Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Table ronde des jeunes chercheurs

Le « temps traversé » contre un « argus » des poètes : une conception de l’histoire littéraire1

Josette Lefaure-Pintueles

Résumé

La critique littéraire qu’Aragon pratique dans son journal, Les Lettres françaises, articule toujours l’actualité et l’histoire littéraire. Aragon met en perspective la circonstance présente et la mémoire des œuvres, ce qui lui permet de relativiser la fortune littéraire des auteurs. On peut le saisir à partir de deux exemples : un article de 1948 sur la poésie et la référence récurrente au fil des ans, comme un jalon, à un roman de Joseph Delteil salué par les surréalistes, Sur le fleuve Amour.

Texte intégral

  • 1 NB : « Le temps traversé » est l’expression qu’emploie Aragon dans l’article des Lettres françaises(...)
  • 2 Désormais, LLF.

1Dans ses articles de critique littéraire des Lettres françaises2, Aragon instaure un rapport particulier au temps en articulant l’actualité et l’histoire littéraire. Conformément à ce que l’on attend d’un journal, il s’appuie sur une circonstance, telle que la parution d’un roman ou d’un recueil, ou encore l’intervention d’un autre critique, pour introduire une réflexion sur l’histoire littéraire elle-même. Il prend une sorte de recul lui permettant à la fois de réfuter ce qu’il considère comme des conceptions étroites et partisanes de la critique littéraire et de montrer de manière parfois didactique, parfois polémique, que l’histoire littéraire n’est pas purement linéaire, que les jugements d’une époque sont « sujets à révision » parce qu’ils relèvent parfois d’une mode et que la mémoire des œuvres est souvent trop courte.

2De cette méthode pour prendre du recul et relativiser certains jugements, on peut donner deux exemples à des périodes différentes : d’abord, un article de 1948, soit au début de la participation d’Aragon aux LF, avant qu’il n’en devienne directeur ; ensuite, le retour récurrent au fil des ans, dans LLF et ailleurs, de la référence à un roman de Joseph Delteil que les surréalistes avaient admiré.

I

3Après avoir tenu dans Europe, pendant l’année 1946 les Chroniques du bel canto, puis les Chroniques de la pluie et du beau temps, où il insiste sur l’historicité de toute poésie, Aragon semble mesurer la fortune littéraire de certains auteurs dans LLF.

  • 3 Il s’agit de l’édition de L’Œuvre poétique parue au Livre Club Diderot, entre 1974 et 1981, désorma (...)
  • 4 L’OP, Tome XI.

4On peut prendre l’exemple de l’article du 7 octobre 1948, qu’il inclut dans L’Œuvre poétique3, rassemblement de ses œuvres poétiques complètes, à la fin des années soixante-dix : « De Baudelaire, Germain Nouveau ou Rimbaud, qui est le plus grand poète ? »4.

5L’amorce de cet article est la critique de propos tenus par Jean Cassou – repris dans LLF –, qui considère Baudelaire comme l’inventeur de la poésie et Flaubert comme celui du roman. Aragon écarte vite la question du roman, affirmant qu’Antoine de la Salle et son « Petit Jehan de Saintré » sont pour lui les modèles du roman moderne : il semble se situer là dans la droite ligne de sa défense d’une littérature nationale puisant notamment ses sources dans la poésie médiévale, comme dans « La leçon de Ribérac », à la suite du Crèvecœur et des Yeux d’Elsa.

6Il veut surtout montrer dans cet article que « l’histoire de la poésie » n’est pas linéaire et qu’il n’y a pas de « table rase » possible. Pour étayer cette thèse, il propose à ses lecteurs un jeu qu’il oppose à ce qu’il désigne comme « ces petits jeux de société, antipoétiques par nature ». 11 s’agit d’établir un « argus » des poètes, comme il le dit ironiquement ; c’est-à-dire une cote ou un « classement » des auteurs, qui n’est pas sans rappeler les palmarès auxquels se livraient les surréalistes.

7Il demande au lecteur de comparer des vers qu’il choisit de manière à souligner les échos inattendus chez les poètes, notamment autour de la notion de comparaison ; par exemple, entre Agrippa d’Aubigné et Apollinaire.

8Il cite :

Une rose d’automne est plus qu’une autre exquise :
Vous avez parfumé l’automne de l’église...

9Et ce qu’il nomme « son reflet apollinarien » :

Les obus miaulaient un amour à mourir
Un amour qui se meurt est plus doux que les autres...

10Il rapproche ensuite des vers de poètes du XIXe siècle : Musset, Nerval, Rimbaud, Verlaine et Charles Cros. Il fait ainsi un clin d’œil implicite à l’anthologie publiée par Paul Éluard en 1947, aux Éditions du Sagittaire, Le Meilleur choix de poèmes est celui que l’on fait pour soi, 1818-1918.

  • 5 Poème tiré du Calepin du mendiant.

11Enfin, il en vient à son sujet réel – « Mais voici où je voulais en venir » – : un poème inédit de Germain Nouveau que Jules Mouquet publie dans le même numéro des LLF5 et qui, selon lui, réfute le « rimbaldisme ». Mouquet est un des deux éditeurs de Rimbaud dans la Bibliothèque de la Pléiade, salué par Aragon dans sa « Chronique du bel canto » de novembre 1946, et sera l’un des éditeurs des œuvres complètes de Germain Nouveau à la NRF en 1950.

12Aragon combat les préjugés idéologiques afin de défendre Germain Nouveau, non comme un « épigone » de Rimbaud, mais comme son égal. De manière polémique, il accuse les critiques catholiques de ne pas défendre Nouveau, qui est, lui, « vraiment catholique », pour mieux tirer à eux Rimbaud.

  • 6 Projet pour une histoire de la littérature contemporaine, présenté par Marc Dachy, Mercure de Franc (...)

13L’article d’Aragon invite donc à lire Germain Nouveau et à reconsidérer les auteurs tenus pour mineurs sans chercher à fabriquer un palmarès et sans préjugé quant à la définition de la poésie, ce qui est tout à fait dans la lignée des Chroniques du bel canto – par exemple, à propos du vers de Nerval, « Les grands arbres aux rameaux noirs... » en janvier 46 – et qui sera développé par la suite dans LLF. Notamment, lorsque Aragon parlera des avant-gardes, comme le Nouveau Roman ou Tel Quel, au nom d’une critique du goût. Ce qui relève aussi du recul que permet le « temps traversé » ; à commencer par l’expérience de Dada, dont il a dit très tôt que le mouvement « n’a pas sauvé le monde » – en 1922 et 23, dans le Projet d’histoire littéraire contemporaine écrit pour Jacques Doucet6 ; puis l’expérience du Surréalisme, mouvement qui s’« est classé ».

  • 7 LLF, 4 novembre 1948.

14C’est pourquoi, lorsqu’il reprend cet article au début d’une section de L ΌΡ intitulée « Les Lettres françaises », au tome XI – ou plutôt lorsque Jean Ristat le reprend, suivant ses consignes–, il l’insère malicieusement dans une série dont les titres sonnent comme une provocation lancée à la critique littéraire et aux lecteurs du journal : « De Baudelaire, Germain Nouveau ou Rimbaud, qui est le plus grand poète ? », « S’il faut choisir, je me dirai barrésien » et « Un inconnu au firmament poétique : place à Louis Rocher »7. Louis Rocher étant un jeune poète, mort de maladie en 1943, à 25 ans, dont la plaquette de poèmes est passée inaperçue, selon Aragon. Le défi se situe à trois niveaux : le jugement de valeur porté sur les œuvres, les partis pris idéologiques de la critique et la notion de fortune littéraire.

II

  • 8 Voir Aragon, Les Collages, Hermann, 1965, p. 9.

15Le deuxième exemple montrant comment Aragon refait périodiquement le point et mesure le « temps traversé » est celui de Joseph Delteil, qui lui sert de jalon ou de « témoin », au sens architectural du terme8.

  • 9 « Joseph Delteil : Sur le fleuve Amour », Paris-Journal, 30 mars 1923. L’Œuvre poétique, Tome II, p (...)

16L’enthousiasme premier des surréalistes pour le roman de Delteil, Sur le fleuve Amour, avait donné lieu à son éloge dans « Une année de romans », dans le Projet pour une histoire de la littérature contemporaine. On retrouve une mention de Delteil, aux côtés des surréalistes, en 1924, dans Une vague de rêves. Ensuite, Aragon consacre un article élogieux au même roman dans Paris-Journal9 ; mais après la publication par Delteil d’une Jeanne d’Arc, les surréalistes, et Aragon en particulier, se brouillent avec lui, ce qui donne lieu en 1925 à un échange d’articles avec le directeur des Nouvelles Littéraires, Maurice Martin du Gard.

17Dans un article important de 1959 dans LLF, « Savoir aimer », Aragon défend une critique du goût et évoque la fortune littéraire paradoxale de certains romans. Il compare la littérature aux maisons anciennes qui « se classent » et se réfère à Duchamp et à Picabia, qui prétendaient que les maisons deviennent belles au bout de 50 ans, à condition d’être encore debout, puis il livre ces réflexions qui semblent anticiper sur LΌΡ :

  • 10 « Savoir aimer », LLF, no 768 du 9 avril 1959, repris dans J’abats mon jeu, Éditeurs Français Réuni (...)

Dans une vie, on peut très bien se trouver en contradiction avec soi-même. Tenez vers 1925, je crois, j’ai été le théâtre d’un enthousiasme extraordinaire à la lecture d’un roman. C’était Sur le fleuve Amour de Joseph Delteil. Qui lit aujourd’hui Delteil ?... Ce roman sera-t-il à nouveau beau vers 1975, comme une maison qui se classe ? Je n’oserais l’affirmer10.

18Aragon y revient en 1964 dans un autre article essentiel, « Les Clefs », au moment où il écrit « Le mentir-vrai » et où il critique les autobiographies qui paraissent, dont Les Mots de Sartre, et les « écrivains [...] passés aux aveux » :

Pourtant, je me souviens, et cela n’était pas que mon fait, quand la volonté de roman, chez mes amis et moi-même apparaissait comme le signe maudit de la compromission, je me souviens de ces soirs d’exaltation que nous eûmes à l’apparition de Sur le fleuve Amour, de Joseph Delteil : sainte contradiction !

  • 11 Je n'ai jamais appris à écrire ou Les Incipit, op. cit. p. 48.

19Ces remarques trouvent une explication dans la postface des Communistes, dans la conception du roman comme « un langage » qui « dépend d’une vue de l’esprit à un moment donné ». C’est ainsi que Les Incipit mentionnent à nouveau Sur le fleuve Amour11 – avec Le Bon Apôtre de Soupault – pour montrer l’historicité des romans.

20Le roman de Delteil sert donc de « témoin » du temps : revenir sur cette « admiration » de sa jeunesse permet à Aragon de mesurer le chemin parcouru, de relativiser ainsi les jugements de valeur portés sur les œuvres, en tenant compte des circonstances. La conscience d’une critique littéraire historicisée, elle-même partie de l’histoire littéraire et non absolue, s’inscrit dans une conception plus générale de l’histoire : on la retrouve dans la notion subjective de « génération » telle qu’Aragon l’expose par exemple dans Henri Matisse, roman, au chapitre « Ce jour d’avant d’après », daté de 1968, et son ajout « Inédit bissextile (en 1971) » :

  • 12 Henri Matisse, roman, Gallimard, 1971, deux volumes. Rééd. « Quarto », un volume, 1998, p. 399.

Les hommes se classent entre eux, dans leurs sentiments, réciproques ou non, suivant les générations. 1917, c’était le temps où [...] André Breton et moi, nous avions conscience d’appartenir (et ceci l’un par l’autre) à une génération nouvelle, non point à une sorte de classe de recrutement, mais à ce qui au bout du compte constitue pour les yeux de l’avenir une génération [...]12.

21Suit un développement où il considère divers aînés : Matisse vu comme un père, alors que, dans la même génération, Romain Rolland lui paraît plus éloigné. On retrouve ici la façon de marquer et de mesurer les écarts à partir de jugements revendiqués comme subjectifs.

22On le voit : Aragon prend souvent le lecteur des LLF à témoin de la relativité de la fortune littéraire, en articulant le présent de l’actualité critique journalistique et une réflexion sur l’histoire littéraire. Il pense aussi évidemment à sa propre fortune littéraire. Entre 1948, où il a connu la gloire d’être considéré comme le grand poète résistant et le « désenchantement » de l’après-guerre, et la fin des LLF, il aura mesuré aussi les effets de son engagement, ou de son militantisme, sur cette fortune. C’est ce qui le conduit sans doute à accorder une grande place aux LF comme éclairage sur les circonstances de l’œuvre, au moment de rassembler ses œuvres poétiques, dans L’Œuvre poétique, à partir de 1974.

Notes

1 NB : « Le temps traversé » est l’expression qu’emploie Aragon dans l’article des Lettres françaises qu’il consacre à Jean Paulhan au moment de sa mort en 1968.

2 Désormais, LLF.

3 Il s’agit de l’édition de L’Œuvre poétique parue au Livre Club Diderot, entre 1974 et 1981, désormais LΌΡ.

4 L’OP, Tome XI.

5 Poème tiré du Calepin du mendiant.

6 Projet pour une histoire de la littérature contemporaine, présenté par Marc Dachy, Mercure de France, 1994

7 LLF, 4 novembre 1948.

8 Voir Aragon, Les Collages, Hermann, 1965, p. 9.

9 « Joseph Delteil : Sur le fleuve Amour », Paris-Journal, 30 mars 1923. L’Œuvre poétique, Tome II, p. 161.

10 « Savoir aimer », LLF, no 768 du 9 avril 1959, repris dans J’abats mon jeu, Éditeurs Français Réunis, 1959 ; rééd. Les Lettres françaises/Mercure de France, 1992. p. 108. Souligné par nous.

11 Je n'ai jamais appris à écrire ou Les Incipit, op. cit. p. 48.

12 Henri Matisse, roman, Gallimard, 1971, deux volumes. Rééd. « Quarto », un volume, 1998, p. 399.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search