Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°9

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Dossier. Témoignages

Essai d’inventaire bibliographique pour Le Fou d’Elsa

Hervé Bismuth et Suzanne Ravis

Texte intégral

  • 1 Jacques Berque, Il reste un avenir, éd. Arléa, 1993.
  • 2 Voir par exemple le témoignage d’Hamid Fouladvind recueilli par Najine Shahnaei, sur des ouvrages c (...)

1Si la passion de lire et la “pulsion documentaire” d’Aragon sont déjà manifestes dans « Le Monde réel », et plus encore dans La Semaine sainte, elles culminent, paradoxalement, avec la rédaction du Fou d’Elsa, « poème ». Le dossier manuscrit laissé par le poète, cependant, ne garde presque aucune trace de l’énorme chantier des lectures qui ont pu nourrir l’élaboration de l’œuvre, à un titre ou à un autre, à quelque moment de la genèse. Or, l’ambition aragonienne de réécrire l’Histoire d’un point de vue différent de celui des vainqueurs, et la découverte de l’univers arabo-musulman, supposent la consultation – ou le parcours fiévreux – d’un nombre considérable d’ouvrages : « Aragon a dépouillé, pour écrire Le Fou d’Elsa, la valeur d’une bibliothèque, incluant dans son livre d’incroyables détails que seuls peuvent connaître les spécialistes », déclarait Jacques Berque dans des entretiens avec Jean Sur1. L’étendue de ces lectures est de mieux en mieux connue : une première liste, publiée en 1994, comptait 47 titres ; celle que nous proposons (plus de 150 titres) ne saurait être que provisoire, appelée à être enrichie par des informations provenant de témoignages2, de correspondances, et probablement du fonds russe de la bibliothèque du Moulin, que nous avons dû laisser de côté. Nous donnons ici un état des lieux arrêté à la date de juillet 2003, où nous avons rassemblé, vérifié, et tenté de classer les informations bibliographiques sur Le Fou d’Elsa.

Bref historique

2La nouveauté relative de ce document, son utilité et ses limites, ne peuvent être mesurées qu’à la lumière d’un bref historique.

3Le Fou d’Elsa paraît fin novembre 1963 [le 28]. Dans ses entretiens avec Francis Crémieux enregistrés entre novembre 1963 et janvier 1964, et publiés en 1964 aux éditions Gallimard, Aragon donne quelques précisions sur ses lectures, en soulignant qu’il lui fallait « apprendre » à connaître le monde islamique. L’essai de Charles Haroche, L’Idée de l’amour dans Le Fou d’Elsa et l’œuvre d’Aragon (Gallimard, 1966), rappelle ces titres mais se réfère aussi à plusieurs autres, avec cette précision : « Si nous avons pu les restituer, nous le devons surtout à l’obligeance du poète qui a bien voulu mettre généreusement à notre disposition l’ensemble des livres qu’il a consultés avant et au cours de la rédaction de son chant » (op. cit., p.18). Ultérieurement, Aragon donna ces livres à Charles Haroche, qui l’avait aidé à rassembler sa documentation pour Le Fou d’Elsa. Charles Haroche a eu ensuite la générosité de communiquer ses informations au Fonds Aragon-Elsa Triolet du CNRS et aux chercheurs du Groupe de Recherches Aragon et Elsa Triolet (CNRS) qu’il reçut en 1992.

4S’appuyant sur ces premières données, la composante aixoise du groupe national CNRS, le Centre Aixois de Recherches sur Aragon, mit Le Fou d’Elsa au centre de ses activités pendant plusieurs années : initiative d’un colloque international qui s’est tenu à Grenade en avril 1994, approfondissement des problématiques de l’écriture hétérogène à partir du Fou d’Elsa et des Poètes dans le cadre d’un groupe de travail animé par H. Bismuth, DEA et thèses sur Le Fou d’Elsa sous la direction de S. Ravis... Ce grand poème resta le foyer d’une passion qui ne s’est éteinte chez aucun des chercheurs de cette équipe, ni aucun des autres “aragoniens” ayant participé au colloque de Grenade, même lorsque se fut brisée la perspective d’une édition revue d’après le manuscrit et annotée, initialement confiée à S. Ravis.

  • 3 Voir « Lectures d’Aragon pour Le Fou d’Elsa. Une bibliographie au témoignage de Charles Haroche », (...)
  • 4 Le Rêve de Grenade, Aragon et Le Fou d’Elsa, Actes du Colloque de Grenade, 14-16 avril 1994, ouvrag (...)
  • 5 Hervé Bismuth, Construction d’un discours multiple et singulier : Le Fou d’Elsa d’Aragon, dir. S. R (...)

5Une première liste des livres donnés par Aragon à Charles Haroche, établie par les soins de ce dernier, a été publiée en 1994 dans le n° 5 de Recherches Croisées Aragon/Elsa Triolet3 (cette liste est reprise, légèrement retouchée, en annexe des Actes du Colloque de Grenade4, et à la fin de la thèse d’Hervé Bismuth5).

6Enfin, Charles Haroche prolongea son geste en faisant don des livres qu’il avait reçus d’Aragon à Michel Apel-Muller, alors directeur de la Maison Elsa Triolet-Aragon à Saint-Amoult en Yvelines (Le Moulin), pour la bibliothèque. Nous avons pu inventorier en 2002 les deux cartons déposés ; ils contenaient la plupart des livres de la « liste Haroche » publiée sauf une dizaine, mais aussi seize titres non signalés en 1994, parmi lesquels plusieurs ouvrages mentionnés dans l’essai L’Idée de l’amour [...]. Le recensement bibliographique que nous proposons ci-après intègre tous les livres signalés en 1994 et ceux que nous avons eus entre les mains au Moulin en 2002.

7Parallèlement, la Bibliothèque Nationale, ayant acquis après la mort d’Aragon les livres qui se trouvaient dans la bibliothèque de l’appartement du poète rue de Varenne, en dressa un inventaire que les chercheurs ont pu consulter à la BNF à partir de 2000 (les ouvrages signalés et offerts par Charles Haroche n’en font donc pas partie, non plus que les livres qui auraient déjà été présents au Moulin avant la mort du poète). Cet inventaire de la BNF, accessible aux chercheurs depuis 2000, a été repris dans le fichier réalisé au Moulin par la conservatrice de la bibliothèque, Madame Elisabeth Peyré.

Recherches récentes et actuelles

8L’inventaire de la BNF ayant inscrit les milliers de livres recensés me de Varenne, rien n’y distingue spécialement ceux qui pourraient concerner Le Fou d’Elsa. Pour aller plus loin dans la bibliographie spécifique du Fou d’Elsa, les chercheurs auront donc recours, non seulement aux informations fournies par l’auteur et ses témoins, mais aussi à deux autres voies de connaissance :

    • 6 Marie Nassif-Debs, « Le Fou d’Elsa » d’Aragon, une sensibilité poétique arabe recréee, dir. Suzanne (...)

    l’une, s’appuyant sur la bibliothèque du Moulin, y découpe par hypothèse un ensemble d’ouvrages susceptibles d’avoir été lus ou feuilletés pour Le Fou d’Elsa : ceux qui, d’après leur titre, ont un rapport avec le domaine arabo-islamique. Mme Marie Nassif-Debs, dans sa thèse soutenue en 20026, les a systématiquement relevés dans l’inventaire et vérifiés au Moulin, faisant apparaître la richesse de cette documentation disponible. Nous avons repris ce travail, en disposant d’un peu plus de temps pour la vérification sur place, et en l’étendant à d’autres catégories d’ouvrages. On peut penser que la prochaine édition du Fou d’Elsa dans la Bibliothèque de La Pléiade, par les soins de J.E. Bencheikh, allongera la liste de ces références ;

    • 7 Voir note 3 de la page précédente.

    pour les titres ne concernant pas le domaine arabo-islamique, un autre principe de choix nous a guidés. À partir d’une étude interne du poème, il était possible de repérer d’une part les indices d’intertextualité montrée, citations (en exergue ou non), titres et auteurs mentionnés (comme Washington Irving), et d’autre part la multitude de personnages, situations et thèmes ayant pu exiger une documentation, par exemple Christophe Colomb, ou les gitans. Pour cette recherche, nous avons pris appui sur nos travaux antérieurs, notamment sur la thèse d’Hervé Bismuth7.

Classement sommaire

  • 8 C’est le cas, par exemple, de la longue citation du « poète de Cordoue », Ibn Hazm (Le Fou d’Elsa, (...)
  • 9 Voir Hervé Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa », RCAET n° 8.

9Le présent recensement bibliographique distingue dans les ouvrages ceux dont la consultation [et l’utilisation ?] est attestée, signalés par un « γ », soit grâce au don des ouvrages par Aragon, soit par la citation exacte de tel livre8, soit par une erreur du poète trahissant de façon claire la source empruntée9. Nous nous en sommes tenus à ce qui était indiscutable, mais la recherche élargira cette catégorie de références.

10Le signe α désigne tous les titres indiqués par Charles Haroche.

11Le signe β concerne tous les ouvrages présents dans la bibliothèque du Moulin, sans qu’il soit préjugé de leur usage par Aragon : ont-ils été seulement parcourus, feuilletés ? En l’absence d’autres sources d’information, notes de lecture (très rares), nous retenons dans cette rubrique tous les titres parus avant 1964, en n’excluant que les livres non coupés. Les volumes vierges sont assez rares, mais beaucoup n’ont été que très partiellement coupés.

12Dans la plupart des cas, la liste retient des livres présents au Moulin. Dans ce cas, toutes les références données par nous reproduisent scrupuleusement le titre, les mentions et la transcription des noms propres tels que les offrent ces ouvrages. Nous remercions Mme Peyré d’avoir rendu possible leur examen. Nous avons ajouté à la bibliographie des lectures quelques livres manifestement utilisés mais absents de la bibliothèque d’Aragon, par exemple Salâmân et Absâl de Djâmi dans la traduction d’Auguste Bricteux, source de l’exergue du poème, qu’Aragon a pu lire à la Bibliothèque Nationale.

  • 10 Voir Jacques Huré, « Un emprunt d’Aragon à Henri Corbin », Ankara Universitesi Basimevi, Ankara, 19 (...)

13Cette démarche ne saurait être qu’une étape dans le travail de recherche. Il devra se développer, nous semble-t-il, dans deux directions : une patiente enquête d’érudition, qui pourrait faire glisser nombre de cas incertains dans la catégorie des lectures attestées. Et une étude plus qualitative, largement entamée par les chercheurs (J. Huré10, M. Debs, H. Bismuth, S. Ravis, etc.), analysant l’usage littéraire de l’intertextualité pratiquée par Aragon.

Limites et perspectives

14L’intérêt d’une telle liste est bien entendu de pointer les limites d’une recherche intertextuelle sur Le Fou d’Elsa : la somme des ouvrages directement ou indirectement convoqués dans ce « poème » équivaut en effet à une véritable tour de Babel. Mais si l’étude de certains des hypotextes présents relève du cas général de toute étude intertextuelle (c’est pourquoi notre article de RCAET n°8 ne les mentionne pas) : Éluard, Barrés, Lorca..., ceux qui concernent le chantier même de l’œuvre ne peuvent être questionnés indépendamment de leurs sources d’emprunt. Aragon ne connaissait évidemment ni l’arabe ni le persan, et s’il manifestait avant l’écriture du Fou d’Elsa un intérêt pour la culture arabo-persane, cet intérêt était bien plus celui du lecteur boulimique et curieux de tout que nous lui connaissons que celui du spécialiste. Au cours du chantier du Fou d’Elsa, Aragon a travaillé principalement à partir de traductions, de gloses et d’apparats critiques divers. C’est pourquoi une étude intertextuelle du Fou d’Elsa à la lumière des écrits de Djâmî ou d’Ibn-Rochd par exemple offre peu d’intérêt si elle n’est pas assujettie à la connaissance préalable des traductions et des gloses qu’Aragon a pu manipuler.

  • 11 Voir Hervé Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa », op. cit.

15Dans cette perspective, chacune des listes γ, α, β, offre des pistes de recherches qui ont leur propre pertinence, mais également leurs propres limites. La liste de la bibliothèque du Moulin (β), si elle indique à la fois des ouvrages possédés par Aragon ainsi qu’un lieu où il est possible de les consulter, ne recouvre bien entendu pas la totalité des ouvrages lus par Aragon, y compris au moment de la rédaction du Fou d’Elsa. D’autre part, certains de ces ouvrages ont pu appartenir à Aragon depuis fort longtemps, sans pour autant qu’il s’y soit nécessairement reporté en écrivant Le Fou d’Elsa. La liste fournie par Charles Haroche (α) est de ce point de vue certes plus fiable, même si elle est autrement plus partielle que la précédente. Reste qu’un ouvrage consulté, scrupuleusement ou non, n’est pas forcément une source d’écriture... Quant au texte lui-même, il nous a certes permis, grâce notamment à ses recoupements avec la liste de Charles Haroche, de signaler des sources certaines, celles que nous avons notées : γ. Mais un texte ne dit pas tout, et notre travail mené sur ce texte n’a pas la prétention d’avoir été exhaustif, en particulier pour ce qui concerne les segments informatifs du « poème ». Lorsque le texte d’Aragon mentionne une date, un nom, un événement exacts, on aurait tort d’en attribuer la source à un ouvrage antérieur les mentionnant déjà, dans la mesure où cette date, cet événement, ce nom ont pu aussi bien être trouvés dans nombre d’autres ouvrages... C’est en revanche lorsque des inexactitudes, dues à une lecture rapide ou fatiguée, sont reportées par le poète qu’il a été possible de pointer les ouvrages dont une lecture superficielle pouvait donner lieu à de telles erreurs11. Les seules données informatives permettant d’interroger et de pointer des consultations sont quelques éléments de lexique étranger (arabe, gitan, persan) et quelques graphies (ancien français et mots provenant de langues non latines), dont les sources ne peuvent être précisées qu’en tenant compte des choix de (re-)transcription d’Aragon, en particulier ceux sur lesquels il s’explique dans l’incipit du lexique terminal du « poème ».

16Ces limites propres à chacune des catégories auxquelles appartiennent les items de cette liste sont en même temps des repères pour la validité d’un travail intertextuel pertinent, toujours à poursuivre, sur Le Fou d’Elsa. Résultat provisoire d’un travail patiemment mené depuis une dizaine d’années par plusieurs chercheurs, cette liste enrichie que nous avons mise au point devrait offrir des instruments utiles pour les recherches à venir.

Inventaire

17Indicateurs :

18α = ouvrages appartenant à la liste dressée par Charles Haroche.

19β = ouvrages appartenant à la bibliothèque d’Aragon,

20γ = ouvrages indiscutablement utilisés pour Le Fou d'Elsa.

 

21‘ABDERRAḤMAN BEN HOḌEÏL EL ANDALUSY (‘Aly Ben), La Parure des cavaliers et l’insigne des preux, traduction française par Louis Mercier, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1924. α β

22‘ABDERRAḤMAN BEN HOḎEÏL EL ANDALUSY (‘Aly Ben), L’Ornement des âmes et la devise des habitants d’El Andalus : Traité de guerre sainte islamique, traduction française par Louis Mercier, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1939. Α β γ

23ABBOU Is. D., Musulmans andalous et Judéo-espagnols, Éditions Antar, Casablanca, 1953. α

24ABOU YOUSOF YA’KOUB, voir YOUSOF ΥΑ’ΚΟUΒ.β

25ABOU’LKASIM FIRDOUSI, voir FIRDOUSI. β

26ABOÛ’L-KHAYR ACH-CHADJDJÂR AL-ICHBÎLÎ (Ve = XIe siècle), Kitâb al-Filâh’a ou Le Livre de la Culture, Notice et extraits traduits par A. Cherbonneau, Éclaircissements par Henri Pérès, Éditions Carbonel, Alger, 1946. β

27ABOU’L-WALID MERWAN IBN DJANAḤ, Le Livre des parterres fleuris d’Abou’l-Walid Merwan Ibn Djanah, traduit en français sur les manuscrits arabes par le Rabbin Moïse Metzger, F. Vieweg Libraire-éditeur, Émile Bouillon Successeur, Paris, 1889. β

28ABÛ’L-’ALÂ’, La Tedkirà d’Abû’l-’Alâ’, publiée et traduite pour la première fois par Gabriel Colin, Ernest Leroux Éditeur, Paris, 1911. β γ

29ALDEN WILLIAMS John, L’Islamisme, adaptation française par Yvonne Rosso, « Les Grandes Religions du monde », Tome 4, distribué par Le Cercle du bibliophile, Genève, s.d. β

30AL GHAZALI, voir GHÂZÂLI.

31ÁL-HALLÂJ, voir HALLÂJ.

32AL-MA’ARRI, Un Précurseur d’Omar Khayyam, Le Poète aveugle, Extraits des poèmes et des lettres d’Aboû’l-’Alâ’Al-Ma’arrî, introduction, notes et traduction par Georges Salmon, Charles Carrington libraire-éditeur, Paris, 1904. β γ

33AL-’OMARI, voir IBN FAL ALLAH.

34ALVAR Manuel, Granada y el romancero, Universidad de Granada, 1956. α β

35AMILHAT Pierre, Petite Chronique des Id ou Aich, héritiers guerriers des Almoravides sahariens (avec 8 annexes et 1 carte), Extraite de la Revue des Études islamiques, année 1937, Cahier I, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1937. β

36Antar : A Bedoueen Romance, translated from the arabic by Terrick HAMILTON, Esq., John Murray, London, 1820, Part the first (quatre volumes), β

37Anthologie grammaticale arabe, voir SACY (De).

38ARNALDEZ Roger, Grammaire et théologie chez Ibn Hazm de Cordoue : Essai sur la structure et les conditions de pensée musulmane, Librairie philosophique Vrin, « Études musulmanes », Paris, 1956. α β

39Ars Hispaniae : Historia universal del arte hispánico. Volumen tercero : “El arte árabe español hasta los Almohades. Arte mozarabe”, por Manuel Gómez-Moreno, Editorial Plus Ultra, Madrid, 1951. β

40Ars Hispaniae : Historia universal del arte hispánico. Volumen cuarto : “Arte albuminoïde. Arte nazarí. Arte mudéjar”, por Leopoldo Torres Balbás, Editorial Plus Ultra, Madrid, 1949. β

41AVICENNE, Le Livre de science, I (Logique. Métaphysique) et II (Physique, Mathématiques), traduit par Mohammad Achena et Henri Massé, « Traductions de textes persans », Les Belles Lettres, 1955 et 1958. α β

42AVICENNE (370-426 Hégire), Poème de la médecine ; Al-Husayn Ibn ‘Abd Allah Ibn Sînã : Urğūza fi ‘ṭtbb, Cantica Avicenne, texte arabe, traduction française, traduction latine du XIIIe siècle avec introductions, notes et index, établi et présenté par Henri Jahier et Abdelkader Noureddine, « Collection arabe publiée sous le patronage de l’Association Guillaume Budé », Société d’édition « Les Belles Lettres ». β

43AVICENNE, Le Récit de Hayy Ibn Yaqzan, traduction française du texte arabe et du commentaire persan avec introduction, notes et gloses par Henri Corbin, « Collection UNESCO d’œuvres représentatives, Série persane », Téhéran, 1953. α β γ

44BABELON Jean, La Civilisation Espagnole, Paris, « Lumières de l’Histoire », Casterman, 1963. [Ouvrage non coupé, dédicacé à Aragon par l’auteur], β

45BAMMATE, Haïdar, Visages de l’Islam, 2e édition revue et augmentée, Payot, Lauzanne, 1958 (1959). β

46BARBIER DE MEYNARD C., La Poésie en Perse : Leçon d’ouverture faite au Collège de France, le 4 décembre 1876, « Bibliothèque orientale elzévirienne », XII, Ernest Leroux éditeur, Paris, 1877. β

47BARUZI Jean, Saint Jean de la Croix et le problème de l’expérience mystique, « Bibliothèque de philosophie contemporaine », Librairie Félix Alcan, Paris, 1924. β γ

48BERAUD-VILLARS J., Les Touareg au pays du Cid : Les invasions Almoravides en Espagne au XIe et XIIe siècles, Plon, 1946. β

49BERQUE Jacques, Les Arabes, « Encyclopédie essentielle », Robert Delpire éditeur, Paris, 1959. β

50BLACHERE R., Un Poète arabe du IVsiècle de l’Hégire (Xe siècle de J.-C.) : Abou ṭ-Ṭayyib al-Motanabbī (Essai d’histoire littéraire), Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve, Paris, 1935. α β

51BLACHERE R. et GAUDEFROY-DEMOMB YNES M., Grammaire de l’arabe classique (morphologie et syntaxe), éditions G.-P. Maisonneuve, 1952. β

52BLOCH Jules, Les Tsiganes, « Que sais-je ? », PUF, 1960. β

53BORROW Georges, The Zincali : An Account of the Gypsies of Spain, John Murray, London, 1914. β γ

54BORROW Georges, The Bible in Spain, « Everyman’s library », J. M. Dent & Sons LTD, 1961. β

55BORROW Georges, The Romany Rye, « Everyman’s library », J. M. Dent & Sons LTD, 1961. β

56CALMETTE Joseph, La Formation de l’unité espagnole, Collection « L’Histoire », Flammarion, 1946. α β

57CHAMPDOR Albert, L’Alhambra de Grenade : 128 photographies dont 13 en couleurs, 2e édition, « Les Hauts Lieux de l’Histoire », Albert Guillot, 1952. β

58CHATEAUBRIAND François René de, Les Aventures du dernier Abencérage, éditées par Paul Hazard et Marie-Jeanne Durry, Librairie ancienne Honoré Champion, Paris, 1926 [Ouvrage envoyé à Aragon par Marie-Jeanne Durry avec une lettre d’accompagnement datée du 13 février 1963, dont la photocopie a été donnée par Charles Haroche au Fonds Elsa Triolet/Aragon], α β γ

59Dom CHEVALIER, Saint Jean de la Croix docteur des âmes, collection « La Légion de Dieu », Aubier Montaigne, 1959. [Les cinquante premières pages sont coupées. A noter : P. 26 : « Première loi : au point de vue spirituel, la Flamme qui est l’avenir du ciel est l’avenir de notre âme ». Le chapitre des pp. 37 à 50 s’appelle : « La Flamme est l’avenir de la lampe ».] β

60CIRCOURT Albert de, Histoire des Mores Mudéjares et des Morisques, ou des Arabes d’Espagne sous la domination des Chrétiens, G.-A. Dentu, imprimeur-libraire, Paris, 1846, trois tomes. [Très mauvais état, seul le premier tome est coupé, dans les derniers chapitres consacrés à la conquête puis à la chute de Grenade. Mention de l’incendie dans le camp chrétien et de sa cause], β

61CLÉBERT J.-P., Les Tziganes, ouvrage illustré de 64 héliogravures, 18 dessins et 2 cartes, « Collection Signes des temps », Arthaud, 1961. β

62COHEN Marcel, Le Système verbal sémitique et l’expression du temps, Éditions Ernest Leroux, Librairie Nationale, Publications de l’École des Langues orientales vivantes, Paris, 1924. α β

63CONDE Joseph, voir MARLES (De).

64Le Coran, traduction Régis Blachère (1956), G. P. Maisonneuve & Larose, Paris, γ [Édition donnée par défaut],

65COUFFON Claude, A Grenade, sur les pas de Garcia Lorca, Seghers, [mars] 1962. [L’ouvrage est coupé dans sa seconde partie (mort de Lorca), et donne une date du jour de la mort du poète qui n’est pas partagée de tous. D’autre part, coïncidence des citations de Lorca convoquées au sujet de sa mort par l’auteur avec celles qu’Aragon convoque dans Le Fou d’Elsa.] β

66DARMANGEAT Pierre, La Poésie espagnole : Anthologie des origines à nos jours, préface, choix et notices par Pierre Darmangeat, Seghers, 1963 [février], β

67DARMESTETER M. J., Les Origines de la poésie persane, « Bibliothèque orientale elzévirienne », LUI, Ernest Leroux éditeur, Paris, 1887. β

68DERMENGHEM, Émile, L’Éloge du Vin, voir ‘IBN AL FÂRIDH. β

69DERMENGHEM, Émile, Les plus beaux textes arabes, présentés par Émile Dermenghem, « La Colombe », Éditions du Vieux Colombier, Paris, 1951. [Coupé seulement pour les périodes « Le Moyen âge » et « Les soufis (XIe-XIXe siècles) »]. β

70DESCOLA Jean, Histoire d’Espagne, « Les Grandes Études historiques », Librairie Arthème Fayard, 1959. [Ouvrage dédicacé par l’auteur à Aragon. De larges tranches coupées à partir du ch. IV : « Les rois catholiques à Grenade »]. α β

71DI GIACOMO (Louis), Hafṣa bint al’ Hâjj : une poétesse grenadine du temps des Almohades, collection Hespéris, Institut des Hautes Études Marocaines, n° X, Larose éditeur, Paris, 1949. α

72DJAMY, Medjnoun et Leïlâ, poème traduit du persan de Djamy par A. L. Chezy, Imprimerie de Valade, Paris, 1805, deux volumes, α β

73DJAMI, Salâmân et Absâl, poème allégorique persan traduit pour la première fois en français par Auguste Bricteux docteur en philosophie et lettres chargé de cours à l’Université de Liège avec une introduction sur le Mysticisme persan et la Rhétorique persane, et des Notes. Paris, Charles Carrington, 13, faubourg Montmartre, 1911. γ

74DJAMI, Le Béhâristân, traduit pour la première fois en français par Henri Massé, professeur à la Faculté des Lettres d’Alger, « Les Joyaux de l’Orient », tome I, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1925. α β

75DJAMI, Yoûssouf et Zouleikhâ, traduit pour la première fois du persan en français par Auguste Bricteux, « Les Joyaux de l’Orient », tome V, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1927. α β

76DOZY R., Histoire des musulmans d’Espagne jusqu’à la conquête de l’Andalousie par les Almoravides (711-1110), nouvelle édition revue et mise à jour par E. Lévi-Provençal, Librairie et Imprimerie ci-devant E.-J. Brill S.A. Leyde, 1932, trois tomes, α β

77DUPIRE Noël, Jean Molinet : La vie – Les œuvres, Droz, Paris, 1932. [Coupé à partir de l’introduction (préface non coupée), puis Ch. I : « La vie », Ch. II : « Liste chronologique des œuvres » ; Ch. III : « Les Chroniques ». Reprise des coupures à Ch. VIII : « Le vocabulaire » ; Ch. IX : « Le style » ; et partiellement Ch. XI : « La versification », puis arrêt des coupures.] β

78DRYDEN John, All for love and The Spanish Year, edited by William Strunk, Jr, D. C. Heath and Company, Boston U.S.A., and London, s.d. β γ

79DU PONT Alexandre et LULLE Raymond, Roman de Mahomet en vers du XIIIe siècle, par Alexandre du Pont, et Livre de la loi au Sarrazin en prose du XIVe, par Raymond Lulle, publiés pour la première fois, et accompagnés de notes, par M.M. Reinaud et Francisque Michel, Chez Silvestre, libraire, Paris, 1831. β

80Études d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal (2 tomes), Éd. G.P. Maisonneuve et Larose, 1962. α γ (Voir également à Mones H.)

81Espagne, Cahiers d'Histoire mondiale, VI-4, « Commission internationale pour une Histoire du développement scientifique et culturel de l’humanité », Éditions de la Baconnière, 1961. [L’exemplaire appartient à la bibliothèque du journal L’Humanité], α β

82FIRDOUSI (ABOU’LKASIM FIRDOUSI), Le Livre des rois, traduit et commenté par Jules Mohl, publié par Mme Mohl, Imprimerie Nationale, Paris, 7 volumes. Tomes I à III :M DCCC LXXVI ; tomes IV à VI : M DCCC LXXVII ; tome VII : M DCCC LXXVIII. β

83FERRARA Orestes, L’Avènement d’Isabelle la Catholique, Albin Michel, Paris, 1958. α β

84GABRIELI Francesco, Les Arabes (Gli Arabi), traduit de l’italien par Marie de Wasmer, Buchet/Castel, Paris, 1963. [L’ouvrage n’est coupé qu’à partir du chapitre III : « Le Califat et les conquêtes », jusqu’à l’index final], β

85ĞÃḤIẒ, Le Livre des avares, traduction française avec une introduction et des notes par Charles Pellai, « Islam d’hier et d’aujourd’hui », Éditions G.-P. Maisonneuve, Paris, 1951. β

86GALLEGO Y BURÍN Antonio, Granada : Guía artistica e historica de la ciudad, Fundación Rodriguez-Acosta, Madrid, 1961. β

87GARCÍA GÓMEZ Emilio, Cinco poetas musulmanes, colección Austral, 1945. α β

88GARCIA GOMEZ, Essai sur la poésie hispano-arabe, par Garcia Gomez, de l’Académie Royale d’Espagne et de l’Académie Royale d’Histoire d’Espagne, professeur à l’Université de Madrid, Éditions G.P. Maisonneuve et Cie, Paris, 1949. α

89GARCIA GOMEZ Emilio, de l’Académie Espagnole, Une Française à l'Alhambra : Grenade romantique, traduit de l’espagnol par D. Julian, avec six hors-texte de Eduardo Vicente et une lettre-préface de E. Lévi-Provençal, Éditions G.-P. Maisonneuve, Paris, 1953. α β

90GARDET Louis, La Cité musulmane : vie sociale et politique, Deuxième édition augmentée d’une préface et d’une annexe, « Études musulmanes », Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1961. β

91GAUDEFROY-DEMONBYNES Maurice, Les Institutions musulmanes, « Bibliothèque de Philosophie scientifique », Flammarion, 1946. β

92GAUDEFROY-DEMOMBYNES et BLACHERE R., voir BLACHERE.

93GAUTHIER Léon, Ibn Rochd (Averroès), « Les Grands Philosophes », Presses Universitaires de France, 1948 (*). α β

94GHÂZÂLI, Ih’ya ‘Ouloûm Ed-dîn ou Vivification des sciences de la foi, analyse et index par G. H. Bousquet [traducteur], Librairie Max Besson, Paris, 1955. α β γ

95GHIRSHMAN Roman, Iran : Parthes et Sassanides, « L’Univers des formes », NRF Gallimard, 1962. β

96GHIRSHMAN Roman, Perse : Proto-iraniens, Mèdes, Achéménides, « L’Univers des formes », NRF Gallimard, 1963. β

97HAFIZ, Les Poèmes érotiques ou ghazels de Chems ed Dîn Mohammed Hâfiz en calque rythmique et avec rythme à la persane, accompagnés d’une introduction et de notes d’après le commentaire du Soudî par Arthur Guy, consul général de France, tome 1, Librairie orientaliste Paul Geuthner, collection Les Joyaux de l’Orient, tome 2, Paris, 1927. α

98HALLÂJ (Hoceïn Mansûr Hallâj), Diwân, traduit et présenté par Louis Massignon, « Documents spirituels » n° 10, Cahiers du Sud, 1955. α β γ

99HALLÂJ, Le Dîwân d’άl-Hallâj, édité, traduit et annoté par Louis Massignon (Extraits du Journal asiatique et des Mélanges Fuad Köprülü), Nouvelle édition avec additions et corrections, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1955. β γ

100HAMIDULLAH Muhammad, Le Prophète de l’Islam, « Études musulmanes », VII, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1959/1378 H, deux volumes. Seul le tome I (Sa vie) est coupé, très partiellement.

101HA’NISH Otoman Zar-Adusht, Omar Khayyam dans ses Robayat, avec une biographie du poète, astronome et homme d’Etat persan, traduit de l’anglais par Pierre Martin, éditions Aryana, Paris, s.d. α β

102Hesperis, tome XVI, 1er-3e trimestre 1933, fascicules I-II, éd. Larousse, Paris [notamment les articles suivants : R. Blachère, « La vie et l’œuvre du poète épistolier andalou Ibn Darrâğ al- Ḳasṭallī », pages 99 à 121 ; I.S. Allouche : « La relation du siège d’Alméria en 709 (1309-1310), d’après de nouveaux manuscrits de la Durrat al- Ḥiğāl », pages 122 à 138 (quelques notes manuscrites d’Aragon], α β

103Histoire de l’Afrique et de L’Espagne, intitulée Al-Bayano ’l-Mogrib, traduite et annotée par E. Fagnan, tome II, Gouvernement général de l’Algérie, Alger, 1904. α β

104HUART Cl., Histoire des Arabes, tome I (1912) et tome II (1913) reliés en un seul volume, Librairie Paul Geuthner. α β γ [chapitres XXIII, XXIV, XXV, XXXV, XXXVI : α ; chapitre XXVII : γ].

105HUART Cl., Littérature arabe, « Histoires des littératures », Librairie Armand Colin, 1902. 2 exemplaires dans la bibliothèque, β

106HUART Clément, Littérature arabe, « Histoires des littératures », Librairie Armand Colin, 1920 [Réédition du précédent], β

107IBN ‘ABD AL-HAKAM (‘Abd ar-Rah’man b. ‘Abd Allâh b. ‘Abd al-H’akam), Conquête de l’Afrique du Nord et de l’Espagne (Futûh’Ifrîqiya wa’l-Andalus), texte arabe et traduction française avec introduction, notes et index par Albert Gateau, deuxième édition revue et augmentée, Editions Carbonel, « Bibliothèque arabe-française », Alger, 1948. α β

108IBN ABÎ ZAYD AL-QAYRAWÂNÎ, La Risâla ou Épître sur les éléments du dogme et de la loi de l’Islâm selon le rite mâlikite, Texte arabe et traduction française avec un avant-propos, des notes et trois index par Léon Bercher, Éditions Jules Carbonel, « Bibliothèque arabe-française », Alger, 1952. α β

109IBN ALFARIDH Omar : DERMENGHEM Émile, L’Éloge du Vin (Al Khamriya) : Poème mystique de ‘Omar Ibn Al Faridh/et son commentaire par ‘Abdelghani An-Nabolosi, traduits de l’arabe avec la collaboration de ‘Abdelmalek Faraj, et précédés d’une étude sur le çoufisme et la poésie mystique musulmane, « L’anneau d’or », Les Éditions Véga, Paris, 1931. β

110IBN BATOUTAH, Voyages d’Ibn Batoutah, texte arabe, accompagné d’une traduction par C. Defrémery et le Docteur B. R. Sanguinetti, « Société asiatique », Imprimerie nationale, Paris quatre volumes (tome premier, quatrième tirage, 1927 ; tome second, quatrième tirage, 1914 ; tome troisième, quatrième tirage, 1914 ; tome quatrième, quatrième tirage, 1922). β

111IBN FAḌL ALLAH AL- ‘OMARĪ, Masãlik el Abṣãr fi Mamãlik el Amṣãr, I, L’Afrique, moins l’Égypte, traduit et annoté avec une introduction et 5 cartes par Gaudefroy-Demombynes, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1927. β

112IBN H’AZM al-Andalusî (383-456 = 993-1064), Le Collier du pigeon ou de l’Amour et des Amants (T’awq al-H’amâma fî’l-Ulfa wa’l-Ullâf). Texte arabe et traduction française avec un avant-propos, des notes et un index par Léon Bercher, Éditions Carbonel, Bibliothèque arabe-française, Alger, 1949. α β γ

113IBN ḤAZM, Épître morale (Kitāb al-Aḫlāq wa-l-Siyar), Introduction et texte établi, traduit, annoté avec lexique et index par Nadia Tomiche, Commission internationale pour la traduction des chefs-d’œuvre, « Collection UNESCO d’œuvres représentatives », Série arabe, Beyrouth, 1961. α β γ

114IBN-HODEÏL, voir ‘ABDERRAḤMAN BEN HOḎEÏL EL ANDALUSY.

115IBN KHALDOUN, Histoire des Berbères et des dynasties musulmanes de l'Afrique septentrionale, traduite de l’arabe par le Baron de Siane, nouvelle édition publiée sous la direction de Paul Casanova, Librairie orientaliste Paul Geuthner. [Le tome quatrième, qui n’est que partiellement coupé, est « suivi de la table géographique et de l’index général des quatre tomes ».] β

116IBN QOTAÏBA, Introduction au Livre de la poésie et des poètes (Muqaddimatu kitābi š-ši'ri wa š-šu’arā), texte arabe d’après l’édition De Goeje avec introduction, traduction et commentaire par Gaudefroy-Demombynes, membre de l’Institut, Paris, « Les Belles Lettres », 1947. α

117IBN ROCHD (Averroès) Traité décisif (Façl el-maqâl), Sur l'accord de la religion et de la philosophie, suivi de l’Appendice (Dhamîma), texte arabe, traduction française remaniée avec notes et introduction par Léon Gauthier, Éditions Carbonel, « Bibliothèque arabe-française », Alger, 1948. α β

118IBN SA’ÎD AL-MAGHRIBÎ (610-685 = 1214-1286), ‘Unwân al-Murqiçât wa’l-Mut’ribât ou Modèles de vers « à danser et à rire », texte arabe et traduction française avec un Avant-Propos, des Notes, un Index et une Table des Rimes par Mahdad Abdelkader, Éditions Carbonel, « Bibliothèque arabe-française », Alger, 1949. α β

119IBN SĪNÃ (Avicenne), Livre des directives et remarques (KITÃB AL-'ISÃRÃT WA L-TANBĪHÃT), traduction avec introduction et notes par A.-M. Goichon, Commission internationale pour la traduction des chefs-d’œuvre, Beyrouth, et Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1951. α β. Voir également : AVICENNE.

120IRVING Washington, A Chronicle of the Conquest of Granada, from the mss. of Fray Antonio Agapida, 2 volumes, Baudry at the Foreign Library, Paris, 1829. γ α β

121IRVING Washington, L'Alhambra : chroniques du pays de Grenade, recueillies par Washington Irving, traduites par P. Christian, édition Lavigne, Paris, 1843. α β

122KHALÎL BEN ISH’ÂQ, Abrégé de la loi musulmane selon le rite de l’Imâm Mâlek traduction nouvelle par G.-H. Bousquet, « Publications de l’Institut d’études orientales de la Faculté des Lettres d’Alger », Adrien-Maisonneuve, Paris [imprimé à Constantine], 1956. Tome I : « Le rituel ». β

123KHALÎL BEN ISH’ÂQ, Abrégé de la loi musulmane selon le rite de l’Imâm Mâlek traduction nouvelle par G.-H. Bousquet, « Bibliothèque de la Faculté de Droit d’Alger », La Maison des livres, Alger et A. Maisonneuve, Paris [imprimé à Constantine], tomes II à IV, 1958, 1961 et 1962. Tome II : « Le Statut personnel » ; tome III : « Le Patrimoine » ; tome IV : « Judicature, droit pénal, affranchissements, statut successoral ». β

124LABORDE Alexandre de, Itinéraire descriptif de l’Espagne, seconde édition, chez H. Nicolle et Lenormant, Paris, M.DCCC.IX., cinq volumes, β γ

125LAFUENTE Rafael, Los Gitanos, El Flamenco y los flamencos, Editorial Bama, S.A., Barcelona, 1955. β

126LAPEYRE Henri, Géographie de l’Espagne morisque, « Démographie et sociétés », École pratique des Hautes études —VIe section, Centre de Recherches Historiques, S.E.V.P.E.N., 1959. β

127Le Ménestrel, Journal de musique, n° 7 du dimanche 12 janvier 1834, Paris, Poussielgue. β γ

128LÉVI-PROVENÇAL E., Inscriptions arabes d’Espagne, avec quarantequatre planches en phototypie, Leyde-Paris, MCMXXXI. β γ

129LEVI-PROVENÇAL E., L’Espagne musulmane au Xe siècle, Institutions et vie sociale, avec vingt-quatre planches et une carte hors-texte, Larose-Paris, 1932. γ

130LEVI-PROVENÇAL E., Séville musulmane au début du XIIe siècle : Le traité d’Ibn ‘Abdun sur la vie urbaine et les corps de métiers, traduit avec une introduction et des notes, Librairie orientale et américaine G.P. Maisonneuve, éditeur, Paris, 1947. α β γ

131LEVI-PROVENÇAL E., Islam d’Occident, librairie orientale et américaine G. P. Maisonneuve, Paris, 1948. a

132LEVI-PROVENÇAL E., La Civilisation arabe en Espagne, Vue générale, nouvelle édition, G.P. Maisonneuve, Paris, 1948. α

133LEVI-PROVENÇAL E, Histoire de l’Espagne musulmane, trois tomes, éditions G.P. Maisonneuve, Paris, 1950-1953. γ

134LUNA Miguel de, Histoire des deux conquêtes d’Espagne par les Mores, [...] Le tout traduit de l’arabe en 1589 [...], chez la Veuve François Muguet [...], Paris, MDCCVIII. β

135MA’ARRÎ (Aboû’l-’Alâ’Al-Ma’arrî), Un Précurseur d’Omar Khayyam : Le Poète aveugle, Extraits des poèmes et des lettres d’Aboû’l-’Alâ’Al-Ma’arrî (363 A.H.), introduction, notes et traduction par Georges Salmon, Charles Carrington libraire-éditeur, Paris, 1904. α β γ

136MADARIAGA Salvador de, Christopher Colombus : Being the life of the very magnificent Lord Don Cristobal Colon, Hollis & Carter, London, 1949. α β γ

137MARÇAIS, Georges, L’Architecture musulmane d’Occident : Tunisie, Algérie, Maroc, Espagne et Sicile, « Gouvernement général de l’Algérie, Direction de l’Intérieur et des Beaux-Arts, Antiquités et monuments historiques », Arts et Métiers graphiques, Paris, 1954. β

138MARCELLUS (Le Vicomte de Marcellus), Souvenirs de l’Orient, Debécourt Libraire-éditeur, Paris, 1839, deux volumes, β

139MARLES (De), Histoire de la domination des Arabes et des Maures en Espagne et en Portugal depuis l’invasion de ces peuples jusqu’à leur expulsion définitive, rédigée sur l’histoire traduite de l’arabe en espagnol de M. Joseph Condé, bibliothécaire de l’Escurial, par M. de Mariés, Alexis Eymery Libraire, Paris, 1825, trois tomes, α β γ

140MARTINO Ferdinand de et Abdel Khalek bey Saroit, Anthologie de l’amour arabe, introduction de Pierre Louÿs, Paris, Société du Mercure de France, 1902. α

141MAS Amédée, La Caricature de la femme, du mariage et de l’amour dans l’œuvre de Quevedo, Ediciones hispano-americanas, Paris, 1957. β γ

142MASSIGNON Louis, Essai sur les origines du lexique technique de la mystique musulmane, « Nouvelle édition revue et considérablement augmentée avec sept reproductions hors-texte », « Études musulmanes », Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1954. [Coupé aux pages 73 à 136 (« Analyse du lexique et conclusions générales ») et 193 à 204 (« Les premières vocations mystiques en Islam »).] β

143MASSIGNON Louis, La Mubâhala de Médine et l'hyperdulie de Fatima, « Librairie orientale et américaine », G.P. Maisonneuve – M. Besson Sr, Paris, 1955. β

144MASSIGNON Louis, SALMÃN PÃK and the spiritual beginnings of Iranian islãm, translated from french by Jamshedji Maneckji Unvala, Ph. D. (Heidelberg), Bombay, 1955. β

145MASSIGNON, Louis, Opera minora, Textes recueillis, classés et présentés avec une bibliographie par Y. Moubarac, sous le Patronage du Centre d’Études Dar El-Salam, « Recherches et documents », Dar al-Maaref, Liban, 1963, trois volumes, β

146MAZAHÉRI Aly, La Vie quotidienne des musulmans au Moyen-âge : Xe au XIIIe siècles, Hachette, 1951. β

147MENÉNDEZ PIDAL Ramón, Poesia àrabe y Poesia europea, con otros estudios de literatura médiéval, Espasa-Calpe, S.A., Espagne, 1955. α β

148MENÉNDEZ PIDAL Ramón, Le Cid, traduction de Claude Martin, Éditions des Quatre Fils Aymon, Paris, 1963. α β

149MIGEON Gaston, Les Arts musulmans, « Bibliothèque d’Histoire de l’Art », Librairie nationale d’Art et d’Histoire G. Van Oest éditeur, Paris et Bruxelles, 1926. β

150MOLINET Jean, Chroniques, « publiées, pour la première fois, d’après les manuscrits de la bibliothèque du Roi », par J.-A. Buchon, Verdière libraire, Paris, cinq volumes, MDCCCXXVII (tome I), MDCCCXXVIII (tomes II à V). β γ

151MOLINET Jean, Les Faictz et dictz, publiés par Noël Dupire, Société des anciens textes français, Paris, 1936. γ

152MONES H., « Le malékisme et l’échec des Fatimides en Ifriqiya », in Etudes d’orientalisme dédiées à la mémoire de Lévi-Provençal, (2 tomes), Éd. G.P. Maisonneuve et Larose, 1962, tome I, pages 197 à 220. γ

153MONTEIL, Vincent, Neuf qazal de Hâfez, « Extrait de la Revue des Études Islamiques, Année 1954 », Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1955. β

154MONTEIL Vincent, L’Islam, « Religions du monde », Bloud & Gay, Paris, 1963. β

155MUHYI-D-DÎN IBN ‘ARABÎ, La Sagesse des prophètes (Fuçûç al-Hikam), traduction et notes par Titus Burckhardt, préface de Jean Herbert, « Spiritualités vivantes », « Série Islam », Éditions Albin Michel, 1955. β

156MUNK S., Mélanges de philosophie juive et arabe, « Bibliothèque d’Histoire de la philosophie », Librairie philosophique J. Vrin, Paris, 1927. β

157OCHS Phil, « The Ballad of Oxford, Mississipi », 1962. γ

158OLAGÜE Ignacio, Histoire d’Espagne, Éditions de Paris, 1957. α β

159‘OMAR KHAYYÁM, Les Rubáiyát, traduction nouvelle par F. Roger-Comaz, Librairie Payot et Cie, Paris, s.d. β

160[‘OMAR KHAYYÁM], Les Quatrains de Khèyam traduits du persan par J. B. Nicolas, Imprimerie impériale, Paris, 1867. β

161ORTEGA Y GASSET José, Meditaciones del Quijote, Revista de Occidente, Madrid, 1956. α β

162Petit Romancero, Choix de vieux chants espagnols ; traduits et annotés par le Comte de Puymaigre, Membre correspondant de l’Académie royale d’Histoire de Madrid et de l’Académie royale des Belles-Lettres de Barcelone, Librairie de la société bibliographique, Paris, 1878. β

163PILLEMENT Georges, Palais et châteaux arabes d’Andalousie, Édition illustrée de 65 photographies prises par l’Auteur, Éditions Bellenand, Paris, 1951. β

164POMES Mathilde, Le Romancero, Introduction et traduction de Mathilde Pomès, Éditions Stock, collection hispanique, Paris, 1947. α β

165Publications de l’Institut des Hautes Études marocaines (1915-1935) : Tables et index, « Supplément à Hespéris », Imprimerie A. Thoyon-Thèze, Rochefort-sur-Mer, s.d. α β

166Publications de l’Institut des Hautes Études marocaines (1936-1954) : Tables et répertoires, A. Bontemps imprimeur, Limoges, 1956. α β

167PUYMAIGRE (Comte de), voir Petit Romancero, β

168Les Quatrains de Khèyam, voir ‘OMAR KHAYYÁM. β

169RENAN Ernest, Averroès et l’averroïsme. Essai historique par Ernest Renan, Auguste Durand libraire, Paris, 1852. β γ

170RICARD P., Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne, 534 dessins, schémas et photographies, XIII planches, 2 cartes et 1 tableau, « Bibliothèque du tourisme », Hachette, 1924. β

171RISLER Jacques C., La Civilisation arabe : Les fondements. Son apogée. Son influence. Sur la civilisation occidentale. Le déclin. Le réveil et l’évolution de l’islam. Avec 7 cartes, « Bibliothèque historique », Payot, Paris, 1955. α β

172ROJAS, Fernando de, La Célestine ou Tragi-comédie de Calixte et Mélibée attribuée à Fernando de Rojas, Avant-propos de Marcel Bataillon, Préface et traduction de Pierre Heugas, Aubier, Paris, 1963. γ

173Romancero général ou Chants populaires de l’Espagne. Romances historiques, chevaleresques et morisques, traduction complète, avec une introduction et des notes par M. Damas Hinard, Charpentier libraire-éditeur, Paris, 1844, deux volumes, β

174Romancero general. Colleccion de romances Castellanos anteriores al siglo XVIII, recogidos, ardenados, clasificados y anotados por Don Agustin Duran, « Biblioteca de autores espanoles », Imprenta de la Publicidad, 1849, deux volumes, β

175SACY (M. le Baron, De) SILVESTRE, Anthologie grammaticale arabe, ou Morceaux choisis de divers grammairiens et scoliastes arabes, avec une traduction française et des notes, pouvant faire suite à la Chrestomathie arabe, imprimé par autorisation du roi à l’Imprimerie royale, Paris, 1829. β

176SANCHEZ-ALBORNOZ Claudio, La España Musulmana, Según los autores islamisas y cristianos medievales (Segunda edición corregida y aumentada), Libreria « El Ateneo » Editorial, Buenos-Aires, Lima, Rio de Janeiro, Caracas, Montevideo, Mexico, Barcelona, 1960, deux tomes [Ouvrages commandés par Aragon au dépositaire de Barcelone], α β

177SECO DE LUCENA Luís, Síntesis y Glosario de la historia de Granada, Desde lo tiempos primitivos hasta la coronación de Zorilla, Imprenta de el defender, Granada, 1916. α β

178SERBOIANU C. J. POPP, Les Tsiganes. Histoire, Ethnographie, Linguistique, Grammaire, Dictionnaire, « Bibliothèque scientifique », Payot, 1930. β

179SERMET Jean, L’Espagne du sud, ouvrage orné de cent photographies, B. Arthaud, Paris et Grenoble, 1953. β

180SOLJENITSYNE Alexandre, Une Journée d’Ivan Denissovitch, récit traduit du russe par Maurice Decaillot, Préface de Pierre Daix, Julliard, 1963. γ β

181VAUX DE FOLETIER François, Les Tsiganes de l’ancienne France, Connaissance du Monde, 1961 [Coupé au tiers, quelques marques au crayon en début de livre], β

182VAN LOO Esther, Le Vrai Don Juan : Don Miguel de Mahara, Préface d’André Castelot, “Présence de l’Histoire”, Sfelt, 1950. α β

183VEUILLOT Louis, Les Français en Algérie. Souvenirs d’un voyage fait en 1841, Marne etCie imprimeurs-libraires, Tours, 1847. β

184VIARDOT Louis, Essai sur l’histoire des Arabes et des Mores d’Espagne, Paulin éditeur, Paris, 1833. β

185Vie d’al-Hadjdjâdj Ibn Yousof (41-95 de l’Hégire = 661-714 de J.-C.), d’après les sources arabes par Jean Périer, Librairie Émile Bouillon, Paris, 1904. β

186VILLE (De) Frans, Tziganes. Témoins des temps, préface de † José Pirnay, « Collections Lebègue & Nationale », Office de Publicité, S.A., Éditeurs, 1956. β

187WATT W. Montgomery, Mahomet à La Mecque, préface de Maxime Rodinson, traduction de F. Dourveil, Payot, Paris, 1958. β

188WATT W. Montgomery, Mahomet à Médine, traduit de l’anglais par S.-M. Guillemin et F. Vaudou, Payot, Paris, 1959. β

189WIELAND, Christoph Martin, Peregrinus Protée, ou Les Dangers de l’enthousiasme [traducteur et présentateur anonyme], Traduit de l’allemand de Wieland, A Paris, De l’Imprimerie du Magazin Encyclopédique, rue Honoré, n° 94, en face du passage Roch. L’an III de la République, γ

190WIET Gaston, Grandeur de l’Islam. De Mahomet à François 1er. Éditions de la Table Ronde, 1961. β

191WILLIAMS John Alden, voir ALDEN WILLIAMS John, β

192YOUSOF YA’KOUB (ABOU YOUSOF YA’KOUB), Le Livre de l’impôt foncier (Kitâb el-Kharâdj), traduit et annoté par E. Fagnan, Librairie orientaliste Paul Geuthner, Paris, 1921. β

193ZORILLA, Don Juan Tenorio, traduction nouvelle par Henri de Curzon, Librairie Fischbacher, Paris, s.d. β

Notes

1 Jacques Berque, Il reste un avenir, éd. Arléa, 1993.

2 Voir par exemple le témoignage d’Hamid Fouladvind recueilli par Najine Shahnaei, sur des ouvrages concernant la poésie persane, ouvrages qu’Aragon avait dans sa bibliothèque rue de Varenne et a donnés au jeune poète iranien : Histoire de Nader Shah, de William Jones, Londres, 1770, comportant un long « traité sur la poésie orientale » et treize ghazels de Hafez traduits en français ; le Gulistan de Saadi édité à Paris en 1704 ; et Nadir Lettres orientales, Paris, 1832. Voir la thèse de N. Shahnaei, Aragon et la littérature persane, dir. S. Ravis, Université de Provence, 2000.

3 Voir « Lectures d’Aragon pour Le Fou d’Elsa. Une bibliographie au témoignage de Charles Haroche », RCAET n° 5, p. 53-62.

4 Le Rêve de Grenade, Aragon et Le Fou d’Elsa, Actes du Colloque de Grenade, 14-16 avril 1994, ouvrage coordonné par S. Ravis, Publications de l’Université de Provence, 1996.

5 Hervé Bismuth, Construction d’un discours multiple et singulier : Le Fou d’Elsa d’Aragon, dir. S. Ravis, Université de Provence, 2000, à paraître en partie au printemps 2004 sous le titre : Un poème à thèses : Le Fou d’Elsa d’Aragon, aux presses de l’ENS Lyon.

6 Marie Nassif-Debs, « Le Fou d’Elsa » d’Aragon, une sensibilité poétique arabe recréee, dir. Suzanne Ravis, Université de Provence, 2002.

7 Voir note 3 de la page précédente.

8 C’est le cas, par exemple, de la longue citation du « poète de Cordoue », Ibn Hazm (Le Fou d’Elsa, p. 206, éd. Gallimard), empruntée à la traduction de Léon Bercher dans l’édition de 1949 du Collier du pigeon.

9 Voir Hervé Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa », RCAET n° 8.

10 Voir Jacques Huré, « Un emprunt d’Aragon à Henri Corbin », Ankara Universitesi Basimevi, Ankara, 1979, p. 51 à 58.

11 Voir Hervé Bismuth, « Réécritures métatextuelles dans Le Fou d’Elsa », op. cit.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search