Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Le journal et les arts

La contribution d’Elsa Triolet aux Lettres françaises

Marianne Delranc-Gaudric

Résumé

Qui parcourt Les Lettres françaises ne peut qu’être frappé par l’abondance et la variété des articles et publications d’Elsa Triolet : œuvres originales, articles polémiques, protestations contre des injustices, critiques théâtrales, littéraires, artistiques, traductions, promotion de jeunes poètes français et d’écrivains russes : environ quatre cents textes expriment une vie culturelle souvent mouvementée. Il s’agit tout d’abord d’en dresser un panorama et de tenter d’en tracer une typologie. Ainsi, trois grands ensembles se dessinent : des textes originaux (reportages, « bonnes feuilles », préfaces…) et commentaires par Elsa Triolet de ses propres œuvres ; des interventions dans la vie culturelle française ou étrangère ainsi que des prises de position polémiques ou politiques sur un certain nombre de sujets ; des articles plus proprement littéraires : chroniques théâtrales, articles portant sur les domaines artistiques et littéraires français et russes. L’on voit au passage que certains textes servent à « lancer » la lecture de ses romans autant qu’à les expliciter ; d’autres à promouvoir et défendre une littérature française progressiste dans le contexte de l’après-guerre ou à défendre des écrivains et intellectuels persécutés dans leur pays (par exemple : « Le Cas Sakharov », 1969) ; certains articles s’inscrivent dans une polémique acérée comme celle déclenchée par la « Lettre aux directeurs de la Résistance » de Jean Paulhan (1952). D’autres sont plus généraux et abordent le problème du réalisme avec, en toile de fond, l’idée futuriste que le poète crée ses propres règles, adaptées à un monde en perpétuel mouvement et que l’écrivain doit être libre. Si Maïakovski, dont elle défend la mémoire face à une « récupération » stalinienne, est présent dans nombre de ses articles, Elsa Triolet fait aussi connaître au lecteur des auteurs russes classiques et des écrivains de la déstalinisation comme Soljénitsyne ou Voznessenski.
Mais au-delà de cette typologie, ces articles transcendent les catégories littéraires ou journalistiques : l’autobiographie se glisse un peu partout, des préfaces deviennent témoignages, des réflexions esthétiques générales s’insèrent dans les chroniques théâtrales, et l’intertextualité de ses écrits avec ceux d’auteurs russes, de Kafka, ou d’Aragon, apparaît au détour d’articles de toute sorte. Par leur liberté d’écriture, leur caractère inclassable, leur insertion dans la vie, les articles d’Elsa Triolet forment une œuvre à part entière.

Texte intégral

1De 1944 à 1970, la contribution d’Elsa Triolet aux Lettres françaises a été considérable, tant par le nombre d’articles ou de publications que par leur importance dans la vie littéraire, culturelle ou politique française : environ quatre cents articles ou interventions, sur 1326 numéros des Lettres, impressionnants par leur richesse culturelle et leur ancrage dans l’histoire de la France et du monde. En dresser le panorama et tenter d’en tracer une typologie est chose difficile étant donné la richesse et la variété de leurs sujets et de leur écriture. Nous nous y essaierons cependant, pour la clarté de la vision ; mais nous montrerons ensuite que ces articles, qui constituent une partie de son œuvre littéraire, transcendent les catégories et les classifications.

Panorama et essai de typologie

2Il est possible de distinguer dans ce corpus trois grands ensembles de textes :

  • des publications ou bonnes feuilles, ou commentaires par Elsa Triolet de ses propres œuvres ;

  • des interventions dans la vie littéraire ou culturelle, française ou étrangère, ainsi que des prises de position polémiques ou politiques sur un certain nombre de sujets ;

  • des articles plus proprement littéraires.

31. Les textes originaux et les commentaires de ses propres œuvres sont de quatre sortes : reportages, publication totale ou partielle d’œuvres, préfaces, articles éclairant les œuvres.

  • 1 La version journalistique est plus courte, le nombre de pages des Lettres françaises étant réduit d (...)
  • 2 Cf. Marianne Delranc-Gaudric, « Cahiers enterrés sous un pêcher, des racines aux fruits », in Elsa (...)
  • 3 En octobre-novembre 1945 ; à Moscou, elle retrouve sa sœur, qu’elle n’a pas vue depuis l’avant-guer (...)
  • 4 Cf. Marianne Delranc-Gaudric, « “La Valse des juges” : Elsa Triolet au procès de Nuremberg », RCAET (...)

4La participation initiale d’Elsa Triolet aux Lettres françaises s’enracine dans son action de Résistante pendant la Seconde Guerre mondiale ; cette période est capitale dans l’évolution de son œuvre. Quatre reportages paraissent entre 1944 et 1946, deux pendant la clandestinité, non signés, et deux autres après-guerre ; ce sont ses premiers articles dans ce journal. « Aux armes, citoyens », publié en mai 1944 dans le no 16, est un reportage sur les maquis du Lot, qu’elle intègre sous une forme plus développée1 dans sa nouvelle Cahiers enterrés sous un pêcher2. En juillet 1944, dans le no 18, paraît un autre reportage sur des soldats russes évadés d’un camp allemand, qu’elle a pu rencontrer dans un maquis : « Les Voyageurs fantastiques ». Puis, après la Libération, au retour d’un voyage avec Aragon à Moscou3, via Berlin, étant revenue par Varsovie et Prague (tous deux accompagnaient, avec d’autres écrivains, les cendres de Desnos, de Terezin en France), elle publie dans deux numéros successifs, les 3 et 10 novembre 1945, un grand texte intitulé « Quatre capitales » (Berlin, Moscou, Varsovie et Prague). Enfin, les 7 et 14 juin 1946 paraît son reportage sur le Procès de Nuremberg, « La Valse des juges », procès auquel elle a assisté en mai 19464.

  • 5 Du 4 novembre 1944 au 24 février 1945.
  • 6 Du 21 mars au 11 juillet 1947.
  • 7 Du 15 septembre au 27 octobre 1949.
  • 8 Du 4 avril au 13 juin 1957.

5Mais dès 1944, jusqu’à 1967, paraissent dans Les Lettres françaises une vingtaine de publications ou prépublications diverses. Certaines de ses œuvres sont même publiées entièrement en feuilleton, comme c’est l’usage pendant assez longtemps dans les Lettres. C’est le cas d'Alexis Slavsky, artiste peintre5, des Fantômes armés6, illustrés par Fougeron, de Dessins animés7, illustré par Peynet, reproduit après publication en fac-similé noir et blanc, sous forme de vignettes et, plus tard, du Monument8. S’ajoute à cela un petit texte original : « Seize printemps, Conte de la Saint-Sylvestre » publié le 1er janvier 1948.

6D’autres œuvres sont publiées par fragments, soit comme « bonnes feuilles » : c’est le cas du Premier accroc coûte 200 francs (le 4 novembre 1944, de Roses à crédit (le 26 février 1959), de Luna-Park (le 10 septembre 1959), des Manigances (le 29 mars 1962) et du Grand Jamais (le 28 janvier 1965) ; soit pour une raison de circonstance : le 14 février 1952, dans une atmosphère politique troublée par la question du réarmement de l’Allemagne et dans le cadre de témoignages sur les événements de février 1934, Elsa Triolet publie de nouveau un extrait de « Paris qui rêve » (une des « nouvelles » de Bonsoir, Thérèse paru en 1938) sous le titre « 9 février / Paris rêve ».

7À partir de 1964, paraissent des préfaces à certaines de ses œuvres pour les ORC, ainsi que l'« Ouverture » et la « Postface » de « L’Âge de Nylon », textes qui ont un statut intermédiaire entre l’œuvre autobiographique et l’autocommentaire.

8Les Lettres françaises servent ainsi à « lancer » la lecture de certains de ses romans autant qu’à les expliciter. C’est aussi le rôle que jouent quelques articles d’éclaircissement, peu nombreux, mais importants.

  • 9 Le 5 septembre 1957. Cet article sera prolongé le 27 janvier 1966 par la « Préface à la lutte avec (...)
  • 10 Qui concerne, bien évidemment, Le rossignol se tait à l’aube.

9Le premier porte sur Le Monument : « La Lutte avec l’ange9 », qui montre le lien entre ce livre et l’affaire du portrait de Staline par Picasso ; puis vient un entretien sur L’Âme avec Hubert Juin (le 25 avril 1963) ; un autre avec Marc-Albert Liévin sur Écoutez-voir (le 23 octobre 1968) et le 18 mars 1970, son dernier article dans les Lettres : « Mais d’où me viennent tous ces rossignols10 », où elle souligne l’intertextualité de son œuvre avec celles des auteurs russes.

102. À partir de 1947, Elsa Triolet intervient activement dans la vie littéraire et culturelle et dès 1948, elle multiplie les prises de position politiques, sociales, polémiques, sur plusieurs sujets.

  • 11 Sur ces points et sur le CNÉ en particulier, voir Gisèle Sapiro, « La politique culturelle d’Elsa T (...)
  • 12 Sur ce point, voir Charles Dobzynski, « Elsa Triolet et La Belle Jeunesse » in Elsa Triolet, un écr (...)

11De 1947 à 1957, un certain nombre d’articles visent à promouvoir et à défendre la littérature française progressiste, dans le contexte de l’après-guerre ; une vingtaine environ concerne le Comité national des écrivains (dont elle abandonne le secrétariat général en mars 1951, mais dont elle reste vice-présidente). Chaque année, Elsa Triolet lance la vente du CNÉ, immense activité dont elle note les progrès fulgurants. Une petite quinzaine d’articles concernent la « Bataille du Livre », qui poursuit les mêmes buts que les ventes du CNÉ : faire lire les milieux populaires, diffuser les idées progressistes, maintenir un état d’esprit et une unité créés pendant la Résistance11. Enfin, deux groupes d’articles lancent de jeunes poètes : il s’agit de « La Poésie des inconnus » en 1949 et de « La Belle Jeunesse » en 1951, avec publication de poèmes, commentaires et discussions12.

12Mais au fil des années, de façon plus informelle, Elsa Triolet prend position sur des sujets politiques, ou pour la défense d’écrivains et d’intellectuels persécutés dans leur pays, et ceci sous deux formes : des textes collectifs, qu’elle signe la plupart du temps avec Aragon et des textes personnels.

13Les textes collectifs sont nombreux et, de 1951 à 1968, défile l’histoire de l’après-guerre : ce sont des textes politiques, pour la défense de la Paix (le 26 juin 1951), pour l’amnistie en Grèce (le 10 avril 1952), pour sauver les Rosenberg, puis pour les réhabiliter (les 8 janvier, 11 juin, 18 juin, 25 juin 1953), contre les bombardements au Guatemala (le 24 juin 1954), contre le coup de force d’Alger (le 25 mai 1958), contre la Constitution (le 25 septembre 1958), pour faire cesser la guerre d’Algérie (le 27 octobre 1960), contre la répression des manifestations algériennes (le 26 octobre 1961), contre la vague d’arrestations en Espagne (le 5 juillet 1962), contre l’élection du Président au suffrage universel (le 25 octobre 1962), contre l’intervention soviétique en Tchécoslovaquie (le 28 août 1968).

  • 13 Poète, auteur de Black Soul (1947) exilé ensuite longtemps au Sénégal.
  • 14 Auteur de Chaque jour compte en Espagne, 1965.

14Ce sont aussi des textes défendant des écrivains ou des artistes persécutés dans leur pays ou en France ; comme d’autres intellectuels, Elsa Triolet s’implique dans la défense des droits humains et contribue à la solidarité existant alors dans le monde artistique. Elle signe ainsi (ou corédige) des textes pour la libération de René Depestre arrêté à Cuba (le 9 mai 1952) ; contre l’arrestation d’André Stil (le 6 juin 1952) ; contre l’emprisonnement en Espagne de Juan Antonio Bardem, le réalisateur, en 1954, de Mort d’un cycliste (le 16 février 1956) ; « pour garantir la vie, la liberté physique et les intérêts moraux des écrivains et intellectuels hongrois porteurs d’une part de la culture humaine » au moment des événements de Hongrie (le 8 novembre 1956) ; pour la sauvegarde de l’écrivain algérien Mouloud Mammeri (l’auteur, en 1952, de La Colline oubliée) ; contre « la destruction préventive » d’une brochure de Jean-Paul Sartre (le 13 mars 1958) ; contre la saisie de La Question, d’Henri Alleg (le 3 avril 1958) ; contre l’incarcération de Jean Brierre13 à Haïti (le 1er octobre 1959) ; contre le bannissement d’Édouard Glissant de la Guadeloupe (le 28 septembre 1961) ; contre l’expulsion de l’écrivain cubain L. O. Gonzales (le 26 octobre 1961) ; pour exprimer sa solidarité avec Jérôme Lindon, victime d’un procès (le 21 décembre 1961) ; pour la liberté de Rafaël Alberti (le 7 juin 1962) ; pour Jacques Stephen Alexis, disparu en 1961 et dont la mort n’a pas été élucidée (le 25 avril 1963) ; contre l’arrestation d’Alfonso Sastre, Lopez Salinas14 et Dionisio Ridruejo (le 22 septembre 1966) ; contre l’arrestation de Yannis Ritsos (le 27 avril 1967) et son transfert à Léros (le 2 octobre 1968) ; pour la libération de Régis Debray en Bolivie (le 12 novembre 1969) ; contre l’exclusion de Soljénitsyne de l’Union des Écrivains soviétiques (le 19 novembre 1969). C’est dire combien, presque jusqu’à son dernier souffle, elle s’associe aux combats pour la liberté, contre la guerre d’Algérie et le colonialisme en général, contre le fascisme où qu’il soit et contre le stalinisme dans les pays socialistes.

  • 15 Paru le 4 mars 1948, p. 1.
  • 16 Voir sur ce point Marianne Delranc-Gaudric « Elsa Triolet dans la Résistance » (Cf. site ERITA, www (...)

15Les textes personnels sont au nombre d’une petite quinzaine. Trois d’entre eux sont particulièrement intéressants ; dans le premier, « La Dignité de la femme »15, Elsa Triolet affirme que pour la femme, comme pour l’homme, la dignité est « dans sa liberté, son indépendance, son droit au travail, ses droits et devoirs de citoyen, de citoyenne » et montre le chemin parcouru et à parcourir encore pour « que la poussière des siècles soit enlevée de la tête des hommes16 ». Des deux autres articles, l’un est très polémique, l’autre plus nuancé.

16Le 7 février 1952 elle publie un article intitulé « Jean Paulhan successeur de Drieu la Rochelle », qui répond à la « Lettre » de ce dernier « aux directeurs de la Résistance », parue le 10 janvier 1952 aux Éditions de Minuit, écrite avec une certaine violence et plaidant ouvertement en faveur des collaborateurs. Jean Paulhan écrit :

  • 17 Texte reproduit par J. E. Flower dans Autour de la Lettre aux directeurs de la Résistance de Jean P (...)

Je ne chercherai pas non plus si Pétain était bien un traître ; si Brasillach méritait la mort ; si Maurras s’est rendu coupable d’intelligence avec l’ennemi. Tout ce que je me propose de dire, c’est que Maurras, Brasillach ni Pétain n’ont jamais été jugés. C'est qu’il n'est pas un des 400. 000 Français qui se sont vus par la Libération exécutés, envoyés au bagne, révoqués, ruinés, taxés d’indignité nationale et réduits au rang de paria – c’est qu’il n’est pas un seul de tous ceux-là qui n’ait été frappé au mépris du Droit et de la Justice17.

  • 18 Op. cit. p. 52.
  • 19 « Lettre à un transfuge de la Résistance », op. cit. p. 87-90.
  • 20 LLF, no 177, p. 5.

17Puis il s’en prend aux ventes du CNÉ et renvoie dos à dos collaborateurs et résistants : « Simplement, peut-il sembler, à la faveur sans doute de cette popularité, que les Chateaubriand et les Brasillach d’aujourd’hui – un Aragon, un Éluard, un Claude Morgan – montrent plus ouvertement leur désir de collaborer, qu’ils en ont mieux calculé les moyens et les chances18. » Sur cette question de l’épuration, Jean Paulhan s’attire une réponse cinglante de Louis-Martin Chauffier, ancien déporté, dans Le Figaro littéraire du 2 février19. Il est vrai que Louis-Martin Chauffier avait écrit dans Les Lettres françaises, le 9 octobre 1947, que « l’esprit de la Résistance » consistait « à souligner ses ressemblances et ses fins communes en maintenant intactes ses différences et en suivant ses propres voies20 », affirmant ainsi l’unité de la Résistance dans sa diversité. C’est cette unité, cette solidarité que Jean Paulhan trahit, et Raymond Lindon ainsi que Roger Stéphane lui répondent également. Aragon se tait, mais Elsa Triolet, dans les Lettres françaises, analyse le caractère spécieux des arguments de Paulhan et met en avant elle aussi la diversité et l’unité de la Résistance :

  • 21 LLF, no 400, p. 1 et op. cit. p. 99.

Tous les résistants étaient des collaborateurs, dit Jean Paulhan. Seulement, au lieu de collaborer avec l’Allemagne, ils collaboraient avec la Russie. C’est étrange qu’il oublie la collaboration des résistants avec l’Angleterre et les États-Unis, et Dieu sait pourtant, qu’ils l’ont demandée, cette collaboration, qu’ils l’ont demandé, ce deuxième front !21

  • 22 Ibid.

18Elle souligne que la Résistance ne comportait pas que des communistes puis ajoute (et l’on peut voir dans cette phrase un intertexte aragonien) : « Le labyrinthe de la pensée de Jean Paulhan rappelle celui du musée Grévin : il est plus malin que compliqué. Voulez-vous que je vous en donne le système ? Tournez comme ceci, tournez comme ça, et vous verrez qu'il est facile de passer avec ce fil d’Ariane : l’anticommunisme22. » Cet échange très dur n’empêchera pas les trois écrivains de se réconcilier quelque temps plus tard.

  • 23 LLF, no 1234, p. 27.

19Le deuxième texte personnel qui mérite particulièrement que l’on s’y arrête, intitulé « Du point de vue de l’aïeule »23, date du 15 mai 1968 et concerne le mouvement étudiant, qu’Elsa Triolet compare avec son expérience de la révolution de 1905 et celle des jeunes résistants. Elle salue le courage des étudiants, mais remarque que leurs aspirations « n’ont pas la clarté de celles de 1905, 1917, 1940, 1945. » Et pour répondre à l’idéologie ambiante du conflit des générations qui se développe en cette fin de règne gaulliste, elle écrit : « si la raison, qui fait de nous un être humain » n’est pas « le raisonnable qui limite notre pensée », « la jeunesse, insensée ou pas, ne constitue nullement l’aristocratie du genre humain, et s’il ne s’agissait que d’être jeunes, nous sommes tous passés par là, on n’a pas de quoi se vanter. » Cette « division de l’humanité en générations » est un « lieu commun vulgaire […]. Néanmoins, ajoute-t-elle, il semble bien que parmi ces héritiers des idées fausses et justes, il se fait en ce moment de par le monde entier une mutation qui nous amènera peut-être du nouveau, de l’inédit. » Jugement nuancé, donc.

203. Les articles sur des sujets littéraires ou artistiques sont cependant les plus nombreux ; on peut y distinguer trois ensembles : l’un portant sur le domaine artistique et littéraire français, l’autre constitué de chroniques théâtrales et un troisième concernant le domaine russe.

  • 24 « Le récital Atahualpa Yupanki, rue de l’Élysée / Tous les secrets de la guitare indienne », LLF, n(...)
  • 25 « Qui dit mieux ? Johnny Halliday à l’Olympia » LLF, no 1016, 13 février 1964.
  • 26 « Comme cela lui chante » (Serge Reggiani à Bobino), LLF, no 1221, 14 février 1968.

21Une petite trentaine d’articles généraux évoquent la littérature et les arts en France ; d’autres sont des hommages à des écrivains, des peintres, des chanteurs, quelquefois à l’occasion de leur mort. On trouve ainsi un hommage à Paul Éluard les 20 et 27 novembre 1952 ; à Albert Camus, ami de longue date, le 7 janvier 1960 ; à Georges Sadoul, le 18 octobre 1967 ; à Marcel Duchamp, amour de jeunesse, le 9 octobre 1968 ; un article pour les 74 ans de Picasso, le 27 octobre 1955 ; et des textes enthousiastes sur Maurice Chevalier en 1948 et sur Atahualpa Yupanki en 195024. Elle écrit également un article devenu célèbre sur Johnny Halliday en 196425 et un autre sur Serge Reggiani en 196826.

  • 27 Enquête : « Qu’est-ce que l’avant-garde en 1958 », LLF, no 716, 3 avril 1958.
  • 28 Qui publie le 8 mai dans le no 721 des Lettres un article : « Le Monument d’Elsa Triolet, le réalis (...)
  • 29 LLF, no 751, p. 4.

22Les articles généraux, quant à eux, s’insèrent pour la plupart dans des pages à thèmes où d’autres écrivains expriment leur point de vue. Ce sont des réponses à des enquêtes ou des interviews sur le Prix Goncourt (en décembre 1953 et novembre 1954), sur le roman (en décembre 1958), la lecture (en septembre 1961), l’avant-garde (en avril 1958), « l’art actuel » (en mars 1965). De 1958 à 1965, Elsa Triolet affirme de plus en plus la liberté du créateur et fait de moins en moins référence au réalisme socialiste. Ainsi, en avril 1958, à propos de l’avant-garde27, elle cite Maïakovski : « Il n’existe pas de règle qui ferait d'un homme un poète, c’est justement l’homme qui crée les règles poétiques qui s'appelle poète. » Et elle donne comme exemples Michel Butor et Robbe-Grillet28 ainsi que les écrivains de la Résistance qui devaient tout inventer car « il n’y avait ni règles ni théorie, elles devaient se forger dans le travail de l’artiste ». Ce qui ne l’empêche pas de classer Maïakovski dans le réalisme socialiste, notion qu’elle conserve dans le plus grand flou, comme une sorte de cadre qu’elle n’ose pas remettre en cause et dans lequel elle fait entrer toutes sortes de choses, y compris son roman Le Monument. Le 11 décembre 1958, dans un article intitulé « Le Métier de Schéhérazade »29, elle revendique la liberté pour le romancier :

Rien ne m'est mystérieusement interdit, rien ne m’est mystérieusement obligatoire. Il ne doit pas y avoir de sens unique, Il ne doit pas y avoir de rue barrée, pas de chemin tracé. Ne me chicanez pas si c’est à travers champs que je marche vers mon but. Le choix du chemin appartient au romancier. Oui, les voies du roman sont imprévisibles […].

  • 30 « Entretien sur l’art actuel », LLF, no 1071, p. 6.

23Le thème des « sentiers de la création » est ici esquissé. Quelque temps plus tard, dans un entretien avec Pierre Daix30, il n’est plus question de réalisme socialiste, mais de réalisme tout court et elle souligne le caractère mouvant de cette notion :

Quand on parle de réalisme dans l’art, on semble prendre le réalisme pour un mur qui nous laisse dans l’enclos du présent. Comme si nous vivions dans un monde établi une fois pour toutes. Or, tout bouge et tout change […]. Que le romancier, dans son domaine, essaye donc de percer au moins un petit trou dans le mur de notre enclos, pour contribuer à faire du mur une passoire et ne se résigne pas à rencontrer à chaque mouvement ce quelque chose contre quoi on donne de la tête.

Toujours le Futurisme…

  • 31 Chroniques recensées par Monique Lèbre-Peytard : Elsa Triolet, Chroniques théâtrales, préface de Mi (...)
  • 32 LLF, no 1151,6 octobre 1966.
  • 33 LLF, no 977,9 mai 1963.
  • 34 LLF, no 1109, 9 décembre 1965.
  • 35 LLF, no 964,7 février 1963.
  • 36 « Vilar swingue… », LLF, no 859, 19 janvier 1961.
  • 37 « Planchon viole-t-il le théâtre ? », LLF, no 899,2 novembre 1961.
  • 38 LLF, no 623,7 juin 1956.
  • 39 LLF, no 873, 27 avril 1961.

24Mais les articles les plus nombreux dans le domaine littéraire sont les chroniques théâtrales : environ deux cents, de 1948 à 1951. Au départ hebdomadaires31, celles-ci, encore nombreuses, s’espacent ensuite selon les coups de cœur. Elles concernent parfois des pièces légères ou mineures, mais aussi des événements importants comme le Marat-Sade de Peter Weiss32, ou Le Roi Lear mis en scène par Peter Brook33, Des Journées entières dans les arbres de Marguerite Duras34, ou La Vie de Galilée de Brecht au TNP35, Turcaret avec Jean Vilar, toujours au TNP36, ou l’Édouard II de Planchon37, sans compter les articles sur le Festival d’Avignon, le Berliner Ensemble (en 1955 et 1957) Erwin Piscator38 ou le Théâtre Vakhtangov de Moscou39

  • 40 « Le Massacre de Racine », LLF, no 805, 31 décembre 1959.

25Un certain nombre d’articles portent sur des pièces jouées à la Comédie française, et beaucoup sur les spectacles Renaud-Barrault. La plupart ont une volonté pédagogique de faire comprendre et ressentir l’intérêt du spectacle à un large public. Ces chroniques très personnelles, écrites à la première personne, ne sont jamais négatives, même si elles sont parfois critiques, comme celle sur la représentation de Phèdre à la Comédie française, jouée pour le 320e anniversaire de la mort de Racine40 ; c’est surtout que la pièce est suivie d’un texte de Montherlant pour qui Racine est un auteur surfait, dont il n’apprécie que trente vers : « Il en a plein le dos, écrit-elle, d’entendre ânonner que Racine incarne le génie français » et elle trouve étrange et malvenu de lire ce texte en guise de célébration.

  • 41 LLF, 7 novembre 1963.
  • 42 Idem.

26Beaucoup de chroniques concernent les pièces mises en scène et jouées par Madeleine Renaud et Jean-Louis Barrault, dont on sent la proximité avec son propre couple, même si Elsa Triolet ne se prive pas parfois de considérations critiques. On trouve par exemple une évocation très vivante de Madeleine Renaud dans Oh ! Les beaux jours, mis en scène par Roger Blin41 ou dans Le Soulier de satin, mis en scène par Jean-Louis Barrault42 ; mais aussi une critique du Numance de Cervantès, qu’elle trouve très bien joué par Jean-Louis Barrault mais mal traduit par Jean Cau. Elle rappelle d’ailleurs le succès de cette pièce en 1937, montée et jouée également par Barrault, au moment de la défaite de la République espagnole, et la dimension historique qu’elle avait prise alors.

27Sa dernière chronique porte sur le Rabelais présenté par Barrault à l’Élysée-Montmartre après avoir été chassé de l’Odéon par André Malraux en 1968. Elle est significative de la réflexion d’Elsa Triolet sur la façon dont l’artiste, le créateur, précède la réalité. L’Élysée-Montmartre était une salle de catch que Jean-Louis Barrault avait investie pour un spectacle extraordinaire : des praticables, sortes de pontons, s’avançaient dans le public et des comédiens-danseurs y évoluaient sur une musique de Michel Polnareff, avec des moments endiablés, sous une lumière stroboscopique plongeant le spectateur dans une sorte de frénésie. Dans le numéro précédent des Lettres françaises était paru sur ce spectacle un petit article assez insignifiant. La semaine suivante, Elsa Triolet rédige une chronique enthousiaste, à la hauteur de l’événement, illustrée de nombreuses photos et commençant in médias res en évoquant « 1a tête frisée de Jean-Louis Barrault apparaissant au milieu de tout le monde » :

faisant sonner le gong du ring […]. Et le spectacle commence. Pantagruelesque, splendide, brillant […], c’est une cohue organisée et consciente, menée de main de maître, dominée et précipitée en cascades […]. C’est le Rabelais folklorique et populaire de son temps, qui se déverse sur les spectateurs de nos jours […] il touche à la politique, à l’éducation, à la religion, au cheminement de la drogue, à la “liberté”, à la justice, à la joie de vivre. A tous nos problèmes actuels, (p. 20-21.)

28Elle montre comment J. L. Barrault a actualisé Rabelais presque involontairement, ayant terminé son montage en mai 1968 : « C’est du fait de cette date que les mots “Sorbonne”, “Université”, venant dans le texte de Rabelais sonnent comme s’ils étaient là pour l’actualité : c’est l’actualité qui copie Rabelais et non le contraire. » (p. 22.) L’on retrouve ainsi dans ce passage l’un des thèmes récurrents de sa réflexion esthétique.

29Enfin, un ensemble russe assez important comporte une soixantaine d’articles, dont 9 traductions, 27 articles sur des auteurs ou des peintres russes ou d’Europe centrale, 25 articles sur Maïakovski ou traductions de ses textes.

  • 43 Poète symboliste (1873 – 1924), ami de Gorki.
  • 44 LLF, no 955, 7 décembre 1962.

30Les traductions sont variées : il s’agit aussi bien du Portrait de Gogol (mars-avril 1952), de poèmes de Brioussov43 que de poètes contemporains : Kirsanov, Khlebnikov, Chklovski, Asséev. Elsa Triolet fait aussi connaître en France, en 1962, le jeune poète Voznessenski en traduisant des extraits de « La Poire triangulaire »44.

  • 45 Auteur de La Tragédie optimiste, 2 juillet 1959.

31Ses articles critiques concernent également aussi bien des auteurs classiques que des contemporains : Pouchkine, pour le cent cinquantième anniversaire de sa mort (2 juin 1949) ; pour le centième anniversaire de celle de Gogol (6 mars 1952) ; Tchékhov pour son théâtre (14 octobre 1954, 23 février 1961) ; Tolstoï (7 juin 1956) ; Dostoïevski (27 avril 1961), dont l’œuvre n’est pas en odeur de sainteté en URSS. Mais aussi la littérature soviétique en général, à l’occasion du Deuxième Congrès des Écrivains soviétiques à Moscou (25 décembre 1948) ; la littérature populaire de la guerre avec La Jeune fille de Kachine (texte présenté en commun avec I. Ehrenbourg) ; des écrivains déjà célèbres comme Gorki (1er mars 1956, 19 décembre 1963) ; Cholokhov (8 mars 1956) ; Fadéev (17 mai 1956) ; Vichnevski45 ; d’autres qui font sensation comme Galina Nikolaïeva, romancière de la déstalinisation avec La Moisson et L’Ingénieur Bakhirev (25 février 1960) ; puis Soljénitsyne, qu’elle fait connaître en initiant la traduction d'Une Journée d’Ivan Denissovitch et auquel elle consacre deux articles (7 décembre 1962 et 7 février 1963).

32Elle publie à deux reprises, à vingt ans de distance, des articles sur le peintre Fédotov (23 septembre 1948 et 11 décembre 1968), auquel V. Chklovski a consacré un livre qu’elle traduit.

33Enfin, le 19 février 1969, paraît son grand article sur Evguéni Sakharov : « Le cas Sakharov ».

  • 46 LLF, no 620, 17 mai 1956.
  • 47 Association d’« Écrivains prolétariens » créée en 1920, qui allait être dissoute peu de temps après

34D’article en article, sa réflexion sur ce qu’on a appelé le « stalinisme » se fait jour ; ce n’est pas seulement une réflexion sur Staline, mais sur des idées, des compromissions, lâchetés ou complicités objectives qui l’ont mise mal à l’aise. Ainsi, dans l’article écrit à l’occasion de la mort de Fadéev46, un des dirigeants du RAPP47, elle évoque leur première rencontre à Kharkov en 1930, leur amitié mais aussi leurs conflits : « … il y avait un sujet sur lequel j’étais intraitable, Maïakovski. Là-dessus, nous étions en désaccord profond. » Plus tard, lorsqu’elle retourne à Moscou en 1945, Fadéev est devenu Président de l’Union des Écrivains : « Ce Fadéev-là avait pour moi un mystère tout autre que celui de 1930, et si l’autre mystère avait été un attrait, celui-ci faisait qu’en somme nous n’avions rien à nous dire. » Puis en 1954, au deuxième congrès des Écrivains soviétiques, elle lui reproche son article contre le roman de Vassili Grossman Pour une juste cause : « Je ne pouvais le lui pardonner : il avait attaqué avec la dernière des violences un roman par lui-même publié dans la revue qu’il dirigeait ! » Elle raconte comment Fadéev présente alors publiquement ses excuses au Congrès et ajoute : « Si je raconte cet incident, c’est qu’il doit être caractéristique d’un certain mécanisme qui a amené les hommes à commettre des erreurs semblables. » Au cours du dîner, elle pose à Fadéev la question suivante :

  • 48 LLF, no 620, 17 mai 1956, p. 6.

Crois-tu, lui avais-je dit, que les écrivains soviétiques ne parleront jamais du malheur qui est arrivé à leur pays, de la condamnation d’innocents, de ces milliers de drames ? […]. Cette conversation se passait aux derniers jours de 1954, quand tout cela n’était encore qu'un grand secret collectif, lequel ne devait s’éclairer que de ce que nous avons su seulement par le XXe congrès48.

  • 49 LLF, no 955, 7 décembre 1962. C’est dans ce même numéro que paraît la traduction des extraits de «  (...)
  • 50 LLF, no 964, 7 février 1963.

35Les années 1962-1963 marquent un tournant dans sa dénonciation publique du stalinisme persistant ; le 7 décembre 1962 paraît l’article intitulé « Pour l’amour de l’avenir »49, concernant Une Journée d’Ivan Denissovitch, article suivi deux mois plus tard50 d’un entretien avec des étudiants parisiens sur ce même livre. « Pour l’amour de l’avenir » élimine d’emblée divers points de vue : ceux, « des individus dangereux » pour qui, dit-elle, « le malheur a été un bonheur » ; les points de vue de ceux qui ne veulent pas entendre parler de politique, de ceux qui considèrent que « plus vite ces temps maudits seront oubliés, mieux cela vaudra ». Ils voudraient que :

  • 51 LLF, no 955, p. 1 & 4.

deux cents millions d’hommes et de femmes gardent leur secret […]. Ils disent, à quoi cela sert-il de gratter ses plaies […] ils disent : ouvrir les dossiers, avouer, fait le jeu de l’ennemi et risque de démobiliser les amis ; ils disent : au lieu de regarder en arrière, regardez devant vous, vers l’avenir, vers l’aube, vers le bonheur […].
Et tout cela est vrai […]. Mais la vérité seule et rien que la vérité redonne la confiance, la conviction que cela ne recommencera pas comme par le passé. La vérité seule, nécessaire, quelle qu’elle soit, dans toute sa brutalité. Pas de mensonge, même pieux, pour l’amour de l’avenir51.

  • 52 LLF, 19 février 1969.
  • 53 LLF, 12 février 1969.

36Sept ans plus tard, après l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques paraît « Le Cas Sakharov »52, juste une semaine après l’article d’Aragon sur le livre de London : « Avez-vous lu L'Aveu ! »53. L’article présente le livre de Sakharov La Liberté intellectuelle en URSS et la coexistence, qui vient de paraître en français et dénonce, dit-elle, « le stalinisme renaissant » ainsi que le culte de la personnalité en Chine. L’exposé de Sakharov est, dit-elle, « un appel à la paix » ; elle ajoute : « Depuis le temps que cela dure, je continue à ne pas comprendre cette peur et cette haine de la liberté intellectuelle dont sont possédés les dirigeants soviétiques » ; et elle termine son article sur l’absence de liberté des artistes en URSS, qui sont « répudiés, muselés, castrés ».

37Enfin, au sein de cet ensemble russe, Maïakovski apparaît dans vingt-cinq articles, de 1946 à 1970, comme une sorte de fil rouge, de thème permanent, de pierre de touche ; c’est un signe, dont le signifiant reste le même, mais dont le signifié varie selon les événements. Son œuvre est une référence et un moyen d’exprimer ce qu’elle pense.

38Il est présent tout d’abord dans des traductions, qu’elle effectue d’abord avec Aragon : ainsi, le 19 avril 1946, les « Derniers vers de Vladimir Maïakovski », sont publiés pour l’anniversaire de sa mort. Et une tradition s’installe : chaque année quasiment, jusqu’en 1955, une traduction commémore cet anniversaire. Pour les soixante-dix ans du poète, en juin 1963, Elsa Triolet présente une grande soirée d’hommage au Palais de Chaillot, que Les Lettres françaises annoncent et dont elles rendent compte, avec la reproduction d’une affiche de Chagall.

  • 54 LLF, 13 avril 1950.
  • 55 « Les ouvriers et les paysans ne vous comprennent pas ».

39Mais très tôt, elle annexe Maïakovski dans ses propres combats, en même temps qu’elle défend sa mémoire et popularise sa pensée et ses œuvres. En 1950 par exemple, en pleine « bataille du livre », elle publie un article intitulé : « Maïakovski voyait ainsi la bataille du livre »54, dans lequel elle cite un texte55 du poète affirmant qu’« il faut savoir organiser la compréhension d’un livre ». En novembre 1953, après l’affaire du portrait de Staline par Picasso, son choix se porte sur la traduction du poème « Le poète, c’est un ouvrier » 1918), (dans lequel Maïakovski affirme, contre tout ouvriérisme, qu’il n’y a pas de supériorité du travail manuel sur le travail intellectuel ou artistique :

  • 56 LLF, no 489, 5 novembre 1953, p. 1.

Quand vous sciez du bois, c’est pour faire des bûches.
Et nous,
que sommes-nous sinon des ébénistes, à façonner la tête humaine, cette bûche.

[…]
Qui l’emporte – poète, technicien menant les hommes aux avantages pratiques ?

Les deux.
Les cœurs sont aussi des moteurs.
L’âme aussi, habile force motrice.
Nous sommes des égaux.
Camarades d’une masse ouvrière.
Prolétaires du corps, de l’esprit.
Unis seulement, seulement ensemble nous saurons parer l’univers,
l’accélérer sur un rythme de marche
56.

  • 57 LLF, no 498, 7 janvier 1954, p. 1.

40Il est évident qu’il y a là une réponse indirecte aux attaques dont Picasso et Aragon ont fait l’objet. En 1954, à la reprise de la pièce Les Bains par le Théâtre de la Satire à Moscou, elle évoque « cette guerre à mort que Maïakovski menait contre le vieux monde », contre la bureaucratie, mais aussi contre « l’art pseudo-révolutionnaire, tout le mensonge et le faux-semblant dans la vie et dans l’art que les imposteurs veulent imposer au peuple57. »

  • 58 LLF, no 729, 3 juillet 1958, p. 9.
  • 59 Pierre Daix, op. cit. p. 146-152.

41Sa fidélité indéfectible à Maïakovski la pousse à écrire en 1958 un article très dur contre un texte de Pasternak critiquant ce dernier : elle lui reproche d’avoir « trahi la solidarité entre ceux dont le malheur poétique n’a trouvé qu’une sortie dérobée », de joindre sa voix à celle des « fonctionnaires de la littérature », rappelle que Pasternak a écrit un poème d’hommage à Maïakovski au moment de sa mort, qu’au congrès de Kharkov « on avait décroché [dans la salle] le portrait de Maïakovski, et, au même moment, enlevé le nom de Maïakovski dans un article d’Aragon publié dans la Pravda58 ». Deux mois plus tard, comme l’explique Pierre Daix dans son livre Avec Elsa Triolet 1945-1971 (Gallimard, 2010,) apprenant la campagne lancée contre Pasternak en URSS, elle fait volte-face et Pierre Daix publie en Une des Lettres françaises un article très élogieux sur Le Docteur Jivago59.

  • 60 LLF, 2 mai 1968.
  • 61 LLF, no 239, 3 juillet 1968.
  • 62 Pour plus de détails sur cette affaire, voir Marianne Delranc-Gaudric, « Elsa Triolet, Maïakovski, (...)

42Les années 1967-1968 voient les dernières interventions d’Elsa Triolet concernant Maïakovski ; le 11 mai 1967, elle donne un aperçu de son exposition « La Vie illustrée de Maïakovski » sous la forme d’un montage d’images ; et en 1968, elle répond à des articles virulents de la revue russe Ogonëk, par deux articles : « De la vérité historique60 » et « Nouvelle réponse à Ogonëk/H’accusez personne de ma mort61 », pour défendre sa sœur Lili Brik ainsi que son mari Ossip, injustement attaqués, accusés d’avoir une responsabilité dans la mort de Maïakovski62. Soutenue par Roman Jakobson, dont Les Lettres françaises publient un texte faisant l’éloge d’Ossip Brik, elle répond aux accusations et aux tentatives de dissocier les fondateurs des recherches futuristes et formalistes, ainsi qu’à la manœuvre qui consiste à « s’emparer de Maïakovski, son œuvre, sa biographie, pour les faire entrer dans un cadre réglementaire » et ajoute :

  • 63 LLF, no 1239, 3 juillet 1968, p. 5.

On clame sa grandeur en niant ce qu'il fut, en détruisant ce pour quoi il a vécu. Mais à quoi bon chercher si loin les assassins, Ils portent toujours le même visage. Vous parlez du tort que je fais à l'Union soviétique en refusant de garder vos vilains secrets… Mais avez-vous une faible représentation du tort que vous vous faites vous-mêmes par l’image que vous donnez de votre pays dans ces trois articles infamants pour vos mœurs littéraires, le plus grand des poètes soviétiques et la dignité de votre presse ?63

43Ses articles sur Maïakovski sont donc toujours reliés à l’actualité, à son combat du moment, à ses aspirations.

44De même, la plupart de ses articles ont un lien permanent avec les débats en cours, avec cette vie culturelle en pleine ébullition qui apparaît avec force lorsque l’on feuillette la collection des Lettres françaises. Ce sont des articles d’écrivain et non seulement de journaliste et, à ce titre, ils transcendent les catégories habituelles. De plus, beaucoup d’entre eux se situent dans une intertextualité avec d’autres auteurs, dont Aragon, ou avec ses propres œuvres. C’est pourquoi la typologie que j’ai tracée au départ me semble insuffisante à rendre compte de cet ensemble.

Des articles ? Plutôt une œuvre vivante, inclassable

  • 64 « Maïakovski devant la jeunesse », LLF, no 985, 4 juillet 1963, p. 1 & 10.

45Les articles d’Elsa Triolet s’insèrent quasiment toujours dans une vie culturelle animée ou des débats en cours, comme nous l’avons vu avec la réponse à Jean Paulhan ou la nouvelle publication de son texte sur le 9 février 1934. La publication de son discours d’ouverture64 de la soirée sur Maïakovski au Palais de Chaillot montre cette intégration dans les milieux artistiques : il est accompagné d’une lithographie de Chagall, d’un texte inédit du peintre, « Le Discours d’Amérique » présenté par Aragon ; le numéro du 27 juin annonce la lecture de poèmes et de scènes, en français et en russe, par Aragon, Daniel Ivernel, Jacques Mauclair, Laurent Terzieff, Antoine Vitez et le Théâtre de la Satire de Moscou. C’est un exemple parmi d’autres de la poursuite et de l’enrichissement de ces échanges culturels franco-russes (de ce « métissage culturel » dirait-on aujourd’hui), auxquels elle contribue toute sa vie.

46Dans la forme même de ses articles, Elsa Triolet est dans « l’air du temps », comme dans ce numéro du 11 mai 1967 où elle présente un montage des textes de Maïakovski avec dessin de ce dernier et illustration de Rodtchenko en première page.

  • 65 « Février ou l’éducation sentimentale »
  • 66 LLF, no 1234, 15 mai 1968.

47Cette insertion dans la vie explique sans doute que ses articles transcendent les catégories littéraires ou journalistiques ; on peut par exemple trouver de l’autobiographie dans une chronique théâtrale ou dans un article historique, comme celui du 4 février 195465 où elle raconte ses souvenirs de la révolution de 1905, de celle de 1917, de février 1934, souvenirs que l’on retrouve dans un article de 1968 : « Du point de vue de l’aïeule66 ».

  • 67 LLF, no 1082.
  • 68 Son article côtoie un article de Jean Blanzat : « Les débuts des Lettres françaises et du CNÉ » et (...)

48Par ailleurs, elle peut changer le statut des textes : c’est le cas, on l’a vu, pour un extrait de Bonsoir, Thérèse ; mais c’est aussi le cas pour un fragment de sa « Préface au désenchantement » (qui précède Anne-Marie dans les ORC), intitulé « Contribution à l’histoire du CNE » et repris le 27 mai 196567 pour le vingtième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale68. La préface devient alors pur témoignage.

  • 69 Il s’agit d’un personnage qui remet en cause son auteur.
  • 70 « Combats avec tes défenseurs », LLF, no 606, 9 février 1956, p. 7.

49Les réflexions générales ou esthétiques, quant à elles, ne sont pas cantonnées dans les articles généraux sur l’art. On en trouve parsemées dans ses chroniques théâtrales, comme cette réflexion sur le fantastique chez Jean Vauthier, au sujet de sa pièce Le Personnage combattant, mise en scène et jouée par Jean-Louis Barrault69 : « En fait ce fantastique n’est que la réalité que l’on ne reconnaît pas, ou qu’on ne reconnaît pas tout de suite. Elle apparaît d’abord comme prédite par le poète, comme une confidence terrifiante, quand, en fait, elle n’est que le souvenir, la description précise de la chose elle-même.70 » Sa réflexion sur les arts, sur la relation à la réalité et au futur se poursuit d’article en article, et pas seulement au sujet de Maïakovski : c’est une préoccupation constante.

50Enfin, ses articles révèlent souvent une intertextualité avec Aragon, bien sûr, mais aussi avec les œuvres de ses amis russes et parfois avec celles d’auteurs plus inattendus, comme Kafka par exemple ; dans une chronique de 1965 sur la pièce L’Amérique, adaptée par Jean-Louis Barrault et mise en scène par Antoine Bourseiller au Théâtre de France, elle écrit ces lignes dans lesquelles se trouvent des échos de ses propres œuvres et de ses propres obsessions :

  • 71 Allusion à un motif traditionnel des contes russes.
  • 72 « J’ai aimé L’Amérique », LLF, no 1072, p. 12.

On peut avoir tout oublié des livres de Kafka, les titres et les sujets, sauf ce qui les fait ressembler à une chambre à gaz. Sauf ce piétinement quand il faudrait courir, se sauver à travers un labyrinthe aux voies toutes semblables, et l’on piétine sur place tout en courant à perdre haleine. On peut tout oublier, sauf la solitude d’un homme de chair et de sang au milieu d’un monde hostile et impénétrable où des monstres en série le happent et l’annihilent, inexorables comme le fatum antique – et s'il est prévu que « tu périras par ton cheval », rien n’y fera : tu périras71.
Kafka, le Tchèque, écrivant dans un allemand autre que celui des Allemands, Kafka le Juif, celui de Prague, l'Errant, ne faisant corps avec aucun pays, aucune nation, aucune langue, l’Exilé à perpétuité, partout inconfortable, pas chez lui, mal dans sa peau… Dans son monde, il n’y a ni fantômes, ni revenants, les vivants suffisent à son, à notre effroi72.

  • 73 « De la vérité historique (réponse à un article d’Ogoniok sur Maïakovski) » LLF, no 1232, 2 mai 196 (...)
  • 74 « N’accusez personne de ma mort », LLF, no 1239, 3 juillet 1968, p. 5.

51En ce qui concerne Aragon, il est présent dans certaines formulations, comme l’allusion au Musée Grévin dans l’article de 1952 sur Jean Paulhan, mais aussi dans la publication en parallèle de leurs articles, dans le même numéro parfois des Lettres françaises, et même « en chair et en os » dans les articles sur Maïakovski répondant à la revue Ogonëk et concernant la façon dont on écrit l’Histoire et les biographies : « Après tout, Aragon a raison quand il ne veut accepter pour lui-même qu’une seule biographie : Aragon, Louis, né à Paris en 1897, vit encore73. » Et encore : « Voilà Aragon… Il lit, lui aussi, les Ogoniok, les pose et dit : “Je vais tout de suite faire un testament pour interdire qu'après ma mort on réédite mes livres pendant de longues années… Je ne peux pas courir le risque de subir des falsifications et commentaires de cette eau-là… ”74 » Les préoccupations perceptibles dans ces articles sont aussi celles du Grand Jamais (1965) et d’Écoutez-voir (1968).

  • 75 « Un peintre sous Nicolas Ier/Capitaine Fédotov par Victor Chklovski/traduit du russe par Elsa Trio (...)

52Enfin, l’intertextualité avec les auteurs russes en général est présente de deux manières : la première consiste à se référer à un ou des auteurs pour parler indirectement d’une actualité qui lui tient à cœur. C’est le cas de Chklovski et de son livre Capitaine Fédotov, qu’elle a traduit en 1936, mais qui n’a pu paraître, parce que cela avait valu des ennuis à l’auteur ; il s’agit d’un peintre russe du XIXe siècle, qui était officier et a eu maille à partir avec le pouvoir. Le 23 septembre 1948, dans un long article, « Le Capitaine Fédotov et la peinture russe », retraçant l’historique de la peinture russe du XIe au XIXe siècle, elle présente Fédotov comme une sorte de Maïakovski du XIXe siècle. Vingt ans plus tard, le 11 décembre 196875, lorsque le livre paraît enfin chez Gallimard, elle choisit d’en publier les extraits les plus proches de l’actualité, ceux qui peuvent être lus comme une description critique de la situation des artistes dans les pays de l’Est.

  • 76 LLF, no 1326, 18 mars 1970, p. 3. Il s’agit d’une réflexion sur son dernier livre : Le rossignol se (...)

53L’autre manière, plus classique, est clairement exposée dans son dernier article : « Mais d’où me viennent tous ces rossignols »76. Elle y montre, de façon générale, la filiation de ce qu’elle écrit avec le fonds culturel russe :

Mais d’où me viennent tous ces rossignols… De ma jeunesse, de mon pays natal, de ma culture russe. La poésie russe, folklore et poètes de tous les calibres et de tous les temps, regorge de rossignols […]. Mes “russicismes”, ce n’est pas dans la structure de mon français qu’il faut les chercher (voir La Mise en mots,), mais bien dans cette sorte d’atavisme, de ces rêves éveillés, inconscients comme des rêves, avec leur choix et leurs préférences mystérieuses […].

54Il faudrait ajouter, concernant les rossignols, l’intertextualité avec Jakobson, qu’elle évoque dans La Mise en mots, et particulièrement les propos de ce dernier dans le débat de février 1968 avec François Jacob, Claude Lévi-Strauss et Philippe L’Héritier sur le langage, débat publié in extenso dans Les Lettres françaises.

55Qui parcourt Les Lettres françaises ne peut qu’être frappé par l’abondance et la variété des articles d’Elsa Triolet : œuvres originales, articles polémiques, protestations contre des injustices, critiques théâtrales, littéraires, artistiques, traductions, promotion de jeunes poètes français et d’écrivains russes : toute une vie culturelle, souvent mouvementée, s’exprime dans ces articles.

56Impliquée dans cette revue depuis la clandestinité, Elsa Triolet y défend l’esprit de la Résistance, cette pierre de touche de la vie intellectuelle française. Sur cette lancée, elle défend aussi la liberté du créateur, contre l’esprit « bourgeois » où qu’il se trouve et contre toute répression. La volonté de paix, l’expérience de sa jeunesse, sa culture russe lui font jouer un rôle important dans la diffusion en France de la culture russe classique et contemporaine. Dans ses écrits, Maïakovski est toujours présent et Aragon n’est jamais loin : les échanges entre eux sont souvent perceptibles.

57Par leur diversité, leur liberté d’écriture, leur force, leur façon de transcender les genres, les articles d’Elsa Triolet forment une œuvre à part entière, parallèle à son œuvre romanesque.

Notes

1 La version journalistique est plus courte, le nombre de pages des Lettres françaises étant réduit dans cette période de clandestinité et de pénurie de papier.

2 Cf. Marianne Delranc-Gaudric, « Cahiers enterrés sous un pêcher, des racines aux fruits », in Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, actes du colloque de 1996, L’Harmattan, 2000, p. 129-144.

3 En octobre-novembre 1945 ; à Moscou, elle retrouve sa sœur, qu’elle n’a pas vue depuis l’avant-guerre.

4 Cf. Marianne Delranc-Gaudric, « “La Valse des juges” : Elsa Triolet au procès de Nuremberg », RCAET no 12,2009, p. 93-115.

5 Du 4 novembre 1944 au 24 février 1945.

6 Du 21 mars au 11 juillet 1947.

7 Du 15 septembre au 27 octobre 1949.

8 Du 4 avril au 13 juin 1957.

9 Le 5 septembre 1957. Cet article sera prolongé le 27 janvier 1966 par la « Préface à la lutte avec l’ange » écrite pour les ORC.

10 Qui concerne, bien évidemment, Le rossignol se tait à l’aube.

11 Sur ces points et sur le CNÉ en particulier, voir Gisèle Sapiro, « La politique culturelle d’Elsa Triolet au CNÉ de 1949 à 1951 », in Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, p. 205-221.

12 Sur ce point, voir Charles Dobzynski, « Elsa Triolet et La Belle Jeunesse » in Elsa Triolet, un écrivain dans le siècle, p. 225-236 et André Mathieu, « Elsa Triolet et la poésie : conseils aux jeunes poètes », ibid. p. 237-247.

13 Poète, auteur de Black Soul (1947) exilé ensuite longtemps au Sénégal.

14 Auteur de Chaque jour compte en Espagne, 1965.

15 Paru le 4 mars 1948, p. 1.

16 Voir sur ce point Marianne Delranc-Gaudric « Elsa Triolet dans la Résistance » (Cf. site ERITA, www.louisaragon-elsatriolet.org/spip.php?article403) et « L’Élaboration de l’identité féminine chez Elsa Triolet (1896-1948) » in Thomas Stauder, L’Identité féminine dans l’œuvre d’Elsa Triolet, Narr Verlag, Tubingen, 2010, p. 171-185.

17 Texte reproduit par J. E. Flower dans Autour de la Lettre aux directeurs de la Résistance de Jean Paulhan, University of Exeter Press et Presses universitaires de Bordeaux, 2003, p. 43-55.

18 Op. cit. p. 52.

19 « Lettre à un transfuge de la Résistance », op. cit. p. 87-90.

20 LLF, no 177, p. 5.

21 LLF, no 400, p. 1 et op. cit. p. 99.

22 Ibid.

23 LLF, no 1234, p. 27.

24 « Le récital Atahualpa Yupanki, rue de l’Élysée / Tous les secrets de la guitare indienne », LLF, no 318, 29 juin 1950, p. 5.

25 « Qui dit mieux ? Johnny Halliday à l’Olympia » LLF, no 1016, 13 février 1964.

26 « Comme cela lui chante » (Serge Reggiani à Bobino), LLF, no 1221, 14 février 1968.

27 Enquête : « Qu’est-ce que l’avant-garde en 1958 », LLF, no 716, 3 avril 1958.

28 Qui publie le 8 mai dans le no 721 des Lettres un article : « Le Monument d’Elsa Triolet, le réalisme socialiste et le renouveau artistique ».

29 LLF, no 751, p. 4.

30 « Entretien sur l’art actuel », LLF, no 1071, p. 6.

31 Chroniques recensées par Monique Lèbre-Peytard : Elsa Triolet, Chroniques théâtrales, préface de Michel Apel-Muller, NR Gallimard, 1981.

32 LLF, no 1151,6 octobre 1966.

33 LLF, no 977,9 mai 1963.

34 LLF, no 1109, 9 décembre 1965.

35 LLF, no 964,7 février 1963.

36 « Vilar swingue… », LLF, no 859, 19 janvier 1961.

37 « Planchon viole-t-il le théâtre ? », LLF, no 899,2 novembre 1961.

38 LLF, no 623,7 juin 1956.

39 LLF, no 873, 27 avril 1961.

40 « Le Massacre de Racine », LLF, no 805, 31 décembre 1959.

41 LLF, 7 novembre 1963.

42 Idem.

43 Poète symboliste (1873 – 1924), ami de Gorki.

44 LLF, no 955, 7 décembre 1962.

45 Auteur de La Tragédie optimiste, 2 juillet 1959.

46 LLF, no 620, 17 mai 1956.

47 Association d’« Écrivains prolétariens » créée en 1920, qui allait être dissoute peu de temps après.

48 LLF, no 620, 17 mai 1956, p. 6.

49 LLF, no 955, 7 décembre 1962. C’est dans ce même numéro que paraît la traduction des extraits de « La Poire triangulaire » de Voznessenski.

50 LLF, no 964, 7 février 1963.

51 LLF, no 955, p. 1 & 4.

52 LLF, 19 février 1969.

53 LLF, 12 février 1969.

54 LLF, 13 avril 1950.

55 « Les ouvriers et les paysans ne vous comprennent pas ».

56 LLF, no 489, 5 novembre 1953, p. 1.

57 LLF, no 498, 7 janvier 1954, p. 1.

58 LLF, no 729, 3 juillet 1958, p. 9.

59 Pierre Daix, op. cit. p. 146-152.

60 LLF, 2 mai 1968.

61 LLF, no 239, 3 juillet 1968.

62 Pour plus de détails sur cette affaire, voir Marianne Delranc-Gaudric, « Elsa Triolet, Maïakovski, Lili et Ossip Brik, Jakobson, Aragon… Une constellation créatrice (Les Lettres françaises 1968) », in RCALT no 13, 2011, p. 83-91.

63 LLF, no 1239, 3 juillet 1968, p. 5.

64 « Maïakovski devant la jeunesse », LLF, no 985, 4 juillet 1963, p. 1 & 10.

65 « Février ou l’éducation sentimentale »

66 LLF, no 1234, 15 mai 1968.

67 LLF, no 1082.

68 Son article côtoie un article de Jean Blanzat : « Les débuts des Lettres françaises et du CNÉ » et un autre de Pierre Seghers : « Vingt-cinq ans d’édition ».

69 Il s’agit d’un personnage qui remet en cause son auteur.

70 « Combats avec tes défenseurs », LLF, no 606, 9 février 1956, p. 7.

71 Allusion à un motif traditionnel des contes russes.

72 « J’ai aimé L’Amérique », LLF, no 1072, p. 12.

73 « De la vérité historique (réponse à un article d’Ogoniok sur Maïakovski) » LLF, no 1232, 2 mai 1968, p. 3.

74 « N’accusez personne de ma mort », LLF, no 1239, 3 juillet 1968, p. 5.

75 « Un peintre sous Nicolas Ier/Capitaine Fédotov par Victor Chklovski/traduit du russe par Elsa Triolet », LLF, no 1261.

76 LLF, no 1326, 18 mars 1970, p. 3. Il s’agit d’une réflexion sur son dernier livre : Le rossignol se tait à l’aube.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search