Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Table ronde des témoins

Aragon et son journal

Pierre Daix

Texte intégral

  • 1 Pierre Daix, Les Lettres françaises, Jalons pour lhistoire dun journal 1941-1972, Tallandier, 200 (...)

1Comme je l’ai retracé, à grands traits, dans mon livre de 2004, Les Lettres françaises, Jalons pour lhistoire dun journal (1941-1972)1, la Libération avait d’abord mis Aragon, du fait de difficultés avec le Parti communiste, à l’écart des Lettres françaises redevenues légales. Elles étaient dirigées par Claude Morgan qui les avait reprises dans la clandestinité en 1942 après l’arrestation et l’exécution de Jacques Decour. Aragon n’y intervient guère alors que par le biais du Comité national des écrivains, notamment lors de l’éviction de Jean Paulhan, fondateur avec Decour du journal clandestin.

2C’est la faillite, à l’automne 1947, qui provoqua la reprise directe par le Parti communiste de l’hebdomadaire, où je fus parachuté comme rédacteur en chef. Il y eut, dès lors, en fait, deux réunions de rédaction. La première, clandestine, chez Aragon rue de la Sourdière, entre lui et moi. La seconde au journal, où je faisais prévaloir ce que nous avions arrêté. Ce système bancal était aggravé par la répression du parti qui exclut certains collaborateurs pour des affaires remontant à la Résistance.

3Dans la période qui suit, jusqu’en 1952, l’influence d’Aragon reste réduite, même s’il intervient par des articles-clés tels ceux où il parle en 1948 de Barrès et met en avant Stendhal, contre le culte de Balzac dans le Parti communiste. En peinture, il ne se démarque pas et soutient, comme on sait, Fougeron et un réalisme socialiste, ce qui s’épanouira quand je quitterai Les Lettres françaises pour Ce soir en avril 1950. De toute façon alors, Aragon est bien trop pris par l’écriture de ses Communistes pour vraiment suivre l’hebdomadaire, d’autant que, depuis le décès de Jean-Richard Bloch en 1947, il est redevenu directeur de Ce soir.

  • 2 Pierre Daix, Avec Elsa Triolet 1945-1971, Gallimard, 2010.

4De sorte que son vrai règne comme directeur ne commence qu’en mars 1953, après la disparition de Ce soir qui me ramène comme rédacteur en chef aux Lettres françaises. Aragon n’a produit que deux numéros libres. Celui du début mars et celui de la mort de Staline avec le portrait par Picasso. Le scandale, la condamnation par le Parti communiste avaient fait fuir les lecteurs et il a fallu, pendant des mois, reconstruire notre audience, rouvrir peu à peu le journal à la nouvelle période marquée par le tournant dans les sciences humaines avec Braudel et Lévi-Strauss, en littérature avec la sortie hors de la littérature engagée et le « Nouveau roman ». Comme je l’ai mis en évidence dans mon livre Avec Elsa Triolet2, Elsa a joué dans cette reconquête un rôle de premier plan.

5C’est ce qui a permis aux Lettres françaises de sortir de la nouvelle crise qui allait les atteindre de plein fouet, comme le Comité national des écrivains, avec l’invasion de la Hongrie qui contraignit à abandonner la vente annuelle en 1956, Après la publication chez Gallimard du Roman inachevé par Aragon, nous avons en effet publié en feuilleton Le Monument d’Elsa Triolet, roman qui parachevait ce dépassement de la déstalinisation par l’art. C’est, de même, le succès de La Semaine sainte qui acheva de rétablir la situation du journal dans la nouvelle période ouverte par le retour du général de Gaulle au pouvoir.

6Je le souligne parce que la spécificité d’un hebdomadaire comme Les Lettres françaises a tenu aussi à des données hors de sa fabrication proprement dire, d’abord au développement de l’œuvre d’écrivain d’Elsa Triolet et d’Aragon, dans une autre mesure à mon intimité avec Picasso.

7J’en viens à l’essentiel du rôle d’Aragon. 11 faut l’avoir connu au marbre pour comprendre à quel point il avait le journalisme, le journalisme dans sa pratique matérielle, salissante, le marbre de l’ancien temps, quoi, dans ses gènes. Je renvoie au récit bien connu de sa complicité en 1923 avec Pierre Naville pour fabriquer La Révolution surréaliste. Au marbre des Lettres, il y avait en outre ses débats avec les correcteurs qui voulaient faire rentrer dans le moule le français d’Aragon, débats qui atteignaient parfois un niveau homérique. Aussi la science typographique d’Aragon pour les titres, science dont j’avais déjà eu un aperçu à Ce soir. Jusqu’au choix des caractères.

8L’informatique a détruit tout cela depuis vingt ans, d’abord le marbre, sa chaleur étouffante avec le mélange de plomb et d’antimoine en fusion dans les linotypes, mais aussi la communauté auteurs et ouvriers qui y régnait ; et on bazarde m’a-t-on dit de vieilles polices à l’Imprimerie nationale. Heureusement pour lui, Aragon n’en a rien connu. Mais, si l’on veut reconstituer son rôle aux Lettres françaises, quand on lit un de ses articles, il faut se mettre en tête qu’il « s’investissait totalement dans le produit », comme on dirait en notre XXIe siècle. Chaque numéro à quoi il participait était son enfant. Quand le Parti communiste lui a enlevé son journal, en juin 1972 – cela devait rester secret jusqu’à la fin d’octobre – je ne l’avais jamais vu, même le soir de la mort d’Elsa, aussi désemparé. Physiquement atteint. On lui arrachait un morceau de sa vie. De sa chair.

9Bernard Leuilliot dans sa remarquable édition des Chroniques d’Aragon jusqu’en 1942, pose la question : « Aragon polygraphe ? » Je ne crois pas le terme pertinent. Aragon au marbre vivait son écriture sur l’épreuve, comme tout ce qu’il projetait de lui sous sa plume. C’est bien pourquoi il a si mal vécu qu’on lui arrache son journal.

Notes

1 Pierre Daix, Les Lettres françaises, Jalons pour lhistoire dun journal 1941-1972, Tallandier, 2004.

2 Pierre Daix, Avec Elsa Triolet 1945-1971, Gallimard, 2010.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search