju

Résumé

En prenant la tête des éditions clandestines la Bibliothèque française en 1943, Aragon devient officiellement et pour la première fois un éditeur. Cette carrière se poursuit avec les Éditeurs français réunis, maison d’édition littéraire du PCF, jusqu’à leur disparition en 1981. Cette chronologie masque cependant une évolution complexe, qu’il convient d’analyser. Les relations d’Aragon avec la fabrique éditoriale – du choix des textes à la vente en librairie – commencent dès ses débuts littéraires et se développent pendant les années trente, démontrant qu’il sait utiliser revues et maisons d’édition, lieux clé de la vie intellectuelle et littéraire. Par la suite, à la tête de la Bibliothèque française puis des EFR, Aragon tente, avec des résultats très inégaux, de défendre à la fois des positions esthétiques personnelles et d’assumer ses responsabilités politiques. À partir de la fin des années 1950, il se consacre à la défense d’auteurs français et étrangers, aux EFR mais aussi ailleurs, en particulier chez Gallimard où il est devenu directeur de collection, sans pourtant parvenir à occuper une place centrale.

Texte intégral

  • 1 Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », Revue dhistoire moderne et contemporaine, janv (...)

1Au XIXe comme au XXe siècles, l’éditeur n’est pas un écrivain mais un homme ou une femme au service des lettres. Il est, pour reprendre l’expression de Christophe Charle, un « homme double1 », capable de saisir et d’anticiper les évolutions de deux mondes culturels différents, en l’occurrence celui du public et celui de la création. Aragon a servi le livre, comme auteur, lecteur, critique, directeur de revues et d’hebdomadaire, mais a également dirigé deux maisons d’édition : la Bibliothèque française entre 1943 et 1949 et les Éditeurs français réunis de 1950 jusqu’à sa mort. Fut-il pourtant cet « homme double » qu’est un éditeur ?

Premiers pas dans la fabrique éditoriale

2Si Aragon ne devient réellement éditeur qu’en 1943, il a une expérience antérieure variée du monde éditorial, bien que relativement banale pour un écrivain de sa génération. C’est le cas pour le monde des revues, laboratoire littéraire idéal pour tout jeune apprenti écrivain.

Les revues

  • 2 Pascal Fouché, Au Sans Pareil, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, « Éditions contemporai (...)

3Aragon fonde en mars 1919 avec André Breton et Philippe Soupault la revue Littérature, qui est l’origine d’une des maisons d’édition proche du surréalisme, dirigée par René Hilsum, Au Sans Pareil. Toutefois, le rôle d’Aragon demeure extérieur à la vie de la maison d’édition2 : il est en effet devenu un auteur Gallimard.

4Par la suite, parallèlement à son engagement politique, Aragon côtoie des revues plus marquées politiquement et y travaille. En 1932 et 1933, il est responsable à Moscou de Littérature de la révolution mondiale, revue qui dépend de l’Union internationale des écrivains révolutionnaires (UIER).

5C’est l’organisation de la lutte antifasciste qui pousse le PCF à confier à Aragon des fonctions plus importantes. En juillet 1933, il devient secrétaire de rédaction d’une nouvelle revue, Commune, et le reste jusqu’en décembre 1936. Il est alors remplacé par René Blech, mais il demeure membre du comité directeur. Support idéologique de l’Association des Écrivains et Artistes Révolutionnaires (AEAR), Commune est éditée par une maison d’édition du PCF, les Éditions sociales internationales (ESI). Une collection « Commune » est d’ailleurs créée au sein des ESI à partir de 1934.

  • 3 « Annexe 6, [contrat], 8 février 1935 », 2 f., RGASPI (Archives d’histoire sociale et politique de (...)
  • 4 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons dédition du Parti communiste français, 1920-1 (...)

6Pourquoi choisir Aragon ? Le PCF est alors à la recherche de militants fiables et disciplinés, compétents en matière éditoriale et intégrés dans un réseau intellectuel et artistique qui ne se limite pas à la sphère communiste. Ces militants sont considérés clairement par le PCF comme des techniciens de la propagande mais aussi comme des passeurs, des médiateurs, qui doivent permettre au parti d’élargir sa sphère d’influence en attirant à lui des compagnons de route. Aragon est de ceux-là, tout comme Léon Moussinac et René Hilsum appelés en 1935 et 1936 à diriger respectivement les ESI et le Bureau d’éditions. De même, en février 1935, Aragon avait été pressenti pour participer au comité de lecture d’une collection littéraire des ESI, « Ciment3 ». L’expérience sera moins heureuse avec la revue éphémère Inquisitions, éditée par les ESI, en 1936, qui disparaît au bout du deuxième numéro à la demande de la direction du parti communiste, suite à la parution de notes de lecture qu’elle considérait comme iconoclastes4.

  • 5 Marie-Cécile Bouju, Histoire de la revue Europe, 1923-1939, Maîtrise d’histoire, JeanYves Mollier ( (...)

7En 1936, Aragon obtient un rôle plus officieux mais décisif dans une autre revue qui n’appartient pas au PCF, Europe. Fondée en 1923, sous le patronage de Romain Rolland, elle traverse alors une crise sérieuse. Éditée par les Éditions Rieder, qui sont une de rares maisons de gauche alors encore en activité, Europe est dirigée par Jean Guéhenno depuis 1929. La crise politique qui frappe le milieu pacifiste ébranle la revue, tout comme la crise économique qui exacerbe les relations entre Rieder et Europe. Ces tensions poussent Jean Guéhenno à la démission. Aragon, qui est devenu proche de Romain Rolland, intervient alors dans les destinées dEurope, la transformant en revue compagnon de route du parti communiste, jusqu’à organiser le transfert dEurope vers son propre éditeur Denoël, en décembre 19385.

  • 6 Nathalie Raoux, « Aragon directeur des éditions du 10 mai ? », Aragon politique, RCAET, no 11, 2007 (...)
  • 7 Conférence extraordinaire tenue à Paris le 25 juillet 1938, Denoël, 1938, 110 p.

8Aragon fut également un des fondateurs en 1938 des Éditions du 10 mai, entreprise qui disparaît au début de 19396. Celles-ci étaient destinées à publier des écrivains allemands antinazis réfugiés en France et des textes émanant de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture. Mais c’est finalement et à nouveau Denoël qui accueillit ces textes dans la « Collection de l’Association internationale des écrivains pour la défense de la culture », placée sous la direction d’Aragon, en 1938 et 19397.

9On le voit, l’écrivain Aragon occupe pendant le Front populaire une position de plus en plus importante dans le champ littéraire, non seulement grâce à sa plume et à ses engagements, mais aussi dans le monde des revues et en tant que directeur de collection. Il occupe des positions qui lui permettent a priori d’agir directement sur la vie politique et littéraire. Ceci illustre à la fois la palette des modes d’intervention des hommes de lettres au XXe siècle, de plus en plus présents dans la fabrique éditoriale, mais aussi la volonté d’Aragon de s’en saisir et d’en user.

10Mais son amour du livre d’artiste enrichit aussi la palette de ses modes d’intervention dans le champ littéraire.

Aragon bibliophile

  • 8 François Chapon, Cétait Jacques Doucet, Fayard, 2006, p. 383-406 ; Maryse Vassevière, « Aragon, Do (...)

11En 1922, Aragon remplace André Breton comme secrétaire et bibliothécaire de Jacques Doucet, couturier de renom, mécène et collectionneur, qui s’est lancé en 1913 dans la constitution d’une bibliothèque. Il emploie des hommes qui font office à la fois de bibliothécaire et de secrétaire : André Breton, puis Aragon de 1922 à 19278. Ce dernier est marqué durablement par cette expérience. Elle lui inspire en 1922 un Projet dhistoire littéraire contemporaine, point de départ de sa réflexion sur l’histoire de la littérature, et il perçoit de plus en plus le livre comme un objet d’art. La bibliothèque Doucet est en effet composée d’éditions originales, de livres illustrés, de manuscrits et autographes, d’ouvrages reliés par des artistes modernes comme Pierre Legrain ou Rose Adler. Il est impossible qu’Aragon n’ait pas été marqué par ce souci esthétique du livre, qui complétait parfaitement le goût de la recherche graphique dans les œuvres surréalistes. Aragon a ainsi été témoin d’une des grandes périodes de la culture bibliophile avant son éclipse avec la crise économique.

12À partir de 1943, il ne se limite plus aux fonctions de secrétaire de rédaction ou de rédacteur en chef de revue, mais devient bel et bien éditeur.

Aragon, éditeur communiste ? 1943-1954

Création de La Bibliothèque française

13Dans un premier temps, le PCF clandestin a peu utilisé la littérature romanesque dans sa propagande. C’est le changement de stratégie politique de l’été 1941 qui fait entrer la littérature dans la propagande du parti communiste, à partir de septembre via la collection « Hier et Aujourd’hui ». De surcroît, la parution du Silence de la mer en février 1942 encourage le PCF, hermétique à Fidée d’une littérature source en elle-même de résistance, à se tourner vers Aragon pour défendre un usage politique de la littérature. Le Comité National des Ecrivains (CNE) ayant besoin de se développer en zone sud, Aragon s’impose alors comme l’homme de la situation. Après la création au début 1943 de la revue Les Étoiles, il fonde en juin 1943 la Bibliothèque française, avec pour premier opus Le Musée Grévin.

14La Bibliothèque française se veut le pendant en zone Sud des Éditions de Minuit, maison d’édition du CNE. C’est un échec. D’une part, Aragon se heurte à Jean Paulhan, Pierre de Lescure et Vercors, qui résistent à ses propositions éditoriales. D’autre part, le catalogue est moins varié que celui de Minuit : la Bibliothèque française a publié treize textes en 1943 et 1944, dont quatre écrits par Aragon (Le Musée Grévin, Façon de vivre et de mourir de Gabriel Péri, Les Bons voisins en 1943 et Neuf chansons interdites en 1944). Les autres textes sont de la plume d’Elsa Triolet (LArrestation et Yvette, 1944) et de Paul Éluard (Sept poèmes damour en guerre). S’y ajoutent des textes non littéraires, comme Ce que M. de Monzie na pas dit : la véritable saison des juges. Presque tous les auteurs publiés sont communistes. À la fin 1943, Aragon confie la direction de la maison d’édition à Paul Éluard jusqu’en février 1944.

À la Libération

  • 9 Dominique Vaugeois, « Henri Matisse, roman d’Aragon », Travaux de littérature, Droz, t. LXV, 2002, (...)
  • 10 Corinne Grenouillet, Lecteurs et lectures des Communistes dAragon, Besançon, Presses universitaire (...)

15Lorsque le PCF reconstruit son appareil éditorial en septembre 1944, sa direction donne d’abord la priorité aux brochures de formation idéologique, éditées par les jeunes Éditions sociales. Ce n’est que dans un second temps, fin 1944, qu’il se préoccupe de l’édition d’œuvres littéraires, activité qu’il confie aux éditions Hier et Aujourd’hui, dirigées par Marcelle Hilsum. Le PCF a-t-il écarté Aragon de la direction de Hier et Aujourd’hui ou ce dernier s’est-il désisté ? Quoi qu’il en soit, en mai 1945, Aragon reprend les rênes de la Bibliothèque française. Trois aspects distinguent cette maison d’Hier et Aujourd’hui dont le catalogue est généraliste (romans, livres pour enfants, essais), réaliste et naturaliste, et peu ouvert à de nouveaux titres : l’absence de livres pour enfants, la publication d’auteurs exclusivement français et celle de livres pour bibliophiles. Sur soixante-trois titres publiés en 1945-1947, douze sont des livres illustrés, comme La Diane française, illustrée de lithographies de Valdo Barbey ou Les Fleurs du mal illustrées par Henri Matisse9 Preuve des ambitions esthétiques d’Aragon, la Bibliothèque française accueille également la revue Europe à partir de 1946 et publie Les Communistes10 en 1949-1951. Avec la Guerre froide, l’identité politique de la maison s’accuse : publication de pamphlets devenus fameux comme LInternationale des Traîtres de Renaud de Jouvenel en 1948, ou Un combat pour la vérité : Kravchenko de Jean Marcenac, en 1950.

16Si entre 1945 et 1947, l’indifférence relative du PCF à l’égard des questions littéraires permet à Aragon d’être assez libre à la tête de Bibliothèque française, en 1947, face aux nécessités de changements stratégiques et aux chutes des ventes (la production de la Bibliothèque française baisse presque de moitié), la direction du PCF décide de revoir la taille et l’organisation de son appareil éditorial. Cela aboutit en 1949, à la fusion de la Bibliothèque française et des éditions Hier et Aujourd’hui, donnant naissance aux Éditeurs français réunis (EFR).

Aragon et les Éditeurs français réunis, 1950-1955

17Pendant un an et demi, jusqu’en 1950, les EFR sont dirigées conjointement par Marcelle Hilsum et Aragon, François Billoux contrôlant l’ensemble de l’appareil éditorial pour le parti. En 1950, Marcelle Hilsum est écartée et remplacée par un gestionnaire, Raymond Hallery. Bien que surveillé par cet homme d’appareil, le travail éditorial des EFR dépend en grande part d’Aragon, éditeur de fait.

18Pendant la Guerre froide, les EFR publient en moyenne 35 titres par an, mais connaissent une érosion à partir de 1953. Le tirage moyen chute, passant de 17 000 exemplaires en 1949 à 4 200 en 1956.

  • 11 Reynald Lahanque, Le Réalisme socialiste en France (1934-1954), thèse de littérature française, Guy (...)
  • 12 Collection créée par les Éditions sociales en 1950.

19Les EFR, éditeurs de romans, sont-ils les hérauts du « réalisme liste11 » ? Jusqu’en 1956, les romanciers français sont effectivement ceux mis en avant par le PCF : André Wurmser (9 titres), Pierre Daix, René Jouglet, André Stil (7 titres), Pierre Courtade, Pierre Gamarra, Jean Laffitte (4), André Kédros, Martine Monod, Paul Tillard (3), Jean Fréville, Pierre Abraham (1). Mais Aragon n’y publie que sa série Les Communistes, repris de la Bibliothèque française, et Elsa Triolet cinq romans, mais dont quatre sont aussi des rééditions de la Bibliothèque française. Une grande place est faite aux œuvres complètes : Œuvres complètes de Maxime Gorki à partir de 1949 préparées par Jean Pérus, de Jules Vallès à partir de 1950 par Lucien Scheler, et d’Anton Tchekhov à partir de 1952 également par Jean Pérus. Avec la collection « Au Pays de Staline » qui publie des romans soviétiques (voir ci-après), les EFR sont donc à la fois au service de la littérature soviétique présentée comme un modèle depuis le début des années trente, de la littérature russe classique et du roman français. En revanche, il n’y a pas l’équivalent des « Classiques du peuple12 » dans le catalogue, ce qui est surprenant compte tenu des réflexions d’Aragon sur l’histoire littéraire. Les éditions pour bibliophiles se font également rares, sans doute parce que la crise que traversent les EFR ne permet plus ce type d’édition coûteux, mais également par le fait que ce domaine est réservé aux éditions du Cercle d’art, fondées en 1950.

  • 13 André Stil, Une Vie à écrire. Entretiens avec Jean-Claude Lebrun, Grasset, 1993, p. 66-67.
  • 14 Paul Aron, « Être ou ne pas être réaliste socialiste. L’exemple dElseneur de Pierre Courtade », So (...)
  • 15 André Stil, LOptimisme librement consenti. Conversation avec Pierre-Luc Sérillon. Stock, 1979, p.  (...)
  • 16 Pierre Daix, Jai cru au matin, Robert Laffont, 1976, p. 237.
  • 17 Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Fayard, 1999, p. 669.

20À la tête des EFR, Aragon se comporte bel et bien en éditeur. Il est présenté en guetteur de manuscrits, notamment ceux écrits par de jeunes écrivains13, comme Pierre Courtade en 194614, André Stil en 194915 et Pierre Daix en 195016. C’est également Aragon qui sollicite Lucien Scheler pour devenir l’éditeur des œuvres de Jules Vallès17. Mais l’enthousiasme de l’éditeur ne doit pas cacher que les EFR risquent de devenir l’éditeur des “refusés”, ainsi que l’évoque le témoignage de Janine Bouissounouse :

  • 18 Janine Bouissounouse, La Nuit dAutun, Calmann-Lévy, 1977, p. 194. Dix jours pour un est publié par (...)

Javais terminé mon livre sur la Résistance italienne, Dix jours pour un, et je le portai à Gallimard avec qui javais un contrat. Il fut refusé. Je le donnai ailleurs. Il fut refusé. Pas un lecteur, paraît-il ne sintéresserait à cette Résistance, et la nôtre commençait à lasser. Déconcertée, je donnai mon manuscrit à Aragon qui lenvoya sans attendre à limprimerie et consacra au livre un article qui memplit de joie. Après ce grand roman, vendu dans toutes les cellules, je fus promue grand écrivain, la règle étant de valoriser tous les plumitifs sympathisants18.

  • 19 Pierre Daix, Aragon. Une vie à changer, Flammarion, 1994, p. 442.

21Les choix d’Aragon ne sont d’ailleurs pas toujours dictés par le seul amour des lettres mais aussi par la discipline militante. En 1947, il a “préparé” l’autobiographie de Jean Laffitte, citée en exemple par la direction du PCF, Ceux qui vivent, pour les Éditions Hier et Aujourd’hui19. La patte littéraire d’Aragon est finalement bien moins nette sur le catalogue des EFR que sur celui de la Bibliothèque française.

Le Pays de Staline, 1949-1951

22L’histoire de la collection « Le Pays de Staline », créée en 1949, constitue un tournant dans la vie de l’éditeur Aragon.

  • 20 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste, op. cit., p. 221-222.
  • 21 Ioana Popa, « Le réalisme socialiste : un produit d’exportation politico-littéraire », Sociétés et (...)

23Depuis la Libération, les textes venus de l’Est sont publiés dans le cadre de relations de type institutionnel, avec les agences littéraires d’État des démocraties populaires et de l’URSS20. Toutefois, certains y parviennent grâce au réseau de relations du couple Aragon-Triolet. Ainsi, Le Chant du mineur de l’écrivain tchèque Maria Majerova paraît aux EFR grâce au traducteur François Kérel, qui propose le texte à Aragon21. Loin d’être une rupture avec ces usages, la collection « Le Pays de Staline », qui devait offrir au public 24 titres au total, a une ambition à la fois littéraire et politique. Si la liste est établie par Aragon semble-t-il, la collection accueille en priorité les primés du prix Staline. De même, l’argument publicitaire met plus en avant l’intérêt documentaire des romans et finalement leur capacité à soutenir la propagande prosoviétique, que leur valeur littéraire.

  • 22 Décisions. Bureau politique, 14 novembre 1952, Archives PCF. Archives Départementales de Seine-Sain (...)

24Non seulement Aragon doit accepter cette forte instrumentalisation politique, mais l’éditeur constate l’échec commercial. La collection s’interrompt, comme prévu, en 1951, mais elle a publié seulement 12 volumes, avec un tirage moyen décevant de 3 500 exemplaires. En novembre 1952, le Bureau politique, qui appelle à « un plan damélioration radicale de la diffusion du roman soviétique22 », confie à Aragon un rapport sur ce sujet à soumettre au Comité central en décembre. L’éditeur se saisit de l’échec du « Pays de Staline » pour dénoncer le mal qui ronge les EFR : le refus du parti de soutenir réellement la littérature romanesque, dont l’échec du « Pays de Staline » est le symptôme manifeste, refus qui explique aussi que les EFR fassent fuir tous les auteurs de talent. Ce discours reste sans effet : les EFR se contentent de servir la Guerre froide.

  • 23 Secrétariat. Décisions, 28 janvier 1948, Archives PCF.

25Avec le retour de Maurice Thorez et l’éviction d’Auguste Lecœur, Aragon entame un certain retour en grâce. Il a même l’opportunité de défendre à nouveau la littérature soviétique dans les Cahiers du communisme en novembre 1955, au moment de la parution de son Introduction aux littératures soviétiques... chez Denoël. Est-ce la fin de l’indifférence de la direction du parti pour la littérature ? Elle reste obnubilée par le catalogue des Éditions sociales23 et, surtout à partir de 1954, considère que tout cela coûte bien cher. En décembre 1955, R. Hallery, PDG officiel et de facto gestionnaire des EFR, dresse un tableau de la maison d’édition, avec pour conclusion qu’il faut impérativement se défaire des invendus antérieurs à 1955 : les années « Guerre froide » du catalogue sont un poids mort.

26Après avoir soutenu l’ouvriérisme du parti, après avoir tenté de défendre aussi ses propres choix, la crise que traversent les éditions et l’absence de réponse du côté politique sont probablement un moment critique pour Aragon. Ainsi, de la même manière qu’il prend ses distances par rapport au réalisme socialiste, il se retire de l’appareil éditorial du PCF, mais sans le quitter tout à fait, ce qui ne facilite pas la tâche de ses successeurs.

Aragon, passeur littéraire

27S’il n’est plus le directeur de fait des EFR, Aragon n’en continue pas moins de jouer un rôle important dans l’appareil éditorial du PCF, aux Lettres françaises, dans Europe, et même hors de la sphère communiste.

Aragon et les EFR : une relation complexe

  • 24 François Monod, « Note complémentaire sur les EFR », 11 septembre 1956, 1 f. ms, Fonds Elsa Triolet (...)

28En 1955, la direction du parti s’adresse à un militant pour prendre la direction effective des EFR, François Monod, issu de la bourgeoisie protestante, brillant maquettiste, ancien des Forces françaises libres, poète. Le PCF fait donc appel à un homme de lettres doublé d’un professionnel de l’édition. Mais Monod doit lutter contre deux obstacles de poids : d’une part, l’incapacité des EFR à attirer de jeunes auteurs24 et à en retenir les plus intéressants, et d’autre part la présence officieuse d’Aragon, qui altère son autorité. Le 1er mars 1961, François Monod décède brutalement. Un hommage public est rendu au poète, au graphiste, mais seul le Syndicat national des éditeurs salue l’éditeur, même si, écrit Elsa Triolet, « la nouvelle a ébranlé Aragon ». Un remplaçant est nommé : Madeleine Braun, ancienne résistante et députée de la Seine.

  • 25 Pierre Daix, Tout mon temps, révisions de ma mémoire, Fayard, 2001, p. 407.
  • 26 André Stil, LOptimisme librement consenti, op. cit., p. 172.

29La situation des EFR est catastrophique. Leur production a plongé à partir de 1959, réduisant de moitié un catalogue déjà peu fourni. Du côté des tirages, la chute est moins marquée mais la moyenne ne dépasse pas les 4 000 exemplaires. La production remonte la pente dès 1961, publiant en moyenne 22 titres par an jusqu’en 1970. Le mal dont souffrent les EFR est toujours le même. Ils ne disposent pas d’un fonds d’édition exploitable et la fuite des écrivains, dénoncée par Aragon puis François Monod, n’a pas été endiguée ni compensée : Pierre Daix quitte les EFR pour Julliard25 et André Stil pour Gallimard en 196626. L’enlisement des EFR est d’autant plus manifeste au regard de l’évolution de la revue Europe ou des Lettres françaises, qui parviennent globalement à rester ancrées dans la vie littéraire et la vie des idées. L’impossibilité de s’insérer dans le champ éditorial se double d’une autre, celle de demeurer en première ligne des éditeurs engagés, en particulier pendant la crise algérienne. Malgré quelques textes, les EFR, éditeur par essence engagé, n’ont pas marqué la mémoire collective dans leur engagement anticolonialiste.

30La direction du PCF demeure indifférente à cette situation, ainsi peut-être qu’Aragon. En 1978, l’entreprise de diffusion des éditions, le Centre de Diffusion du Livre et de la Presse, créé en 1932, est mortellement déficitaire et menace d’entraîner dans sa chute toutes les maisons d’édition du PCF. Sachant que la direction du PCF aura moins de scrupules à voir disparaître les EFR plutôt que les Éditions sociales, Madeleine Braun appelle Aragon à l’aide dans une lettre datée du 25 septembre 1978 :

  • 27 Fonds Elsa Triolet-Aragon.

Cher Louis,
Voici un rapport que nous avons établi et qu
on te demande instamment de lire durgence. On ne peut pas laisser tuer les EFR et Europe.
Les ventes sont minables ; le travail de diffusion devient nul. Nous navons que ce client. Comment vivre avec des promesses ? “Linformatique” inscrit les chiffres quon lui glisse. Nous navons plus de contrôle. Alors ? Aide-nous de ton autorité. Les EFR cest toi !
Je t
embrasse
Madeleine
27.

31Finalement, les éditions du PCF confient leur diffusion à la SODIS, propriété de Gallimard. Les EFR et La Courtille fusionnent pour donner naissance à Temps actuels. En 1981, est créé un groupe, Messidor, dans lequel sont rassemblées la plupart des maisons d’édition. Le 22 janvier 1980, Madeleine Braun décède d’un cancer. Aragon la suit presque deux ans plus tard.

32Alors qu’Aragon demeure une figure centrale du PCF et un symbole de la politique culturelle communiste, alors que l’hebdomadaire Les Lettres françaises et la revue Europe réussissent à exister dans la vie littéraire française, les EFR ne parviennent pas à sortir de cette crise politique qui a commencé au début des années cinquante.

L’homme-pivot

33Dans ce contexte difficile, Aragon aurait pu être un atout considérable pour les EFR. Or, il adopte à partir du milieu des années 1950 une stratégie complexe.

  • 28 Corinne Grenouillet, « Les cannibales de la place Graillon : Aragon à l’Académie Goncourt, novembre (...)
  • 29 Mireille Hilsum, « Mise en image et mise en mots dans Je nai jamais appris à écrire ou Les Incipit (...)

34Si Aragon continue sa défense des jeunes écrivains, il n’en fait aucunement profiter les EFR, alors qu’Europe et Les Lettres françaises pouvaient constituer un vivier intéressant. On peut ainsi être frappé par la pugnacité d’Aragon lors de son passage éclair dans l’Académie Goncourt en 1968 et sa défense de l’œuvre de François Nourissier28, qui contraste totalement avec l’errance éditoriale des EFR. De même, l’amour du beau livre se nourrit avec d’autres éditeurs, comme les recherches graphiques de Je nai jamais appris à écrire ou les Incipit chez Skira en 196929 ou Henri Matisse roman en 1971, chez Gallimard.

  • 30 Décisions. Secrétariat, 12 octobre 1955, Arch. PCF.

35Cette complexité est plus apparente encore dans le domaine des Lettres soviétiques. Lors de son “retrait” en faveur de François Monod, Aragon conserve la direction de « lensemble des traductions soviétiques » aux EFR. Constatant que ceux-ci ne parviennent pas à diffuser efficacement ces œuvres, il obtient de la direction du parti l’autorisation de proposer ces manuscrits ailleurs. Le 12 octobre 1955, le Secrétariat du PCF autorise donc « le camarade Aragon à accepter la proposition de la maison Gallimard pour lédition dune collection des romans soviétiques sous sa direction30 ». C’est la naissance de « Littératures soviétiques » en 1956. Cette collection est symbolique de sa nouvelle quête de légitimité littéraire et intellectuelle, loin du parti : chez Gallimard plutôt qu’aux EFR.

  • 31 Thomas Gomart, Double détente. Les relations franco-soviétiques de 1958 à 1964, Publications de la (...)
  • 32 Lili Brik et Elsa Triolet, Correspondance (1921-1970), 23 novembre 1962, op. cit., p. 1016.
  • 33 Bureau politique. Décisions, 29 novembre 1962 et 3 janvier 1963, Arch. PCF.

36La direction de « Littératures soviétiques » chez Gallimard n’est pas pour autant une sinécure. D’une part, Aragon doit s’imposer face à d’autres responsables du secteur étranger rue Sébastien-Bottin, tels que Dionys Mascolo et Brice Parain. D’autre part, les mécanismes de transfert des œuvres soviétiques amorcent un changement sensible à cette époque. Les tentatives de déstalinisation au sein du monde littéraire soviétique bouleversent les circuits habituels et les attentes du public. Les éditeurs français veulent désormais exploiter le “créneau” des littératures venues de l’Est, via des circuits licites ou illicites31. Alors qu’Aragon se voulait le principal passeur des Lettres soviétiques, la situation lui échappe, y compris au sein même de Gallimard. C’est hors des circuits officiels que Gallimard parvient à publier en juin 1958 Le Docteur Jivago de Boris Pasternak, dans la collection « Du monde entier », alors que le PCF venait de donner son accord quelques mois plus tôt à la création de la collection « Littérature soviétique ». L’affaire d’Une journée dIvan Denissovitch d’Alexandre Soljenitsyne, édité par Julliard en 1963, démontre aussi cette perte de contrôle du circuit de diffusion officiel des œuvres soviétiques32 : en novembre 1962, le Bureau politique est même furieux d’apprendre que l’URSS a autorisé la parution du roman de Soljenitsyne sans l’avoir consulté ou même prévenu préalablement33 !

  • 34 Gisèle Sapiro, « À l’international », dans Gallimard. Un siècle dédition (1911-2011), Gallimard/Bn (...)
  • 35 Témoignage de Lucien Sève, 2010.

37De surcroît, le travail réalisé par Aragon pour « Littératures soviétiques » est en décalage avec les attentes du public et l’évolution du monde des lettres soviétiques. Il opère ce que Gisèle Sapiro a appelé « une ouverture lée34 », publiant des auteurs “orthodoxes” ou plus ou moins dissidents (Iouri Tynianov), ce qu’il avait commencé à faire aux EFR vers 1954-1955. À l’image du parti, il résiste d’abord à la déstalinisation de la littérature, éditant en 1957 des textes conservateurs. Puis il penche pour la nouvelle génération, en rupture ou distante par rapport à la littérature officielle : Vera Panova, Daniel Granine (avant sa défense de Soljenitsyne), ou Immanouil Kazakevitch. En 1962, nouveau retour en arrière, avec l’édition d’œuvres de certains conservateurs, comme Leonid Sobolev. Sur le plan commercial, l’échec est manifeste : les ventes sont de plus en plus faibles, avec 2 000 ou 1 000 exemplaires. « Littératures soviétiques » s’arrête en 1980. Depuis 1963, les EFR avaient renoncé à un secteur éditorial qui se limitait alors essentiellement aux œuvres d’Anton Tchekov et de Maxime Gorki, mais ils défendaient aussi le romancier kirghiz Tchinguiz Aïtmatov, découvert par Aragon35.

38C’est une certitude : tout au long de sa vie littéraire, Aragon entretient une grande proximité avec la fabrique éditoriale, par son goût du texte, de l’objet livre, et par son désir constant de défendre les auteurs, bien au-delà du rôle de critique littéraire. Cette proximité et les circonstances politiques le conduisent à créer la Bibliothèque française en 1943 puis à diriger les EFR en 1950. Cet amour du livre se mêle à la volonté forcenée d’agir, d’agir politiquement mais aussi dans le monde éditorial, d’être le pivot entre la politique, la création et le public : un passeur, un homme double. Or, le bilan de sa direction à la tête de la Bibliothèque française et des EFR est plutôt négatif. Les marques de fidélité et la discipline du camarade Aragon n’étaient pas suffisantes pour lutter contre le désintérêt de la direction du PCF pour l’édition littéraire de qualité : la littérature romanesque restait aux yeux du parti une arme élémentaire de propagande. Par la suite, l’histoire de « Littératures soviétiques » montre qu’il n’a pas réussi à contrôler le processus d’importation des œuvres issues des pays soviétiques, face au développement d’autres circuits et à l’attrait du public pour les œuvres venant de la dissidence. Son engagement politique contraignant a finalement empêché Aragon d’utiliser son vaste réseau de sociabilité littéraire et artistique, dans un marché où la connaissance des attentes du public est, de surcroît, aussi importante que les convictions littéraires.

Notes

1 Christophe Charle, « Le temps des hommes doubles », Revue dhistoire moderne et contemporaine, janvier-mars 1992, vol. 39, no 1, p. 73-85.

2 Pascal Fouché, Au Sans Pareil, Institut Mémoires de l’édition contemporaine, « Éditions contemporaines », 1989, p. 24.

3 « Annexe 6, [contrat], 8 février 1935 », 2 f., RGASPI (Archives d’histoire sociale et politique de l’État de Russie, Moscou), 78136.

4 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste : les maisons dédition du Parti communiste français, 1920-1968, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2010, p. 110-111 ; Du surréalisme au Front populaire : Inquisitions, Éditions du CNRS, 178 p.

5 Marie-Cécile Bouju, Histoire de la revue Europe, 1923-1939, Maîtrise d’histoire, JeanYves Mollier (dir.), Université Paris 10, Nanterre, 1993, p. 111.

6 Nathalie Raoux, « Aragon directeur des éditions du 10 mai ? », Aragon politique, RCAET, no 11, 2007, p. 85-96.

7 Conférence extraordinaire tenue à Paris le 25 juillet 1938, Denoël, 1938, 110 p.

8 François Chapon, Cétait Jacques Doucet, Fayard, 2006, p. 383-406 ; Maryse Vassevière, « Aragon, Doucet et l’histoire littéraire », La Bibliothèque littéraire Jacques Doucet : archive de la modernité, Presses Sorbonne Nouvelle – Les Éditions des Cendres, 2007, p. 49-65.

9 Dominique Vaugeois, « Henri Matisse, roman d’Aragon », Travaux de littérature, Droz, t. LXV, 2002, p. 393-414.

10 Corinne Grenouillet, Lecteurs et lectures des Communistes dAragon, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2000, p. 41.

11 Reynald Lahanque, Le Réalisme socialiste en France (1934-1954), thèse de littérature française, Guy Borelli (dir.), Université de Nancy 2,2002, 1060 p.

12 Collection créée par les Éditions sociales en 1950.

13 André Stil, Une Vie à écrire. Entretiens avec Jean-Claude Lebrun, Grasset, 1993, p. 66-67.

14 Paul Aron, « Être ou ne pas être réaliste socialiste. L’exemple dElseneur de Pierre Courtade », Sociétés et représentations, no 15, décembre 2002, p. 217-228 ; John E. Flower, Pierre Courtade : the making of a party scribe, Oxford, Berg, 1995, 247 p.

15 André Stil, LOptimisme librement consenti. Conversation avec Pierre-Luc Sérillon. Stock, 1979, p. 91 ; André Stil, Une vie à écrire, op. cit., p. 18.

16 Pierre Daix, Jai cru au matin, Robert Laffont, 1976, p. 237.

17 Gisèle Sapiro, La Guerre des écrivains, 1940-1953, Fayard, 1999, p. 669.

18 Janine Bouissounouse, La Nuit dAutun, Calmann-Lévy, 1977, p. 194. Dix jours pour un est publié par les EFR en 1950.

19 Pierre Daix, Aragon. Une vie à changer, Flammarion, 1994, p. 442.

20 Marie-Cécile Bouju, Lire en communiste, op. cit., p. 221-222.

21 Ioana Popa, « Le réalisme socialiste : un produit d’exportation politico-littéraire », Sociétés et représentations, no 15, décembre 2002, p. 272-273.

22 Décisions. Bureau politique, 14 novembre 1952, Archives PCF. Archives Départementales de Seine-Saint-Denis.

23 Secrétariat. Décisions, 28 janvier 1948, Archives PCF.

24 François Monod, « Note complémentaire sur les EFR », 11 septembre 1956, 1 f. ms, Fonds Elsa Triolet-Aragon, CNRS.

25 Pierre Daix, Tout mon temps, révisions de ma mémoire, Fayard, 2001, p. 407.

26 André Stil, LOptimisme librement consenti, op. cit., p. 172.

27 Fonds Elsa Triolet-Aragon.

28 Corinne Grenouillet, « Les cannibales de la place Graillon : Aragon à l’Académie Goncourt, novembre 1967 – décembre 1968 », Les Goncourt dans leur siècle : un siècle de « Goncourt », J.-L.Cabanès, P.-J. Dufief, R. Kopp, J.-Y. Mollier (éds), Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2005, p. 435-448

29 Mireille Hilsum, « Mise en image et mise en mots dans Je nai jamais appris à écrire ou Les Incipit d’Aragon », Textimage, no 3, en ligne sur : http://www.revue-textimage.com/06_image_recit/hilsum.pdf ; consulté le 2 janvier 2014.

30 Décisions. Secrétariat, 12 octobre 1955, Arch. PCF.

31 Thomas Gomart, Double détente. Les relations franco-soviétiques de 1958 à 1964, Publications de la Sorbonne, 2003, p. 96-97 ; Ioana Popa, La Politique extérieure de la littérature. Une sociologie de la traduction des littératures dEurope de lEst (1947-1989), Thèse de doctorat de sociologie, Frédérique Matonti (dir.), EHESS, 2004, p. 481-486.

32 Lili Brik et Elsa Triolet, Correspondance (1921-1970), 23 novembre 1962, op. cit., p. 1016.

33 Bureau politique. Décisions, 29 novembre 1962 et 3 janvier 1963, Arch. PCF.

34 Gisèle Sapiro, « À l’international », dans Gallimard. Un siècle dédition (1911-2011), Gallimard/BnF, 2011, p. 124-147.

35 Témoignage de Lucien Sève, 2010.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search