Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°15

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Erwan Caulet
, 
Patricia Principalli

Réception internationale

Une lecture de La Semaine sainte au Japon

Michel de Boissieu

Résumé

Le critique littéraire japonais Inada Sankichi consacre un chapitre de ses Recherches sur Aragon à l’analyse de La Semaine sainte. Il y traite surtout de quatre thèmes : le rôle de l’imagination dans la conception d’un roman historique, le caractère autobiographique du récit, le personnage de Géricault et l’évolution psychologique qui le conduit à prendre sa décision finale, les rapports entre le passé et l’avenir ainsi que les leçons transmises par une génération aux suivantes. Ces thèmes rappellent tous de célèbres controverses littéraires ou politiques du Japon moderne et contemporain. Si elle ne renouvelle pas l’interprétation de La Semaine sainte, l’étude d’Inada a donc le mérite de rendre ce roman français familier au public japonais.

Texte intégral

  • 1 Voir Inada Sankichi « De l’influence des œuvres d’Aragon sur la culture du Japon d’aprèsguerre », d (...)
  • 2 Conformément à l’usage japonais, le prénom suit le nom. Inada Sankichi, Aragon kenkyû [Recherches s (...)
  • 3 Inada Sankichi a également publié, en 1993 et alors même que le roman n’avait pas été traduit en ja (...)

1Aragon est un écrivain peu étudié au Japon. Quelques critiques se sont certes intéressés à sa poésie, mais son œuvre romanesque reste négligée par les chercheurs quoique consciencieusement traduite1. Cette indifférence rend d’autant plus dignes d’attention les Recherches sur Aragon publiées en 1986 par Inada Sankichi2, alors professeur à la prestigieuse université de Waseda. Inada, l’un des rares spécialistes japonais d’Aragon, précise dans le sous-titre de son ouvrage qu’il a pour but de révéler « les transformations du réalisme » mises en œuvre dans les romans de l’écrivain. Le livre est divisé en quatre parties. La première consiste en une biographie d’Aragon. Les trois suivantes délimitent trois périodes dans la carrière du romancier : ses débuts dadaïstes et surréalistes, sa maturité, ses « dernières années ». Inada y commente successivement les romans d’Aragon, à raison d’un chapitre par roman3. Or le thème du réalisme, mis en évidence par le sous-titre du livre, apparaît peu dans ces commentaires. Il est surtout traité dans les introductions et les conclusions de chaque partie, manifestement rajoutées après coup pour donner une cohérence à l’étude. En fin de compte, chaque chapitre peut se lire indépendamment des autres. C’est qu’au Japon, un ouvrage de critique littéraire est rarement conçu comme un tout, avec un début, un milieu et une fin, mais plutôt comme une somme d’articles, d’exposés, de notes de cours. Le chercheur classe ses travaux, leur ajoute une introduction et une conclusion, rédige des transitions entre les parties, et donne un titre à l’ensemble. Les Recherches sur Aragon, publiées alors qu’Inada avait soixante et un ans, relèvent de cette façon de faire. Le but de ce livre n’est donc pas de proposer à des spécialistes une nouvelle interprétation du réalisme d’Aragon. Inada s’adresse manifestement au public cultivé de son pays, dans l’intention de lui présenter les romans d’un écrivain surtout renommé pour sa poésie.

  • 4 Aragon, La Semaine sainte, Gallimard, 1958. Traduction japonaise en deux volumes par Kojima Terumas (...)

2Le but de cet article est de rendre compte du chapitre consacré par Inada à La Semaine sainte4. Il s’agit du premier chapitre de la quatrième partie, consacrée aux « dernières années » de la carrière du romancier, qui vont pour Inada de la publication de La Semaine sainte en 1958 à la refonte des Communistes en 1965. La lecture de ce chapitre permet de mettre en évidence quatre thèmes principaux dans le commentaire d’Inada : le rôle de l’imagination dans le roman historique, la question du « roman personnel », l’évolution des personnages, les rapports entre le passé et l’avenir.

Le rôle de l’imagination

3Le chapitre consacré par Inada à La Semaine sainte commence par un bref résumé de l’action du roman. La question du genre de l’œuvre se trouve posée tout de suite après. Inada affirme ainsi que La Semaine sainte « a lapparence dun roman historique » : l’auteur n’aurait même « commis aucune erreur » dans la description des lieux ou des personnages (p. 458). Cependant, Aragon fait précéder son récit d’un avertissement dans lequel il précise : « Ceci nest pas un roman historique » (p. 459). Inada cherche à donner un sens à cette dénégation, par laquelle Aragon revendique ce qu’il appelle « les droits imprescriptibles de limagination » (p. 459). Prise au pied de la lettre, elle pourrait signifier que les personnages du roman sont des « créations de limagination », que c’est « pur hasard » s’ils portent le nom de personnages ayant réellement existé, comme Géricault ou le comte d’Artois (p. 459). Plus vraisemblablement, elle semble vouloir dire que l’auteur ne souhaite pas que son lecteur compare ses personnages à leurs modèles historiques, car il les a créés « en usant librement de son imagination » : dans un « cadre historique donné », il a « librement laissé travailler son imagination » pour « dépeindre la France de la semaine sainte en 1815 » (p. 459). Pour expliquer ce qu’il veut dire, Inada cite ensuite un extrait de LAuteur parle de son livre où Aragon développe sa conception du personnage historique, « qui, certes, na pas toujours pensé telle chose, à tel moment, mais, après tout, aurait pu » (p. 460). Pour Inada, « la valeur essentielle » de La Semaine sainte réside dans les parties qu’Aragon « aurait pu rédiger au conditionnel », comme celles où il imagine les « pensées » ou le « comportement » de Géricault (p. 460-461).

4Comment expliquer l’importance attachée par Inada à la question du rôle de l’imagination dans La Semaine sainte ? Certes, Aragon attire lui-même l’attention du lecteur sur cette question dans l’avertissement paradoxal qui précède son récit, mais il y a sans doute une autre raison. Les problèmes posés par l’usage de l’imagination dans le roman historique sont en effet la source de l’une des controverses littéraires les plus durables et les plus acharnées du Japon moderne et contemporain. Cette controverse remonte à 1915 et au célèbre essai Rekishi sono mama to rekishi banare (Histoire telle quelle ou loin de l’histoire), où Mori Ôgai, l’un des pères fondateurs de la littérature japonaise moderne, répond à ses critiques en justifiant les principes qu’il suit pour composer ses romans historiques. La polémique prend une vigueur accrue après la Seconde Guerre mondiale, quand l’écrivain Ôoka Shôhei critique avec férocité les récits historiques d’Ôgai et d’Inoue Yasushi, en leur reprochant d’abuser de leur imagination et de travestir l’histoire. Elle se poursuit dans les années 1970, quand la gauche japonaise attaque avec violence Shiba Ryôtarô, le plus populaire des auteurs de romans historiques : elle lui reproche de répandre une vision mythique de l’histoire du Japon moderne, propre à consolider les mensonges sur lesquels reposent le nationalisme et l’impérialisme. La permanence de ces polémiques au long du vingtième siècle, l’âpreté de leur ton, leurs implications politiques, permettent sans doute de comprendre pourquoi Inada attache autant d’importance à l’avertissement d’Aragon et au rôle de l’imagination dans La Semaine sainte.

La question du « roman personnel »

5Inada poursuit son étude du rôle de l’imagination dans La Semaine sainte en prenant l’exemple du dixième chapitre, « La nuit des arbrisseaux », où Géricault observe d’une cachette une réunion clandestine de républicains. Il cite les mots d’Aragon : « Parce quenfin tout ceci, ce nest pas la vie de Théodore, cest la mienne, ne la reconnaissez-vous pas ? Rien de tout cela na pu se passer en 1815, voyons » (p. 462). Selon Inada, presque tout ce que le personnage portant le nom de Géricault « ressent, pense, décide, fait », repose sur « lexpérience dAragon » (p. 462). Autrement dit, « en empruntant laspect de Théodore Géricault, Aragon parle de lui-même » (p. 462). En ce sens, « sous lapparence dun roman historique », La Semaine sainte est en réalité le « roman personnel dAragon lui-même » (p. 462).

  • 5 On trouvera une bonne analyse du « roman personnel » dans : Irmela Hijiya-Kirschnereit, Rituals of (...)

6L’expression « roman personnel » (shi shôsetsu)5 ne peut manquer de retenir l’attention. Elle désigne un type précis de récit autobiographique, apparu au Japon dans les premières années du vingtième siècle, et devenu l’un des genres dominants de la littérature japonaise entre les deux guerres mondiales. Les principales conventions du genre sont les suivantes : récit fait à la première personne, fusion du narrateur et de l’auteur, strict respect de l’ordre chronologique, absence de commentaire rétrospectif et donc d’alternance entre récit et discours, attachement exclusif aux petits faits quotidiens, aux joies et aux peines de la vie intime ou professionnelle, refus de la peinture sociale ou de l’analyse politique.

7Dans ces conditions, on peut se demander ce que signifie le choix de l’expression « roman personnel » par Inada. Les caractéristiques du genre semblent en effet exclure tout rapprochement avec La Semaine sainte. En outre, la langue japonaise dispose d’un terme qui permet d’indiquer le caractère autobiographique d’un récit sans parler de « roman personnel ». Si Inada utilise cette formule tout en sachant qu’en toute rigueur elle ne convient pas, c’est peut-être simplement parce que le « roman personnel » est la forme de récit autobiographique la plus familière aux Japonais. Il y a cependant quelque chose de provocant dans l’emploi de l’expression. Ici encore, il faut mentionner une controverse célèbre de l’histoire littéraire japonaise. Après la Seconde Guerre mondiale est apparue une nouvelle génération d’écrivains qui ont pour beaucoup rejeté le genre du « roman personnel ». Ils lui reprochaient entre autres l’étroitesse de son cadre, son repli sur la vie intime, son indifférence aux réalités sociales et politiques. Au « roman personnel » tellement en vogue avant la guerre, ils ont donc opposé une autre forme de récit autobiographique, où le compte rendu de l’expérience s’articule à une peinture sociale et à une analyse politique. En caractérisant de façon un peu provocante le roman historique d’Aragon comme un « roman personnel », Inada rappelle donc implicitement cette polémique à son lecteur, à une époque où elle redevenait d’actualité. En effet, après la floraison d’écrivains engagés des trois premières décennies d’après-guerre, les années 1980 ont vu au Japon le retour en force de la littérature intimiste et du « roman personnel ».

L’évolution des personnages

8L’exemple de « La nuit des arbrisseaux » donne aussi l’occasion à Inada de développer le troisième thème de son étude. Il indique que la nuit de Poix change la vie de Géricault, qu’elle détermine le choix décisif qu’il fait à la fin du roman : cette épreuve serait « le vrai thème » de l’œuvre (p. 465). Inada définit plus précisément ce thème comme celui du « développement dialectique de lhomme, qui mène à la vérité » (p. 465), et cite des extraits de LHomme communiste et d’Il faut appeler les choses par leur nom où Aragon s’explique sur ce point. Le premier de ces deux ouvrages évoque le « drame » (p. 465) du bourgeois passé dans le camp du prolétariat. Le second postule de façon plus générale que la « vérité » (p. 466) n’est pas innée mais s’acquiert par l’expérience, à travers les doutes et les erreurs. Selon Inada, Aragon conçoit ainsi l’homme comme un être « qui change de multiples façons » (p. 467), et sur lequel il est donc impossible de porter un jugement définitif à un moment donné. Cette « attitude généreuse » (p. 467) de l’écrivain se retrouve dans le traitement des personnages historiques de La Semaine sainte. Aragon, loin de s’attacher aux jugements reçus sur ses héros, essaie de révéler leurs potentialités secrètes, ou le « futur quils portaient peut-être caché en eux » (p. 467).

9Bien entendu, Inada ne manque pas de souligner le rapport qu’il y a entre cette conception des personnages et la propre vie d’Aragon, puisqu’il insiste sur le caractère autobiographique du roman. Il rappelle donc que l’écrivain a « quitté le camp surréaliste » (p. 466) pour le parti communiste, ou encore les doutes qui l’ont assailli lors de la déstalinisation, pour donner une idée de son « drame » personnel et des évolutions qui ont marqué sa vie.

10Cependant, ici encore, le thème mis en évidence par Inada est de nature à faire vibrer une corde sensible chez son lecteur japonais. En effet, l’histoire de la gauche et notamment des communistes a connu au Japon plus encore qu’en France des retournements dramatiques : conversion massive aux idéaux nationalistes et impérialistes dans les années 1930, retour en bloc aux valeurs démocratiques en 1945, déchirement entre les partisans de l’Union soviétique et ceux de la Chine par la suite. Ces remises en question radicales, accompagnant des bouleversements politiques d’une grande violence, ont longtemps constitué l’un des principaux éléments du paysage intellectuel japonais, et leur souvenir était encore très vivace en 1986, quand ont été publiées les Recherches sur Aragon. Il est donc compréhensible qu’Inada attache autant d’importance à l’évolution des personnages de La Semaine sainte.

Le passé et l’avenir

11Après avoir indiqué que La Semaine sainte révèle « le futur » que ses personnages portent en eux, Inada se demande pourquoi ce récit du passé s’attache autant à « raconter lavenir » (p. 467). Il donne deux réponses à cette question.

12La première consiste en une citation de la fin du roman. Aragon, arrivé à l’âge de soixante et un ans, avoue qu’il « achève sa trajectoire » dans le monde et ressent le besoin de rechercher « ce printemps des cimetières quon appelle lavenir » (p. 468). L’importance du thème de l’avenir s’expliquerait donc d’abord par une raison à la fois biographique et psychologique : pour Inada, un vieillard qui sent la fin approcher éprouve naturellement le besoin d’exprimer son « attente dun avenir radieux » (p. 468).

13La seconde raison, d’ordre littéraire, est plus intéressante. Elle constitue en effet le seul élément du chapitre qui soit en relation directe avec le « réalisme » mentionné dans le sous-titre du livre. Si Aragon insère dans son roman le récit de « divers événements quil a lui-même vécus au vingtième siècle » (p. 462), rappelle Inada, ce n’est pas nouveau. Dans Les Cloches de Bâle, déjà, il avait raconté des choses à venir d’un point de vue passé : il s’agit pour Aragon d’un procédé constitutif du « réalisme socialiste » (p. 463). Inada développe ses explications sur le réalisme d’Aragon en commentant ce que dit l’écrivain des rapports entre Les Communistes et La Semaine sainte dans Il faut appeler les choses par leur nom. Selon lui, ce sont les expériences faites par Aragon au cours des deux guerres mondiales qui lui ont permis de décrire la guerre « de façon réelle » dans Les Communistes, et c’est la rédaction des Communistes qui lui a permis ensuite de composer La Semaine sainte, « dont laction se déroule aussi dans le nord de la France » (p. 470). Éclairer l’avenir par le passé, et reconstituer le passé à l’aide de l’avenir : tels seraient donc les deux exigences du réalisme d’Aragon.

14Une fois encore, cependant, le thème traité par Inada correspond aussi à une vive préoccupation des intellectuels japonais de sa génération. Le va-etvient entre le passé et l’avenir constitue en effet l’un des procédés favoris des écrivains d’après-guerre. Mishima Yukio dans La Mer de fertilité, Maruya Saiichi dans Sasa makura (Voyage), Ôe Kenzaburô dans Le Jeu du siècle, pour ne citer qu’eux, ont ainsi cherché à mettre en évidence les liens qui unissent les événements les plus récents de leur histoire aux périodes plus anciennes du Japon moderne et contemporain. L’exigence de cette recherche était plus impérieuse que jamais quand Inada a publié ses Recherches sur Aragon, en 1986. Sa génération, la dernière à avoir fait la guerre, arrivait alors à l’âge de la retraite et laissait la conduite des affaires à de plus jeunes, qui n’avaient ni son expérience ni sa mémoire, à une époque de renouveau nationaliste au Japon et de tension internationale accrue. Inada, qui avait le même âge qu’Aragon au moment de la publication de La Semaine sainte, sentait peut-être lui aussi qu’il achevait sa « trajectoire » et qu’il était urgent d’éclairer le chemin de l’avenir à la lumière du passé pour les générations suivantes.

15En fin de compte, le commentaire de La Semaine sainte par Inada ne révèle rien aux bons connaisseurs de l’ouvrage, puisque chacun des quatre thèmes qu’il traite a déjà été mis en évidence par Aragon lui-même. Le professeur de Waseda, s’il ne propose aucun aperçu original sur l’œuvre, la rend cependant accessible au public de son pays. Les principaux thèmes de son étude sont en effet révélateurs de certaines des préoccupations les plus vives des intellectuels japonais de sa génération. En montrant qu’elles sont partagées par Aragon, Inada rend l’écrivain français plus proche des lecteurs japonais, et peut ainsi susciter en eux le désir de découvrir son roman.

Notes

1 Voir Inada Sankichi « De l’influence des œuvres d’Aragon sur la culture du Japon d’aprèsguerre », dans Aragon, Elsa Triolet et les cultures étrangères, sous la dir. d’Andrew Macanulty, Presses Universitaires Franc-Comtoises, 2000, p. 77-86. L’auteur y dresse la liste chronologique des traductions en japonais des œuvres d’Aragon entre 1951 et 1999.

2 Conformément à l’usage japonais, le prénom suit le nom. Inada Sankichi, Aragon kenkyû [Recherches sur Aragon], Tôkyô, Hakusuisha, 1986. Les références entre parenthèses dans le texte renverront à cette édition.

3 Inada Sankichi a également publié, en 1993 et alors même que le roman n’avait pas été traduit en japonais, une étude consacrée à Blanche ou loubli : « Sur les œuvres d’Aragon dans ses dernières années (4) » (Waseda University, Series of Foreign Languages & Literatures, Vol. 41, February, 1993, p. 27-43).

4 Aragon, La Semaine sainte, Gallimard, 1958. Traduction japonaise en deux volumes par Kojima Terumasa, Tôkyô, Heibonsha, 1963.

5 On trouvera une bonne analyse du « roman personnel » dans : Irmela Hijiya-Kirschnereit, Rituals of self-revelation : Shishosetsu as literary genre and socio-cultural phenomenon, Cambridge, Massachusetts, Harvard Univ. Press, 1996.

Auteur

Université de Yamaguchi, Japon

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search