Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Réception internationale

Croisements romanesques : Aragon au Congo

Béatrice N’guessan-Larroux

Résumé

L’étude entend démontrer le lien singulier qui existe entre Aragon et l’auteur congolais Henri Lopes. On part d’une rencontre littéraire en ces années cinquante annonciatrices des futures décolonisations africaines pour montrer comment, à ses débuts, l’auteur de La Nouvelle romance met à profit le réalisme socialiste tel qu’il est représenté à travers les trois figures féminines des Cloches de Bâle. Mais ce réalisme semble tourner court, confronté qu’il est aux questions tribales du Congo et à l’échec des indépendances. L’apparente similitude du roman familial des deux auteurs offre une porte de sortie à Henri Lopes. Dans plusieurs de ses textes, le métis des colonies, toujours de « père inconnu », retrouve alors une dignité littéraire. Le « mentir-vrai » permet de déployer toutes sortes de discours sur le métissage dont celui qui le constitue à la fois comme être d’enracinement et d’universalité.

Texte intégral

1Entretiens, titre, épigraphe, essai, récits, comme un refrain, rappellent au lecteur le lien qui unit l’écrivain congolais Henri Lopes à Aragon. Lors de la parution de son dernier roman, Une enfant de Poto-Poto, en 2012, Lopes a redit une fois encore, l’admiration qui fut la sienne dans les années cinquante pour l’auteur des Yeux dElsa :

  • 1 Tirthankar Chandar, Entretien avec Henri Lopes, « Oui, les livres peuvent révolutionner notre regar (...)

Lorsque jai fini de lire les vingt et un poèmes du recueil, je me souviens de mêtre demandé pourquoi je ne lavais pas lu plus tôt. Jai ensuite lu toute la poésie dAragon. Aragon est à mon avis le plus grand poète de langue française. Jai lu aussi ses romans qui mont profondément marqué. La découverte dAragon a été lun des plus grands moments de ma vie. Je lisais la revue Les Lettres françaises dont Aragon était le directeur […]. Chaque semaine, je men souviens, jallais chercher le journal, jétais à laffût des éditoriaux dAragon, malicieux et militants1

  • 2 On se référera cependant, pour ne citer que celles-là, à quelques belles pages de Persécuteur persé (...)

2Lopes avait alors vingt ans, vivait en France, lisait aussi Senghor et Césaire. Bien que la question coloniale ne soit pas au centre de l’œuvre aragonienne2, l’auteur congolais confronte aux référents négro-africains le concept du « mentir-vrai » forgé par Aragon et explore, comme le fit son modèle pour la France, le réalisme socialiste dans l’un des pays qui opta pour le marxisme-léninisme quelques années seulement après les indépendances africaines.

Aragon/Lopes

Une identité singulière

  • 3 André-Patient Bokiba et Antoine Yila (dir), Henri Lopes : une écriture denracinement et duniversa (...)

3Commençons par ce qui fait office de présentation officielle de l’auteur congolais : « 1937. Le 12 septembre, naissance de Henri Lopes à Léopoldville (actuel Kinshasa), au Congo Belge. Sa mère Micheline Vulturi est la fille de Vulturi et de Joséphine Badza, de lethnie bangagoulou3 ». Au moins deux anomalies dans la filiation retiennent l’attention : le vide concernant le père opposé à la précision de l’information livrée sur la lignée maternelle. On peut conclure à la prégnance d’une famille matrifocale comme ce fut le cas pour Aragon.

  • 4 Ce rapprochement est sommaire car, en réalité, Henri Lopes, issu de deux parents métis qui furent, (...)
  • 5 Henri Lopes a écrit plusieurs poèmes qui, malheureusement, n’ont pu être réunis en un volume. Cinq (...)

4Deux traits rapprochent nos auteurs : leur naissance frappée du sceau de la bâtardise4 et leur militantisme auprès des communistes. Cet engagement vaudra d’ailleurs à Lopes d’être qualifié à ses débuts de poète « révolutionnaire » avant qu’il ne devienne membre du comité central du Parti Congolais du Travail d’obédience marxiste-léniniste5. Il sera également journaliste mais, à l’inverse d’Aragon, occupera de hautes fonctions politiques : directeur général de l’enseignement, ministre de l’Éducation nationale, ministre des finances, deux fois premier ministre. Cependant l’entrée véritable en littérature de Lopes (avec Tribaliques en 1972) au crépuscule même du parcours littéraire d’Aragon présente quelques paradoxes.

Paradoxes

  • 6 Romuald Fonkoua, Aimé Césaire (1913-2008), Perrin, 2010. Voir également Marc Vincent Howlett et Rom (...)

5Le premier paradoxe concerne, avant l’entrée en littérature, le choix d’un modèle (Aragon) et donc l’attirance pour une esthétique décriée dans l’hexagone autour des années cinquante. En plein bouillonnement anticolonial, on songe, onze ans après le Cahier dun retour au pays natal (1939), au cinglant Discours sur le colonialisme de Césaire, dénonçant avec violence ce qu’Aragon eût appelé en 1936 dans la postface des Beaux-quartiers « les craquements sourds dans la vieille demeure ». Si le parti communiste français se situait depuis fort longtemps du côté des colonisés, la démission de Césaire de ce parti l’année même du Roman inachevé et, bien antérieurement, le conflit qui opposa ce même Césaire à Aragon sur la question de la poésie nationale, n’ont pas pu échapper au jeune Lopes, membre du journal de combat LÉtudiant dAfrique noire. Pour des esprits épris de liberté, même communistes, l’invitation d’Aragon à promouvoir une poésie nationale prenant appui sur les formes traditionnelles du sonnet ne pouvait apparaître, en cette période de contestation générale des peuples opprimés, que comme une forme d’encouragement à l’assimilation6.

  • 7 Après avoir salué en 1954 l’Antillais Gilbert Gratiant « poète parmi tant dautres qui traduisent à (...)
  • 8 Daniel Bougnoux, Introduction, OR Pléiade, t. IV, 2008, p. XIX-XX.

6Ce qui militerait cependant en faveur d’un adoucissement du regard porté sur Aragon est l’évolution même de ce dernier devant la complexité de la langue française pratiquée par des écrivains francophones7 et la singularité de ces années 50 qui ne purent qu’être formatrices pour le jeune Lopes. Qualifiées d’extraordinaires par Daniel Bougnoux, elles permirent de révéler un Aragon amoureux des « œuvres littéraires du monde entier, quil assimile et explique mieux que personne…8 »

  • 9 Entretien avec Henri Lopes, écrivain, ambassadeur du Congo en France, Revue Parlements et francopho (...)

7Il faudrait aussi prendre en compte le romancier du réalisme socialiste. Cet Aragon-là pouvait séduire Lopes, en dehors des querelles et positions partisanes. Et l’auteur congolais d’expliquer l’attrait de sa génération pour le marxisme-léninisme et son principe d’égalité, le regard scientifique qui passait au tamis les tendances obscurantistes des Congolais guère préoccupés de l’échec soviétique ou chinois9. L’intérêt pour cet Aragon conduit au deuxième paradoxe bien visible dès le premier roman de Lopes, La Nouvelle romance. En choisissant la fin du récit des Cloches de Bâle comme épigraphe du roman, en en extrayant le titre, Lopes affiche clairement le lien qui l’unit à son modèle et s’approprie le programme énoncé au seuil du Monde réel.

Maintenant, ici, commence la nouvelle romance. Ici finit le roman de chevalerie. Ici pour la première fois dans le monde la place est faite au véritable amour. Celui qui nest pas souillé par la hiérarchie de lhomme et de la femme, par la sordide histoire des robes et des baisers, par la domination dargent de lhomme sur la femme ou de la femme sur lhomme. La femme des temps modernes est née et cest elle que je chante.

  • 10 Aragon, Les Cloches de Bâle. OR Pléiade, t. 1, 1997, p. 1001.

Et cest elle que je chanterai10.

8Un mimétisme poussé s’observe à l’intérieur même de La Nouvelle romance. Le récit est construit autour de trois femmes. Comme dans l’épilogue des Cloches de Bâle, où le lecteur est pris à témoin, l’auteur congolais établit un parallèle entre les pensées fort embrouillées de son personnage et celles du lecteur avant de conclure :

  • 11 Henri Lopes, La Nouvelle romance, Yaoundé, éd. Clé, 1976. Rappelons que l’hymne à la foule est repr (...)

Ces pensées viennent en foule à Wali. Elle saperçoit quelle peut penser longtemps en marchant, sans but, dans la rue. Là-bas au pays ce ne serait pas possible. Trop de gens à dire bonjour. Finalement, ces grandes villes nont pas que des inconvénients. Cest lendroit où lon peut se perdre dans la multitude de la foule quand on en a besoin. Besoin déchapper à ceux qui nont rien à faire ; qui viennent vous voir pour ne rien dire ; qui viennent prétendre soulager votre douleur alors que celle-ci a souvent besoin de solitude. Ah ! que viennent nombreuses, en Afrique aussi, les grandes villes aux foules anonymes, pour échapper aux oisifs qui prolongent le monde traditionnel, la vie végétative, lAfricain des musées, espèce de bon sauvage moderne que les cerveaux des ordinateurs vont plonger dans une nouvelle servitude11

  • 12 « Jimagine quil y aura pas mal de gens pour hausser les épaules. Quest-ce que cest quun homme (...)
  • 13 Revenant sur la célèbre formule de Senghor dans Liberté I, « Lémotion est nègre comme la raison he (...)

9Ce passage aux accents baudelairiens, véritable hymne à la foule et aux villes tentaculaires, est calqué sur la déambulation parisienne (elle-même tributaire de l’errance surréaliste) de Catherine Simonidzé. Le propos d’Aragon transposé au Congo soulève néanmoins plusieurs questions : peut-on parler de roman de chevalerie en Afrique ? La « romance », ce mot polysémique, trouve difficilement à s’y appliquer. Foin des robes et des baisers dans une Afrique traditionnelle, a fortiori dans une Afrique appauvrie moralement et financièrement par les multiples désenchantements issus des indépendances. Et que dire du renversement des pôles qui place toujours l’homme au-dessus de la femme dans la tribu ? Du coup le programme aragonien devient une gageure (l’auteur des Cloches de Bâle en avait déjà lui-même conscience12) pour des raisons diverses : face aux préjugés raciaux en vigueur pendant la colonisation, ce qui fut valable pour la négritude l’était encore au moment des indépendances. Chanter l’amour, se laisser aller à une forme de lyrisme centré sur la femme allait non seulement à contre-courant des idéaux de la négritude – à savoir avant tout la défense des valeurs nègres – mais une telle attitude détonnait au moment même où la voix de la négritude était mise au pilori13.

Dire autrement

  • 14 À comparer avec celui des Cloches de Bâle ; voir Corinne Grenouillet, « Catherine ou le féminisme, (...)
  • 15 Pierre Soubias, « Le Roman et la romance : thématique du chant chez Henri Lopes », Afrique, musique (...)
  • 16 Nom donné à la courtisane qui pratique librement la prostitution.
  • 17 Consulter à ce propos, Jean Ziegler, Sociologie de la nouvelle Afrique, Gallimard, 1964. On se penc (...)
  • 18 Le titre de la partie qui suit, « Donner à lire », est empruntée à Aragon dans Jabats mon jeu (195 (...)

10Indépendamment du programme féministe de La Nouvelle romance14, on peut s’attacher au terme même de romance et y voir un programme de refondation de la romance au sens médiéval du terme. La place du chant dans œuvre conduit alors à une réactualisation d’un lyrisme amoureux pleinement érotique sans être grivois, cependant que le roman peine à être romance15 Un tel constat témoigne certainement de la nécessité de référents spécifiques pour le roman lopésien. Arrêtons-nous à « la femme des temps modernes ». Elle tient de Clara Zetkin, cette femme communiste aperçue en 1920 par Aragon au Congrès de Tours, et qui clôt Les Cloches de Bâle. Lorsqu’on confronte le récit d’Aragon à celui de Lopes, on établit facilement des équivalences entre deux femmes au centre des deux romans : entre Diane de Nettencourt et Élise la « N’doumba16 », tandis que Catherine Simonidzé au parcours irrégulier aurait son équivalent en la personne de Wali, émigrée solitaire et épouse malheureuse que la rencontre d’un couple de Belges conduit dans les milieux d’ouvriers communistes. Le divorce de cette dernière lui procure une forme de liberté. Cette fin de parcours permet de relier Wali à Awa, la troisième femme du récit, jeune institutrice indépendante et désormais étudiante à Paris. On reconnaît là le patron du roman à thèse. Néanmoins, le modèle de Clara Zetkin fait défaut. Bien qu’il ne s’agisse pas, pour Lopes, de proposer un simple décalque d’Aragon, on peut imputer cette absence au Congo nouveau encore tribaliste et ignorant la notion de classe au sens marxiste du terme17. Participer à l’avènement d’une société équitable et accoucheuse de femmes modernes exige de fait une éducation des plus avancées. L’axe du savoir orienté chez Aragon vers les milieux ouvriers ou la pratique des espaces anarchistes (on songe précisément à Catherine et à Armand Barbentane) dévie au profit d’un savoir livresque18.

« Donner à lire »

11Que de lecteurs dans l’œuvre de Lopes ! Narrateurs et personnages sont pris d’une véritable fureur de lire. Écrire, se lire en écrivant, se lire mutuellement, ou encore mettre en fiction le dispositif entourant le livre comme acheter et lire des livres (dont ceux d’Aragon), prendre contact avec une maison d’édition, orientent forcément vers un type de lisibilité résultant de la matière des textes lus. Il n’en demeure pas moins que le culte du livre relève d’un parti pris visant à condamner une pratique tribale éliminant tout espace de lecture. Le lecteur, tout comme l’écrivain (Une enfant de Poto-Poto) ou le peintre (Sur lautre rive) apparaissent comme des personnages paratopiques, marginalisés qu’ils sont par la tribu. Ainsi ce regard complice du narrateur de La Nouvelle romance porté sur Awa n’est pas sans rappeler, plus en amont, le jugement sévère de Wali sur la tribu :

  • 19 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, p. 59-60.

Cest ainsi que depuis lÉcole Normale elle avait cultivé le goût de la lecture qui lui était maintenant (elle se lavouait quelquefois) un vice, voire une infirmité, la faisant apparaître bizarre à son entourage. Dans ce pays où lon aimait à passer des heures entières à ne rien faire dautre que bavarder (de rien), dans le seul but dentretenir des relations tribales ou dintérêt, il lui arrivait souvent de quitter la société sans pouvoir dissimuler une certaine irritation. Les gens ne savaient pas quelle allait senfermer chez elle pour lire les nombreux ouvrages quelle empruntait dans les diverses bibliothèques des centres culturels19.

12Aussi placer le livre au cœur du savoir et de toute expérience est-il incitation, pour Lopes, à rendre le nègre solidaire du livre et de l’écriture ainsi qu’invitation à des voyages imaginaires. « Donner à lire » suppose aussi une édification qui n’est pas moins signifiante que le pragmatisme d’une expérience professionnelle ou militante. N’oublions pas que Catherine Simonidzé est d’abord une grande lectrice avant de partager l’expérience de la grève des taxis parisiens ou de prendre goût au nihilisme des milieux anarchistes. Bien plus tard dans la nouvelle « Le Mentir-vrai », elle apparaîtra comme « passeuse » de textes pour l’enfant Aragon. Occasion de revenir au Tolstoï d’Anna Karénine lu durant l’enfance et de ménager un métatexte à l’intérieur même de la nouvelle. Lire équivaut à interpréter sans cesse des mots, des phrases et requiert donc des aptitudes du reste expérimentées par certains personnages de Lopes. On songe précisément au personnage de Franceschini qui transforme ses cours de littérature en véritable laboratoire de questions existentielles :

  • 20 Henri Lopes, Une enfant de Poto-Poto, Gallimard, « Continents Noirs », 2012, p. 34.

Pélagie me montrait ses sujets de dissertation. « La femme est-elle légale de lhomme ? », « Comparez lamour dans la chanson congolaise à lamour dans la poésie française », « Madame Bovary est-elle imaginable au Congo20 » ?

13Mais les mots ne sont pas de simples prétextes à dissertations et à développements métalinguistiques, ils sont éprouvés par les personnages au sein de la fiction. Ainsi le mot « amour ».

Romance Kongo

  • 21 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 83-84.

14Depuis le recueil de nouvelles Tribaliques, le mot « amour » ou « bolingo » en lingala donne lieu à toutes sortes de variations. Dans La Nouvelle romance, il est raillé dans sa relation au chant. Une chanson comme « ça ne fait rien, fous le camp » donnée comme un hymne à l’amour défunt révèle en réalité une situation plus ambiguë entre anciens amants. Comment comprendre en effet le mot « amour » dans cette « chanson-vengeance » quand celui-là même qui dénonce l’absence d’amour chez sa partenaire est marié à une femme économiquement faible qui lui pardonne ses vices21 ? Le « Bolingo » souffre aussi du tribalisme qui impose des mariages endogamiques, instaurant une forme d’infirmité sentimentale. La déconfiture du couple trouve apparemment une solution dans l’adultère vécu alors comme une forme de libération. On retrouve l’ambiguïté du vocable « romance » avec Marie-Ève, femme-peintre, éperdue dans sa relation adultérine avec l’anglophone Yinka mais dubitative devant ce mot successivement déployé dans Sur lautre rive :

  • 22 Henri Lopes, Sur lautre rive, Seuil, 1992, p. 182.
  • 23 Ibid., p. 196.
  • 24 Ibid., p. 206.

Yinka ma dit que jétais sa « romance ». Jai compris le mot anglais dans son contexte sans en connaître la traduction littérale22.
Quand j
avais appelé Yinka par le téléphone interne de lhôtel, il mavait accueillie par un « hello ! » joyeux […]. Je le vois encore descendre lescalier, quatre à quatre, dans son boubou majestueux et murmurer, en me serrant dans ses bras de boxeur : « Oh, my romance, my romance ! » Je navais toujours pas cherché le sens exact du mot dans mon dictionnaire23.
Quand elle m
a demandé mon nom, je me suis inventé une identité.
– Romance Kongo
[…]
Yinka et moi navions jamais convenu dun nom de code pour semblables circonstances mais jétais convaincue quil comprendrait24.

  • 25 Voir l’étude de Pierre Soubias dont je trouve quelques conclusions un peu sévères. « Le Roman et la (...)
  • 26 Nathalie Piégay-Gros, Aragon et la chanson. La romance inachevée, Textuel, 2007, p. 51.

15Le terme réapparaît une dernière fois pour sanctionner la fin de cette relation, la narratrice se résignant à enfouir dans les plis de sa mémoire les souvenirs de cette romance. Également interprète, elle ne saisit que le sens anglais du terme. Rapporté au contexte, « romance » désigne effectivement l’histoire sentimentale qui existe entre elle et Yinka. Le sens littéral qu’elle se réserve de trouver est celui qui l’assimile en anglais au « roman sentimental », donc à un genre narratif, tandis qu’en français il renvoie à une tradition poético-lyrique. Il faudrait ici s’interroger sur cette approximation sémantique. Admettons que Lopes joue avec les deux sens et opte plutôt pour celui que lui attribue le personnage : il est illusoire d’attendre de la romance le sens que lui donnaient les troubadours. Lopes invite ici à une souplesse qui interdit certainement de voir un échec dans son désir de chanter sa « romance Kongo25 ». La narration d’une romance enfouie au fond de soi resurgit au détour d’une rencontre, rappelant à Marie-Ève son double, à savoir l’autre femme qu’elle fut. On retrouve là ce que Nathalie Piégay-Gros reconnaît dans la romance d’Aragon, quelque chose qui « flotte dans notre mémoire. Lancinant parfois, erratique toujours, ce qui chante en nous porte avec soi quelque chose du passé, irréductible pourtant à un ordre chronologique et à un récit26 ».

  • 27 Histoire que la fiction lopésienne ne fait qu’effleurer malgré la virulence mêlée d’ironie d’un rom (...)

16Arrêtons-nous précisément à cette alliance de termes que représente « romance Kongo ». Forgée pour la circonstance, elle détonne dans cette société congolaise. Toutefois l’expression même, outre qu’elle constitue un code entre deux individus, souligne une forme de contrebande vis-à-vis de cette même société. La formule, si séduisante qu’elle puisse paraître, ne demeure pas moins une forme de déclassement au sein de la tribu. « Romance Kongo » met à distance les lois tribales qui emprisonnent la femme dans le respect du mariage endogamique. Cette résistance se réalise concomitamment à l’autre projet qui permet à la femme de se défaire d’un homme ou de la tribu. Passer ainsi « sur l’autre rive », inaugurer une autre vie, se présente comme un refrain dans l’œuvre lopésienne. Héros et héroïnes éprouvent alors ce sentiment vertigineux qui pousse au grand saut vers ce qui s’apparente à « lautre côté des choses ». Le mot « vie » rejoint, dans un contexte différent certes, les sens que lui confère Le Roman inachevé : vie complexe épousant les méandres de l’histoire personnelle et de l’Histoire27. Vie de plaies béantes dues au mot « amour » et aux distorsions du cours de l’Histoire. Comme figée au fond de la gorge, l’« amour Kongo » conforte ainsi le sentiment d’impossibilité du couple sous le ciel congolais.

  • 28 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 75.

17On invoquera encore cette « musique indicible » nécessaire au rituel amoureux. Foin de circonvolutions ! « En Afrique, il ny a pas de détour. Cest tout droit28 ». Ainsi le mot « amour » est-il mis à distance dans cette scène qui réunit deux amants, Olga et Delarumba, le mari de Wali.

  • 29 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 127-128.

« Écris-moi une lettre damour. » Cétait là quelque chose à laquelle il navait jamais songé. Il y avait belle lurette, quil navait pas écrit de lettres. Damour ou pas […].
Olga avait alors fini par lui dicter une lettre adressée à elle-même. Il avait trouvé cela dun romantisme touchant et sétait dit quil fallait avouer que les blanches savaient agrémenter dune musique indicible les jeux de lamour. Pendant un moment, il sétait demandé si Olga ne lui dictait pas, en fait, ce quelle ressentait elle-même. Mais il trouva inutile de se poser plus de questions. Une fois la lettre terminée, elle lui demandait de signer. Cest alors quil y mit du sien29.

18Cette lettre traduit « lamour Kongo » c’est-à-dire tout à la fois « le mot “amour” », « les mots qui ne sont pas damour » ou encore, « lamour qui nest pas un mot », selon un chassé-croisé de destinataires. Sortis du contexte du Roman inachevé, ces titres se prêtent à des transpositions. Incompréhensions, méprises, faux aveux, irritations dues au conflit de codes amoureux quand ce n’est pas imposition d’un rituel amoureux ignoré, tout cela trouve une conclusion dans cette lettre aux destinateur et destinataire brouillés.

19L’œuvre commune qu’est cette lettre d’amour écrite par une Blanche et un Noir en annonce peut-être une autre, plus sérieuse, au bout du récit. Il s’agit du métis qui connaît une forme de rédemption en tant que sujet littéraire, mais aussi comme forme particulière de langage.

Le métis : sujet de l’écriture / « mentir-vrai »

20Dans le chapitre que Lopes consacre au métis, il relève la perception convenue du métissage qui en fait curieusement un sujet à la mode :

  • 30 Henri Lopes, Ma Grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois, Gallimard, « Continents Noirs », 20 (...)

Nous étions nés, contait grand-mère, du mariage de deux gouttes dissipées qui giclèrent lors de la séparation. Une goutte de lhémisphère noire, une goutte de lhémisphère blanc […] nous ne sommes ni gris ni marron, nous sommes métis […]
À vingt ans, voyant que peu de gens connaissaient le vocable de métis, je me suis dit quil ne sagissait pas dun état mais dune vue de lesprit. Chacun aurait une identité, exclusive de tout autre. Il fallait être blanc ou noir ou ne pas être ; jai failli sombrer dans la folie30.

Métissage et roman familial

  • 31 Roselyne Collinet-Waller, Aragon et le père, romans, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. (...)
  • 32 Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, Seuil, 1997. Voir tout le chapitre neuf de l’ouvrage qui trai (...)

21Nombreux sont les métis narrateurs, narratrices ou personnages dans les romans de Lopes, en accord avec un imaginaire d’une coloration particulière. Il y a d’abord ce roman familial particulier qui l’apparente singulièrement à son modèle Aragon. Pour Lopes aussi, le père « fut lun de ceux par qui sa vie eut à ses origines des allures de roman31 ». Le métis des colonies se définit avant tout par un manque : celui du père. Tous de « père inconnu », ces « bana wa makungu » étaient, selon les religieuses de couvents pour métisses, « les enfants du péché dont la vie devait être consacrée à se purifier pour obtenir labsolution définitive de leur faute originelle32 ». Là se trouve certainement une des sources du roman de Lopes pour qui le métis est le « fruit dépareillé » d’un « viol » :

  • 33 Entretien avec Arliette Armel, Page des Libraires, no 53, octobre 1998, p. 54, cité par Gueyes Troh (...)

Lorsque je suis rentré en Afrique, imbu des idées révolutionnaires anticolonialistes, jétais persuadé que mon grand-père blanc lavait forcée à devenir sa compagne. Très dignement, ma grand-mère ma affirmé : « Pas du tout. Il maimait et je laimais ». Jai alors pris la mesure de ce que cette situation avait pu représenter pour cette Africaine, isolée à lintérieur de son propre milieu et aimée par un Blanc qui ne l’a pas épousée mais lui a donné plusieurs enfants33.

  • 34 Interview d’Henri Lopes par Wanda Nicot pour l’émission Évasion littéraire, ACI TV, 12 mars 2012, h (...)
  • 35 Roselyne Collinet-Waller, op. cit. Voir le chapitre « On ne sait pas tout l’infini qui tient dans l (...)

22La culpabilité liée à la faute originelle, observée uniquement du côté de la femme et couplée à la question identitaire, émerge lentement avant de devenir le point de cristallisation de l’écriture lopésienne. Le roman familial se complique alors. Le nom de Lopes résulte en effet de la déformation du nom de sa grand-mère maternelle que portait son père, métis belgo-congolais né officiellement de « père inconnu ». En déclinant son identité « Lopeissa » (ou « Lopésa »), les missionnaires de l’orphelinat où fut placé le père furent troublés par ce qu’ils considéraient comme une mauvaise prononciation du nom portugais Lopes34. En ce nom qui sécrète un imaginaire du voyage (et en cela il fait penser à l’origine espagnole du nom Aragon), tient tout un infini35. L’écrivain hérite ainsi à son corps défendant d’un nom en réalité non transmis par ses géniteurs qui duplique la question identitaire née du bicéphalisme du pouvoir colonial. Le roman de Lopes, lui-même fils de deux métissages, se construit parallèlement à cette double faute qu’il livrera dans un autre entretien sous la forme d’un conte étiologique :

  • 36 « À Paris, Henri Lopes ouvre une série de conférences sur le thème du métissage », Les Dépêches de (...)

Il était une fois au Congo belge un administrateur, un commerçant ou un simple agent – la tradition ne le dit pas – qui se trouvait isolé car sa famille était demeurée en Europe (à cette époque, on croyait que seuls les hommes étaient capables daffronter le climat africain). Un soir, il a eu besoin de compagnie et on lui a amené une jeune fille de la région. Un petit garçon est né et il est resté avec sa mère quand ce monsieur est reparti. Peu de temps après, un autre Belge sest présenté. Il venait au nom du premier chercher ce fils et offrir une compensation à la mère. Celle-ci a assisté aux négociations, a tout accepté et la nuit, elle sest enfuie dans la brousse avec son petit garçon. Cinq ans plus tard, la même histoire sest produite au Moyen-Congo, sous administration française, et il est né deux filles dont lune était ma mère. Je suis le produit de ces deux histoires36.

« Mentir vrai »

  • 37 Ce souci d’universalité est ici revendiqué : « Moi je dis carrément, sans honte et sans fausse mode (...)

23Le Chercheur dAfriques (1990) et Le Lys et le flamboyant (1997) interrogent la matière et la forme à donner à la fiction. Tantôt fragment d’une biographie, voire d’une autobiographie qui serait à écrire (Le Chercheur dAfriques), tantôt livre de commande aux allures de récit de filiation ou de témoignage, la narration de ce « bana wa makungu », cet homme de peu sinon de rien, doit pouvoir entremêler fiction et réalité. Plusieurs stratégies narratives, dont celle de la feinte, s’offrent alors au narrateur pour conférer au récit qu’il souhaite « congolisé » un caractère cependant universel37.

24Lopes introduit le métis dans la littérature congolaise en prenant soin d’élaborer un discours des plus mouvants à partir d’un narrateur instable. Celui-ci, souvent dédoublé, jongle avec plusieurs identités oscillant entre le faux et l’avéré. Femme ou homme, ce narrateur prend autant plaisir à jouer sur le signifiant des noms. Ainsi Achei pour les initiales H. L. (l’auteur-narrateur Henri Lopes), Μ. A. (clin d’œil à Emma Bovary pour une histoire d’adultère dans LAutre rive), ou encore Victor Augagneur Houang, double du narrateur Achei, dont le nom porte la marque à la fois du géniteur (un Chinois immigré au Congo) et d’un gouverneur (Victor Augagneur). Dans Le Lys et le flamboyant, la métisse Simone Fragonard est dénommée successivement Kolélé, Simone Ragonar, Simone Fragonard alias Kolélé, Monette, Monette Fragonard, Iantine Monette, Madame Fragonard, Madame Sergent, Madame Boucheron, Malembé wa Lomata. Cette surenchère en dit long sur le plaisir à baptiser et à débaptiser, mêlant noms européens et congolais, tombant dans le burlesque avec l’association de diminutifs et de patronymes ou avec la conversion d’un statut social en patronyme. Ces baptêmes fantaisistes ne sont pas sans rappeler ceux imposés aux femmes de Théâtre/Roman ou du Fou dElsa.

  • 38 Ce glissement du regard crée de graves confusions. Comme dans la pratique du « mentirvrai » le narr (...)

25Arrêtons-nous à la mention « de père inconnu » inscrite sur les « papiers » du père de Lopes et qui, par un effet de contagion, fait de tous les métis des personnes issues de « père inconnu38 ». L’inconnu est en réalité le grand-père Blanc. Le nom que porte l’écrivain en fait l’enfant de la grand-mère, ancêtre qui par le baptême biaisé, fonde la famille, tout comme le personnel colonial rend pérenne le nom. D’où les glissements multiples dans la fiction : du père vers la mère qui explique l’effacement, la fuite ou la défaillance du premier dans les récits, du père vers le fils avec le roman du petit-fils qui intègre dans le récit l’image de la mère délaissée ou de la femme-objet, de la grand-mère paternelle vers la grand-mère maternelle. Si Aragon et Lopes sont le fruit d’une union pour ainsi dire morganatique (terme dont se joue Aragon dans les dernières pages du Mentir-vrai), l’auteur congolais échappe en partie à cette qualification. Le statut morganatique, il le doit plutôt à la répétition, au fil des œuvres, de la tare originelle propre à sa filiation.

  • 39 Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, op. cit., p. 48 et suivantes.

26L’épreuve du « mentir-vrai » est encore plus saisissante avec cette sorte dalter ego de l’écrivain qu’est le photographe Lomata. Au sein même du Lys et le flamboyant, se met en œuvre le principe de la transformation du réel. Photographier ne consiste pas, pour le personnage, à reproduire fidèlement le modèle mais à le recréer : retoucher les épreuves en gommant les aspérités du visage, non sans avoir auparavant joué de l’éclairage, des contrastes entre le noir, le blanc et le gris pour aboutir à une image, certes reconnaissable, mais transformée. Ce travail d’illusionniste non seulement obtient l’adhésion des Noirs réfractaires à la reproduction de leur vrai visage de nègre, mais il remodèle un sujet à mi-parcours entre le Nègre et le Blanc, quelque peu métis donc39. Le geste audacieux de Lomata rejoint l’autre forme de « mentir-vrai » qu’est la confusion des grands-mères entretenue pour un programme fictionnel plus ambitieux.

Métis : marqueur d’une identité universelle

  • 40 Entretien avec Arliette Armel, cité par Léontine Gueyes Troh, op. cit., p. 54.

27Revenons à Lopes et au viol supposé de sa grand-mère. Il conclut à ceci : « Cette femme analphabète est parvenue à un dépassement des frontières et des cultures qui suscite toujours mon admiration.40 »

28On comprend alors que la femme moderne est à chercher ailleurs que dans la figure d’une Clara Zetkin ou dans la seule image de l’intellectuelle mise en avant dans les textes.

  • 41 Le Congo Brazzaville est coutumier de coups d’État sanglants depuis les indépendances (1964, 1968, (...)
  • 42 On peut ici risquer une comparaison avec Aragon obligé, devant l’infléchissement de l’Histoire, de (...)
  • 43 Des réserves toutefois pour Une enfant de Poto-Poto dont la narratrice, Kimia, est noire. Mais son (...)
  • 44 Jean Mac Kellar, My Country, Africa : Autobiography of the black Pasionaria Andrée Blouin, Praeger, (...)
  • 45 Lire la biographie de Jean Mac Kellar, My Country, Africa : Autobiography of the black Pasionaria A (...)
  • 46 Dans l’hebdomadaire Etumba, « Kolélé est présentée en Congolaise typique, Noire bon teint ». Henri (...)
  • 47 A.-P. Bokiba et A. Yila (dir), Henri Lopes : une écriture denracinement et duniversalité, L’Harma (...)

29Tout porte à croire que, confronté à l’échec du marxisme-léninisme au Congo et, par ricochet, à une forme de faillite de l’intellectuel africain pris dans les rets d’une Histoire des plus sanglantes en train de s’écrire41, Lopes réoriente son itinéraire scriptural42. La femme moderne prend curieusement le visage de la métisse43. C’est à un pilotis historique précis, Andrée Blouin, qu’on doit Le Lys et le flamboyant. L’activisme et l’histoire personnelle de cette Congolaise ont marqué l’histoire du panafricanisme naissant. Elle a suscité une biographie issue d’entretiens avec un auteur américain44, biographie par la suite récusée par l’intéressée. De ce refus Lopes prend acte dans Le Lys et le flamboyant pour jongler avec les versions, celle fictionnalisée de la biographe américaine, celle du narrateur Victor censée être la bonne version et en concurrence avec celle d’Achel, lequel n’est autre qu’Henri Lopes, auteur dans la fiction. Le narrateur fait faussement cohabiter ce personnage historique avec sa mère, la baptise de nombreuses fois avant de lui prêter les actions qui outrepassent l’itinéraire certes impressionnant mais plus modeste d’Andrée Blouin. « Muse communiste » des premiers chefs militants congolais, elle est nommée chef du protocole du premier ministre congolais Patrice Lumumba. Qualifiée de « Madame du Barry du Congo » par le Secrétaire général de l’ONU de l’époque, elle serait à l’origine du discours qui entraîna l’arrêt de mort de Lumumba. Expulsée ensuite du Congo, elle s’éteint dans l’anonymat en 1986 à Paris45. On reconnaît ce parcours dans l’intrigue du Lys et le flamboyant. Cependant le personnage tourne à la légende motivée par son ubiquité et l’indifférenciation presque miraculeuse de sa couleur de peau46. Simone Fragonard alias Kolélé laisse à la postérité une chanson, « Le lys et le flamboyant », fredonnée dans le monde entier. Le roman lui doit son titre. L’incipit en fait un chant funèbre dans une ferveur œcuménique lors de l’enterrement de son auteur, au Congo. Au mitan du récit cet air est écouté par le narrateur à Paris. À l’explicit, ce chant devient, au-delà de la typisation et de la limite nationale, non seulement un facteur d’identification et de cohésion pour les Congolais, mais il transcende toutes les chansons du livre pour prendre une dimension universelle47.

 

30Ainsi, la clausule des Cloches de Bâle qu’Aragon a voulu ouverte sur Le Monde réel inaugure, quelque quarante ans plus tard, un itinéraire littéraire autre. Du coup, la question qu’Aragon posait dans la postface des Beaux quartiers trouve en l’œuvre de Lopes un prolongement inattendu :

  • 48 Aragon, « La suite dans les idées », préface des Beaux Quartiers, OR Pléiade, t. II, 2000, p. 45.

Pour qui écrivons-nous que nous ne verrons pas, qui ne nous posera plus de question, qui nous lira derrière des verres dune matière encore non inventée, sous les commentaires monstrueux de la nouvelle ignorance, pour qui écrivons-nous nos hiéroglyphes […] pour qui écrivons-nous ?48

31Nul doute que, dans la fréquentation de l’œuvre aragonienne, Henri Lopes ait entendu cette protestation. Comme Aragon, il offre certes un roman familial qui s’origine dans l’absence du père mais il use différemment de la force d’une éducation matrifocale en proposant de nombreux pilotis, hommes ou femmes de « bana wa makungu ». De ces personnes de « père inconnu » émerge la figure, non du militant communiste congolais, mais celle du métis à qui Lopes, métis lui-même, semble inventer des possibles narratifs. Le mélange propre au métissage est alors récupéré par le genre fourre-tout qu’est le roman. Cependant comme pour son modèle, c’est sur le terrain linguistique que le métissage se déploiera. Le « chant national » prendra alors pour Lopes la voie d’une écriture métisse qui a pour objectif de « congoliser le roman ». Par cette voix, comme pour la chanson congolaise, Lopes espère atteindre une forme d’universalité.

Notes

1 Tirthankar Chandar, Entretien avec Henri Lopes, « Oui, les livres peuvent révolutionner notre regard sur le monde », http://www.rfi.fr/culture/20120731-henri-lopes-oui-livres-peuventrevolutionner-notre-regard-le-monde-livres-litterature, page consultée le 17 décembre 2013. Dans un entretien antérieur, à propos du même roman, Lopes relève les faiblesses de ses premiers écrits et confie : « Le “mentir-vrai” du romancier relève du grand art ». Voir Tirthankar Chanda, http://www.rfi.fr/afrique/20120522-henri-lopes-le-mentir-vrai-romancier-releve-grand-art, 29 mai 2012, page consultée le 1er décembre 2013.

2 On se référera cependant, pour ne citer que celles-là, à quelques belles pages de Persécuteur persécuté, des Yeux et la mémoire ou encore du Roman inachevé dans lesquelles la question coloniale est envisagée à partir de l’exposition coloniale de 1931 ou de l’hommage rendu aux hommes de couleur engagés dans la grande guerre. On consultera également Corinne Grenouillet, « Soldats africains et question coloniale dans l’œuvre d’Aragon », Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet no 13, p. 59-79.

3 André-Patient Bokiba et Antoine Yila (dir), Henri Lopes : une écriture denracinement et duniversalité, L’Harmattan, 2002. Voir la biographie proposée en fin d’ouvrage par Apollinaire Singon-Bassela, p. 256.

4 Ce rapprochement est sommaire car, en réalité, Henri Lopes, issu de deux parents métis qui furent, semble-t-il, mariés, n’a rien d’un bâtard. On verra cependant en aval que le roman des origines prend appui sur la question de l’identité problématique du métis des colonies. Elle rencontre alors celle de la bâtardise. Quant à Aragon, la nouvelle « Le Mentir-vrai » reviendra sur le drame du mensonge familial qui reposa longtemps sur l’identité du vrai père d’Aragon. Déjà, un poème comme « Le mot » dévoilait les secrets de la naissance du poète.

5 Henri Lopes a écrit plusieurs poèmes qui, malheureusement, n’ont pu être réunis en un volume. Cinq nous sont parvenus grâce à l’anthologie de J.-B. Tati-Loutard, Anthologie de la littérature congolaise dexpression française, éd. Clé, Yaoundé, 1977. Ce sont « Du Côté du Katanga » (1961) composé à la suite de l’assassinat de Patrice Lumumba, « Révolte » (1962), « Vous qui pleuriez » (1963), « Le Mulâtre » (1963), « Avec le vent » (1963). Rappelons encore que Lopes, alors ministre de l’éducation nationale en 1970, écrit « Les Trois Glorieuses » en hommage aux trois journées insurrectionnelles (comme en 1830 en France) qui secouèrent le Congo les 13, 14, 15 août 1963. Utilisé comme hymne national de 1970 à 1991, il est remplacé par le premier hymne écrit au début de l’indépendance.

6 Romuald Fonkoua, Aimé Césaire (1913-2008), Perrin, 2010. Voir également Marc Vincent Howlett et Romuald Fonkoua « La Maison Présence Africaine », Présence africaine : Les Conditions noires, une généalogie des discours, Gradhiva, no 10, coordonné et présenté par Sarah Frioux-Salgas, Musée du Quai Branly, 2009, p. 106-133.

7 Après avoir salué en 1954 l’Antillais Gilbert Gratiant « poète parmi tant dautres qui traduisent à leur façon la pensée nationale, le chant profond de notre pays », Aragon applaudit à la modernité de Mohamed Dib, invite Kateb Yacine, se satisfait moins d’une écriture « à leur façon ». Voir Anne Douaire-Banny, « “Rimes, toute une saison, loin des mares”. Enjeux d’un débat sur la poésie nationale », pierre.campion2.free.fr/douaire_depestre&cesaire.htm, 20 mai 2011, page consultée le 17 décembre 2013. On pourra consulter aussi « Mohammed Dib poète », L ΌΡ 2, t. 6, p. 331-335 ; Michel Murat, « Aragon, la rime et la nation », Romanic Review, janvier-mars 2001, vol. 92.

8 Daniel Bougnoux, Introduction, OR Pléiade, t. IV, 2008, p. XIX-XX.

9 Entretien avec Henri Lopes, écrivain, ambassadeur du Congo en France, Revue Parlements et francophonie, no 31, novembre 2012.

10 Aragon, Les Cloches de Bâle. OR Pléiade, t. 1, 1997, p. 1001.

11 Henri Lopes, La Nouvelle romance, Yaoundé, éd. Clé, 1976. Rappelons que l’hymne à la foule est reproduit dans une toile du même nom et peinte par la narratrice Marie-Ève, artiste peintre, dans Sur lautre rive.

12 « Jimagine quil y aura pas mal de gens pour hausser les épaules. Quest-ce que cest quun homme qui doit se justifier devant une femme ? ». Préface des Cloches de Bâle, op. cit., p. 697.

13 Revenant sur la célèbre formule de Senghor dans Liberté I, « Lémotion est nègre comme la raison hellène », Marcien Towa conteste la négritude en démontrant l’inféodation du Nègre au Blanc et une forme de servitude pérenne de ce dernier. Quant à Wolé Soyinka, sa formule célèbre « Le tigre ne proclame pas sa tigritude, il saute sur sa proie et la dévore », prononcée en 1962 lors d’une conférence à l’université Makerere en Ouganda, dénonce le risque d’un enfermement dans les idéaux de la négritude. Voir Marcien Towa, Léopold Sédar Senghor, Négritude ou Servitude, éd. Clé, Yaoundé, 1971.

14 À comparer avec celui des Cloches de Bâle ; voir Corinne Grenouillet, « Catherine ou le féminisme, roman. La représentation du féminisme dans Les Cloches de Bâle d’Aragon », Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, no 8, 2002, p. 117-137.

15 Pierre Soubias, « Le Roman et la romance : thématique du chant chez Henri Lopes », Afrique, musiques et écritures, Les Carnets du Cerpanac, Université de Montpellier III no 1 2001.

16 Nom donné à la courtisane qui pratique librement la prostitution.

17 Consulter à ce propos, Jean Ziegler, Sociologie de la nouvelle Afrique, Gallimard, 1964. On se penchera principalement sur le chapitre 4 de la première partie « L’absence d’un prolétariat africain », p. 37-49.

18 Le titre de la partie qui suit, « Donner à lire », est empruntée à Aragon dans Jabats mon jeu (1959), Stock, 1997. Il s’agit de l’intitulé d’un discours prononcé le 13 décembre 1958 lors de l’inauguration de la Bibliothèque municipale de Stains. Lopes a désarmé plus d’un intervieweur sur le temps de la lecture et de l’écriture avec l’emploi du temps chargé qui est le sien. Écrire, dit-il, c’est comme l’amour, c’est se mettre en retrait pour le pratiquer. Un passage traduit clairement cette situation qui n’est toutefois pas exempte d’ironie : « On me prenait pour une écervelée quand je tentais dexpliquer que lartiste est un prophète qui a besoin de silence et disolement pour recevoir linspiration divine » (Henri Lopes, Sur lautre rive, Seuil, 1992, p. 218). On comprend que l’acte créateur ici symbolisé par le thème de la cachette puisse représenter un acte asocial. On est là à l’opposé du communautarisme de la tribu. Il n’est peut-être pas superflu de souligner que Lopes, alors ministre de l’Éducation nationale, fut le parolier de « Ata Ozali », véritable chant rassembleur autour des idéaux du parti, écrit en 1970 dans le cadre de la lutte contre le tribalisme au Congo.

19 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, p. 59-60.

20 Henri Lopes, Une enfant de Poto-Poto, Gallimard, « Continents Noirs », 2012, p. 34.

21 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 83-84.

22 Henri Lopes, Sur lautre rive, Seuil, 1992, p. 182.

23 Ibid., p. 196.

24 Ibid., p. 206.

25 Voir l’étude de Pierre Soubias dont je trouve quelques conclusions un peu sévères. « Le Roman et la romance : thématique du chant chez Henri Lopes », op. cit., p. 147-161. Malgré l’excellente typologie des chants élaborée par le critiqué, l’impasse dans laquelle, selon lui, échoue la narration souvent relaxée par le chant est sujette à discussion. Lopes ne revendique pas l’aide du chant pour dépasser ce que la narration ne peut exprimer comme le fit Aragon pour la prose et le vers. Le chant lopésien associé à la danse ou à l’érotisme est un véritable facteur d’identification du nègre.

26 Nathalie Piégay-Gros, Aragon et la chanson. La romance inachevée, Textuel, 2007, p. 51.

27 Histoire que la fiction lopésienne ne fait qu’effleurer malgré la virulence mêlée d’ironie d’un roman comme Le Pleurer-rire (Dakar, Paris, Présence Africaine, coll. « Écrits », 1982) qui fait la satire des dictatures africaines.

28 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 75.

29 Henri Lopes, La Nouvelle Romance, op. cit., p. 127-128.

30 Henri Lopes, Ma Grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois, Gallimard, « Continents Noirs », 2003, p. 59-61.

31 Roselyne Collinet-Waller, Aragon et le père, romans, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 9.

32 Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, Seuil, 1997. Voir tout le chapitre neuf de l’ouvrage qui traite, avec humour et ironie mêlés, la question du « bana wa makungu », l’enfant né de « père inconnu ». On reconnaît dans ce passage les thèses constitutives de la critique virulente des pratiques coloniales dénoncées par Albert Londres dans Terre débène, Albin Michel, 1929, p. 68.

33 Entretien avec Arliette Armel, Page des Libraires, no 53, octobre 1998, p. 54, cité par Gueyes Troh Léontine, Approche psychocritique de lœuvre littéraire dHenri Lopes, thèse en cotutelle de doctorat en littérature comparée, sous la direction de Papa Samba Diop et Gérard Dago Lezou, soutenue à l’Université de Paris XII, 2005.

34 Interview d’Henri Lopes par Wanda Nicot pour l’émission Évasion littéraire, ACI TV, 12 mars 2012, http://www.dailymotion.com/video/xpe8ol_evasion-litteraire-avec-henri-lopes-acitv_news, page consultée le 29 décembre 2013.

35 Roselyne Collinet-Waller, op. cit. Voir le chapitre « On ne sait pas tout l’infini qui tient dans le nom propre », p. 181-200. Soulignons à propos de Lopes que le nom de la mère, « Vulturi », relève d’un leurre. Il y a fort probablement du mensonge dans cette identité construite peut-être sur le tard. L’arbre généalogique de la lignée maternelle qui comporte des trous précise que le nom d’origine de la mère est Voultouri. Les béances sont encore plus importantes du côté du père. L’arbre généalogique de Jean-Marie Lopes n’indique, pour seule filiation, qu’Henri Lopes.

36 « À Paris, Henri Lopes ouvre une série de conférences sur le thème du métissage », Les Dépêches de Brazzaville, 29 septembre 2008.

37 Ce souci d’universalité est ici revendiqué : « Moi je dis carrément, sans honte et sans fausse modestie : jécris pour le monde entier. » Voir « Le territoire d’Henri Lopes », Littérature congolaise, Notre Librairie, no 92-93, mars-mai, 1988, p. 130.

38 Ce glissement du regard crée de graves confusions. Comme dans la pratique du « mentirvrai » le narrateur lopésien oblitère le métissage de la deuxième génération, certains critiques croient que Lopes est issu d’un métissage « primaire ». L’interprétation des textes s’en trouve altérée. Or, aucune des fictions sur les personnages de « père inconnu » ne renvoie à Henri Lopes, ce dernier n’étant pas un « bana wa makungu ».

39 Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, op. cit., p. 48 et suivantes.

40 Entretien avec Arliette Armel, cité par Léontine Gueyes Troh, op. cit., p. 54.

41 Le Congo Brazzaville est coutumier de coups d’État sanglants depuis les indépendances (1964, 1968, 1977, 1979).

42 On peut ici risquer une comparaison avec Aragon obligé, devant l’infléchissement de l’Histoire, de réécrire Les Communistes et même de réinventer la matière romanesque à partir des années cinquante à la suite des révélations du rapport Khrouchtchev. Du côté de Lopes, on est sensible dès Le Pleurer-rire à une forme de distance vis-à-vis du politique qui se manifeste à travers humour, sarcasme, ironie, burlesque.

43 Des réserves toutefois pour Une enfant de Poto-Poto dont la narratrice, Kimia, est noire. Mais son mentor, le professeur Franceschini, est métis.

44 Jean Mac Kellar, My Country, Africa : Autobiography of the black Pasionaria Andrée Blouin, Praeger, New York, 1981

45 Lire la biographie de Jean Mac Kellar, My Country, Africa : Autobiography of the black Pasionaria Andrée Blouin, op. cit. Et André Lewin, Ahmed Sékou Touré (1922-1984), t. 4 (1960-1962), L’Harmattan, 2009. Voir les notes p. 110-111.

46 Dans l’hebdomadaire Etumba, « Kolélé est présentée en Congolaise typique, Noire bon teint ». Henri Lopes, Le Lys et le flamboyant, op. cit., p. 11.

47 A.-P. Bokiba et A. Yila (dir), Henri Lopes : une écriture denracinement et duniversalité, L’Harmattan, 2002. Dans plusieurs entretiens, Lopes rappelle le caractère fédérateur de la chanson congolaise, principalement le « Zaïco ». Pour illustration, le lecteur consultera également l’entretien réalisé par Viola Prüschenk et dans lequel Lopes reconnaît à la musique africaine d’être non seulement « la bande sonore » de ses livres mais de posséder aussi un pouvoir magique d’unification. « La musique, cest la bande sonore de mes livres. » Entretien avec Henri Lopes, Berlin, 15 septembre 2006, Stichproben. Wiener Zeitschrift für kritische Afrikastudien, no 17, 2009, 9 Jg., p. 127-135.

48 Aragon, « La suite dans les idées », préface des Beaux Quartiers, OR Pléiade, t. II, 2000, p. 45.

Auteur

Université Félix Houphouet Boigny, Abidjan

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search