Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Aragon dans le champ scolaire

Aragon dans les manuels de lycée

Josette Pintueles

Résumé

Est-ce qu’on donne aux lycéens d’aujourd’hui Aragon à lire et à étudier ? Et quel Aragon ? L’observation d’un corpus de manuels récents, constitué en fonction de l’évolution des programmes et des épreuves de l’enseignement du Français – essentiellement entre 2000 et en 2012 –, de certaines ressources numériques, ainsi que des annales du baccalauréat, permet d’y mesurer la place très modeste et l’image souvent simplifiée à outrance, stéréotypée, parfois même erronée, de cet auteur et de son œuvre. Si les exigences liées à l’enseignement littéraire au lycée – programmes, horaires impartis et méthodes préconisées – expliquent partiellement un appauvrissement au fil du temps, en quantité et en variété, des extraits proposés aux élèves, d’autres critères implicites, d’ordre idéologique, pèsent sur l’étude de l’œuvre d’Aragon. La méfiance ambivalente qu’il éprouvait envers les scoliastes et l’histoire littéraire telle qu’on l’enseigne s’en trouverait justifiée. La recherche universitaire demeure donc essentielle pour la transmission de l’œuvre : non seulement les publications qui en résultent, les programmes universitaires et la formation des professeurs, concepteurs des manuels et utilisateurs, mais aussi la nécessaire critique des manuels scolaires, ces outils institutionnels qui participent à la définition des canons littéraires et à la classicisation des auteurs.

Texte intégral

1Aragon a toujours eu le souci de la transmission et du dialogue avec la jeunesse, comme il l’a montré en ouvrant Les Lettres françaises à un numéro « Spécial Étudiants » en mai 1968. Il interpelle souvent les jeunes dans ses romans et dans les commentaires de son Œuvre Poétique. Mais on connaît aussi sa détestation des « scoliastes » et des professeurs : il ironise volontiers sur telle interprétation fausse de ses écrits et épingle au passage l’abandon de l’enseignement du français :

  • 1 LOP I, t. IV, p. 140.

vous savez cette chose quon a, comme le latin, renoncé à enseigner dans les classes ces dernières années (et pas seulement son orthographe, bien que je me demande ce quil advient de cet idiome à nêtre plus orthographié)1

  • 2 Théâtre/Roman, OR Pléiade, t. V, 2012, p. 1261.

2Car où serait sinon, écrit-il, le plaisir de faire des fautes2 ? Il ne semble pas avoir varié depuis ce jugement sévère de 1927 dans La Révolution Surréaliste, à propos de trois ouvrages universitaires sur Héraclite :

  • 3 « Philosophie des paratonnerres », La Révolution surréaliste, no 9-10, 1er octobre 1927, LOP 1, t. (...)

Ce qui permet de se faire une idée de la réalité intellectuelle dun milieu, dune époque, ce qui est objet de critique, cest la pensée courante, la pensée qui a cours. La lecture des journaux nest pas seule à permettre dapprécier la ligne de flottaison de la bêtise, ou si vous préférez de lintelligence en un certain lieu. Celle des ouvrages pédagogiques a bien son prix3.

  • 4 Théâtre/Roman, op.cit., p. 1247.
  • 5 Projet dhistoire littéraire contemporaine, présenté par Marc Dachy, Mercure de France 1994.

3Il accédait néanmoins souvent aux demandes d’éditeurs de manuels scolaires ou parascolaires, français ou étrangers, comme le montre un dossier de sa correspondance conservé au Fonds Elsa Triolet-Aragon. Mais il craignait les contresens et plus encore la « dissection » « nécrophage » qu’il évoque dans Théâtre/Roman : « lagacement que, de mon vivant, jéprouve à ce travail de dissection de mes écrits par les critiques et les professeurs, et bien souvent aussi décrits qui me sont étrangers pourtant4 ». Il se méfiait surtout des erreurs de perspective dans l’établissement de l’histoire littéraire, dont il était très soucieux, au moins depuis le Projet pour une histoire de la littérature contemporaine à l’intention de Jacques Doucet5 en 1922 et 1923.

  • 6 Sigle que nous utiliserons désormais.

4Comment donne-t-on à lire Aragon aux lycéens aujourd’hui, trente ans après sa mort ? Et d’abord, le leur donne-t-on à lire ? Questions essentielles quand on sait combien les années de lycée sont cruciales pour la découverte de la littérature ; ce sont aussi les dernières où l’enseignement du français ou des lettres est obligatoire pour tous, sections générales et technologiques confondues, jusqu’aux épreuves anticipées du baccalauréat en Première (ÉAF)6.

5Bien que les manuels ne soient pas les seuls outils dont disposent professeurs et élèves, qui travaillent souvent sur des photocopies d’extraits ou sur les œuvres elles-mêmes, ils permettent, en l’absence d’une évaluation des pratiques exactes des professeurs de lycée, de cerner partiellement la place d’Aragon dans l’enseignement littéraire. Conçus suivant les instructions officielles ministérielles, ils reflètent en principe les évolutions de l’institution, elle-même liée à celles de la réception, de la critique ou du goût de l’époque ; il s’agit donc d’une pièce essentielle dans l’exploration de l’histoire littéraire.

6Sans prétendre proposer un travail sociologique, ni d’histoire littéraire, et partant de manière empirique d’une expérience de professeur du secondaire, notre étude s’appuie sur l’observation d’un corpus de 22 ouvrages parus dans une période délimitée par les réformes de l’enseignement du français entrées en application en 2000 et en 2012. Elle est complétée par la comparaison avec une dizaine de manuels antérieurs, des annales de l’examen sur la même période et de ressources en ligne parmi les plus utilisées par les professeurs.

7Il ne s’agit pas seulement d’établir une évolution quantitative ou une typologie des textes choisis, mais d’observer aussi les rubriques où ils s’insèrent, afin de cerner quel Aragon est présenté aux élèves et comment on le donne à lire. L’hypothèse de départ est qu’une étude chronologique des manuels permet aussi de mesurer l’impact de la recherche universitaire, soit par l’introduction des acquis les plus récents – textes ou éléments biographiques –, soit par des analyses novatrices.

Caractéristiques du corpus

8La liste des manuels littéraires comprend les recueils de textes et d’extraits d’œuvres, sans les livres de méthode, qui existent souvent à part, même si les éditeurs tendent depuis peu à les intégrer aux précédents en un « livre unique ». Le corpus est constitué de 18 manuels et de 4 anthologies scolaires, couvrant 10 éditeurs. Il se limite aux séries générales et technologiques car la littérature, dans les programmes de baccalauréat professionnel, s’articule avec des objets d’étude divers, dont les médias et l’information. Les tableaux sont organisés chronologiquement pour tenir compte des réformes, tant des programmes et des méthodes d’enseignement de la littérature que des épreuves du baccalauréat.

  • 7 Elsa Triolet, elle, n’y figure pas du tout.
  • 8 Littérature, Textes, histoire, méthode, Moyen-Âge, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, t. I, Marie-Hélène (...)

9On observe qu’Aragon est totalement absent de 7 manuels, soit plus du tiers ; aucun extrait n’est proposé et il n’y figure ni dans l’index, ni dans les biographies7. Une curiosité cependant : un manuel qui ne concerne pas le XXe siècle renvoie, dans une synthèse sur le sonnet à un texte d’Aragon tiré du Journal dune poésie nationale, de 19548.

10L’organisation chronologique des manuels littéraires, par siècles, de règle jusqu’aux années 1990, a laissé place à un classement par niveaux d’enseignement, Secondes et Premières, donc au partage fréquent, pour une même équipe chez un éditeur, des auteurs et œuvres entre ces deux niveaux. Les manuels de Première sont logiquement plus tournés vers l’ÉAF, quel que soit le programme.

  • 9 Journal Officiel du 4/8/2001.

11En ce qui concerne la classe de Terminale, l’enseignement du Français a d’abord été optionnel pour toutes les séries ; il est devenu « enseignement de Lettres » à partir de la réforme de la filière littéraire en 1995, modifiée en 20019, obligatoire en série L et optionnel en ES, et soumis à un programme renouvelé chaque année pour moitié. Aragon a bénéficié de ce vent de nouveauté : des lycéens de Terminale ont étudié Les Yeux dElsa les deux premières années après la réforme.

12Dans les manuels retenus depuis 1996, hors anthologies, l’appauvrissement des textes proposés est manifeste, en nombre et en variété. On ne compte aucun extrait des romans du Monde réel à part Aurélien, bien représenté, quoiqu’il soit réduit les trois dernières années à son incipit. Pour les derniers romans, un extrait de La Semaine sainte et un exercice sur un court extrait de La Mise à mort. Pour la période surréaliste, Anicet ou le panorama, roman absent et Le Paysan de Paris disparu après 1997, seul « Persiennes » figure une fois en 2000 ; la poésie d’après la rupture de 1931 est représentée par Les Yeux dElsa, La Diane française et Le Roman inachevé.

13Ce phénomène s’explique en partie par l’évolution des instructions officielles. Sans entrer dans les abondantes polémiques pédagogiques, didactiques et politiques, comment mesurer l’effet de critères imposés aux concepteurs des manuels ?

14Les réformes de l’enseignement du français ont été guidées par un changement méthodologique : les textes ne peuvent plus être étudiés isolés, hors de « séquences » d’enseignement alternant groupements de textes et œuvres intégrales. Les programmes ont ensuite été redéfinis plusieurs fois et rendus de plus en plus contraignants pour les professeurs.

  • 10 Jusqu’en 2000, où le sujet est remplacé par une « Écriture d’invention ».

15Les deux autres changements essentiels ont concerné les programmes et l’évaluation. Les épreuves de l’ÉAF ont été modifiées en 1994 : le premier type de sujet, « résumé-vocabulaire-discussion » a été remplacé par une « étude de texte argumentatif10 » pendant que la dissertation et l’épreuve orale étaient soumises à un programme renouvelé partiellement chaque année, jusqu’à la refonte totale des programmes en 2000. Les problématiques imposées excluaient de fait Aragon : conte philosophique voltairien, roman naturaliste, roman d’apprentissage du XIXe

  • 11 « Le conscrit des cent villages », de La Diane française ; « Toute une nuit », du Roman Inachevé ; (...)
  • 12 Les Lettres françaises du 7 octobre 1948, « De Baudelaire, Germain Nouveau ou Rimbaud, qui est le p (...)

16Depuis que les candidats peuvent commenter, à l’écrit, un texte présenté au sein d’un corpus homogène, les statistiques montrent le peu d’engouement pour Aragon : seules cinq occurrences11 dans les annales en dix ans, entre 2002 et 2012, dont trois réservées aux séries littéraires. À l’« Argus » des auteurs, pour reprendre l’expression humoristique d’Aragon en 194812, on est loin du record absolu des 34 textes de Victor Hugo et bien en deçà des 13 occurrences de Rimbaud ou, pour le XXe siècle, des 6 de Sartre et des 7 de Ponge.

  • 13 Bulletin Officiel de lÉducation Nationale, hors-série du 24/6/99.
  • 14 Arrêtés du 5 juin 2001 et du 18 octobre 2006.

17Mais la réforme majeure est entrée en application en Seconde en 2000, sous l’impulsion du Groupe de Travail Disciplinaire dirigé par Alain Viala13. Elle a substitué aux études par siècles ou par thèmes, des « objets détude » et exclu d’abord l’étude du roman de la classe de Première, donc des épreuves anticipées14 : les professeurs l’ont souvent réintroduite par « contrebande », dans les cadres étroits du « biographique » ou des genres liés à l’argumentation. Autre contrainte : la poésie en Première devait suivre la problématique « poésie et modernité », l’étude d’« un mouvement littéraire et culturel des XIXe ou XXe siècles » étant réservée aux Secondes.

  • 15 Des textes à lœuvre, Français 2de, Romain Lancrey-Javal (dir.), avec la contribution de Maryse et (...)
  • 16 Soleils dencre, Lettres et langue, livre unique 1re, Line Carpentier (dir.), Hachette Éducation, 2 (...)
  • 17 Français Langue Étrangère.
  • 18 Voir ici-même son article, p. 73.

18Enfin, dans le cadre des mêmes préconisations, pour les œuvres étudiées « intégralement », ou données en « lecture cursive », les manuels suggèrent rarement Aragon ; on note Le Paysan de Paris15 en 1997 et La Diane française16 dix ans après. Sans doute faudrait-il, pour expliquer ce phénomène, tenir compte d’obstacles bien réels à la lecture d’Aragon au lycée : lui-même soulignait, dans la postface des Communistes, qu’il fallait « dater ses écrits » ; or, prendre le temps d’expliquer l’Histoire, l’histoire littéraire et l’histoire des arts, est rendu impossible par la diminution drastique des horaires affectés à la discipline littéraire. Pour les mêmes raisons, la réduction progressive du format des extraits favorise le choix de poèmes, comme dans les manuels de FLE17 observés par Marjolaine Vallin dans ce dossier18.

19I1 faudrait en outre signaler que la tendance à fondre en un seul livre, le plus léger possible et identique pour toutes les séries, les exercices de méthode et le recueil d’extraits, a sans doute été accentuée par le coût des manuels, de plus en plus souvent pris en charge par les Régions, qui les prêtent aux lycéens. C’est, paradoxalement, un facteur essentiel d’appauvrissement et d’homogénéisation des contenus.

20On aurait pu s’attendre à ce que la banalisation des « nouvelles technologies » change les pratiques et les approches, notamment dans le rapport du texte et de l’image. Pour le moment, bien que l’iconographie soit enrichie, grâce à des CD-ROMS ou au renvoi à des ressources en ligne – ce qui s’avère très convaincant, par exemple, pour l’étude du théâtre –, cela n’a pas modifié les choix des œuvres d’Aragon et leurs approches. Même comme source d’information des professeurs ou d’échanges d’expériences, où le web a supplanté des revues pédagogiques très appréciées comme LÉcole des Lettres, dans un contexte de pénurie des budgets consacrés à la pédagogie dans les lycées et encore plus de ceux dévolus à la formation des enseignants, les nouveaux outils s’avèrent bien décevants. Le site dédié « weblettres », très fréquenté, ne compte, par exemple, pour la classe de Première aucun roman d’Aragon dans les études d’œuvres intégrales et seulement 4 lectures analytiques de poèmes sur 144 propositions de cours. Tendance confirmée par les exemples de « descriptifs » de travaux pour l’épreuve orale du baccalauréat mis en ligne par les professeurs sur ce site.

Les critères

  • 19 Jean-Yves Mollier, « Fondements scolaires de la légitimité culturelle », Que vaut la littérature ?,(...)

21Dans ce cadre contraint, comment expliquer les choix d’œuvres et d’auteurs, leur évolution et leurs variations ? Cela nécessiterait de s’inscrire dans une double étude, sociologique et politique, de l’éducation et de la lecture, qui n’a pas encore été menée pour les manuels littéraires. La conception actuelle de ceux-ci, plus encore que pour d’autres disciplines, semble revenir à celle de l’école comme fondement de la légitimité culturelle, telle que Jean-Yves Mollier l’a observée à propos de la IIIe République19. Or l’enseignement du français ou des lettres est soumis à de multiples questionnements et remises en cause depuis quelques décennies. Les choix relèvent donc sans doute du compromis : le manuel, même peu utilisé en classe, reste investi d’une forme d’autorité, qui définit le canon littéraire, mais l’institution scolaire oscille entre transmission d’œuvres patrimoniales et ouverture au contemporain.

  • 20 Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres, Nathan, 1992.
  • 21 Voir Joëlle Gleize et Philippe Roussin (dir.), La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et (...)

22Dans cette quête de légitimité, on sait que se pose d’abord la question de la « mémoire » de l’œuvre, du temps nécessaire à sa consécration, après une période de purgatoire, comme l’ont montré les travaux de Judith Schlanger20. L’entrée d’Aragon dans la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade, qui vaut toujours consécration21, modifie sans doute la réception de son œuvre, sans qu’on puisse encore l’observer nettement dans les limites du corpus étudié.

  • 22 Français, Première, toutes séries, (dir.) Geneviève Winter, Bréal, 2001.

23D’autre part, les œuvres n’entrent dans l’institution scolaire qu’au prix d’une simplification. Mais il apparaît, dans notre corpus, qu’Aragon pâtit de stéréotypes réducteurs, que mettrait en évidence une comparaison des traitements des auteurs. Quelle conception de la valeur des œuvres a guidé le choix des auteurs et des extraits ? Lorsqu’un manuel exclut Aragon du Surréalisme, ainsi réduit à Breton, Éluard et Desnos22, on ne peut l’expliquer que par un parti pris idéologique, d’autant que figurent dans l’index de ce manuel des auteurs comme Maurice Bardèche et Joseph de Maistre.

  • 23 Nathalie Limat-Letellier, « Présentation d’un manuscrit “en abyme” : Théâtre/Roman » RCAET, no 1, p (...)

24On imagine la réaction d’Aragon à l’aune de ses remarques acerbes sur les « classements » des auteurs en général ou lorsqu’on découvre, dans le manuscrit de Théâtre/Roman, le collage ironique d’un extrait d’anthologie littéraire où figurent en bonne place les écrivains de la Collaboration… mais qui ignore le nom d’Aragon23.

  • 24 Français, 1re toutes séries, Livre unique, Textes et méthodes, Dominique Rincé et Sophie Pailloux-R (...)
  • 25 Français, 2de, Textes, genres et registres, de lAntiquité au XXe siècle, Daniel Stissi (dir.), Del (...)

25La recherche de compromis ou les concessions à la mode font se côtoyer dans des groupements improbables, par exemple, Aragon, Jules Verne et Michel Houellebecq24 On en trouve néanmoins de plus pertinents : pour la poésie moderne, « Persiennes », « Le Pain », de Francis Ponge, et des poèmes de René Char et Bernard Noël ; pour « Lhomme dans le monde » : « L’amour qui n’est pas un mot », du Roman inachevé et un poème d’Yves Bonnefoy25.

26Mais les manuels ont tendance à transmettre les images d’Aragon les moins polémiques, le chantre d’Eisa et le résistant, images consacrées par l’Histoire et l’histoire littéraire ; éventuellement le romancier réaliste, à condition d’en gommer les aspects politiques ou de les schématiser.

  • 26 Alain Viala, « L’Agrégation littéraire », Que vaut la littérature ? op. cit.

27Cela n’exclut pas une certaine perméabilité à un « air du temps », sociologie, histoire et littérature mêlés, qui passe aussi par la formation des professeurs, concepteurs du manuel et utilisateurs. Comment mesurer l’influence de l’université, et en particulier de la recherche ? Les programmes des concours de recrutement des professeurs, la diffusion de travaux de chercheurs et les éditions savantes sont des éléments à analyser. Alain Viala a souligné, pour les premiers, combien l’Agrégation littéraire influe sur la définition du canon littéraire français26.

  • 27 Textes et perspectives, Français/Littérature, 2de, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), Bor (...)
  • 28 Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), (...)
  • 29 Français, livre unique, 1re, Corinne Abensour et Caroline d’Atabekian (Activités TICE), Le Robert e (...)

28Aurélien est ainsi très présent après le programme de l’Agrégation de Lettres de 1989. Par exemple, le manuel dirigé par Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret en 2004 propose une séquence étoffée sur le « tragique de lhistoire » intitulée « comme un intrus dans le monde27 » ; les mêmes auteurs intègrent en 2007 un groupement sur le roman, « La fin des héros ? », à partir d’extraits de Céline, Huysmans et Queneau, posant comme « perspective » le jugement à l’encontre du personnage d’« homme de droite28 ». Aurélien est aussi le support d’un sujet sur « lévanescence du personnage » dans le dernier manuel du corpus29. En revanche, l’inscription des Voyageurs de limpériale au programme de l’Agrégation de 2000 ne semble pas avoir encore influencé les concepteurs de manuels.

  • 30 Édition établie et annotée par Lionel Follet et Édouard Ruiz, Gallimard, « Cahiers de la nrf », 200 (...)
  • 31 Voir Suzanne Ravis-Françon, « Évolution de la recherche aragonienne (1960-2012) », sur le site de l (...)

29D’autre part, à la faveur de l’objet d’étude « le travail décriture » en Seconde, deux manuels proposent des extraits de Je nai jamais appris à écrire ou les Incipit, conséquence de l’intérêt croissant pour la génétique. Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret reprennent aussi en 2004 un extrait de la lettre d’Aragon à Jacques Doucet sur la Révolution, tiré de la récente édition des Papiers inédits, de dada au surréalisme, 1917-193130 Les manuels scolaires intègrent donc les fruits de la recherche universitaire sur Aragon, des programmes et des publications auxquelles elle donne lieu, après un laps de temps parfois long, augmenté de celui du rythme de la recherche, que Suzanne Ravis-Françon explique dans sa synthèse sur « lévolution de la recherche aragonienne 1960-2012) (31 ».

Images de l’œuvre et de l’auteur

  • 32 L’ouvrage publié chez Bertrand-Lacoste en 2000, dont Aragon est absent, en est une survivance.
  • 33 Antoine Compagnon, « Histoire de la littérature ou histoire des auteurs ? », Modernités no 18 : « L(...)

30On sait la prégnance de l’étude des auteurs dans l’enseignement français. Si certains manuels semblent avoir délaissé le binôme « l’homme et l’œuvre » pendant les années quatre-vingt32, après Fonde de choc de la « mort de l’auteur » décrétée par Roland Barthes et Michel Foucault dans les années soixante, sous l’influence du structuralisme et du Nouveau Roman, tous intègrent une notice biographique des auteurs plus ou moins consistante. Concession, sans doute, aux professeurs qui réclamaient le retour de l’étude de l’histoire littéraire, souvent confondue avec une histoire des auteurs33.

  • 34 Olivier Barbarant, « Aragon dans le Whos who », Faites entrer linfini, no 26, décembre 1998, p. 3 (...)

31Plutôt qu’une lecture quantitative ou l’établissement d’un « whos who », dont Olivier Barbarant a retracé avec humour quelques péripéties34, c’est l’étude des péritextes qui permet de cerner l’image donnée de l’œuvre : titres, index, biographies, frises chronologiques, iconographie et introductions des extraits.

32Or, du point de vue biographique, certains manuels pourraient figurer dans le sottisier qu’Aragon imaginait lorsqu’il disait à Jean Ristat :

  • 35 « Vingt-six questions à Aragon », entretien avec Jean Ristat, Magazine Littéraire, juin 1974, repri (...)

Je fais le point parce que je nai pas le temps de laisser à dautres le soin de le faire. Jai entendu toute ma vie un certain nombre de bêtises remarquables. Je suppose quun jour ou lautre ce sera un très joli livre que celui du sottisier me concernant35.

  • 36 Chez Nathan, 2007, p. 488.
  • 37 Français, Littérature, anthologie chronologique, classes des lycées, Christophe Desaintghislain, Ch (...)
  • 38 Français, livre unique, 2de, Corinne Abensour et Caroline d’Atabekian (Activités TICE), Le Robert e (...)

33Une curieuse erreur y apparaît en effet à partir de 2007 : « Aragon » y est donné pour le pseudonyme d’un auteur nommé… Louis Andrieux ! Par exemple, dans la « nouvelle édition enrichie » de Littérature, classes des lycées, de Christophe Desaintghislain, Christian Morisset et Patrick WaldLandowski36, erreur reproduite dans leur anthologie, en 201137. On la retrouve dans un manuel récent, co-édité par Le Robert et le site « weblettres »38, dont la notice biographique commence par : « Louis Andrieux, qui prendra le pseudonyme de Louis Aragon… ». Les éléments biographiques récemment établis par les chercheurs ont sans doute contribué à diffuser largement le nom d’Andrieux, sans toutefois expliquer ce contresens.

  • 39 Bernard Lecherbonnier, Le Cycle dElsa, Aragon, Hatier, « Profil d’une œuvre », 1975, p. 5.
  • 40 Anthologie de la littérature française et européenne. Bernard Valette, Dominique Giovacchini, Corin (...)

34D’autre part, les légendes attachées à la biographie d’Aragon restent tenaces, comme celle qui fait d’Eisa Triolet sa muse politique, entretenue contre la chronologie, par exemple dans l’ouvrage parascolaire de Bernard Lecherbonnier, Le Cycle dElsa, Aragon39 ou dans l’anthologie de littérature française « et européenne » de 199240. Les erreurs semblent parfois relever du parti pris idéologique, comme dans le manuel de 2007 mentionné au paragraphe précédent, qui assène, sous le titre « Aragon, poète amoureux » ces jugements :

Mais linfluence dElsa sexerce aussi à travers lengagement politique dAragon, qui devient le chantre quasi officiel en France de lUnion soviétique. Ses romans dénoncent la société bourgeoise : Les Cloches de Bâle, en 1934, ou Les Beaux Quartiers, en 1936, en sont les illustrations les plus réussies. Aragon revient, à la fin de sa vie, aux valeurs du surréalisme dans Blanche ou l’Oubli, en 1967, comme à une conception plus nuancée de la société.

  • 41 Roselyne Waller, Aragon et le père, romans, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

35Cette mythographie, pour reprendre le terme d’Aragon, nuancée dans certaines notices, n’a pas totalement disparu, malgré les nombreux documents disponibles pendant la période que couvre le corpus. Notons : la biographie d’Aragon par Pierre Daix de 1975, revue en 1994 et en 2004 ; à partir de 1997, la chronologie de Daniel Bougnoux dans son édition des romans d’Aragon dans la Pléiade ; les documents publiés par Jean Ristai dans l’Album Aragon et, plus récemment, la publication de la thèse de Roselyne Waller, Aragon et le père, romans41.

  • 42 P. 510.
  • 43 Français, 2de Textes, genres et registres, de lAntiquité au XXe siècle, Daniel Stissi (dir.), Dela (...)

36Les biographies et bibliographies proposées aux lycéens sont souvent succinctes, voire tronquées. Elles mentionnent rarement des ouvrages postérieurs à Aurélien, à part Le Fou dElsa. Par exemple, dans le manuel dirigé par Hélène Sabbah en 2007, l’unique extrait du Roman inachevé est présenté comme « marqué par cette double orientation, engagement dun côté, lyrisme de lautre42 »‘Un résumé similaire se trouve dans la courte biographie du manuel dirigé par Jean-Marie Bigeard en 2007, qui ajoute cependant au Surréalisme Les Beaux Quartiers et Aurélien. Même dans un manuel qui fait une belle part aux critiques, aux arts visuels et se risque à la littérature contemporaine, comme celui que Daniel Stissi a dirigé en 200043, la biographie est réduite et sa bibliographie du « Monde réel » ignore Les Communistes :

Poète, Louis Aragon (1897-1982) fut aussi romancier et journaliste. Dabord dadaïste, surréaliste, il est ensuite [sic] révolutionnaire. Fervent admirateur de lUnion soviétique, il sengage totalement au parti communiste à partir de 1933 ; il est résistant, pendant la Seconde Guerre Mondiale, considérant la poésie comme un moyen de défense nationale, puis poète engagé de la guerre froide.

  • 44 Français 1re toutes séries, Livre unique, Textes et méthodes, Nathan, 2007, p. 548.
  • 45 Terres littéraires 1re, livre unique, Hatier, 2007, p. 574.
  • 46 « Il lavait dabord appelée Madame… je vous demande un peu. », ibid., p. 476.

37Plus nuancée, la biobibliographie de Dominique Rincé et Sophie Pailloux-Riggi en 200744 mentionne le surréalisme et Le Paysan de Paris, le cycle romanesque du Monde réel clos en 1951 par Les Communistes, les « poèmes de contrebande » de la Résistance ; elle ajoute qu’Aragon « de La Semaine sainte à Blanche ou l’Oubli en passant par Le Fou d’Eisa 1963), (se retourne vers une écriture plus marquée par les valeurs du rêve et de lamour ». Plus curieux est le résumé proposé par Xavier Damas la même année45 : il mentionne le surréalisme, l’appartenance au PCF, le cycle du « Monde réel », la poésie engagée et patriotique (« La Rose et le réséda »), ainsi que le lyrisme du Fou dElsa. Il ne dit rien, en revanche, sur les romans de la dernière période, alors même qu’un très court extrait de La Mise à mort46 y figure : les textes, dans ce dernier manuel, servent surtout de base d’exercices sur la langue ou les formes littéraires.

38L’œuvre d’Aragon, enfin, se trouve fréquemment résumée aux deux pôles du surréalisme et de la Résistance. On peut y voir l’effet, non seulement d’une simplification de la vision de l’histoire littéraire, sans doute inhérente au processus de classicisation scolaire que décrit, dans ce dossier, Patricia Principalli, mais aussi de la conception déjà signalée des programmes. Entre 2000 et 2011, l’étude de la poésie sous les angles de « la modernité » et d’un « mouvement littéraire et culturel » ont conforté la place du surréalisme dans les manuels, qui permet de les « croiser » et laisse la part belle à une iconographie attrayante pour les lycéens. Paradoxalement, les textes surréalistes d’Aragon disparaissent alors de la liste des extraits, même quand les notices les évoquent.

  • 47 La « lecture dimage » est officiellement préconisée.
  • 48 Chez Bréal, 2000, p. 16-17.
  • 49 Ibid., respectivement p. 430-431 et p. 457-459.
  • 50 Peu d’articles d’Aragon ont fait l’objet d’éditions récentes. Il n’en existe aucune édition complèt (...)

39L’inscription au programme des conditions matérielles de création et de diffusion des œuvres – les objets d’étude « écrire, publier, lire » en Seconde et « réécritures » en Première littéraire – a favorisé le dialogue entre écrit et image47, sans modifier la présentation générale de l’œuvre d’Aragon. L’ouvrage dirigé par Geneviève Winter en 2000 propose un court extrait du Libertinage48 illustré par un graffiti et accompagné d’une courte synthèse sur le Surréalisme ; et, associés sous le titre « Quand les écrivains s’expliquent », un passage de Pour expliquer ce que jétais, paru en 1989, un cliché de sa couverture et un extrait de Je suis né, de Georges Perec. Plusieurs manuels mettent en regard « Strophes pour se souvenir » et l’affiche de propagande nazie qui les a inspirées ; un seul y ajoute l’article de Claude Morgan en 1944 dans Les Lettres françaises49. L’activité journalistique d’Aragon, peu diffusée50, même dans sa dimension de critique artistique, reste totalement ignorée des manuels, mais ce genre littéraire est généralement mésestimé.

  • 51 Raymond Jean, Paul Éluard par lui-même, Seuil, coll. « Écrivains de toujours », 1968, p. 7.
  • 52 Philippe Olivera, « La mise en scène du grand écrivain dans Les Lettres françaises (1956-1972) », i (...)
  • 53 Lectures : anthologie pour le lycée, vol. 2, XIXe-XXe siècles, Evelyne Amon et Jacques Bomati (dir. (...)
  • 54 Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), (...)

40La présentation de l’œuvre d’Aragon dans les manuels est donc variable et fluctue en fonction des changements de perspective de l’histoire littéraire. Déjà en 1968, Raymond Jean observait que les manuels valorisaient la part du surréalisme dans l’œuvre de Paul Éluard, au fur et à mesure que la Guerre et la Résistance s’éloignaient51. Remontant à la fin des années cinquante pour une étude des panoramas littéraires, Philippe Olivera y voit un glissement inverse de l’image d’Aragon, s’éloignant du surréalisme pour devenir « classique52 ». Les propositions de synthèses comme « Communisme et littérature », dans le cadre d’une anthologie53, ou « Le marxisme et la psychanalyse54 » apparaissent aujourd’hui comme originales, voire décalées.

41En définitive, le pessimisme relatif d’Aragon quant à l’histoire littéraire se trouverait malheureusement conforté par les manuels littéraires actuels, lui qui évoquait, au seuil de son Œuvre Poétique, la « course à la valeur » des anthologies et rétrospectives :

  • 55 Aragon, L 1,t.I, p. 17.

dans les prairies artificielles de lécriture, il en va comme dans ce temps des Rétrospectives où nous vivons, survivons dirais-je pour ma part, il se joue une course à la valeur, qui assied sur les mêmes petites chaises les culs les plus différents dampleur55.

42À la médiation des scoliastes, Aragon préférait toujours l’incitation, voire l’injonction : « commencez par me lire ! ». Marie-Noire, bien avant les personnages de Daniel Pennac dans Comme un roman, est une jeune lectrice représentative de son époque et de son milieu qui, ignorante de l’Histoire, se prend néanmoins au jeu de la lecture et cherche à imaginer les Tuileries évoquées par Flaubert et la couleur de Périgueux en 1940… Il pourrait s’agir d’un modèle de transmission entre générations par la lecture, comme en rêve un professeur de lettres, n’était la fin tragique du personnage, qui semble illustrer le pessimisme de l’auteur face à l’avenir de son œuvre.

*

43Cette étude de la présence de l’œuvre d’Aragon dans les manuels littéraires en usage aujourd’hui dans les lycées montre combien les différentes réformes de l’enseignement des Lettres au lycée, programmes, épreuves et surtout horaires, qui ont conduit à une multiplication pléthorique d’ouvrages, loin d’élargir le panorama littéraire à des œuvres moins connues ou de les présenter de manière originale, ont, au contraire, contribué à forger des stéréotypes, des raccourcis simplificateurs. Elle appelle une étude plus vaste, incluant la sociologie éditoriale. Si l’on écarte les erreurs et les vues partisanes, on peut déplorer un repli patrimonial frileux, comparable à celui d’autres pratiques culturelles : l’évolution montrée au sein du corpus dépasse en effet les simplifications inhérentes à une scolarisation des savoirs.

44Même si le manuel scolaire n’est pas le seul outil dont disposent lycéens et professeurs, son caractère institutionnel en fait la référence commune d’une classe pendant une étape d’apprentissage ; courroie de transmission des instructions officielles et plus largement de légitimation par l’école de ce qui est considéré comme littérature, il est essentiellement prescripteur et devrait constituer une source d’information fiable pour les élèves et pour les enseignants. Comme tout outil, fût-il le plus moderne et le plus préconisé par l’institution, il doit faire l’objet d’une réflexion critique. Or les éditeurs, soumis aux impératifs de réformes fréquentes, comme les professeurs qui les appliquent, et de la concurrence, travaillent dans l’urgence et les éditions ne sont souvent « revues » qu’a minima.

45Nul doute que le développement et la diffusion de la recherche, liés à la formation des professeurs – les concepteurs des manuels, dont les « spécialités » apparaissent souvent de manière claire, mais aussi les enseignants de lycée qui les utilisent – restent cruciaux pour déceler les implicites idéologiques et transmettre les œuvres sans les caricaturer ni en scléroser la réception.

  • 56 Nathalie Piégay-Gros, Aragon et la chanson, Textuel, 2007.
  • 57 Jean Albertini, « Aragon est-il lu ? », Faites entrer linfini, no 24, décembre 1997, p. 66-67. Et (...)

46Enfin, pour évaluer la transmission de l’œuvre d’Aragon, s’agissant du public lycéen, il faudrait aussi considérer des pratiques autres que la lecture, comme les adaptations cinématographiques ou théâtrales ; l’interprétation de chansons à partir des poèmes reste sans doute le moyen le plus populaire et le plus direct pour rencontrer l’œuvre d’Aragon, comme le montrent les exemples actuels relevés par Nathalie Piégay-Gros56. Et on connaît l’intérêt d’Aragon pour la mise en chanson de ses textes. Pour l’ensemble des lecteurs, toutes générations confondues, d’autres indices peuvent renseigner aussi sur les pratiques réelles de lecture. Ainsi, Jean Albertini a scruté les emprunts dans des bibliothèques municipales et ses statistiques l’ont mené à conclure que Céline était beaucoup plus lu qu’Aragon57. Cette conclusion, jointe aux récentes polémiques autour des célébrations nationales officielles, montre que ce qui est aussi en jeu, outre la possibilité de la transmission d’une œuvre, c’est la définition de la valeur des écrivains, qui masque souvent mal l’utilisation politique qu’on en fait.

1. Liste des manuels scolaires depuis 2000

  • 58 Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement.

Année

Titre

Auteurs ou directeurs

Éditeur

Nombre
de textes
d
Aragon

2000

Français, Seconde,
toutes séries.

Geneviève Winter

Bréal

4

2001

Français, Première,
toutes séries.

idem

Bréal

0

2000

Français Seconde,

Jean Jordy,
Marie-Madeleine Touzin

Bertrand-Lacoste

0

2000

Français, 2de, Textes,
genres et registres, de
l
Antiquité au XXe siècle.

Daniel Stissi

Delagrave

5

2004

Français Littérature 2de,
Textes et séquences.,

Dominique Rincé

Nathan

2

2004

Textes et perspectives,
Français/Littérature, 2
de

Jean-Pierre Aubrit,
Denis Labouret

Bordas

5

2007

Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries

idem

Bordas

4

2007

Français 1re, séries
générales et
technologiques,
Livre unique

Jean-Marie Bigeard

Magnard

1

2007

Littérature, classes des
lycées,
Nouvelle édition
enrichie

Christophe Desaintghislain,
Christian Morisset,
Patrick Wald-Landowski

Nathan

3

2007

Français Littérature,
1
re toutes séries

Dominique Rincé

Nathan

1

2007

Français 1re toutes séries,
Livre unique, Textes et
méthodes.

Dominique Rincé,
Sophie Pailloux-Riggi

Nathan

3

2007

Littérature 1re,
Des textes aux séquences.

Hélène Sabbah

Hatier

1

2007

Terres littéraires 1re,
livre unique.

Xavier Damas

Hatier

3

2007

Soleils dencre,
Lettres et langue,
livre unique 1
re

Line Carpentier

Hachette Éducation

2, dont
l’œuvre intégrale,
La Diane
française

2011

Empreintes littéraires,
1
re, séries technologiques

Florence Randanne

Magnard

0

2011

Français 1re, Littérature,
Histoire des arts, Langue,
Méthode, Séries générales
et technologiques

idem

Belin

0

2012

Français, livre unique,
coll. Passeurs de textes, 2
de

Corinne Abensour,
Caroline d’Atabekian
(TICE58)

Le Robert et weblettres

2

2012

Français, livre unique,
coll. Passeurs de textes, 1
re

idem

Le Robert et weblettres

1

2. Anthologies

Année

Titre

Auteurs ou
directeurs

Éditeur

Nombre
de textes
d
Aragon

1992

Langue et littérature,
Anthologie,
2 vol.

Henri Mitterand,
Dominique Rincé
et Dominique Barbéris

Nathan

3

1992

Anthologie de la
littérature française
et européenne

Bernard Valette,
Dominique Giovacchini,
Corinne Audier,
Amiel P. Van Teslaar

Nathan

1

2000

Lectures : anthologie
pour le lycée, 2
vol. :
Moyen-Âge-XVIIIe et
XIX-XX
e siècles

Evelyne Amon,
Jacques Bomati

Magnard

5

2011

Français, Littérature,
anthologie
chronologique,
classes des lycées

Christophe Desaintghislain,
Christian Morisset,
Patrice Rosenberg,
Françoise Toulze,
Patrick Wald-Landowski

Nathan

1

3. Liste de manuels entre 1996 et 1999

Année

Titre

Auteurs ou
directeurs

Éditeur

Nombre
de textes
d
Aragon

1996

Littérature 2e,
textes et méthode

Hélène Sabbah

Hatier

1

1996

Littérature 1re,
textes et méthode,

idem

idem

2

1996

Français, Lycée.
Textes et méthodes

Jean Jordy,
Marie-Madeleine Touzin

Bertrand-Lacoste

0

1997

Des textes à
l
œuvre, Français
2
de

Romain Lancrey-Javal

Hachette Éducation

4 dont 3
du Paysan
de Paris.

1997

Des textes à lœuvre,
Français 1
re

idem

idem

0

4. Avant 1996

Année

Titre

Auteurs

Éditeur

Nombre
de textes
d
Aragon

1979

Collection littéraire
XX
e siècle

André Lagarde,
Laurent Michard

Bordas

7

1984

Recueil de textes
littéraires français,
XX
e siècle

Arsène Chassang,
Charles Senninger

Classiques Hachette

14

1989

Textes français
et histoire littéraire,
XX
e, nouvelle
coll, augmentée

Henri Mitterand,
Bernard Lecherbonnier,
avec la collaboration de
Laurence Brunel.

Nathan

12

1991

Littérature, 2de

Jacques et
Colette Parpais

Hachette Lycées

3

1991

Littérature, 1re

idem

idem

2

Notes

1 LOP I, t. IV, p. 140.

2 Théâtre/Roman, OR Pléiade, t. V, 2012, p. 1261.

3 « Philosophie des paratonnerres », La Révolution surréaliste, no 9-10, 1er octobre 1927, LOP 1, t. IV, p. 103 ; Chroniques 1918-1932, édition établie par Bernard Leuilliot, Stock, 1998, p. 299-317.

4 Théâtre/Roman, op.cit., p. 1247.

5 Projet dhistoire littéraire contemporaine, présenté par Marc Dachy, Mercure de France 1994.

6 Sigle que nous utiliserons désormais.

7 Elsa Triolet, elle, n’y figure pas du tout.

8 Littérature, Textes, histoire, méthode, Moyen-Âge, XVIe, XVIIe, XVIIIe siècles, t. I, Marie-Hélène Prat et Maryse Aviérinos (dir.), Bordas, 1997, p. 154.

9 Journal Officiel du 4/8/2001.

10 Jusqu’en 2000, où le sujet est remplacé par une « Écriture d’invention ».

11 « Le conscrit des cent villages », de La Diane française ; « Toute une nuit », du Roman Inachevé ; trois extraits des Voyageurs de limpériale, dAurélien et de Blanche ou lOubli.

12 Les Lettres françaises du 7 octobre 1948, « De Baudelaire, Germain Nouveau ou Rimbaud, qui est le plus grand poète ? », LOΡ I, t. IX, p. 255.

13 Bulletin Officiel de lÉducation Nationale, hors-série du 24/6/99.

14 Arrêtés du 5 juin 2001 et du 18 octobre 2006.

15 Des textes à lœuvre, Français 2de, Romain Lancrey-Javal (dir.), avec la contribution de Maryse et Jacques Vassevière, Hachette Éducation, 1997, p. 252, 260 et 262.

16 Soleils dencre, Lettres et langue, livre unique 1re, Line Carpentier (dir.), Hachette Éducation, 2007, p. 305-307.

17 Français Langue Étrangère.

18 Voir ici-même son article, p. 73.

19 Jean-Yves Mollier, « Fondements scolaires de la légitimité culturelle », Que vaut la littérature ?, Denis Saint-Jacques (dir.), Québec, Nota Bene, « Cahiers du CRELIQ », 2000.

20 Judith Schlanger, La Mémoire des œuvres, Nathan, 1992.

21 Voir Joëlle Gleize et Philippe Roussin (dir.), La Bibliothèque de la Pléiade. Travail éditorial et valeur littéraire, Vrin, 2009.

22 Français, Première, toutes séries, (dir.) Geneviève Winter, Bréal, 2001.

23 Nathalie Limat-Letellier, « Présentation d’un manuscrit “en abyme” : Théâtre/Roman » RCAET, no 1, p. 57.

24 Français, 1re toutes séries, Livre unique, Textes et méthodes, Dominique Rincé et Sophie Pailloux-Riggi (dir.), Nathan, 2007. Extraits dAurélien, Michel Strogoff et Extension du domaine de la lutte.

25 Français, 2de, Textes, genres et registres, de lAntiquité au XXe siècle, Daniel Stissi (dir.), Delagrave, 2000, p. 110 et p. 112, respectivement. Un autre groupement de poèmes d’Aragon, Mallarmé, Segalen et Cendrars se trouve dans Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret, Bordas, 2007, p. 185.

26 Alain Viala, « L’Agrégation littéraire », Que vaut la littérature ? op. cit.

27 Textes et perspectives, Français/Littérature, 2de, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), Bordas, 2004, p. 187.

28 Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), Bordas, 2007, p. 91.

29 Français, livre unique, 1re, Corinne Abensour et Caroline d’Atabekian (Activités TICE), Le Robert et weblettres, 2012, p. 294.

30 Édition établie et annotée par Lionel Follet et Édouard Ruiz, Gallimard, « Cahiers de la nrf », 2000.

31 Voir Suzanne Ravis-Françon, « Évolution de la recherche aragonienne (1960-2012) », sur le site de l’ÉRITA, http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article504, page consultée le 2 janvier 2014.

32 L’ouvrage publié chez Bertrand-Lacoste en 2000, dont Aragon est absent, en est une survivance.

33 Antoine Compagnon, « Histoire de la littérature ou histoire des auteurs ? », Modernités no 18 : « Lauteur entre biographie et mythographie », textes présentés par Brigitte Louichon et Jérôme Roger, Presses Universitaires de Bordeaux, 2002, p. 29.

34 Olivier Barbarant, « Aragon dans le Whos who », Faites entrer linfini, no 26, décembre 1998, p. 35-37.

35 « Vingt-six questions à Aragon », entretien avec Jean Ristat, Magazine Littéraire, juin 1974, repris dans Qui sont les contemporains, I, 1970-1974, Gallimard, 1975, p. 317.

36 Chez Nathan, 2007, p. 488.

37 Français, Littérature, anthologie chronologique, classes des lycées, Christophe Desaintghislain, Christian Morisset, Patrice Rosenberg, Françoise Toulze et Patrick Wald-Landowski (dir.), Nathan, 2011, p. 476.

38 Français, livre unique, 2de, Corinne Abensour et Caroline d’Atabekian (Activités TICE), Le Robert et weblettres, coll. « Passeurs de textes », 2012, p. 464.

39 Bernard Lecherbonnier, Le Cycle dElsa, Aragon, Hatier, « Profil d’une œuvre », 1975, p. 5.

40 Anthologie de la littérature française et européenne. Bernard Valette, Dominique Giovacchini, Corinne Audier et Amiel P. Van Teslaar (dir.), Nathan,1992, p. 419. On peut y lire ceci : « Mais en 1927 une véritable conversion sopère en lui : il adhère au communisme et rencontre Elsa Triolet […] Il soriente alors vers le militantisme… ». Ses œuvres sont qualifiées de : « à travers des romans populistes teintés de “réalisme soviétique” ».

41 Roselyne Waller, Aragon et le père, romans, Presses Universitaires de Strasbourg, 2001.

42 P. 510.

43 Français, 2de Textes, genres et registres, de lAntiquité au XXe siècle, Daniel Stissi (dir.), Delagrave, 2000, p. 31.

44 Français 1re toutes séries, Livre unique, Textes et méthodes, Nathan, 2007, p. 548.

45 Terres littéraires 1re, livre unique, Hatier, 2007, p. 574.

46 « Il lavait dabord appelée Madame… je vous demande un peu. », ibid., p. 476.

47 La « lecture dimage » est officiellement préconisée.

48 Chez Bréal, 2000, p. 16-17.

49 Ibid., respectivement p. 430-431 et p. 457-459.

50 Peu d’articles d’Aragon ont fait l’objet d’éditions récentes. Il n’en existe aucune édition complète, ni chronologique, ni thématique, contrairement à ce qui s’est fait pour des auteurs comme François Mauriac, par exemple.

51 Raymond Jean, Paul Éluard par lui-même, Seuil, coll. « Écrivains de toujours », 1968, p. 7.

52 Philippe Olivera, « La mise en scène du grand écrivain dans Les Lettres françaises (1956-1972) », in Lire Aragon, sous la direction de Mireille Hilsum, Carine Trevisan et Maryse Vassevière, Honoré Champion, 2000, p. 351-352. Selon Philippe Olivera, Aragon réagirait ensuite contre cette image.

53 Lectures : anthologie pour le lycée, vol. 2, XIXe-XXe siècles, Evelyne Amon et Jacques Bomati (dir.), Magnard, 2000, p. 331.

54 Français, Textes et perspectives, 1re, toutes séries, Jean-Pierre Aubrit et Denis Labouret (dir.), Bordas, 2007, p. 157.

55 Aragon, L 1,t.I, p. 17.

56 Nathalie Piégay-Gros, Aragon et la chanson, Textuel, 2007.

57 Jean Albertini, « Aragon est-il lu ? », Faites entrer linfini, no 24, décembre 1997, p. 66-67. Et à la suite de son étude « Aragon dans les dictionnaires », « Aragon dans le Maîtron », Faites entrer linfini no 25, p. 30.

58 Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Enseignement.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search