Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Le journal et les arts

Les Lettres françaises de Jean Ristat, roman

Luc Vigier

Résumé

Le titre de l’hebdomadaire que dirigea Aragon pendant vingt ans, déjà porteur d’une lourde charge historique et mémorielle en 1953, prend une nouvelle dimension lorsque Jean Ristat, sept ans après la mort d’Aragon, ressuscite le titre et tente de maintenir son principe général de composition et de veille. C’est au travail des valeurs de résistance qu’on se consacre ici, en pointant certains éléments symboliques, idéologiques et visuels qui permettent d’observer, dans la réécriture des Lettres françaises par Jean Ristat, l’éthique d’un héritage et le roman d’une filiation.

Texte intégral

Numérique mémoire

  • 1 http://www.les-lettres-francaises.fr/
  • 2 Voir Pierre Daix, Aragon, Tallandier, p. 568-570.
  • 3 LLF no 1455, octobre 1972, texte repris dans Le Mentir-vrai, Gallimard, 1980, p. 530.
  • 4 L’affaire est complexe, comme le rapporte Jean Ristat, répondant à la question de Francis Crémieux, (...)

1La couverture reproduite ci-contre est la version numérique de l’encart papier des Lettres françaises1 publié dans L’Humanité en mai 2012, soixante-dix ans après le premier numéro paru dans la clandestinité en 1942. Ce qui s’est passé dans l’intervalle appartient certes à l’histoire politique et culturelle française mais relève également de l’héritage moral d’un titre qui passera, après la mort d’Aragon, par plusieurs renaissances, voulues – et si l’on peut dire écrites – par Jean Ristat. Il nous a semblé important, dans ce dossier consacré aux Lettres françaises d’Aragon, de proposer une première approche de ce travail de maintien, de restauration et de transformation. Plus précisément, il s’agit ici de dégager quelques traits de ce récit, qui relève selon nous du « roman », en ce que ces retours successifs du titre au jour disent de la mémoire affective qui se tisse, au-delà de la mort, dans l’action de presse et la survie complexe des paradigmes idéologiques. Journal plusieurs fois surgi de ses cendres, Les Lettres françaises, fondé par Jacques Decour et Jean Paulhan en 1941 aura connu en effet plusieurs vies dont le souvenir continue de travailler, diversement, les renaissances : développé sous l’Occupation, à partir de 1942, par Claude Morgan (qui prend la suite de Jacques Decour, fusillé le 30 mai 1942 au Mont-Valérien), il est l’un des organes majeurs de la Résistance intellectuelle en France. De la Libération jusqu’en 1953, c’est encore Claude Morgan qui en assume la direction, alors qu’Aragon était déjà très présent depuis 1948 à travers le cahier « Tous les Arts ». Ce n’est qu’à partir de février 1953 qu’Aragon en prendra officiellement la direction, et pour longtemps, malgré l’incident majeur du portrait de Staline en mars. Cet hebdomadaire, déjà chargé de la mémoire collective de la Résistance, vivra désormais, en pleine guerre froide, du combat intense de la vie politique, culturelle, scientifique et artistique, chaque semaine, jusqu’en 1972, soit pendant 1326 numéros, avant de disparaître. On connaît l’histoire de cette première mort des Lettres françaises dont la publication dut être suspendue le 11 octobre 19722, marquée au fer de l’amertume par « La Valse des adieux », récit dans lequel Aragon fit le compte de ses colères, désillusions et frustrations, coupant court aux protestations d’un cinglant « J’ai gâché ma vie et c’est tout3 », qui fit sans doute autant de mal aux lecteurs que l’arrêt du journal lui-même. Jean Ristat, dont Aragon fit paraître des textes au tout début de leur rencontre dans Les Lettres françaises, fut témoin de ce second choc qui suit la disparition d’Elsa Triolet en juin 1970 et, deviendra, après la mort d’Aragon, propriétaire du titre et exécuteur testamentaire4. L’intervalle est grand entre la fin de cet hebdomadaire et sa première renaissance. On se souvient en effet que ce n’est que dix-sept ans plus tard, en 1989 (soit sept ans après la mort d’Aragon) que Jean Ristat fit reparaître Les Lettres françaises en encart dans un numéro de Digraphe (le numéro 50 de décembre 1989), expérience qui se poursuivit jusqu’en 1993, où Les Lettres furent à nouveau « enterrées » pour des raisons de choix éditoriaux et des problèmes économiques comme il s’en est expliqué dans Avec Aragon, rappelant à cette occasion l’ambition du journal présenté comme un lieu pluriel, ouvert et critique :

  • 5 Ibid, p. 244-245.

Le premier numéro des Lettres est un quatre pages encarté dans Digraphe, alors publié par le Mercure de France. Je n'ai aucun moyen financier, il faut le savoir. Le deuxième numéro sort sous son ancien format – celui de 1972 – avec la même présentation qu’autrefois, grâce au bénévolat d’un imprimeur. Tout cela se fait dans une semi-clandestinité5.

2Et plus loin :

  • 6 Ibid., p. 248.

Je pense qu’un bon travail a été fait. Les Lettres françaises devaient être un journal dans la mouvance communiste mais avec une liberté de ton, de débat, d’intervention, d’interrogation, y compris sur le marxisme… Je voulais un organe de presse qui défende la création dans sa diversité, son pluralisme, son audace6.

3Une relance fut à nouveau tentée en 2002, lors d’un numéro de L'Humanité et à l’occasion des vingt ans de la mort d’Aragon. Enfin, en 2004, un accord fut trouvé avec L’Humanité pour la parution mensuelle des Lettres françaises comme supplément littéraire, publication qui se poursuit donc à un rythme régulier depuis huit ans.

4C’est donc de la survivance d’un état d’esprit qu’il s’agit, y compris dans cette version numérique de la mémoire, mais aussi de filiation et d’héritage, à la fois sur le plan humain et sur le plan d’une ligne éditoriale reprise et prolongée. Nous sommes sur le fil de ce qu’on pourrait appeler une mémoire éthique telle qu’elle a pu se transmettre des années de l’Occupation jusqu’aux années soixante puis des années soixante-dix à nos jours, à travers le travail de restauration d’un journal spécifiquement consacré aux œuvres de l’esprit et à la notion de « résistance » revendiquée par Jean Ristat dans son éditorial de 2004. Les Lettres françaises en version papier et, en cohérence avec la modification rapide du paysage éditorial de la presse depuis le début du XXIe siècle en version numérique aujourd’hui, constituent donc un objet singulier d’étude que nous voudrions présenter dans la lecture active des Lettres françaises d’Aragon que constitue leur réédition, qui est aussi commentaire de ce qu’elles furent pour plusieurs générations de lecteurs, dans un contexte où les suppléments littéraires associés aux grands quotidiens, comme Le Monde, Libération ou Le Figaro tentent eux-mêmes de survivre et Les Lettres françaises de se distinguer.

Un titre en héritage

5L’observation de la bannière actuelle du supplément Les Lettres françaises réactive, à l’intention d’une mémoire collective dont l’étendue est de plus en plus restreinte, toute une série d’évolutions du titre et institue cette accroche visuelle, nécessairement, comme lieu de mémoire stratégique. C’est un espace de commémoration, générant lui-même quelques oublis : à l’image du nom effacé de l’un de ses contributeurs essentiels et directeur, Claude Morgan, un moment disparu de la bannière, sans doute par erreur involontairement reconduite, puis réinséré dans les versions les plus récentes, justement parce qu’il s’agit bien d’une stèle de mémoire, de transmission et de filiation identitaire. Par contact entre le nom des directeurs successifs avec le titre, l’histoire de cet organe de presse historique se lit donc dans la cinétique de sa typographie qui évolue au fil du temps, jouant des caractères, des espacements et des couleurs. La typographie actuelle, volontairement datée, en décalage avec la police aujourd’hui choisie pour les articles, renvoie en effet à la présentation qui était celle des numéros des années soixante, eux-mêmes rattachés à des bannières plus anciennes.

  • 7 Accentuation que redouble aujourd’hui, dans la version en ligne, le suffixe « .fr »

6Ainsi, le principe du titre « Les Lettres françaises », condensé de la défense et de la continuité de l’Esprit en temps d’Occupation et du maintien de la culture française en période allemande où la « civilisation française » se trouve menacée, inscrit au fronton des numéros clandestins à partir de 1942 à la fois le nom de la parution dans une police aux empâtements évidés et le nom de son fondateur, en l’occurrence le seul Jean Paulhan. Mais « Les Lettres françaises » renvoie aussi pour ceux qui ont connaissance de sa fondation à l’état d’esprit de Jacques Decour, agrégé d’allemand, qui incarne à la fois le martyre des intellectuels français, l’urgence d’un engagement concret des intellectuels et le respect de la culture allemande, état d’esprit que Vercors prolongera dans Le Silence de la mer. Dès décembre 42, la bannière-titre, toujours très travaillée, affiche une police « Arts Déco » hachurée verticalement ou alternativement évidée qui sera maintenue jusqu’en septembre 1943. C’est à partir de la version d’octobre 1943 que l’impression manuelle est remplacée par une impression mécanique et que la bannière quitte la police dessinée pour s’inscrire dans une police beaucoup plus sombre et épaisse. Elle-même sera l’objet de modifications régulières, avec notamment la correction du numéro d’octobre 1943, qui ne portait pas les majuscules aux initiales, par le numéro de novembre 43, qui les rétablit. C’est également à partir de ce numéro d’octobre 1943 que la bannière représente un réseau politique et intellectuel de plus en plus organisé : « Revue des écrivains français / groupés au Comité / National des Écrivains », renforçant la signification induite de « Lettres » et la force de reconstruction d’une identité nationale sous l’adjectif « françaises », repris et assénés dans les titres d’articles en pleine page ainsi que dans les « cahiers » comme l’« écran français » ou la « scène française »7.

  • 8 Voir notre communication en ligne : « L’arborescence des arts dans Les Lettres françaises », http:/ (...)

7La bannière-titre, porteuse des symboles enchaînés des martyrs et des luttes de communistes, devient donc une sorte d’étendard, de lieu visuel spécifique d’une mémoire de la résistance intellectuelle française, chargé de toute l’émotion et de la mémoire des hommes disparus, des combattants exécutés, des intellectuels torturés, et des combats à mener. Les variations typographiques qui ont suivi, liées à des impératifs de renouvellement graphique qui ont lieu dans toutes les revues et journaux à intervalles réguliers, souvent comme marqueurs d’un changement d’état d’esprit, signalent d’autant plus des modifications de la ligne éditoriale et du contexte politique qu’elles maintenaient et faisaient vivre le concept initial. Le passage au vert clair, en 1947, assez surprenant, affirme pourtant une continuité des contenus culturels et idéologiques où les Lettres dominent mais également la poursuite de la reconstruction nationale, avec le passage de l’adjectif en italique, marquant d’un accent emphatique le second temps du titre. Ce vert clair devient plus sombre au début de l’année 1953 mais aussi plus austère, avec une inversion des couleurs, un blanc sur fond vert hérité du cahier « Tous les arts » dirigé par Aragon, non sans un passage très bref par le rouge sang, trop exclusivement politique pour perdurer. À partir de 1953, le cahier « Arts » fusionne en quelque sorte avec le concept général des Lettres françaises (mais c’est aussi l’inverse qui se produit, le titre du cahier aragonien étendant son influence à l’ensemble de l’hebdomadaire) tout en restant isolé en certaines pages à l’intérieur du journal, confortant la continuité de l’esprit entre les articles plus directement liés à l’actualité politique et les articles sur les arts, cinéma, peinture, dessin, sculpture, architecture, musique et bien entendu littérature, mais dans un « territoire » éditorial spécifique8. La lecture sémiotique de la bannière de 1953 nous conduirait à voir dans les ellipses « ARTS » et « Spectacles », non seulement une opération de mutualisation des cahiers « Écrans français » et « Scènes françaises » mais une mise en valeur plus nette de l’ouverture culturelle des Lettres françaises sur les domaines de l’image fixe et animée, ensemble qui dans son principe même porte la marque d’Aragon.

8De toute cette histoire typographique, la bannière actuelle se souvient : le vert (évolutif) notamment et les italiques de l’adjectif. Mais c’est bien à la typographie des années soixante, période d’intense renouvellement critique, que la bannière actuelle renvoie, c’est-à-dire aussi aux années où Jean Ristat commence à être publié dans les Lettres, et plus simplement qui constitue la dernière version de Une du journal, logiquement repris dans la version la plus récente. L’exploration de cette allusion typographique, lisible aussi dans les titres et certaines polices de caractère, rattache visuellement le journal de Jean Ristat à la mémoire de la Résistance, notion qu’il transpose dans le contexte de la mondialisation contemporaine, toutes proportions gardées, mais aussi dans l’exact prolongement de la défense de l’esprit, de la préservation du savoir et de l’intelligence, contre toutes les forces qui tendent à l’étouffer, l’entamer, le masquer ou le réduire au silence.

Fidélité de la ligne éditoriale

9La fidélité au titre se retrouve donc dans le respect de la structure et de la ligne éditoriale globales. Si les années Digraphe, de 1989 à 1993, semblent avoir été marquées par une volonté de libérer la pensée sur les minorités sexuelles et simultanément de donner un peu d’air au cœur de la pensée marxiste, c’est bien, à partir de 2004, dans le même esprit que les sujets sont choisis et l’on ne peut se déprendre, à la lecture des numéros accessibles en ligne, d’une impression de suivi précis des directions prises par les Lettres dès les années cinquante. Les rubriques relèvent en effet de la même logique, même si elles sont moins nombreuses ou moins étendues : le numéro de mai 2011 est exemplaire de ce phénomène d’imitation-transposition des grandes pages des Lettres françaises originelles, telles qu’elles sont annoncées, par exemple, en février 53, au moment où Aragon prend la direction du journal :

Il nous faut aujourd’hui, suivant une formule renouvelée, répondre aux exigences de la défense de la culture et de la paix. Il nous faut aider notre pays dans le domaine de la culture à résoudre plus à fond les problèmes de l’indépendance nationale. Il nous faut apporter à nos lecteurs à la fois les explications nécessaires sur la vie contemporaine de l’esprit, les sciences, la littérature, les arts, les spectacles, scène et écran et la documentation critique sur les forces et traditions de progrès et de paix que contient notre patrimoine dans la poésie, le roman, la peinture, la sculpture, le théâtre, la pensée, les connaissances scientifiques, etc.

10La stratégie éditoriale de ce numéro de 2011 se souvient donc non seulement du foisonnement des Lettres françaises dans les années soixante mais aussi réactive la racine rédactionnelle des années cinquante en déployant un dispositif arborescent identique : autour d’un auteur-phare du XIXe romantique, comme Thomas de Quincey, pousse la branche « Lettres » où Ton trouve quelques articles sur Léopardi, puis « Lettres/Savoirs » qui introduit aussi à des comptes rendus sur des sujets plus nettement idéologiques, la rubrique « Arts », où Ton peut lire par exemple un article « De la beauté moderne », très aragonien, puis « Arts/Cinéma », « Théâtre » et enfin « Musique ». Ce numéro recèle aussi, dans ses sujets, un nombre considérable d’allusions aux anciennes Lettres : Brecht pour le théâtre qu’Elsa Triolet commenta longuement dans les années cinquante, Thomas de Quincey, le romantisme anglais et sa dimension révolutionnaire, la peinture médiévale dans l’article de Gérard-Georges Lemaire, la littérature marxiste, la critique anti-hollywoodienne, tout ceci soulevant pour les lecteurs des anciennes Lettres un nombre considérable d’images, de textes et de souvenirs. Le titre principal de la rubrique « Cinéma », en particulier : « Sojcher : “le complot d’Hollywood” », qui fait écho étrange à bien des titres des Lettres françaises dans les années cinquante.

11Cet effet-mémoire joue des interférences d’époques : il ne rejoint en effet la démarche de reprise et d’hommage qu’en ce qu’il est aussi en prise avec l’actualité commerciale de l’industrie du cinéma, dépassant le risque d’une impression de pastiche pour développer l’idée d’une permanence des combats anciens. Aux yeux d’un lecteur sympathisant et pour peu que ce lecteur soit assez âgé pour avoir vécu la lutte des Lettres françaises non seulement contre le cinéma américain tout puissant mais aussi contre la censure française à l’égard des cinéastes français, l’effet de superposition des époques est immédiat. Pour un lecteur que nous supposerons plus neutre, ou plus jeune, ce qui est perçu relève sans doute davantage de l’interférence. En lisant Les Lettres françaises telles qu’elles s’éditent aujourd’hui, ce n’est donc pas seulement un contenu intellectuel auquel nous accédons, mais à cette étrange vibration du titre-temps projetant le lecteur vers le passé fonctionnant simultanément dans l’autre sens, en réinjectant dans l’époque présente les luttes et le travail de vigilance des années cinquante dans les domaines des arts, de la culture et de l’idéologie. On versera de même au dossier du décalque-transfert la lexicologie générale et la titrologie des pages intérieures, dont la musique, à quelques exceptions près, est directement inspirée de la clarté pédagogique affichée par Les Lettres françaises dans les années cinquante et soixante. De même, à l’intérieur des articles, il n’est pas rare de rencontrer des techniques rédactionnelles qui sont très proches de ce qui se faisait dans les années cinquante lorsqu’il s’agissait de présenter un artiste : amorce biographique, enchaînement pédagogique et accessible sur les problèmes qui se posent, puis approfondissement de la pensée, de l’art, de la méthode, le tout avec un souci de la qualité de la langue, encore renforcé par la clarté et la lisibilité de la police de caractère.

Résistances enchâssées

12Plus concrètement, il faut peu de temps au lecteur pour rencontrer les traces d’une mémoire transmise depuis les années d’après-guerre, qui est celle de la résistance et qui s’accroche en particulier aux textes majeurs d’Aragon, du même coup revendiqué comme figure tutélaire d’une écriture de presse et comme incarnation d’une forme de résistance de l’esprit en temps d’Occupation. À plusieurs reprises, par exemple, Les Lettres françaises renvoient ainsi à la réédition du Musée Grévin aux éditions du Temps des Cerises, éditeur lié aux publications du Parti communiste, ce qui ne va pas sans transmission de valeurs entre plusieurs institutions issues d’un même champ éditorial et politique et qui assument un même devoir de rappel. Les Lettres françaises se définissent ainsi, par rattachements directs ou plus discrets à tout un réseau de la mémoire collective de la Résistance, comme le souligne l’Édito de Jean Ristat en avril 2011 :

Les Lettres françaises, gardons-en mémoire, furent le journal de la Résistance intellectuelle contre l’occupant nazi. Fondées par Jacques Decour et Jean Paulhan en 1942, elles cessèrent de paraître en 1972. Vercors, à la mairie du 9e arrondissement de Paris, rendait hommage à Jacques Decour en ces termes : « Avec Les Lettres françaises et les Editions de Minuit, c’est pratiquement toute la Résistance intellectuelle dont Jacques Decour a été l’initiateur. » Vercors intervient alors au moment de la disparition des Lettres françaises et s’écrie : « Ce n’est pas le lieu ici de discuter les causes de cette douloureuse disparition […] Il nous semble que sa mémoire a été trahie deux fois et nous tous avec elle. » Le nom de Jacques Decour « est à jamais inscrit dans notre histoire ». J’écris dans un moment où, en France, le programme de la Résistance est peu à peu démantelé et le développement culturel de notre pays gravement menacé par les coupes budgétaires drastiques : lois du marché oblige ! Il faut donc résister et passer à l'offensive : la bataille des idées n’attend pas. Les Lettres françaises aujourd’hui veulent être un lieu de rassemblement des intellectuels, des artistes, des écrivains contre l’inculture organisée par le capitalisme mondialisé.
(Les Lettres françaises, no 81, avril 2011)

13Nous ne sommes pas très loin des éditoriaux des Lettres françaises du début de l’année 1953, où cette voix de 2011 trouve appui, origine, et qu’elle prolonge :

Combien de journaux issus de la lutte du peuple français pour son indépendance ont-ils subsisté ? Et combien de ceux qui subsistent en titre, sont-ils toujours entre les mains qui le firent au temps de la Résistance et au lendemain de la Libération ? […] Il nous faut aujourd’hui, suivant une formule renouvelée, répondre aux exigences de la défense de la culture et de la paix. Il nous faut aider notre pays dans le domaine de la culture à résoudre plus à fond les problèmes de l’indépendance nationale. Il nous faut apporter à nos lecteurs à la fois les explications nécessaires sur la vie contemporaine de l’esprit, les sciences, la littérature, les arts, les spectacles, scène et écran et la documentation critique sur les forces et traditions de progrès et de paix que contient notre patrimoine dans la poésie, le roman, la peinture, la sculpture, le théâtre, la pensée, les connaissances scientifiques, etc. […] L’assemblée des actionnaires de notre journal a désigné Aragon pour la direction des Lettres françaises. Il n’est pas besoin de commenter ce choix.
(Les Lettres françaises, no 453, février 1953)

14Très clairement, il s’agit de la poursuite de cette ligne de résistance politique qu’Aragon incarnait avec la force de l’évidence (« Il n'est pas besoin de commenter ce choix »), une ligne de résistance intellectuelle et morale à tout ce qui éteint la vie de l’esprit, et à tout ce qui, d’une manière ou d’une autre, atteint la pensée, la philosophie, la connaissance des arts, les discriminations sociales, raciales ou sexuelles. Résistance aussi à la dissolution de la pensée marxiste dans l’oubli, au prix parfois d’articles assez décalés sur le dynamisme et la pertinence de la pensée de Mao, dans le sillage des ouvrages d’Alain Badiou, mais aussi, ce qui enrichit le feuilleté de la mémoire, en référence aux engagements maoïstes de Ristat lui-même, dans les années soixante-dix. Dans cette perspective, on assiste à un étrange croisement de la projection autobiographique et de l’héritage du journalisme critique tel que le pratiquait Aragon, ce qui implique un dépassement, qui consisterait à dire que, justement, les nouvelles Lettres françaises s’inscrivent dans la droite ligne du fonctionnement journalistique aragonien où les données personnelles indirectement injectées, n’étaient pas absentes.

Filiations complexes

  • 9 LLF, no 55, janvier 2009, p. VIII.
  • 10 Photographie de Franck Delorieux, p. VI.

15Les Lettres françaises de Jean Ristat tissent ainsi une toile complexe qui entremêle les fils de l’historique, de l’idéologique et de l’autobiographique au prix d’une bascule fréquente entre le passé et le présent, dont l’hebdomadaire capte les associations. Ce processus qui consiste à croiser les grilles de lecture des conflits actuels avec les deux guerres mondiales se lit par exemple dans le traitement d’un témoignage issu de la Première Guerre mondiale, lié par la page à un article sur les bibliothèques pillées de 1941, en France et plus globalement aux angoisses générées par des conflits éparpillés à la surface du monde9. Cette liaison des temps se lit également, avec une plus ou moins grande intensité selon les numéros, dans la convocation de la figure aragonienne, avec des cas de mise en abyme vertigineux, encore accentués par la mise en page et les illustrations. « Causer avec Dieu », de Jean Ristat, paru dans Les Lettres françaises de ce même numéro de janvier 2009 témoigne de cet étrange mélange d’affection et d’histoire, où la page suggérant le dialogue à distance de deux géants littéraires, Aragon et Claudel, se trouve illustrée d’une photographie10 représentant Jean Ristat devant le tombeau de Claudel, en posture méditative. L’article, d’une belle densité, ajoute une nouvelle strate de mémoire à ce qu’Aragon disait de Claudel, l’hommage franc d’Aragon à Claudel lors de sa mort renvoyant lui-même à l’hommage que lui rendit Claudel en 1945 à propos d'Aurélien. Claudel, Aragon, Ristat, Les Lettres françaises se présentent dès lors dans ce jeu des pages comme structure polymorphe adressée à la mémoire collective mais dit aussi autre chose, entre les lignes, de l’écriture de soi. Une lecture attentive des Lettres françaises d’Aragon, pour peu qu’on la rapporte à l’œuvre poétique, romanesque et critique, fonctionne chez lui comme l’autre surface d’une écriture, ou peut-être comme Tailleurs (horizon ou « arrière-texte ») d’une écriture fictionnelle et esthétique qui lui est organiquement, intimement liée. Chez Aragon, Les Lettres françaises sont l’accompagnement et la poursuite d’une parole dont les arabesques croisent des préoccupations artistiques et humaines à l’œuvre dans ses romans, les uns alimentant l’esprit de la revue, de même que la revue servait parfois de laboratoire d’images et d’idées aux futures œuvres romanesques. Dans Les Lettres françaises de Jean Ristat, le principe d’une revue qui serait un gigantesque échangeur est maintenu, de même que la projection plus ou moins volontaire de soi, rarement pour elle-même, mais en ce qu’elle est mémoire des mondes passés et conscience du monde présent. Dès lors la figure du poète en posture de mélancolie devient aussi le pivot légitime de cette attention inquiète. C’est dans cette logique éthique et esthétique que le dialogue s’instaure entre les guerres d’hier et d’aujourd’hui et que les groupes d’auteurs aimés par Aragon se retrouvent encore sous la plume des auteurs des Lettres françaises comme filtre politiquement déterminé d’un accès au présent. Habitée par des fantômes, la version la plus récente des Lettres françaises, quelles que soient les boucles de l’arabesque et des médiations esthétiques, parle depuis une plateforme qui porte en elle le temps et qui produit encore un discours idéologique contemporain à travers cette interférence. Le phénomène est également lisible dans le traitement du marxisme, déterminé par la coloration qu’il donna autrefois aux Lettres françaises d’Aragon (même si Aragon laissait plutôt à Pierre Daix ou André Wurmser la responsabilité des articles sur les ouvrages consacrés à Marx, Engels ou Lénine) mais également par le positionnement philosophique de Jean Ristat qui fait écho à ses travaux sur Derrida dans les années soixante-dix. On retrouve la trace de l’influence de Derrida dans maints numéros et c’est par exemple un spécialiste de Derrida (J.-O. Bégot) qui signe certains articles sur Marx, lors de la réédition du Capital en 2009, dans la rubrique « Savoirs », comme « Marx sans fin » ou encore « Le fétichisme du capital au prisme d’un chapitre inédit de Marx » (Les Lettres françaises du 5 mai 2011). Il s’agirait dans ce cas d’une forme de continuité et d’auto-héritage.

16Si Les Lettres françaises reprennent aussi nettement les chemins des années cinquante et des années soixante-dix, c’est que politiquement, sociologiquement, les jeux de force sont proches, et que les époques, à cinquante ans de distance, recèlent des problématiques voisines. Mais Ton s’interroge parfois, bien évidemment, sur cette étrange impression d’un revival général qui semble vouloir rejouer une partition oubliée et cet aspect crée, dans la lecture du mensuel, une zone de perturbation et de confusion générant un espace d’écriture nouveau, encore accentuée par la présence de son directeur. On ne serait pas loin, dans ce cas, de la présentation des Lettres françaises, sur certains aspects, comme fiction dans la mesure où, même si les articles de ce journal ont barre sur l’actualité des arts, des débats philosophiques, littéraires, scientifiques, poétiques et artistiques, il semble qu’on habite un monde autre, hanté par l’utopie du modèle ancien, vers lequel tend l’écriture même des pages, son lexique, sa phraséologie, sa musique propre. En ce sens, Les Lettres françaises se déploient aujourd’hui en un chassé-croisé des mondes et des époques idéologiques : ni tout à fait un journal actuel tant pèse sur elle l’héritage du modèle éditorial et esthétique d’autrefois, ni tout à fait un journal réduit au décalque, puisque l’ensemble aspire à une vitalisation du modèle ancien par la conjonction des survivances. Les Lettres françaises constituent donc bien une instance culturelle mais se donne également à lire comme fiction, et peut-être aussi comme roman, dans la mesure où prolongeant la geste aragonienne, il rejoint cet effet de mélange et d’allusions qui caractérisait autant la composition du journal sous la direction d’Aragon que ses derniers romans. La restauration des Lettres françaises par Jean Ristat relèverait donc d’une écriture stratifiée de la mémoire, et l’encre mélancolique du papier-journal, où surgissent constamment les signes noirs des guerres anciennes, dirait le dépassement du deuil – individuel et collectif – dans la complexité des legs et des filiations.

Notes

1 http://www.les-lettres-francaises.fr/

2 Voir Pierre Daix, Aragon, Tallandier, p. 568-570.

3 LLF no 1455, octobre 1972, texte repris dans Le Mentir-vrai, Gallimard, 1980, p. 530.

4 L’affaire est complexe, comme le rapporte Jean Ristat, répondant à la question de Francis Crémieux, « [en 1989] Je titre vous appartient encore ? » : « Oui, le titre m’appartient encore. A l’époque, la propriété du titrene pouvant être celle du Partiétait celle de Messidor-Temps actuels. N’entrons pas dans les arcanes juridiques de l’affaire. Mais je considérais que j'incarnais la légitimité. », in Avec Aragon, Gallimard, 2009, p. 245.

5 Ibid, p. 244-245.

6 Ibid., p. 248.

7 Accentuation que redouble aujourd’hui, dans la version en ligne, le suffixe « .fr »

8 Voir notre communication en ligne : « L’arborescence des arts dans Les Lettres françaises », http://louis-aragon-item.org.

9 LLF, no 55, janvier 2009, p. VIII.

10 Photographie de Franck Delorieux, p. VI.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search