Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°9

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Luc Vigier
, 
Maryse Vasseviere

Dossier. Témoignages

Témoins nécessaires

Luc Vigier

Texte intégral

Solitudes

1Il est peu de romans d’Aragon où les personnages ne se trouvent à un moment ou à un autre envahis par un intense sentiment de solitude : personnages au seuil d’une mutation morale déterminante, enfants désemparés, acteurs et témoins d’un événement historique, blessés, prisonniers, individus hantés par le sentiment d’une impasse, de l’inutile, de l’absurde. Ces figures un instant dépossédées du sens de leur vie, ou bien encore habitées par ce qu’elles viennent de voir, rompent souvent avec leur passé, leurs attaches familiales et politiques, les conventions de toutes sortes qui les reliaient à eux-mêmes. Dans d’autres circonstances, le suicide les arrache définitivement au monde. Les romans du Monde réel sont rythmés par tant de solitudes suicidaires qu’on n’est pas surpris d’en croiser l’ombre portée dans Les Communistes. Une scène en particulier retient l’attention : dans les douleurs que lui infligent ses blessures, l’Abbé Blomet confie à Jean-Biaise avoir involontairement assisté un militaire français au moment où il se donnait la mort. À l’intérieur de cette confession qui instaure d’emblée un rapport de transmission d’ordre testimonial entre l’agonisant et le survivant, Aragon ménage un espace narratif fortement dramatisé où ce Général anonyme, incarnation symbolique de la défaite de juin quarante, cherche un témoin pour ce qu’il va faire, et rencontre le regard d’un prêtre :

  • 1 Les Communistes, Le Livre de Poche, tome 4 [Chapitre VIII du volume « Mai-juin 1940] p. 171-173.

Si j’ai besoin de vous, c’est seulement comme d’un témoin, comme d’un témoin fiable... » [...] Je ne blasphème pas, M. l’Abbé, puisque je ne crois pas. Je vous le demande, alors à cette minute où cela dépend de vous seul, devant le monde vide et le ciel désert, dites-le-moi, pour quelle raison inimaginable saisiriez-vous cette planche flottante, ne vous laisseriez-vous pas couler ? [...] « Je vous ai dit que je cherchais un témoin... » Il y avait sur son visage le mélange effrayant d’une dignité, qui tenait du mépris, et de douleurs mal contenues, une expression de souffrance à éclater, qui le faisait plus rouge qu'à l'ordinaire. Je ne compris pas son geste, il s’était un peu détourné, comme pris de pudeur. Il avait porté sa main à sa tête. J’entendis le bruit du coup de feu, et je le vis rouler à terre, il me sembla que c'était une erreur, je criai « Mon Général ! ». Il était terrible à voir parce que... Oh, vous n'avez pas besoin de détails. Je sortis de la maison comme un fou. Vous savez, Sergent, ce que la religion pense du suicide.1

  • 2 Théâtre / Roman, nrf, Gallimard, p. 240 et 241.

2La fréquence de l’évocation ou de la représentation du suicide dans l’œuvre d’Aragon porte en elle sa part de charge autobiographique, qui nous renvoie à sa tentative de suicide en 1928. Mais l’on peut également y voir une modélisation romanesque plus générale de cet instant où l’individu bascule, où il a besoin d’un témoin de ce changement qui s’opère en lui, le suicide matérialisant une situation extrême. Bien plus tard, avec Théâtre/Roman (1974), la formule revient, dans un tout autre contexte, où la créature de fiction écrit à propos de son auteur : « Lequel de nous deux a inventé l’autre ? [...] S’il m’a inventé, c’est qu’il lui fallait le faire, qu'il avait besoin de ce témoin2 » Pour des raisons que nous expliquons plus loin, et qui ont trait à la correspondance privée d’Aragon, ce type de formule apparaît comme le marqueur d’une configuration identitaire lisible dans toute l’œuvre, que nous ne pouvons pas ne pas mettre en rapport avec ce que les témoins d’aujourd’hui nous disent de leur relation personnelle à l’auteur. D’autant que Louis Aragon s’est abondamment expliqué dans son œuvre romanesque et préfacielle sur ce « besoin du témoin », en lui et hors de lui, avec une accélération marquée à partir des années soixante. Plus ou moins concertée, la convocation des regards sur ce qu’il est en train de devenir, de faire, ou de dire, s’accentue en effet chez Aragon dans les vingt dernières années de son existence, où la disparition de la plupart des grands contemporains, l’enfouissement des témoins premiers, lui confèrent peu à peu la stature du survivant et du passeur, et le laissent dans une « certaine solitude ». Au moment où cette dimension apparaît dans son œuvre de manière obsessionnelle, au tournant des années soixante, Aragon semble vouloir tisser entre son œuvre et ce que la postérité pourra en dire un réseau complexe d’éléments historiques et biographiques dont les traces écrites seront peut-être complétées un jour par les témoins vivants, ceux qui à leur tour s’engagent dans le processus délicat de la transmission.

Démolition du biographique

  • 3 Les Voyageurs de l'impériale, [1939], cité ici dans le texte établi par Aragon en 1965 et repris da (...)
  • 4 Ibid., p. 590
  • 5 Ibid.
  • 6 Ibid., p. 592.
  • 7 Ibid., p. 580.

3Il faut tout d’abord rappeler la distance et le léger mépris dans lequel Aragon tenait ses biographes, qui sont à ses yeux des créateurs fort contestables d’images, de représentations et surtout de jugements. C’est une préoccupation très ancienne de la pensée aragonienne dont il est passé quelque chose dans Les Voyageurs de l’impériale3 où Pierre Mercadier, auteur d’une biographie du financier John Law, s’interroge longuement dans la préface de son ouvrage sur la légitimité de sa démarche. Affirmant que « le premier bienfait des biographies est de jeter sur la destinée de l’homme la lumière cruelle de l’insignifiance et de l’inutilité4 », Mercadier en vient à qualifier les biographes de « charlatans de la destinée humaine5 » et à douter de l’existence d’un « témoin idéal6 » qui permettrait de fonder en droit et en vérité l’ambition biographique. Cette approche du biographique est d’autant plus signifiante pour le personnage de Pierre Mercadier qu’il éprouve une gêne réelle à l’égard des amis anciens, susceptibles de « prendre un droit sur [s]on passé » et de prétendre en rester « les insupportables témoins7 ». Aragon ne dit pas autre chose lorsqu’il évoque, en 1930, le sort réservé à Rimbaud — à la différence de Sade ou de Lautréamont qui n’ont laissé derrière eux que peu d’éléments à d’éventuels biographes :

  • 8 Aragon, préface à « Une saison en enfer », Negomuce-L'Impossible, Edition surréalistes, Belgrade [3 (...)

J’imagine que rien ne peut révolter un homme comme la considération de sa propre biographie, comme la possibilité laissée aux autres d’établir cette biographie. Sade jouit de ce privilège extraordinaire pour quelqu’un de sa célébrité qu'il n’existe de lui que des portraits apocryphes : il n’est donné à personne de contempler les traits véritables du divin marquis. Lautréamont a réussi en mourant à disparaître mieux encore, pas un ami, pas un témoin qui pût établir l’emploi du temps de ses journées. Rimbaud, lui, a laissé derrière lui une meute, celle qu’il fuyait, celle dont le souvenir aux derniers jours suffisait à le mettre dans des rages terribles.8

  • 9 Les Annales de la Société des amis de Louis Aragon et d’Elsa Triolet, no 1, « Aragon, un “Écrivain (...)
  • 10 Théâtre / Roman, nrf Gallimard, 1974, p. 400.

4Dans la même logique, confronté à l’apparition d’une première tentative de biographie complète par Philippe Soupault, dans les années soixante9, puis à celle de Pierre Daix, Aragon confie dans ses préfaces à L’Œuvre poétique son aversion à l’égard de ces « mémorialistes » qu’il considère comme des « faussaires10 » :

  • 11 « 1935 », L'OΡ 2, t. II, p. 1044.

Il faut bien raconter les choses, sans prétendre écrire ses Mémoires, parce que d’autres le feraient pour moi... et j’ai déjà idée de ce que ce serait. Soit dit sans méchanceté, puisque cela a diversement commencé à s’écrire sans moi. Ce qui tient un peu d’un spectacle, où le mort-vivant n’a même pas le droit de témoigner..11

5À l’évidence, la part secrète ou méconnue de sa vie, qu’Aragon réactive au gré des écrits qui le conduisent à épousseter le passé, s’oppose à la prétention biographique de ses contemporains, à ces livres achevés dans lesquels il refuse de se laisser enfermer. Paradoxalement, Aragon s’attribue le droit d’être le témoin d’Elsa, le témoin intime de son mystère.

Le témoin contre le biographe

6Cette méfiance, qui est aussi une déception, à l’égard des biographes d’une partie de sa vie, s’articule paradoxalement avec une mise en valeur vigoureuse du témoin particulier ou privé dans un jeu de miroirs suffisamment vertigineux pour qu’on y voie le signe chez Aragon d’un intérêt prononcé pour la figure testimoniale, ceci étant particulièrement sensible lorsque Aragon évoque ce qui le reliait à Elsa Triolet. Dans « Et des chansons pour Madeleine », écrit après sa mort, ce qui fonde le droit d’être témoin de l’autre, c’est la singularité d’une proximité amoureuse :

  • 12 « Et des chansons pour Madeleine », L'OΡ 2, t. VII, p. 607.

Rien n’est difficile comme d’écrire de qui l’on aime. Tout semble indécence aux autres, et à soi donc ! Pourtant, si l’on a été le témoin, l’unique témoin de toute cette part d’une vie où se produit le mystère de l’écriture, si pendant plus de quarante années on a partagé le silence d’une femme sur elle-même, on a vu naître, contre toute raison parfois, ses livres, suivi le cheminement de sa pensée... peut-être a-t-on le droit de dire qu’on tient une clef de l’œuvre et de la vie d’un écrivain, et d’un être humain qu’on a peut-être mieux connu que les autres, s’il n’y a pas trop prétention à le croire.12

  • 13 Entretien inédit, repris par France-Culture, en 1992 et retranscrit dans notre thèse, La Voix du té (...)

7C’est encore à cette figure d’observateur qu’Aragon aura recours lorsqu’il se affirmera, au sujet du spectacle d’Elsa en train d’écrire, qu’il est « cette horrible chose : un témoin13 » Ce qui frappe dans cette précaution oratoire préludant à un témoignage sur Elsa Triolet écrivain c’est qu’elle rejoint et finalement transgresse la définition du droit très limité de l’individu à parler de la vie de l’autre. Cette problématique que le thème de la jalousie infiltre dans la Mise à mort aboutit à ce constat cinglant, qui vise tous les biographes :

  • 14 La Mise à mort, Gallimard, coll. “Folio”, p. 203.

C’est que j’avais essayé, du moins me semblait-il, d’expliquer à Fougère comment naissent les personnages de roman, ce qui se mêle aux choses dites, l'ombre sur tout des choses tues, le mélange de l’invention et de la vie, plus peut-être que de la biographie objective, de cette vie secrète dont je suis seul témoin.14

8Ce privilège jalousement affirmé ne se limite pas, dans les écrits d’Aragon, à la vie d’Elsa et l’on peut le retrouver au sujet d’Éluard, par exemple :

  • 15 L'Homme communiste, nrf, Gallimard, 1953, « Préface », p. 16-17.

J'ai très bien connu la pensée de Paul Éluard, je veux dire que j’en ai été longuement le témoin : et pas seulement. Car ce détournement du poète, à son retour de la guerre, [...] cette orientation tout autre [...] m’entraîna en même temps que lui vers des préoccupations particulières, qui se paraient aussi du nom de révolution...15

  • 16 C’est ce que semble également suggérer François Nourissier lorsqu’il écrit : « [Aragon] était, à le (...)

9Qu’Aragon parle d’Éluard, de Breton, de Soupault, basculant de la connaissance qu’il a de la vie privée de ceux qui furent pendant des années ses compagnons au sein du surréalisme à la compréhension de la place de ce mouvement dans l’histoire littéraire, c’est bien à la figure du témoin qu’il a recours, jouant des connotations juridiques du terme16.

La mesure du changement

10Inversement, ou plutôt réciproquement, apparaît très tôt dans l’œuvre d’Aragon l’idée de l’appel à témoin comme certification d’un événement majeur et instance de vérification du présent comme du passé. Dans Les Voyageurs de l’impériale, Pierre Mercadier, dont nous évoquions plus haut la méfiance à l’égard des biographes, attribue aux femmes qu’il a fréquentées dans sa jeunesse un statut particulier :

  • 17 Les Voyageurs de l’Impériale, op.cit., p. 864.

Les femmes, ce n’était plus pour lui que la pierre de touche de sa jeunesse enfuie17

11La tournure restrictive, qui teinte la phrase de mépris ou de regret, n’en attribue pas moins à la femme le statut du « critère ». Personnage en rupture de ban, Pierre Mercadier cherche justement à quitter tout ce qui le lie à ce qu’il a été. Il refuse l’amorce de « mémoire collective » que constitue le couple, la construction que les souvenirs conjugués peuvent selon lui transformer en étouffoir. L’image de la « pierre de touche » choisie par Aragon rejoint ainsi l’idée des « insupportables témoins » biographiques. Mais on peut se demander si, de manière souterraine, les deux dimensions n’existent pas également dans l’esprit d’Aragon à l’égard des femmes oubliées et de la femme de l’avenir. Les femmes de la « pensée enfuie » sont présentées par Mercadier comme des témoins insupportables parce qu’elles sont les mémoires affectives de l’intellect et de ses progressions. Elles incarnent le tracé d’une vie. Elles sont ces témoins qu’on abandonne involontairement derrière soi et qui peuvent toujours revenir vers vous pour attester ce qu’on a été, attester ce à quoi on a renoncé et qui incarnent le prix du changement. Ceci tendrait à faire de ce personnage le contraire d’Aragon en 1939 pour qui Elsa incarne alors le critère de l’être en devenir. C’est en ce sens du reste, que l’expression « pierre de touche » désigne la pierre-témoin qui permet, dans la bijouterie, de contrôler la qualité d’un métal, et en particulier de l’or, par la trace que l’objet examiné peut y laisser. Or, c’est bien à l’image du critère que nous avons affaire dans la préface qu’Aragon écrit en 1964 pour Les Cloches de Bâle dans Les Œuvres Romanesques Croisées, lorsque l’auteur rappelle le rôle qu’a tenu Elsa dans l’écriture du roman :

  • 18 Les Cloches de Bâle, « C’est là que tout a commencé », Œuvres romanesques complètes, t. I, Gallimar (...)

J’avais cessé de me justifier par rapport à mon passé, mes amis. Tu étais devenue le seul témoin, la seule pierre de touche de ma pensée. Il fallait qu’elle prît forme d’une confidence à quoi mesurer ces changements en moi, qu’elle prît consistance d’une pierre que tu aimerais poser devant toi sur la table, que ta main pût caresser, ta réflexion... à quoi tu reviennes...18

12Elle dit assez clairement l’importance des « amis » précédents dans la construction de la voix romanesque, la difficulté de la séparation et la souffrance d’une pensée qui n’a plus de témoin. On pense à Drieu La Rochelle, mais aussi à Éluard, à Breton. Sans doute est-ce le retournement de l’image qui s’avère le plus étonnant :

Il fallait qu’elle [ma pensée] prît la consistance d’une pierre que tu aimerais poser devant toi sur la table, que ta main pût caresser.

13Le glissando sémantique des phrases associe le contact physique impliqué par la métaphore précieuse au toucher de la pensée. On passe bien ici de l’image pétrifiée d’Elsa au monument miniature de la pensée aragonienne, étrange presse-papier des années 1933-1934, qui propose une représentation figée d’une pensée pourtant à ce moment en pleine évolution. Notons que cette bascule d’une pierre à l’autre s’effectue sur le mode de la nécessité : Il fallait... et non peut-être du libre arbitre. En quelques lignes, les attributs s’échangent : la pensée qui cherchait son critère devient la pierre devant soi posée alors que la pensée témoin devient cette projection sensuelle de la complicité et du contrôle intellectuel.

  • 19 Elsa est souvent présentée comme mémoire vérificatrice, par exemple dans « Elsa », qui date de 1976 (...)

14Lorsqu’Aragon évoque ses témoins féminins, c’est donc souvent pour leur attribuer le rôle des attestateurs du changement à vue : leur regard, leur conscience et leur mémoire font de Denise, de Nancy et d’Elsa les jalons vivants du chemin parcouru par le mouvement perpétuel de sa pensée. À ce titre, elles se trouvent aussi figées (parfois rêvées) dans cette posture d’observatrices attentives et muettes, troublants visages de la mémoire et de ses contrôles19. Cette dimension du rapport à Elsa Triolet s’entend déjà dans les rapports d’Aragon avec sa mère, comme avec l’une des grandes passions de sa vie, Denise Naville, convoquée dans une lettre des années vingt comme « témoin » d’un bouleversement intérieur :

  • 20 Lettres à Denise, présentées par Pierre Daix, Éd. Maurice Nadeau, 1994, p. 75.

J’aurais aimé vraiment ce soir, que vous fussiez près de moi, dans ce café d’où je vous écris. J’aurais aimé vous voir, ce soir précisément. Comme quelque témoin nécessaire de moi-même, comme le vrai témoin que je me suis une fois choisi. Vous seule auriez peut-être alors pesé tout ce que j’abandonne, ce que je fais de moi, ce que je tue de moi. Quand je vous rencontrerai, il sera trop tard. J’aurai déjà un visage paisible. Je serai fait à mon destin.20

  • 21 Voir notre article, « Le martyre du témoin », RCAET no 6, 1998.

15On n’est donc guère surpris de retrouver ce même qualificatif pour des êtres qui ont marqué la vie d’Aragon, comme Jean Paulhan21 ou Paul Éluard. Le refus du témoin non autorisé, le choix par Aragon de témoins crédibles de certains aspects de sa vie et de son œuvre, ce « besoin du témoin » en somme, confère une dimension particulière à la voix de ceux qui, du vivant d’Aragon ou après sa mort, ont diversement tenté, souvent à la demande des chercheurs, d’apporter leur contribution à l’éclaircissement des « circonstances ». Il sont à la fois les « insupportables témoins » de Pierre Mercadier, les « témoins nécessaires » et les « passeurs » essentiels d’éléments inconnus. C’est un phénomène qui dépasse les formes autobiographiques choisies par Aragon, aussi diverses soit-elles que la vaste autobiographie poétique du Roman inachevé, les « aveux » incidents des romans, les essais comme Les Incipit, les préfaces aux ORC ou l’explication des « circonstances » pour L’Œuvre poétique. Pourtant, cette parole de seconde main qu’est le témoignage, fonctionne peu à peu, aux yeux des chercheurs cette fois, comme une forme supplémentaire, aléatoire et projetée de la biographie, une forme d’insémination testamentaire.

16Celle-ci, nécessairement, vient dialoguer avec les écrits d’Aragon. Non seulement parce que ces témoignages viennent confirmer ou infirmer ses propos sur sa propre vie mais aussi – comme on l’a vu – parce que la figure du témoin fait partie très tôt des réseaux conceptuels reliant Aragon à l’autre et parfois à lui-même, dans ce dialogue avec la vérité qu’il a mené pendant toute sa vie au cœur d’un procès permanent et d’attaques violentes. Cette part de vérité détenue par les témoins d’Aragon, vient ainsi constamment s’opposer à la clôture biographique. Le témoin « choisi » devient dès lors, dans l’esprit d’Aragon, la contre-marque essentielle de son œuvre et de sa parole, l’élément aussi d’une reconstitution, le passeur des mondes disparus. Et l’on peut songer que, dans certains cas, Aragon avait appelé de ses vœux cette forme souple et variable de survie. Le poids qui pèse sur les épaules des témoins n’en est que plus grand.

Bibliographie

Bibliographie des entretiens et témoignages sur Aragon établie par Wolfgang Babilas

Nous remercions vivement Wolfgang Babilas de nous avoir permis de reprendre une partie de ses travaux bibliographiques. Comme les autres sections bibliographiques de son site :

https://www.uni-muenster.de/LouisAragon/

cette liste est régulièrement mise à jour. Merci également à Hervé Bismuth, Lionel Follet et Reynald Lahanque pour les ajouts qu’ils ont proposés. On a choisi de ne pas renvoyer aux témoignages croisés Aragon / Elsa Triolet présents dans les préfaces des Œuvres romanesques croisées et, pour quelques témoignages d’Aragon sur Elsa, dans L’Œuvre poétique. Précisons enfin que cette bibliographie ne prétend pas à l’exhaustivité.

I. Entretiens

Rafael Alberti, « Dialogue d’exilés ». Entretien réalisé par Denis Fernandez-Recatala, Révolution, no 207, 17 février 1984.

Emmanuel Berl, Interrogatoire par Patrick Modiano, suivi de Il fait beau, allons au cimetière, Paris, Gallimard, 1967 (passim).

André Breton, Entretiens (1913-1952) avec André Parinaud. Nouvelle édition revue et corrigée. Paris : Gallimard, 1969 (Coll. “Idées”, no 284) (Première édition : coll. “Le Point du Jour”, 1952) (passim).

Edmonde Charles-Roux

  • « Mon ami Aragon ». Propos recueillis par Martine de Rabaudy, L'Express, no 2391, 1er mai 1997, p. 88.

  • « Conversation avec Edmonde Charles-Roux », dans Bernard-Henri Lévy, Les Aventures de la Liberté. Une histoire subjective des intellectuels, Bernard Grasset, 1991, p. 246-255.

Pierre Daix

  • « Aragon survivra-t-il à la chute du communisme ? » Propos recueillis par André Clavel, L’Événement du jeudi, 28 avril 1994, p. 110-111.

  • « Aragon n’est pas innocent ». Propos recueillis par Catherine Argand, Lire, no 255, mai 1997, p. 42-43.

  • « Il s’est accroché à un parti qui ne voulait pas de lui ». Propos recueillis par Sébastien Le Fol, Le Figaro littéraire, 13 mars 2004, p. 3.

Jean Ferrat

  • « Ferrat en son jardin secret », L'Humanité Dimanche, no 240, 20 octobre 1994, p. 14-16.

  • « Ferrat 95 par Ferrat ». Propos recueillis par Alain Morel, Le Parisien, 24 octobre 1994.

  • « Jean Ferrat : l’air de la liberté ». Propos recueillis par Richard Cannavo, Le Nouvel Observateur, 14 novembre 1994.

Jean Marcenac

  • « Jean Marcenac parle d’Aragon ». Propos recueillis par Jean-Louis Ézine, Nouvelles Littéraires, no 2414 bis, 31 décembre 1973, p. 3.

  • Je n'ai pas perdu mon temps, Temps actuels, 1982 (passim).

François Nourissier

  • « Entretien avec Maryse Vassevière », Recherches croisées Aragon/Elsa Triolet, no 4, 1992, p. 11-38.

  • « Je déteste les modes ». Propos recueillis par Maurice Achard, Les Nouvelles littéraires, 26 mai 1983.

Jean Récanati, Un Gentil stalinien, Mazarine, 1980.

Jean Ristat

  • « Plein champ : “Entretien [de Daniel Bougnoux] avec Jean Ristat” », Silex, no 8/9, 1978, p. 140-143.

  • Avec Aragon (1970-1982). Entretiens avec Francis Crémieux, Gallimard, Collection blanche, 2003.

  • « Je veux réhabiliter Aragon ». Propos recueillis par Jean-Claude Perrier, Livres Hebdo, no 500, 7 février 2003, p. 88-90.

Ruta Sadoul, entretien avec Maryse Vassevière, Faites entrer l’infini (désormais FEI), no12, décembre 1991.

Philippe Soupault, Vingt mille et un jours. Entretiens avec Serge Fauchereau. Pierre Belfond, 1980 (passim).

André Stil

  • L Optimisme librement consenti. Entretiens avec Pierre-Luc Séguillon, Stock, 1979.

  • Une vie à écrire. Entretiens avec Jean-Claude Lebrun. Bernard Grasset, 1993 (passim)

François Taillandier, « La liberté d’Aragon est de ne jamais être celui que l’on prend pour lui ». Propos recueillis par Michel Guilloux, L'Humanité, 31 janvier 1997.

Elsa Triolet, « Est-ce de ma faute si Aragon dit son amour si fort ? » Propos recueillis par Michèle Manceau, Elle, 27 mai 1965, p. 174-180.

II. Notes, souvenirs, lettres, journaux intimes et prises de position de témoins contemporains

Maxime Alexandre, Mémoires d’un surréaliste, La Jeune Parque, 1968.

Wolfgang Babilas, « Rencontres avec Aragon », FEI, no 36, décembre 2003, p. 62-63

Yvonne Baby, La Vie retrouvée, Éditions de l’Olivier, 1992 (passim).

Jacques Baron, L’An I du Surréalisme suivi de l’An dernier, Denoël, 1969, (« Promenades avec Aragon », p. 43-62).

Albert Béguin, « La découverte de Paris », Esprit, 26e année, no 268, décembre 1958, p. 766-768.

Pierre de Boisdeffre, Contre le vent majeur, Grasset, 1994 (passim).

Alain Bosquet, La Mémoire ou l’Oubli, Bernard Grasset, 1990 (« Louis Aragon », p. 60-79).

Jacques Chardonne – Roger Nimier, Correspondance 1950-1962. Choix présenté, établi et annoté par Marc Dambre, Gallimard, 1984.

Jean Cocteau, Le Passé défini. Journal. I (1951-1952), II (1953), III (1954), Gallimard, 1983, 1985, 1989.

Malcolm Cowley, Exile’s Return. A Literary Odyssey of the 1920's. [lere édition : 1934], London, The Bodley Head, 1961.

Nancy Cunard

  • « Louis Aragon », dans N. Cunard : These were the Hours. Memories of My Hours Press, Réanville and Paris 19281931. Carbondale and Edwardsville : Southern Illinois University Press ; London and Amsterdam : Feffer and Simons, 1969, p. 40-50.

  • « Poems for France », préface, Seghers 1945, repris dans FEI no10, décembre 1990.

Pierre Daix

  • « Louis », dans Ce que je sais du xxe siècle, Calmann-Lévy, 1985, p. 199-223.

  • « L’annonce d’une crise » [Mai 1968], L’Humanité, 7 mai 1998.

Salvador Dalí, « Ich fordere Aragon heraus (I defy Aragon) », dans Art Front, vol. 3, no 2, 1937, p. 7-8.

Joseph Delteil, La Deltheillerie, Bernard Grasset, 1968, (« Aragon au Coursla-Reine », p. 101-106).

Robert Desnos, Nouvelles Hébrides et autres textes 1922-1930. Édition établie, présentée et annotée par Marie-Claire Dumas, Gallimard, 1980, (« Louis Aragon » (fin des années vingt), p. 293-296).

Jean Dutourd, Les Voyageurs du Tupolev, Plon, 2003.

Paul Éluard, Œuvres complètes, t. II, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 1968, (« Certificat » (23 mars 1932), p. 833-835).

Paul Éluard, « Les poètes que j’ai connus », La Nouvelle Critique, 2e année, no 11, décembre 1949, p. 106-107, repris dans Pouvoir tout dire, dans P. Éluard, Œuvres complètes, t. II, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 1968p. 369-371.

Lucie Éon, Dans les pas de... Louis Aragon. J’ai vu !, Éditions du Petit Pavé, Brissac 2000.

Jean-Louis Ézine, Les Écrivains sur la sellette. Éditions du Seuil, 1981 (« Louis Aragon », p. 43-46).

Jean Ferrat, « Mes premières rencontres avec Aragon... », FEI no28, décembre 1999, p.2-3.

Waldo Frank, « Aragon Between Wars », dans Aragon, Poet of the French Resistance, edited by Hannah Josephson & Malcolm Cowley, Duell, Sloane and Pearce, New York, 1945 p. 108-112.

Pierre Gascar, Portraits et souvenirs, Gallimard, 1991 (« Le miroir. Louis Aragon », p. 119-146).

Stephan Hermlin, Begegnungen 1954-1959. Berlin : Aufbau-Verlag, 1960, (« Ein Gruß für Aragon », p. 267-271) et Äußerungen 1944-1982, Berlin und Weimar, Aufbau Verlag, 1983, p. 253-257.

Pierre Hulin, Elsa et Aragon. Souvenirs croisés, Ramsay, 1997.

Matthew Josephson, Life among the Surrealists. New York, Holt, Rinehart and Winston, 1962 (passim).

Renaud de Jouvenel, Confidences d’un ancien sous-marin du PCF, Juillard, 1980 (passim)

André Kédros, L’Homme à l’œillet. L’itinéraire d’un jeune intellectuel grec dans la France des années 50, Robert Laffont, 1990 (passim).

Frantisek Kubka, Augenzeuge meiner Zeit. Begegnungen mit Zeitgenossen aus Ost und West. Prag 1964, (« Ein Mensch namens Aragon », p. 339-346).

Auguste Lecoeur, Le Partisan, Flammarion, 1963 (passim).

Victor Leduc, Les Tribulations d’un idéologue, Syros, 1985 (passim).

Bernard-Henri Lévy, Les Aventures de la Liberté. Une histoire subjective des intellectuels, Bernard Grasset, 1991 (« Une étrange régression », p. 237-241 ; « C’est l’époque où Aragon... », p. 242-245 ; « Conversation avec Edmonde Charles-Roux », p. 246-255).

Jack Lindsay, Meetings with Poets. Memories of Dylan Thomas, Edith Sitwell, Louis Aragon, Paul Éluard, Tristan Tzara. London, Frederick Muller Ltd., 1968, p. 167-191.

André Malraux, cité par

  • Maria de Ruisselberghe, Les Cahiers de la Petite Dame, t. 3, Gallimard, p. 288 (daté du 16.12.1941).

  • Roger Stéphane : « Malraux, in memoriam », Toutes choses ont leurs saisons, Fayard, 1979, p. 22-23

Klaus Mann, Der Wendepunkt. [Frankfurt am Main, S. Fischer Verlag, 1949] Gütersloh : Bertelsmann Lesering, 1960.

Maurice Martin du Gard, Les Mémorables 1918-1945, réédition en 1 volume, Gallimard 1999, (passim).

André Masson, « Salut », L’Arc, 1973, p. 97.

François Mauriac, « Le Bloc-Notes de François Mauriac », L'Express, no 402, 26 févrierl959, p.36 (notice datée du 18 février 1959).

Claude Mauriac, Le Temps immobile, 10 vol., Paris, Grasset, 1974-1988 (passim).

Adrienne Monnier, Rue de l’Odéon, Paris, Éditions Albin Michel, 1960.

Claude Morgan, Les “Don Quichotte" et les autres, Roblot, 1979.

Gérard Mourgue, « Une première lecture publique du Fou d’Elsa », FEI, no15, juin 1993, p.12-14.

Edgar Morin, Autocritique, René Julliard, 1959 (passim).

Léon Moussinac, « Le rendez-vous de Périgueux », La Nouvelle Critique,2e année, no 11, décembre 1949, p. 103-106.

Pablo Neruda, Navegaciones y Regresos (1960), repris dans Obras completas. Buenos Aires : Aguilar, 2a ed., 1962, (« A Luis Aragon », p. 1553-1556).

Joë Nordmann et Anne Brunei, Aux vents de l’histoire, Mémoires, Éd. Actes Sud, 1996.

François Nourissier

  • « Vingt ans de souvenirs », L'Humanité, 17 décembre 1992.

  • « Elsa et Louis », À défaut de génie, Gallimard, 2000, p. 306-358.

  • « Dix images », Magazine littéraire, no 322, juin 1994, p. 18-19

Vladimir Pozner, Souvenirs sur Aragon, Société des Amis de Louis Aragon et Elsa Triolet, 2001.

Samuel Putnam, Paris Was Our Mistress, Memoirs of a Lost & Found Generation (1947), Southern Illinois University Press, 1970 : « Rebel Son (Louis Aragon) », p. 178-189 ; et passim.

Jean Ristat, « Le poète et son ombre », Le Nouvel Observateur, 12 décembre 1981, p. 53-55.

Yannis Ritsos, « La Grandeur », Les Lettres françaises, 28 novembre 1957.

Correspondance entre Jean Guéhenno et Romain Rolland (1919-1944). Cahiers Romain Rolland, 23, Albin Michel, 1975.

Peter C. Rhodes, « Aragon, Resistance Leader », dans Aragon, Poet of the French Resistance, edited by Hannah Josephson & Malcolm Cowley, Duell, Sloane and Pearce, New York, 1945, p. 75-107, repris dans Les Annales de la Société des amis de Louis Aragon et d’Elsa Triolet, no1, « Aragon un chef de la Résistance » [traduction de Vanessa Guichard], présentation et notes par Jean Albertini et Daniel Bougnoux, p.101-129.

Georges Ribemont-Dessaigne, Déjà jadis, Julliard, 1958.

Claude Roy

  • Moi je, Gallimard, 1969, (« Aragon en l’an quarante », p. 439-458) ; paru également dans la collection Folio/Gallimard, no 1066 (p. 459- 483).

  • Nous, Gallimard, 1972, (« Aragon, les années cinquante », p. 441-462) ; paru également dans la collection Folio/Gallimard, no 1247.

  • La Conversation des poètes, Gallimard, 1993 (« Plusieurs Aragons rencontrés en chemin », p. 197-233).

  • Somme toute, Gallimard, 1976 (« Pages de journal », p. 139-147 ; « Passage d’André Breton », p. 294 ; « Aragon dans le temps », p. 363-388) ; paru également dans la collection “Folio”, no 1405 (p. 162-172, 342-344, 425-454).

Georges Sadoul

  • Georges Sadoul, Présentation du volume Aragon dans la collection « Poètes d’aujourd’hui », no 159, Pierre Seghers, 1967, p. 5-65.

  • « Une femme, un homme », Europe, no 454-455, février-mars 1967, p. 104-123.

André Salmon, Souvenirs sans fin. Troisième époque (1920-1940), Gallimard, 1961 (passim).

Colette Seghers

  • Nous étions de passage, Stock, 1999 (passim).

  • « Aragon ou la fin du roman », FEI, no12 (décembre 1991), p.4-6.

Simone Signoret, La Nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Éditions du Seuil, 1976 (passim).

Philippe Soupault, Mémoires de l’oubli, 1923-1926, Lachenal & Ritter, 1986 (passim).

Roger Stéphane, Chaque homme est lié au monde. Préface d’Emmanuel d’Astier, Éditions du Sagittaire, 1946.

André Thirion Révolutionnaires sans Révolution, Éditions Robert Laffont, 1972 (passim).

André Thirion, Révisions déchirantes, La Pré aux Clercs – Belfond, 1987, (« Le charme éprouvé de la bourgeoisie », p. 215-227).

Tristan Tzara, Œuvres complètes, éd. par Henri Béhar, t. V, Flammarion, 1982, (« Aragon », p. 334).

Antoine Vitez, « Rien qu’un mot », Révolution no148, 31 décembre 1982.

Daniel Wallard, « Aragon/Un portrait », Éditions Cercle d’Art, 1979.

André Wurmser, Fidèlement vôtre. Soixante ans de vie littéraire et politique, Grasset, 1979, p. 279-284 (passim).

Notes

1 Les Communistes, Le Livre de Poche, tome 4 [Chapitre VIII du volume « Mai-juin 1940] p. 171-173.

2 Théâtre / Roman, nrf, Gallimard, p. 240 et 241.

3 Les Voyageurs de l'impériale, [1939], cité ici dans le texte établi par Aragon en 1965 et repris dans Œuvres romanesques complètes, coll. “Bibliothèque de la Pléiade, p. 509-1119.

4 Ibid., p. 590

5 Ibid.

6 Ibid., p. 592.

7 Ibid., p. 580.

8 Aragon, préface à « Une saison en enfer », Negomuce-L'Impossible, Edition surréalistes, Belgrade [31] mai 1930, repris dans Chroniques, Stock 1998, p. 362-363.

9 Les Annales de la Société des amis de Louis Aragon et d’Elsa Triolet, no 1, « Aragon, un “Écrivain de toujours” [1959-1960] », présenté par Renate-Lance Otterbein, p. 7-42.

10 Théâtre / Roman, nrf Gallimard, 1974, p. 400.

11 « 1935 », L'OΡ 2, t. II, p. 1044.

12 « Et des chansons pour Madeleine », L'OΡ 2, t. VII, p. 607.

13 Entretien inédit, repris par France-Culture, en 1992 et retranscrit dans notre thèse, La Voix du témoin dans les œuvres en prose de Louis Aragon, Université de Provence, octobre 2000, deux volumes dactylographiés, p. 622.

14 La Mise à mort, Gallimard, coll. “Folio”, p. 203.

15 L'Homme communiste, nrf, Gallimard, 1953, « Préface », p. 16-17.

16 C’est ce que semble également suggérer François Nourissier lorsqu’il écrit : « [Aragon] était, à leurs yeux [les « jeunes perdreaux de la dernière couvée surréaliste »] « le grand coupable et Breton, le grand témoin. Breton mort, et Aragon l'encensant, le coupable devint à son tour témoin. Il n'était plus là pour répondre, Breton. » dans À défaut de génie, nrf, Gallimard, 2000, p. 342.

17 Les Voyageurs de l’Impériale, op.cit., p. 864.

18 Les Cloches de Bâle, « C’est là que tout a commencé », Œuvres romanesques complètes, t. I, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, p. 693.

19 Elsa est souvent présentée comme mémoire vérificatrice, par exemple dans « Elsa », qui date de 1976 : « Et depuis six ans, je ne puis plus contrôler mes souvenirs d'après ceux d’Elsa », L'OΡ 2, t. III, p. 378.

20 Lettres à Denise, présentées par Pierre Daix, Éd. Maurice Nadeau, 1994, p. 75.

21 Voir notre article, « Le martyre du témoin », RCAET no 6, 1998.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search