Version classiqueVersion mobile

Recherches croisées Aragon - Elsa Triolet, n°8

 | 
Corinne Grenouillet
, 
Maryse Vasseviere

Aragon barrésien : une introduction

Nathanaël Dupré La Tour

Résumé

La relation à Barrès s’inscrit très tôt dans la biographie d’Aragon : c’est en 1909 qu’Aragon reçut comme prix de composition française en juillet 1909 une anthologie de Maurice Barrès (par l’abbé Bremond) qui fut déterminante dans sa formation intellectuelle. La « génération de 1895 » à laquelle appartenait Aragon fut d’ailleurs séduite par le premier Barrès, l’auteur du Culte du moi, par sa prose et par son anticonformisme. Si Barrès plut d’abord par son style, il devint, au moment de la première guerre, le symbole d’une France revancharde et nationaliste qui n’avait pas hésité à sacrifier sa jeunesse. Le procès Barrès du 13 mai 1921, mené par les dadaïstes, fut d’abord une condamnation morale : Barrès avait renié celui qu’il était autrefois. Aragon rencontra l’auteur du Culte du moi et des Déracinés l’année de la mort de celui-ci, comme il l’a relaté dans un article de L’Information d’Extrême-Orient. Les relations entre les deux hommes furent ambiguës, Barrès se montrant intéressé par celui qui incarnait une jeunesse aussi subversive que le fut la sienne, Aragon affichant une irrévérence mâtinée d’une réelle admiration pour celui qu’on avait surnommé le « prince de la jeunesse ». Tout au long de sa vie Aragon tenta de sauver Barrès de l’oubli, rappelant ses qualités de prosateur. Dans son long et étonnant article de 1948, « S’il faut choisir, je me dirais barrésien », Aragon fait de Barrès un écrivain engagé et des Déracinés le premier « exemple du roman politique moderne ». De 1918 à 1974, Aragon ne cesse de faire allusion à Barrès : on recense ici, de manière quasiment exhaustive toutes ces références à Barrès dans les œuvres d’Aragon.

Texte intégral

1Barrès, Aragon. Deux écrivains qu’un certain regard reconstruisant a posteriori l’histoire idéologique et littéraire de la France, sépare d’emblée – irrémédiablement. Une classification rapide rangerait le premier dans un nationalisme fanatique “de droite”, qui exclurait toute communauté d’inspiration avec le communiste stalinien qu’était Aragon ; et s’il faut poursuivre dans ce registre, Aragon écrivain dada puis surréaliste s’opposerait plus vivement encore à celui que Romain Rolland baptisait « le rossignol du carnage », engagé qu’il était dans des mouvements artistiques fondés sur les ruines et dans le refus absolu de cette première guerre mondiale au cours de laquelle l’écrivain nationaliste avait joué un si grand rôle.

2Une approche un peu insistante, en revanche, prend acte de la présence déterminante de Barrès dans les écrits d’Aragon : l’auteur et son œuvre sont mentionnés (au moins) cinquante-huit fois dans ce dont nous disposons aujourd’hui d’Aragon, et deux lettres d’Aragon à Barrès existent, qui témoignent de leur relation directe, si brève fut-elle. Mais peut-être est-il bon, avant tout, de ressaisir la place occupée par Barrès des années 1890 aux années 1920.

  • 1 Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Seuil, 1997. La première partie est intitulée « Les Ann (...)
  • 2 À propos de Charles de Gaulle, voir Michel Winock, op. cit., p. 152-153.

3Aujourd’hui si peu lu, Barrès a été en effet le maître à penser de plusieurs générations de Français, et parmi eux d’écrivains et d’hommes politiques de tout premier plan. Un livre récent1 faisait de lui, avec Gide et Sartre, l’un des trois auteurs les plus marquants du XXe siècle. Deux générations de littérateurs et de politiques, celle de Proust et de Blum, celle de Ch. de Gaulle2 et d’Aragon, ont été formées par les ouvrages de ce Barrès qui ne semble pas, par exemple, mériter aujourd’hui les honneurs de la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade. De 1890 à 1920, tous les jeunes gens s’étant peu ou prou intéressés à la littérature y ont rencontré l’auteur du Culte du moi, marquant de son empreinte toute une époque :

  • 3 Léon Blum, La Revue blanche, 15 novembre 1897, cité dans Michel Winock, op. cit., p.9.

Si M. Barrès n’eût pas vécu, s’il n’eût pas écrit, son temps serait autre et nous serions autres. Je ne vois pas en France d’homme vivant qui ait exercé, par la littérature, une action égale ou comparable. [...] M. Barrès a créé et lancé dans le monde qui l’a recueilli, non pas l’armature provisoire d’un système, mais quelque chose qui tenait plus profondément à notre vie, une attitude, un mode d’esprit inconnu, une forme de sensibilité nouvelle3.

4Ainsi parle le futur chef du Front Populaire, âgé de vingt-cinq ans lorsqu’il écrit ces lignes en 1897, l’année des Déracinés et de la naissance d’Aragon. Marcel Proust, son aîné d’un an, était également un “fervent” de Barrès, si l’on en croit le témoignage de son ami Robert Dreyfus, camarade du lycée Condorcet et corédacteur de la revue Le Banquet en 1892-1893 :

  • 4 Robert Dreyfus, Souvenirs sur Marcel Proust accompagnés de lettres inédites, Grasset, 1926, p. 174.

Barrès connaissait, de longue date, l’admiration que lui avait toujours vouée notre petit groupe du Banquet. Sur les bancs du lycée, à seize ans, nous pressentions déjà sa maîtrise, en un temps où son dandysme effarait encore les “bourgeois”4.

  • 5 Marius-François Guyard, « Les dettes Barrèsiennes de la génération de 1895 », D’un Romantisme l'aut (...)
  • 6 Drieu la Rochelle, qui se réclamait ouvertement de Barrès, écrivait quelques mois avant sa mort à p (...)

5La génération de ceux qui eurent vingt ans à l’époque du Culte du moi a été séduite par l’anticonformisme de son auteur, ce qui n’est pas pour surprendre. Mais l’influence de Barrès sur la jeunesse s’est prolongée jusqu’aux auteurs que Marius-François Guyard réunissait sous la dénomination commune de « génération de 18955 », cette génération qui eut vingt ans au moment de la première guerre mondiale et s’engagea dans une guerre totale alimentée par les articles quotidiens fournis par l’écrivain à L'Écho de Paris. Il va de soi que le rapport de cette génération à Barrès est nettement plus problématique et paradoxal – mais elle-même naquit sur le paradoxe sanglant d’une nation envoyant gaiement à l’abattoir une grande partie de sa jeunesse. Des auteurs ayant suivi des trajectoires esthétiques et politiques divergentes, comme Montherlant, Cocteau, Breton, Malraux, Mauriac, Soupault, puis Nizan et le Camus de Noces – sont pourtant tous marqués de façon déterminante par Barrès ; moins encore, peut-être, que les deux frères ennemis Aragon et Drieu la Rochelle6.

  • 7 Émilien Carrassus, Barrès et sa fortune littéraire, Bordeaux, Ducros, 1970.
  • 8 Marius-François Guyard, art. cité
  • 9 Cet article a été écrit avant que la communication de Reynald Lahanque « Aragon lecteur de Barrès » (...)

6Émilien Carrassus en 19707, Marius-François Guyard en 19638 avaient posé les fondements d’une recherche sur cette postérité complexe de Barrès : « Le jour où l’on écrira cette histoire posthume de Barrès, dont je n’ai planté que les premiers jalons, on verra dans son œuvre une des grandes sources où la littérature de notre siècle a étanché sa soif d’énergie, de poésie et de musique », prédisait Marius-François Guyard. La part de cette histoire qui concerne Aragon reste encore à écrire9 ; du moins le relevé, dans ses écrits, des mentions ou allusions à Barrès et à son œuvre est-il fait. Peut-être est-il bon de le situer dans son contexte biographique.

*

7Les citations de Barrès, les allusions explicites à son œuvre ou à sa personne sont nombreuses dans le corpus aragonien. S’il est difficile, à proprement parler, d’y voir un dialogue, comme ceux que mènera ponctuellement Aragon avec Flaubert ou Shakespeare dans les romans d’après-guerre, la relation qui unit l’auteur à la figure de Barrès témoigne, par sa discrète continuité, aussi bien dans les œuvres romanesques que dans les articles critiques ou politiques, d’une filiation ambiguë et d’une fidélité exemplaire.

  • 10 Aragon, « La Fin du monde réel », Les Communistes II, Messidor, p. 588.

Comment considérer la constitution dogmatique des valeurs, leur hiérarchisation dans l'histoire littéraire, autrement que comme une pure vue de l’esprit d’un moment donné ? Une vue universitaire, ce qui n’est pas très différent d’une vue mondaine. Une vue de groupe. Les snobismes sont divers. Le mien est de n’aimer que ce que j’aime. Il ne s’agit d’ailleurs pas de cela10...

8Ainsi écrit Aragon dans « La Fin du monde réel », et si ce texte ne concerne pas explicitement Barrès, la relation qui unit les deux écrivains nous semble caractéristique de ce « snobisme de la sincérité » ici revendiqué. Cette relation s’inscrit dans une biographie dont il nous semble nécessaire de rappeler ici quelques éléments. Tout commence en 1909.

  • 11 Aragon, Le Mentir-vrai [1964], Gallimard, 1980, p. 13.
  • 12 « Je puis dire que c’était justement, alors ou sensiblement, ce qu’il y a de stendhalien chez Barrè (...)

9« Pour autant que je me souvienne, déclare le narrateur du Mentir-vrai, en sixième A, j’écrivais comme Dickens, disait mon professeur, celui qui m’a donné une anthologie de Barrès pour prix de composition française en juillet 190911. ». À l’époque, si le jeune Louis a déjà entendu parler de Barrès dans sa famille, il le considère comme « ennuyeux12 », et l’écrivain doit être lié pour lui à la figure paternelle incarnée par Louis Andrieux, ce “parrain” âgé qui attendra que son fils parte pour la guerre, âgé de vingt ans, pour lui annoncer qu’il est son père.

  • 13 Aragon, La Lumière de Stendhal, Denoël 1954, p. 12 (en note). Reprise d’un article des Lettres fran (...)

Il faut ajouter que Barrès habitait Neuilly, que je l’avais aperçu au Bois où il avait salué mon père, qui avait, paraît-il, son portrait dans un des romans de l’Énergie Nationale. Il avait l’air, vers la cinquantaine, déjà, d’un gentleman farmer (comme je devais le penser en 1921, en lui parlant)13.

  • 14 Maurice Barrès, Romans et voyages, Robert Laffont, coll. “Bouquins”, 1994, p. 1082.

10Barrès a en effet tracé le portrait du préfet de police Andrieux dans Leurs Figures, le troisième volet de la trilogie intitulée Le Roman de l’énergie nationale14. La surprise sera donc de taille lorsque l’élève de cinquième que Louis Aragon est devenu découvre en Barrès un écrivain très différent de ce qu’il représentait pour lui. Aragon a raconté à plusieurs reprises cet épisode déterminant de son existence, mais c’est dans ses entretiens avec Dominique Arban qu’il en donne le plus de détails :

  • 15 Le titre exact est : Vingt-cinq années de vie littéraire, Pages choisies de Maurice Barrès, Bloud e (...)
  • 16 Sic.
  • 17 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 25.

A. – [...] le fait est que, dès la fin de la sixième, j'ai eu, comme à peu près chaque année, le prix de français, à l’école Saint-Pierre... Mon professeur, un homme intelligent, qui s’appelait M. Feuillois, avait choisi un livre qui n’était guère de ceux que l’on donnait comme prix, un livre pas même relié, sans ors et sans rouge, un livre broché bleu pâle : Vingt-cinq Années de littérature15, de l’abbé Brémond16.
D. A. – Et là, vous avez découvert pour la première fois...
A. –... Barrès. Car c’était une anthologie de Maurice Barrès, avec un commentaire de l’abbé Brémond. C’est là que j’ai découvert un certain nombre de choses, touchant l’écriture et, au-delà des problèmes qu’elle pose, j’ai éprouvé une espèce de passion pour Barrès, lequel a joué sur mon développement intellectuel un rôle indiscutable ; je ne l’ai jamais renié depuis.17

11L’anthologie, précédée d’une assez longue préface de l’Abbé Bremond, contient principalement des extraits du Culte du moi, de Du sang, de la volupté et de la mort et du Roman de l'énergie nationale. Les références à l’ensemble de l’œuvre de Barrès qui parsèment les textes d’Aragon montrent assez que le jeune lecteur ne s’en est pas tenu à cette anthologie, et qu’il a sans doute à peu près tout lu des livres de Barrès. Mais si la découverte de Barrès marque à tel point le collégien déjà auteur d’un certain nombre de textes, c’est qu’elle lui révèle un plaisir qui dépasse celui de la simple lecture cursive : au-delà de ce qui est raconté, la façon de raconter éblouit le jeune Aragon ; c’est ce que révèle une enquête des Lettres françaises publiée en 1950 et intitulée « Aragon aimait » :

  • 18 Aragon, « Lectures d’enfance », Enquête des Lettres françaises du 20 juillet 1950 reprise dans L’OP (...)

Et il faudra encore tenir compte du fait que, à onze ans, juste après ma première communion, j’ai eu, comme prix de français, Vingt-cinq années de littérature, l’anthologie de Maurice Barrès faite par l’abbé Bremond, et que c’est ce livre-là qui m’a fait rechercher désormais non seulement l’histoire racontée, mais le plaisir physique de la prose18.

12La réaction est donc immédiate face à la prose d’un auteur qui paraîtrait aujourd’hui bien austère pour un élève de sixième. C’est d’abord à un style qu’adhèrent ceux qui seront les premiers écrivains surréalistes (au moins Aragon, Breton, Soupault et Drieu la Rochelle) ; et si condamnation il y a du « prince de la jeunesse », c’est certainement de leur part une condamnation morale.

13Dada et le Surréalisme naissent de la première guerre mondiale, de l’expérience que de jeunes écrivains à peu près tous engagés au front firent de l’absurdité criminelle de l’idéologie bien-pensante de leurs aînés, et du massacre organisé de millions de leurs compagnons. De cette expérience de la guerre naît un mouvement de révolte qui se proposera à la fois de malmener les idées reçues de la littérature et de la société bourgeoises, et de chercher dans le rêve et l’inconscient, la possibilité d’échapper à l’univers morbide et insensé dans lequel la folie nationaliste les a plongés à l’aube de leur existence. Barrès, l’auteur des Bastions de l’est devenu président de la Ligue des Patriotes à la mort de Déroulède en 1914, le chantre de la Lorraine française et le propagandiste de L’Écho de Paris, apparaît comme le symbole de cette France désireuse de Revanche, qui a jeté sa jeunesse dans la guerre et l’a sacrifiée au nom d’une image éternelle de la nation. Pour ces jeunes soldats engagés sur le front, il incarne aussi les “va-t’en-guerre” de l’arrière, à la différence d’un Péguy, par exemple, payant de sa personne et mort au champ d’honneur dès le début des hostilités. Aragon s’est expliqué sur ce sentiment dans un manuscrit rédigé pendant la seconde guerre mondiale (vraisemblablement entre 1942 et 1945), et publié en 1989, Pour expliquer ce que j'étais :

  • 19 Aragon, Pour expliquer ce que j’étais, Gallimard, NRF, 1985, p. 37.

C’était une guerre des vieux, pour des raisons qui avaient exalté les vieux, qui ne touchaient pas les jeunes, et c’étaient les jeunes qui la faisaient pour les vieux. [...] D’autant qu’il y avait une exploitation commerciale de la guerre par la littérature, un faux air sacré donné à tout ce que quiconque y avait mis les pieds en disait, écrivît-il avec ces pieds-là19.

  • 20 Ibid., p. 42.

14Conflit de générations donc, qui oppose les jeunes combattants à leurs pères “embusqués”, trop jeunes pour combattre en 1870 et trop vieux pour les tranchées de 1914, et qui explique qu’on puisse parler de “parricide” à propos du Procès Barrès. À cela s’ajoute qu’Aragon et ses amis sont des écrivains, des poètes qui se font une certaine idée de la poésie, de l’art – à l’opposé des dévoiements de la littérature de propagande. C’est donc tout un comportement qui va être motivé par le refus du “bourrage de crâne” de l’arrière, et qui conduira par exemple Aragon, lors de la projection d’un film d’Antonin Artaud, à gifler un inconnu « pour avoir nommé la guerre » : « À vrai dire, s’explique-t-il, cette attitude était dictée plus que par la haine de la guerre, par la haine de la littérature de la guerre, il faut bien en convenir20. »

15Mais le plus important est peut-être, dans le cas de Barrès, le sentiment par ces jeunes gens d’avoir été trahis par celui qu’ils adoraient. C’est un renégat que l’on juge, dans une parodie de procès où, comme souvent chez Dada, le tragique apparaît sous les traits d’un absurde qui prête à rire, et où le non-sens révèle les plus sérieuses préoccupations.

  • 21 Marguerite Bonnet, L’Affaire Barrès, José Corti, coll. “Actual”, 1987.

16Le Procès fait à Barrès par Dada pour « attentat à la sûreté de l’esprit » a eu lieu le 13 mai 1921 à la salle des Sociétés savantes. Marguerite Bonnet en a donné le compte-rendu, d’après les sources qui nous en restent, dans un ouvrage intitulé L’Affaire Barrès21. Les principaux acteurs du procès, outre le mannequin censé représenter Barrès, sont Ribemont-Dessaignes, l’accusateur public, Breton qui lit l’acte d’accusation, et les avocats Soupault et Aragon. Le numéro 20 (août 1921) de Littérature reproduit l’acte d’accusation de Breton et différents témoignages. Le verdict sera sévère : vingt ans de travaux forcés – Picabia se vantant d’avoir entraîné la plus grande partie de l’auditoire en quittant la salle au moment où Aragon entamait sa plaidoirie. Par malheur, cette plaidoirie a été perdue ; il ne nous en reste que ce qu’en dit Soupault dans ses Mémoires de l’oubli :

  • 22 Philippe Soupault, Mémoires de l’oubli, 1914-1923, Lachenal & Ritter, 1977, p. 149-150, cité dans M (...)

Quant à la défense, Aragon et moi, nous eûmes l'impression que nous ennuyions l’auditoire. Pourtant la défense d’Aragon était habile et brillante. Ma plaidoirie, qu'on écouta à peine, était une condamnation du tribunal plus qu’une défense de l’accusé22.

  • 23 Georges Ribemont-Dessaignes, cité dans Marguerite Bonnet, op. cit., p. 63.
  • 24 Ibid., p. 66.

17Si Ribemont-Dessaignes exprime à l’égard de Barrès un dégoût sans mélange, il est probablement le seul de ces quatre personnages à ne pas nourrir ou avoir nourri une sincère admiration pour l’écrivain : « [...] nous voulons au moins que vous reconnaissiez la figure de ce bourgeois en savates, ancien chimiste pour analyse d’urines libres, devenu escroc, adjudant civil, usurier de la défense nationale et dont on finira par dire qu’il a bien mérité de la Patrie23. » Alors que le principal grief de Breton à l’égard de Barrès est d’avoir trahi dans la seconde partie de son œuvre ce qu’il était et ce qu’il représentait dans la première, Ribemont-Dessaignes ne dissocie pas le premier Barrès du second : « Et dans le Barrès des épanchements aux collégiens, il y a le Barrès des champs de manœuvre24 ».

18En revanche, Breton reviendra sur ce procès dont il revendique l’initiative avec Aragon, en mettant l’accent sur cette dualité dans l’œuvre barrésienne :

  • 25 André Breton, Entretiens, 1913-1952 avec André Parinaud, NRF, 1952, p. 73, cité dans Émilien Carras (...)

Le problème soulevé, qui est, en somme, d’ordre éthique [...], est celui de savoir dans quelle mesure peut être tenu pour coupable un homme que la volonté de puissance porte à se faire le champion des idées conformistes les plus contraires à celles de sa jeunesse. Questions subsidiaires : comment l’auteur d’Un homme libre a-t-il pu devenir le propagandiste de l’Écho de Paris ? S’il y a eu trahison, quel a pu en être l’enjeu ? Et quel recours contre elle ? Par-delà le cas de Barrès, ces questions agiteront longuement le surréalisme25.

  • 26 André Breton, « Acte d’accusation », Littérature, août 1921, cité dans Marguerite Bonnet, op. cit.,(...)
  • 27 Ibid., p. 26.
  • 28 Ibid.
  • 29 Aragon, « Lectures d’enfance », art. cité, p. 309.
  • 30 Marius-François Guyard, art.cit. p. 199.
  • 31 Émilien Carrassus, Barrès et sa fortune littéraire, Bordeaux, Ducros, 1970, p. 101.

19S’il y a un devoir moral à juger Barrès, c’est à cause de ce reniement du premier Barrès par le second. C’est ce que montre au moins la première partie de l’acte d’accusation, la seconde tendant à nier cet état de fait, et à remettre en cause la jeunesse même de Barrès : « Non, Maurice Barrès n’a jamais été un homme libre26. » Mais la condamnation est avant tout une condamnation morale, et si « les livres de Barrès sont proprement illisibles27 », c’est parce que « sa phrase ne satisfait que l’oreille28. » Cela tend à renforcer l’idée selon laquelle le goût prononcé de cette génération pour Barrès est motivé par des raisons esthétiques : le fameux « plaisir physique de la prose29 » qu’Aragon ressentit à la lecture de l’anthologie de Bremond semble pour cette génération le lieu commun du rapport à Barrès. Un grand nombre de références à Barrès au cours de l’œuvre d’Aragon semblent appelées par des souvenirs de sensations, par une volupté de la description, qui demeure malgré les différences d’engagement idéologique. Mais le point de l’accusation semble bien ici la « déception et, surtout, la crainte de finir un jour comme Barrès, de briser comme lui l’élan de la jeunesse30 ». Si nous ne possédons plus la plaidoirie d’Aragon, celle de Soupault s’articule sur la distinction entre l’anarchiste et le président de la Ligue des Patriotes. Déception donc, et crainte, méfiance des futurs Surréalistes à l’égard « d’un pontificat intellectuel et esthétique dont Barrès pouvait leur paraître la plus remarquable illustration31 ».

20À défaut de la plaidoirie d’Aragon, le magnifique texte de 1924 qu’est la « Lettre à Francis Viellé-Griffin sur la destinée de l’homme », pour légèrement postérieur au Procès Barrès qu’il soit, nous donne peut-être des indications sur le jugement que pouvait porter sur son aîné celui qui l’avait tant aimé pour les élans de sa jeunesse. Cette lettre admirable déplore le retour au vers régulier effectué par le tenant du vers libre sur la fin de sa vie ; elle contient un jugement sur les reniements de l’âge qui donne à penser qu’Aragon ne pouvait véritablement condamner le premier Barrès au nom du second :

  • 32 Aragon, Lettre à Francis Viellé-Griffin sur la destinée de l’homme, 1924, L’OP 1, t. II, p. 216-217

[...] L’invincible force de la pensée, une fois exprimée, rien ne peut quelque chose contre elle. L’effet de toute activité mentale un beau matin se retrouve. Le vieillard n’a aucun pouvoir sur le jeune homme qu’il fut. Pas plus qu’un prologue, le dernier acte où tout se passe si mal ne contient la moralité d’une vie32.

  • 33 Émilien Carrassus, « De quelques surréalistes et du “Procès Barrès”, Lettres inédites de Louis Arag (...)

21Ainsi pouvons-nous, hypothèse purement gratuite, substituer à un texte perdu un texte conservé, écrit par Aragon au lendemain de la mort de Barrès. Il faudrait bien entendu prendre en considération les circonstances du Procès, et la position délicate d’Aragon qui, l’organisant, s’attribue un rôle d’avocat. Il est, avec Soupault, Breton et Drieu la Rochelle, parmi les jeunes auteurs de Dada, l’un des plus marqués par Barrès ; c’est ce que montre, entre autres, le numéro de mars 1921 de Littérature où, sous le titre « Liquidation », ces derniers se chargent avec leurs amis d’attribuer une note entre – 25 et 20 à un certain nombre de personnalités, pour l’essentiel littéraires. Si la moyenne des notes attribuées à Barrès (0, 45) semble faible, elle est honorable lorsque l’on considère que Gide est noté – 0, 81, Hugo – 7,72, et France – 18. Tzara et Ribemont-Dessaignes lui ont attribué un peu flatteur – 23, mais les notes données par Soupault (12), Breton (13), Aragon (14) et Drieu la Rochelle (16) sont tout à fait bonnes. Il est à noter le choix d’Aragon de mieux noter Barrès que ne le faisait Breton : ce démarquage indique à quel point Barrès était important pour lui, Drieu la Rochelle étant pour sa part un fervent de l’auteur du Culte du moi auquel il écrivait en le nommant « cher maître33 ». Il est donc légitime de parler à propos du Procès Barrès de “parricide”, et peut-être particulièrement en ce qui concerne Aragon.

*

  • 34 Article reproduit dans Chroniques 1918-1932, éd. établie par Bernard Leuilliot, Stock, 1998, p. 183 (...)

22Entre le Procès Barrès, qui eut lieu le 13 mai 1921, et la mort de celui-ci, le 4 décembre 1923, l’écrivain tient une place très grande dans la vie d’Aragon. Ce dernier, devenu responsable de Paris-Journal, prend part à plusieurs reprises à des polémiques à son propos ; désirant le rencontrer, il lui adresse deux lettres ; enfin, le récit de leur rencontre est publié à la mort de Barrès dans un article de L’Information d’Extrême-Orient34. Par ailleurs, devant constituer la bibliothèque du mécène Jacques Doucet, Aragon recommandera et fournira au moins un ouvrage de Barrès.

  • 35 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 26.
  • 36 Ibid.

23Après avoir interrompu ses études de médecine et au bout d’un an de difficultés financières, Aragon trouva en 1921 une place de secrétaire au théâtre des Champs-Élysées. Hébertot lui confia la tâche de reprendre un journal du Second Empire, Paris-Journal, « devenu chez Hébertot une sorte de bulletin-programme de ses théâtres. [Aragon] étai[t] chargé de le transformer en hebdomadaire littéraire35. » Pouvant compter sur ses relations, Aragon fait appel à Gide, Colette et aux écrivains surréalistes, qu’il n’a pas la possibilité de payer mais qui acceptent cependant de travailler pour lui. C’est dans Paris-Journal qu’il publie une série d’articles intitulés en référence aux Déracinés, « Le Ciel étoilé36 ».

  • 37 Nous nous permettons de nous fier ici au témoignage d’Émilien Carrassus, art. cité, p. 156, et de B (...)
  • 38 Aragon, « Le Vent d’Arles », L DP I, t. VII, p. 457.

24« C’est dans Paris-Journal qu’a paru mon interview de Maurice Barrès », déclare Aragon à Dominique Arban. Cette interview introuvable37 a sans doute été le motif de la visite à Barrès qu’il effectue fin mars ou début avril 1923. Introduit par Drieu La Rochelle, « lequel [lui] avait naguère raconté comment, en visite chez Barrès, il avait dit à celui-ci : “Un jour, Aragon viendra vous voir”...38 », Aragon écrit une première fois à Barrès le 30 mars 1923, sur un papier à en-tête de Paris-Journal.

  • 39 Émilien Carrassus, art. cité, p. 157.

25Cette magnifique lettre, qui sollicite un entretien, indique une fois de plus une ambiguïté proche du déchirement dans la conscience d’Aragon à l’égard de Barrès. Toutes les formules qui pourraient laisser entendre qu’Aragon admire Barrès, ou qu’il lui doive quelque chose, sont immédiatement tempérées par une insolence ; et l’allusion au Procès Barrès (« une mascarade noire qui n’était pas une plaisanterie, je vous jure »), révèle le trouble profond qui agite le jeune homme au moment où, sous le masque d’un pittoresque dont nous avons peine à percevoir aujourd’hui ce qu’il implique de profondes blessures, il décide de mettre à mort une partie des illusions qui le font vivre. Pour reprendre la formule d’Émilien Carrassus, « les rapports Aragon-Barrès relèvent décidément d’une sorte d’escrime où la provocation impertinente nuance le respect39 ».

  • 40 Aragon, « Lettre ouverte à Jacques Rivière », Paris-Journal no 246, 6 avril 1923, reprise dans Arag (...)

26La seconde lettre qui a été conservée est moins intéressante. Datée de « tout avril 1923 », cette lettre, qui annonce le départ d’Aragon de Paris « sans espoir de retour » et demande un article à Barrès, rend hommage à la « liberté d’esprit très rare » de Hébertot, qui ne l’a pas renvoyé de Paris Journal après la lettre injurieuse à Rivière40 qu’Aragon y avait publiée « en fraude ».

  • 41 Lettre citée dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 154. On peut aussi la lire dans Aragon, Papiers (...)
  • 42 Maxime Alexandre, cité dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 155.

27Entre ces deux lettres, Aragon et Barrès se sont rencontrés à Neuilly, boulevard Maillot où habite ce dernier. L’estime ou l’admiration pour l’un, l’intérêt pour l’autre, que les deux hommes éprouvaient mutuellement, n’ont probablement pas suffi à rompre véritablement la glace. « Je vous l’ai dit, je ne crois pas que d’une génération ou deux à l’autre les raisons d’agir restent compréhensibles, et la sympathie possible », indiquait Aragon dans sa seconde lettre à Barrès41. Et Émilien Carrassus rapporte que l’entretien se serait terminé par cette conclusion de Barrès : « On m’avait bien dit que vous étiez insupportable42 ».

  • 43 Ibid.

28Cet entretien, Aragon le relatera dix mois plus tard dans un article de L’Information d’Extrême-Orient intitulé Barrès, et qu’il publie au lendemain de la mort de celui-ci, après avoir envoyé à Gide un télégramme contenant ces mots : « Vous avez sans doute appris la mort de votre petit ami Barrès »43. Schreiber coiffera l’article d’un chapeau élogieux pour Aragon, dont il fait au passage un disciple de Barrès :

  • 44 Aragon, « Barrès », article de L'Information d’Extrême-Orient du 28 janvier 1924 repris dans L’OΡ 1 (...)

M. Louis ARAGON, disciple de BARRÈS, homme remarquable, styliste et philosophe de grande valeur, a bien voulu nous réserver ces pages inédites qu’il a écrites sur son maître. M. Louis Aragon est l’auteur de Feu de joie, d’Anicet, des Aventures de Télémaque. Né en 1897, il s’est déjà classé parmi les plus remarquables écrivains de l’heure actuelle. Sa collaboration littéraire sera hautement appréciée en Extrême-Orient, par les lecteurs de goût44.

  • 45 Première lettre d’Aragon citée dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 153.

29Si cette introduction à l’article d’Aragon peut sembler excessive dans ce qu’elle suppose d’allégeance du “disciple” au “maître”, le ton de l’article lui-même ne nous paraît guère différent de celui des lettres qui ont précédé l’entrevue des deux hommes. Même aveu de « tout ce que [Barrès lui a] volé de solitude et de liberté d’esprit45 » de la part d’Aragon, même irrévérence à l’égard de l’académicien ; l’article commence ainsi :

  • 46 Aragon, « Barrès », art. cité, p. 205.

Il y avait une longue histoire entre B. et moi, depuis le temps qu’il avait détourné tout le cours de mes pensées ; ce n'est qu’au printemps de 1923 que je tentais d’apercevoir ce qu’il pouvait subsister de Μ. B. sous le masque de Président de la Ligue des Patriotes46.

30Composé en trois parties d’ampleur décroissante, ce texte mêle la réflexion d’Aragon à une suite de formules de Barrès qui ressortissent au genre de l’interview. De celles-ci, présentes surtout dans la première partie, nous pouvons conclure que Barrès semble très intéressé par la jeune génération d’écrivains qu’Aragon incarne, qu’il n’en connaît à peu près rien mais la compare volontiers à la sienne pour ce qu’elle a de subversif :

  • 47 Ibid., p. 206.

Nous avons posé quelques problèmes essentiels. Nos successeurs n’ont rien fait. Votre départ à vous autres, aujourd'hui, ressemble étrangement au nôtre : vous remettez enfin tout en question47.

31À cela, Aragon ne peut répondre que par une “insolence” qui restitue l’abîme qui sépare les deux hommes :

  • 48 Ibid.

Toute la différence entre vous et moi, c’est que vous avez eu vingt-cinq ans l’année du boulangisme, et que je les ai l'année de la Révolution française48.

32Peu intimidé par son “maître”, le “disciple” de Barrès se pose en révolté dont l’arrogance s’explique facilement si l’on considère de qui il la tient. Manquant de respect aux morts de la guerre, il s’entend répondre par Barrès, qui vient de lui recommander « des aventures, à tout prix » :

  • 49 Ibid., p. 207.

Vous ne me gâcherez pas votre personnage [...], vous êtes l’insolence traditionnelle de cette race : vous vous appelez tour à tour Lancelot ou Lauzun49.

  • 50 Ibid., p. 208.

33L’impression qui se dégage de ce dialogue rapporté par Aragon est l’absence quasi totale d’échange : chacun des écrivains, malgré l’intérêt évident qu’il porte à l’autre, restant campé sur les positions qui définissent le personnage qu’il entend jouer. Si Aragon a le sentiment d’être un « nègre » qu’un « savant questionne [...] sur l’équateur », l’impression qu’il conserve de Barrès est celle d’un « député provincial », que seule sauve du ridicule « une certaine ruse paysanne50 » et qui lui récite les motifs principaux de sa doctrine :

  • 51 Ibid, p. 207.

Chaque fois qu’un des thèmes familiers de sa rhétorique se présentait à lui, il se lançait dans un développement, dont le poids et la période m’étaient bien connus, qui précipitait sa parole, comme si elle fût tout à coup devenue plus facile et sans obstacle de pensée51.

34L’un rend hommage aux morts de la guerre, l’autre lui rétorque une insolence ; l’un cite Renan, l’autre parle d’Apollinaire et de Germain Nouveau. Malgré l’intérêt certain de Barrès pour la nouvelle génération d’écrivains (« Revenez me voir. J’ai besoin de connaître ceux qui arrivent. Il y a en eux quelque chose qui me trouble et qui m’entraîne... »), il semble que Barrès ait perdu, quelques mois avant sa mort, de la vivacité qui lui permettrait de les mieux comprendre – sans rien perdre pour autant de sa lucidité envers lui-même :

  • 52 Ibid., p. 208.

Je ne lis pas, je ne lis rien. On m'envoie des livres. Mais je ferme les yeux. Vous faites bleu, on vous donne de la lumière jaune. C’est gênant. Je ferme les yeux et je fais bleu52.

35Après avoir reçu Aragon dans sa bibliothèque, Barrès se promène avec lui le long du Bois de Boulogne ; le vieil homme promet d’envoyer à son jeune successeur « Un Homme libre, le livre de [ses] révoltes et de [ses] paradoxes » – et conclut ainsi l’entretien : « Vous voyez que nous nous sommes rencontrés tout de même. » La conclusion de l’article d’Aragon est assez désabusée, mêlant comme toujours la certitude d’avoir eu affaire à un grand écrivain, et le dégoût de sa fin bourgeoise. À cela s’ajoute le mystère récent de l’assassinat probable du fils de Léon Daudet, le jeune anarchiste Philippe Daudet retrouvé mort d’un coup de revolver dans un taxi boulevard Magenta, le 24 novembre 1923.

  • 53 Ibid., p.209.

Je n’ai jamais reçu Un Homme libre, et voici que Μ. B. est mort dans l’impénitence finale, et qu’il laisse un grand vide après lui. Mais quel signe n’est-ce pas pour moi que d’avoir vu s’opposer à cette vie une mort qui n’a précédé que d’une semaine la mort de l’anarchiste Barrès : celle d’un enfant qui portait le prénom de l'Homme libre, Philippe, qui n’attendit pas pour mourir l’assurance d’avoir enfin des funérailles nationales53.

  • 54 Voir Aragon, « Correspondance privée », Littérature (nouvelle série) no 8, 1er janvier 1923, repris (...)

36L’opposition terme à terme entre l’existence de Barrès, l’anarchiste embourgeoisé, et celle de Philippe Daudet, issu d’une famille réactionnaire et payant de sa vie son engagement et sa révolte, sera le point final de cet article. Mais la mort de Barrès n’interrompt pas le dialogue d’Aragon avec le grand écrivain de sa jeunesse. Bien au contraire, à plusieurs reprises il prendra sa défense ou tentera de le sauver de l’oubli dans lequel sa postérité l’a rapidement plongé. Dès les années 1920, Aragon, fournisseur de Jacques Doucet, accordait à Barrès une place dans la bibliothèque idéale du mécène54.

*

37Après la mort de Barrès, les interventions d’Aragon en sa faveur, pour fréquentes qu’elles soient, ne seront le plus souvent que des allusions discrètes, mis à part quelques longs développements sur lesquels nous reviendrons. À cela s’ajoute une polémique, après la seconde guerre mondiale, à laquelle Aragon prend part dans Les Lettres françaises, et qui nous vaut son texte le plus important au sujet de Barrès, « S’il faut choisir, je me dirai barrésien ». Il s’agit pour Aragon de défendre Barrès dans son journal au moment où y compris dans Les Lettres françaises, la quasi-totalité du monde des lettres l’accable.

38Le 16 décembre 1948, dans les belles années du jdanovisme littéraire dont Aragon s’est fait Tardent défenseur, considérant comme réactionnaire tout roman ne répondant pas aux critères du réalisme-socialiste, le no 238 des Lettres Françaises publiait une polémique intitulée « Contre et pour Barrès ». Vis-à-vis d’un article de Claude Roy qui mesurait avec parcimonie « Les rares instants où il fut vraiment un grand écrivain », l’article d’Aragon s’ouvrait sur un titre provocateur et courageux : « S’il faut choisir, je me dirai barrésien... ». Ce titre constitue une réponse à une polémique engagée par Étienne Borne, dans L’Aube, qui posait la question suivante : « Qui... oserait aujourd’hui se dire barrésien ? », vingt-cinq ans après la mort de l'écrivain. Après avoir raconté en manière d’introduction les circonstances de sa découverte de Barrès, Aragon insiste principalement sur trois points dans sa défense de Barrès : la qualité de sa prose, son nationalisme et le caractère précurseur de ses romans politiques.

39Pour la première fois, Aragon révèle dans cet article la façon dont il a découvert Barrès à travers l’anthologie de l’abbé Bremond que son professeur lui avait choisie comme prix de composition française. C’est ici qu’il a cette formule définitive, jamais reniée malgré ce qu’elle révèle de son auteur :

  • 55 Aragon, « S’il faut choisir je me dirai Barrèsien... », Lettres françaises du 16 décembre 1948, rep (...)

La lecture de ce livre fut pour moi un grand coup de soleil, et il n'est pas exagéré de dire qu’elle décida de l’orientation de ma vie55.

  • 56 Ibid., p. 261.
  • 57 Ibid., p. 262.

40Aragon assume les conséquences de cette rencontre, et l’on pourrait croire à la lecture de cet article qu’elle n’a rien de problématique pour lui, à la différence de ses contemporains ingrats à l’égard de Barrès et de leur « beau mépris tranquille56 », « ces enfants, ces adolescents devenus hommes, et variant comme c’est le fait de l’homme, [qui] préfèrent aujourd’hui nier les exaltations de leur jeunesse57. » Ce qui apparaît, à la lecture de ce texte, déterminant dans la relation des deux écrivains, c’est l’admiration à l’égard du génie littéraire qu’Aragon éprouve en se découvrant un véritable modèle, idéal à atteindre :

  • 58 Professeur de philosophie du lycée de Nancy, Paul Bouteiller exerce un très grand ascendant sur ses (...)

Ce n'est pas, dit [Barrès], la loi morale qu’éveille le ciel étoilé dans la conscience de François Sturel ... Ce qu’il adressait aux profondeurs du ciel, c’était le cri des jeunes âmes : “Trouverai-je mon objet dans la vie ?” Mais il le formulait ainsi : “Égalerai-je jamais en génie Bouteiller ?” Je n’étais qu’en classe de sixième A, et Barrès était mon Bouteiller58.

  • 59 Ibid., p. 264.
  • 60 Ibid.
  • 61 Ibid., p. 263.

41Et si Aragon désire profondément égaler en génie Barrès, c’est d’abord et surtout pour ses qualités de prosateur. Contre Claude Roy qui comparait Barrès à Pierre Benoît, Aragon défend « cette science barrésienne de la phrase, [...] de la musique dans les mots59 » qui fait de l’« étape barrésienne60 » une étape impossible à contourner pour qui veut apprendre à écrire. À l’heure où « toute licence est donnée contre l’admirable langage barrésien61 », Aragon prend sa défense au détriment de Proust et Valéry, élevés au pinacle par tout le monde – ce qu’il estime une injustice dans l’autre sens. Barrès prosateur prendra le pas sur le Barrès historique de l’Affaire Dreyfus et de la guerre, estime Aragon :

  • 62 Ibid.

Un jour viendra où l’on relira Barrès, en faisant à ses idées aussi peu de place que l’on en donne à celles de Saint-Simon, quand on va chez ce grand seigneur chercher des leçons de langage62.

42Aragon ne se contente d’ailleurs pas de ce jugement esthétique, concentré sur le seul style de l’écrivain. Ses idées mêmes devraient être revues pour leur plus grand profit par les contemporains d’Aragon.

43Rappelons que les communistes français voient sans aucun plaisir, en 1948, la France participer au plan Marshall pour l’Europe et basculer de facto dans le camp américain. Reprenant l’antienne patriotique que Maurice Thorez avait remise au goût du jour au moment du Front Populaire, Aragon se réclame d’un véritable nationalisme dont Barrès est désormais un honorable représentant. Sa haine de l’Allemagne l’aurait préservé de toute compromission avec le régime de Vichy ; elle l’aurait même conduit à ne pas accepter la mainmise américaine sur l’Europe occidentale :

  • 63 Ibid., p. 265.

Barrès est l'expression de la bourgeoisie de son temps, qui est nationaliste et chauvine, mais il ne peut être aujourd’hui réclamé par une bourgeoisie qui a perdu le sens national et qui, pour conserver ses privilèges et ses biens matériels, est prête à faire bon marché de l’indépendance nationale, à sacrifier la patrie à une coalition d’intérêts sous la direction de l’étranger, et avec les Nazis allemands pour gendarmes63.

  • 64 Ibid., p. 264.
  • 65 Ibid.

44Étape intéressante dans l’itinéraire d’Aragon : alors que le surréaliste qu’il était rejetait avec fougue toute tentative de discours patriotique ; alors que les romans des années 1960 traiteront avec une ironie acerbe le bourrage de crâne nationaliste, Barrès est ici invoqué en tant qu’écrivain nationaliste et anti-allemand. Si Aragon entend émettre des « réserves64 » avant d’entreprendre un éloge de Barrès, il faut avouer que ces réserves sont ici bien minces : son « nationalisme étroit65 » est assez au goût d’Aragon, au moins en 1948. De façon générale, Barrès le séduit en tant qu’écrivain engagé, écrivain politique – écrivain réaliste.

  • 66 Ibid., p. 266.
  • 67 Ibid.

45Il est frappant de constater à quel point, dans cet article de 1948, les choix d’Aragon à l’intérieur même de l’œuvre de Barrès obéissent à des contraintes idéologiques : si, dans la majeure partie de son œuvre, il semble que les œuvres les plus marquantes, quand on considère le nombre de leurs occurrences, soient Du Sang, de la volupté et de la mort et Le Culte du moi – les livres du Premier Barrès, c’est ici Le Roman de l’énergie nationale qui est privilégié. Aragon mentionne bien d’autres ouvrages de Barrès (Un jardin sur l’Oronte, Du Sang, de la volupté et de la mort, Le Jardin de Bérénice, Amori et Dolori Sacrum), mais s’attache principalement à commenter ou défendre ce « monument précieux de notre histoire littéraire66 » qu’est la trilogie composée des Déracinés, de Leurs Figures et de L’Appel au soldat. « Premiers exemples en France du roman politique moderne67 », ces trois romans apparaissent comme une chronique du boulangisme écrite à même l’histoire, et sont à ce titre exemplaires, quelle que soit l’idéologie qu’ils véhiculent :

  • 68 Ibid.

Sous le prétexte que la politique qui y est exprimée n’est pas la nôtre, il serait puéril de tenir ce précédent pour nul et non avenu. Vous auriez préféré que le roman politique en France ait commencé par des livres d’inspiration socialiste, et il a commencé par des livres d’inspiration nationaliste, que pouvons-nous y faire ? Allons-nous en méconnaître l’importance68 ?

46Malheureusement, cette défense du « précédent nationaliste au réalisme socialiste » ne suffit pas au défenseur de la doctrine Jdanov qu’est alors Aragon. La fin de l’article constitue une attaque contre les écrivains socialistes qui ne se conforment pas aux règles esthétiques du Parti, et Barrès sert de contre-exemple (réactionnaire politiquement, progressiste esthétiquement) aux auteurs qui se disent socialistes et s’écartent de la “ligne” littéraire du moment :

  • 69 Ibid., p. 267.

[J]e dirai qu’il y a beaucoup d’écrivains dont l’idéologie est progressiste, mais dont les romans, même écrits aujourd’hui, à les comparer avec Le Roman de l’Énergie nationale, sont régressifs, réactionnaires en tant que romans. [...] J’ai en vue ces romanciers dont le cœur est à gauche (je vous laisse le choix des exemples) et la plume se détourne du réalisme socialiste69.

47Le courage d’Aragon défendant Barrès envers et contre tous est à notre avis tempéré par cette pointe finale au moyen de laquelle le membre du Comité central rappelle à l’ordre les brebis égarées. Quoi qu’il en soit, la démonstration semble assez probante, même si la perspective envisagée (« Un jour viendra où l’on relira Barrès, en faisant à ses idées aussi peu de place que l’on en donne à celles de Saint-Simon, quand on va chez ce grand seigneur chercher des leçons de langage. ») apparaît, cinquante ans plus tard, un vœu pieux. Barrès écrivain politique, à l’heure du Monde réel et des Chemins de la liberté, était peut-être plus proche des préoccupations esthétiques et idéologiques du moment que de celles d’un vingt-et-unième siècle où l’idée politique tient une place nettement moins importante, et tend à prendre une dimension essentiellement historique. Il est certain qu’Aragon se sert de Barrès pour défendre la cause du Parti : Barrès contre le plan Marshall, Barrès pour le réalisme socialiste... tout cela peut prêter à sourire, mais l’impression qui demeure, au moins après une lecture cursive de ce texte, est véritablement celle d’une apologie nuancée, d’un plaidoyer contre l’oubli qui témoigne de ce qu’on pourrait appeler avec Nietzsche un courage de l’intempestivité, de l’inactualité. Quarante ans après qu’Aragon a découvert Barrès, celui-ci reste présent à son cœur, et le restera toujours.

*

48Cette fidélité à Barrès est attestée par le relevé des œuvres de Barrès citées par Aragon. C’est manifestement la totalité de ses écrits qui est au moins connue par Aragon, et, pour l’essentiel, aimée par celui-ci. Quant aux textes d’Aragon qui font référence à Barrès, ils sont à peu près répartis sur l’ensemble de la vie de l’écrivain. Le premier, « Du Décor », date de 1918 ; le dernier, « Le Vent d’Arles », de 1977, quelques années avant la mort du poète. Outre ces quatre événements qui structurent la relation d’Aragon à Barrès et que sont la découverte de l’anthologie de Bremond, le procès Barrès, la rencontre de l’écrivain et la polémique de 1948, il faut noter un certain nombre de textes, chronologiquement plus tardifs, dans lesquels un long développement est consacré à Barrès : il s’agit de la préface à La Lumière de Stendhal, du début du Fou d’Elsa, d’un passage de Blanche ou l’oubli et du « Vent d’Arles ».

  • 70 Lionel Follet, Aurélien, le Fantasme et l’Histoire, Annales littéraires de l’université de Besançon (...)

49Du plaisir de la prose découvert à la lecture de l’anthologie de l’abbé Bremond, à la porte ouverte sur Wagner et Greco, sur Sparte ou l’Italie, la révélation barrésienne fut sans doute avant toute chose une révélation esthétique. S’il fallait dresser un palmarès des œuvres les plus citées par Aragon, on trouverait aux premières places toutes les œuvres du jeune Barrès, de cet artiste qui cultive son moi dans la méditation et la rêverie, dans l’expérience artistique ou intellectuelle, et qui se prolonge dans Du Sang, de la volupté et de la mort jusqu’à Greco ou au Jardin sur l’Oronte, en passant par le Roman de l’Énergie nationale où d’autres thématiques prennent le pas sur celles du dandysme fin de siècle. Lionel Follet a montré ce que la Bérénice d’Aurélien devait à celle du Jardin de Barrès70 ; par ailleurs, le Monde réel présente un certain nombre de personnages aux prises avec l’idéologie du Culte du moi ; la dépasser (Armand Barbentane, Jean de Moncey) sans la renier (Romain Visconti, Pierre Mercadier), c’est pour eux un enjeu majeur. Au-delà, ce fut peut-être pour toute une génération une question dont l’importance ne doit pas nous échapper aujourd’hui. Puisse cette brève mise au point servir de point de départ à une réflexion plus ample sur cet héritage complexe et difficile à assimiler.

Mentions ou allusions explicites à Barrès ou à ses livres dans l’œuvre d’Aragon.

  1. « Du Décor », article paru dans Le Film, 15 septembre 1918, repris dans Chroniques I, Stock, 1998, p. 24.

  2. Appendice » à Anicet ou le panorama, roman, Gallimard, 1920, repris dans les Œuvres romanesques complètes, t. I, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, 1997, p. 182.

  3. Les Aventures de Télémaque, Gallimard, 1922, épigraphe du livre III, repris dans les Œuvres romanesques complètes, t. I, p. 202.

  4. Notes pour un collectionneur » (Les Aventures de Télémaque, 1922), repris dans les Œuvres romanesques complètes, t. I, p. 243.

  5. Projet d’histoire littéraire contemporaine, [1922], Gallimard, coll. “Digraphe”, 1994, p. 147.

  6. Projet d’histoire littéraire contemporaine, p. 152.

  7. Correspondance privée », Littérature (nouvelle série) no 8, 1er janvier 1923, repris dans Chroniques I, p. 129.

  8. De l’Acropole à la coupole », article paru dans La Vie moderne du 25 février 1923, repris dans Chroniques I, p. 141.

  9. Lettre ouverte à Jacques Rivière », article de Paris-Journal du 6 avril 1923, repris dans les Œuvres romanesques complètes, t. I, p. 1064.

  10. Le Ciel étoilé – H.B. par zéro », article de Paris-Journal du 6 avril 1923 repris dans Chroniques I, p. 170.

    • 71 Article consacré à Barrès.

    « Barrès71 », article de L’Information d’Extrême-Orient du 28 janvier 1924, repris dans Chroniques I, p. 184.

  11. Traité du style, Gallimard, 1928, p. 36.

  12. Ramo dei Morti I », La Grande Gaîté, L OP 1, Livre-Club Diderot, 1974-1981, t. IV, p. 286.

  13. « Préface aux Onze Mille Verges de Guillaume Apollinaire », 1930, repris dans Chroniques I, p. 358.

  14. La Souris rouge », [1933], repris dans Le Mentir-vrai, Gallimard, 1980, p. 125.

  15. Hugo réaliste », discours prononcé le 5 juin 1933 à la Société allemande des Gens de Lettres, repris dans L’OP 1, t. VI, p. 280.

  16. « Les Écrivains dans les soviets », conférence prononcée le 4 avril 1935 à la Maison de la Culture à Paris, et le 21 avril 1935 à la Maison des Tramwaymen de Bruxelles, repris dans L’OΡ 1, t. VI, p. 239.

  17. Discours » prononcé par Aragon le 16 juillet 1937 à la session terminale de Paris du 2e Congrès international des Écrivains pour la Défense de la Culture (Théâtre de la Porte Saint-Martin), repris dans L’OΡ 1, t. VII, p. 378.

  18. Les Beaux Quartiers, Denoël, 1936, coll. “Folio”, p. 122.

  19. « Le Roman terrible », article d'Europe no 192, 15 décembre 1938, repris dans L’OΡ 1, t. VIII, p. 368.

  20. Les Voyageurs de l’Impériale, [écrit en 1939], New-York, 1942, Paris, 1947, 1965, coll. “Folio”, p. 435.

  21. La Rime en 1940 », article de Poètes casqués du 20 avril 1940, repris dans L’OP 1, t. IX, p. 168.

  22. La Leçon de Ribérac ou l’Europe française », article paru dans Fontaine no 14, juin 1941, repris dans L’OP 1, t. IX, p. 305.

  23. Matisse-en-France », [1942], Henri Matisse, roman, Gallimard, 1971, p. 56.

  24. La Conjonction et », article paru dans Les Cahiers du Rhône no 5, novembre 1942, repris dans L’OΡ I, t. X, p. 47.

  25. Les Poissons noirs ou De la Réalité en poésie », publié sous le pseudonyme de François La Colère dans Le Musée Grévin, La Bibliothèque française, 1943, repris dans L’oΡ 1, t. X, p. 163.

  26. Aurélien, Gallimard, 1944, p. 668.

  27. Sur les Prisons de France », L’Homme communiste I, Gallimard, 1946, p. 79-80.

  28. Le Témoin des martyrs », L’Homme communiste I, p. 157.

  29. La Passion de Gabriel Péri », L’Homme communiste I, p. 198.

  30. Maurice Thorez et la France », L’Homme communiste I, p. 232-234.

  31. La Culture des masses ou le titre refusé », discours prononcé à la Sorbonne sous l’auspice de l’UNESCO, novembre 1948, repris dans L’OP 1, t. XI, p. 57.

  32. S’il faut choisir, je me dirai barrésien », article des Lettres françaises du 16 décembre 1948, repris dans La Lumière de Stendhal, Denoël, 1954, sous le titre « Actualité de Maurice Barrès » et « En guise de préface » au deuxième tome de L’Œuvre de Maurice Barrès, Club de l’honnête homme, 1965-1969.

  33. Un Livre comme il n’y en a pas : XXe siècle, de Melpo Axioti », article des Lettres françaises du 3 février 1949, repris dans L’OP 1, t. XI, p. 276.

  34. Les Communistes I, La Bibliothèque française, 1949-1951, Messidor, 1982, p. 207.

  35. Les Communistes I, p. 426.

  36. Les Communistes I, p. 680.

  37. Les Communistes II, p. 307.

  38. Lectures d’enfance », enquête des Lettres françaises du 20 juillet 1950, reprise dans L’OΡ 1, t. XI, p. 309.

  39. « Maurice Thorez », L’Homme communiste II, Gallimard, 1953, p. 245.

    • 72 Long développement à propos de Barrès.
    • 73 Article consacré à Barrès (reprise de l’article des Lettres françaises du 16 décembre 1948 : « S’il (...)

    La Lumière de Stendhal (préface72 et dernier chapitre : « Actualité de Maurice Barrès73 »), Denoël, 1954.

  40. « Alfred de Musset », article des Lettres françaises du 18 avril 1957, repris dans L’OΡ 1, t. XIII, p. 33.

  41. Entretiens sur le musée de Dresde (avec Jean Cocteau), Le Cercle d’Art, 1957, p. 84.

  42. « Un Perpétuel Printemps », article des Lettres françaises no 748, du 20 au 26 novembre 1958, repris dans J’abats mon jeu, réédition 1992, p. 15, p. 27.

  43. « Mon Jeu », réponse à Robert Mallet pour l’émission radiophonique Belles-Lettres, 1959, repris dans J’abats mon jeu, p. 232.

  44. « D’un Parnasse à bâtons rompus », article des Lettres françaises du 12 avril 1961, repris dans L’OP 1, t. XIII, p. 388.

    • 74 Long développement à propos de Barrès.

    Le Fou d’Elsa, Gallimard, 1963, p. 1374.

  45. Le Mentir-vrai, [1964], Gallimard, 1980, p. 13.

  46. « Avant-lire » au Libertinage, Gallimard, 1964, repris dans les Œuvres romanesques complètes, t. I, p. 261-267.

  47. La Mise à mort, Gallimard, 1965, p. 24.

  48. La Mise à mort, p. 250.

  49. Blanche ou l’oubli, Gallimard, 1967, p. 20.

    • 75 Long développement à propos de Barrès.

    Blanche ou l’oubli, p. 42275.

  50. « L’Homme coupé en deux », article des Lettres françaises no 1233, du 9 au 15 mai 1968, repris dans L’OP 1, t. II, p. 17-18.

  51. Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 25.

  52. « L’Homme fait parenthèse », Henri Matisse, roman, t. II, Gallimard, 1971, p. 151.

  53. « L’Homme fait parenthèse », Henri Matisse, roman, t. II, p. 155.

    • 76 Long développement à propos de Barrès.

    « Le Vent d’Arles76 », 1977, L’OΡ 1, t. VII, p. 455-462.

50Il faudrait ajouter à cette liste les deux lettres d’Aragon à Barrès reproduites dans Émilien Carrassus, « De quelques surréalistes et du “Procès Barrès”, – Lettres inédites de Louis Aragon et de Pierre Drieu la Rochelle à Maurice Barrès », Littératures no 13, Université de Toulouse – Le Mirail, automne 1985, p. 151-168.

Livres de Barrès cités dans l’œuvre d’Aragon

  • Le Culte du moi : cité dans La Lumière de Stendhal (41).

    • Sous l’œil des Barbares : cité dans l’« Avant-lire » au Libertinage (49) et « La Passion de Gabriel Péri » (30)

    • Un Homme libre : cité dans « Barrès » (11).

    • Le Jardin de Bérénice : cité dans « Le Vent d’Arles » (58) ; « S’il faut choisir, je me dirai barrésien » (33) ; Traité du style (12) ; « Avant-lire » au Libertinage (49) ; et Les Beaux Quartiers (19).

  • Du Sang, de la volupté et de la mort : cité dans « Matisse-en-France », (24) ; La Lumière de Stendhal (33 ; 41).

    • « Un Amateur d’âmes », cité dans la préface aux Onze Milles Verges (14) et Le Fou d’Elsa (47).

    • « Le Page des chiens courants », cité dans « Alfred de Musset » (42).

    • « Dans le Sépulcre de Ravenne », cité dans « Du Décor « (1).

    • « Le Regard sur la prairie », cité dans « Du Décor » (1) ; « La Leçon de Ribérac ou l’Europe française » (23) ; Les Communistes I (37) ; « Actualité de Maurice Barrès » (33) ; La Lumière de Stendhal (41) ; Le Fou d’Elsa (47) ; La Mise à mort (51).

  • Le Roman de l’Énergie Nationale : cité dans « Actualité de Maurice Barrès » (33) ; La Lumière de Stendhal (41) ; « Maurice Thorez et la France » (31).

    • Les Déracinés, cité dans « L’Homme fait parenthèse » (56 ; 57) ; « Les Poissons noirs ou De la Réalité en poésie » (26) ; La Lumière de Stendhal (33 ; 41).

    • L’Appel au soldat : cité dans Les Aventures de Télémaque (3).

    • Leurs Figures : cité dans La Lumière de Stendhal (41).

  • Amori et dolori sacrum : cité dans « Actualité de Maurice Barrès » (33).

  • Toute Licence sauf contre l’amour : cité dans « Un Perpétuel Printemps » (44).

  • Colette Baudoche : cité dans Blanche ou l’oubli (52).

  • La Colline inspirée : cité dans « Sur les Prisons de France » (28).

  • Le Voyage de Sparte : cité dans « Un Livre comme il n’y en a pas : XXe siècle, de Melpo Axioti » (34).

  • Greco ou le Secret de Tolède : cité dans Aragon et Cocteau, Entretiens sur le musée de Dresde (43).

  • Un Jardin sur l'Oronte : cité dans « Actualité de Maurice Barrès » (33).

  • Cahiers : cité dans La Lumière de Stendhal (41).

  • Préface à la Correspondance de Stendhal : cité dans La Lumière de Stendhal (41).

  • Discours à la Chambre du 28 octobre 1907 : cité dans « Notes pour un collectionneur » (4).

  • Discours à l’Académie du 18 février 1909 (réception de Jean Richepin) : cité dans La Lumière de Stendhal (41).

Notes

1 Michel Winock, Le Siècle des intellectuels, Seuil, 1997. La première partie est intitulée « Les Années Barrès ».

2 À propos de Charles de Gaulle, voir Michel Winock, op. cit., p. 152-153.

3 Léon Blum, La Revue blanche, 15 novembre 1897, cité dans Michel Winock, op. cit., p.9.

4 Robert Dreyfus, Souvenirs sur Marcel Proust accompagnés de lettres inédites, Grasset, 1926, p. 174.

5 Marius-François Guyard, « Les dettes Barrèsiennes de la génération de 1895 », D’un Romantisme l'autre, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1992, p. 199-207.

6 Drieu la Rochelle, qui se réclamait ouvertement de Barrès, écrivait quelques mois avant sa mort à propos d’Aragon, « la seule méchante femelle [qu’il ait] rencontrée », qu’il avait suivi « la sotte méthode Barrèsienne : jouer les méchants » (Pierre Drieu la Rochelle, Journal 1939-1945, Gallimard, coll. “Témoins”, 1992, p. 418-419)

7 Émilien Carrassus, Barrès et sa fortune littéraire, Bordeaux, Ducros, 1970.

8 Marius-François Guyard, art. cité

9 Cet article a été écrit avant que la communication de Reynald Lahanque « Aragon lecteur de Barrès », prononcée en 1997 au colloque Lire Aragon, publié aux éditions Champion en 2000, vienne en partie combler cette lacune.

10 Aragon, « La Fin du monde réel », Les Communistes II, Messidor, p. 588.

11 Aragon, Le Mentir-vrai [1964], Gallimard, 1980, p. 13.

12 « Je puis dire que c’était justement, alors ou sensiblement, ce qu’il y a de stendhalien chez Barrès qui me touchait, lisant dans mon pupitre de l’école Saint-Pierre, à la rentrée d’octobre 1909, le livre dont je ne pouvais me détacher (je ne l’avais pas emporté en vacances, sûr qu’il était ennuyeux.) » (Aragon, La Lumière de Stendhal, Denoël, 1954, p. 10).

13 Aragon, La Lumière de Stendhal, Denoël 1954, p. 12 (en note). Reprise d’un article des Lettres françaises no 211, 3 juin 1948.

14 Maurice Barrès, Romans et voyages, Robert Laffont, coll. “Bouquins”, 1994, p. 1082.

15 Le titre exact est : Vingt-cinq années de vie littéraire, Pages choisies de Maurice Barrès, Bloud et Cie, 1908.

16 Sic.

17 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 25.

18 Aragon, « Lectures d’enfance », Enquête des Lettres françaises du 20 juillet 1950 reprise dans L’OP 1, t. XI, p. 309.

19 Aragon, Pour expliquer ce que j’étais, Gallimard, NRF, 1985, p. 37.

20 Ibid., p. 42.

21 Marguerite Bonnet, L’Affaire Barrès, José Corti, coll. “Actual”, 1987.

22 Philippe Soupault, Mémoires de l’oubli, 1914-1923, Lachenal & Ritter, 1977, p. 149-150, cité dans Marguerite Bonnet, op. cit., p. 12.

23 Georges Ribemont-Dessaignes, cité dans Marguerite Bonnet, op. cit., p. 63.

24 Ibid., p. 66.

25 André Breton, Entretiens, 1913-1952 avec André Parinaud, NRF, 1952, p. 73, cité dans Émilien Carrassus, Barrès et sa fortune littéraire, Ducros, Bordeaux, 1970, p. 100.

26 André Breton, « Acte d’accusation », Littérature, août 1921, cité dans Marguerite Bonnet, op. cit., p. 32.

27 Ibid., p. 26.

28 Ibid.

29 Aragon, « Lectures d’enfance », art. cité, p. 309.

30 Marius-François Guyard, art.cit. p. 199.

31 Émilien Carrassus, Barrès et sa fortune littéraire, Bordeaux, Ducros, 1970, p. 101.

32 Aragon, Lettre à Francis Viellé-Griffin sur la destinée de l’homme, 1924, L’OP 1, t. II, p. 216-217.

33 Émilien Carrassus, « De quelques surréalistes et du “Procès Barrès”, Lettres inédites de Louis Aragon et de Pierre Drieu la Rochelle à Maurice Barrès », Littératures no 13, automne 1985, Université de Toulouse-le Mirail, p. 162.

34 Article reproduit dans Chroniques 1918-1932, éd. établie par Bernard Leuilliot, Stock, 1998, p. 183-185.

35 Aragon parle avec Dominique Arban, Seghers, 1968, p. 26.

36 Ibid.

37 Nous nous permettons de nous fier ici au témoignage d’Émilien Carrassus, art. cité, p. 156, et de Bernard Leuillot, Chroniques I, p. 185.

38 Aragon, « Le Vent d’Arles », L DP I, t. VII, p. 457.

39 Émilien Carrassus, art. cité, p. 157.

40 Aragon, « Lettre ouverte à Jacques Rivière », Paris-Journal no 246, 6 avril 1923, reprise dans Aragon, Œuvres romanesques complètes, Gallimard, coll. “Bibliothèque de la Pléiade”, p. 1064.

41 Lettre citée dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 154. On peut aussi la lire dans Aragon, Papiers inédits, éd. établie par Lionel Follet et Édouard Ruiz, Gallimard, NRF, 2000, p. 405-406.

42 Maxime Alexandre, cité dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 155.

43 Ibid.

44 Aragon, « Barrès », article de L'Information d’Extrême-Orient du 28 janvier 1924 repris dans L’OΡ 1 II, p. 205.

45 Première lettre d’Aragon citée dans Émilien Carrassus, art. cité, p. 153.

46 Aragon, « Barrès », art. cité, p. 205.

47 Ibid., p. 206.

48 Ibid.

49 Ibid., p. 207.

50 Ibid., p. 208.

51 Ibid, p. 207.

52 Ibid., p. 208.

53 Ibid., p.209.

54 Voir Aragon, « Correspondance privée », Littérature (nouvelle série) no 8, 1er janvier 1923, repris dans Chroniques I, p. 129.

55 Aragon, « S’il faut choisir je me dirai Barrèsien... », Lettres françaises du 16 décembre 1948, repris sous le titre « Actualité de Maurice Barrès », La Lumière de Stendhal, Denoël, 1954, p. 261-262.

56 Ibid., p. 261.

57 Ibid., p. 262.

58 Professeur de philosophie du lycée de Nancy, Paul Bouteiller exerce un très grand ascendant sur ses élèves, ascendant néfaste en ce qu’il les coupe de leurs racines en leur inculquant les illusions de l’universalisme kantien. Il est la réplique dans les Déracinés du professeur de philosophie de Barrès, Auguste Burdeau (1851-1894). La comparaison d’Aragon nous semble d’autant plus juste que les sentiments de Barrès à l’égard de Burdeau étaient loin d’être univoques, comme l’évoquent les dernières pages de ses Cahiers : « J’ai parlé de Burdeau d’une manière défavorable dans Les Déracinés et par la suite. [...] Mais il faut que je dise expressément ce que l’on a déjà pu distinguer dans mes portraits de cet homme remarquable et, au dernier mot, malheureux : je suis son obligé. Il a violemment ému l’enfant de dix-sept ans que j’étais et près de qui il était un délégué de quelque chose dont j’ai été bien vite rassasié, dont je suis à cette heure totalement désabusé, mais enfin que j’appelais alors de toute mon ardeur. Il a été, pour moi, l’homme moderne. [...] Burdeau est le premier homme supérieur que j’ai rencontré. »

59 Ibid., p. 264.

60 Ibid.

61 Ibid., p. 263.

62 Ibid.

63 Ibid., p. 265.

64 Ibid., p. 264.

65 Ibid.

66 Ibid., p. 266.

67 Ibid.

68 Ibid.

69 Ibid., p. 267.

70 Lionel Follet, Aurélien, le Fantasme et l’Histoire, Annales littéraires de l’université de Besançon/Les Belles Lettres, 1988, p. 130 sq.

71 Article consacré à Barrès.

72 Long développement à propos de Barrès.

73 Article consacré à Barrès (reprise de l’article des Lettres françaises du 16 décembre 1948 : « S’il faut choisir je me dirai Barrésien »).

74 Long développement à propos de Barrès.

75 Long développement à propos de Barrès.

76 Long développement à propos de Barrès.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search