Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La phénoménale ventrée du marquis de Ruchestinto

 | 
Euloxio R. Ruibal

La phénoménale ventrée du marquis de Ruchestinto

Mascarade en une lamentation et des poussières

Euloxio R. Ruibal
Traduction de Pierre-Jean Lombard

Texte intégral

Personnages

1Le marquis de Ruchestinto
Première servante, jumelle de la deuxième
Deuxième servante, portrait craché de la première
Majordome, tout court
Milleficelles, guérisseur
Le fils, le plus jeune du marquis

2Le marquis de Ruchestinto, accroupi sur un fauteuil seigneurial, lutte farouchement contre le spectre de sa mort. Deux servantes jumelles dodues, comme présageant l’issue fatale de leur seigneur, entament sans retard une lamentation rituelle.

31reservante. — Hélas, qui me pincera dorénavant ?

42eservante. — Hélas, qui me tâtera le lard ?

51reservante. — Hélas, qui me tirera le nez ?, hélas !

62eservante. — Hélas, qui me mordra les jambons ?, hélas !

7Les deux. — Hélas, hélas… trois fois hélas… hélaaaaass !

81reservante. — Hélas, qui sucera mon sang, qui ?

92eservante. — Hélas, qui m’écorchera encore un sein, qui ?

101reservante. — Hélas, qui me pétrira le cul, qui ?

112eservante. — Hélas, qui embrassera mon foie, qui ?

121reservante. — Hélas, qui lèchera mes joues, qui ?

13Les deux. — Qui, trois fois qui, qui ? !

141reservante. — Je lui ai lavé les pieds… et voilà qu’il m’abandonne !

152eservante. — Je lui ai curé les ongles… et voilà qu’il me quitte !

161reservante. — Je lui ai peint les parties… et voilà qu’il part !

172eservante. — Je lui ai récuré les dents… et voilà qu’il s’éloigne !

181reservante. — Je lui ai balayé les poumons… et il s’en va !

192eservante. — Je lui ai pressé la vessie… et il émigre !

201reservante. — Je lui ai remis les os en place… et il se barre !

212eservante. — Je lui ai grignoté les intestins… et il s’éclipse !

221reservante. — Je lui ai savonné le cœur… et il se tire !

232eservante. — Je lui ai gavé l’estomac… et il s’enfuit !

241reservante. — Notre seigneur s’en va !

25Les deux. — Il agonise, il agonise, il agonise !

262eservante. — Le grand marquis !

27Les deux. — Agonise, agonise, agonise !

281reservante. — À tout jamais… !

29Les deux. — Agonise, Agonise, Agonise !

302eservante. — Personne d’autre je ne servirai !

311reservante. — À personne d’autre je ne donnerai du pain blanc et du miel !

322eservante. — À personne d’autre je ne raserai le torse !

331reservante. — À personne d’autre je n’arracherai les cheveux blancs !

342eservante. — À personne d’autre je ne laverai les yeux !

351reservante. — À personne d’autre je ne peindrai les dents !

362eservante. — À personne d’autre je ne coudrai la langue !

371reservante. — À personne d’autre je ne peignerai le dos !

382eservante. — À personne d’autre je n’essuierai la bave !

39Les deux. — Seulement au marquis !

401reservante. — Lui seul le méritait ! Mais il part…

412eservante. — Pour toujours… !

421reservante. — Pour la grotte !

432eservante. — Pour la noire nuit éternelle !

441reservante. — Pour la vie des morts !

452eservante. — Pour son palais du cimetière !

461reservante. — Pour son cercueil d’or fin !

472eservante. — Pour rejoindre son père !

481reservante. — Pour rejoindre ses enfants ensorcelés !

492eservante. — Hélas, hélas, notre grand seigneur, hélaaas !

50Les deux. — Hélas, hélas, notre grand marquis, hélas !

511reservante. — Il sera transi de froid !

522eservante. — Il sera rongé par les vers !

531reservante. — Sa belle langue bleue pourrira !

542eservante. — Les vers la lui mangeront !

551reservante. — Ses lèvres noires auront soif !

562eservante. — Les vers les lui mangeront !

571reservante. — Ses yeux jaunes…

582eservante. — Seront mangés par les taupes !

591reservante. — Son nez vert…

602eservante. — Sera mangé par les harpies !

611reservante. — Ses oreilles crépues…

622eservante. — Seront mangées par les basilics !

631reservante. — Son superbe corps…

642eservante. — Sera une colonie de vers !

651reservante. — Ses bonnes couillasses bien rouges…

662eservante. — Finiront mangées par les vers et les scorpions !

671reservante. — Son âme blanche…

682eservante. — Finira mangée !

691reservante. — Arrière ! Vade retro, Satanas !

702eservante. — Abominable péché…

711reservante. — Abominable péché, abominable péché, Notre Père, Notre Père, Notre Père.

722eservante. — Ave Maria.

731reservante. — N’emportez pas cet astre !

742eservante. — Ses trois cents ans il aurait fêté en juillet !

75Les deux. — Le pauvre ! Le malheureux !

762eservante. — Dans la fleur de l’âge vous nous l’arrachez.

771reservante. — Qu’adviendra-t-il à présent de ses quatre mille enfants ?

782eservante. — Des orphelins de père !

79Les deux. — Avec des traîne-savates pour mères !

802eservante. — Que vont devenir ces terres, sans maître ni seigneur ?

81Soudain, le marquis bondit de son fauteuil et court sur scène dans tous les sens comme une poule qui vient de pondre un œuf.

82Marquis. — Cot, cot-cot-cot, cot, cot-cot-cot, cot, cotcot-cot, cot, cot-cot-cot, co…

83Les deux. — Mon dieu, le pauvre !

842eservante. — Le malheureux !

851reservante. — Voilà que ça le reprend !

862eservante. — Quel dommage qu’il n’ait pas été reçu au concours de cardinal !

871reservante. — Quel dommage… Un cardinal ne tombe jamais malade !

88Marquis. — Cot, cot-cot-cot, cot, cot-cot-cot, cot, cotcot-cot, cot-cot-cot-cot-cot-cot-cot…

89Avec des manières cérémonieuses et empreintes de coquetterie, le majordome fait son éblouissante entrée puis annonce d’une voix d’homosexuel efféminé :

90Majordome. — Noble et chevaleresque, très saint et puissant marquis de Ruchestinto : le guérisseur de votre douce et généreuse personne.

91Le marquis, après un moment de perplexité, fonce vers le majordome – cot, cot, cot – et lui mord (gnac, gnac, cot, wouaf, wouaf) une jambe. Le majordome tient bon, impassible. Surgit alors le guérisseur Milleficelles avec son caractéristique gros derrière trop en arrière et sa tête exagérément en avant. Ruchestinto sautille et caquette à nouveau sur la scène.

92Majordome. — Voici, éminent docteur, le plus grand personnage de l’Histoire affligé d’un mal si fâcheux que grande est la peine que l’on éprouve à le voir ainsi.

93Milleficelles. — Curieux ! C’est curieux ! Cornegidouille ! Comme c’est curieux !

94Le marquis poursuit à présent la première servante et lui emboutit les fesses. Elle s’enfuit et Ruchestinto charge la deuxième servante.

951reservante. — Notre pauvre seigneur ! Il souffre de ne pas avoir de cornes.

962eservante. — Oust, oust barbichette, oust !

971reservante. — Viens cocotte, viens ma petite poulette, viens !

982eservante. — Oust, oust !

991reservante. — Que crève celui qui l’a ensorcelé !

100Majordome. — On suppose, éminent docteur, qu’il a reçu un coup de bec d’une poule démente, pondeuse et croulante.

101Milleficelles. — Punaise ! C’est curieux, c’est vraiment très curieux !

102Le marquis se calme. Il regarde fixement et comme un idiot son guérisseur.

103Marquis. — (S’évanouissant, à terre.) Du balai ! Écartez-vous, saletés de taches mouchetées !

1041reservante. — Mon Dieu, il s’est encore évanoui…

1052eservante. — Mon Dieu, je suis morte de peur, mon Dieu, je vais faire dans ma culotte…

1061reservante. — Cette maladie l’épuise vraiment ! Pauvre chéri !

107Milleficelles. — C’est curieux, comme c’est curieux…

1082eservante. — Rafistolez-le de neuf, docteur !

109Milleficelles. — Je vais lui ouvrir un judas dans le lard afin d’observer le mal qui lui ronge les entrailles.

110Majordome. — Nous vous érigerons un monument en marbre sur le Pont des Diarrhées, Éminence. Notre bourgade n’oubliera jamais votre noble façon de faire pour que vive le grand marquis de Ruchestinto, pourfendeur des hérétiques, fléau des extrémistes…

111Les servantes dodues prennent Ruchestinto dans leurs bras et le transportent jusqu’au fauteuil seigneurial où elles l’installent cérémonieusement. Milleficelles commence à l’examiner. Il fouille avec détermination à l’intérieur du noble corps et en retire bientôt des montres, des poupées, des culottes, des oignons, des collants, des arbustes, des papiers, des pistolets, des vessies, des scarabées, des fleurs, des téléphones, des colombes…

1122eservante. — Que voilà des cerises juteuses et bestiales !

1131reservante. — Infini est le plaisir que procure leur contemplation !

1142eservante. — Je brûle du désir de lui arracher ce poil de deux cents mètres de long qui fleurit sur ses fesses !

1151reservante. — Moi, ce diamant de quatre-vingt-huit carats qui orne son foie.

116Milleficelles. — C’est curieux, c’est curieux, bigrement curieux ! Tout, absolument tout est archi-pourri !

1172eservante. — J’adore ce merveilleux serpent qui engloutit les vers qu’il a dans le ventre !

118Majordome. — J’ai toujours bien pris soin de lui rappeler – je dois dire, avec le respect dû à son rang – que les ébats quotidiens et consécutifs avec dix femelles ne lui valaient rien.

1191reservante. — Moi, cette verrue de quatre kilos qu’il arbore sur la nuque.

120Milleficelles. — Punaise ! Il pue tellement que ça donne envie de reculer.

1212eservante. — Il sent comme les fleurs de mai.

122Milleficelles. — Pestilentiel, pestilentiel !

1231reservante. — Il a le parfum des feuilles et des fleurs de romarin.

124Milleficelles. — Il pue à faire peur !

1251reservante. — Des boules de camphre !

126Majordome. — Je lui ai aussi conseillé, toujours avec le respect qui convient, de ne pas péleriner le jeudi à genoux à l’ermitage de Saint Adrien.

127Milleficelles. — Pouah ! Qu’est-ce qu’il empeste !

1282eservante. — Il sent le seigle vert !

1291reservante. — Il sent le parfum français.

1302eservante. — Il sent le vent fleuri du nord.

131Le guérisseur achève son examen.

132Milleficelles. — C’est sans remède.

1331reservante. — Il sent la neige aromatique de février !

134Milleficelles. — C’est sans solution, on ne peut rien faire.

1352eservante. — Il sent la lune lunaire de mars !

136Milleficelles. — Très souvent, la science est impuissante contre les lois qui régissent l’univers.

1371reservante. — Il sent l’encens humide !

138Majordome. — Avec votre permission, docteur, ceci est impossible. Il doit à tout prix reprendre immédiatement ses activités quotidiennes. Nombreuses sont les nobles œuvres qu’il doit encore accomplir.

139Servantes. — Hélas !

140Majordome. — Qu’allons-nous tous devenir ? Il doit bien y avoir un remède.

141Servantes. — Hélas !

142Majordome. — Il est grand besoin que vous réfléchissiez promptement et adéquatement, cher petit docteur. Il ne faudrait pas que la destinée personnelle qui veille sur le grand marquis décharge sur votre âme ses ardentes, logiques et ébranlantes colères, ires et furies.

143Servantes. — Hélas, hélaaaaas !

144Majordome. — Grand est le risque, éminence, réfléchissez, réfléchissez profondément…

145Milleficelles. — Il n’existe pas de médicaments contre ce mal inconnu.

1461reservante. — Hélas, notre grand seigneur…

1472eservante. — nous laisse orphelines,

1481reservante. — dans l’angoisse !

149Majordome. — Cela est de votre responsabilité.

150Milleficelles. — Punaise… ! Cela répond aux lois de l’univers… C’est bien connu des savants et des sages.

151Servantes. — Hélas, hélas !

152Majordome. — (Sortant de scène.) Je vais faire entrer le représentant de la progéniture de notre seigneur. Il vous incombe de lui communiquer la mauvaise nouvelle.

1532eservante. — Administrez-lui une poudre magique, docteur.

1541reservante. — Administrez-lui une décoction d’herbes, docteur.

1552eservante. — Administrez-lui une soupe au miel et aux oignons, docteur.

156Majordome. — (En entrant.) Noble et chevaleresque, très saint et puissant marquis de Ruchestinto : le représentant de vos quatre mille enfants.

157Le fils de Ruchestinto entre. C’est un petit vieux extraordinairement amoché. Il a une tête de poule, des pattes de mouton et une robuste queue-de-cheval. D’aucuns pensent de surcroît qu’il est bossu. De temps en temps, sa queue se hérisse, ce qui ne doit pas être de son goût, car, pour l’éviter, il la tient le plus souvent d’une main.

158Fils. — Mon papa est guéri ?

159Servantes. — Hélas, hélaaaas !

160Milleficelles. — Mon cœur se brise de devoir…, de devoir informer l’abondante progéniture de notre auguste marquis que… qu’il n’est pas possible de lutter contre… le triste événement qui s’annonce… Vous, qui en serez le trait d’union…

161Servantes. — C’est le plus jeune de tous, docteur.

162Fils. — Je suis le petit dernier… Les autres ne tiennent plus sur leurs jambes…

163Milleficelles. — C’est curieux, punaise ! Eh bien, transmettez avec beaucoup de tact mes plus sincères condoléances à ceux qui sont encore en vie…

164Servantes. — Ils sont tous en vie, docteur.

165Fils. — Ne sont morts que les vingt qui sont nés sans queue, avec une tête et des jambes d’humains. Ils étaient ensorcelés.

166Servantes. — Ils sont morts à la naissance.

1671reservante. — Prodigieuse est la race du marquis !

168Majordome. — Il a une graine mâle qui, fort subtilement, d’une douce caresse et par un vigoureux effort, dans un gémissement, engendre promptement et fréquemment une valeureuse progéniture.

169Milleficelles. — C’est curieux, cornegidouille, comme c’est curieux ! Ceci est un pied de nez à la science.

  • 1 Danse traditionnelle de Galice et des Asturies.

1702eservante. — Hélas, hier encore il dansait une muiñeira1 !

1711reservante. — Sautant avec agilité sur la cheminée.

172Marquis. — (Qui se réveille.) Cot, cot-cot-cot, cot ! (Il lâche un pet assourdissant.) Voici un œuf pour mes vassaux affamés. (Il pond un œuf énorme au grand étonnement des personnes présentes.)

173Milleficelles. — Punaise !

174Servantes. — Miracle, miracle de Saint Adrien !

175Majordome. — Pouvoirs de sa noblesse. N’outragez pas ce qui lui appartient en propre.

176Milleficelles. — Morbleu, sacrebleu, ventrebleu !

177Marquis. — Cot-cot-cot, giboulée de saindoux, cot-cotcot, choux de melon, cot-cot-cot, queues de maïs ! Cot, cotcot-cot, cot ! (Il bondit vers son fils et lui renifle les parties.)

178Fils. — C’est moi, papa ! Tu ne me reconnais pas ?

1791reservante. — Les malheureux !

1802eservante. — Ils font peine à voir !

181Milleficelles. — C’est vrai, la scène est émouvante, sacrebleu !

182Le marquis cesse de renifler son fils et reste médusé.

183Fils. — Te souviens-tu de Maruxa das Ameixas, papa ? Te rappelles-tu cette grange à foin, l’éclat de ce feu d’artifice ?

1841reservante. — Les voilà réunis dans le dernier almanach !

185Milleficelles. — Sacrebleu, nom d’une pipette, saperlipopette !

1862eservante. — Mon cœur éclate.

187Majordome. — Il est des événements dans la vie que le destin a amenés depuis toujours et qu’il lance savamment contre la situation jamais tragique du continuellement.

188Fils. — Te souviens-tu, papa ? La lune était décroissante, par une soirée du trente mai… Te souviens-tu ? Tu as goûté à ses papouilles, en te vautrant dans les graisses intimes… Te souviens-tu ? Emporté par la houle de souffle et de culbutes, tu as pénétré un sang endeuillé dans le long puits outragé à l’écume sifflante. Il y eut des larmes tôt matin, des cris résonnèrent au loin…

1892eservante. — Cervelle de poète !

190Milleficelles. — Mon âme en est saisie !

1911reservante. — Remarquable cafetière pensante !

192Majordome. — Héritée de noble souche. La bonification lui est échue lors du sacro-saint tirage au sort.

193Milleficelles. — Punaise de sacrebleu !

194Fils. — Te souviens-tu ? Eh bien, « ça »… ! « ça » c’est moi ! L’humble fruit du seigneurial divertissement, du ludique outrage, du charismatique pissement…

195Le marquis renifle à nouveau les parties de son benjamin. En raison de sa nervosité, le fils ne contrôle plus sa queue qui se hérisse et frappe en pleine gueule son géniteur, qui se met en rogne et réagit à coups de bec. Le fils s’enfuit et Ruchestinto le poursuit au galop en hennissant comme un cheval fou.

196Marquis. — Iiiiiiiiih ! Ô prunes tempérées qui sont les miennes ! Miennes, miennes ! Iiiiih ! Larmes et souffle qui sont les miens ! Graisses frites, papouilles écumantes, lunes vertes qui sont miennes ! Iiiiiiiiihhhh… ! Miennes, miens, miennes, miennes ! Iiiiiiiiiiih ! Que je refasse peau neuve, que s’échauffent à nouveau mes sens ! Iiiiiiiiiiihhhhhhh !

197Fils. — Tout doux, père, tout doux ! Mes reins ne sont plus ce qu’ils étaient ! C’est au fruit qu’on connaît l’arbre, petit papa !

198Marquis. — Iiiiiiih, iiiiiiiiiiihhhhh

1991reservante. — Le pauvre… Il a les entrailles qui bouillent… !

2002eservante. — Il veut retrouver les ardeurs qu’on lui a ravies !

2011reservante. — Son âme est en peine !

2022eservante. — Elle s’agite dans son écrin d’argent !

203Milleficelles. — Sacrebleu de punaise grillée ! Ceci dépasse la pathologie pachyderme.

204Marquis. — Iiiiiiiiih. (Il arrache la queue de son fils, qui s’enfuit en criant.)

205Fils. — À moi, camarades, à moi frères ; à moi compagnons ! Notre père ne respecte plus les anatomies héritées ! À moi, à moi ! (Il sort.)

206Le marquis attentif scrute la queue-de-cheval et l’incorpore à sa propre anatomie.

207Marquis. — Ihhhhhhh !

208Majordome. — Qu’il est douloureux, éminent docteur, d’observer avec quelle vigueur il s’accroche à la vie au moment précis où elle se propose de l’abandonner. Alors même qu’il va casser sa pipe…

209Servantes. — Hélas, hélas…

210Marquis. — Iiiiihh !

211Milleficelles. — Punaise de punaise ! Eureka, la riche idée ! Des rayons d’espoir éclairent mon esprit. Peut-on douter du fait qu’il s’agit de la même chose ? C’est tout à fait sûr, tout ce qu’il y a de plus sûr. Combien nous renseignent la tradition, les vieux guérisseurs indiens, la nature dans sa toute-puissance !

212Majordome. — Mes oreilles ont-elles bien entendu ou ma comprenette mieux pressenti ? Ah, méditez, docteur, poursuivez vos profondes cogitations. Concentrez-vous, concentrez-vous… Je fermerai portes et fenêtres, car je ne souhaite pas que vous soyez dérangé. (Il sort de scène.)

213Milleficelles demeure plongé dans une profonde méditation. Le marquis caquette ; ensuite il hennit. Cela semble lui déplaire, il se met en rogne. Il lutte avec lui-même, les hennissements vont crescendo ; les caquètements diminuent jusqu’à disparaître. Les servantes accourent pour l’aider. Peu après, les hennissements commencent aussi à perdre de leur intensité.

2141reservante. — Le marquis est épuisé.

2152eservante. — Grande est l’agonie qu’il doit endurer.

2161reservante. — Il va devoir s’aliter.

2172eservante. — Je lui laverai les pieds avec du vin et de la graisse de porc.

2181reservante. — Je lui ferai des massages aux orties.

219Les deux. — Comme ça, il dormira mieux.

2201reservante. — Dans la gloire !

2212eservante. — Loin du tumulte.

2221reservante. — Hors du temps

2232eservante. — et de cette misère qui est la nôtre !

224Les deux. — Que vienne notre seigneur, que vienne notre marquis au berceau dont il a hérité.

225Elles l’emmènent au majestueux fauteuil. Plus que hennir, à présent le marquis semble éternuer. Le voilà qui ouvre grand la bouche, comme un ahuri. Les servantes la lui ferment. Elle s’ouvre à nouveau et elles la lui referment. Et voilà un œil qui s’ouvre tout grand. Elles le lui ferment. De nouveau la bouche, elles la lui ferment, et ainsi de suite…

2261reservante. — Notre ange divin !

2272eservante. — Notre assouvissement et notre contentement !

2281reservante. — Grande est la faim qu’il doit avoir !

229Milleficelles. — Ni échine de porc, ni lard.

2302eservante. — Il avait un si bon coup de mâchoire !

2311reservante. — On voit le ciel dans les pupilles de ses yeux !

232Milleficelles. — Beaucoup de repos, une paix royale : recette habituelle des succès de ma brillante carrière.

2332eservante. — Ça fait des heures qu’il n’a goûté à rien !

2341reservante. — Ses tripes gémissent en mordant l’air aux arômes fleuris !

2352eservante. — Mon cœur se serre de le voir ainsi !

2361reservante. — Pauvre chou !

2372eservante. — Voilà qu’il expulse de la bave aux couleurs vives !

2381reservante. — Et sa langue qui lèche et relèche !

2392eservante. — Et vas-y que je te lèche et relèche les lèvres.

2401reservante. — La bave arrose son corps tout entier !

2412eservante. — Mon doux bien !

2421reservante. — Mon trésor !

2432eservante. — Il va mourir de faim !

2441reservante. — Le docteur l’assassine !

2452eservante. — Je vais appeler le curé !

2461reservante. — Hélas, il aurait pu être cardinal !

2472eservante. — Je ne peux plus supporter ça !

2481reservante. — Moi non plus !

2492eservante. — Je vais lui donner le sein !

2501reservante. — C’est moi qui vais le lui donner ! Ça le calme si bien… !

2512eservante. — Il préfère le mien !

2521reservante. — Ton lait est plein d’asticots !

2532eservante. — Mais il est immaculé !

2541reservante. — Il lui donne la nausée !

2552eservante. — Tes seins tombants et jaunâtres donnent du pus vénéneux.

2561reservante. — Mais ils lui chatouillent la luette. Jalouse !

2572eservante. — Les tiens sont pourris !

2581reservante. — Va te faire voir… ! Il me pince toujours le bout le plus charnu.

2592eservante. — Ton lait est écrémé ! Le mien est plus nourrissant… !

2601reservante. — Il vomit toujours après t’avoir tétée. Il ne digère que mes asticots !

2612eservante. — Aujourd’hui, c’est mon tour. Tiens, mon petit !

2621reservante. — Tu mens… ! Il m’a fait un clin d’œil !

2632eservante. — Pousse-toi, vieille truie !

2641reservante. — Tiens, mon prince ! Suce bien !

265Milleficelles. — Ça suffit, harpies ! Vous voulez donc l’achever ?

2661reservante. — Non, Monsieur !

2672eservante. — Non, Éminence !

268Les deux. — Effaroucher la faim, telle est notre intention !

269Milleficelles. — À quoi servent mes ordres ? Aucune nourriture. Beaucoup de tranquillité pour monsieur le marquis.

270Majordome. — (En entrant.) Obéissez au docteur, mauvaises langues ! Insolentes… !

271Servantes. — Nous obéirons, Excellence, nous obéirons, nous obéirons…

272Milleficelles. — Quand la faim le rendra fou, donnez-lui un petit œuf pour l’occuper, c’est clair ?

273Servantes. — Très clair, Éminence, extrêmement clair !

274Milleficelles. — Alors n’interrompez plus la justesse du cours ininterrompu de mes pensées.

275Majordome. — Obéissez aux ordres ou je vais encore devoir orner de chaînes vos encolures.

276Servantes. — Nous sommes à vos ordres, monsieur, c’est vous qui commandez.

277Très soumises, elles se mettent à genoux et marchent au sol à quatre pattes.

278Majordome. — Poursuivez le cours de vos hautes et géniales pensées, docteur.

279Milleficelles. — Ma cogitation portait sur une improbable solution à cette terrible maladie.

280Majordome. — Quelle joie, mon cœur exulte, docteur !

281Vous supputez donc que…

282Milleficelles. — Je suppute, je suppute… Je crois, j’espère, j’ai bon espoir…

283Majordome. — Quel événement capital, renversant et miraculeux pour l’humanité, pour la science !

284Milleficelles. — Ce serait, en vérité… Mais non. Ce n’est pas juste ! Je suis un homme trop religieux.

285Majordome. — Confiez-moi vos problèmes de conscience, docteur. Nous serons deux à les porter dans ce pèlerinage vital.

286Les servantes s’emparent de l’œuf que le marquis a jugé bon de pondre et marchent en procession avec lui. Elles l’offrent ensuite à Ruchestinto qui s’en saisit, l’examine puis l’enlace avec délectation et appétit. Elles se roulent, se tordent haletantes par terre.

287Majordome. — Courage, docteur. Je brûle du désir de connaître ce remède prometteur.

288Milleficelles. — J’aimerais bien… Le plus important c’est le marquis ! Mais mon âme s’y oppose… Ah si seulement je n’avais pas d’aussi nobles sentiments !

289Majordome. — (En le forçant.) Le plus important, c’est notre seigneur et maître, le marquis ! Tenons-nous prêts à garder un secret d’une telle importance.

290Milleficelles. — Quel sacrifice !

291Majordome. — Quel triomphe, quelle gloire !

292Ils sortent. L’intensité des soupirs masochistes des servantes augmente.

293Servantes. — Ah, aah, aaaaaaah.

2942eservante. — Suce, butine, aah !

2951reservante. — Aspire, mon chevalier servant !

2962eservante. — Ah, encore une goutte, aaah !

2971reservante. — Encore un zeste, aaahhh !

2982eservante. — Ah, trente-deux !

2991reservante. — Ah, quarante-neuf !

3002eservante. — Aaaah, écarte cette queue !

301Les deux. — Aah, ah, aaaaaaaaah !

3022eservante. — Aah, vas-y à fond !

3031reservante. — Aah, viens à la source bouillonnante !

3042eservante. — Ah, stop, stop !

3051reservante. — Ah, plus vite, plus vite !

3062eservante. — Ah, stimule la rondelle !

3071reservante. — Ah, recrache, aah !

3082eservante. — Aah, un, deux, ah !

3092eservante. — Aah, trois, quatre, aah !

3102eservante. — Cent vingt, aah !

3111reservante. — Sept cent huit, aaaahhhhh !

3122eservante. — Fais les ballotter !

3131reservante. — Remue la bouillie !

3142eservante. — Recouvre ton tempérament !

3151reservante. — Serre le gras !

3162eservante. — Aaaaaaah, ah, ahhhhhh !

3171reservante. — Aaaah, ah, ahhhhhhhhhh !

318Les deux. — Aaaaaaaaaaaaaaaaaaah !

3191reservante. — Tire sur sa base !

3202eservante. — Écorche-le !

3211reservante. — Libère-moi cette excitation !

3222eservante. — Vas-y mon chevalier servant !

3231reservante. — Croque à belles dents !

3242eservante. — Fais-moi sauter le verrou !

3251reservante. — Remplis-moi le ventre !

3262eservante. — Ahh, fais le frotti-frotta !

3271reservante. — Déchiquette sauvagement !

3282eservante. — Aah, tâte le nid, aah !

3291reservante. — Aah, tâte le puits, aah !

3302eservante. — Aah, aah-aah-aah, aaaaaaaaaah !

3311reservante. — Ahh, aaah-aaah, aaaaaaaaah !

3322eservante. — Aah, aaah-aaah, aaaaaaaah !

333Les deux. — Aaaaaaaah, aaaaaah, aaaaah, aaaaaaaaaaaaaaaah !

334Elles se détendent. Le marquis lâche son œuf gigantesque au sol, qui, en se cassant, teint la scène de son blanc de couleur verte et de son jaune verdâtre.

335LA SCÈNE S’OBSCURCIT DE VERT.

336Ruchestinto dort. Les deux servantes entrent chacune avec une tête-de-mort remplie d’un bouillon fumant et exécutent une danse grotesque et rituelle autour du marquis.

3371reservante. — Que le marquis se réveille !

3382eservante. — Réveillez-vous, mon prince, réveillez-vous !

3391reservante. — Voici le bouillon !

3402eservante. — Il y aura des victuailles de qualité !

3411reservante. — Le palais est en liesse !

3422eservante. — Miracle il y aura !

3431reservante. — Le marquis guérira !

3442eservante. — Nous l’exorciserons !

3451reservante. — Après le breuvage magique !

3462eservante. — Béni soit-il !

3471reservante. — Potion infinie !

3482eservante. — Mélangée à la nourriture optimale !

3491reservante. — Génie et ingéniosité du docteur !

3502eservante. — Bénie soit la science !

3511reservante. — Vie éternelle au marquis !

3522eservante. — Pour les siècles des siècles !

3531reservante. — Indigestion !

3542eservante. — Gloire à sa personne !

3551reservante. — Goinfrerie infinie !

3562eservante. — À nouveau il gouvernera !

3571reservante. — Excès de table !

3582eservante. — À nouveau il perforera des soubrettes !

3591reservante. — Gloutonnerie infinie !

3602eservante. — À nouveau il guerroiera !

3611reservante. — Indigestion, indigestion !

3622eservante. — À nouveau il jouera au football !

3631reservante. — Indigestion !

3642eservante. — À nouveau il accaparera des montres en or !

3651reservante. — Indigestion, indigestion !

3662eservante. — À nouveau il chassera la palombe !

3671reservante. — Indigestion !

3682eservante. — À nouveau il poursuivra des lames rebelles !

3691reservante. — Indigestion ! Indigestion infinie !

3702eservante. — À nouveau il pissera dans les cheminées !

3711reservante. — Goinfreries multiples !

3722eservante. — À nouveau il dansera dans les toilettes !

3731reservante. — Ventrée !

3742eservante. — Il sera cardinal !

3751reservante. — Ventrée, ventrée multiple et phénoménale !

3762eservante. — Des anges dans son verger il aura !

3771reservante. — Il sera le plus grand cardinal !

3782eservante. — Le gardien de la moralité !

3791reservante. — La justice humaine et divine !

3802eservante. — Le roi de la charité !

381Les deux. — Monsieur le marquis, en toute sublimité et simplicité !

Que le marquis se réveille :
Il lèchera des têtes-de-morts
pour fuir le royaume des morts,
et être un seigneur accompli…
Réveillez-vous,
réveillez-vous,
galopez,
galopez,
sans craindre les aléas,
sans craindre les aléas,
et chargez,
et chargez,
contre le trépas.
Il boira une bonne potion,
Prendra du bidon,
pissera du bon vin
lâchera des pets de magicien.

Avec ses flagellations,
avec ses décorations,
avec le plomb de la mitraille
et la force de ses entrailles
il gagnera
la bataille.

Il invoque les dieux,
lève l’ étendard,
lève l’ étendard,
éreinte les bœufs.

Notre marquis
atteindra le million,
le million d’ années,
le million d’ enfants,
le million d’ enfants,
le million d’ enfants,
le million de castrations
d’un million de vies.

382Marquis. — (qui se réveille.) Cocorico ! Un chien de ferme ! Cocoriqui ! Une sorcière dans le ciel !

383Les servantes commencent à lui donner des cuillerées de bouillon. Ruchestinto les prend avec grande avidité et délectation.

3842eservante. — Ventrée de cervelles !

3851reservante. — Cervelles de ses putains !

3862eservante. — Cervelles de ses enfants.

3871reservante. — Cervelles des mères de ses enfants.

3882eservante. — Cervelles de ses saintes petites catins !

3891reservante. — Cervelles de ses pétasses de pécheresses !

3902eservante. — Cervelles, cervelles !

3911reservante. — Succulentissime bouillon de cervelles !

392Marquis. — Iiiiiiiih ! Ma grande faim ! Cot-cot-cot-cot, cot ! Le rêve de ma vie ! Cocorico, miam, miam !

3932eservante. — Cervelle bien tendre contre l’hystérie !

3941reservante. — Cervelle d’enfant bien né.

3952eservante. — Cervelle de femme engrossée !

3961reservante. — Cervelle bien assaisonnée contre les hémorroïdes !

3972eservante. — Cervelle d’homme musclé

3981reservante. — contre le rachitisme carabiné.

3992eservante. — Cervelle de tête passionnée

4001reservante. — pour le cœur détaché ! Cervelles de domestiques athlétiques !

4012eservante. — Cervelles de valets coquets !

4021reservante. — Cervelles de jeunes filles en fleur !

4032eservante. — Cervelles de vieilles rouées !

404Marquis. — Tchou-tchou, jouet de miel ; tchou-tchou, sirop de cornes ! Tchouuuuuuuuuuuu !

4051reservante. — Moelle rouge carmin

4062eservante. — des béquillards

4071reservante. — à pleines mains

4082eservante. — pour les faiblards !

4091reservante. — Moelle blanche des estropiés

4102eservante. — pour les béatifiés.

4111reservante. — Moelle jaune safran

4122eservante. — des garnements

4131reservante. — sans limites

4142eservante. — pour les cuites !

4151reservante. — Moelle noir café

4162eservante. — des curés

4171reservante. — pour les enfiévrés !

4182eservante. — Moelle gris-souris

4191reservante. — pour la phtisie ! Moelle de testicules

4202eservante. — pour les déboîtements de clavicule

4211reservante. — Moelle corrompue

4222eservante. — pour ceux qu’une vipère a mordus ! Moelle délicieuse pour les galles cancéreuses ! Moelle à volonté

4231reservante. — pour l’ovaire sans dignité ! Bouillie de vieilles qui pètent et prennent leur cul pour une trompette !

4242eservante. — Moelle de Jacques,

4251reservante. — pendu pour sauver notre seigneur !

4262eservante. — Moelle de Marie,

4271reservante. — qui s’est jetée sous le train pour notre seigneur ! Moelle de Jacinthe

4282eservante. — qui s’est noyée pour notre seigneur ! Cervelle du petit voleur

4291reservante. — exécuté pour notre seigneur !

4302eservante. — Cervelles des soldats au service de notre seigneur !

4311reservante. — Cervelles des vassaux qui servaient et serviront notre marquis !

4322eservante. — Cervelles, cervelles, cervelles !

4331reservante. — Des monceaux de cervelles !

4342eservante. — Cervelles à poignées !

4351reservante. — Moelle en quantité !

4362eservante. — Cervelle de moelle et moelle de cervelle !

437Les deux. — Des tonnes de testicules de vassaux bestiaux !

438Marquis. — Tiiiiiiiih, cot-cot-cot-cot, tchouuuuuu, cocorico ! Que pourrissent les raisins sur les treilles ! Tchoutchou ! Que tètent les génisses sur les herbes qui jaunissent ! Tchoutchouuuuuuu !

4391reservante. — Serre-lui les dents !

4402eservante. — Souffle-lui dans la vessie !

441Marquis. — Tchou-tchou-tchouuuuuuu ! On a volé ma jument ! Tchoutchou ! Le moulin meule fin !

4422eservante. — Arrache-lui des baisers !

4431reservante. — Tète-lui les ongles !

444Marquis. — Tchou-tchouuuu-tchouuuu ! L’oiseau me craint ! Tchoutchoutchou ! Je suis au sommet du vent ! Tchouuuuuu-tchouuuuuuuuuu !

4452eservante. — Mets-lui la moustache en pièces !

4461reservante. — Explose-lui l’hymen !

447Marquis. — Tchou-tchou-tchouuuu ! Je vais en pèlerinage sur la lune ! Tchouuuuuu !

4481reservante. — Cervelle de moelle ! Tchouuuuuu !

4492eservante. — Tchouuuuu !

450Marquis. — Tchouuuuuuuuuuuuu ! Un ange a la diarrhée ! Tchouuuu !

4512eservante. — Moelle de testicules de cervelle ! Tchouuuuuu !

452Marquis. — Tchouuuuuu ! Demain je mettrai bas des vers luisants !

4531reservante. — Tchouuuuuuu !

4542eservante. — Tchouuuuuu !

455Marquis. — Tchouuuuuu ! Je veux un petit pain aux navets ! Tchouuuuu ! Je veux un corbeau du soleil ! Tchouuuuuuu !

456Les trois. — Tchouuuuuuuu-tchou-tchouuuuuuuuuuuuu !

457Majordome. — (qui entre avec une charrette chargée à craquer de crânes remplis du miraculeux bouillon.) Noble et chevaleresque marquis de Ruchestinto, voici votre médicinal dîner : cervelles de deux cent trente-neuf enfants orphelins de père et de mère, et de vingt infirmes de la poitrine et du bedon. J’ai par ailleurs le plaisir de vous faire savoir que demain nous n’aurons pas à exécuter qui que ce soit, étant donné que nous disposons déjà de mille vingt-sept courageux volontaires pour donner leur miraculeuse matière grise afin de sauver notre seigneur. Bon appétit et, avec votre permission, je me retire. (Il sort.)

458Les trois. — Tchouuuuuu !

459Les jumelles donnent à Ruchestinto le bouillon de tête des nouveaux crânes. Le rythme de la cérémonie gastronomique de tête ira crescendo jusqu’à devenir vertigineux puisque le marquis semble avoir un appétit toujours plus féroce. Elles, parfois, lui introduisent la médicinale préparation dans les yeux, le nez, le nombril, le cul, les oreilles, etc. Pour finir, elles lui donnent un grand bain, après quoi, Ruchestinto se pourlèchera joyeusement, en sautant dans son noble fauteuil.

4601reservante. — Ils sont tendres, tout frais !

4612eservante. — Ils viennent directement du moulin !

4621reservante. — Orgie !

4632eservante. — Thérapeutique

4641reservante. — hypnotique

4652eservante. — pragmatique

4661reservante. — mathématique

4672eservante. — affamée

4681reservante. — œcuménique

4692eservante. — Juive

4701reservante. — pantagruélique

4712eservante. — jésuitique

4721reservante. — démoniaque

4732eservante. — sorciétique

4741reservante. — seigneurique

4752eservante. — noblesque

4761reservante. — orgiastique !

477Les deux. — orgio-orgistico-orgistique !

478La gastrothérapie prend fin.

4792eservante. — Le dîner a été servi, pris et bu.

4801reservante. — Que notre seigneur se repose bien de ce repas !

4812eservante. — Que notre seigneur le digère bien !

482Les deux. — Faites de beaux et doux rêves Monsieur le marquis !

483Elles se retirent. Le marquis semble se réveiller d’un long sommeil et descend cérémonieusement de son fauteuil avec des gestes très seigneuriaux. Soudain, il fait une pirouette.

484Marquis-Platon. —…« outre le fait qu’ils n’ont pour salaire que la nourriture et qu’ils ne touchent pas de solde comme les troupes ordinaires et, qu’en conséquence, ils ne peuvent sortir des limites de l’état, ni prendre du bon temps avec des femmes libertines, ni disposer de quoi que ce soit selon leur bon plaisir, comme le font les riches et ceux qui se piquent d’être favorisés par la fortune. Pourquoi ne passes-tu pas sous silence ces chapitres accusatoires ainsi que d’autres de même nature ? »

485Cabriole

486Marquis-Machiavel. — « Pour une juste répartition des tributs, il convient que les lois, et non les hommes, en effectuent la répartition ».

487Marquis-Platon. — « À mon avis, nous aurions pu faire ressortir davantage cette évidence dans ce point, si nous n’avions eu à traiter que cette question, et si nous ne devions en aborder de nombreuses autres afin de savoir en quoi diffère la condition de l’homme juste de celle de l’homme mauvais. »

488Entrechat

489Marquis-Machiavel. — « La populace est audacieuse, mais au fond elle est d’une grande faiblesse. »

490Cabriole

491Marquis-Platon. — « Nous pourrions, si nous le voulions, faire porter à nos laboureurs des toges, lourdement broder d’or leur vêtement et ne leur faire travailler la terre que pour le plaisir. »

492Virevolte

493Marquis-Machiavel. — « C’est pour cela que de nombreuses personnes pensent qu’un prince dans sa sagesse doit, chaque fois qu’il le peut, se trouver un ennemi afin qu’en l’attaquant et en prenant contre lui des mesures de répression il en ressorte lui-même grandi. »

494Cabriole

495Marquis-Balmes. — « Il n’est de forces qui suffisent à éteindre le flambeau de la morale ni chez l’individu ni dans la société ; chez l’individu, il résiste à tous les crimes, dans la société, il luit même après les plus grands bouleversements ; chez l’individu coupable, il réclame ses droits avec la voix du remords, dans la société, au moyen d’éloquentes protestations et d’héroïques exemples. »

496Virevolte

497Marquis-Machiavel. — « Le prince qui avec ses armées se repaît de butins, de saccages, de carnages et dispose des richesses des vaincus, doit être généreux avec ses soldats sans quoi ils ne le suivraient pas. Tu peux alors te montrer d’une grande générosité, étant donné que tu donnes ce qui n’est ni à toi ni à tes soldats, comme l’ont fait Cyrus, César et Alexandre ; cette dépense qu’en pareille occasion tu fais avec le bien d’autrui loin de nuire à ta réputation a pour effet de la magnifier. La seule chose qui puisse t’être préjudiciable c’est de dépenser le tien. »

498Entrechat

499Marquis-Balmes. — « Oui ; l’humilité chrétienne, en échange de quelques sacrifices, présente de grands avantages même dans les affaires les plus éloignées de la dévotion. »

500Cabriole

501Marquis-Platon. — « Veillons donc à ne pas être victimes d’un tel malheur et à ne pas nous laisser influencer par l’idée selon laquelle raisonner n’a rien de sain. »

502Virevolte

503Marquis-Balmes. — « La vertu est difficile mais pas impossible… »

504Marquis-Machiavel. — « Le désir de posséder est, en vérité, chose courante et bien naturelle, et les hommes qui acquièrent du bien quand ils le peuvent en seront loués, jamais blâmés ; mais lorsqu’ils ne peuvent ni ne veulent en acquérir comme il se doit, ils commettent une erreur et méritent alors de l’être. » »

505Cabriole

506Marquis-Balmes. — « Il existe en toute matière un point de vue principal dominant ; le génie y trouve sa place. Il y détient la clé et exerce de cette position une domination totale. »

507Entrechat

508Marquis-Platon. — « Qui est l’homme tyrannique dont l’âme montre les vices du gouvernement tyrannique ? C’est celui qui, après avoir perdu tout sentiment de pudeur, s’est placé, pour ainsi dire, à la tête de ses désirs les plus cruels, les plus insatiables, les plus effrénés, et dont tous les efforts ne tendent que vers l’intempérance et la satisfaction des plaisirs de la chair. »

509Cabriole

510Marquis-Machiavel. — « Il est rare qu’un peuple ayant pris l’habitude de vivre sous l’autorité d’un prince, après être tombé par le fruit du hasard sous l’autorité d’un gouvernement républicain y demeure. »

511Marquis-Platon. — « Et si nous voulons que les défenseurs de notre république aient en horreur les dissensions et les discordes, nous ne leur parlerons pas non plus des combats des dieux… »

512Virevolte

513Marquis-Machiavel. — « Un peuple corrompu qui passe en république ne peut s’y maintenir qu’avec extrême difficulté. »

514Marquis-Platon. — « C’est ainsi que dans les oligarchies, les magistrats, par leur négligence et par la latitude qu’ils donnent au libertinage, ont souvent réduit à l’indigence des hommes bien nés. »

515Cabriole

516Marquis-Machiavel. — « Celui qui réclame ta neutralité n’est jamais ton ami, tandis qu’au contraire l’est celui qui te demande de prendre parti pour lui et de combattre pour défendre sa cause. »

517Virevolte

518Marquis-Balmes. —…« Il y a dans cette opposition une grande variété de combinaisons qui donnent d’excellents résultats. L’amour des plaisirs est neutralisé par l’amour de la dignité propre à chacun. L’excès d’orgueil est tempéré par la crainte de devenir détestable. La vanité est modérée par la peur du ridicule. La paresse est stimulée par le désir de gloire. La colère est réfrénée pour ne pas donner l’impression de perdre ses moyens. La soif de vengeance est atténuée ou éteinte par le bonheur et la fierté d’être généreux. Par cette combinaison, par l’opposition avisée entre les bons et les mauvais sentiments, de nombreux germes mauvais que recèle le cœur humain s’affaiblissent en douceur et avec efficacité ; ainsi, l’homme est vertueux sans pour autant cesser d’être sensible. »

519Il reste l’espace d’un instant paralysé puis reprend ses attitudes et ses gestes habituels. Il caquette et hennit.

520Marquis. — Tiiiiiih ! Cot, cot-cot-cot, cot ! Coooocooooooriiiicooooo ! Tchouuuuuuu ! Tchouuuutchouuuuuu !

521Les servantes entrent ; chacune d’elles porte un crâne débordant de bouillon miraculeux.

522Servantes. — Tchouuuuuuu…

5231reservante. — Les cloches ont sonné le temps médicinal !

5242eservante. — Mais ni joyeuses ni porteuses d’espoir sont les nouvelles…

5251reservante. — Notre seigneur va devoir étendre ses possessions.

526Marquis. — Tchouuuuuuuuuuuu.

5272eservante. — La production actuelle de cervelles et de testicules n’est plus suffisante pour le miracle.

5281reservante. — Notre seigneur va devoir jeter la semence de nouveaux rejetons pour les victuailles.

5292eservante. — Faire venir des jeunes femmes très fécondes d’autres régions.

530Les deux. — Tout a été récolté !

531Marquis. — Tchouuuuu… tchouuuuuuuuu !

532Il s’empare des crânes et avale leur contenu en quelques gorgées.

5332eservante. — Hélas, il ne reste plus rien de la potion magique !

5341reservante. — Pauvre docteur, que son crâne est petit !

5352eservante. — Et penser que le majordome avait la cervelle complètement pourrie !

5361reservante. — Mais ils ont fait un louable sacrifice pour le bien de notre seigneur.

5372eservante. — Comme deux martyrs !

538Marquis. — Tchouuuuuuu… !

5391reservante. — Que de tendresse ils avaient pour notre seigneur !

5402eservante. — Une médaille posthume, voilà ce qu’ils méritent !

541Marquis. — Tchouuuuuuuu… !

5421reservante. — Hélas, qu’allons-nous faire à présent pour sauver notre seigneur !

5432eservante. — Pleins sont les coffres du domaine. Achetons sept milliers de volontaires étrangers pour assurer l’ordinaire.

5441reservante. — Ils n’arriveront pas à temps. Nous n’avons plus rien pour son goûter d’aujourd’hui.

5452eservante. — Que de malheur s’abat sur ce pays !

546Marquis. — Tchouuuuuuutchouuuuutchouuutchouutchouuuuuuuuuuutchouutchou !

5471reservante. — Hélaas, combien le peuple l’aimait.

5482eservante. — Avec désintéressement ils ont fait don de leur âme à notre seigneur !

5491reservante. — En se livrant au marquis en sacro-saint bouillon !

5502eservante. — Hélas, hélas !

551Marquis. — Tchouuu ! Arrosez mon maïs, tchouuu. Faites-en fondre le fruit dans la gorge ! Tchouuuu, miens, miens, tchou, miennes, miennes, tchouutchouuu !

5521reservante. — Hélas, hélas, voilà que ça le reprend !

5532eservante. — Cot, cot-cot-cot, cooooot… ! Trayez des colombes blanches !

5542eservante. — C’est de la potion qu’il nous faut !

5551reservante. — De toute urgence !

556Les deux. — Hélas, hélas !

5571reservante. — Arrache-moi la cervelle, ma sœur ! Je ne supporte plus cette douleur !

5582eservante. — Je lui donnerai la mienne en premier !

5591reservante. — Je suis l’aînée. C’est à moi que revient cet honneur !

5602eservante. — Ce droit revient à la benjamine !

5611reservante. — Dégénérée, traîtresse ! Ce droit revient toujours à l’aînée ! Bien avant toi j’ai traversé le con empoisonné !

5622eservante. — C’est moi qui t’ai poussée avec la mamelle droite ! Je m’en souviens parfaitement !

5631reservante. — Maintenant tu veux me le faire payer ! Alors que c’est toi qui me faisais des chatouilles sur la plante des pieds ! C’est par ta faute que je suis née en riant ! Mais je veux me défaire de cette croix. J’ai mal aux côtes à force de la porter !

5642eservante. — Sale truie ! Tu as toujours été favorisée ! Maman te tirait plus souvent les poils de la poitrine qu’à moi ! Sorcière, harpie !

565Le marquis observe placidement la lutte entre les masses dodues.

566Marquis. — Tchouuuuuuuuuuuuu…

5671reservante. — Ce privilège me revient un point c’est tout ! Cette verrue sur la langue me l’accorde.

5682eservante. — Moi j’ai une dent sur une fesse et une oreille sur l’autre !

5691reservante. — Moi, un genou dans le dos !

5702eservante. — Bossue !

5711reservante. — Édentée !

5722eservante. — Comment oses-tu ! Jamais plus je ne te fouetterai même si tu me le demandes en riant, agenouillée sur ta bosse !

5731reservante. — Eh bien moi, jamais je n’aiguiserai ton nez !

5742eservante. — Même s’il est abîmé, j’arrive à flairer les salamandres jaunes ! Je vais chercher le couteau. Ma cervelle sera pour notre seigneur !

5751reservante. — Tu as gagné, saleté ! Je t’aiderai… Ne l’extrais pas toi toute seule, tu vas te blesser ! (Elles partent toutes les deux en courant.)

576Marquis. — (d’une voix angélique.) Le romarin du lendemain coupe le lien du gros intestin au matin du refrain avec le lapin antonin juché sur le lin pour rien fauche le nain et monte alpin avec le satin en buvant du thym du bassin loin du saint des saints qui soigne le cousin et vient un lupin plat comme la main de machin qui a une putain dans le lin des raisins chrétiens qui humain flux malsain romainultramontainsarrazinbyzantinpaladin…

577La première servante entre. Elle porte un crâne. Ruchestinto le lui prend et boit avec une extrême avidité ; ensuite, il s’installe confortablement dans son fauteuil. Soudain, il est pris d’un hoquet, de plus en plus violent, se tord dans tous les sens et finalement s’effondre. La 1re servante l’observe impassible. Spasmes violents du marquis. La 2e servante fait son apparition et l’observe aussi. Ruchestinto se métamorphose lentement en une étrange vipère. Son hoquet cesse après qu’il se soit complètement transformé et, en se traînant, il sort de scène.

5781reservante. — Pauvre seigneur !

5792eservante. — Malheureux !

5801reservante. — Il n’a pas supporté les cervelles de vipère !

5812eservante. — Et le jus verdâtre de la langue miraculeuse !

5821reservante. — La sienne siffle déjà comme celle du serpent !

5832eservante. — Hélas, et il part pour l’enfer !

5841reservante. — Hélas, pour y retrouver le diable !

5852eservante. — Hélas, ce sera un diable au grand cœur !

5861reservante. — Hélas, un ange de la géhenne !

587Les deux. — Hélas, hélas, avec la bonté qui le caractérisait.

5882eservante. — Hélas, qu’adviendra-t-il de nous à présent ? Hélas !

589Les deux. — Hélas, seules dans ce triste monde !

590Elles s’assoient dans le fauteuil seigneurial.

5911reservante. — Hélas, monsieur le marquis s’en est allé !

5922eservante. — Pour toujours à tout jamais !

5931reservante. — Sans laisser d’héritiers !

5942eservante. — Sans faire de testament !

595Les deux. — Hélas, il s’en est allé, il s’en est allé notre grand seigneur ! Hélas, hélaaaaaas ! Il nous a laissées dans l’angoisse ! Hélas, hélaaaaaas !

5961reservante. — Il avait…

5972eservante. — quatre mille fils…,

5981reservante. — des millions de vassaux…,

5992eservante. — un fidèle majordome…,

6001reservante. — un savant guérisseur…,

601Les deux. — deux servantes…

6022eservante. — Il avait…

6031reservante. — Il avait…

604Les deux. — Il avait…

605L’OBSCURITÉ SE FAIT

606Saint-Jacques-de-Compostelle, mai 1973.

Notes

1 Danse traditionnelle de Galice et des Asturies.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540