Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°14

 | 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Avant-propos

Maryse Vassevière et Luc Vigier

Texte intégral

1Les Lettres françaises constituent dans le champ de recherche aragonien un objet immense, un monument labyrinthique et un corpus fascinant : plus de mille cinq-cents numéros répartis sur trente années (1942-1972), dont près de vingt années sous la direction précise, passionnée et méticuleuse d’Aragon. Même si des études ont déjà été conduites sur les textes et chroniques d’Aragon et sur sa carrière à la tête des Lettres françaises, rien n’avait été envisagé qui pût prendre la forme d’une approche plus globale. D’abord envisagée comme journée d’études, cette rencontre dont le projet était déjà ancien, devint donc rapidement, par effort conjoint de l’équipe Aragon de l’IΤΕΜ et de l’ÉRITA, un colloque aux ramifications importantes, convoquant jeunes chercheurs, témoins et spécialistes. Réunies sous les toits du Moulin de Villeneuve, ces paroles croisées ont pu bénéficier de l’accueil chaleureux de Bernard Vasseur et Caroline Bruant : c’est dans une ambiance amicale et attentive que les communications et les débats ont eu lieu, au profit d’une approche multipolaire de cette « œuvre » inclassable soumise à toutes les tensions idéologiques, historiques et esthétiques de la guerre froide.

Jeunes chercheurs et témoins

2La première table ronde a été l’occasion de donner la parole à de jeunes chercheurs. Dans le prolongement des travaux pionniers d’Yves Lavoinne sur Aragon journaliste, qui propose ici une passionnante analyse de la posture aragonienne à l’égard de la culture, ils ont conduit un travail de recherche sur l’écriture spécifique d’Aragon au sein des Lettres françaises, explorant un territoire stratifié d’une grande densité, encore peu arpenté, qui a pourtant toute sa place dans le corpus-continent aragonien. À l’évidence, les textes d’Aragon, et d’Elsa Triolet comme on le verra plus bas, au sein de cet hebdomadaire, existent à la fois en eux-mêmes au sein du dispositif des Lettres tout en tissant des liens constants avec l’autre côté du miroir, poétique, historique et romanesque. C’est ainsi que Julie Morisson s’attache à décrire cette langue poétique qui constitue la matière des écrits d’Aragon sur l’art, toute autre approche étant vouée à l’échec, au profit d’une critique sensible de ce qui se dit sans les mots. Emmanuelle Cordenod-Roiron, quant à elle, revient sur le cas Vailland et « lenvers méconnu de linstrument de pouvoir quétaient Les Lettres françaises pour Aragon », lieu d’un dialogue à distance plutôt hostile dans les pages mêmes du journal. Lina Aghbarian enfin déplie les arborescences de la critique littéraire chez Aragon lorsque celle-ci s’applique à un auteur qui le fascine, Marceline Desbordes-Valmore, au prix d’un jeu de reflets vertigineux croisant les éclats du politique, du romanesque et du poétique.

3L’autre table ronde fut pour tous les auditeurs présents l’occasion d’entendre deux témoins majeurs d’une pratique concrète de la direction de l’hebdomadaire par Aragon. Pierre Daix, qui fut rédacteur en chef de l’hebdomadaire, rappelle ainsi l’investissement qui était celui d’Aragon dans chaque étape de la conception et de la composition des pages, son regard précis sur les illustrations et les clichages. Sous une forme plus poétique et ludique, Charles Dobzynski revient sur dix-huit années de compagnonnage et de travail, soulignant en particulier la vivacité de la critique cinématographique au sein des Lettres françaises. Enfin le témoignage lu de René Depestre rappelle l’intensité et la rigueur des relations qu’Aragon entretenait avec les jeunes poètes, les écritures nouvelles, et son attention aux voix de la décolonisation, ouvrant les pages des Lettres françaises aux poètes de la négritude, rendant par là même hommage à la continuité en eux de la poésie nationale.

Les Lettres françaises dans le temps

4Très concrètement située dans les circonstances, chaque livraison des Lettres françaises s’offre par ailleurs à une lecture contextualisante et historienne. L’approche d’Yves Lavoinne, qui prend paradoxalement pour objet une conférence de 1946 située hors du corpus des Lettres, éclaire très vivement les débats sur la culture qui se déploieront ultérieurement dans les pages de l’hebdomadaire, mettant en lien les positions d’Aragon, les tensions autour des origines de la collaboration et les stratégies internationales au sein de l’UNESCO. Étendue sur trente ans, la période directoriale d’Aragon suscite des études centrées justement sur l’évolution de ces données politiques, qui évoluent de manière parfois imperceptible. La contribution d’Erwan Caulet examine ainsi le sens politique des référents bibliographiques dans l’hebdomadaire, suivi dans la contradiction de ses évolutions successives. C’est aussi ce qui fait des Lettres françaises un dispositif pléthorique pour l’histoire littéraire, dont Josette Lefaure-Pintueles explique comment Aragon la présente, en ses valeurs, comme l’expression même de l’éphémère des affections, des choix, et du goût. Corinne Grenouillet concentre quant à elle le regard sur un exemple précis et hautement symbolique de ces évolutions, souterraines : le Spécial étudiants de mai 68 voulu par Aragon qui s’éloigne de la dimension politique de la parole pour la faire entendre aussi comme une parole poétique, la dimension politique étant celle de l’aveu d’une faute, celle du dialogue manqué avec l’UEC (Union des Étudiants Communistes) en 1964, qui déclencha une véritable crise interne. Enfin, la contribution de François Vignale remonte aux sources des Lettres françaises en examinant la période de la Résistance et sa survivance dans la période de l’après-guerre. Mais la question du temps se pose également en d’autres termes et Édouard Béguin s’interroge ici sur la signification et la portée du dernier « article » d’Aragon, « La Valse des adieux » dans le numéro d’octobre 1972 par lequel Aragon prend congé de son lectorat et signe sa « mort politique », en produisant pour cette fin de non-recevoir, non pas un texte politique mais d’abord un art romanesque laissant ouverte l’idée seule du chant. L’héritage, c’est justement la figure que Luc Vigier choisit d’explorer dans cette valse du retour qu’est la nouvelle série des Lettres françaises sous la direction de Jean Ristat, où les effets d’allusions et de filigranes transforment en partie ce travail de transmission en récit complexe des interférences de l’histoire et de la permanence des luttes.

Réflexion théorique et métalangage

5D’autres approches synthétiques ont émergé de ce colloque et l’on a été conduit à penser la figure d’Aragon dans Les Lettres françaises selon des paradigmes plus généraux et philosophiques. Ainsi, Daniel Bougnoux, apportant l’éclairage de la médiologie revient sur la triple dimension du directeur des Lettres françaises : le savant, le journaliste et l’écrivain, avec l’idée d’une « mentalité élargie » autorisant à penser le journal en inscription du dire dans le temps et la publication en agir. C’est cet agir critique que Maryse Vassevière, auteur de plusieurs recensements analytiques du corpus critique et journalistique d’Aragon, propose d’analyser ici, dans « Savoir aimer », rejoignant en cela les approches soulevées par la table ronde des jeunes chercheurs, quelques pistes susceptibles de caractériser le discours critique aragonien (critique littéraire et critique d’art) au-delà des schématismes de l’idéologie, établissant par la même occasion une liste complétée des articles d’Aragon dans Les Lettres françaises de 1953 à 1972.

Elsa entre dans le colloque…

6Ce colloque sur l’activité d’Aragon journaliste et directeur de journal ne pouvait avoir lieu sans évoquer le rôle majeur d’Elsa dans les Lettres françaises, à quoi s’est attachée Marianne Delranc-Gaudric, recensant et commentant les données d’une présence singulière d’Elsa, figure de la vigilance, y compris contre son camp et dont on devine à la fois les fidélités profondes, l’autonomie éthique radicale et le dialogue discret qu’elle entretint avec Aragon pendant toutes ces années. La précision du travail effectué par Marianne Delranc-Gaudric constitue à lui seul un socle important de recherches ultérieures qui pourraient du reste envisager non seulement le corpus trioletien mais le croisement des voix et des allusions dans l’ensemble des Lettres françaises.

7Les recherches, les débats et les témoignages plaident pour une prise en compte non seulement des textes d’Aragon (y compris les apocryphes sur lesquels sans doute reste un long travail d’enquête à effectuer), mais également des interactions de ces textes avec les collaborateurs les plus proches et de son dialogue parfois fortement elliptique, allusif ou crypté au contexte politique, éditorial, littéraire, esthétique et critique qui est l’arrière-plan de chaque article publié dans Les Lettres françaises. Ce premier colloque consacré aux Lettres françaises a permis de créer le désir de consolider ce champ à la fois séparé et totalement solidaire de l’œuvre d’Aragon, en maintenant de front les données d’écriture au sein des pages, l’étude de la politique générale de la ligne éditoriale et l’image mouvante d’un auteur confronté aux impasses d’une lutte infinie.

8Ainsi, ce colloque sur « Aragon et Les Lettres françaises » tout en interrogeant l’intervention d’Aragon dans le champ culturel ne nous a jamais fait quitter les terres de la littérature et de l’histoire littéraire : celle d’Aragon lui-même, conçue comme un continent, et celle de ses jeunes pairs (Joseph Delteil, Depestre, Moussinac, Bernard Noël, Sollers, Ristat pour prendre quelques exemples du XXe siècle) avec lesquels il est toujours en dialogue, ou en silence. Penser Les Lettres françaises comme lieu de mise en œuvre d’une parole infiniment reprise, sans doute était-ce l’une des impressions dominantes de ces deux journées de Saint-Amoult-en-Yvelines mais aussi l’un de ses projets. L’avenir pourra nous donner l’occasion de théoriser cette dissémination et cette recréation d’une voix au sein des pages superposées d’un livre où les écrits se soutiennent et se corrigent de numéro en numéro, refermant le sens des déclarations sur le contexte déjà perdu d’une époque devenue pour beaucoup illisible, et qu’il faut aujourd’hui conserver, archiver, traduire et transmettre comme élément d’un patrimoine. Les Lettres françaises méritent cette archéologie, cet étonnement et cette patiente étude.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search