Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La phénoménale ventrée du marquis de Ruchestinto

 | 
Euloxio R. Ruibal

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Pour en savoir plus sur ce processus de professionnalisation du théâtre galicien, on peut consulte (...)

1Le premier volume de la série « Textes dramatiques » de la collection « hamARTia » avait proposé l’une des comédies acides de l’auteur et musicien uruguayen Leo Maslíah, Télécomédie. Fantaisie théâtrale en 60 scènes. Pour ce deuxième numéro, nous avons choisi un texte tout aussi acide d’Euloxio R. Ruibal, l’un des meilleurs représentants de la Generación Abrente ou « Groupe de Ribadavia ». Abrente est le nom de l’association culturelle qui a créé en 1973 la Mostra de Ribadavia. Dans les dernières années de l’Espagne franquiste, ce festival offrit un espace de liberté aux groupes du Théâtre indépendant galicien et permit l’émergence du Nuevo teatro gallego. Il fut le point de départ de la professionnalisation du théâtre galicien1.

  • 2 Le festival de Sitges a été souvent le seul espace d’expression possible pour les textes d’auteurs (...)

2Le Nuevo teatro gallego est indissociable des groupes du Théâtre indépendant galicien et de la Mostra de Ribadavia. L’année clef est 1965, année de la création de la compagnie de théâtre indépendant Grupo O Facho par Manuel Lourenzo. Par la suite, d’autres groupes verront le jour comme Teatro Circo (1967), Histrión 70 (1967). Dans les années 1973-1974, au moment même de la création de la Mostra de Ribadavia, ce seront des groupes comme A Farandula (Vigo), O Trasno, Candea, Escoitade, Antroido. Le Nuevo teatro gallego regroupe ainsi l’ensemble de cette activité théâtrale de la décennie 1965-1975. Ce sont aussi les bornes chronologiques du Nuevo teatro español qui trouva un espace d’expression dans le cadre du festival de Sitges2.

  • 3 Le texte galicien indique à la fin : « Saint-Jacques-de-Compostelle, mai 1973 ».
  • 4 Manuel F. Vieites, « Una nueva dramaturgia para un nuevo teatro. Ribadavia, 1973-1980 », op. cit.,(...)

3La pièce, publiée en 1975 dans sa version galicienne, la seule édition à ce jour, est l’une des premières pièces d’Euloxio R. Ruibal. Elle a été écrite en 19733, l’année où il remporta, avec sa pièce Zardigot, le prix Abrente qui venait tout juste d’être créé pour le festival de Ribadavia. Comme le signale Manuel F. Vieites, Ribadavia fut, dans les années soixante-dix, le lieu « de la renaissance et de l’évolution de la littérature dramatique galicienne », « en des temps funestes et sombres où, si faire un certain type de théâtre était dangereux, le faire en langue galicienne relevait de l’audace »4. La pièce d’Euloxio R. Ruibal participe de ce défi théâtral et linguistique lancé au cours des derniers soubresauts de l’autocratie franquiste. Elle est particulièrement représentative d’une certaine forme de théâtre rituel qui entremêle la farce médiévale, l’héritage rabelaisien, l’esperpento de Valle-Inclán, la farce du potache Alfred Jarry et les manifestations parathéâtrales de la culture populaire galicienne, caractérisées par les masques, les figures et les facéties du carnaval, et par les pleureuses et le planto du rituel de deuil.

4Il n’y a eu à ce jour qu’une seule édition de cette pièce dans sa version galicienne (Pico Sacro, Santiago de Compostela, 1975). Nous publions dans ce volume cette version revue par son auteur. Elle ne comprend que de très légères modifications de ponctuation ou des corrections d’accents écrits. La version espagnole, réalisée par l’auteur dans les années quatre-vingt-dix et proposée ici, est inédite. Dans l’entrevue publiée dans ce volume, Euloxio R. Ruibal retrace l’histoire de cette autotraduction en espagnol :

Cette petite pièce allait être publiée en édition bilingue dans la revue Pipirijaina. C’est la raison pour laquelle je l’ai traduite. Les difficultés de toute nature furent nombreuses et les résoudre n’a pas été sans mal. Je ne parvenais pas à trouver la sonorité ni le rythme qui sont fondamentaux dans la pièce. J’y ai consacré énormément de temps et le résultat n’est pas celui que j’espérais, mais je ne suis pas parvenu à mieux faire. J’ai même dû changer le titre ; du coup, on perd l’idée de quelque chose d’interminable que l’on trouve en galicien, une lamentation qui semble devoir durer éternellement. On perd également de nombreuses « images visuelles », bien que, je suppose, cela doit être fréquent en traduction.

5La traduction française est de Pierre-Jean Lombard à partir de la version espagnole dont le titre, La descomunal panzada del Marqués Ruchestinto, ne reproduit qu’en partie celui de la version galicienne : A sonada e proveitosa enchenta do marqués Ruchestinto no derradeiro século da súa vida. Un sous-titre générique complète cependant le titre espagnol : Mascarada en un planto y pico, « Mascarade en une lamentation et des poussières ».

  • 5 Deux des volumes de la série « Études » de la collection « hamARTia » sont consacrés à des auteurs (...)

6Dès ce paratexte initial, la pièce affiche son esthétique de l’excès et son investissement massif des traditions populaires galiciennes du carnaval et des rituels de deuil. De manière plus large, elle annonce son inscription dans l’esthétique grotesque du Nuevo teatro5, qu’il soit galicien ou espagnol. Sous cette appellation, on désigne un groupe hétérogène d’auteurs dramatiques nés entre 1922 et 1942, voire 1944 ou 1945 comme Euloxio R. Ruibal. Tous sont portés par la volonté d’écrire un théâtre en liberté, un théâtre de résistance et de subversion esthétiques et politiques dans le contexte de la fin de règne du général Franco.

Notes

1 Pour en savoir plus sur ce processus de professionnalisation du théâtre galicien, on peut consulter, entre autres, les numéros monographiques que deux revues ont consacrés à cette question : Primer acto, « Teatro gallego », no 262, I/1996 et Estreno, « El teatro gallego hoy », vol. XXXII, no 2, automne 2006.
Voir en particulier la synthèse chronologique proposée par Manuel F. Vieites dans son article « Una nueva dramaturgia para un nuevo teatro. Ribadavia, 1973-1980 », Primer acto, no 262, ibid., p. 9-18, p. 11.

2 Le festival de Sitges a été souvent le seul espace d’expression possible pour les textes d’auteurs comme Luis Riaza ou Miguel Romero Esteo.

3 Le texte galicien indique à la fin : « Saint-Jacques-de-Compostelle, mai 1973 ».

4 Manuel F. Vieites, « Una nueva dramaturgia para un nuevo teatro. Ribadavia, 1973-1980 », op. cit., p. 14.

5 Deux des volumes de la série « Études » de la collection « hamARTia » sont consacrés à des auteurs et à des pièces du Nuevo teatro : Isabelle Reck, Nuevo teatro español (1965-1978) : de l’enchantement textuel au désenchantement (Francisco Nieva, Luis Riaza, Miguel Romero Esteo, Antonio Martínez Ballesteros) ; et Carole Egger, Théâtre et métathéâtre dans l’œuvre de Luis Riaza.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540