Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Table ronde des jeunes chercheurs

Une curieuse stratégie d’étouffement : le sort de Roger Vailland dans Les Lettres françaises1

Emmanuelle Cordenod-Roiron

Résumé

Il existe un envers méconnu à l’instrument de pouvoir qu’étaient Les Lettres françaises pour Aragon : la stratégie de silence et d’étouffement menée à l’égard de Roger Vailland en est un exemple frappant. Aragon maître de la jeunesse, Aragon promoteur des jeunes talents, autant d’images léguées qu’il importe de nuancer. La relation ambivalente qu’il entretient avec son cadet de dix ans ne tient pas, comme on a tendance à le penser rapidement, à des raisons d’ordre littéraire, politique et moral, mais plus vraisemblablement à une rivalité aux fondements troubles, Vailland apparaissant sur bien des points comme un double antithétique d’Aragon. C’est ce que révèle l’enquête menée à travers leur dialogue indirect dans Les Lettres françaises, seul prisme permettant d’objectiver cette relation fuyante.

Texte intégral

  • 1 Cette intervention, pour la table ronde du colloque, remanie et résume une étude parue sous le titr (...)
  • 2 D’après le témoignage de ce dernier à Yves Courrière, dans Roger Vailland, ou un libertin au regard (...)
  • 3 L’irritation de Vailland vis-à-vis d’Aragon sur ce point est effectivement sensible dans une émissi (...)
  • 4 Cf. Vailland, Le Regard froid, Grasset, 1963.

1Aragon aurait dit à Jean Pérol : « On ne peut être à la fois lami dAragon et de Vailland2 », ce qui donne le ton de cette relation fondée sur un singulier évitement. A priori en effet, tout ce qui les réunit les oppose : deux écrivains – journalistes communistes, l’un héros du PCF (au moins en apparence), l’autre, entré au Parti communiste comme par effraction, eu égard à la provocation que représentaient alors son cynisme et ses mœurs dissolues ; deux dandys qui aimaient les femmes, l’un ayant finalement incarné le choix de l’amour3, quand l’autre se reconnaissait dans la formule de Sade, celle du « libertin au regard froid4 » ; deux hommes en rupture traumatique avec leur passé surréaliste, à ceci près que c’est Aragon qui a décidé, avec Breton, de l’exclusion de Vailland, son cadet de dix ans ; deux écritures opposées, celle d’Aragon étant aussi profuse et dérivante que celle de Vailland est concise et coupante ; deux écrivains qui ont refusé, de façon antithétique, ce que le PCF attendait d’eux, Vailland ayant un temps illustré le réalisme socialiste, mais sans jamais le revendiquer comme tel, et Aragon l’ayant longtemps défendu, mais sans le démontrer de façon convaincante dans ses romans ; enfin, deux communistes que la morale et la mémoire collective achèvent de dresser l’un contre l’autre, la fidélité de principe d’Aragon au PCF étant régulièrement opposée à la rupture de Vailland après 1956.

2Or qui veut dépasser les images léguées se heurte au flou qui entoure cette relation. À la multitude des témoignages de tiers, recensant les piques et mesquineries dont Vailland et Aragon se seraient poursuivis toute leur vie, s’oppose la quasi-absence de sources attestant un dialogue, aussi véhément soit-il, entre eux. On ne trouve aucun article d’Aragon sur Vailland dans Les Lettres françaises et, à l’inverse, aucune évocation directe d’Aragon dans les écrits de Vailland, qu’il s’agisse de ses articles, de ses pamphlets ou même de ses écrits intimes : il y a chez eux un véritable déni de l’existence littéraire de l’autre. Le prisme des Lettres françaises s’est donc imposé comme possibilité d’objectiver cette relation fuyante, à travers le traitement que le journal a réservé à Vailland.

  • 5 Interview pour le film de Cécile Clairval, Roger Vailland, le jeu et la passion, 1907-1965, Atelier (...)

3Sur ce point, Pierre Daix apparaît embarrassé dans une interview, reconnaissant que « pour Aragon, tout était bon pour rejeter Vailland dans les ténèbres extérieures ». Bien qu’il déclare, pour sa part, apprécier l’œuvre de Vailland, il dit n’avoir pu, en tant que rédacteur en chef, infléchir les directives d’Aragon, « chose qui na pas été bien pour le journal5. » Ecartons d’emblée l’idée simpliste selon laquelle cette marginalisation renverrait à la dissymétrie entre les deux écrivains eux-mêmes. Certes, Vailland n’a pas l’envergure d’Aragon, non seulement à l’époque (où la position littéraire et politique d’Aragon est de fait écrasante après 1945, même si Vailland, de son côté, était tout de même reconnu comme un écrivain qui comptait), et encore moins aujourd’hui, où Vailland fait partie de ces minores que le reflux du communisme a emportés dans l’oubli. Il serait alors facile de penser que Vailland, jalousant secrètement Aragon, en aurait voulu à ce dernier de sa non-reconnaissance, d’autant plus humiliante qu’Aragon se faisait justement le promoteur des jeunes talents. Or si Aragon n’avait eu qu’indifférence, voire mépris pour Vailland, il ne se serait pas livré à la stratégie d’étouffement dont témoigne Pierre Daix, et que prouve le journal.

4Celle-ci met bien plutôt en lumière l’envers méconnu de l’instrument de pouvoir qu’étaient Les Lettres françaises pour Aragon. Comment dès lors expliquer un tel traitement ?

1. Préalables biographiques

  • 6 Comme Monny de Bouly, par exemple. Cf. Yves Courrière, Roger Vailland, ou un libertin au regard fro (...)
  • 7 Cf. Michel Random, Le Grand Jeu, t. II, Paris, Denoël, 1970, p. 139 sq.

5Aragon et Vailland se sont vraisemblablement rencontrés à la fin des années vingt, lorsque le jeune groupe avant-gardiste du Grand Jeu, au sein duquel Vailland avait une place essentielle, rencontre les surréalistes. Ce qu’on a appelé le « procès Vailland », mené conjointement par Aragon et par Breton, le 11 mars 1929, montre clairement un enjeu de lutte d’influence derrière la querelle idéologique. Les faits sont simples : Vailland est accusé de s’être compromis en faisant l’éloge du préfet Chiappe dans Paris Midi, journal auquel il collaborait sans conviction. Aragon et Breton en prennent prétexte pour exclure Vailland, avec la violence qui était alors de mise, et démanteler ainsi le Grand Jeu. Certains faits laissent penser qu’ils auraient craint une relève de l’avant-garde : plusieurs transfuges du surréalisme venaient de rallier le Grand Jeu6 ; d’autre part, des lettres d’Aragon aux membres restants du Grand Jeu disent clairement la volonté de les phagocyter, une fois leur chef et théoricien écarté7. Le procès Vailland est donc la preuve paradoxale de la considération dont Vailland faisait l’objet pour Aragon et pour Breton.

  • 8 Notamment à celle qui opposa Aragon et Pierre Hervé ; Vailland écrit dans une lettre à sa femme, qu (...)

6Dix ans plus tard, c’est une rivalité journalistique qui a ravivé le contentieux. Aragon dirige Ce soir, créé pour concurrencer Paris-Soir en position dominante, Paris-Soir qui a rendu Vailland célèbre depuis ses grands reportages des années trente. Puis à la Libération, Vailland, soucieux d’intégrer le milieu communiste, collabore à Action, l’hebdomadaire rival des Lettres françaises, où se retrouve la nouvelle génération d’intellectuels communistes. Il participe alors, en sous-main, à quelques polémiques visant Aragon8.

  • 9 Vailland, Écrits intimes, mardi 21 novembre 1950, Paris, Gallimard, 1968, p. 330.
  • 10 L’année n’est pas précisée mais se déduit aisément, puisque la lettre est postée de Gênes d’où Vail (...)

7Au début des années 1950, apparaissent quelques signes d’une réconciliation qu’on suppose forcée, puisqu’elle coïncide avec le rapprochement de Vailland du PCF, jusqu’à son adhésion en 1952. On peut mentionner le fait que Les Lettres françaises demandent un article à Vailland, pour la première fois depuis qu’Aragon en est le directeur : « Jai tenu à faire larticle pour sceller la réconciliation », écrit Vailland dans une lettre à sa femme9. On voit bien ici le lien de cause à effet implicite qu’opère Vailland, en faisant du journal un révélateur direct de sa relation à Aragon. Une lettre inédite de Vailland à Aragon du 19 décembre 195010, trouvée au fonds Aragon de la BnF, confirme cet espoir qu’il a d’une amélioration de leurs rapports, en voici quelques extraits :

Mon cher Aragon,
Je n
ai pas eu le temps de vous revoir avant mon départ […]. Je vous confirme que je suis daccord pour que vos éditions publient Le Colonel Foster plaidera coupable […]. Jen suis par ailleurs heureux. […] Jaimerais beaucoup quElsa lise la pièce et me fasse savoir ce quelle en pense. […]
Je vous prie de croire, ainsi qu
Elsa, et malgré les malentendus du passé, à ma réelle amitié.

8En réalité, il est probable qu’Aragon n’ait pu faire autrement que de publier cette pièce militante aux EFR, dans la mesure où il s’agissait par-là de dénoncer la guerre de Corée comme une manœuvre anti-communiste des Américains. Cette lettre vaut donc moins pour les faits qu’elle atteste que pour le ton déférent qu’elle révèle, répondant sans doute à la défiance dont Vailland se savait l’objet, mais qui ne montre que mieux ses bonnes dispositions : Vailland reconnaît la haine qui les a opposés jusque-là comme infondée, sous l’euphémisme des « malentendus du passé ». Les derniers mots, « ma réelle amitié », sont un signe fort de l’estime qu’avait Vailland pour Aragon.

9Aragon, lui, aura constamment accordé sa position officielle vis-à-vis de Vailland à celle du PCF : la rupture de Vailland avec le PCF en 1958 constitue in fine une justification supplémentaire à son rejet.

10Mais comment en savoir plus sur leurs clivages prétendus ou réels, puisque, rappelons-le, les deux intéressés n’en ont jamais parlé publiquement ni dans leurs écrits ? C’est cette aporie qui conduit à faire l’hypothèse d’un dialogue indirect entre eux à travers Les Lettres françaises, ce que nous allons voir à présent.

2. Un dialogue indirect à travers Les Lettres françaises

  • 11 Cf. Philippe Olivera, « Le Sens du jeu, Aragon entre littérature et politique (1958-1968) », Actes (...)

11Cette analyse se fonde sur le postulat d’une identification complète entre Aragon et son journal : certes, Aragon n’est pas seul à décider de tout, mais il s’est souvent contenté de marquer sa position par l’intermédiaire de ce que publiaient ou non Les Lettres françaises11. C’est ce qui m’autorise, appuyée qui plus est par le témoignage de Pierre Daix, à opérer un lien de cause à effet entre le rejet personnel de Vailland par Aragon et ses manifestations corollaires dans le journal de ce dernier.

  • 12 Lettre citée par Yves Courrière, op. cit., p. 644.

12D’abord, les comptes rendus d’ouvrages de Vailland ne portent que sur ses romans, c’est-à-dire sur les « incontournables », alors que Vailland s’est aussi illustré pour ses essais et pour ses récits de voyage. On constate également que le relais des publicités internes, figurant au sein du contenu rédactionnel du journal, a très peu fonctionné pour Vailland, notamment les publicités pour la vente de livres du CNÉ, qui débutaient deux mois avant l’événement. En novembre 1955, Vailland, qui devait y participer, constate que Les Lettres françaises ne mentionnent même pas son nom, et décide en guise de représailles de se retirer de la vente. Une lettre de Vailland à François Billoux nous apprend qu’Aragon, s’en montrant « fort peiné », sollicite alors un entretien avec lui, ce que Vailland accepte, à condition qu’un secrétaire du Parti soit présent12. Il est tout de même extraordinaire que les choses en soient arrivées là, que Vailland ait demandé à être protégé d’Aragon par un secrétaire du Parti !

  • 13 LLF no 699, 5 décembre 1957.

13Mais Vailland se voit marginalisé de la façon la plus évidente lors des événements médiatiques susceptibles de le mettre en valeur. Étant donné que la vente du CNÉ a lieu juste avant l’attribution du prix Goncourt, on comprend le double enjeu de la campagne de publicité. Cela a pris une ampleur particulière en 1957, lorsque Les Lettres françaises prennent clairement parti pour La Modification de Butor, au détriment de La Loi de Vailland. Le numéro d’annonce des résultats inverse la hiérarchie des prix : bien que Vailland ait eu le Goncourt, et Butor seulement le Renaudot, c’est une photographie de Butor qui apparaît en première page, avec en gros titre « Butor renouvelle le réalisme », et en petits caractères « Maîtrise de Vailland », ce dernier se voyant ainsi relégué à ses qualités formelles. Il faut attendre de lire l’article consacré à Butor pour comprendre que c’est bien Vailland qui a eu le Goncourt13.

14Au-delà de la réprobation morale et politique de La Loi, roman politiquement « désintéressé » comme le disait Vailland, on pourrait penser que la préférence des Lettres françaises pour La Modification soit littérairement bien légitime. Mais cela doit être nuancé, du fait que la singularité de Butor est complètement méconnue dans les analyses qui lui sont consacrées : ce dernier se voit en effet annexé de façon pour le moins surprenante aux valeurs idéologiques défendues par Les Lettres françaises, à la faveur d’amalgames autour de la notion d’« avant-garde », renvoyant aussi bien au Nouveau Roman qu’au réalisme, dans le but de moderniser à peu de frais l’esthétique communiste.

  • 14 LLF no 429,4 septembre 1952.
  • 15 Vailland y présente comme révolution populaire ce que le PCF voit comme un coup d’État fasciste.
  • 16 En quatre volets : LLF no 423, 18 juillet 1952 ; « Ma clairière est l’île de Robinson », 1er août 1 (...)

15Cette stratégie d’étouffement a son pendant politique : pour n’en donner qu’un exemple, quand Vailland est emprisonné au Caire en août 1952, alors qu’il effectuait un reportage sur les suites du coup d’État militaire, son arrestation ne reçoit qu’un écho limité dans Les Lettres françaises, à l’inverse de la forte mobilisation des autres journaux communistes, qui érigent immédiatement Vailland en martyr de la cause communiste. Le numéro suivant des Lettres françaises ne mentionnera même pas la libération de Vailland14, et le reportage de celui-ci ne sera finalement publié que dans Défense de la paix et non dans Les Lettres françaises comme c’était initialement prévu. Outre le fait que ce reportage contrarie la version officielle que donnait le PCF de l’événement15, ce revirement est tout de même éloquent. Il est cocasse qu’au même moment, Les Lettres françaises publient une chronique de Vailland intitulée « La vie à la campagne. On fait les foins dans ma clairière16 », où Vailland défend les intérêts des paysans, en se fondant sur son expérience aux côtés des habitants de son petit village de l’Ain. Non sans ironie, c’est donc le campagnard qui est montré, au lieu du reporter au cœur de l’événement qu’il était à ce moment-là.

  • 17 En 1947 par exemple, Vailland a publié à son retour de Palestine un « reportage sensationnel » à la (...)
  • 18 Aragon, « Si je disais ce que j’en pense ? », LHumanité, 17 décembre 1936.
  • 19 Sur La Faim de Knut Hamsun, LLF no 338, 23 novembre 1950 ; sur Georges Soria, no 411, 25 avril 1952 (...)
  • 20 Hommage à Yves Farge, LLF no 459, 2 avril 1953 ; Hommage à Pierre Courtade, no 978, 16 mai 1963 ; H (...)
  • 21 « Ballets de Bali », LLF no 689, 26 septembre 1957.

16Il est d’ailleurs à noter que Vailland, à l’évidence sous-employé par Les Lettres françaises, ne collaborera jamais comme reporter au journal, alors que c’était le cas, avant l’arrivée d’Aragon à la direction17. Aragon ne cachait pourtant pas son intérêt pour le genre du reportage, ainsi que son admiration pour les reporters « ayant pleinement le goût de la réalité18 ». Pour l’essentiel, les contributions de Vailland se résument donc à quatre articles de critique littéraire19, trois articles d’hommages20, une chronique culturelle21 et les chroniques sur « la vie à la campagne » évoquées ci-dessus : c’est infime, au regard de l’œuvre journalistique, monumentale, de Vailland.

  • 22 LLF no 386, 1er novembre 1951.
  • 23 LLF no 680, 18 juillet 1957.

17Enfin, Vailland a fait les frais du dogmatisme critique incarné par le chroniqueur littéraire André Wurmser : dans les quelques comptes rendus d’ouvrages de Vailland, le talent d’écriture est toujours reconnu, mais les questions d’ordre littéraire cèdent rapidement le pas aux problèmes d’ordre idéologique et moral : les premiers et derniers ouvrages de Vailland sont réprouvés notamment comme « libertins, inquiétants, malsains22 », pétris d’« obsession sexuelle » et de « sadisme23 ».

18Or on ne peut sérieusement croire à un Aragon prude, honnêtement scandalisé par l’érotisme cru, triste et dissolu qu’on trouve dans les romans de Vailland, pas plus que par ce qu’il savait de la vie libertine que menait Vailland, même si tout cela était bien sûr contraire à l’ordre moral, puritain, du PCF. Par-delà la position officielle qu’Aragon devait tenir, il apparaît évident que Vailland le ramenait à ses « marais » de jeunesse enfouis : c’est davantage cela qu’il aurait eu à lui reprocher.

19C’est donc là que s’arrête l’identification d’Aragon à ce qui s’écrit dans son journal : comme directeur, il était sans doute content de promouvoir, tout en s’en déchargeant, une critique qu’il n’aurait jamais pu mener lui-même jusqu’au bout, et se servir ainsi des Lettres françaises comme d’un paravent vis-à-vis du PCF : il réaffirme par-là l’orthodoxie communiste de son journal, surtout quand il se sait lui-même en butte aux attaques du Parti, ou quand son journal prend des risques en manifestant par ailleurs des signes d’ouverture, à compter de la fin des années 1950.

  • 24 LLF no 591, 27 octobre 1955.
  • 25 Lettre citée par Yves Courrière, op. cit., p. 643-644.

20Cette non-coïncidence se retrouve aussi, mais a contrario, lorsque Wurmser loue sans réserve les œuvres « légitimes », réalistes socialistes, de Vailland. En 1955 par exemple, alors que Wurmser salue 325 000 francs comme « particulièrement exemplaire24 », Aragon, un mois plus tard, met Vailland à l’écart de la vente du CNE, comme on l’a vu, et va jusqu’à prendre sa place dans LHumanité-Dimanche du 6 novembre : Vailland devait en effet y publier les bonnes pages de son roman, et découvrira, sans avoir été prévenu, un extrait de Littératures soviétiques d’Aragon à la place, comme en témoigne la lettre indignée qu’il a écrite à Étienne Fajon, le directeur du journal25. Un seul écrivain communiste suffit-il ? Il est permis de le penser, à l’issue de cette enquête. Après tout, les grands hommes ont aussi droit à leurs petitesses…

  • 26 Vailland, Monsieur Jean, Paris, Gallimard, 1959, p. 176 ; Bon Pied bon œil, Paris, Corrêa, 1950, p. (...)
  • 27 Exemplaire que possédait Vailland dans sa bibliothèque personnelle léguée au fonds Roger Vailland d (...)

21Ainsi, la relation ambivalente qu’Aragon entretient avec Vailland ne tient pas, comme on a tendance à le penser rapidement, à des raisons d’ordre littéraire, politique et moral, mais plus vraisemblablement à une rivalité aux fondements troubles, Vailland apparaissant sur bien des points comme un double antithétique d’Aragon. À ce titre, il est intrigant de constater que les seules traces de dialogue qu’on ait entre eux soulignent ce qui les rapproche. Vailland réécrit des vers de la « Ballade de celui qui chanta dans les supplices » dans une réplique de Monsieur Jean, et à la fin de Bon Pied bon œil26, comme en hommage à leur passé résistant. Aragon, quant à lui, écrit cette dédicace énigmatique à Vailland, sur un exemplaire du recueil Elsa, en 1959 : « À Roger Vailland, pour en finir avec ce qui nous sépare, la rose…27 » Pourquoi cette image surinvestie de la rose comme motif de réconciliation ? Cela échappe, autant que les raisons profondes, restées secrètes, de leur hostilité.

Notes

1 Cette intervention, pour la table ronde du colloque, remanie et résume une étude parue sous le titre « Vailland et Aragon au regard des Lettres françaises » (Roger Vailland : une expérience du XXe siècle, Actes du colloque international de TENS Lettres et Sciences Humaines de Lyon, du 23 au 25 mai 2007, sous la direction de Christian Petr et de Guillaume Bridet, Cahiers Roger Vailland, Pantin, Le Temps des cerises, no 28, juin 2008, p. 109-132).

2 D’après le témoignage de ce dernier à Yves Courrière, dans Roger Vailland, ou un libertin au regard froid, Plon, 1991, p. 583.

3 L’irritation de Vailland vis-à-vis d’Aragon sur ce point est effectivement sensible dans une émission télévisée de 1963 sur les surréalistes, lorsqu’il raconte qu’en 1928 « Aragon était déjà dans une position qu’il a adoptée depuis », celle de « l’amour avec un grand A, celle de l’amour fou », Émission « L’art et les hommes » sur le thème : « Les surréalistes à Montparnasse », ORTF, 16 septembre 1963, extraits disponibles sur le site de l’INA.

4 Cf. Vailland, Le Regard froid, Grasset, 1963.

5 Interview pour le film de Cécile Clairval, Roger Vailland, le jeu et la passion, 1907-1965, Ateliers de diffusion audiovisuelle, 2001.

6 Comme Monny de Bouly, par exemple. Cf. Yves Courrière, Roger Vailland, ou un libertin au regard froid, Plon, 1991, p. 136 sq.

7 Cf. Michel Random, Le Grand Jeu, t. II, Paris, Denoël, 1970, p. 139 sq.

8 Notamment à celle qui opposa Aragon et Pierre Hervé ; Vailland écrit dans une lettre à sa femme, qu’« il [y] est indirectement question de [lui] » : « La bagarre est marquée par une succession darticles de vacherie croissante dans Action (Hervé) et Les Lettres françaises (Aragon) ». Vailland précise aussi qu’il s’est fait un plaisir de prêter main-forte à Hervé. (Extrait d’une lettre citée par Yves Courrière, op. cit., p. 354-355).

9 Vailland, Écrits intimes, mardi 21 novembre 1950, Paris, Gallimard, 1968, p. 330.

10 L’année n’est pas précisée mais se déduit aisément, puisque la lettre est postée de Gênes d’où Vailland part pour l’Indonésie, comme il en fait mention : ce départ en voyage a en effet lieu en décembre 1950.

11 Cf. Philippe Olivera, « Le Sens du jeu, Aragon entre littérature et politique (1958-1968) », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 111-112, 1996.

12 Lettre citée par Yves Courrière, op. cit., p. 644.

13 LLF no 699, 5 décembre 1957.

14 LLF no 429,4 septembre 1952.

15 Vailland y présente comme révolution populaire ce que le PCF voit comme un coup d’État fasciste.

16 En quatre volets : LLF no 423, 18 juillet 1952 ; « Ma clairière est l’île de Robinson », 1er août 1952 ; « Justine ou la coquetterie punie », no 427, 21 août 1952 ; « Le langage consacré », no 433, 2 octobre 1952.

17 En 1947 par exemple, Vailland a publié à son retour de Palestine un « reportage sensationnel » à la une des Lettres françaises pendant trois semaines, intitulé « La croisière de l’Eftalia », LLF no 158, 30 mai 1947 ; no 159,6juin 1947 ; no 160, 13juin 1947.

18 Aragon, « Si je disais ce que j’en pense ? », LHumanité, 17 décembre 1936.

19 Sur La Faim de Knut Hamsun, LLF no 338, 23 novembre 1950 ; sur Georges Soria, no 411, 25 avril 1952 ; sur la tragédie, no 483, 24 septembre 1953 ; sur Racine, no 617, 26 avril 1956.

20 Hommage à Yves Farge, LLF no 459, 2 avril 1953 ; Hommage à Pierre Courtade, no 978, 16 mai 1963 ; Hommage à Jeannie Chauveau, no 1064, 21 janvier 1965.

21 « Ballets de Bali », LLF no 689, 26 septembre 1957.

22 LLF no 386, 1er novembre 1951.

23 LLF no 680, 18 juillet 1957.

24 LLF no 591, 27 octobre 1955.

25 Lettre citée par Yves Courrière, op. cit., p. 643-644.

26 Vailland, Monsieur Jean, Paris, Gallimard, 1959, p. 176 ; Bon Pied bon œil, Paris, Corrêa, 1950, p. 226.

27 Exemplaire que possédait Vailland dans sa bibliothèque personnelle léguée au fonds Roger Vailland de la Médiathèque de Bourg-en-Bresse.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search