Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Aragon dans le champ scolaire

Aragon dans les manuels de lécole et du collège : un auteur « classique » ?

Patricia Principalli

Résumé

Sont considérés comme classiques les auteurs et les textes qui font l’objet d’un consensus à la fois dans le champ littéraire et dans le champ scolaire. De multiples indices montrent qu’Aragon est aujourd’hui unanimement reconnu dans le champ littéraire. Cet article se propose d’observer, en analysant des corpus de manuels de l’école élémentaire et du collège, si Aragon fait l’objet de ce processus de « classicisation » du côté scolaire, et à quelles conditions. On verra ainsi que, trente ans après sa mort, l’image d’Aragon s’esquisse discrètement à l’école primaire comme celle d’un jeune surréaliste qui joue avec la langue, alors qu’au collège se construit très fermement l’image du poète de l’amour et de la Résistance, que ce double filtre sélectif constitue aujourd’hui comme classique.

Texte intégral

  • 1 Alain Viala, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Bulletin Bibliothèque de France, tome 37, no 1, 1992. (...)
  • 2 Ibid., p. 5.
  • 3 Marie-Odile André, Les Mécanismes de classicisation dun écrivain : le cas de Colette, Metz, Univer (...)
  • 4 Ce que sa présence au programme de l’agrégation de Lettres en 1988-1989 (Aurélien) et en 2002 (Les (...)

1S’intéresser à la présence d’Aragon dans les manuels scolaires, et à son éventuelle évolution, c’est, dès l’école primaire, observer l’un des principes à l’origine du phénomène de classicisation, pour reprendre le terme théorisé il y a vingt ans par Alain Viala1, phénomène qui accorde une légitimité collective à un auteur. À l’origine de ce processus, le champ littéraire et toutes les formes instituées de la réception (prix, publication dans une collection prestigieuse, articles dans la presse) constituent le « premier seuil de légitimation et de consécration2 », le second seuil étant constitué par le champ scolaire et institutionnel, qui pérennise les textes en les divulguant. Il faut qu’il y ait consensus entre ces deux instances pour que textes et auteurs deviennent des classiques, au prix de leur nécessaire déformation, ce qui a permis, par exemple, que la prose de la scandaleuse Colette puisse devenir un modèle pour jeune fille3 ; c’est lorsque ce consensus peut se faire, ou lorsqu’il a cessé, que des textes et des auteurs deviennent des classiques, ou cessent d’en être. L’école, par les textes qu’elle retient, de façon parfois pérenne ou non, car les corpus sont toujours évolutifs, témoigne ainsi le plus sûrement de la place qu’occupe un écrivain à un moment donné dans une société. Il s’agit donc ici d’observer si les conditions sont réunies pour qu’Aragon soit aujourd’hui devenu un « classique4 ».

  • 5 Pierre Assouline, « Aragon, les chutes d’une œuvre », mis en ligne le 18 janvier 2013 sur le site d (...)
  • 6 Corinne Grenouillet, « Aragon, monument national », mis en ligne le 16 janvier 2012 sur le site de (...)
  • 7 Suzanne Ravis, « Évolution de la recherche aragonienne (1960-2012) », mis en ligne le 5 janvier 201 (...)

2La publication désormais achevée de l’œuvre complète dans la prestigieuse collection de la Pléiade signale qu’Aragon, dont Pierre Assouline fait un « classique moderne5 » et dont Corinne Grenouillet montre qu’il est devenu « monument national6 » occupe, trente ans après sa mort, une place indéniable dans le champ littéraire. En témoigne aussi la vitalité des recherches aragoniennes, dont Suzanne Ravis a récemment fait le bilan7. Du côté du champ littéraire et de ses institutions, il ne fait donc nul doute que les conditions d’une classicisation sont réunies. Qu’en est-il du côté du champ scolaire, et notamment à l’école primaire et au collège ?

La classicisation par le champ scolaire : l’école primaire

  • 8 Marie-France Bishop a analysé les corpus d’auteurs les plus représentés dans les manuels de l’école (...)
  • 9 Les réactions que cela suscite entraînent la publication en 2004 d’une nouvelle liste de référence (...)
  • 10 77 manuels de CM1-CM2 ont été analysés, les dates de 2002 et de 2008 correspondant à des changement (...)
  • 11 Une étude de 2011 donne la liste des auteurs les plus fréquemment proposés dans les manuels aux élè (...)

3On ne peut observer les textes littéraires dans les manuels de l’école primaire8 sans prendre en compte les changements parfois radicaux qu’entraînent les programmes. Ainsi les programmes de 2002 introduisent massivement, en la légitimant pleinement, l’étude de la littérature de jeunesse en classe, ce qui provoque de fait une quasi-disparition des textes « classiques » au profit de publications de jeunesse, en extraits et parfois intégralement9. Puis les programmes de 2008 mettent l’accent sur « létude de la langue » et minorent considérablement l’étude des textes littéraires, de jeunesse ou non. Précisons que nous envisageons uniquement les classes de cycle 310, c’est-à-dire les élèves les plus grands de l’école primaire, les manuels des plus jeunes étant centrés essentiellement sur des objectifs de décodage et de maîtrise de la langue11.

4C’est en se replaçant dans ce cadre-là que l’on observe qu’Aragon est complètement absent des manuels à partir de 2002, en notant par ailleurs que Desnos demeure le champion des manuels de l’école primaire avec ses Chantefables et Chantefleurs. Cependant, même avant 2002, et alors que Desnos, Soupault et Éluard (avec « Liberté ») sont assez fréquemment représentés dans les manuels, Aragon l’est peu, rarement avec un poème intégral, le plus souvent avec une strophe, au mieux quelques-unes, parfois même quelques vers seulement : avec ces textes, il s’agit moins de construire une culture littéraire auctoriale que d’observer des procédés, que l’on demande parfois de reproduire. Il est ainsi trop peu représenté pour que les vers retenus soient significatifs d’autre chose que d’une culture personnelle de l’auteur de manuel.

  • 12 Respectivement dans les manuels suivants : Cest à lire, CM1, Hachette, 1991 ; Lecture écriture le (...)
  • 13 Mot de passe CM2, Hachette, 2011.
  • 14 Mais Desnos (avec Chantefleurs et Chantefables) et Éluard (avec Liberté) figurent depuis 2002 et de (...)

5Sur trente-huit manuels de CM1 et de CM2 antérieurs à 2002 (1990-2001) apparaissent quatre occurrences aragoniennes12 (contre quatorze de Desnos, six de Soupault, cinq d’Éluard) : quelques vers du « Chant de la paix » (Les Yeux et la mémoire), du « Voyage d’Italie » (Les Poètes), le poème « Bouée » (Le Mouvement perpétuel) et deux strophes de « Je chante pour passer le temps » (Le Roman inachevé). Sur vingt-quatre manuels publiés entre 2002 et 2008, âge d’or de la littérature de jeunesse dans les programmes et donc les manuels, Aragon n’apparaît pas du tout (contre trois fois Desnos, deux fois Soupault et une fois Éluard). Depuis 2008, où l’étude de la langue devient prioritaire, sur dix-sept manuels, Aragon apparaît une fois avec deux strophes de « Je chante pour passer le temps13 » (Éluard trois fois et Desnos deux fois14.)

  • 15 La Poésie surréaliste, Mango, « Dada il suffit de passer », 2001. Dadaïstes et surréalistes, « Foli (...)
  • 16 Feu de joie et autres chansons, « Enfance en Poésie », Gallimard Jeunesse, 2000. Le Aragon, « Album (...)
  • 17 « Sélection poésie école élémentaire », mise à jour 2010, sur le site eduscol : http://media.edusco (...)
  • 18 Il pleut des poèmes, anthologie de poèmes minuscules, Jean-Marie Henry et Zaü, Éditions Rue du Mond (...)

6Pourtant on ne saurait affirmer qu’Aragon est totalement absent de l’école primaire, grâce aux éditeurs jeunesse, dont les publications figurent dans les bibliothèques des écoles, parfois indépendamment des préconisations ministérielles. C’est essentiellement l’Aragon surréaliste qui figure dans ces publications, sous deux aspects. Il y apparaît d’abord comme un auteur faisant partie du patrimoine littéraire, avec deux anthologies collectives pour la jeunesse (La Poésie surréaliste et Dadaïstes et surréalistes15) et trois anthologies individuelles (Le Aragon, Poèmes de Louis Aragon et Feu de joie et autres chan sons16, qui fait partie de la sélection poésie pour l’école élémentaire17). Les présentations des éditeurs y soulignent longuement la place capitale de l’auteur ou du surréalisme. Il y est montré aussi comme un auteur dont les textes de jeunesse ont une valeur intrinsèque de renouvellement du rapport à la langue, à la poésie, au monde, dans Il pleut des poèmes, anthologie de poèmes minuscules18, où figure « Persiennes » (aux côtés de textes courts d’André Breton par exemple).

  • 19 La Poésie de lécole, Cahier Robinson no 11, Université d’Artois, 2002.
  • 20 « La littérature à l’école, listes de référence cycle 2 », 2013, Site ministériel eduscol http://ed (...)

7Il reste que son absence des manuels scolaires implique qu’il est majoritairement inconnu des professeurs des écoles (qui dans leur majorité n’ont pas suivi un cursus littéraire) et par conséquent des élèves. Contrairement à Desnos, à Éluard, à Prévert, Aragon n’est donc pas un « poète de lécole » pour reprendre l’expression des Cahiers Robinson19, pour des raisons qu’il reste à explorer, mais qui ont sans doute à voir avec l’auteur (le positionnement politique d’Aragon maintenu jusqu’au bout, dans une tourmente historique à laquelle sa mort précoce a fait échapper Éluard par exemple), le lectorat qu’il visait (Desnos et Éluard ont écrit à destination des enfants, Aragon jamais), la langue et les références utilisées (la poésie d’Aragon engage souvent une expertise linguistique ou culturelle que ne peuvent avoir de très jeunes enfants). Mais, même s’il est très peu représenté dans les manuels, Aragon fait figure de référence culturelle, par les préconisations du ministère (certes non forcément suivies d’effets) et les publications jeunesse des éditeurs, en tant que poète surréaliste. La poésie est en effet vue à l’école primaire comme le lieu privilégié de jeux sur la langue. Le texte surréaliste, celui d’Aragon parmi d’autres (il est en effet comme dilué dans l’ensemble des auteurs du surréalisme), par ses images étonnantes, par son lien avec la comptine, par l’univers fantaisiste qu’il construit, semblerait faciliter l’accès des élèves au jeu sur et avec la langue, considéré comme fondamental pour faire entrer les élèves dans l’écrit. D’ailleurs parmi les genres recensés pour les plus jeunes élèves qu’illustre une sélection de titres recommandés par le ministère figure le genre « Poésie et jeux langagiers20 ».

  • 21 Bulletin officiel spécial no 6 du 28 août 2008. Le programme des classes de sixième et de cinquième (...)

8Dès lors que l’on arrive au collège, ces textes disparaissent, (mais ils réapparaîtront au lycée, comme le montre Josette Lefaure-Pintueles dans ce dossier), au seul profit des poèmes d’amour et des poèmes de la Résistance en lien avec les programmes (les derniers en date étant de 2008) et donc avec un niveau de classe : le lyrisme en classe de quatrième et la poésie engagée en classe de troisième, Aragon faisant partie dans les deux cas des auteurs préconisés21.

La classicisation par le champ scolaire : le collège

  • 22 Voir le détail dans le tableau 1 de l’annexe. Je remercie Lysiane Bénier et Adélaïde da Silva pour (...)
  • 23 Respectivement dans les manuels suivants : Lire à loisir, Nathan, 1993 ; Français 3e, Hatier, 2003  (...)

9L’observation de dix-huit manuels de français de troisième, publiés entre 1993 et 201222 permet de retenir que seule est considérée la poésie, à l’exclusion, ou à peu près, du roman, et a fortiori des textes relevant de l’essai, du journalisme, de la critique, etc. Certes, les romans sont longs, et pour la plupart très complexes. On ne peut envisager à ce stade du cursus d’en proposer une lecture intégrale, même si Aurélien pourrait s’y prêter. La sélection d’extraits serait pourtant envisageable, et se fait d’ailleurs, à la marge, puisque c’est le cas à trois reprises23 :

  • un extrait des Cloches de Bâle sous le titre « Une grève », illustré par une photo légendée « Paris, 1936 : occupation d’usine », dans une séquence intitulée « Le travail et l’homme » 1993) ;

  • un extrait d’Aurélien (les échanges du personnage éponyme avec madame Duvigne) pour une séquence « Raconter, décrire » (2003) ;

  • l’incipit et l’excipit d’Aurélien dans une séquence consacrée aux « Premières et dernières pages de roman » (2008).

  • 24 Sujets relevés entre 1988 et 2012. On y observe la récurrence de quelques classiques pérennes (Hugo (...)

10Par ailleurs, deux textes romanesques ont été donnés à l’épreuve de français du brevet des collèges en vingt-quatre ans24 : un extrait des Beaux Quartiers (texte support à des questions et à la rédaction, session de 1987, académie de Rouen) et l’incipit d’Aurélien (dictée, session de 1996, académies de Créteil-Versailles-Paris).

11Peut-être peut-on voir là un effet, sur les prescripteurs, de la mise en chanson, qui a popularisé le poète, et précisément sous les deux aspects de l’amoureux et du résistant : les auteurs de manuels sont d’une génération qui connaît encore Ferré et Ferrat, en plus d’appartenir à celle qui a connu le Parti Communiste encore puissant.

  • 25 Français 3e, Françoise Colmez (dir.), Bordas, 2003.

12L’analyse de ces dix-huit manuels de troisième montre qu’Aragon est représenté dans quinze d’entre eux, parfois plusieurs fois (voir le tableau 2 en annexe). Si les poèmes comme « Que serais-je sans toi » ou « Il n’aurait fallu » sont fréquemment retenus dans les manuels de quatrième, pour l’étude de la poésie lyrique, les classes de troisième ont désormais (en 2012) un « top trois » constitué par la « Ballade de celui qui chanta dans les supplices », les « Strophes pour se souvenir » et « La rose et le réséda ». Ce mouvement va s’accentuant, comme le montrent les choix des manuels republiés et actualisés. Ainsi, si un manuel de 200325 retenait pour une séquence « Poésie lyrique et poésie engagée » « Les mains d’Elsa » et « J’écris dans un pays dévasté », ce même manuel dans sa version de 2008 choisit pour cette séquence « Il n’y a pas d’amour heureux » et « La rose et le réséda ».

  • 26 Bulletin officiel, ibid.
  • 27 En plus des manuels, de très nombreux exemples de mise en œuvre sont proposés sur Internet.
  • 28 Annette Wieviorka, LÈre du témoin, Plon, 1998 : l’auteure y montre notamment l’actuelle valorisati (...)
  • 29 Il fut imposé aux enseignants de lire la lettre d’adieu de Guy Môquet à ses parents à la rentrée sc (...)

13Ce qui accentue cet effet est la récente mise en œuvre dans les programmes scolaires de « l’histoire des arts » (2008), qui vise à étudier des œuvres représentatives dans les six grands domaines artistiques retenus, l’élève « devant être capable de situer une œuvre littéraire dans un contexte historique et culturel26 ». Les nombreux manuels récents qui intègrent dans leur corpus les « Strophes pour se souvenir » y associent l’étude de l’affiche de propagande nazie, « L’Affiche rouge », parfois la lettre de Missak Manouchian à sa femme Mélinée, et la mise en chanson de Léo Ferré27. La sélection de ce poème, en plus de l’illustration qu’il représente du lien indissociable entre la création artistique et son contexte, lien attendu de l’enseignement de « l’histoire des arts », comme des autres poèmes de la Résistance, relève aussi sans doute du recours actuel à un temps dont on veut montrer que certains hommes y étaient de l’étoffe dont on fait les héros ; elle permet ainsi de se placer sous les auspices d’une histoire nationale dont il y a lieu d’être fier. Elle se situe aussi dans la lignée du « devoir de mémoire » né à l’issue de la Seconde Guerre mondiale, tout autant que dans celle de « lère du témoin28, » sans compter des événements conjoncturels, comme l’instrumentalisation par le précédent président de la République de la lettre de Guy Môquet en 200729.

14Elle peut être également rattachée à une certaine production actuelle autour de la Résistance, et plus précisément autour de Missak Manouchian, avec par exemple le film de Robert Guédiguian, LArmée du crime (2009) ou les livres de Didier Daenincks, Missak (2009), Missak, lenfant de lAffiche rouge (à destination de la jeunesse, 2009), ainsi qu’à une certaine mise en avant du rôle des étrangers dans l’histoire de France (que traduit d’une autre manière le récent Musée de l’histoire de l’immigration à Paris, 2007) dans un contexte où pèse l’extrême-droite. Par là même, le succès de ce poème d’Aragon dans les manuels est révélateur de l’idéologie et des besoins de la société contemporaine, qui mène à retenir d’un auteur ce qui semble y répondre.

  • 30 Patricia Richard-Principalli, « Le surréalisme à l’école », Mélusine, no 31, 2011, p. 137-152.
  • 31 Alain Choppin, « Des évolutions », Manuels scolaires : quen faire ?, Argos, no 20, 1997.
  • 32 Annie Rouxel, op. cit., p. 123.
  • 33 Alain Viala, « Le grand implicite », Le Français aujourdhui, no 172, 1/2011, p. 113-120.
  • 34 Pierre Juquin, Aragon, un destin français, 1939-1882, La Martinière, 2013, chap. 69.
  • 35 Alain Viala, 1991, art. cit., p. 11.

15Les aspects politiques de l’écriture aragonienne autres que la Résistance sont donc gommés, même si un certain nombre de notices biographiques en font état. Selon le même principe que celui qui caractérise l’usage du surréalisme à l’école primaire30, l’œuvre est expurgée de ses aspects potentiellement les plus subversifs, les plus dérangeants ou les moins réductibles, condition pour intégrer ce second cercle de légitimation, révélateur de l’état de la société, des enjeux éducatifs et de la politique qui va de pair, et que révèlent les manuels, « condensé[s] de la société qui [les] produit31 ». Selon la règle observée par Annie Rouxel, en devenant « objet scolaire », elle est détournée de sa fonction et vidée « de sa force subversive32 ». Cela tient aussi à ce que la classicisation s’accompagne forcément d’une simplification, nécessaire au consensus, celle-là même qui, pour reprendre l’exemple de Colette, élimine de son œuvre ce qui peut faire scandale. C’est bien cette simplification qui est à l’œuvre dans l’Aragon de collège, mais que n’autorisent ni les romans ni les autres écrits en prose, ni les poèmes antérieurs et postérieurs à ceux qui sont retenus ici. En effet, les poèmes d’amour comme ceux de la Résistance, à portée universelle et immédiatement identifiables comme garants de valeurs humanistes, se prêtent facilement à cette forme de stylisation qu’exige la classicisation, qui s’accompagne aussi de la pratique de « léchantillonnage33 », l’exhaustivité étant impossible. Enfin, le « poète de la nation » dont Pierre Juquin montre l’immense succès littéraire et politique national et international au sortir de la guerre34 a lui-même largement contribué à ce processus, illustrant l’analyse de Viala selon laquelle est essentielle la part que prend l’auteur de son vivant dans ce qu’il deviendra, par exemple par « lensemble des actions et attitudes prises, des prises de positions en termes de genres et de formes35 ».

 

  • 36 Aragon ne figurant pas sur les listes de référence du Ministère de l’Éducation nationale, il ne s’y (...)

16À l’issue de cette étude, on peut dire qu’Aragon fait aujourd’hui partie du panthéon des auteurs scolaires. L’école, en élémentaire et au collège, privilégie de façon successive, trois aspects de l’œuvre poétique : les poèmes du jeune surréaliste (mais d’un point de vue ludique), les poèmes d’amour du chantre d’Elsa, les poèmes « engagés » du résistant. À l’école primaire, contrairement par exemple à Desnos et Éluard, Aragon ne fait pas partie des « classiques36 », même s’il constitue une référence pour ce qui concerne le jeu avec la langue et l’imaginaire, du côté des préconisations ministérielles comme du côté des éditeurs jeunesse.

  • 37 Alain Viala, 2011, art. cit., p. 3.
  • 38 Alain Viala, 2011, art. cit., p. 2.

17Au collège, en revanche, Aragon émerge en tant que poète à part entière. La classicisation y joue à plein, aujourd’hui plus que jamais, selon une sélection qui dépasse le cas d’Aragon et emporte dans le même mouvement Desnos et Éluard, eux aussi envisagés successivement comme poètes de l’amour (en classe de quatrième) puis comme poètes de la Résistance (en classe de troisième), dans un Rendez-vous des amis post-mortem. Ils font ainsi aujourd’hui tous trois partie à la fois du « corpus consacré », » « censé sélectionner le meilleur du corpus général37 » et à l’intérieur de ce Panthéon, du corpus scolaire, c’est-à-dire enseignable. Aujourd’hui, trente ans après sa mort, et nul ne peut dire pour combien de temps, Aragon et ses poèmes lyriques et « engagés » font donc bien partie des classiques, au sens propre d’auteurs et textes « reconnus comme de premier rang et dignes dêtre érigés en modèle et enseignés en classe38 ».

Annexes

Annexes

1. Liste des manuels de français de troisième analysés (1993-2012)

Année

Titre

Auteurs ou directeurs

Éditeur

Textes dAragon

1993

Le Français en 3e

Michel Gey,
Daniel Duprez
et Clarence Chenel

Scodel-Nathan

 

1993

Lire à loisir

Brigitte Chevalier,
Marie-France Sculfort,
Roland Décriaud
et Alain Trouvé

Nathan

« Une grève »,
Les Cloches de Bâle
« Chant liminaire »,
Le Fou dElsa

1996

Littérature et pratiques du français

Florence Benoit
et Catherine Eterstein

Hatier

« Que serais-je sans toi ? »,
Le Roman inachevé

1999

Lettres vives 3e

Catherine Boré,
Line Carpentier,
Paule Collet
et Emmanuelle Thiberge

Hachette

 

1999

Parcours méthodiques 3e

Mariel Morize-Nicolas

Hachette

« Strophes pour se souvenir »,
Le Roman inachevé

2003

À mots ouverts français 3e

Alain Pagès

Nathan

« Ballade de celui qui chanta dans les supplices »,
La Diane française

2003

Français 3e

Françoise Colmez

Bordas

« Les mains d’Elsa »,
Le Fou dElsa
« J’écris dans un pays dévasté »,
Le Musée Grévin

2003

Français 3e

Patricia Fize-Deneu,
Claude Gapaillard
et Yves Maubant

Didier

 

2003

Français 3e séquences et expression

Nathalie Fix-Combe

Belin

« C »,
Les Yeux dElsa

2003

Français 3e

Hélène Potelet

Hatier

« Ah, aujourd’hui il avait à faire », Aurélien
« La rose et le réséda »,
La Diane française

2008

Français 3e

Françoise Colmez

Bordas

Incipit dAurélien
« Il n’y a pas d’amour heureux »,
La Diane française
« La rose et le réséda »,
La Diane française

2012

Français 3

Corinne Abensour

Le Robert

« La ballade de celui qui chanta dans les supplices »,
La Diane française
« Le triomphe de l’espoir »,
Le Fou d
Elsa

2012

Français 3e Escapades

Béatrice Beltrando

Hatier

« La ballade de celui qui chanta dans les supplices », La Diane française
« Strophes pour se souvenir »,
Le Roman inachevé

2012

Français livre unique 3e

Hélène Potelet

Hatier

« La guerre et ce qui s’ensuivit »,
Le Roman inachevé
« Classe 17 »,
Le Roman inachevé

2012

Fil dAriane 3e

Odile Marais

Didier

« Strophes pour se souvenir »,
Le Roman inachevé

2012

Français 3e

Françoise Lagache
et Eric Pellet

Belin

« La ballade de celui qui chanta dans les supplices »,
La Diane française

2012

Fleurs dencre français 3e

Chantal Bertagna
et Françoise Carrier-Nayrolles

Hachette

« La rose et le réséda »,
La Diane française

2012

Les Couleurs du français

Olivier Himy

Hachette/Istra

« Strophes pour se souvenir »,
Le Roman inachevé
« Pour toi »
Le Nouveau Crève-Cœur
« La guerre et ce qui s’ensuivit »,
Le Roman inachevé

2012

Français 3e

Evelyne Ballanfat

Magnard

« Chanson de la caravane d’Oradour »,
Mes Caravanes et autres poèmes

2. Liste des poèmes d’Aragon retenus dans les manuels de troisième

Les recueils représentés sont classés par ordre décroissant de représentation, avec indication du nombre d’occurrences entre parenthèses. Pour chaque recueil sont indiqués les poèmes retenus, avec indication du nombre d’occurrences entre parenthèses, ainsi que la date de publication des manuels où ils se trouvent.

La Diane
française

Le Roman
inachevé

Le Fou
d’Elsa

Les Yeux
d’Elsa

Le Musée
Grévin

Le
Nouveau
Crève-Cœur

Mes
Caravanes
et autres
poèmes

(1945)
(8)

(1956)
(8)

(1963)
(3)

(1942)
(1)

(1943)
(1)

(1948)
(1)

(1954)
(1)

« Ballade
de celui
qui chanta
dans les
supplices »

« Strophes
pour se
souvenir »

« Chant
liminaire »

« C »

« J’écris
dans un
pays
dévasté »

« Pour
toi »

« Chanson
de la
caravane
d’Oradour »

(4)
2003 (1)
2012 (3)

(4)
1999 (1)
2012 (3)

(1)
1993 (1)

(1)
2003 (1)

(1)
2003 (1)

(1)
2012 (1)

(1)
2012 (1)

« La rose
et le réséda »

« La
guerre et
ce qui
s’ensuivit »

« Les
mains
d’Elsa »

 

 

 

 

(3)
2003 (1)
2008 (1)
2012 (1)

(2)
2012 (2)

(1)
2003 (1)

« Il n’y a pas
d’amour
heureux »

« Que
serais-je
sans toi »

« Le
triomphe de
l’espoir »

 

 

 

 

(1)
2008 (1)

(1)
1996 (1)

(1)
2012 (1)

 

« Classe
17 »

 

 

 

 

 

(1)
2012 (1)

Notes

1 Alain Viala, « Qu’est-ce qu’un classique ? », Bulletin Bibliothèque de France, tome 37, no 1, 1992. Les critères de classicisation utilisés tout au long de cette étude sont ceux qu’a déterminés Alain Viaia. Annie Rouxel est récemment revenue sur l’école comme instance de légitimation en déterminant différents degrés de classicisation, voir « Usure et renouvellement des corpus : l’école comme instance de classicisation », in Du corpus scolaire à la bibliothèque intérieure, Brigitte Louichon et Annie Rouxel (éds), Presses Universitaires de Rennes, 2010.

2 Ibid., p. 5.

3 Marie-Odile André, Les Mécanismes de classicisation dun écrivain : le cas de Colette, Metz, Université de Lorraine, coll. « Recherches textuelles », 2000.

4 Ce que sa présence au programme de l’agrégation de Lettres en 1988-1989 (Aurélien) et en 2002 (Les Voyageurs de limpériale) laisse supposer.

5 Pierre Assouline, « Aragon, les chutes d’une œuvre », mis en ligne le 18 janvier 2013 sur le site de La République des livres, http://larepubliquedeslivres.com/aragon-les-chutes-duneœuvre/, page consultée le 26 décembre 2013.

6 Corinne Grenouillet, « Aragon, monument national », mis en ligne le 16 janvier 2012 sur le site de la Vie des idées, http://www.laviedesidees.frIMGpdf20130116_aragon.pdf, page consultée le 26 décembre 2012.

7 Suzanne Ravis, « Évolution de la recherche aragonienne (1960-2012) », mis en ligne le 5 janvier 2013, sur le site de l’ÉRITA, http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article504 , page consultée le 26 décembre 2012.

8 Marie-France Bishop a analysé les corpus d’auteurs les plus représentés dans les manuels de l’école primaire entre 1923 et 1985 : « Éclairage historique sur une discipline plurielle », Le Français aujourdhui, no 168, Armand Colin, mars 2010.

9 Les réactions que cela suscite entraînent la publication en 2004 d’une nouvelle liste de référence en littérature qui introduit les catégories « classique » et « patrimoine ».

10 77 manuels de CM1-CM2 ont été analysés, les dates de 2002 et de 2008 correspondant à des changements de programmes : 36 pour la période 1990-2002 ; 24 pour la période 2002-2008 ; 17 pour la période 2008-2013.

11 Une étude de 2011 donne la liste des auteurs les plus fréquemment proposés dans les manuels aux élèves de cycle 2, qui se révèle identique au même relevé effectué en 1995 : Carême, Prévert, Charpentier, Roy, Desnos, Queneau, Jabès, Tardieu, Obaldia- voir Zorka Defrance, « Poésies à l’école : pêche miraculeuse », Le Français aujourdhui 1/2011, no 172, p. 93-102.

12 Respectivement dans les manuels suivants : Cest à lire, CM1, Hachette, 1991 ; Lecture écriture le livre miroir, CM1, Magnard, 1992 ; Au pied de la lettre, CM1, Hachette, 1993 ; LAtelier de français, CM2, Bordas, 1996.

13 Mot de passe CM2, Hachette, 2011.

14 Mais Desnos (avec Chantefleurs et Chantefables) et Éluard (avec Liberté) figurent depuis 2002 et de manière continue sur les listes de titres préconisés pour le cycle 3, ce qui n’est pas le cas d’Aragon.

15 La Poésie surréaliste, Mango, « Dada il suffit de passer », 2001. Dadaïstes et surréalistes, « Folio junior poésie », Gallimard, 2006.

16 Feu de joie et autres chansons, « Enfance en Poésie », Gallimard Jeunesse, 2000. Le Aragon, « Album Dada », Mango, 2006 (voir l’entretien avec l’auteur : « Rencontre avec Béatrice Fontanel », mis en ligne le 16 février 2007 sur le site de PERITA, http://www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article216). Poèmes de Louis Aragon, « Folio junior poésie », Gallimard, 2012.

17 « Sélection poésie école élémentaire », mise à jour 2010, sur le site eduscol : http://media.eduscol.education.fr/file/ecole/63/6/pœ-elem_l13636.pdf, page consultée le 26 décembre 2013.

18 Il pleut des poèmes, anthologie de poèmes minuscules, Jean-Marie Henry et Zaü, Éditions Rue du Monde, 2003.

19 La Poésie de lécole, Cahier Robinson no 11, Université d’Artois, 2002.

20 « La littérature à l’école, listes de référence cycle 2 », 2013, Site ministériel eduscol http://eduscol.education.fr/cid58816/litterature.html#lienl.

21 Bulletin officiel spécial no 6 du 28 août 2008. Le programme des classes de sixième et de cinquième explique qu’on ne trouve pas de textes d’Aragon dans les manuels.

22 Voir le détail dans le tableau 1 de l’annexe. Je remercie Lysiane Bénier et Adélaïde da Silva pour leur aide précieuse.

23 Respectivement dans les manuels suivants : Lire à loisir, Nathan, 1993 ; Français 3e, Hatier, 2003 ; Français 3e, Bordas, 2008. Peut-être le fait que des romans d’Aragon aient été au programme de l’agrégation en 1988-89 et en 2002 joue-t-il un rôle dans ce choix, des auteurs de manuels ayant pu eux-mêmes avoir passé l’agrégation à ce moment-là.

24 Sujets relevés entre 1988 et 2012. On y observe la récurrence de quelques classiques pérennes (Hugo, Maupassant), de certains auteurs contemporains, indépendamment des années et des programmes (Le Clézio, Pennac ou Tournier) et les effets de l’actualité littéraire (Gaudé à la suite de son prix Goncourt, par exemple).

25 Français 3e, Françoise Colmez (dir.), Bordas, 2003.

26 Bulletin officiel, ibid.

27 En plus des manuels, de très nombreux exemples de mise en œuvre sont proposés sur Internet.

28 Annette Wieviorka, LÈre du témoin, Plon, 1998 : l’auteure y montre notamment l’actuelle valorisation des récits individuels de témoins, peu compatibles, selon elle, avec la rigueur du récit historique.

29 Il fut imposé aux enseignants de lire la lettre d’adieu de Guy Môquet à ses parents à la rentrée scolaire de 2007, ce qui déclencha une longue polémique. Voir Laurence de Cock et al. (dir.), Comment Nicolas Sarkozy écrit lhistoire de France, Marseille, Agone, collection « Passé-Présent », 2008.

30 Patricia Richard-Principalli, « Le surréalisme à l’école », Mélusine, no 31, 2011, p. 137-152.

31 Alain Choppin, « Des évolutions », Manuels scolaires : quen faire ?, Argos, no 20, 1997.

32 Annie Rouxel, op. cit., p. 123.

33 Alain Viala, « Le grand implicite », Le Français aujourdhui, no 172, 1/2011, p. 113-120.

34 Pierre Juquin, Aragon, un destin français, 1939-1882, La Martinière, 2013, chap. 69.

35 Alain Viala, 1991, art. cit., p. 11.

36 Aragon ne figurant pas sur les listes de référence du Ministère de l’Éducation nationale, il ne s’y trouve pas labellisé « classique », selon la caractéristique (polysémique) qui y est attribuée à un certain nombre d’auteurs.

37 Alain Viala, 2011, art. cit., p. 3.

38 Alain Viala, 2011, art. cit., p. 2.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search