Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°8

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Maryse Vasseviere

Catherine ou le féminisme, roman. La représentation de la question féminine dans Les Cloches de Bâle d’Aragon

Corinne Grenouillet

Résumé

À travers le personnage de Catherine, jeune étrangère sensuelle et désirable qui incarne une « espère de chimère moderne », Les Cloches de Bâle se font l’écho du féminisme libéral de la Belle Époque : condamnation de la double morale, du mariage, émancipation de la femme, liberté de disposer de son corps, culte du plaisir, malthusianisme et refus de la maternité sont autant de thèmes qui croisent la pensée anarchiste dont s’inspire aussi Catherine. Le traitement par le romancier des aspirations de son personnage (établir le droit de vote des femmes, lutté contre la prostitution) et de l’opposition établie entre les sexes montrent toutefois que le féminisme ne saurait être qu’une étape sur la voie qui mène à la conscience socialiste. Les figures de femmes admirées par Catherine, telle les révolutionnaires populistes russes des années 1870, Alexandra Kollontaï (dont les théories sur les relations de couple pourraient être un intertexte du roman) puis Clara Zetkin sont autant de jalons conduisant à un éveil plus directement politique qui dépasse en l’absorbant la question de l’oppression sexuelle.

Texte intégral

  • 1 Angela Kimyongür (Université de Hull, Canada) analyse dans une perspective féministe les personnage (...)
  • 2 Les Yeux d'Elsa, Neuchâtel, La Baconnière, coll. “Les Cahiers du Rhône”, 1942.

1L’importance des personnages féminins dans l’œuvre romanesque d’Aragon n’est plus à démontrer. En revanche, son rapport à la question féminine a rarement été abordé1 et plutôt d’un point de vue extérieur à l’œuvre. Si Aragon ne peut certes pas être catalogué comme un écrivain féministe – puisqu’il ne s’est jamais explicitement prononcé sur cette question qui a traversé le vingtième siècle –, il fut incontestablement un écrivain et un intellectuel sensible à la condition de la femme, de toute évidence non sexiste, et encore moins misogyne : on sait avec quelle ardeur, par exemple, il combattit la misogynie d’un Montherlant dans « La Leçon de Ribérac ou L’Europe française2 ». Nul doute que son compagnonnage scriptural et intellectuel avec Elsa Triolet dut renforcer une proximité ancienne et sincère avec le monde féminin : Aragon fut élevé par des femmes et Elsa Triolet, qui n’a pas vécu dans l’ombre de son mari, a conduit, en femme libre et extrêmement active, une vie passionnante aux prises avec la culture du siècle et ses enjeux.

2Eu égard au féminisme, le personnage singulièrement attachant de Catherine dans Les Cloches de Bâle (1934) est unique dans l’œuvre du romancier. On se propose d’examiner comment s’inscrit dans le roman la question féminine et comment, à travers ce personnage notamment, l’écrivain donne une représentation singulière d’une idéologie : on verra que le féminisme de Catherine doit être absolument relié à l’anarchisme et au socialisme, les deux grandes idéologies dans lesquelles il finit par se dissoudre.

Catherine, une féministe inscrite dans son temps

3Dès sa première apparition, Catherine Simonidzé, 26 ans en 1912, est caractérisée par son féminisme militant, restitué avec force détails au discours direct ou indirect.

  • 3 Nous nous référons à l’édition des Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, coll. “Biblioth (...)

Le destin de Pierre de Sabran n’émeut pas très vivement Melle Simonidzé. Elle dit que dans cette histoire s’il y a une victime c’est Mme Brunei, qui est très belle, paraît-il, et dans la société actuelle toutes les femmes sont des esclaves, et il faut prendre leur parti à toutes les occasions.
Le commandant fait observer que la victime a un certain train de maison, et somme toute partage avec son mari les fruits de l’usure, mais Catherine se fâche un peu. Puisque c’est son mari, c’est un maître, et vous êtes tous les mêmes à jeter la pierre aux femmes, elles ne sont pas solidaires de vous.
(Catherine, I, p. 7833)

4D’emblée Catherine affirme le rapport de domination entre sexes, pierre de touche de la pensée féministe, tandis que les hommes, constitués en groupe hostile (« vous êtes tous les mêmes »), semblent violemment rejetés. Dans le même temps, l’auteur semble se dissocier du personnage, en réintroduisant, par le biais de la remarque du commandant, la question de l’appartenance de classe.

5D’emblée aussi, la double morale est mise en accusation, comme elle le fut par toutes les féministes de la fin du XIXe siècle et du début du XXe ; Catherine s’insurge contre l’idée que Diane Brunei n’est pas intéressante parce qu’elle « couche avec le Wisner des autos » :

– Et alors ? voilà bien des propos d’hommes ! Wisner, lui, est-il moins intéressant parce qu’il a couché avec MmeBrunei ? Monstrueuse inégalité ! Tenez, on voit bien que vous n’êtes que des soudards !
(Catherine, I, p. 784)

6Le fait de juger plus sévèrement que les escapades maritales l’adultère féminin (qui suscite ici un jugement catégorique sur Diane) fut en effet un combat de toutes les féministes, radicales comme modérées, dont on trouvera un autre exemple quelques pages plus loin :

Mais elle [Catherine] aurait voulu dominer les hommes, et non pas que leurs épaules retinssent ses yeux, leur aisance. Elle aurait voulu se comporter avec les hommes comme il est entendu qu’un homme se comporte avec les femmes. Un homme n’est pas défini par les femmes avec lesquelles il a couché.
(Catherine, VII, p. 810)

7Cette lutte contre le double moral est à replacer dans le contexte d’une troisième République particulièrement corsetée qui confinait dans une place subordonnée au mari celle dont le maintien, la bonne éducation et l’effacement étaient les vertus cardinales. La situation de la femme mariée est ainsi analysée de façon lapidaire dans le discours intérieur du personnage.

Brusquement se trouver à la merci d’un homme et ce serait bientôt pour elle comme pour toute autre, l’esclavage, les longues heures, la broderie derrière les brise-bise. Eh bien, non.
(Catherine, XVIII, p. 859)

8Catherine, elle, loin d’être une potiche décorative, s’affirme comme une femme à idées, difficile à mettre au ban de la conversation. Au-delà des thèmes féministes qui la passionnent, elle se montre en effet capable de prendre position sur la crise internationale, alors qu’on attendrait de la femme en société une réserve policée et souriante. Aragon s’amuse visiblement à dépeindre la stupide tentative masculine d’écraser la parole de ce trublion... et montre une indéniable empathie avec son personnage en nous révélant la manœuvre de son adversaire, en l’occurrence son beau-frère :

Mercurot a su faire dévier la conversation sur les événements des Balkans. conversation militaire qui écartera les femmes. Ah bah ! Catherine, rapidement, est parvenue à couper la parole au commandant, et il s’agit bien maintenant de la stratégie en Macédoine [...] Elle chante les louanges [...] des ouvriers des Balkans qui se mettent partout en grève pour protester contre la guerre.
(Catherine, I, p. 784)

9Manifestant des « sentiments de gauche » (p. 785), Catherine analyse de façon originale, sinon exacte, la crise des Balkans : elle soutient les Turcs, qui seuls pourraient damer le pion à la Russie tsariste qu’elle exècre. Cette capacité à embrasser une situation géopolitique complexe et rivaliser sur ce terrain avec les hommes, fussent-ils militaires, est manifeste dans d’autres passages, par exemple au chapitre VII (p. 813) : lors d’une soirée chez sa mère, Catherine appelle de ses vœux la victoire du Mikado japonais contre la Russie, qui devrait permettre, selon elle, d’émanciper la Géorgie et les femmes. Toutes ses analyses procèdent de sa haine du régime tsariste en quoi elle voit le symbole de l’exploitation humaine en général et de l’exploitation féminine en particulier. Traits distinctifs du personnage, ses diatribes et ses engouements sont présentés comme relevant de l’idée fixe et peuvent apparaître bien simplistes... toujours est-il que les opinions très arrêtées de la jeune femme la distinguent d’autres personnages féminins plus timorés, voire incapables d’une réflexion globale, tels sa propre sœur Hélène Mercurot, son amie Brigitte Josse ou les sœurs Jonghens. Et l’on sent continuellement chez Aragon une réelle sympathie pour la détermination idéologique du personnage.

La beauté d’une révoltée

10La singularité du personnage tient aussi à son esprit de révolte, dirigé contre les injustices qui la touchent de près ou de loin, qu’il s’agisse du privilège d’éducation accordée à sa sœur Hélène par une mère « partiale », de l’horreur qu’elle ressent à dormir aux côtés de celle-ci, ou de son sentiment de scandale devant la condition des femmes de son pays. Elle est constamment décrite comme un personnage ressentant du mépris (le terme revient souvent) ... pour sa sœur, pour les hommes qui tentent de la séduire comme Paul Jonghens (p. 805) ; manifestant une « anarchie enfantine » (p. 802), elle est en perpétuelle révolte contre son entourage qui la juge comme une nihiliste (p. 814) ou une nietzschéenne (p. 784).

  • 4 Cf. Un siècle d’anti-féminisme, sous la direction de Christine Bard, Fayard, 1999, 481 p.
  • 5 Voir l’analyse de Patricia Principalli, La Semaine sainte, un roman du passage, L’Harmattan, 2000, (...)
  • 6 Voir « Le roman de Catherine ou la “grande songerie” », Digraphe no 82/83, op.cit., p. 33-49.

11Pourtant, à l’opposé des clichés de l’antiféminisme du vingtième siècle, faisant de la féministe une virago peu attirante4, Aragon a fait de Catherine une étrangère sensuelle et désirable dont la « beauté scandaleuse » (p. 783) emprunte à l’univers de la légende et des mythes : le splendide portrait physique qu’il dresse d’elle frappe par l’indéniable fascination que le romancier laisse transparaître pour cette « espèce de chimère moderne » (p. 782). Catherine s’inscrit dans la lignée fantasmatique chez Aragon, des femmes brunes à peau blanche, d’Irène à Blanche en passant par « l’Amie éclatante et brune » du Roman inachevé5. Au-delà des Cloches de Bâle, la Catherine réelle-fictive dont les paratextes préfaciels de L’Œuvre poétique et la nouvelle Le Mentir-vrai écrivent le roman, toujours associé à la « grande songerie russe6 », parfois par l’intermédiaire d’Elsa (comme elle, incarnant l’étrangère), acquiert dans l’œuvre le statut d’une passeuse vers la littérature et donc l’intertexte, puisqu’elle est toujours un être qui fait découvrir des livres.

  • 7 « Le Mentir-vrai », in Le Mentir-vrai, Gallimard, coll. “Folio”, 1980, p. 52.
  • 8 « Pour ne pas quitter avril », L’oΡ 2, t. 3, p. 107.
  • 9 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 112-113.
  • 10 « Pour ne pas quitter avril », ibid.

12Dans la nouvelle Le Mentir-vrai (1964), Catherine Simonidzé est une figure d’initiatrice, déterminante dans l’évolution du futur écrivain, puisqu’elle prête à l’enfant Pierre, son double, un roman, Anna Karénine : « Aucun livre n’a jamais pour moi posé plus violemment la question de la genèse des romans7 ». Aragon a révélé de façon disséminée les pilotis de Catherine qui aurait reçu « les bienfaits [...] de six mains féminines8 », celles d’Élisabeth Nicoladzé, jeune géorgienne qui s’est suicidée en 19199, d’une certaine Thérèse qui lui fit découvrir Gorki et Jean-Christophe, et d’une autre femme, aimée lorsqu’il avait « l’âge d’homme » qui lui fit lire Les Hauts de Hurlevents10 ( on trouve aussi un personnage prénommé Catherine). Nul doute que l’enracinement autobiographique du personnage, couplé au souvenir littéraire de l’Astinée Aravian des Déracinés de Barrès lui ait conféré cette étoffe qui en fait un des personnages romanesques les plus aboutis d’Aragon.

Féminisme et anarchisme

13On ne réduira donc pas un personnage si riche et complexe aux discours féministes qu’il professe dans Les Cloches de Bâle, mais prenons le temps d’examiner ceux-ci : on y trouve certains ingrédients du féminisme libéral de la Belle Époque et de ses rapports avec l’Anarchisme.

Le refus du mariage

  • 11 On songe aussi à la manière dont Paulette Mercadier dans Les Voyageurs de l’Impériale se prostitue (...)

14C’est d’abord la critique virulente de l’institution du mariage qui inscrit la femme dans une dépendance conjugale absolue. Le Code Napoléon de 1804 faisait de la femme une mineure dans tout ce qui concernait la vie conjugale, l’administration des biens de la famille, l’éducation et le droit sur les enfants ; quoiqu’amendé par diverses mesures (les femmes avaient d’ailleurs été exclues des discussions relatives à son remaniement en 1904), il était encore en vigueur au début du siècle et cantonnait les femmes, propriétés du mari, dans leur rôle procréateur. « La plupart des femmes vivent d’abord dans l'attente du mariage, puis mariées, elles sont les bonnes de leurs maris » songe le personnage, dans un passage au discours indirect libre (p. 851). Pour Catherine, le mariage n’est en effet rien d’autre que la version légale de la prostitution... Aragon rejoint ici des critiques anciennes de l’institution du mariage, déjà formulée au siècle précédent par exemple par Balzac dans La Femme de trente ans11.

15Au-delà des discours proprement dits, la vie de Catherine révèle un féminisme en acte. Férocement indépendante, elle refuse deux propositions de mariage. Tout d’abord celle d’un jeune étudiant féru de poésie chinoise. Une longue citation de La Complainte des cheveux blancs, poème chinois de Siang-Ju, prolonge les préoccupations du personnage :

Mais de tout cela Catherine n’entendit qu’un vers :
Vous êtes tristes, vous êtes tristes, jeunes filles qui vous mariez !
Elle parla amèrement de la fidélité des femmes, du mariage, cette
honte, ce marché.
(Catherine, VII, p. 812)

16La mise en relief du vers évoque une menace dont Catherine saura se préserver, tandis que l’ensemble de la citation (concernant la séparation du couple ainsi que la nécessité de la fidélité), définit en creux et a contrario l’attitude sentimentale de la jeune femme.

  • 12 L’Anarchie, 22 février 1906. Information extraite de la thèse de Suzanne Ravis qui a montré ce que (...)
  • 13 Idée développée par Clara Zetkin dans le discours que cite Aragon à la fin des Cloches de Bâle (p.  (...)
  • 14 Nous renvoyons à l’analyse de Suzanne Ravis, op. cit., p. 503 : « La subjectivité de Catherine, sa (...)

17Le deuxième refus, sept chapitres plus loin, s’élève contre la proposition de son premier amant, Jean Thiébaut : « Puis il lui demanda d’être sa femme. Elle en aurait pleuré. » (Catherine, XIV, p. 841). Ce refus du mariage apparaît comme un point de jonction entre l’anarchisme et le féminisme. Prônant l’autonomie de l’individu, l’anarchisme ne pouvait qu’être favorable à celle de la femme et hostile à l’idée de mariage. Cet idéal d’autonomie féminine fut notamment au coeur des articles d’Anna Mahé, fondatrice avec Libertad, du journal L’Anarchie, réunis dans une brochure publiée en 1908 : L’Hérédité et l’éducation. Mais ce n’est pourtant pas pour cette raison qu’Anna Mahé est mentionnée dans le roman, lequel préfère signaler les applications originales de son ortografe simplifiée (p. 847). Deux sur quatre des mots cités dans cette orthographe réformée témoignent toutefois de la liberté de mœurs défendue par les anarchistes : jalouzie, plaizir sexuel, hijène du cerveau, un être intélijent. Dans les trois chapitres où sont développées les idées anarchistes, les thèmes proches du féminisme ne retiennent ni Catherine, ni le romancier. Seul un article de Ferdinand Buisson12 sert de prétexte à une crispation féministe : celui-ci faisait en effet des « mères de famille » un rempart contre la guerre13 et Catherine se scandalise de la désignation : « Il y avait des mères de famille pour les anarchistes maintenant ! ». C’est là une lecture tendancieuse de l’article14, qui renforce le trait de féminisme passionné de Catherine, mais ne nous permet pas de dire qu’elle ait trouvé chez les anarchistes confirmations de son analyse de la domination d’un sexe par l’autre. Les autres thèmes retenus dans ces chapitres tournent plutôt autour de questions socio-politiques, le pacifisme, la longueur de la journée de travail, les trois-huit ou le principe du vote.

La liberté du corps : une femme émancipée

18Un point plus nettement commun entre l’idéologie de la jeune féministe et les thèses anarchistes consiste en une affirmation du plaisir du corps. Très précoce (« A dix ans, Catherine avait déjà des hommes une curiosité brûlante [...] », IV, p. 797), Catherine collectionne les amants, attirée par les corps « des sortes de brutes ou des beaux garçons bêtes » (XVII, p. 858) et se comporte avec eux de manière très masculine, à l’instar de la “femme française”, cette héroïne du Libertinage : « Elle avait terriblement désiré de jeunes garçons, comme un homme a envie des actrices » (id.). L’inversion du cliché de “la belle fille idiote”, l’affirmation du désir féminin, le fait que la question sexuelle ne soit « pas un problème » (p. 854) la rapprochent sans doute de l’anarchisme... mais le romancier signale aussi que son personnage considère comme une faiblesse l’intérêt de Libertad pour les perversités, son goût pour le sexe et sa polygamie qu’elle tient pour une « aggravation du mariage » (p. 854). Quant à Anna Mahé, ses positions sur la question ne sont pas développées, mais réduites au pittoresque ridicule de sa réforme orthographique :

Ils se disputèrent à ce sujet, à quatre, eux deux et les deux femmes : « Le plaizir sexuel ! » criait Anna Mahé, avec l’aigu de sa voix.
(Catherine, XVI, p. 854)

19Renouant donc à bien des égards avec certaines figures aragoniennes de la période dadaïste ou surréaliste, le personnage de Catherine, si elle n’est pas à proprement parler une “garçonne” (ce type social apparaîtra après la Grande Guerre), est une femme nouvelle, presque au sens d’Alexandra Kollontaï, c’est-à-dire une femme célibataire, fière de l’être et qui n’attend pas du mariage un sens à sa vie. C’est elle qui, malgré leurs divergences idéologiques, prend l’initiative de la rencontre sexuelle avec son premier amant, en se rendant dans sa chambre, après avoir mûri une décision frottée au principe féministe d’égalité des sexes :

Pas un instant pourtant Catherine ne pouvait oublier que Jean était un ennemi [...]. Sur un point essentiel, il n’était pas un adversaire : comme homme, comprenez-vous bien, il n’était pas son adversaire à elle, femme. Et cela était d’une importance infinie [...].
Elle décida qu’elle coucherait avec lui.
(Catherine, VIII, p. 816)

  • 15 Cf. Patricia Principalli, op. cit., p. 111.
  • 16 Recherches sur la sexualité, janvier 1928-août 1932, présenté et annoté par José Pierre, Gallimard, (...)

20Cette façon d’assumer sans vergogne son désir rappelle une autre Catherine de l’œuvre romanesque, repoussante celle-ci : Catherine Caron dans La Semaine sainte, laquelle transgresse un tabou en montrant le désir qu’elle éprouve pour d’Aubigny, le cavalier blessé15. Mais elle est aussi un écho des positions d’Aragon telles qu’elles apparaissent en 1928 dans Recherches sur la sexualité ; si l’homme et la femme dans l’amour physique ont, selon son expression, des « droits égaux16 », ils sont aussi égaux, en toute logique, face au désir et à son expression. Enfin, on peut aussi songer à la formidable liberté sexuelle de ces “amazones” qu’Aragon fréquentait (et aimait) dans les années 20, Nathalie Barney, Eyre de Lanux ou Nancy Cunard.

21Le premier amour de Catherine, qui se fonde sur une camaraderie affective et surtout sur une relation d’estime réciproque (le mot est employé page 816), est en accord avec les revendications féministes du personnage :

Thiébaut ne regardait les propos de Catherine ni comme des boutades d’enfant ni comme des incongruités. Il avait en face d’une idéologie qui n’était pas la sienne l’attitude d’un savant en face d’une théorie à discuter.
(Catherine, VIII, p. 815)

22La proposition de mariage de Jean, en revanche, se heurtera au préjugé féministe de Catherine... d’autant plus qu’elle interviendra après la fracture initiatique de la grève de Cluses qui va faire évoluer l’héroïne vers d’autres préoccupations que les relations entre les sexes.

23L’émancipation sexuelle du personnage débouche sur une sorte de frénésie qui tourne à vide au chapitre XXI. Catherine se sait alors atteinte de tuberculose et multiplie les aventures :

Plaire ! C’était presque son seul désir maintenant que la vie s’enfuyait d’elle. Plaire, et à n’importe qui, à tous. Le désir des hommes lui semblait une espèce de victoire sur la mort. Elle n’était ni une prude ni une vierge. Elle ne se suffisait pas de le susciter. Elle eut tous les amants qu’il lui chanta.
[...] Elle se sentait devenir une fille, mais puisqu’elle allait mourir !
Qu’est-ce que c’était que cet homme près d’elle chez Maxim’s ou ailleurs ? Il ne pouvait aucunement durer, elle ne risquait pas d’y tenir
[...] Au fond, elle les préférait même bêtes. Revanche de la femme. Et les chasser, dès qu’ils sont fiers qu’on leur ait cédé, les brutes. Elle haïssait les hommes, et elle aimait leur amour.
(Catherine, XXI, p. 872)

24Rien d’étonnant à ce que cet état d’esprit la conduise à la villa Baisedieu de Berck... Cette liberté de mœurs n’est pourtant pas présentée de manière facétieuse : entre les adultères du monde bourgeois (Diane et Wisner) et la fidélité communiste (Victor et sa femme), la dispersion amoureuse ne saurait être qu’un pis-aller. Il importait surtout au romancier de faire de son personnage une femme libre de ses actes pour mieux mettre en valeur son éveil à la cause socialiste.

La maternité

  • 17 « Nelly Roussel ou le combat pour la libre maternité », Lunes no 2, Évreux, 1998, p. 51.
  • 18 Par exemple Le Néo-malthusianisme ; la vraie morale sexuelle ; le choix des procréateurs ; la grain (...)

25Pour être rapidement évoqué, le peu populaire néo-malthusianisme des anarchistes du début du siècle n’en est pas moins un aspect présent dans le roman. C’est en effet un livre au titre tout à fait significatif que Catherine prête à Judith Romanet, son amie enceinte de trois mois d’un jeune homme sur le point de se marier : Malthusianisme et maternité (XXII, p. 879). Sans doute est-ce là une brochure anarchiste développant l’idée de la nécessité du contrôle des naissances : « Au lieu de préconiser la chasteté pour éviter la surpopulation comme le faisait le pasteur Malthus, les néo-malthusiens préconisai[nt] l’utilisation de contraceptifs » rappelle l’historienne Florence Rochefort17. Les moyens anticonceptionnels devaient limiter les naissances, mais aussi permettre aux femmes d’échapper au harassement de maternités successives et/ou non désirées. Si nous n’avons pas trouvé trace de la brochure mentionnée par Aragon, c’est qu’elle condense probablement deux titres de Paul Robin, l’initiateur du mouvement néo-malthusien en France, auteur de nombreuses brochures apologétiques de l’amour libre et de l’émancipation sexuelle qui suscitèrent de vives polémiques au début du siècle18. Il représentait en effet un courant proprement subversif dans une société moralement très étriquée, celle de la Troisième République, de surcroît hantée par la crainte de la dépopulation.

  • 19 En 1935, soit un an après la publication des Cloches de Bâle, Paul Nizan fera périr ainsi une des h (...)
  • 20 Nul doute que l’expérience personnelle Elsa Triolet, sa compagne depuis 1928, rendue incurablement (...)

26Aragon a fait le choix d’illustrer le thème sur le mode romanesque plutôt qu’à travers les discours de son personnage : que l’avortement tragique de Judith Romanet par un médecin à la « barbiche sale » (p. 880), dans un endroit qui ne l’est pas moins, puisse être considéré comme un poncif du roman naturaliste ou réaliste19 n’altère en rien sa signification dans Les Cloches de Bâle. Cet épisode donne en effet indirectement raison aux thèses des néo-malthusiens et révèle la sensibilité réelle de l’écrivain à ce qui fut un des grands combats des féministes de ce siècle20.

  • 21 On songe à la « blessure secrète » de Bérénice dans Aurélien. Voir le livre de Roselyne Waller, Ara (...)

27La question de la maternité malheureuse traverse d’ailleurs le roman tout autant que l’œuvre21, avec la peinture très zolienne de l’enfant goulu au sein de sa mère, jeune femme de mineur rencontrée au chapitre XVII (partie 3 “Victor”), « petite chose vagissante » qui obsède les pensées de Catherine (p. 958 et 960) avant de trouver la mort page 965 :

Le beau-frère de Mélanie avait été jeté en prison ; sa femme, battue à coups de crosse, sur les seins, eut une fièvre violente et son lait s’altéra. Les doigts de l’enfant s’agitèrent un matin, et il mourut.

28Au chapitre XVIII (partie “Victor”), c’est Jeannette Dehaynin qui fait une fausse couche (p. 971) et Aragon établit un parallèle entre cet épisode et l’avortement de Judith Romanet, entre le « regret infini » que Catherine éprouve pour Jeannette et le jugement sévère qu’elle pose sur Judith. D’un côté la perte d’un enfant désiré, qui aurait été comme un prolongement de la classe ouvrière qu’incarne Victor ; de l’autre le décès d’une jeune bourgeoise « morte de n’avoir pas voulu d’enfant » (p. 974).

29Procédé récurrent dans le roman, ce parallèle démonstratif empêche un apitoiement du lecteur sur la mort de Judith et replace la question de l’avortement dans une perspective idéologique, sans doute liée aux débats qui avaient lieu, au moment de l’écriture, en Union Soviétique et devaient aboutir, dans le très puritain code de la famille de 1936 à l’abolition de la liberté d’avortement : il s’agissait alors de renforcer « la famille soviétique » et combattre tout héritage de la sexualité jugée débridée des années 20. Le roman est toutefois ambigu sur la question puisque Catherine appellera de ses vœux « l’avortement légal », qui, l’Histoire l’a montré, est le seul gage de la sécurité des femmes.

Autres revendications féministes : droit de vote, prostitution...

30Dans le chapitre VII de la partie “Catherine”, la distance prise par le romancier avec les principales préoccupations féministes de son personnage est indéniablement mâtinée de sympathie : la sensibilité de Catherine à la question féminine ne manifeste-t-elle pas en effet son souci d’autrui ? et ne la prédispose-t-elle pas à un engagement politique plus radical ?

La situation des femmes dans la société, voilà ce qui révoltait surtout Catherine [...]
Toute l’énorme littérature sociale qu’elle avait dévorée avait essentiellement atteint Catherine par ce côté-là de ses pensées. Il est certain qu’elle brûlait les pages quand son problème, le problème de la libération de la femme, de l'égalité de l’homme et de la femme, n’était pas, au moins indirectement, en jeu. L'opposition fondamentale dans la société, la contradiction criarde, n’était-ce pas entre l’homme et la femme qu’elle se trouvait ? Le tzar dont la figure dominait les haines de son enfance, ce qu’il maintenait en Russie, c’était avant tout ce servage des femmes, que sa mère avait fui. Sur ce fond se profilaient toutes ces femmes romantiques, de Vera Zassoulitch à la comtesse Perovskaïa, qui étaient les raisons profondes de l’affection portée par Catherine aux doctrines révolutionnaires. La révolution, c’était sa place enfin faite à la femme. les premières mesures révolutionnaires seraient l’abolition du mariage, l’avortement légal, le droit de vote aux femmes. Oui, même le droit de vote, bien que peut-être on ne voterait plus
(Catherine, VII, p. 810-811)

31Le servage des femmes maintenu en Russie par le tzar est à comprendre au sens figuré, puisque le servage fut aboli en 1858, mais l’analyse de Catherine ne manque pas de justesse eu égard à la condition de la femme russe dans le monde agraire traditionnel de la fin du siècle. Le sentiment de scandale éprouvé par le personnage devant la situation faite aux femmes dans la société trouve un exutoire dans l’énoncé de « mesures révolutionnaires » assez radicales pour l’époque de la diégèse (1912) ... mais aussi pour celle de l’écriture (1934).

  • 22 On rappellera que si le Sénat repoussa en 1922 le droit de vote accordé aux femmes par l’Assemblée (...)

32On peut être surpris aujourd’hui que, dans les pensées du personnage, le droit de vote soit présenté comme une revendication presque extraordinaire ; par le biais du renforcement (« oui, même le droit de vote »), cet énoncé semble exiger un soutien plus affirmé. Il faut se souvenir qu’au début du siècle, le droit de vote, cheval de bataille des féministes libérales radicales inspirées par les suffragistes anglaises, ne représentait qu’un but très lointain pour les féministes modérées, plus soucieuses de questions d’éducation. Catherine est clairement dissociée des premières dans le roman : « [elle] ne réclamait pas le droit de vote pour les femmes, comme les suffragettes anglaises » (XV, p. 847). Les féministes de tendance socialiste considéraient, elles, la question comme très secondaire22... quant aux anarchistes, le droit de vote, on s’en doute, n’a jamais été à leur ordre du jour. Et ce « oui, même le droit de vote » est à comprendre dans le contexte d’un refus anarchiste que Catherine a repris à son compte.

33Dans ces pages, à travers les réflexions du personnage, c’est une peinture pathétique qui est faite de la condition de la femme des milieux populaires :

femmes vieillies avant l’âge [...] Des femmes battues, déflorées [...] Catherine avait aussi une curiosité des femmes du trottoir, de celles des bordels, de toutes ces victimes où il y avait de l’horreur et du grand opéra.
(Catherine, VII, p. 811)

34Quant aux hommes clients, ils sont partie prenante dans la misère de la prostituée :

Les pensées de Catherine allaient bien vers eux, leur misère, mais si dénués qu’ils fussent, n’allaient-ils pas s’acheter des femmes ? Tout changeait alors. Ils étaient les alliés de Blaise Jonghens, ils n’étaient plus avec elle contre toute cette saleté où la Bourse, le bordel et le tzar n'étaient qu’une seule réalité à détruire.
(id.)

  • 23 Cf. le rôle du bordel dans l’œuvre romanesque depuis La Défense de l’Infini (« Le con d’Irène », ch (...)
  • 24 On notera le contraste entre la position idéologique du narrateur-auteur dans Les Cloches de Bâle e (...)

35Cet intérêt de Catherine pour les prostituées, outre qu’il rejoint un goût personnel de l’homme comme de l’écrivain23, est, là aussi, un écho direct des préoccupations des féministes du début du siècle, inquiètes du développement de la prostitution et soucieuses de proposer des mesures la réglementant voire l’interdisant. Dans le roman, la scène de bordel réunissant des hommes de la classe bourgeoise (Victor, X, pp 931-932) le dépeint comme un haut lieu de sociabilité masculine. Les conclusions sous-jacentes sont de toute évidence marxistes : la société capitaliste moderne favorise la prostitution généralisée, puisque le mode de relation entre les êtres est marchand24.

Figures de femmes admirées par Catherine

36C’est à travers quelques figures féminines très significatives que Catherine va peu à peu s’ouvrir à la question de la lutte sociale et dépasser ses velléités anarchistes et féministes.

Sofia Perovskaia et Vera Zassoulitch

37Tout d’abord, deux femmes révolutionnaires du mouvement populiste russe des années 1870-1880 se dressent dans son imaginaire comme des modèles admirables, conjuguant action violente et sexe féminin. Deux pages sont ainsi consacrées à la mort d’Alexandre II et aux conjurés qui ont perpétré l’attentat.

Cinq hommes et une femme. Les conjurés qui guettaient l’empereur étaient cinq hommes et une femme, là dans la rue, avec les bombes [...] La femme, c’était la comtesse Perovskaia. Elle était enceinte. On ne la pendit point avec les autres : elle dut mettre au monde d'abord un enfant dont on ferait un soldat du tzar un jour. Quand l’enfant fut né, Alexandre III fit pendre la comtesse.
(Catherine, II, p. 789)

  • 25 Suzanne Ravis, op. cit, p. 501.
  • 26 Au début du siècle, en France aussi, une femme enceinte condamnée à mort accouchait avant d’être gu (...)

38Suzanne Ravis a signalé que les personnages sont héroïsés dans l’imaginaire enfantin de Catherine25 et qu’en réalité, la comtesse n’était pas enceinte. Incontestablement, l’héroïsation de Perovskaia est redoublée par le fait qu’elle attende un enfant, de même qu’est renforcée la cruauté d’Alexandre III, qui en décidant de pendre la mère après accouchement choisit délibérément de faire de l’enfant un orphelin26.

  • 27 Cf. Vera Zassoulitch, Olga Loubatovitch, Élisabeth Kovalksaïa, Vera Figner, Quatre femmes terrorist (...)
  • 28 L’Histoire des femmes en Occident, sous la dir. de Georges Duby et Michelle Perrot (Plon, 1991-1992 (...)

39Par le biais de ces « femmes romantiques, de Vera Zassoulitch à la comtesse Perovskaia » (Catherine, VII, p. 810) Catherine prend conscience des injustices sociales et de la misérable condition féminine dans la Russie tsariste. D’origine noble comme la plupart des révolutionnaires russes de cette génération, Vera Zassoulitch (1849-1919) se lia avec Netchaïev et participa très tôt à l’agitation populiste anti-tsariste. Son attentat contre le préfet de police Trépov à Saint-Pétersbourg en 1878, destiné à venger d’une humiliation un prisonnier politique, ouvrit la voie aux attentats politiques contre les représentants de l’État qui devaient aboutir en 1881, à celui, réussi, contre Alexandre II. Plus connue, Sofia Perovskaïa, née en 1853, fut la première femme à être pendue pour crime politique en Russie. Avant de participer à la fraction terroriste “La volonté du peuple” qui fut à l’origine de l’attentat, elle avait milité dans des mouvements de femmes d’avant-garde de Pétersbourg (dans les années 70) ; ceux-ci s’élevaient contre la situation d’esclave faite aux femmes et organisaient des enseignements qui leur étaient destinés27... cet aspect n’est toutefois pas retenu par Catherine, sensible au seul geste terroriste. Quant à la mention de Théroigne de Méricourt (1762-1815), personnage bien oublié aujourd’hui28, elle offre une autre référence à l’imaginaire du personnage, sans plus de précision : la « belle liégeoise » qui participa fougueusement à la Révolution, menant « à Versailles les piques qui demand[ai]ent les têtes et les femelles qui demand[ai]ent les "boyaux" de la reine » offre une image ambivalente qui mêle la violence sanglante (Théroigne égorgea Suleau en 1792) et les prises de position farouchement féministes réclamant pour les femmes le droit à l’héroïsme patriote et l’égalité des sexes. Dans le roman, elle est une image peu exploitée de la révolte féminine, plus exactement de l’alliance entre le sexe féminin et la Révolution. Plutôt qu’un combat féministe, ces trois femmes symbolisent donc la révolte au féminin, sociale et politique, mais non véritablement sexuelle.

Alexandra Kollontaï

40Avec Alexandra Kollontaï, on passe à un autre registre : il ne s’agit pas d’une figure légendaire et lointaine comme les révolutionnaires précitées, mais d’une femme réelle, inscrite dans son temps et que Catherine a l’occasion d’entendre lors des obsèques de Paul et Laura Lafargue, le gendre et la fille de Karl Marx, qui s’étaient suicidés le 25 novembre 1911, soit le jour programmé des soixante-dix ans de Paul Lafargue.

41Parmi les délégués étrangers, Catherine s’intéresse au « fort groupe de russes », parmi lesquels le lecteur reconnaît évidemment Lénine :

Au premier rang, il y avait une femme très belle. Quelqu’un dit que c’était la citoyenne Kollontaï, qui représentait le bureau étranger du Parti socialiste russe. Elle parlait avec un homme petit aux pommettes saillantes, avec des moustaches d’un blond roux. Catherine pensait à sa mère fuyant la Russie, et l'esclavage conjugal. Et elle regardait cette femme jeune, mandatée par un grand parti révolutionnaire dans une capitale étrangère et cela lui faisait très drôle, elle serrait le bras de Jeannette. “C’est une belle femme ?’’dit celle-ci. La beauté y était peut-être pour quelque chose. Mais c’était surtout l'idée de l’avenir social des femmes qui distrayait Catherine du monstre amer de la jalousie.
(Victor, VIII, p. 917)

  • 29 Alexandra Kollontaï, Marxisme et révolution sexuelle, préface et présentation de Judith Stora-Sando (...)

42En 1911, Alexandra Kollontaï avait 39 ans. Selon Judith Stora-Sandor, « c’était une très belle femme, cultivée et élégante, orateur d’un grand talent qui s’exprimait avec aisance en plusieurs langues. Selon tous ceux qui la connaissaient, elle était extrêmement séduisante [...] Elle fut beaucoup critiquée pour son élégance, son goût pour les vêtements de bonne coupe [...] Son aspect physique a fait couler beaucoup d’encre dans les premières années de sa mission diplomatique [...] Les journaux parisiens de l’époque décrivent avec une complaisance ironique ses toilettes, avec photos à l'appui29 ». À travers le regard de Catherine, Aragon nous brosse ainsi un rapide et fidèle portrait d’Alexandra Kollontaï, que les lecteurs contemporains des Cloches de Bâle connaissaient bien, car elle avait été la première femme ambassadeur au monde (en 1922). Elle avait été élue en 1917 au comité central, avait voté l’insurrection d’octobre puis avait été la première femme au gouvernement (commissaire du peuple à la Santé). Au moment de la diégèse, cette amie des Lafargue et de Clara Zetkin avait fui la Russie où elle était inculpée dans deux procès (pour avoir organisé des ouvrières du textile).

  • 30 August Bebel, La Femme et le socialisme (1879) fut le premier à théoriser les rapports de sexe dans (...)

43La présence dans le roman de cette « belle socialiste russe » (p. 919) est tout à fait significative car Kollontaï proposa au début des années 20 une synthèse du marxisme et du féminisme ; et Catherine se situe justement au point d’articulation de ces deux idéologies : « Dans le système de Catherine, les travailleurs étaient du côté des femmes » (p. 811). Alexandra Kollontaï, comme Clara Zetkin, inverserait sans doute le propos : les femmes sont du côté des travailleurs, en écho aux positions d’August Bebel dont elles se ré clamaient30 : « la femme et le travailleur ont tous deux ceci de commun qu’ils sont des opprimés ».

44La fin du chapitre VIII présente le discours qu’Alexandra Kollontaï prononça au père Lachaise :

Ce qu’elle disait, Catherine n’y prêta pas attention. Ce fut d’ailleurs une allocution très brève. Elle parlait des fleurs qu’on dépose sur les tombes, elle parlait des immortelles rouges, des sentiments des femmes socialistes de Russie. Les femmes socialistes de Russie... Au-delà des mots, ce fut l’instant le plus émouvant de la journée pour Catherine.
(Victor, VIII, p. 921)

45Ce n’est pas le discours le plus amplement retranscrit parmi ceux prononcés lors de l’enterrement des Lafargue : le romancier a recopié l’intégralité du discours de Lénine (du moins tel qu’il figure dans L’Humanité du 5 décembre 1911) ; quant à celui de Jaurès, non seulement il est partiellement cité, mais il est de surcroît commenté.

  • 31 Et aussi à celui de Lénine. L’Humanité cite dix discours (partiellement mentionnés par Aragon), dan (...)

46Néanmoins le discours de Kollontaï est mis en valeur par sa position en fin de chapitre et surtout par l’opinion de Catherine, contredisant son inattention initiale : « Ces mots étaient pour elle un alcool véritable. Ce n’était pas un rêve, il y avait là une femme qui parlait en leur nom ». La comparaison avec le compte-rendu de L’Humanité montre l’effet de loupe que le texte d’Aragon fait subir au court discours de Kollontaï31 en le sélectionnant parmi ceux que le personnage entend. Les « immortelles rouges » inventées par le romancier, ainsi que la scansion « les femmes socialistes de Russie » poétisent l’allocution de Kollontaï mise en parallèle dans la psyché du personnage avec des images de femmes russes « inclinées devant le barine [...] agenouillées devant les icônes ».

  • 32 « L’Amour de trois générations », nouvelle qui fut publiée dans L’Amour des abeilles laborieuses, s (...)
  • 33 Aragon n’a sans doute pas lu Les Bases sociales de la question féminine traduit partiellement dans (...)
  • 34 Ce paragraphe de la page 811, qui emprunte beaucoup à Zola, rattache l’univers référentiel dépeint (...)
  • 35 Alexandra Kollontaï, op. cit., p. 22.

47Bien sûr, Alexandra Kollontaï n’était pas encore, en 1911, époque de la diégèse, l’auteur de La Famille et l’État communiste (1918), ni de La Nouvelle morale et la classe ouvrière (1918), ni de six œuvres de fiction (1923 et 1927) qui allaient susciter de si vifs débats au sein du Parti Communiste d’Union Soviétique avant d’être dénoncées comme illustrations de la dépravation petite bourgeoise 32. Elle n’était pas encore membre de l’Opposition Ouvrière qui dénonça entre 1920 et 1922 une bureaucratie qui se coupait de sa base, et n’avait pas encore été envoyée en Norvège après que cette tendance fut condamnée au Congrès du parti de 1922, commençant ainsi sa carrière diplomatique. Mais Les Bases sociales de la question féminine avait déjà paru (1909) qui posaient les prémisses de sa réflexion, empruntant à Marx, Engels et August Bebel l’idée que le capitalisme provoquait la désagrégation de la famille33. Kollontaï y dénonçait déjà le mariage et proposait une description pathétique de la misère de la famille prolétarienne qui nous semble très proche de la vision de Catherine citée ci-dessus34. Elle voyait malgré cela dans la famille ouvrière le germe de la morale nouvelle qui devait permettre « l’union libre de libres individus35 ».

48Bien entendu, la nouvelle société sans classe devait seule autoriser ce nouvel et idyllique rapport entre les sexes. L’État allait prendre en charge toutes les fonctions de la famille, de sorte que la femme travailleuse allait être libérée de ses tâches, et serait ainsi en mesure de choisir son partenaire dans une totale indépendance.

49N’entend-on pas des échos directs de ces prises de position dans les déclarations de Victor ?

Dans le monde qu'il imaginait, l’égalité devant le travail fondait la véritable égalité de l’homme et de la femme. L’État créerait les œuvres, les institutions qui maintiendraient cette égalité compromise par la maternité, comme il assurerait la vieillesse.
(Victor, XVI, p. 962)

  • 36 Françoise Navailh, « Le modèle soviétique », in Histoire des femmes, t. 5.Le XXe siècle, sous la di (...)

50Kollontaï estimait que le devoir de la femme vis-à-vis de la communauté était d’avoir des enfants. « Elle condamne le refus de maternité comme un égoïsme petit bourgeois », résume Françoise Navailh36. N’est-ce pas là également ce que Catherine ressent sans réussir à se le formuler lorsqu’elle songe au décès de Judith Romanet au chapitre XVIII ?... et qu’Aragon laisse au lecteur le soin d’interpréter ?

  • 37 Préface à Alexandra Kollontaï, op. cit., p. 24.

51D’autres catégories d’Alexandra Kollontaï nous semblent intéressantes pour décrire le personnage de Catherine : celle-ci est d’une certaine façon une « femme nouvelle » refusant l’aliénation de la femme qui mise tout sur l’amour et le couple, mais elle n’a pas dépassé le stade d’Éros sans aile. Kollontaï désignait ainsi les relations amoureuses fondées sur un attrait purement physique. Justement, Aragon ne cesse de rappeler la dimension très corporelle des amours de Catherine, du lieutenant Desgouttes Valèze « Un joli garçon » (Victor, XX, p. 977), à Garry Lytton ce « beau garçon assez stupide » (p. 981). Avec Victor, Èros ailé aurait pu s’épanouir... si le jeune chauffeur de taxi n’avait été marié. Cette étape « n’exclut pas l’entente des corps, mais [...] le devoir envers la collectivité prime les sentiments amoureux individuels » note Judith Stora-Sandor37.

52Malgré ses discours féministes, Catherine n’a pas accédé à l’indépendance économique, elle n’est encore qu’une petite bourgeoise, ce que Victor ne se fait pas faute de lui rappeler (Victor, XVI, p. 962). Or, pour Kollontaï, l’émancipation économique de la femme était absolument déterminante dans la définition d’une nouvelle morale sexuelle. Catherine, elle, reste attachée à sa classe, dépendante comme sa mère du chèque que son lointain père envoie de Bakou... une fille à papa qui ne travaille pas et qui par conséquent doit encore accomplir un long chemin avant de rejoindre Victor, la classe ouvrière et le socialisme.

53Ainsi, le dernier terme de la catégorisation originale de Kollontaï, Èros transfiguré, n’est réalisable que dans la société communiste et apparaît donc comme l’horizon du roman, dans cette « société socialiste » du discours de Clara Zetkin, « qui seule garantit les conditions de la complète émancipation humaine » :

Ici pour la première fois dans le monde la place est faite au véritable amour. Celui qui n’est pas souillé par la hiérarchie de l’homme et de la femme, par la sordide histoire des robes et des baisers, par la domination d’argent de l’homme sur la femme ou de la femme sur l’homme.
(Clara, V, p. 1001)

Clara Zetkin

  • 38 Notamment Gilbert Badia, à l’ouvrage duquel nous renvoyons : Clara Zetkin, féministe sans frontière (...)

54Clara Zetkin, la « femme des temps modernes » (p. 1001) est la dernière grande figure féminine sinon féministe du roman. Elle est cette « femme de demain » que le romancier, prenant dans l’Épilogue la parole en son nom propre à rebours des conventions réalistes de son récit, se déclare prêt à chanter et dont les historiens contemporains ont retenu le portrait38.

  • 39 Cf. la notice de Philippe Forest, La Pléiade, t. 1, p. 1264.
  • 40 Dans les notes des Yeux et la mémoire, il dit l’avoir rencontrée « à plusieurs reprises à Berlin et (...)
  • 41 Gilbert Badia, op. cit., p. 314.

55Figure historique du mouvement ouvrier et du Parti communiste allemand, elle était décédée en juin 1933, peut-être au moment même de l’écriture de la première partie des Cloches de Bâle39. Aragon déclare dans le roman l’avoir rencontrée en 1932, peu avant sa mort40 : Clara Zetkin, parvenue à Moscou en janvier 1932, devait en effet rester clouée au lit six mois dans sa chambre de l’hôtel Metropol. Célébrée, voire « encensée » à Moscou comme le note Gilbert Badia, « Clara Zetkin est alors une sorte de monument, figure emblématique de la révolution que tout militant étranger qui passe par Moscou ou Berlin tente de venir voir41 ». Ses obsèques furent grandioses ; Staline et Molotov portèrent sur leurs épaules son cercueil et elle fut enterrée contre le mur du Kremlin parmi les dirigeants communistes les plus célèbres.

  • 42 Voir Gilbert Badia (op. cit., p. 217) qui souligne l’immense prestige dont jouissait déjà Clara Zet (...)

56Proche de Lénine et amie intime de Rosa Luxemburg, elle fut la militante communiste la plus connue d’avant-guerre et son nom évoquait pour le lecteur contemporain des Cloches de Bâle des images et des souvenirs parmi lesquels Aragon retient deux faits. Tout d’abord, son inauguration de la session du Reichstag le 30 août 1932, où dans un état d’extrême faiblesse et quasiment aveugle, elle vint prononcer le discours d’ouverture le 30 août 1932. Le romancier n’a pas choisi de mettre en évidence la prouesse physique de la « vieille combattante » à la veille de sa mort, ce qui aurait pourtant pu contribué à l’héroïser encore davantage. Mais il donne en revanche un grand poids à « cette heure éclatante où la vieille femme surgit, malgré toute la police française, en plein congrès de Tours en 1921 [sic], et y porte la parole de feu d’où naît le parti communiste français » (Clara, II, p. 991). Elle était alors chargée de mission par l’Internationale et prononça une allocution pathétique en français, plaidant pour une adhésion nette à la IIIe internationale. Henri Barbusse raconta dans L’Humanité du 16 juillet 1928 comment, n’ayant pas obtenu de visa pour la France, elle se rendit à Tours en échappant habilement à la Sûreté grâce à un déguisement, article qu’Aragon connaissait certainement42.

  • 43 L’intégralité du discours de Clara Zetkin a été publiée par Suzanne Ravis dans RCAET no 2, p. 133. (...)
  • 44 C’est pourtant grâce à ses luttes que les femmes allemandes obtinrent le droit de vote en 1918. Le (...)

57On ne peut qu’être frappé par les accents féministes qui ferment le roman, par cette tension vers « L’Égale [...], celle en qui le problème social de la femme est résolu et dépassé » (p. 1001). Pourtant, dans l’ensemble du dernier chapitre, la féministe s’efface devant la militante pacifiste : Aragon a repris de son discours deux paragraphes insistant sur le rôle des mères socialistes dans l’éducation des enfants et la lutte contre les guerres43. Comme Jacques Thibault, le héros de L'Été 1914 de Roger Martin du Gard, Clara Zetkin croyait en effet que l’Internationale serait assez forte pour empêcher la guerre : elle disposa de cinq minutes au Congrès de Bâle (en sa qualité de secrétaire du mouvement international des femmes socialistes) pour prononcer le discours passionné dont Aragon donne un extrait. Pas plus que les nombreux biographes de Clara Zetkin (notamment en Ex-RDA) Aragon ne s’attacha à mettre en valeur son combat féministe44, ce qui aurait pu offrir une ligne de cohérence avec le personnage de Catherine, mais aurait dévoyé le sens idéologique général du roman.

58Seule à être traitée par une prolepse de cette ampleur dans le roman, Clara Zetkin s’inscrit dans l’Histoire en train de se faire, ce qui lui donne un statut particulier, héroïque voire épique : cette héroïne trop positive ne pouvait pas figurer ailleurs que dans les marges du roman, dont elle n’est pas à proprement parler un personnage, contrairement à la « vacillante Catherine » ... et sa positivité ne pouvait être que socialiste.

*

59Le féminisme est donc surtout représenté comme un détour pour parvenir au socialisme ; sans y être hostile, le roman ne le propose pas comme un combat véritablement digne d’engagement. Au même titre que ses tendances anarchistes, les analyses féministes de Catherine apparaissent comme l’amorce d’une prise de conscience plus directement communiste ou marxiste. Données comme une sorte d’obsession du personnage, elles n’offrent pas de clé satisfaisante pour l’interprétation du monde ; le goût du personnage pour la révolte est d’ailleurs plus valorisé que son féminisme brouillon.

60Catherine incarne le passage entre Diane de Nettencourt et Clara Zetkin ; réponse à la question d’Elsa « Et tu vas continuer longtemps comme ça ? », elle permet le passage de la première à la deuxième partie du roman. De la même façon, le féminisme est une étape, nécessaire puisqu’elle prédispose à l’éveil social, et non un aboutissement.

61Le seul combat clairement valorisé est celui du socialisme, celui dans lequel une femme comme Clara Zetkin, à la faveur d’une lecture partiale de sa vie, semble avoir investi la totalité de ses forces. L’avènement du communisme devait de toute manière offrir une solution à la question de la femme, en résolvant le problème économique de l’exploitation : le marxisme (et l’analyse marxiste du rapport entre les sexes) dissout l’idéologie féministe. D’ailleurs, si Catherine part à Londres, c’est pour se mettre à l’étude de l’histoire du mouvement ouvrier et commencer à douter de l’anarchie... ce n’est pas pour y rencontrer les suffragistes alors très actives.

  • 45 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 4, p. 463. Dans (...)

62La présence du féminisme dans le roman relève sans doute du désir d’Aragon de nous proposer une coupe stratigraphique des idéologies de la Belle Époque ; mais, à bien des égards, il s’agit d’un féminisme de surface, mêlant les grands thèmes sans les développer, ne reposant pas sur des lectures précises, peu étayé par un argumentaire solide, ni par une documentation rigoureuse. Aragon aurait pu en effet utiliser des figures pittoresques du mouvement féministe, telle Hubertine Auclert qui refusait de payer ses impôts aussi longtemps que les femmes ne seraient pas représentées au parlement et qui un jour renversa une urne, la libre-penseuse Nelly Roussel qui se battit pour la libre maternité ou encore Madeleine Pelletier qui milita en faveur de l’avortement... rien de tel dans le roman. Le féminisme superficiel du personnage disparaît d’ailleurs dans le “roman de Catherine” hors des Cloches de Bâle, par exemple lorsque Aragon en dévoile un des pilotis dans Le Mentir-vrai (1964). Catherine n’est plus alors que révolutionnaire. Quoi qu’il en soit, déjà en 1934, Aragon était trop communiste et trop soucieux de “servir” pour envisager le combat féministe autrement que comme l’apanage de femmes bourgeoises désœuvrées manquant la véritable cause de la lutte des classes. Socialisme et féminisme ont toujours entretenu des « rapports conflictuels » notent Geneviève Fraisse et Michelle Perrot : celui-là pense classe, celui-ci sexe... et ces deux modes de pensée s’excluent45. Les grandes figures féminines du roman accompagnent le passage de l’un à l’autre : Sofia Perovskaïa et Vera Zassoulitch sont des femmes, mais surtout des révolutionnaires ; Alexandra Kollontaï et Clara Zetkin sont des femmes, mais avant tout des femmes socialistes.

Notes

1 Angela Kimyongür (Université de Hull, Canada) analyse dans une perspective féministe les personnages féminins des romans, se demandant si Aragon « réussit à se débarrasser de ses “lunettes masculines” dans la description de la femme moderne » (« La femme des temps modernes », Digraphe no 82/83, automne-hiver, 1997, p. 68). Elle mentionne la thèse non publiée de Mary Gutermuth, Feminism in Louis Aragon’s novels (Université du Missouri, 1965) qui a recensé et catalogué tous les personnages féminins des romans.

2 Les Yeux d'Elsa, Neuchâtel, La Baconnière, coll. “Les Cahiers du Rhône”, 1942.

3 Nous nous référons à l’édition des Œuvres romanesques complètes, tome 1, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 1997. Nous indiquerons le titre de la partie, le numéro du chapitre, et celui de la page.

4 Cf. Un siècle d’anti-féminisme, sous la direction de Christine Bard, Fayard, 1999, 481 p.

5 Voir l’analyse de Patricia Principalli, La Semaine sainte, un roman du passage, L’Harmattan, 2000, p. 104-107.

6 Voir « Le roman de Catherine ou la “grande songerie” », Digraphe no 82/83, op.cit., p. 33-49.

7 « Le Mentir-vrai », in Le Mentir-vrai, Gallimard, coll. “Folio”, 1980, p. 52.

8 « Pour ne pas quitter avril », L’oΡ 2, t. 3, p. 107.

9 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 112-113.

10 « Pour ne pas quitter avril », ibid.

11 On songe aussi à la manière dont Paulette Mercadier dans Les Voyageurs de l’Impériale se prostitue à son propre mari qu’elle cherche ainsi à retenir (Gallimard, coll. “Folio”, 1975, p. 272, première partie, chapitre LIII).

12 L’Anarchie, 22 février 1906. Information extraite de la thèse de Suzanne Ravis qui a montré ce que le roman doit à une lecture attentive de L’Anarchie des années 1905-1908 : Temps et création romanesque dans l’œuvre d’Aragon, sous la direction d’Henri Mitterand, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III, 1991, partie 4, chapitre II, « Les Cloches de Bâle, roman d’archives », p. 494-507.

13 Idée développée par Clara Zetkin dans le discours que cite Aragon à la fin des Cloches de Bâle (p. 1000).

14 Nous renvoyons à l’analyse de Suzanne Ravis, op. cit., p. 503 : « La subjectivité de Catherine, sa tendance à toujours mettre le sexe au centre de ses préoccupations et à rêver la révolte par l’action violente, orientent le récit au point d'occulter certains aspects de l’article de Ferdinand Buisson résumé par le roman, en particulier son appel hardi à l’insoumission ».

15 Cf. Patricia Principalli, op. cit., p. 111.

16 Recherches sur la sexualité, janvier 1928-août 1932, présenté et annoté par José Pierre, Gallimard, 1990, “Archives du surréalisme”, p. 72-73.

17 « Nelly Roussel ou le combat pour la libre maternité », Lunes no 2, Évreux, 1998, p. 51.

18 Par exemple Le Néo-malthusianisme ; la vraie morale sexuelle ; le choix des procréateurs ; la graine ; prochaine humanité, Paris, Librairie de “Régénération”, 1905 (24 p.) et Libre amour, libre maternité, Paris : Éditions de l’“Humanité nouvelle”, 1900 (8 p.). Inspecteur du primaire et directeur de l’orphelinat Prévost, Paul Robin (1837-1912) consacra également de nombreuses brochures à l’enseignement et à l’éducation des filles.

19 En 1935, soit un an après la publication des Cloches de Bâle, Paul Nizan fera périr ainsi une des héroïnes du Cheval de Troie. Fécondité de Zola (1899), peuplé de faiseuses d’anges et d’embryons, témoigne à sa manière du malthusianisme de la fin du XIXe siècle. Dans L’Accident de M. Hébert (Léon Hennique, 1883), une femme enceinte de son mari qu’elle trompe avorte à la suite d’un accident dans l’escalier.

20 Nul doute que l’expérience personnelle Elsa Triolet, sa compagne depuis 1928, rendue incurablement stérile par un avortement pratiqué lorsqu’elle était très jeune, à Moscou, n’est pas étrangère à cette sensibilité (Lilly Marcou, Elsa Triolet, Les Yeux et la Mémoire, Plon, 1994, p. 190). Aragon évoque fugitivement cette douloureuse question dans La Mise à mort, Gallimard, coll. “Folio”, p. 133.

21 On songe à la « blessure secrète » de Bérénice dans Aurélien. Voir le livre de Roselyne Waller, Aragon et le père, romans, Presses universitaires de Strasbourg, 2000, p. 160 et suivantes.

22 On rappellera que si le Sénat repoussa en 1922 le droit de vote accordé aux femmes par l’Assemblée en 1919, c’est par crainte que leurs voix expriment leur collusion avec le clergé.

23 Cf. le rôle du bordel dans l’œuvre romanesque depuis La Défense de l’Infini (« Le con d’Irène », chapitre II) aux Voyageurs de l’Impériale (avec le personnage de Dora Tavernier, la taulière des “Hirondelles”), en passant par Les Beaux quartiers (le rôle du “Panier fleuri” dans la ville de Sérianne et le personnage de Carlotta Beneduce) ...

24 On notera le contraste entre la position idéologique du narrateur-auteur dans Les Cloches de Bâle et celle du Paysan de Paris qui refusait de prendre en compte cet aspect “marchand” comme dominant. Je remercie Suzanne Ravis à qui je dois cette remarque et la relecture stimulante de ce travail.

25 Suzanne Ravis, op. cit, p. 501.

26 Au début du siècle, en France aussi, une femme enceinte condamnée à mort accouchait avant d’être guillotinée.

27 Cf. Vera Zassoulitch, Olga Loubatovitch, Élisabeth Kovalksaïa, Vera Figner, Quatre femmes terroristes contre le tzar, textes réunis et présentés par Christine Fauré, traduction d’Hélène Châtelain, Librairie François Maspero, 1978, 299 p.

28 L’Histoire des femmes en Occident, sous la dir. de Georges Duby et Michelle Perrot (Plon, 1991-1992), t. 3 : du XVIe au XVIIIe siècle, ne la mentionne qu’une fois ; pourtant Élisabeth Roudinesco lui a consacré un ouvrage en 1989 (Théroigne de Méricourt : une femme mélancolique sous la Révolution, Seuil). Aragon connaissait vraisemblablement le “portrait intime” que livrèrent d’elle les frères Goncourt : Portraits intimes du XVIIIe siècle, tome 2, 1858 – d’où j’extrais la citation, p. 122 – et peut-être la pièce de Paul Hervieu (Théroigne de Méricourt, pièce en 6 actes, en prose, A. Lemerre, 1902).

29 Alexandra Kollontaï, Marxisme et révolution sexuelle, préface et présentation de Judith Stora-Sandor, François Maspero, 1973, p. 15-16.

30 August Bebel, La Femme et le socialisme (1879) fut le premier à théoriser les rapports de sexe dans les termes du marxisme et à mettre en valeur le double esclavage de la femme, salarial (le patron) et sexuel (le mari)

31 Et aussi à celui de Lénine. L’Humanité cite dix discours (partiellement mentionnés par Aragon), dans l’ordre : Dubreuilh (59 lignes), Kautsky (69 lignes), Bracke (62), Anseele (46), Vaillant (64), Keir Hadie (27), Jaurès (75), Lénine (16), Roubanovitch (28), Kollontaï (18), Ghesquière (41).

32 « L’Amour de trois générations », nouvelle qui fut publiée dans L’Amour des abeilles laborieuses, sera encore citée en 1936 dans les débats sur le Nouveau Code de la Famille comme exemple de débauche petite bourgeoise : Génia qui y assume très librement des relations amoureuses (même avec l’amant de sa mère) la laissant moralement indépendante, devient « une sorte de monstre d’immoralité, le prototype de la débauche des années 20 dénoncée sans cesse par les défenseurs de la morale traditionnelle » (Judith Stora-Sandor, préface à Alexandra Kollontaï, Marxisme et révolution sexuelle, op. cit., p. 251).

33 Aragon n’a sans doute pas lu Les Bases sociales de la question féminine traduit partiellement dans le livre Marxisme et révolution sexuelle, mais il a peut-être eu accès à L’Ouvrière et la Paysanne dans la République soviétique (Librairie de l’Humanité, 1921, 30 p.) et surtout à La Famille et l’État communiste (Bibliothèque communiste, 1920, 24 p.) qui reprend les idées principales des Bases sociales... et était destiné à une diffusion de masse.

34 Ce paragraphe de la page 811, qui emprunte beaucoup à Zola, rattache l’univers référentiel dépeint au XIXe siècle.

35 Alexandra Kollontaï, op. cit., p. 22.

36 Françoise Navailh, « Le modèle soviétique », in Histoire des femmes, t. 5.Le XXe siècle, sous la direction de Françoise Thébaud, Plon, 1992, p. 217.

37 Préface à Alexandra Kollontaï, op. cit., p. 24.

38 Notamment Gilbert Badia, à l’ouvrage duquel nous renvoyons : Clara Zetkin, féministe sans frontières, Les Éditions ouvrières, coll. “La part des hommes”, 1993, 336 p. Gilbert Badia cite le portrait de Clara Zetkin par Aragon p. 120.

39 Cf. la notice de Philippe Forest, La Pléiade, t. 1, p. 1264.

40 Dans les notes des Yeux et la mémoire, il dit l’avoir rencontrée « à plusieurs reprises à Berlin et à Moscou [...] après 1930 » (L’OP 2, tome V, p. 940). Dans « On vient de loin », huitième poème des Yeux et la mémoire, le « défi lancé [...] à la guerre » par Clara Zetkin déclenche chez le poète le désir de devenir communiste (ibid., p. 265).

41 Gilbert Badia, op. cit., p. 314.

42 Voir Gilbert Badia (op. cit., p. 217) qui souligne l’immense prestige dont jouissait déjà Clara Zetkin saluée par le président de la séance du 28 décembre 1920 au congrès de Tours comme « l’âme ardente et magnifique de la Révolution allemande commencée qui se continuera demain ».

43 L’intégralité du discours de Clara Zetkin a été publiée par Suzanne Ravis dans RCAET no 2, p. 133. Mais Aragon semble avoir eu accès à une autre traduction que celle proposée dans le Bulletin périodique du Bureau Socialiste Internationale : Gilbert Badia en cite plusieurs paragraphes, dont ceux recopiés par Aragon, mais sans donner ses sources.

44 C’est pourtant grâce à ses luttes que les femmes allemandes obtinrent le droit de vote en 1918. Le journal féministe (Die Gleichheit) qu’elle dirigea de 1892 à 1917 eut jusqu’à 124 000 abonnés. Toute sa vie, la question de l’émancipation des femmes fut centrale dans ses réflexions.

45 Geneviève Fraisse et Michelle Perrot, Histoire des femmes en Occident, op. cit., t. 4, p. 463. Dans l’histoire des rapports complexes entre partis communistes et mouvements des femmes, il y a toujours eu la crainte, chez les premiers, que les sections féminines s’émancipent et deviennent des mouvements politiques indépendants.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.