Version classiqueVersion mobile

Télécomédie

 | 
Leo Maslíah

Télécomédie

Traduction de Pierre-Jean Lombard

Note de l’éditeur

Version espagnole : Leo Maslíah, Telecomedia y otras teatreces, Montevideo, ediciones de la Flor, año xx

Cette pièce a remporté le Prix National de Littérature du Ministère de l’Éducation et de la Culture d’Uruguay dans la catégorie Comédie (2000).

Texte intégral

Personnages

1Le docteur Simon Felizardo
Mathilde, son épouse
Sabrina, leur fille
Martin, le frère de Sabrina
Pamela, l’employée de maison des Felizardo
Cynthia, l’assistante du docteur

2José Robert Lagos
Julien, son fils
Virginie, la sœur de Julien
Judith, l’employée de maison des Lagos

1

3Cabinet du docteur Simon Felizardo. Celui-ci, assis à son bureau, examine attentivement des papiers. Sabrina entre.

4Sabrina. Excuse-moi papa.

5Le docteur. Sabrina ! Que fais-tu là ? Je te croyais chez Virginie, en train de réviser pour ton examen de grammaire.

6Sabrina. Ne t’inquiète pas, papa, je ne vais pas abuser de ton temps. Mais il y a quelque chose qui me tracasse, qui me tracasse vraiment. Et je veux que tu me rassures.

7Le docteur. Dis-moi vite de quoi il s’agit, ma fille. Je ne supporte pas de te voir dans un tel état d’anxiété. Et puis, j’ai vraiment très peu de temps. Je dois mettre de l’ordre dans ces papiers. (Il sort d’un tiroir du bureau un rouleau de ruban adhésif.)

8Sabrina. Oui papa. Alors voilà : on était en train d’étudier, Virginie et moi, et à un moment, on a fait une pause pour prendre le thé, et c’est là que… (Sabrina prend un air profondément tourmenté.)

9Le docteur. Que s’est-il passé ma fille ? Le thé était éventé ?

10Sabrina. Pas du tout papa. Tu n’y es pas. On nous a servi un thé de très bonne qualité. Je crois que c’était du Black et Crosswell.

11Le docteur. En effet, ma fille, tu peux être rassurée parce que c’est une bonne marque. Tu sais, ce sont des fabricants consciencieux, qui ont le souci de ce qu’ils offrent au consommateur.

12Sabrina. Oui. D’ailleurs, ils ont des réseaux de distribution dans plusieurs pays, n’est-ce pas ? Je crois que tant aux États-Unis que dans des pays aussi reculés que le Laos ou la Guyane, beaucoup choisissent ce thé.

13Le docteur. C’est juste. Et ce n’est pas faute de marques parmi lesquelles opérer une sélection.

14Sabrina. Quelles marques y a-t-il encore papa ?

15Le docteur. Eh bien, il y a par exemple le Linstop, le… mais… Sabrina, tu n’as pas interrompu tes révisions pour venir discuter avec moi de marques de thé, n’est-ce pas ?

16Sabrina. Non, papa, excuse-moi, c’est que… ce qui m’amène… tu sais… est particulièrement pénible.

17Le docteur. Je comprends, ma fille, mais tu dois te montrer forte et te confier à moi. Tu dois me dire qu’est-ce qui te tracasse.

18Sabrina. Non. Je suis désolée, papa, mais tu viens de t’exprimer de manière incorrecte. On ne dit pas « qu’est ce qui » mais « ce qui ». Tu aurais dû dire, « tu dois me dire ce qui te tracasse ». Ou alors, poser la question « qu’est-ce qui te tracasse ? ».

19Le docteur. C’est entendu, Sabrina, je tâcherai de m’exprimer plus correctement à l’avenir. Mais je t’en supplie, viens-en au fait, car si je ne parviens pas aujourd’hui à mettre de l’ordre dans ces papiers (il coupe un bout de ruban adhésif et recolle deux moitiés de feuille), je risque d’avoir de sérieux problèmes.

20Sabrina. Quels problèmes, papa ?

21Le docteur. Écoute, ma fille : ce n’est pas que je veuille te cacher quoi que ce soit, mais je préférerais ne pas te parler de mes problèmes maintenant, étant donné que tu étais sur le point de me faire part des tiens.

22Sabrina. C’est juste papa. J’oublie constamment l’objet de ma visite. J’ai vraiment du mal à me concentrer, je suis très distraite.

23Le docteur. Qu’est-ce qui te met dans cet état ? S’agit-il d’un… jeune homme ?

24Sabrina. Allons, papa, je t’en prie ! Comment peux-tu penser ça de moi ?

25Le docteur. Tu ne dois pas t’inquiéter, Sabrina. Il n’y aurait rien de mal à ce qu’à ton âge tu commences à t’intéresser aux garçons. Tes inquiétudes sont-elles de cette nature ?

2

26Le séjour des Felizardo. Sont présents Mathilde, l’épouse du docteur, Pamela, la bonne – qui est en train de passer le plumeau – et Martin, le fils du docteur et de Mathilde. Martin est concentré sur un échiquier à côté duquel est posé un livre dont il tire les mouvements de la partie qu’il reproduit.

27Mathilde. Martin, essaie donc de te distraire un peu. Tu ne vas quand même pas passer toute la sainte journée devant cet échiquier.

28Martin. Ne me distrais pas, maman. Tu vas me faire perdre le fil de la partie.

29Mathilde. Mais Martin, je suis précisément en train de te dire que ce qu’il te faut c’est te distraire. (Martin ne répond pas, absorbé qu’il est par l’échiquier qu’il ne quitte pas des yeux.) Martin, je te parle !

30Martin. (Il réagit avec brusquerie.) Quoi ? Pardon, maman, j’étais distrait.

31Mathilde. Non, rien. Aucune importance. (À Pamela.) Pamela, s’il vous plaît, passez voir un coup de plumeau, là. (Elle pointe un endroit du sol. Pamela s’exécute.) Ramassez donc les neurones qui tombent du cerveau de mon fils.

32Pamela. Bien, Madame.

33Martin. Maman, tu n’as pas le droit de me distraire pendant que je joue ! Si tu avais quelque chose à me dire, dis-le-moi une bonne fois pour toutes.

34Mathilde. D’accord, mon garçon. Je te disais que tu ne peux pas consacrer tout ton temps aux échecs. Tu dois aussi essayer… de te distraire un peu.

35Martin. Mais maman, les échecs sont pour moi une distraction. Je joue aux échecs uniquement pour m’amuser. (Pamela, sans le faire exprès, renverse quelques pièces du jeu avec son plumeau.)

36Pamela. Oh, pardon monsieur Martin.

37Martin. Mais bon sang, Pamela, toi aussi tu veux m’empêcher de jouer tranquillement ! Quand est-ce que j’aurai un peu la paix dans cette maison ? Je devrais suivre l’exemple de Sabrina. Comme elle sait qu’ici on ne peut pas étudier, elle va réviser chez Virginie.

38Mathilde. Ne sois pas injuste, Martin. Tu sais bien que ce n’est pas pour cette raison que ta sœur va étudier chez sa copine.

39Martin. (Il remarque que Pamela est en train de replacer les pièces sur l’échiquier.) Pamela, ne touche pas à ces pions. Tu ne fais qu’aggraver la situation.

40Pamela. (Elle continue à placer les pièces.) Ne vous inquiétez pas, Monsieur, je me souviens parfaitement de la position de chaque pièce.

41Martin. (Il regarde Pamela médusé.) Vraiment ?

3

42Le cabinet médical. Le docteur Felizardo et Sabrina se trouvent à la même place que dans la scène 1.

43Le docteur. Tout ça je le sais. C’est pourquoi je te demande, Sabrina, de me dire une fois pour toutes ce qui t’est arrivé chez Virginie.

44Sabrina. Oui, papa. Ça ne sert à rien que je continue à noyer le poisson.

45Le docteur. Je me réjouis que tu fasses preuve d’autant de bon sens. Je t’écoute.

46Sabrina. Ce qui s’est passé, c’est que quand Judith, la bonne de Virginie, est venue pour nous servir le thé, elle…

47Le docteur. Ah, oui, je me souviens que tu m’as parlé de ce thé. C’était du Pitlons, n’est-ce pas ?

48Sabrina. Non. Du Black et Decker.

49Le docteur. Tu es sûre ? Je crois que tu as dit du Piltons. Mais ça n’a pas d’importance, continue, je t’en prie. Que s’est-il passé avec cette Judith ?

50Sabrina. Elle a insinué certaines choses sur… mon origine.

51Le docteur. Comment ?

52Sabrina. Oui. Elle a dit des choses quelque peu déshonorantes sur les circonstances de ma naissance, ou plus exactement, de ma… conception.

53Le docteur. Mais qu’est-ce qu’elle s’imagine cette femme ? Elle n’est qu’une simple employée de maison. De quel droit émet-elle des avis sur la gestation des personnes ? Elle n’a pas suivi de formation d’obstétricienne que je sache ?

54Sabrina. Non, je ne crois pas.

55Le docteur. Alors j’irai dès demain dire deux mots au père de Virginie. Il faut faire taire cette femme.

56Sabrina. Oui, elle a insinué que j’étais quelque chose comme le fruit d’une… relation incestueuse.

57Le docteur. (Il se lève brusquement.) Quoi ?!

58Sabrina. Oui, elle a dit que toi et maman… enfin, elle a tenu des propos dégoûtants, et moi je ne veux pas m’abaisser à les répéter.

59Le docteur. Tu veux dire que Judith a laissé entrevoir la possibilité d’un contact… intime entre ta mère et moi ?

60Sabrina. Oui, papa. C’est ce qu’elle a dit. Je t’en prie, dis-moi que ce n’est pas vrai. Jure-moi que ça n’est jamais arrivé. (Le docteur Felizardo, consterné, ne parvient pas à répondre.)

4

61La salle à manger des Lagos. Virginie, installée à la table avec un livre, est en train d’étudier. Judith passe un chiffon sur la nappe.

62Judith. Mademoiselle Virginie.

63Virginie. Oui ?

64Judith. Je crois que je vous dois des excuses pour la façon dont j’ai parlé à votre amie Sabrina.

65Virginie. Est-ce que tu aurais fait une faute de grammaire ? Je t’avoue que ça ne m’a absolument pas frappée. C’est clair que je ne suis pas encore prête pour mon examen.

66Judith. Non, Mademoiselle, il ne s’agit pas de cela. Je veux parler de la brusquerie avec laquelle je lui ai dit ces choses sur ses parents. Je crois que la pauvre fille n’était pas prête à entendre ce genre de choses.

67Virginie. Il faut dire que tu es très franche, Judith. C’est là ta principale qualité, ton principal défaut aussi. C’est pour ça que tous tes employeurs t’ont congédiée, n’est-ce pas ?

68Judith. La plupart du temps, c’est ce qui est arrivé. Bien qu’une fois ou l’autre j’ai été renvoyée pour la raison contraire.

69Virginie. À savoir ?

70Judith. Pour avoir menti.

71(Julien, le frère de Virginie, entre.)

72Julien. Virginie, où est Sabrina ? Il faut que je lui parle.

73Judith. Julien, il me semble que par respect pour votre sœur et pour moi, la première chose que vous devez faire en entrant c’est dire bonjour. C’est du moins ce que disent les règles de grammaire.

74Virginie. Tais-toi, Judith. Tu ne sais pas ce que tu dis. La grammaire ne s’occupe pas de ces choses-là.

75Julien. S’il te plaît, Virginie, dis-moi où est Sabrina. Vous ne deviez pas étudier ensemble cette après-midi ?

76Virginie. Oui, mais Sabrina a dû partir précipitamment.

77Julien. Il lui est arrivé quelque chose ? C’est grave ?

78Virginie. Non. Judith n’a pas su tenir sa langue.

79Julien. (Il s’approche de Judith.) Qu’est-ce que tu as dit à Sabrina, vieille sorcière ?

80Judith. Vous me traitez de sorcière, mais il n’empêche que vous acceptez les recettes que je vous donne pour que Sabrina tombe amoureuse de vous.

81Julien. Ces recettes n’ont eu jusqu’à présent aucun effet.

82Judith. Il faut être patient, monsieur Julien. Je vous conseille, en attendant, de sortir avec d’autres filles.

83Julien. Vous en connaissez que vous pourriez me présenter ?

84Virginie. Est-ce que je pourrais étudier en paix, s’il vous plaît ?

85Julien. Où est allée Sabrina ? Chez elle ?

86Virginie. Je ne sais pas, Julien. S’il te plaît, je te demande de faire un peu silence. J’ai été suffisamment dérangée pour aujourd’hui. Et quand papa et maman vont rentrer du travail, cette maison va ressembler à un asile de fous. Alors…

87Julien. Tu sais si Sabrina va revenir demain pour étudier ?

88Virginie. Je viens de te demander de te taire, Julien. Tu ne m’as pas entendue ?

89Julien. Tu es ma sœur, tu dois avoir pitié de moi, j’ai vraiment le béguin pour ton amie.

90Virginie. Un tel pétard mouillé, ça s’arrose. Judith, apporte-nous de l’eau s’il te plaît.

91Judith. Vous ne préférez pas du thé ? Il reste encore de celui que j’ai préparé cette après-midi.

92Julien. De quelle marque ?

93Judith. Je ne sais pas, je crois que… c’est une marque anglaise, je ne sais pas la prononcer correctement. Je ne suis pas une spécialiste de la grammaire comme mademoiselle Virginie.

94Virginie. La grammaire ne s’occupe pas de ça, Judith. Je t’en prie, contente-toi de faire ton métier et apporte l’eau que je t’ai demandée.

95Judith. Mais c’est que Monsieur préfère du thé.

96Virginie. Dans ce cas, tu lui sers du thé, et à moi, tu me sers de l’eau. Tu peux le faire ou tu as besoin qu’on te rajoute un mégabit de mémoire ?

97Judith. Quoi ?

98Julien. Ne te moque pas de Judith, Virginie. Rappelle-toi, quand on était petits, elle nous a appris plein de choses qu’à l’époque on ne savait pas.

99Judith. Qu’est-ce que je vous ai appris ?

100Julien. (Il s’approche d’elle et la pousse du coude d’un air soupçonneux.) Allons, Judith, Tu ne peux pas avoir oublié ces choses-là, n’est-ce pas ?

5

101Le cabinet médical. La conversation entre Sabrina et le docteur se poursuit.

102Le docteur. Sabrina, je vais t’expliquer une chose. La relation entre un père et une mère n’a absolument rien d’immoral.

103Sabrina. Mais papa, c’est des personnes d’une même famille !

104Le docteur. Non, Sabrina, ce sont deux personnes qui ont fondé un foyer mais qui sont issues de familles différentes. Si tu compares le nom de jeune fille de ta mère avec mon nom, tu constateras qu’ils sont différents.

105Sabrina. C’est clair. Je crois que… je l’ai toujours su, mais pour une raison ou une autre, je n’en avais pas pris conscience.

106Le docteur. Donc… tu comprends qu’il est parfaitement licite que ta mère et moi… ?

107Sabrina. Je ne sais pas, papa, cette Judith a été tellement catégorique dans ses affirmations !

108Le docteur. Ce ne sont que des calomnies, ma fille. Si tu veux, je peux porter plainte en diffamation contre cette femme. Ce délit est passible d’une peine de prison et je crois que dans le cas présent, cette punition serait plus que méritée.

109Sabrina. Tu penses que tes avocats peuvent l’obtenir ?

110Le docteur. Si tu me le demandes, je paierai ce qu’il faut pour qu’ils fassent le nécessaire. Qu’en dis-tu ?

111Sabrina. Je ne sais pas trop… parce que cette femme s’est occupée de Virginie et de Julien depuis qu’ils sont tous petits, et eux… ils l’aiment beaucoup.

112Le docteur. Cela ne doit pas nous arrêter. Pour commencer, je vais parler au père de Virginie pour qu’il lui donne son congé.

113(Sabrina regarde son père, incapable de décider si elle doit soutenir son intention ou s’y opposer.)

6

114Le séjour des Felizardo. Pamela et Martin sont devant l’échiquier.

115Martin. Tu me sidères, Pamela. Je ne comprends pas comment tu as fait pour remettre les pièces exactement comme elles étaient avant de les renverser avec ton plumeau.

116Pamela. Pardon, Monsieur, je vous fais à nouveau mes excuses pour ma maladresse.

117Martin. Non, tu ne dois pas t’excuser. S’il te plaît, explique-moi comment tu as fait pour mémoriser la position des pièces sur l’échiquier. Tu sais jouer aux échecs ?

118Pamela. Non. Du moins… je n’y ai jamais joué.

119Martin. C’est vraiment incroyable, Pamela ! Tu dois avoir une mémoire photographique !

120Pamela. Je ne sais pas. Vous croyez que… je devrais aller chez le médecin ?

121Martin. Non. En principe non. Mais il n’est pas normal qu’une personne de ton milieu social, une employée de maison, ait développé une mémoire aussi phénoménale. Si tu veux, je peux t’obtenir un rendez-vous avec mon père.

122Pamela. Mais monsieur Martin, moi… je n’ai pas les moyens de payer une consultation chez un médecin aussi prestigieux que le docteur Felizardo.

123Martin. Ça peut s’arranger Pamela. Je peux en parler à ma mère pour qu’on le retienne sur ton salaire.

124Pamela. Je ne sais pas. De toute façon, ce serait une dépense trop… élevée pour moi.

125Martin. On peut te la décompter en deux fois.

126Pamela. Vous… vous feriez ça pour moi ?

127Martin. Je crois que tout bon patron se doit de veiller à la santé de ses employés.

128Pamela. Je vous en suis reconnaissante, monsieur Martin. (Elle se lève.) Maintenant, avec votre permission, je dois retourner à mes occupations.

129Martin. Mais oui, bien sûr.

130Pamela. Il y a un tas de linge à repasser.

131Martin. Oui, je comprends.

132Pamela. Et en plus, le mercredi, je lave la terrasse.

133Martin. Oui.

134Pamela. Et je crois qu’il est temps de passer un coup de chiffon sur les vitres de la salle à manger.

135Martin. C’est possible. En fait… ça ne m’a pas frappé.

136Pamela. Ça a frappé Madame votre mère. Et elle m’a aussi demandé de briquer le sol de la cuisine.

137Martin. Tu es très occupée alors.

138Pamela. Oui. Et je dois aussi appeler pour qu’on vienne réparer le faux plafond des combles.

139Martin. Ça c’est facile.

140Pamela. Oui. Il n’y a qu’un coup de téléphone à passer.

141Martin. Cela dit, il me semble difficile de retenir cette longue liste de choses à faire. Je suis vraiment impressionné.

142Pamela. Merci, Monsieur.

143Martin. Je vais parler à mon père pour qu’il te voie en consultation comme on a dit.

144Pamela. Nous avons dit cela, Monsieur ?

145Martin. Tu ne t’en souviens pas ?

146Pamela. Non, Monsieur.

147Martin. C’est étonnant. Il n’y a pas cinq minutes qu’on en a parlé.

148Pamela. De quoi, Monsieur ?

149Martin. Tu ne te souviens pas de ça, non plus ?

150Pamela. Non, Monsieur.

151Martin. Je croyais que tu avais une bonne mémoire.

152Pamela. Vous parlez sérieusement ?

153Martin. Oui. Bon, Pamela, je crois qu’il vaut mieux que tu retournes à tes occupations.

154Pamela. Que voulez-vous dire, monsieur ?

155Martin. Tu devais faire les vitres de la salle à manger, tu te souviens ?

156Pamela. Non, mais si vous me le demandez, il va de soi que je vais le faire, Monsieur. Je suis là pour ça.

157Martin. C’est bon, Pamela. File. (Pamela s’éloigne.) Au fait… Pamela, on est mercredi, tu dois donc laver la terrasse.

158Pamela. Bien, Monsieur.

159Martin. Et tu pourrais briquer le sol de la cuisine.

160Pamela. Tout de suite, Monsieur.

161Martin. Pas tout de suite. Je préfère que tu le fasses après avoir terminé le reste.

162Pamela. Le reste ?

163Martin. Oui, les choses dont je t’ai parlé avant.

164Pamela. Monsieur Martin, excusez-moi, vous savez… je m’embrouille un peu ; je ne me souviens pas de ce que vous m’avez demandé avant.

165Martin. Ce n’est pas grave. Allez, retourne à tes occupations. Je veux continuer la partie. (Il concentre son attention sur l’échiquier.)

166Pamela. Oui, Monsieur. (Elle commence à sortir puis s’arrête.) Je voudrais vous suggérer, quand viendra le tour des blancs, de jouer fou 5 cavalier, Monsieur.

167Martin. (Agacé, il lève la tête de l’échiquier.) Pamela, cette partie d’échecs ne te concerne pas. En plus tu n’y comprends rien. Je ne joue contre personne. Je me borne à reproduire une partie que deux maîtres ont disputée il y a des années, et qui est reproduite dans ce livre.

168Pamela. Cependant, Monsieur, je pense que compte tenu de leur position, la meilleure solution pour les blancs serait de jouer fou 5 cavalier. Comme ça, le pion noir est cloué et s’il reprend le fou, la dame blanche menace de faire mat en quatre coups. On ne peut l’éviter qu’en sacrifiant la tour.

169Martin. (Un instant stupéfait, il consulte alors le livre.) C’est exactement ce qu’a joué Rubinstein. Je n’arrive pas à croire que tu sois arrivée par tes propres moyens à trouver cette combinaison. Pamela, est-ce que tu m’as emprunté ce livre pour le mémoriser ?

170Pamela. Non, Monsieur. Non. Je vous le jure, monsieur Martin. (Martin la regarde avec méfiance.)

7

171La salle à manger où les Lagos prennent leurs repas quotidiens. Virginie est assise à côté de Julien, son frère. Il a dans les mains un livre de grammaire, et interroge Virginie.

172Virginie. Un complément peut être non seulement un substantif ou un adverbe, mais également une proposition interrogative indirecte.

173Julien. Très bien. Maintenant dis-moi pourquoi.

174Virginie. Pourquoi quoi ?

175Julien. Pourquoi ça se passe comme ça.

176Virginie. Je ne suis absolument pas au courant de ce qui se passe, Julien. C’est une leçon de grammaire, pas un flash d’information avec les principales nouvelles du jour.

177Julien. Tu es très rebelle ma petite. À répondre comme ça aux professeurs qui vont t’interroger, non seulement tu as tout à perdre mais on va te refuser l’entrée à la fac.

178Virginie. Julien, je ne t’ai pas demandé de m’évaluer. Je t’ai seulement demandé de m’aider, et ce n’est pas ce que tu es en train de faire.

179Julien. C’est bon. Continuons. Parle-moi des propositions interrogatives.

180Virginie. (Pensive.) Propositions interrogatives, propositions interrogatives… quel embrouillamini. Je te jure que je donnerais avec plaisir trois ans de la vie de papa ou de Judith en échange de la facilité avec laquelle Sabrina retient ces choses.

181Julien. Là, tu ne peux pas m’accuser de passer mon temps à parler de Sabrina. C’est toi qui a abordé le sujet.

182Virginie. Oublions-la, c’est mieux. Continue à me faire réciter mon cours.

183Julien. Dis-moi d’abord si aujourd’hui Sabrina t’a parlé de moi.

184Virginie. Et bien pas exactement, mais…

185Julien. Ça veut dire quoi, pas exactement.

186Virginie. Ce n’est pas qu’elle ait parlé de toi ; par contre, elle a demandé de tes nouvelles.

187Julien. Elle a demandé si j’étais à la maison ?

188Virginie. Non.

189Julien. Qu’est-ce qu’elle t’a demandé ?

190Virginie. Je te l’ai déjà dit. Elle a demandé de tes nouvelles.

191Julien. Bon, mais je veux savoir ce qu’elle me voulait.

192Virginie. Elle ne voulait rien de toi, elle m’a demandé de tes nouvelles. Tu ne comprends pas ?

193Julien. Si, mais qu’est-ce qu’elle a dit ?

194Virginie. Je ne me souviens pas exactement.

195Julien. Fais un effort, Virginie, c’est important pour moi.

196Virginie. Ça ne te suffit pas de savoir qu’elle a demandé de tes nouvelles ?

197Julien. C’est que je ne comprends pas bien ce que ça veut dire. Qu’est-ce qu’elle t’a demandé ? Comment j’allais ? Si j’allais bien ?

198Virginie. Non. Je crois qu’elle ne m’a rien demandé de tout ça.

199Julien. Qu’est-ce qu’elle t’a demandé ?

200Virginie. Tu me fais suer. Je t’ai déjà dit que je ne m’en souviens pas.

201Julien. Parfois… j’ai remarqué que quand Sabrina et toi vous étudiez, vous utilisez un magnétophone. Vous vous êtes enregistrées aujourd’hui ?

202Virginie. Aujourd’hui ? Je crois bien que oui.

203Julien. Laisse-moi écouter la cassette. Il y a peut-être ce que Sabrina t’a demandé à mon sujet.

204Virginie. D’accord. Je crois que l’enregistrement est dans ma chambre. (Virginie se lève.)

8

205Cabinet du docteur Felizardo. Celui-ci est seul. Il écoute une émission de musique classique qui transmet une sonate pour piano de Beethoven. La radio est posée sur son bureau. José Robert Lagos entre.

206J. R. Lagos. Schubert, et du meilleur, pas de doute.

207Le docteur. À qui ai-je le plaisir de parler, monsieur ?

208J. R. Lagos. Je suis José Robert Lagos, le père de Virginie Lagos. Ma secrétaire m’a transmis votre message, docteur Felizardo.

209Le docteur. Oui, c’est exact. J’ai laissé un message à votre secrétaire lui demandant que vous veniez de toute urgence.

210J. R. Lagos. Et c’est ce que j’ai fait. Je peux m’asseoir ?

211Le docteur. Bien sûr, bien sûr. (Il se lève et offre sa chaise à Lagos.)

212J. R. Lagos. Merci. Je peux m’asseoir ici ? (Il s’assied sur l’autre chaise, face au docteur.) Je crois que j’ai bien fait de venir. Je dois vous avouer que cela fait des années que je n’ai pas écouté un morceau de Schubert aussi bien exécuté.

213Le docteur. Je suis au regret de devoir vous contredire, Monsieur Lagos, mais ce morceau n’est pas de Schubert mais de Schumann. Robert Schumann, votre homonyme, dans une certaine mesure.

214J. R. Lagos. Pardonnez-moi, mais vous faites erreur. Ceci est un impromptu de Schubert. L’impromptu en sol majeur, si je ne m’abuse.

215Le docteur. Décidément, je crois que vous êtes à côté de la plaque. Mais ça n’a pas d’importance. À la fin de ce morceau, la présentatrice annoncera qui en était l’auteur.

216J. R. Lagos. C’est parfait. Nous patienterons jusque-là.

217Le docteur. Je crois que nous pourrions mieux mettre à profit le temps dont nous disposons si je vous disais la raison pour laquelle je vous ai demandé de venir me voir toutes affaires cessantes.

218J. R. Lagos. Dois-je comprendre que vous changez de sujet de peur de perdre notre pari ?

219Le docteur. Non. Notre pari tient toujours. Mais avant la fin du morceau, je voudrais vous exposer la raison de mon coup de fil à votre secrétaire.

220J. R. Lagos. Bien. Je vous écoute.

221Le docteur. Monsieur Lagos : ma fille Sabrina est passée chez vous aujourd’hui, étudier avec Virginie.

222J. R. Lagos. Je ne vois rien de mauvais à cela.

223Le docteur. Et qu’est ce qui vous fait penser que je vais vous parler de quelque chose de mauvais ?

224J. R. Lagos. Eh bien, c’est qu’en général, les choses qui nous préoccupent, nous autres les êtres humains, sont les choses mauvaises. Les bonnes choses ne sont pas un sujet de préoccupation…

225Le docteur. Pourtant, je m’inquiète pour ma fille, qui est une bonne chose.

226J. R. Lagos. Parfait. (Il se lève.) Tout est clair, alors.

227Le docteur. Vous partez déjà ? Vous avez peur d’entendre le verdict de la présentatrice de la radio ?

228J. R. Lagos. (Il se rassoit.) Pas du tout. Je reste jusqu’à ce que je l’aie entendu.

229Le docteur. Cela me donne l’occasion de finir de vous exposer ce qui me préoccupe.

230J. R. Lagos. J’ai cru que nous avions épuisé le sujet.

231Le docteur. Non, ce n’est pas du tout le cas. Il y a une femme qui est employée chez vous, une certaine Judith…

232J. R. Lagos. Oui. Je la connais. Il m’est arrivé de la voir, de temps en temps, dans la cuisine ou dans la chambre de bonne.

233Le docteur. Bien. Cette femme a eu le toupet de dire à ma fille certaines choses assez désagréables.

234J. R. Lagos. À savoir ?

235Le docteur. Elle lui a dit qu’elle était le fruit de certaines relations de type physique entre madame mon épouse et moi.

236J. R. Lagos. Et ce n’est pas exact ?

237Le docteur. Et bien… en vérité…

238J. R. Lagos. (Très énergiquement.) CE N’EST PAS EXACT, DOCTEUR FELIZARDO ? (Le docteur ne sait pas quoi dire. Il ressent un mélange de perplexité, de honte, d’anxiété et de rage contenue.)

9

239La salle à manger où les Lagos prennent leurs repas quotidiens. Julien est assis. Virginie apporte un magnétophone à cassettes qu’elle installe sur la table. Elle y introduit une cassette qu’elle a aussi apportée.

240Virginie. Le voilà.

241Julien. Bon, laisse-moi écouter.

242Virginie. Je crois que la partie qui t’intéresse est peut-être par là. (Elle appuie sur la touche « play » du magnétophone. On entend la conversation qui suit, enregistrée entre Virginie et Sabrina, que Virginie, mais surtout Julien, écoutent attentivement.)

243Virginie. Le gérondif est un dérivé du verbe, fait office d’adverbe et se termine toujours par « ant », comme « trompant » ou « craignant ».

244Sabrina. Dis donc, Virginie ! Tu pourrais choisir de meilleurs exemples !

245Virginie. Pourquoi ? Ce n’est peut-être pas correct de dire « trompant » ?

246Sabrina. Bien sûr que c’est correct, ce qui n’est pas correct c’est de tromper.

247Virginie. Est-ce que je suis en train de te tromper ?

248Sabrina. Non, bien sûr que non.

249Virginie. Tu dois comprendre que nous sommes des étudiantes de grammaire, et non d’éthique ou de morale.

250Sabrina. Certes, Virginie, mais tu as parfois l’esprit tellement tordu…

251Julien. (Il appuie sur la touche « stop » du magnétophone.) Je ne veux pas écouter ces discussions. Je veux écouter la partie où Sabrina parle de moi.

252Virginie. Sabrina n’a pas parlé de toi, mon grand. Je t’ai déjà dit qu’elle a demandé de tes nouvelles.

253Julien. Et tu ne te souviens pas à quel endroit de la cassette ça a été enregistré ?

254Virginie. Le problème c’est que ce magnétophone n’a pas de compte-tours. Tu te souviens du Panatonic qu’on a failli acheter ? Celui-là en avait un.

255Julien. Oui, c’est vrai. Mais c’est toi finalement qui t’es décidée pour ce machin.

256Virginie. C’est parce que le vendeur de ce rayon du magasin me plaisait.

257Julien. Tu as réussi à le revoir ?

258Virginie. Oui, on est allé manger une glace.

259Julien. À quoi ?

260Virginie. J’en ai pris une à la crème de moka, et lui, un granité à la menthe.

10

261Cabinet du docteur Felizardo. José Robert Lagos et le docteur poursuivent leur conversation pendant que la radio qui se trouve sur le bureau continue de jouer la sonate pour piano de Beethoven.

262Le docteur. Décidément, je crois que vous êtes à côté de la plaque.

263J. R. Lagos. Voulez-vous dire qu’il n’y a pas eu de contact physique entre votre épouse et… vous ?

264Le docteur. Eh bien… en vérité…

265J. R. Lagos. (Très énergiquement.) IL N’Y A PAS EU DE CONTACT PHYSIQUE, DOCTEUR FELIZARDO ?

266Le docteur. (Montrant l’embarras dans lequel la question l’a plongé.) En un sens, je crois que… et bien, ça se peut… C’est-à-dire que… (catégorique) oui.

267J. R. Lagos. J’en conclus que… vous avouez !

268Le docteur. Oui. Il n’y a aucune raison pour que je ne le fasse pas. Mes relations avec ma femme ont été avalisées par un document légal qui s’appelle livret de famille.

269J. R. Lagos. Dans ce cas, docteur, je ne comprends pas ce qui vous dérange. Pourquoi m’avez-vous fait venir de toute urgence à votre cabinet.

270(Cynthia, l’assistante du docteur Felizardo, entre.)

271Cynthia. Excusez-moi, docteur Felizardo.

272Le docteur. Oui ?

273Cynthia. M’autorisez-vous à m’absenter une heure ? Je dois aller à la pharmacie acheter des médicaments pour ma mère qui est malade.

274Le docteur. Nous avons beaucoup de travail, Cynthia. Vous le savez bien.

275Cynthia. Oui, docteur. Mais il s’agit d’une urgence.

276Le docteur. Je ne comprends pas pourquoi votre mère ne vient pas me voir, si elle est si malade.

277Cynthia. C’est-à-dire qu’elle… n’a jamais fait confiance à la médecine. Elle préfère les traitements à base d’herbes sauvages que lui ont transmis ses ancêtres indigènes.

278Le docteur. Mais alors, si elle préfère ces traitements, je ne comprends pas pourquoi vous devez aller à la pharmacie. On n’y vend que des produits chimiques fabriqués dans des laboratoires industriels.

279Cynthia. Vous avez raison, docteur. Veuillez m’excuser. Oubliez ce que je vous ai dit, s’il vous plaît. (Elle s’en va.)

280J. R. Lagos. Bien, docteur, dites-moi une fois pour toutes pourquoi vous m’avez fait venir de toute urgence.

281Le docteur. C’est que… même si c’est la vérité, cette Judith, votre domestique, n’a pas à dire cela à ma fille, et encore moins d’une façon aussi grossière, comme si elle parlait d’un des sept péchés capitaux.

282J. R. Lagos. (Il s’apprête à partir.) En cela, je dois vous donner raison, docteur. Judith n’avait pas à dire quoi que ce soit à votre fille. Je vais devoir la semoncer. Je crois qu’il convient de lui tirer les oreilles.

283(À la radio, la sonate de Beethoven vient de se terminer, et la voix de la présentatrice annonce, « vous venez d’entendre la sonate en mi-majeur, opus quatorze numéro un, de Ludwig van Beethoven, interprétée par le pianiste Sviatoslav Richter. À présent, dans espace symphonique… ».)

284Le docteur. (Il baisse le volume de la radio.) Et bien, apparemment nous nous sommes tous les deux trompés, Monsieur Lagos. Il ne s’agissait ni de Schumann ni de Schubert.

285J. R. Lagos. Non, mais je pense avoir gagné, parce que la musique de Schubert, d’un point de vue stylistique, ressemble davantage à celle de Beethoven qu’à celle de Schumann.

286Le docteur. Monsieur Lagos, je ne crois pas que l’étendue de vos connaissances en la matière vous permette d’affirmer une telle chose. Si c’était le cas, vous n’auriez pas confondu Beethoven avec Schubert.

287J. R. Lagos. Vous avez raison. Nous sommes tous les deux des ânes. Revenons plutôt au fait que je vais tirer les oreilles à Judith.

288Le docteur. Vous pensez que ça sera suffisant ?

289J. R. Lagos. Vous aviez une autre idée ?

290Le docteur. À vrai dire, oui.

11

291Le séjour des Felizardo. Mathilde est assise dans un fauteuil, occupée à broder, tandis que Pamela cire le parquet à la main.

292Mathilde. Pamela, tu ne sais pas où est allé Martin ?

293Pamela. Je l’ignore, Madame, il n’a rien dit en partant.

294Mathilde. Je ne comprends pas cette façon de faire. Il pourrait au moins laisser un mot dans l’entrée s’il ne veut pas parler. Nous saurions au moins où l’appeler au cas où quelque chose de grave arriverait.

295Pamela. Il est peut-être allé au club d’échecs, comme il en a l’habitude.

296Mathilde. C’est possible. Si c’est le cas, ça m’inquiète. La vie de mon fils n’est pas normale. Les jeunes de son âge ont généralement d’autres activités.

297Pamela. Je me fais aussi du souci pour Martin, Madame. Aujourd’hui, alors qu’il était en train de reproduire de mémoire la dernière partie entre Kasparov et Karpov, il a commis deux erreurs. Et le pire dans tout ça, c’est qu’il ne s’en est pas rendu compte.

298Mathilde. Et toi, comment se fait-il que tu t’y connaisses autant ? Toi aussi tu m’inquiètes, Pamela. Tu es la brebis galeuse des domestiques de ce pâté de maisons. Rends-toi compte, alors que les autres se demandent ce qu’elles vont porter samedi pour aller au bal, toi tu es obnubilée par les erreurs que commet mon fils dans ses parties d’échecs.

299Pamela. Pas dans les siennes, madame : dans celles de Kasparov contre Karpov.

300Mathilde. Ne me réponds pas sur ce ton ! Soigne tes manières, Pamela ! N’oublie pas quelle est la place que tu occupes dans cette maison.

301Pamela. Pardonnez-moi, Madame Felizardo, mais…

302Mathilde. Qu’y a-t-il ?

303Pamela. Eh bien, c’est-à-dire que…

304Mathilde. Oui, je t’écoute. Dis-moi ce qu’il y a.

305Pamela. Il y a que la place que j’occupe dans cette maison…

306Mathilde. Que se passe-t-il ? Elle ne te convient pas ?

307Pamela. Non, si, si, au contraire, elle me convient tout à fait.

308Mathilde. Qu’y a-t-il alors ?

309Pamela. Il y a que… la place qui est la mienne n’est pas toujours la même. Parfois je suis dans la salle de séjour, comme maintenant, alors qu’à d’autres moments je suis…

310Mathilde. Où es-tu à d’autres moments ?

311Pamela. Aux toilettes ou dans les chambres. Ou parfois dans les combles, ou dans…

312Mathilde. Cela est normal. Tu ne dois pas te soucier de ces choses-là. Les végétaux sont enracinés en un point fixe du sol, mais toi et moi appartenons au règne animal, et c’est pour cela que nous sommes dotées de mouvement.

313Pamela. C’est exact, Madame. (Elle pose ses ustensiles.) Regardez, regardez ce que je peux faire. (Elle se met à sauter.) Je peux me mouvoir, Madame, je suis un animal !

314Mathilde. Pamela, ça suffit ! Tu es devenue folle ? Arrête de t’agiter, s’il te plaît !

315Pamela. Elle cesse de sauter et reprend son travail. Bien, Madame. Je vous demande pardon. Vous n’allez pas me renvoyer pour ça, n’est-ce pas ?

316Mathilde. Te renvoyer, non. Mais je vais peut-être commencer à envisager une réduction de ton salaire. J’ai dans l’idée que dernièrement tu t’es acheté trop de livres bizarres.

317(Sabrina entre.)

318Sabrina. Bonjour, maman. Bonjour, Pamela. (Elle embrasse Pamela.)

319Pamela. Bonjour, mademoiselle Sabrina.

320Mathilde. Et moi, je n’ai pas droit à un baiser ?

321Sabrina. Oh, mais si, excuse-moi. (Elle embrasse Mathilde.) Comment vas-tu maman ? Tu veux bien me montrer ta broderie ?

322Mathilde. (Elle ne la montre pas.) Non. Ces choses ne te concernent pas. Et ta grammaire, ça avance ?

323Sabrina. Ça va. On a révisé, Virginie et moi. Seulement, après…

324Mathilde. Quoi.

325Sabrina. Il y a eu un problème avec Judith, la bonne. Mais ne t’inquiète pas : papa m’a promis de le régler.

326Mathilde. Tu es allée voir ton père ?

327Sabrina. Oui, je suis allée au cabinet pour lui parler.

328Mathilde. Tu es restée un moment seule avec lui dans le cabinet ?

329Sabrina. Non, il y avait aussi Cynthia, son assistante. Pourquoi tu me demandes toutes ces choses, maman ?

330Mathilde. Parce que si je ne te les demande pas, tu ne me racontes rien… J’ai l’impression de toujours devoir te tirer les vers du nez avec un tire-bouchon.

331Pamela. D’après ce que je sais, Madame, dans la Chine antique, pour tirer les vers du nez, on utilisait des appareils beaucoup plus sophistiqués qu’un tire-bouchon. Ils avaient des instruments de torture raffinés.

332Mathilde. Ceci est hors de propos, Pamela. Occupe-toi de finir de cirer ce plancher.

333Sabrina. (À Pamela.) J’espère que tu le réussiras mieux que celui de ma chambre, parce que la dernière fois que tu l’as ciré, ça ne ressemblait à rien.

334Pamela. Pardon, señorita Sabrina, mais… Dois-je le prendre comme un compliment ?

12

335Le cabinet médical. Le docteur et José Robert Lagos sont assis comme à la fin de la scène 10. Debout, à côté du bureau, se trouve également Martin.

336Le docteur. Bien, monsieur Lagos, alors on fait comme on a dit.

337J. R. Lagos. Oui. Certaines personnes pourraient trouver cela un peu… cruel, mais… vous et moi savons que dans le cas présent, une mesure drastique s’impose.

338Le docteur. Absolument. Ah, Monsieur Lagos, permettez-moi de vous présenter mon fils, Martin Felizardo. Martin, ce monsieur est le père de Virginie, la camarade de classe de ta petite sœur.

339Martin. Enchanté. (Il serre la main à J. R. Lagos.)

340J. R. Lagos. Tout le plaisir est pour moi, jeune homme. J’imagine que vous marchez sur les pas de votre père et que nous aurons très bientôt des nouvelles de votre gloire médicale.

341Le docteur. Non. Il étudie… comment s’appelle ce jeu, Martin ?

342Martin. C’est un art, papa. Un savant mélange d’art et de science, et ça s’appelle les échecs.

343J. R. Lagos. Ah, oui. Une discipline fascinante dans laquelle je vous prédis une carrière aussi prometteuse que celle qui a conduit votre père à la place éminente qui est la sienne au sein du corps des praticiens hospitaliers. Si tel est son cas, bien entendu.

344Martin. Je vous remercie de vos bons souhaits, monsieur, mais… mon amour propre est au plus bas. Vous ne devinerez jamais contre qui j’ai perdu aujourd’hui.

345Le docteur. Contre qui, dis-le nous.

346Martin. Essayez de deviner.

347J. R. Lagos. Contre notre champion national, sûrement. Il est vraiment difficile de lui tenir tête. Il n’est pas Champion pour rien.

348Martin. Non. Ce n’est pas contre lui. Je vais vous dire contre qui j’ai perdu. Mais je vous demande instamment de ne le répéter à personne.

349Le docteur. C’est si humiliant que ça ? Alors dis-le. Je ne le répéterai pas. C’est promis.

350Martin. C’est bon : j’ai perdu contre Pamela. (À J. R. Lagos.) Pamela est notre employée de maison. Notre bonne à tout faire.

351J. R. Lagos. Vous êtes en train de me dire que vous avez perdu une partie contre votre bonne ?

352Martin. Ce n’est pas une partie que j’ai perdue mais dix.

353Le docteur. Comment est-ce arrivé, Martin. Raconte.

354Martin. D’accord. Pamela était en train de passer le plumeau dans la salle de séjour pendant que j’étudiais une partie du maître Rubinstein. À un moment, sans le vouloir, elle a renversé avec son plumeau toutes les pièces de mon échiquier. Ça m’a mis très en colère, bien sûr, mais ensuite, elle a remis chaque pièce à sa place, comme si elle connaissait la partie depuis toujours. Intrigué, je l’ai interrogée à ce sujet, mais elle m’a dit qu’elle n’avait jamais joué aux échecs. Après quoi, on a commencé à parler d’autres choses en rapport avec les tâches ménagères. Je lui ai rappelé qu’il y avait un tas de linge à repasser, et qu’il fallait passer un coup de chiffon sur les vitres de la salle à manger. Et je lui ai aussi demandé de faire venir un maçon pour réparer le faux plafond des combles.

355Le docteur. Et comment se fait-il que vous en soyez venus à jouer ? Racontenous !

356Martin. Oui, papa. J’allais y venir. Eh bien, à un moment donné, on s’est remis à parler des échecs et je lui ai proposé, en échange d’une retenue minime sur son salaire, de lui donner quelques leçons, de lui apprendre à bouger les pièces. Elle n’a pas voulu entendre parler de retenue sur son salaire. Elle a insisté pour me payer en liquide, et c’est ce qu’elle a fait en puisant dans ses économies. Je lui ai alors enseigné les rudiments du jeu, et pour l’aider à fixer ses connaissances, je lui ai proposé de faire une partie. Cette fois-là, j’ai laissé Pamela me battre, pour qu’elle prenne confiance et continue à apprendre. Mais elle a fêté sa victoire avec de telles démonstrations de joie, que j’ai eu envie de jouer une autre partie contre elle pour la massacrer. Mais j’ai eu beau faire, elle m’a tendu un piège qui m’a mis échec et mat en quinze coups. Furieux, j’ai voulu prendre ma revanche, mais elle m’a de nouveau battu, alors que j’avais les blancs. Et ça a continué. Partie après partie, je perdais, et elle gagnait en jouant à une vitesse que même Kasparov n’atteint pas quand il fait un blitz.

357J. R. Lagos. Mais cette domestique est timbrée !

358Martin. Oui, c’est ce que je lui ai dit. Je lui ai proposé une consultation médicale avec mon père.

359Le docteur. C’est une bonne idée. On pourrait lui faire un bilan complet. Avec des analyses et tout le reste.

360Martin. Ça serait une bonne chose. Bien que pour le moment, je ne crois pas que ce soit faisable : maman considère que le rendement de Pamela à la maison ne permet pas encore de lui accorder des jours de congé.

13

361La salle à manger des Lagos. Virginie étudie. Judith travaille.

362Virginie. Judith.

363Judith. Quoi.

364Virginie. C’est vrai ce qu’on raconte, que tu aides Julien avec des trucs de sorcellerie pour qu’il puisse conquérir le cœur de Sabrina ?

365Judith. Je fais certaines choses, mais c’est surtout pour qu’il prenne de l’assurance.

366Virginie. Mais tes potions en elles même ne sont-elles pas efficaces ?

367Judith. Ma foi, je n’en sais rien, parfois oui, parfois non. J’espère que celle que j’ai servie à Sabrina aujourd’hui le sera.

368(José Robert Lagos entre.)

369J. R. Lagos. Bonjour.

370Virginie. Bonjour, papa.

371J. R. Lagos. Comment vas-tu, ma chérie ? (Il embrasse Virginie.)

372Judith. Bonsoir, monsieur.

373J. R. Lagos. (Il s’approche de Judith.) Ah, bonsoir, Judith, comment ça va ? (Il est sur le point de l’embrasser.)

374Virginie. Papa !

375J. R. Lagos. (Il se tourne vers Virginie.) Qu’y a-t-il ? Virginie. Qu’est-ce que tu allais faire ? Embrasser Judith ?

376J. R. Lagos. Oui, bien sûr. Pourquoi, ça pose un problème ? Elle vit dans cette maison, comme toi, si je ne m’abuse.

377Virginie. Oui, bien sûr, mais…

378J. R. Lagos. Virginie, je te demande de te retirer dans tes appartements pour étudier. Je dois régler une question très importante avec Judith.

379Virginie. Ma présence te dérange ? Je suis curieuse de savoir quel genre de baiser tu as l’intention de lui donner.

380J. R. Lagos. Il ne s’agit pas du tout d’un baiser. Ne sois pas insolente, veux-tu ! Va immédiatement dans ta chambre.

381Virginie. Je constate que ton langage se dégrade à mesure que tu t’emportes. Au début tu m’as demandé de me retirer dans mes appartements. Maintenant tu m’envoies dans ma chambre.

382J. R. Lagos. (Il l’attrape par le bras et la conduit jusqu’à la porte.) Oui. Et si tu ne t’en vas pas, je vais t’envoyer bien plus loin, en employant des termes assez différents de ceux qui figurent dans ton livre de grammaire.

383Virginie. C’est bon, je m’en vais. Lâche-moi, sale brute. (Elle sort.)

384J. R. Lagos. Bien, Judith, je veux que vous laissiez un moment ces ustensiles de ménage et que vous veniez vous asseoir ici. J’ai à vous parler.

385Judith. Bien sûr. Tout de suite, monsieur.

386(Virginie se montre sans pour autant entrer.)

387Virginie. Si tu savais ce qu’on peut trouver dans ce livre de grammaire (Elle le montre.) tu serais étonné, papa. (Elle disparaît à nouveau.)

388J. R. Lagos. Ah, cette fille. Je crois qu’un jour je vais devoir la mettre au pas. Judith. Je crois que ce serait très bénéfique, Monsieur.

389J. R. Lagos. Pour moi, Judith ?

390Judith. Non, Monsieur, pour Virginie.

391J. R. Lagos. Ah, oui, bien sûr.

392Judith. Je crois qu’elle a besoin qu’on lui donne une bonne leçon.

393J. R. Lagos. C’est certain. Et je la lui ferai en temps voulu. Et à propos de leçon, Judith, il paraît que cet après-midi vous vous êtes conduite d’une manière peu digne d’éloges.

394Judith. Vous faites allusion à toute la vaisselle qui n’a pas encore été faite ? C’est que…

395J. R. Lagos. (Il l’interrompt.) Non, je ne parle pas de vaisselle, Judith. Je parle de quelque chose de bien plus important. De bonnes manières, de savoir-vivre.

396Judith. J’ignore de qui vous voulez parler, Monsieur.

397J. R. Lagos. Calmez-vous Judith. Je parle des choses que vous avez osé dire à Sabrina Felizardo, la camarade de classe de ma fille.

398Judith. Ah. Celle-là.

399J. R. Lagos. Oui, CELLE-LÀ. Celle-là, précisément. Peu importe ce que vous pouvez penser de cette fille, mais vous avez très mal agi en lui tenant de tels propos. Et cela m’a valu de sérieux problèmes. J’ai été prié de me rendre cet après-midi même au cabinet de son père.

400Judith. (Consternée.) Ah, excusez-moi, Monsieur Lagos ! Mais c’est que je ne peux pas supporter que cette bâtarde entre dans cette maison ! Cette gosse est le produit d’une union immorale !

401J. R. Lagos. Que voulez-vous dire ?

402Judith. Ses parents, Monsieur. Le père et la mère de cette jeune fille sont parents entre eux.

403J. R. Lagos. Parents ? Quel lien de parenté y a-t-il entre eux ?

404Judith. Ils sont mari et femme.

405J. R. Lagos. (Il soupire, non pas de soulagement mais de résignation.) Oui, je sais. Mais de nos jours, c’est très courant, malheureusement. Il faut que vous commenciez à accepter la modernité, Judith. Un mari et son épouse, ne vous en déplaise, ont le droit d’avoir une vie intime.

406Judith. Ils peuvent bien avoir tout les droits qu’ils veulent, mais il n’y a aucune raison pour que j’ouvre les portes de cette maison au fruit répugnant de ces unions.

407J. R. Lagos. Judith, n’oubliez pas que cette maison n’est pas la vôtre et bien que cela fait des années que vous vivez ici, si votre conduite mérite un renvoi, vous l’aurez.

408(Virginie réapparaît.)

409Virginie. Je t’ai eu, papa. On ne dit pas « bien que cela fait », on dit « bien que cela fasse ».

14

410Le salon des Felizardo. Julien et Sabrina entrent. Elle est en chemise de nuit et robe de chambre.

411Sabrina. Viens, entre Julien.

412Julien. Merci.

413Sabrina. (Elle s’assied et Julien fait de même.) Bien. J’aimerais savoir ce qu’il y a de si important pour que tu viennes à une heure aussi tardive chez moi.

414Julien. Sabrina, je… (Il se lève.) Non, je crois que c’est déplacé. Je n’aurais pas dû venir te voir aussi tard. Excuse-moi. On en reparle un autre jour.

415Sabrina. (Elle tire sur ses vêtements pour qu’il se rasseye.) Non, Julien. Puisque tu m’as tirée du lit, je veux entendre ce que tu as à me dire.

416Julien. À ce que je vois, tout le monde dort dans cette maison. Je crois que je devrais m’en aller et revenir un autre jour à une heure plus civilisée.

417Sabrina. Ce que tu as à me dire est à ce point civilisé ?

418Julien. Ma foi, je ne sais pas… je crois que c’est en train de transiter de la barbarie vers la civilisation. Mais… non, il vaut mieux que je m’en aille. (Il se lève.) Tu n’es pas habillée pour recevoir de la visite.

419Sabrina. Mais Julien, tu ne m’as pas dit que tu viendrais. Si tu m’avais prévenue, j’aurais mis…

420Julien. Quoi. Qu’est-ce que tu aurais mis ?

421Sabrina. Je ne sais pas, un jean, ou un chemisier. Quelque chose comme ça.

422Julien. J’aurais aimé te voir comme ça. Tu étais habillée comme ça quand tu es allée chez moi cet après-midi pour étudier avec ma sœur ?

423Sabrina. Je crois que oui. Non, je n’en suis pas sûre. En fait, j’ai une assez mauvaise mémoire pour les vêtements. Sauf les chaussures. Pour les chaussures j’ai une bonne mémoire. Peut-être parce que ma mémoire s’est développée pendant ma petite enfance, et qu’à cette époque j’arrivais juste à voir les pieds des gens.

424Julien. Sabrina, ce que je suis venu te dire c’est que… tu me plais. Même si je ne sais pas exactement de quelle manière. Quel problème, non ?

425Sabrina. Oui. Et moi j’ai un peu le même problème avec toi. Parce que je crois que tu me plais, mais je ne sais pas si c’est parce que tu as éveillé en moi ce sentiment, ou si c’est parce que ta sœur Virginie m’a dit du bien de toi.

426Julien. Elle t’a dit du bien de moi ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ?

427Sabrina. Je ne me souviens pas exactement. Mais plus d’une fois, pendant que nous étudiions, elle a commencé à faire ton éloge, et à énoncer tes qualités.

428Julien. Dis-moi, Sabrina. J’ai remarqué que quand vous étudiez ensemble, souvent vous utilisez un magnétophone. Tu n’as pas une cassette où sont enregistrés ces moments où Virginie t’a dit du bien de moi ?

429Sabrina. Non, je n’en ai pas. Virginie garde tous les enregistrements.

430Julien. Et tu ne te souviens vraiment pas de ce qu’elle t’a dit ?

431Sabrina. Non. Peut-être parce que le sujet ne m’intéressait pas.

432Julien. Ça veut dire que je ne t’intéresse pas ?

433Sabrina. Pas forcément. Ça peut vouloir dire que ce que ta sœur a à dire sur toi ne m’intéresse pas. Ou ça peut vouloir dire qu’à ce moment-là ça ne m’intéressait pas. Mais cette situation peut avoir changé.

434Julien. Et elle a changé, en réalité ?

435Sabrina. Julien, nous parlons d’une situation hypothétique. Et je n’ai pas dit laquelle de ces hypothèses correspondait à la réalité.

436Julien. (Il se met en colère.) Bon, tu vas me le dire une fois pour toutes, s’il te plaît, Sabrina ! Tu n’as pas le droit de jouer comme ça avec mes sentiments ! Je te préviens, Sabrina : Je ne tolère pas qu’on se fiche de moi. Et quand il s’agit d’une femme, je le tolère encore moins. Je ne me contrôle plus. (Il la saisit par les revers de sa robe de chambre.)

437Sabrina. Qu’est-ce que tu vas faire ? Me frapper ?

438Julien. S’il le faut, oui.

439(Mathilde entre. Elle porte une chemise de nuit, et ses cheveux en désordre indiquent qu’elle vient de sortir du lit.)

440Mathilde. Quelqu’un peut m’expliquer la raison de ce remue-ménage ? (Elle remarque Julien.) Qui est ce jeune homme ?

441Julien. Permettez-moi de me présenter. (Il s’approche d’elle et lui tend la main. Elle la lui serre.) Je suis Julien Lagos.

442Sabrina. C’est le frère de Virginie, maman. La copine avec qui j’étudie.

443Mathilde. Et que fait-il là ?

444Sabrina. Il…

445Julien. Je… Rien. J’étais simplement sur le point de… partir.

446Sabrina. Julien et moi étions en train de discuter… des règles concernant l’organisation des tâches domestiques, au cas où, un jour, on se retrouverait impliqués dans une sorte de… vie en commun.

447Julien. C’est vrai. Et ces règles, je vais les reprendre avec la dame qui travaille chez nous. Elle a des années d’expérience dans le domaine des tâches ménagères.

448Sabrina. Ne me parle pas de cette sorcière. Cet après-midi, elle a eu l’audace de m’insulter, alors que je ne l’avais pas provoquée et que je ne lui avais pas dit toutes les choses qu’elle mérite vraiment que quelqu’un lui dise.

449Mathilde. Quelles choses, Sabrina ?

450Sabrina. Certaines règles de bienséance m’empêchent d’en parler en présence de Julien.

451Julien. Quelles règles, Sabrina ?

452Sabrina. Je ne peux pas te le dire. Ce serait aller contre mes principes.

453Mathilde. Quels principes, Sabrina ?

454Sabrina. Assez, maman. N’insiste pas. J’ai eu assez de problèmes à régler pour aujourd’hui.

455Julien. Quels problèmes, Sabrina ?

456Sabrina. Ceux qui ont été provoqués par l’insolence de Judith.

457Mathilde. Quelle Judith, Sabrina ?

458Sabrina. L’employée de maison des Lagos.

459Julien. Quels L… (Il s’interrompt.)

460(Le docteur, vêtu d’un pyjama, entre. Ses cheveux révèlent aussi qu’il était en train de dormir.)

461Le docteur. Peut-on savoir pourquoi il y a tant d’agitation, dans cette maison, à quatre heures du matin ?

462Sabrina. Ce n’est rien, papa. J’ai simplement réveillé maman parce que je voulais lui présenter Julien, le frère de Virginie Lagos.

463Julien. (Il s’avance vers le docteur et lui tend la main. Celui-ci la lui serre.) Enchanté, docteur Felizardo.

464Le docteur. Vous êtes Julien Lagos ? Cet après-midi même, j’ai eu un entretien avec votre père, monsieur… euh…

465Julien. José Robert Lagos.

466Le docteur. Oui. C’est cela.

467Mathilde. Vous avez remarqué ? Il ne manque que Martin pour que toute la famille soit rassemblée.

468Le docteur. Très juste. C’est une bonne occasion pour faire une réunion de famille, ce que nous n’avons pas fait depuis si longtemps.

469Sabrina. Excellente idée, papa. Sauf que… Julien ne fait pas partie de notre famille.

470Julien. Tu as raison, Sabrina. Alors, il faut peut-être que je me retire.

471Sabrina. Oui, Julien, retire-toi.

472Le docteur. Et la prochaine fois, monsieur Lagos, tâchez de ne pas venir à des heures aussi indues.

473Julien. Je ferai mon possible, docteur. Bonne nuit à tous. (Il s’en va.)

474(Pamela entre avec des livres.)

475Mathilde. Que fais-tu là, Pamela ? Je ne me rappelle pas t’avoir délivré une autorisation de circuler dans la maison pendant la nuit.

476Pamela. C’est à dire que… je voulais seulement… lire un moment.

477Mathilde. Je ne comprends pas où tu trouves les fonds pour acheter ces livres. Je ne pense pas que le salaire que tu gagnes ici te permette ces dépenses somptuaires.

478Sabrina. (À Mathilde.) Quels livres a-t-elle achetés ?

479Le docteur. Cela ne nous regarde pas, Sabrina. Je crois que Pamela, comme tout un chacun, a droit à une certaine intimité.

480Pamela. Ne vous inquiétez pas, docteur. Je n’ai rien à cacher. Si j’avais une raison de cacher les livres que j’achète, alors je les aurais cachés, et madame (elle fait allusion à Mathilde) ne les aurait pas trouvés, au cours de l’une de ces fouilles de routine qu’elle effectue dans ma chambre.

481Mathilde. Moi, fouiller ta chambre ? À Dieu ne plaise ! Plutôt nettoyer les toilettes du jardin zoologique !

482Pamela. Ce serait assez similaire, puisque je suis un animal. (Elle laisse tomber les livres et se met à sauter.) Regardez, je peux bouger, je peux décoller du sol ! Je ne suis pas une plante, je suis un animal !

483Le docteur. (Il retient Pamela.) Mais cette domestique est complètement déséquilibrée ! Elle a besoin de toute urgence de soins médicaux.

484Sabrina. Occupe-toi d’elle, papa.

485Mathilde. Non, Simon, laisse-la. Je sais ce qui arrive à Pamela. Elle est surexcitée et euphorique parce que cet après-midi, elle a battu Martin aux échecs.

486Sabrina. Maman, tu délires !

487Le docteur. Non, Sabrina, c’est la vérité. Martin a eu le courage de me le dire.

488Sabrina. C’est inadmissible !

489Mathilde. Oui. Mais moi, ce que j’aimerais savoir c’est si cette petite bonne qui s’en est prise à notre pauvre petit Martin, a assez de cran pour m’affronter devant l’échiquier.

490Pamela. Vous… vous voulez jouer avec moi aux échecs, Madame Felizardo ?

491Mathilde. Oui, ma petite. Je veux te faire mordre la poussière de la défaite.

492Le docteur. Moi, je vais me coucher. Je suis allergique à cette poussière. (Il s’en va.)

493Sabrina. (Elle montre l’échiquier et les pièces.) Avanti, bersaglieri.

494Mathilde. À toi l’honneur, Pamela. Je t’accorde cet avantage. Et tâche de bien en profiter parce que tu n’en auras pas d’autre. (Pamela, qui reste debout, bouge une pièce. Mathilde et Sabrina s’asseyent.) (En regardant l’échiquier.) Mmmm, tu n’es pas si sainte nitouche que tu en as l’air, mais je vais quand même te mettre en pièces.

495Sabrina. N’oublie pas qu’elle a battu Martin, maman.

496Mathilde. Ne t’inquiète pas, je ne l’oublie pas. Au contraire, je n’arrête pas d’y penser et c’est ce qui me donne l’énergie de lutter. La vengeance est toujours un sentiment très doux, très savoureux.

497Pamela. C’est à vous de jouer, Madame.

498Mathilde. Oui, je sais. Ne sois pas impertinente, Pamela. Tu n’as pas besoin de me le rappeler. Tu crois peut-être que je ne connais pas les règles ?

499Pamela. Non, Madame.

500Mathilde. Ça veut dire quoi, non ? Que tu ne le crois pas, ou que je ne les connais pas ?

501Pamela. Ça veut dire oui, que vous les connaissez.

502Mathilde. Mais… maintenant tu me dis oui, alors qu’avant tu avais dit non. C’est le mot que tu avais employé. C’est bien ça, Sabrina, ou bien faut-il que je porte plainte contre mon oto-rhino ?

503Sabrina. Non, maman. Ce qui se passe c’est qu’il y a des phrases assertives dont le sens peut être équivalent à celui d’autres phrases dont la forme…

504Mathilde. Tais-toi ! Tu ne peux pas prendre la défense de ma rivale. Un bon arbitre ne prend parti pour aucun des adversaires sans quoi l’affrontement n’a plus rien de sérieux.

505Pamela. C’est votre tour, Madame.

506Mathilde. Encore ? Tu me le rappelles encore ? Je croyais t’avoir déjà dit que j’avais compris. Ou peut-être que j’imagine des choses qui ne sont jamais arrivées.

507Sabrina. C’est généralement le cas. On imagine des choses qui n’ont pas lieu dans la réalité. Et toi tu es Verseau, le signe de l’imagination par excellence.

508Mathilde. N’essaie pas de toucher aussi à des disciplines qui te dépassent, ma chérie. Ton domaine c’est la grammaire.

509Sabrina. Je sais, maman. Si je ne le savais pas, il faudrait me renvoyer de l’université.

510Mathilde. Je vais jouer cavalier quatre roi. (Elle bouge un pion.)

511Pamela. Madame, ceci est un pion.

512Mathilde. Je sais. Tu crois que je ne connais pas les pièces ?

513Pamela. Mais vous avez dit que vous alliez bouger le cavalier.

514Mathilde. La partie ne se définit pas par ce que l’on dit, mais par ce que l’on fait. Tu crois que les livres d’échecs tiennent le compte de ce que les joueurs ont dit pendant les parties ? Non. Ils se contentent de nous montrer ce que chacun a joué. Ce que chacun a dit n’a pas d’importance. Autant en emporte le vent.

515Sabrina. Alors, c’était pour tromper Pamela que tu as parlé du cavalier, maman ?

516Mathilde. Je ne vais pas te répondre. Je ne dévoile jamais mes tactiques de jeu. Et encore moins devant mon adversaire.

517Pamela. (Elle bouge une pièce.) J’ai joué, Madame.

518Mathilde. Tu es sûre ?

519Pamela. Oui, madame Mathilde.

520Mathilde. Tu es consciente des risques que comporte ce mouvement ? Mon fou ne t’inquiète pas ?

521Pamela. (Résignée, troublée par les paroles de Mathilde.) Je ne sais pas… Je ne sais pas. (Elle se prend la tête à deux mains.)

522Mathilde. (Elle bouge une pièce.) Il va te rester peu de pièces d’artillerie, Pamela. Où vas-tu trouver des renforts, dans l’armoire aux ustensiles ménagers ?

523Sabrina. Ne te moque pas d’elle, maman. Ce n’est pas juste. Tu dois essayer de gagner sans utiliser ce genre de recours.

524Mathilde. Tu ne veux pas te taire, Sabrina ? Va étudier ta grammaire et fiche-moi la paix.

525Sabrina. Non, je ne m’en irai pas. Il faut que quelqu’un contrôle cette partie, et soit témoin de son issue.

526Mathilde. Que vas-tu faire ? La publier dans la gazette de l’Université ?

527Pamela. (Elle bouge une pièce.) Je bouge ça, Madame.

528Mathilde. Ah bon ? Et bien moi je réplique comme ça. (Elle joint le geste à la parole.) Échec et mat. Ha, ha, ha, ha, ha ! (elle rit aux éclats.) Et bien ? Qu’est-il arrivé à ce prodige de servante ? (Elle rit.) Je t’ai battue à la régulière, Pamela. Alors, quand tu verras Martin, tu t’agenouilleras devant lui et tu lui demanderas pardon. (Pamela fond en larmes.)

529Sabrina. N’exagère pas maman. Qu’elle souffre de l’humiliation de la défaite, d’accord, mais ne l’oblige pas à ramper devant nous.

530Mathilde. Tu te trompes. Pamela doit apprendre à perdre.

531Pamela. Vous m’avez rendue nerveuse ! J’aurais dû jouer dame quatre tour après pion trois fou.

532Mathilde. C’est facile à dire maintenant, mais il est un fait irréfutable, tu as perdu. Tu es témoin, n’est-ce pas Sabrina ?

533Sabrina. Oui. C’est toi qui as gagné la partie.

534Pamela. (À Mathilde.) Voulez-vous jouer la revanche, Madame ?

535Mathilde. La revanche ? Bien entendu ! Je suis prête à te battre à nouveau. Je ne savais pas que tu aimais être battue. Tu es masochiste, Pamela ?

536Pamela. Non, Madame.

537Mathilde. Remets les pièces en place. Et fais-le correctement.

538Pamela. Oui, Madame.

15

539La salle-à-manger des Lagos. Judith est allongée sur le ventre, sur la table, maintenue par des cordes. En dessous de la ceinture, elle porte les mêmes vêtements que lors de sa précédente apparition mais au-dessus, elle ne porte qu’un soutien-gorge. Sur son dos, on voit les blessures occasionnées par les coups de fouet que lui a donnés José Robert Lagos, qui se tient près d’elle, brandissant un fouet.

540J. R. Lagos. Ça te suffit, Judith, ou tu as encore envie d’utiliser ta langue de vipère contre Sabrina Felizardo ?

541Judith. Non, Monsieur. Assez, s’il vous plaît.

542J. R. Lagos. Je n’arrêterai pas tant que tu ne me diras pas ce que je veux entendre.

543Judith. Je vous l’ai déjà dit, Monsieur ! Je n’insulterai plus cette jeune fille !

544J. R. Lagos. C’est promis, Judith ?

545Judith. Oui. Ôtez-moi ces cordes, elles me font mal.

546J. R. Lagos. Pour que je te les ôte, tu dois dire : « Moi, Judith Fernandez, je jure sur la tête de ma mère et sur ma patrie de ne plus offenser mademoiselle Sabrina Felizardo ».

547Judith. Cette phrase est très longue, Monsieur Lagos. Je ne peux pas la retenir. Ma volonté de changer ne vous suffit pas ? Vous doutez de la sincérité de mon repentir ?

548J. R. Lagos. Non, Judith. Je sais très bien qu’il est sincère. Mais en pareil cas, tu sais qu’il convient d’accomplir certaines formalités. Tu dois faire cette promesse. Dans le cas contraire, je me verrai dans l’obligation de te fouetter à nouveau et ça ne me plaît pas, parce que j’en souffre plus que toi.

549Judith. Ceci n’est pas exact, Monsieur Lagos. Vous avez pris du plaisir à me flageller. Qui plus est, c’est un acte illégal. Vous pouvez aller en prison pour ça.

550J. R. Lagos. Est-ce une menace Judith ? Est-ce une menace ?

551Judith. Non. Je n’ai pas l’intention de porter plainte, si c’est ça que vous voulez savoir.

552J. R. Lagos. Si c’était ça que j’avais voulu savoir, Judith, alors c’est ça que je vous aurais demandé. Mais je vous ai posé une autre question et vous n’y avez pas répondu. Qui plus est, je veux que vous sachiez que si ce que je fais est illégal, ce que vous avez fait est non seulement illégal mais aussi immoral. Car les choses que vous avez dites à Sabrina Felizardo sont fausses, et dans les Tables que Dieu à remises à Moïse figurait déjà ce commandement qui dit : « tu ne porteras pas de faux témoignage ».

553Judith. C’est exact. Dans ma Bible figure aussi cette phrase.

554J. R. Lagos. Alors, comment expliquez-vous votre comportement, Judith ?

555Judith. Virginie, qui est étudiante en grammaire, m’a dit qu’il s’agit d’une saillie d’humeur.

556J. R. Lagos. Ça n’explique pas les faits. Ça les décrit seulement. De plus, le fait que ma fille étudie la grammaire est sans rapport. Elle aurait pu étudier la numismatique, et vous dire la même chose.

557Judith. Pardon, Monsieur Lagos, mais qu’est-ce que la numismatique ?

558J. R. Lagos. C’est l’art de collectionner les monnaies anciennes. Vous n’êtes pas collectionneuse, Judith ?

559Judith. De monnaies anciennes ? Non, moi je collectionne…

560J. R. Lagos. Quoi donc ?

561Judith. Je ne sais pas si je peux vous le dire, Monsieur Lagos. J’ai peur que vous… vouliez me punir pour ça.

562J. R. Lagos. Je vous donne ma parole que je ne vous punirai pas, Judith. Ditesmoi ce que vous collectionnez.

563Judith. Votre parole ne me suffit pas. Vous devez me le promettre. Dites : « Moi, José Robert Lagos, je jure sur la tête de ma mère et sur ma patrie de ne pas punir Judith Fernandez quels que soient les objets qui composent sa collection ».

564J. R. Lagos. C’est trop long. La question ne m’intéresse pas au point de faire l’effort de mémoriser une formule aussi longue.

565Judith. C’est bon, ça n’a pas d’importance, je vais quand même vous le dire : je collectionne les cuillères en argent des maisons où j’ai servi en tant que domestique.

566J. R. Lagos. Mais alors… Vous êtes une voleuse ?

567Judith. Je l’étais. Je ne le suis plus. Je ne suis plus en activité. De plus, Monsieur Lagos, vous n’avez pas à vous inquiéter, parce que chez vous il n’y a pas de couverts en argent.

568J. R. Lagos. C’est exact. Et savez-vous pourquoi il n’y en a pas ?

569Judith. Non. Pourquoi ?

570J. R. Lagos. Parce qu’ils ont tous été volés par la dame qui a travaillé dans cette maison avant vous.

16

571Le séjour des Felizardo. S’y trouvent Mathilde et Sabrina.

572Mathilde. Dis-moi, Sabrina, il y a quelque chose entre toi et ce… Julien Lagos ?

573Sabrina. Quelque chose comme quoi, maman ?

574Mathilde. Tu sais de quoi je parle.

575Sabrina. Eh bien, lui a l’air de s’intéresser à moi, mais moi…

576Mathilde. Toi quoi ?

577Sabrina. Moi aussi j’ai l’air de m’intéresser à lui. Mais je ne sais pas si cet intérêt est réel. Je ne sais pas s’il m’intéresse parce qu’il me plaît, ou bien parce que Virginie, sa sœur, m’a dit du bien de lui.

578Mathilde. Elle t’a dit du bien de lui ? Qu’est-ce qu’elle t’a dit ?

579Sabrina. Eh bien… Elle m’a dit que Julien… n’étudie pas. Qu’il n’est pas étudiant. Elle m’a dit que Julien travaille.

580Mathilde. C’est une bonne chose, Sabrina, c’est une bonne chose. Tu ne dois pas laisser filer ce garçon.

581Sabrina. Mais… tu crois qu’il pourrait finir par me remarquer ?

582Mathilde. Sabrina, c’est toi-même qui a dit qu’il avait l’air de s’intéresser à toi.

583Sabrina. Oui, ça en a l’air.

584Mathilde. Qu’est-ce que tu veux dire ? Tu doutes de son honnêteté ?

585Sabrina. Non. Mais comment savoir s’il est venu hier soir à la maison pour moi ?

586Mathilde. Je ne comprends pas. Pour qui d’autre serait-il venu ?

587Sabrina. Pour toi, maman, pour toi.

17

588La salle à manger des Lagos. José Robert et Judith comme à la scène 15. Julien entre.

589Julien. Bonjour, papa.

590J. R. Lagos. Que fais-tu là, Julien ? Il n’y a pas de travail, aujourd’hui ?

591Julien. Si. Il doit y en avoir. Mais j’irai plus tard. Je viens d’arriver. La nuit dernière, je n’ai pas dormi à la maison.

592J. R. Lagos. Que s’est-il passé ? Tu as été arrêté par la police, ou quelque chose dans le genre ?

593Julien. Non. Pas du tout. Je suis allé chez les Felizardo. Il fallait que je voie Sabrina. Je crois que je suis… fou d’elle.

594J. R. Lagos. Et Sabrina… elle t’a invité à passer la nuit avec elle ?

595Julien. Non, papa. C’est une fille comme il faut. Nous avons bavardé dans le salon, chez elle, rien de plus. Et après, ses parents nous ont rejoints.

596J. R. Lagos. Vous voyez, Judith ? Vous voyez comme vos idées concernant Sabrina Felizardo sont fausses ? (Il la détache.) Allez. Allez méditer tout ce que je vous ai dit. Et après n’oubliez pas de dire vos prières.

597Judith. Ça ne m’arrive jamais, monsieur. (Elle s’en va.)

598J. R. Lagos. Dis-moi, Julien, tu as parlé aux parents de Sabrina de ton intention de… l’épouser ?

599Julien. Je n’ai pas l’intention d’épouser Sabrina, papa. Tu es complètement à côté de la plaque.

600(Virginie entre.)

601Virginie. Bonjour. Je veux prendre mon petit déjeuner. Je suis morte de faim.

602J. R. Lagos. Moi aussi. Je vais chercher un cimetière où abondent les croissants et les petits pains. (Il s’en va.)

603Julien. Virginie, hier soir Sabrina m’a dit que tu lui avais parlé en bien de moi. Qu’est-ce que tu lui as dit ?

604Virginie. Si j’ai bonne mémoire, je lui ai parlé de tes dispositions naturelles… de mâle latino.

605Julien. Mais qu’est-ce que tu en sais toi ? Tu es ma sœur, non ?

606Virginie. Oui, c’est vrai. Excuse-moi, j’avais oublié. Bon, Julien, dis-moi comment ça s’est passé avec Sabrina. Lui as-tu parlé de l’amour que tu ressens pour elle ?

607Julien. Vaguement. Je n’ai pas complètement osé. Mais tu ne m’aides vraiment pas, tu ne tâtes pas le terrain de manière à ce que je sache avec certitude sur quelles pierres poser le pied.

608Virginie. Tu es vraiment trop pusillanime. Tu dois te montrer plus déterminé, plus résolu.

609Julien. Je sais bien, mais c’est difficile.

610Virginie. Tu as peut-être besoin d’une stimulation.

611Julien. Je ne comprends pas.

612Virginie. Si, quelque chose qui t’oblige à prendre plus d’initiatives. Une compétition est peut-être ce qui convient. En rivalisant avec d’autres, tu te sentiras obligé de les devancer et de gagner.

613Julien. Tu as l’intention de faire en sorte que d’autres hommes fassent la cour à Sabrina ?

614Virginie. Non, ce que je te propose c’est une compétition entre toi et moi. Tu essaies de conquérir Sabrina, et moi Martin, son frère. Celui qui atteindra le premier son objectif sera le vainqueur. Qu’en dis-tu ?

615Julien. D’accord. J’accepte. Mais je te préviens, j’ai déjà un peu d’avance sur toi. Hier soir j’ai réussi à embrasser Sabrina.

616Virginie. Ça ne fait rien. J’adore les défis.

18

617Le cabinet médical. Le docteur est assis à son bureau. Judith entre.

618Judith. Vous permettez, docteur.

619Le docteur. Entrez, madame. Asseyez-vous.

620Judith. Merci, docteur, mais je suis très pressée. (Elle ôte sa chemise et reste en soutien-gorge.) Je me suis absentée de mon travail pour venir vous voir, mais je dois y retourner rapidement.

621Le docteur. Quel est votre problème, madame ?

622Judith. Eh bien voilà, j’ai le dos qui me brûle et c’est insupportable.

623Le docteur. Allongez-vous. (Judith s’allonge sur le ventre sur le lit de consultation.) Ces lésions sont très étranges, Madame.

624Judith. Que pensez-vous que ce soit, docteur ?

625Le docteur. Avez-vous le souvenir… d’avoir fait dernièrement quelque chose… de mal ?, quelque chose de répréhensible ?

626Judith. Non. Je suis en train de passer en revue, mentalement, mes dernières actions, et elles sont toutes bonnes.

627Le docteur. C’est bon. (Il lui donne deux tapes sur le postérieur.) Rhabillez-vous. Dites-moi votre nom, s’il vous plaît. (Il s’assoit sur la chaise de son bureau et s’apprête à écrire dans son ordonnancier.)

628Judith. (En se rhabillant.) Judith Fernandez.

629Le docteur. Judith Fernandez ? Mais… Vous n’êtes pas… cuisinière chez les Lagos ?

630Judith. Si, cuisinière, domestique, bonne d’enfant. Je suis un peu l’homme orchestre de la maison.

631Le docteur. Et comment se fait-il que vous ayez choisi de venir à mon cabinet ? Ne croyez pas que je ne sois pas au courant de l’altercation que vous avez eue avec ma fille.

632Judith. Ah, ça ! Pour moi c’est sans importance. Mais si vous voulez me punir pour ça, je… n’y vois pas d’inconvénient.

633Le docteur. Vous punir ? De quelle manière ?

634Judith. En m’infligeant des lésions comme celles que j’ai dans le dos.

635Le docteur. Je ne comprends pas. Vous êtes de ces personnes qui jouissent de la douleur ?

636Judith. Il y a d’autres personnes qui ressentent la même chose que moi ? Je… ne savais pas. Pendant de nombreuses années, j’ai cru que j’étais anormale. Pervertie.

637Le docteur. Pervertie ? Non, absolument pas. Ce genre de penchant est tout ce qu’il y a de plus normal. En tant que médecin, je le constate tous les jours.

638Judith. Vraiment… ça me réconforte de le savoir.

639Le docteur. Oui. Moi-même, je dois vous dire, j’ai… une sorte de penchant similaire… Mais dans l’autre sens. Je jouis de la douleur d’autrui, surtout si c’est moi qui la provoque. C’est peut-être la raison pour laquelle les tests d’orientation pour trouver ma vocation m’ont conseillé d’étudier la médecine.

640Judith. Vous éprouvez de la jouissance en faisant souffrir d’autres personnes ? Si c’est le cas, peut-être vous et moi pourrions… nous entendre.

641Le docteur. Non, Judith. Je ne crois pas. Car moi je jouis quand l’autre souffre, et si vous ne souffrez pas mais vous jouissez de ce que je vais vous faire, alors je n’éprouverai aucun plaisir.

642Judith. Je comprends. Excusez-moi, docteur. Je n’aurais pas dû vous faire ce genre de propositions.

643Le docteur. Ce n’est pas grave, ne vous inquiétez pas. Bien, Judith, vous pouvez disposer. En sortant, vous pouvez régler mes honoraires auprès de mon assistante.

644Judith. C’est combien, la consultation, docteur ?

645Le docteur. Je n’en suis pas sûr. Je ne m’occupe pas de ces détails. Je crois que cela frise les… cent cinquante dollars.

646Judith. Je ne peux pas payer ça.

647Le docteur. Et comment se fait-il que vous entriez dans un cabinet privé sans vérifier au préalable le montant des honoraires ?

648Judith. Je ne sais pas, docteur, les choses que je fais me viennent comme ça… spontanément. Elles ne sont pas le produit d’une réflexion approfondie. Moi je ne suis pas une intellectuelle. Je suis tout juste une employée de maison.

19

649La salle à manger des Lagos. Virginie et Sabrina sont assises à table, avec des livres de grammaire et des cahiers.

650Sabrina. On appelle verbes défectifs ceux que l’on ne peut pas conjuguer à toutes les personnes ou à tous les temps.

651Virginie. Donne-moi un exemple.

652Sabrina. Le verbe contondre. On ne dit pas « je contonds », « tu contondes », « il contonde ».

653Virginie. « Il contond », en tout cas.

654Sabrina. Non. En aucun cas, parce que ça ne se dit pas.

655Virginie. C’est drôlement coton, Sabrina. Laissons-ça pour une autre fois. Tu sais quoi ? Un de ces jours, j’aimerais connaître ton frère. Il s’appelle Martin, non ?

656Sabrina. Oui, Martin Felizardo.

657Virginie. Et que fait-il dans la vie ?

658Sabrina. Il joue aux échecs. C’est un passionné d’échecs. Il passe son temps à y jouer. Cet après-midi même, il a une partie très importante.

659Virginie. Contre qui ?

660Sabrina. Je ne sais pas. Le nom de son adversaire n’a pas d’importance. L’important c’est la partie.

661Virginie. Et il joue dans des compétitions internationales, Martin ?

662Sabrina. Non. Il n’en n’est pas là. Pour le moment c’est un amateur. Moi-même je le bats, en général, quand nous jouons ensemble.

663Virginie. Il est sympathique ?

664Sabrina. Plus ou moins. Mais je te le présente quand tu veux. Je crois que ça va lui plaire de faire ta connaissance.

665Virginie. Tu crois ? Ça me fait peur. Et si je ne lui plais pas ?

666Sabrina. Si tu ne lui plais pas c’est pas de chance, Virginie. Mais il faut que tu aies plus confiance en toi. Ne pense pas que tu vas échouer. À propos, tu sais que ton frère était chez moi hier soir ?

667Virginie. Julien ?

668Sabrina. Oui, bien sûr, Julien. Il est venu me voir et je crois que… je l’intéresse.

669Virginie. Ah, Sabrina, je ne devrais pas te le dire, mais… je ne veux pas que tu te laisses abuser par mon frère. Il peut, quand tu le connais à peine, sembler très attirant, mais si tu creuses un peu plus sa personnalité, tu découvres très vite qu’il est stupide.

670Sabrina. Pourquoi ?

671Virginie. C’est sans importance. Ne tombe pas dans les filets de Julien, Sabrina. Je te le dis en tant qu’amie. Si tu tombes dans ses filets, tu verras comme tu n’en finiras pas de tomber parce qu’il n’y aura pas de maille pour te retenir. Julien est une personne inconsistante, creuse. En plus, il est rusé et fourbe.

672Sabrina. Alors il n’est pas stupide. Une personne rusée est une personne intelligente. Il faut qu’elle ait une certaine intelligence pour concevoir ses ruses.

673Virginie. C’est possible, je ne sais pas. Je préfère que nous continuions à étudier. Parle-moi de la différence entre les verbes défectifs réguliers et les irréguliers.

674Sabrina. Pourquoi changes-tu comme ça de sujet ?

675Virginie. Quel sujet ? Notre sujet c’est la grammaire, Sabrina. Le reste est anecdotique.

676Sabrina. Oui, mais moi je veux avoir des informations sur Julien et toi tu t’échappes de la conversation. Tu dois avoir une raison.

20

677Le cabinet médical. Cynthia est en train d’examiner des papiers, et Martin entre, avec un échiquier et une boîte contenant des pièces d’échecs.

678Martin. Bonjour, Cynthia, papa n’est pas là ?

679Cynthia. Non. Il est sorti prendre un peu l’air, parce qu’aujourd’hui il a eu une grosse journée.

680Martin. Je suis venu chercher un peu de tranquillité pour étudier. (Il s’approche du bureau.) Je peux m’installer ici ?

681Cynthia. Oui, bien sûr.

682Martin. Parfait. Je vais essayer d’améliorer ma sicilienne. À moins, bien entendu, que vous soyez d’humeur à jouer une partie.

683Cynthia. (Discrètement provocante.) Quel genre de… partie.

684Martin. Eh bien, je sais qu’en Arabie ou en Inde on a développé des jeux similaires avec d’autres règles, mais moi je vous parle des échecs, tels qu’on y joue ici.

685Cynthia. (De plus en plus sensuelle.) Et comment on y joue… ici.

686Martin. Je veux dire qu’ici on n’a pas de pièces de fantaisie, comme il en existe dans les échecs chinois. Ici, on joue avec les pièces normales.

687Cynthia. Et quelles sont ces pièces… normales.

688Martin. Eh bien…

21

689La salle à manger des Lagos. Virginie et José Robert sont en train de déjeuner.

690Virginie. (La bouche pleine.) Papa, j’ai la nette impression que le rendement culinaire de Judith a beaucoup baissé. Elle se laisse aller en ce moment. Elle ne fait pas d’efforts. C’est de la merde, ça.

691J. R. Lagos. Tu as raison Virginie. Je crois que je vais devoir avoir une assez longue conversation avec Judith.

692Virginie. « Devoir avoir » ça ne fait pas très élégant, papa. Si tu dis ce genre de choses dans une de tes réunions d’affaires, tu peux passer pour un traîne-savates.

693J. R. Lagos. Virginie : je mange, et j’ai la bouche pleine. Le moment n’est pas des plus propices pour soigner mon expression. Laisse-moi manger en paix. La grammaire, garde-la pour le dessert.

694Virginie. Papa, je peux te parler comme à un ami ?

695J. R. Lagos. Tu n’es pas mon amie, Virginie. Tu es ma fille.

696Virginie. Bon. Comme une amie, alors.

697J. R. Lagos. Tu es sourde, Virginie ? Je t’ai dit que tu étais ma fille.

698Virginie. Ça je le sais déjà, papa. Tu ne m’apprends rien.

699J. R. Lagos. Bien. Alors, si tu veux me parler, parle-moi en tant que fille.

700Virginie. C’est bon. Écoute-moi : j’ai besoin de ton conseil.

701J. R. Lagos. À quel sujet ?

702Virginie. Nous avons fait un pari avec Julien.

703J. R. Lagos. Qu’avez-vous parié ?

704Virginie. Rien. Nous n’avons rien parié.

705J. R. Lagos. Mais quel est donc ce genre de pari ?

706Virginie. Non, je veux dire que nous n’avons pas parié d’argent, ni rien de ce genre. Nous nous sommes simplement défiés mutuellement pour voir qui…

707J. R. Lagos. Qui quoi ?

708Virginie. Qui arriverait à séduire le premier un Felizardo. Moi, j’essaierai de séduire Martin, et lui, Sabrina.

709J. R. Lagos. Ces jeux-là sont dangereux, Virginie. On ne joue pas avec l’amour.

710Virginie. Ces conseils-là ne me servent à rien, papa. J’ai besoin de ton aide pour gagner ce pari, parce que je crois que j’ai commis une maladresse.

711J. R. Lagos. Qu’as-tu fait ?

712Virginie. J’ai commencé à raconter à Sabrina des trucs vaches sur Julien. Je voulais lui rendre la tâche difficile quand il essaierait de l’approcher.

713J. R. Lagos. Tu lui as dit du mal de ton propre frère ?

714Virginie. Oui. Mais je crois que ça c’est retourné contre moi. Je n’ai fait que raviver l’intérêt qu’elle lui porte. Sans le vouloir, j’ai éveillé sa curiosité.

715J. R. Lagos. Je vois. La situation est compliquée. Mais je crois que je peux t’aider.

716Virginie. C’est vrai ? De quelle manière ?

717J. R. Lagos. Je vais conquérir l’amour de Sabrina. Comme ça, Julien n’aura aucune chance.

718Virginie. (Elle se lève de table pour prendre dans ses bras José Robert Lagos et l’embrasse.) Tu es le meilleur papa du monde ! Je t’adore, je te vénère, je t’idolâtre !

719(Judith entre, avec une quantité de paquets emballés comme des cadeaux.)

720Judith. Bonjour, bon appétit !

721Virginie. Bon appétit Judith. C’est quoi tous ces paquets ?

722Judith. Surprise ! Ça c’est pour toi. (Elle lui donne un paquet. Virginie l’ouvre, et trouve une robe.)

723Virginie. Mais… quelle robe sublime !

724J. R. Lagos. (La bouche pleine.) Elle est belle, vraiment.

725Judith. Pour vous, monsieur, j’ai apporté ça. (Elle lui donne un paquet.)

726J. R. Lagos. Mais Judith, vous n’auriez pas dû ! Voyons, voyons… (Il ouvre le paquet, et découvre une ceinture.)

727Judith. Elle vous plaît ?

728J. R. Lagos. Si elle me plaît ? Elle est magnifique.

729Virginie. (Saisissant la boucle de la ceinture.) Cette boucle n’est pas en bronze ordinaire. Ça c’est de l’or !

730Judith. Bon, du bronze, de l’or, ça n’a pas d’importance d’un point de vue pratique.

731J. R. Lagos. Mais Judith, ça a dû vous coûter une fortune ! Il ne fallait pas !

732Judith. C’est peu de chose, monsieur. C’est que je ne sors jamais, et quand je sors j’aime faire des emplettes. Tiens, Virginie, je t’ai aussi apporté ça. (Elle lui donne un autre paquet.) C’est un parfum.

733Virginie. (Elle l’ouvre.) Un parfum français ! Mais Judith, c’est beaucoup trop !

734Judith. Où est Julien ? Je lui ai apporté quelques petites choses. (Elle prend un air malicieux.)

22

735Le cabinet médical. Cynthia et Martin sont allongés sur le lit de consultation dans une attitude qui indique qu’ils viennent de faire l’amour.

736Martin. (Il remarque la montre de Cynthia.) Quelle belle montre, Cynthia.

737Cynthia. Oui, elle est belle.

738Martin. Elle est à toi ?

739Cynthia. Oui, bien sûr. Pourquoi ne le serait-elle pas ?

740Martin. Eh bien, une amie aurait pu te la prêter.

741Cynthia. Oui, mais ce n’est pas le cas. C’est un cadeau.

742Martin. De qui ?

743Cynthia. De… Non, il vaut mieux que je ne te le dise pas.

744Martin. (Il l’embrasse à différents endroits du corps en essayant de la convaincre.) Disle-moi ma petite Cynthia. Qui te l’a offerte ? Moi ?

745Cynthia. Non, mais tu brûles.

746Martin. (Il continue à l’embrasser.) Dis-moi qui c’est. Je ne vois pas.

747Cynthia. Il vaut mieux que je ne te le dise pas. Tu vas penser du mal de moi.

748Martin. (Il cesse de l’embrasser.) C’est peut-être un cadeau de… mon père ?

749Cynthia. Oui.

750Martin. Dieu sait quel genre de services tu lui rends, dans ce cabinet.

751Cynthia. Qu’est-ce que tu en sais, idiot. Ne spécule pas sur ce que tu ignores totalement. Le docteur Felizardo est un professionnel digne, irréprochable. C’est un homme honnête. C’est le meilleur patron que j’aie eu. Il est généreux, compréhensif, humain et il est toujours de mauvaise humeur.

23

752Julien et Judith dans la salle à manger des Lagos. Sur la table, il y a un ordinateur, et à côté le papier cadeau dans lequel il était enveloppé.

753Julien. C’est le plus beau cadeau qu’on m’ait fait depuis le début de l’année. Il ne fallait pas vous mettre en frais de la sorte, Judith.

754Judith. Ce n’est rien, Monsieur. Ce n’est qu’une forme de rétribution pour le bon comportement de votre famille à mon égard tout au long de ces années.

755Julien. Mais Judith… Un ordinateur ! C’est trop ! Rendez-vous compte, même mon propre père n’a jamais été capable de me faire un pareil cadeau.

756Judith. Mais il va vous être utile pour votre travail, n’est-ce pas, monsieur Julien ?

757Julien. Mais oui, bien sûr. (Il embrasse Judith sur la joue.) Il va me simplifier le travail de quinze ou vingt pour cent. Même si pour être franc avec toi, Judith, en ce moment mon travail m’importe peu. Actuellement mon objectif est de conquérir Sabrina.

758Judith. Celle-là ?

759Julien. Oui. Avec Virginie nous avons fait un pari. Elle va essayer de séduire Martin Felizardo et moi Sabrina. Le premier qui atteint son objectif est le gagnant.

760Judith. Et vous, vous en êtes où pour le moment ?

761Julien. Je ne sais pas. L’autre jour j’ai réussi à l’embrasser, mais… je ne sais pas quelles sont mes chances réelles d’aller plus loin.

762Judith. Vous avez de bonnes chances. La substance que j’ai mise dans sa tasse de thé, l’autre jour, est une garantie. Et elle a eu de l’effet. Autrement Sabrina ne vous aurait pas embrassé.

763Julien. Tu as versé des substances dans son thé, Judith ? Je t’adore ! Alors ce baiser c’est à toi que je le dois. (Il embrasse Judith.)

764Judith. Monsieur Julien !

765Julien. Quoi ?

766Judith. Je crois que nous sommes prêts à faire le deuxième pas.

767Julien. Judith, je n’ai fait que t’embrasser par affection, mais je n’aspire à rien d’autre.

768Judith. Je ne parle pas de nous, monsieur, mais de votre projet de conquérir Sabrina. Je vais vous donner cette pilule, monsieur Julien. (Elle sort une pilule de sa poche.) Vous devez la lui donner. Autrement elle n’aura aucun effet.

769Julien. Et quel va être cet… effet ?

770Judith. Enhardir les sentiments qui seront nés chez Sabrina. Les cultiver.

24

771Le salon des Felizardo. Pamela et Mathilde.

772Mathilde. Alors… tu veux bien me pardonner pour tout ce que je t’ai dit ?

773Pamela. Ce que vous m’avez dit ? Oui, bien sûr, mais c’est-à-dire que… je ne me souviens pas de ce que vous m’avez dit.

774Mathilde. Tu ne t’en souviens pas ? Tu regardes les mouches voler ou quoi quand je te parle ? Tu es une dévergondée ! Une bâtarde stupide !

775Pamela. Non ! Attendez ! À présent je m’en souviens : c’est exactement ça que vous m’aviez dit. Que j’étais une dévergondée et une bâtarde stupide.

776Mathilde. Bien, je me réjouis que tu t’en sois finalement souvenue. Je savais que, dans le fond, tu es une fille humble et obéissante.

777Pamela. Et moi je pense, même si vous m’avez insultée, que vous êtes quelqu’un de bon.

778Mathilde. Tu crois, Pamela chérie ? (Elle la serre dans ses bras.)

779Pamela. Ce que je crois n’a pas d’importance. Vous êtes bonne un point c’est tout. Ça ne se discute pas.

780Mathilde. C’est certain. Et je suis charitable. Si je ne t’avais pas prise à mon service, tu serais en train de demander l’aumône à la porte d’une mosquée ou de vendre ton corps dans une usine de charcuteries.

781Pamela. (Elle se dégage.) Que voulez-vous dire par là ? Que je suis grosse ?

782Mathilde. Non, ma chérie. (Elle la serre à nouveau dans ses bras.) Tu es en très bonne forme. (Elle la lâche.) Il me vient une idée : prépare-moi un thé. Et fais-en un aussi pour toi, Pamela.

783Pamela. Tea for two. Bien, madame Mathilde. (Elle s’en va.) (Martin entre.)

784Martin. Bonjour, Maman. (Il embrasse Mathilde.) Je viens du cabinet de papa.

785Mathilde. Pourquoi, qu’est-il arrivé ?

786Martin. Non, rien. Mais papa n’y était pas. Il y avait Cynthia.

787Mathilde. Ah, oui ? Et qu’est-ce qu’elle raconte celle-là ?

788Martin. Je ne sais pas, mais… j’ai remarqué qu’elle a en sa possession une montre de prix.

789Mathilde. Et alors, tu veux m’emprunter de l’argent pour la lui acheter ?

790Martin. Tu n’y es pas, Maman. En fait… j’ai découvert que cette montre lui a été offerte par… papa.

791Mathilde. Et quel est le problème. Il n’y a rien d’étonnant à ce que Simon fasse un cadeau à son assistante. C’est un homme très généreux. Depuis le début de l’année, il m’a offert un manteau de vison, un manteau de cuir, un collier de perles de culture, une encyclopédie complète et quatre paires de chaussures.

792Martin. Excuse mon indiscrétion, Maman, mais… il n’est pas absurde de supposer que tu… vis une histoire d’amour avec papa, n’est-ce pas ?

793Mathilde. Non, effectivement. Tu dois comprendre que dans la mesure où nous sommes mari et femme, il y a quelque chose entre nous.

794Martin. Très bien. À partir de là, ne te semble-t-il pas probable que le fait d’avoir offert une montre à Cynthia puisse vouloir dire que papa vit une histoire d’amour avec elle ?

795(Virginie entre. Elle porte la robe que Judith lui a offerte.)

796Virginie. Bonjour. Tu… es Martin, n’est-ce pas ?

797Martin. Oui. Et toi, qui es-tu ?

798Mathilde. Je te présente Virginie Lagos, la petite camarade de classe de Sabrina.

799Martin. Ah, oui, enchanté. (Il serre la main de Virginie.) J’ai beaucoup entendu parler de toi, mais je ne t’avais jamais vue. Je suis ravi de faire ta connaissance. Tu viens étudier avec ma sœur ?

800Virginie. En fait non. Elle doit repasser chez moi, plus tard, pour étudier. Je suis venue parce que… je voulais te parler.

801(Pamela entre.)

802Pamela. Pardon, chère Madame Felizardo, je voulais juste vous informer que le thé est prêt.

803Mathilde. Merci, Pamela, ma chérie. Viens, nous allons le prendre dans ma chambre. Avec ta permission, Virginie.

804Virginie. Eh bien, faites. (Mathilde et Pamela sortent.)

805Martin. J’ai mal entendu ou tu as dit que tu voulais me parler ? Je ne comprends pas. Mais nous ne nous connaissons pas !

806Virginie. Peu importe, j’ai quelque chose à te dire.

807Martin. Eh bien, dis-le-moi. Je t’écoute.

808Virginie. Je veux te dire… ça. (Elle le prend dans ses bras et l’embrasse longuement sur la bouche.) Bon, Martin, ça y est. C’était ça. C’était ça que je devais te dire. Au revoir. (Elle s’en va.)

809Martin. Mais… Virginie, attends, reviens ! (Martin prononce ces paroles sans bouger de là où il se trouve.) Virginie ! Reviens ! Je crois que j’ai droit à une explication ! Virginie !

25

810La salle à manger des Lagos. Judith est en train de repasser du linge, elle est avec José Robert Lagos.

811Judith. Ah, monsieur José Robert, du travail, il y en à n’en plus finir, dans cette maison.

812J. R. Lagos. Vous dites ça, Judith, mais vous vous êtes absentée toute la matinée. Vous êtes allée faire du shopping.

813Judith. Oui, c’est exact. Aujourd’hui je n’ai pas le droit de rouspéter.

814J. R. Lagos. Qui fait bamboche ne peut se plaindre, Judith.

815Judith. Dites, n’exagérons rien. Je ne suis pas non plus allé faire la bringue.

816J. R. Lagos. Moi, je n’en suis pas si sûr. Vous aviez peut-être rendez-vous avec un de ces mâles qui passent des annonces dans les journaux dans lesquelles ils proposent à des femmes seules de leur tenir compagnie.

817Judith. (Elle arrête de repasser, indignée.) Mais Monsieur Lagos ! Comment pourrais-je faire une chose pareille ! Quel genre de femme croyez-vous que je suis ?

818J. R. Lagos. Vous êtes une employée de maison, Judith. Par conséquent, au lieu de faire celle qui est en colère, poursuivez votre travail. (Il lui montre le linge qui reste à repasser.)

819Judith. C’est bon, Monsieur, mais ne me faites pas enrager. (Elle reprend son repassage.)

820J. R. Lagos. Judith, vous savez qu’avec Virginie, ma fille, nous avons eu une petite conversation à votre sujet.

821Judith. Ah bon ? Eh bien laissez-moi vous dire que c’est mal élevé de parler des personnes en leur absence.

822J. R. Lagos. Vous le dites à cause de Virginie qui n’est pas là ? Ce n’est pas un problème. J’ai convenu avec elle de vous en parler.

823Judith. Non, je le dis parce qu’avec Virginie vous avez parlé de moi en mon absence.

824J. R. Lagos. Ah. Mais je ne vois rien de critiquable à cela, Judith. Regardez, Einstein est mort, et pourtant les professeurs de physique se voient dans l’obligation de parler de lui à leurs élèves. S’ils ne parlaient pas de lui, ainsi que d’autres illustres absents, nous devrions tous retourner à l’âge de la pierre.

825Judith. Ne m’embrouillez pas avec ces choses-là, Monsieur Lagos. Vous savez bien que dans cette maison celle qui étudie la grammaire ce n’est pas moi. C’est Virginie.

826J. R. Lagos. Ce que je vous dis n’a rien à voir avec la grammaire, Judith. Ne soyez pas ignorante.

827Judith. Ça n’a rien à voir avec la grammaire d’un point de vue thématique, mais si je pouvais comprendre ne serait-ce que du point de vue syntaxique cette phrase tellement longue que vous m’avez dite, alors le chemin conduisant à la compréhension de son contenu sémantique ne serait pas aussi scabreux.

828J. R. Lagos. Excusez-moi mais j’ai perdu le fil, Judith. Pourriez-vous reprendre votre explication ?

829Judith. Non. Je veux que vous me disiez ce que vous avez dit avec Virginie à mon sujet.

830J. R. Lagos. Bon, nous avons analysé votre comportement culinaire de ces derniers temps, Judith, et… nous sommes arrivés à la conclusion que… il n’est pas très brillant.

831Judith. Moi je fais briller les sols, Monsieur Lagos. Pas la nourriture.

26

832Le salon des Felizardo. Mathilde est en train de lire un magazine, et le docteur entre.

833Le docteur. Bonjour, ma chérie.

834Mathilde. (Sans détacher les yeux du magazine.) Comment ça va, Simon.

835Le docteur. (Il s’assied.) Je suis épuisé. J’ai eu une journée de dingue.

836Mathilde. Oui. Il faut croire que ce n’est pas un signe de grand équilibre de passer sa journée avec cette folle d’assistante qui est la tienne.

837Le docteur. Tu as raison. Cette jeune femme a besoin que quelqu’un lui serre la vis. L’autre jour, par exemple, elle m’a demandé de quitter plus tôt, alors que le cabinet débordait de patients geignards. Je crois que je vais avoir une conversation très sérieuse avec elle. Parfois elle prend trop de libertés.

838Mathilde. Ah bon ? Comme par exemple la liberté d’accepter une montre de prix comme cadeau de toi ?

839Le docteur. D’où tiens-tu cela ?

840Mathilde. Démentirais-tu la chose, Simon ?

841Le docteur. … Non. Mais j’aimerais savoir qui colporte ce genre de choses.

27

842La salle à manger des Lagos. Sabrina et Julien sont assis.

843Sabrina. Je ne comprends pas pourquoi Virginie n’est pas encore arrivée. Nous avons convenu de continuer à étudier ici après le déjeuner.

844Julien. Ne t’inquiète pas, elle va arriver d’un instant à l’autre. Tu veux boire quelque chose en attendant ?

845Sabrina. Bon. Qu’est-ce qu’il y a boire ?

846Julien. (Il se lève et va ouvrir un placard.) Voyons ce que nous avons là… Eh bien, il y a du Porto, ou du jus d’avocat.

847Sabrina. Du jus d’avocat, du jus d’avocat.

848Julien. Tu le veux avec des glaçons ?

849Sabrina. Non, merci. Sers-le-moi coupé.

850Julien. Coupé avec du lait ?

851Sabrina. Oui, mais ne le chauffe pas.

852(On voit Julien préparer la boisson, et y mettre la pilule que lui a donnée Judith.)

853Julien. C’est comme tu veux, Sabrina, c’est comme tu veux.

28

854Le salon des Felizardo. Mathilde et le docteur continuent à se disputer.

855Mathilde. Tu avais donc l’intention de me le cacher !

856Le docteur. Non, Mathilde. Je ne t’ai rien dit tout simplement parce que j’ai trouvé que c’était sans importance.

857Mathilde. Sans importance ! Jamais tu n’as été fichu de m’offrir un manteau de vison, ni un manteau de cuir, ni un collier de perles fines, mais à ta petite employée tu lui offres une montre plaquée or !

858Le docteur. Mathilde, tu sais quelle est ma devise dans la vie : fais le bien sans regarder à qui.

859Mathilde. Oui, mais toi tu regardes. Tu regardes Cynthia.

860Le docteur. Oui, je la regarde. Je le reconnais. C’est une belle jeune fille.

861Mathilde. Plus belle que moi ?

862Le docteur. Eh bien, disons que toi… ce que tu as perdu en beauté, tu l’as gagné en âge.

29

863La salle à manger des Lagos. Sabrina et Julien sont en train de s’embrasser. Sur la table se trouve le verre dans lequel Julien a laissé tomber la pilule.

864Sabrina. Julien… dis-moi : tu as déjà eu une copine ?

865Julien. Moi ? Oui, bien sûr. Mais je ne veux pas penser à elle maintenant. Je préfère penser à toi.

866Sabrina. Tu pourrais me donner les coordonnées de cette fille ? Si ça ne te dérange pas, je voudrais vérifier que tu as bien eu une relation avec elle.

867Julien. Mais… pourquoi. Je ne comprends pas.

868Sabrina. C’est que… je voudrais m’assurer que tu es sincère, Julien. J’ai eu vent de certaines rumeurs selon lesquelles les femmes t’ont toujours… rejeté.

869Julien. C’est absurde. Qui t’a dit ça ?

870Sabrina. Je ne peux pas te révéler mes sources, Julien. Mais c’est important pour moi d’avoir la certitude que ces choses ne sont pas vraies. Donne-moi l’adresse de ton ex-copine. Oh la la, qu’est-ce que j’ai soif. Je vais reprendre un peu de ce jus d’avocat, il est vraiment très rafraîchissant. (Elle boit une gorgée, mais tombe sur la pilule qui ne s’est pas dissoute. Elle la recrache.) Qu’est-ce que c’est, Julien ? C’est toi qui as mis ça dans mon verre ?

871Julien. (Il saisit la pilule et l’observe.) Fais voir. Non, ce n’est pas moi qui t’ai mis ça, Sabrina. Moi, je n’ai fait que verser le jus d’avocat que j’ai coupé avec du lait, comme tu me l’as demandé. Ah, j’y suis. Je sais ce qui a dû se passer. Les deux substances ont dû provoquer une réaction chimique entraînant la formation d’une troisième substance qui, à température ambiante, passe à l’état solide.

872Sabrina. Tu crois ça, Julien ?

873Julien. Ce n’est pas que je le crois : j’en suis sûr. Ou bien as-tu une autre explication qui te vienne à l’esprit ?

874Sabrina. Non, mais… écoute Julien, puisque tu es tellement sûr que c’est ça qui est arrivé, pourquoi ne pas montrer que tu en es convaincu en prenant cette pilule ?

875Julien. Si j’avale cette pilule, tu me feras confiance ? Tu ne vas pas continuer à me demander des renseignements sur mes anciennes copines ?

876Sabrina. Ah, tu en as eu plus d’une !

877Julien. Oui, Sabrina, mais tout ça c’est du passé. Actuellement, il n’y a que toi qui m’intéresse.

878Sabrina. Eh bien, si je t’intéresse autant, prouve-le en prenant cette pilule. Non, pardon : en la croquant.

879Julien. Entendu : regarde-moi. (Il croque la pilule. Il la mastique voluptueusement, et boit le reste de jus d’avocat qui se trouve dans le verre de Sabrina, pour la faire passer.)

880(José Robert Lagos entre avec des documents. Il porte une veste.)

881J. R. Lagos. Pardon, est-ce que je dérange ?

882Julien. Non, papa, entre.

883Sabrina. Bonsoir, monsieur Lagos, comment allez-vous ? (Elle va vers José Robert Lagos et le salue d’un baiser sur la joue.)

884J. R. Lagos. Très bien, merci. Et toi, comment vas-tu, Sabrina ?

885Sabrina. Moi ? Parfaitement bien, merci. Je suis avec Julien qui me distrait pendant que j’attends Virginie.

886J. R. Lagos. J’ai bien peur de devoir te l’emprunter un instant. Julien, mon chéri, aurais-tu la gentillesse de rentrer ces données dans l’ordinateur que t’a offert Judith ?

887Julien. Mais papa, je ne peux pas le faire. Je n’ai pas encore installé de programme. Et ce n’est pas tout, je n’ai même pas pu paramétrer l’ordi pour avoir le clavier azerty.

888J. R. Lagos. Alors, tu as du pain sur la planche, fiston. (Il lui donne les papiers.) Allez, remue-toi.

889Julien. (Il prend les papiers.) Oui, papa. Padre padrone. (Il s’en va.)

890J. R. Lagos. Pardonne-moi pour cet abus de pouvoir, Sabrina, c’est qu’on a vraiment beaucoup de travail en retard.

891Sabrina. Je comprends parfaitement, monsieur Lagos. Ne vous inquiétez pas.

892J. R. Lagos. Mais je ne vais pas te laisser seule. Je vais te tenir compagnie pendant que tu attends Virginie. Vous devez réviser, n’est-ce pas ?

893Sabrina. Oui, notre examen est la semaine prochaine.

894J. R. Lagos. Toi, tu vas le réussir, j’en suis sûr.

895Sabrina. Merci, mais… Qu’est-ce qui vous le fait croire ?

896J. R. Lagos. Eh bien, c’est que… si j’étais un des examinateurs, en te voyant je serais tellement fasciné que… je te donnerais la meilleure note.

897Sabrina. Vous êtes bien aimable, monsieur Lagos. J’espère que les examinateurs seront comme vous.

898J. R. Lagos. Moi, j’espère que non.

899Sabrina. Comment non ? Mais alors… Vous voulez que j’échoue ?

900J. R. Lagos. Non, Sabrina, c’est que… j’ai peur que si les examinateurs pensent comme moi, l’un d’eux tombe amoureux de toi, et t’arrache à nous pour toujours.

901Sabrina. (Elle rit.) Vous êtes d’un tempérament romantique, monsieur Lagos. Je ne l’avais jamais remarqué.

902J. R. Lagos. C’est parce que nous deux, nous nous sommes toujours vus en passant, quand tu entrais dans cette maison ou quand j’en sortais. On ne se parlait que pour se saluer, ou parce qu’on avait une question à propos de Virginie. On devrait peut-être se voir… je veux dire se voir nous, en dehors du cadre des circonstances qui font que tu es une camarade d’études de Virginie.

903Sabrina. Vous pensez que… ce serait une bonne idée, monsieur Lagos ?

904J. R. Lagos. Moi, je le crois. Du moins en ce qui me concerne. Bien entendu, je ne peux pas savoir si ce serait aussi une bonne chose pour toi. C’est à toi de voir.

905Sabrina. Oui. Mais je ne sais pas quoi dire. J’ai du mal à y voir clair. Ceci me prend totalement au dépourvu, monsieur Lagos.

906J. R. Lagos. Parfois, c’est dans ces moments que vient l’inspiration nécessaire pour prendre les décisions les plus appropriées.

907Sabrina. C’est possible.

908J. R. Lagos. Mais prends ton temps, Sabrina. Tu n’es pas obligée de décider maintenant si tu ne veux pas. Et en plus, je ne t’ai pas fait non plus de proposition concrète appelant de ta part une réponse par oui ou par non.

909Sabrina. C’est vrai. (Les deux se regardent, comme si chacun attendait une réaction de l’autre.)

30

910Le cabinet médical. Martin et Cynthia entrent.

911Cynthia. Je ne veux pas que nos rencontres, ici, deviennent pour toi une habitude, Martin. À la longue ton père peut nous surprendre.

912Martin. Ce gogo ne remarquerait rien. Et puis, on ne fait rien de mal.

913Cynthia. Malgré tout, je ne crois pas que ça ferait plaisir au docteur d’apprendre ce qu’il y a entre nous.

914Martin. Qu’y a-t-il entre nous, Cynthia ?

915Cynthia. Et bien, c’est ce que j’aimerais définir.

916Martin. Définis-le, alors. Personne ne t’en empêche.

917Cynthia. Certes, mais moi, ce que je veux c’est que tu m’aides. Il est temps que tu cesses de te dérober. Tu dois affronter la réalité.

918Martin. Quelle réalité ?

919Cynthia. La réalité, il n’y en a qu’une, Martin. Il n’existe pas plusieurs réalités. À moins que… tu croies à la théorie des univers parallèles.

31

920La salle à manger des Lagos. La conversation reprend entre José Robert Lagos et Sabrina Felizardo.

921J. R. Lagos. Sabrina, tu aimerais, un de ces soirs, qu’on aille au cinéma, au théâtre, ou dans une salle de jeux électroniques ?

922Sabrina. Jeux électroniques ? Vous aimez ça, monsieur Lagos ?

923J. R. Lagos. Moi, non, mais je suppose qu’une jeune personne comme toi va… dans ce genre d’endroit.

924Sabrina. Vous vous trompez, monsieur Lagos. Moi, je suis plutôt… vieux jeu. J’aime, par exemple, le rock and roll.

925J. R. Lagos. Le rock and roll ? Mais… ce n’est pas la musique d’aujourd’hui, de notre époque ?

926Sabrina. Non, monsieur Lagos, le rock and roll c’est la musique des vieux. C’est le rythme des années cinquante et du début des années soixante. C’est ce qu’écoutaient et dansaient mes parents, dans leur jeunesse. Vous ne dansiez pas le rock and roll ?

927J. R. Lagos. Non, moi pas. Peut-être parce que dans ma jeunesse, moi aussi j’étais vieux jeu, et je n’aimais que les canzonettas italiennes.

928Sabrina. Les canzonettas italiennes ? Ça c’est de la musique moderne. Pavarotti, Placido Domingo, José Carreras ! Voilà ce qui est à la mode aujourd’hui, monsieur Lagos.

929(Judith entre.)

930Judith. Pardon. L’un de vous a du linge à laver ? Si vous en avez, profitez-en maintenant.

931J. R. Lagos. Oui, cette veste, d’ici peu elle va tenir debout toute seule tellement elle est sale. (Il retire sa veste et la donne à Judith.)

932Judith. Merci, Monsieur.

933Sabrina. Si ça ne vous dérange pas, moi, j’aurais ça à laver. (Elle enlève une partie de ce qu’elle porte, et ne garde, au-dessus de la ceinture, qu’un bustier ou un body.)

934Judith. (Elle se saisit des vêtements.) On ne lave pas votre linge chez vous, Sabrina ?

935Sabrina. Si, pourquoi ?

936Judith. Non, comme vous me le donnez pour que je vous le lave…

937Sabrina. Je vous le donne parce que vous me l’avez demandé.

938J. R. Lagos. Mademoiselle a raison, Judith. Alors cessez de l’importuner. Allez donc vaquer à vos occupations.

939Judith. C’est entendu, Monsieur. C’est que… ça me fait drôle de me mettre à laver le linge d’une personne dont les parents…

940Sabrina. Dont les parents quoi.

941J. R. Lagos. Judith, je croyais que la question avait été réglée une fois pour toutes. Faite moi plaisir, Judith, ne déterrez pas les cadavres.

942Judith. C’est entendu, Monsieur. (Elle part en maugréant.) Voilà que maintenant c’est aussi à moi de laver le linge de la bâtarde. Je vais drôlement le lui laver, oui. Avec une lessive très spéciale, je vais le lui laver. Elle ne perd rien pour attendre, la petite bâtarde.

32

943Le cabinet médical. Cynthia et Martin sont enlacés, assis sur le lit de consultation.

944Cynthia. Tu comprends, Martin ? Le principe d’incertitude énonce que l’on ne peut pas déterminer simultanément la vitesse d’une particule et sa position.

945(Virginie entre.)

946Virginie. Martin !

947Martin. Virginie ! (Il lâche Cynthia.) Qu’est-ce que tu fais là ?

948Virginie. Comment ça, je n’ai pas le droit de venir ici ou quoi ? C’est un cabinet médical, n’importe qui peut venir consulter, non ?

949Cynthia. Qui c’est celle-là, Martin.

950Martin. (À Virginie.) Tu m’as suivi jusqu’ici, Virginie ? Dis-moi. Pourquoi tu viens me chercher ici, alors que tu m’as laissé planté dans le salon, chez moi.

951Virginie. Moi, je ne t’ai pas laissé planté. C’est toi qui es resté planté, ce n’est pas la même chose. Si tu voulais me parler, pourquoi tu ne m’as pas suivie quand je suis partie ?

952Cynthia. Mademoiselle, vous n’avez absolument pas le droit d’entrer ici. Le docteur est absent, et si vous voulez prendre rendez-vous pour une consultation, vous devez vous adresser à moi.

953Virginie. Et pour consulter Martin ? Je dois aussi te demander l’autorisation ?

954Martin. Virginie, sors d’ici. Demain, si tu veux, je te téléphone et on parle.

955Virginie. J’ai cru aujourd’hui, quand tu m’as embrassée, que tu étais sincère, Martin. Mais je vois que je me suis trompée.

956Cynthia. (À Martin.) Tu as embrassé cette fouteuse de merde, Martin ? Moi qui croyais que tu avais bon goût en matière de femmes.

957Martin. Allons, Cynthia, ne commence pas à faire des histoires toi aussi.

958Cynthia. Faire des histoires, non. (Elle s’avance vers Virginie.) Moi, ce que je vais faire c’est régler son compte à la responsable de cet esclandre. (Elle bouscule Virginie.) Sors d’ici, sorcière !

959Virginie. (Elle ne se laisse pas faire.) Mais, … mais… Martin ! Tu ne fais rien pour me défendre ?

960Cynthia. (Elle continue à la bousculer.) Sors d’ici, arsouille ! Asphalteuse !

33

961La salle à manger des Lagos. Sabrina et José Robert sont assis, très près l’un de l’autre.

962Sabrina. Je vous suis très reconnaissante d’être intervenu en ma faveur, Monsieur Lagos.

963J. R. Lagos. Il n’y a pas de quoi, Sabrina. Je ne sais vraiment pas ce qui arrive à cette femme. On dirait qu’elle t’en veut.

964Sabrina. Ne serait-elle pas… jalouse, Monsieur Lagos ?

965J. R. Lagos. Jalouse ? De qui ?

966Sabrina. Eh bien, de moi.

967J. R. Lagos. De toi ? Je ne vois pas pour quelle raison elle serait jalouse de toi. C’est une femme mûre, une femme accomplie. Tu n’es qu’une enfant, une adolescente. (Il l’examine attentivement.) Enfin, en réalité, à présent… tu es grande. Parfois j’oublie que le temps passe. C’est que tu es une camarade de Virginie, et pour moi elle sera toujours un bébé.

968Sabrina. Elle l’est peut-être, mais moi non, monsieur Lagos, je peux vous l’assurer.

969J. R. Lagos. Est-ce là une invitation à constater ta… féminité ?

970Sabrina. Eh bien, il est de bon ton de rendre une invitation, non ? Vous avez dit que vous vouliez m’inviter au cinéma ou au théâtre.

971J. R. Lagos. Sabrina, tu dois veiller à ne pas faire de propositions ambiguës aux hommes. Un jour, ils pourraient mal interpréter tes propos, et…

972Sabrina. Ma proposition n’a rien d’ambiguë, Monsieur Lagos. Maintenant, si vous n’avez pas la lucidité qu’il faut pour la comprendre, c’est autre chose.

973(Virginie entre. Elle est toute débraillée à cause de l’empoignade avec Cynthia.)

974Virginie. Bonjour. Je dérange ?

975Sabrina. Bonjour.

976J. R. Lagos. Non, Virginie, tu ne déranges pas du tout. Je ne faisais que tenir compagnie à Sabrina pendant qu’elle t’attendait.

977Sabrina. Pourquoi as-tu tant tardé, Vicky ?

978Virginie. Tardé ? Oui, c’est possible. C’est que les transports vont de plus en plus mal dans cette ville.

979J. R. Lagos. Tu es dans un triste état, Virginie. Il t’est arrivé quelque chose ? On dirait que tu as croisé un nuage de sauterelles.

980Virginie. Non, papa, c’est simplement… le chauffeur de taxi qui a essayé de se livrer à des privautés avec moi. Mais il n’a pas eu de chance. Je n’étais pas d’humeur à me laisser aller à ce genre de… distraction.

981J. R. Lagos. C’est bien. Bon, jeunes filles, je vous abandonne, pour que vous puissiez étudier. (Il veut s’en aller, mais tombe sur Judith, qui entre avec le linge propre.)

982Judith. Voici votre veste, Monsieur Lagos.

983J. R. Lagos. Ah, merci, Judith. (Il met la veste.) C’est bien, maintenant je la trouve plus légère.

984Judith. Bonjour, Virginie.

985Virginie. Bonjour.

986Judith. (À Sabrina.) Et toi, ma petite, voilà tes affaires. (Elle lui jette ses vêtements.)

987Sabrina. (Elle attrape ses vêtements.) Si vous me les donnez de cette manière, n’attendez pas de remerciements de ma part.

988Judith. Ne t’inquiète pas. Jamais je n’aurais attendu une bonne manière de toi.

989Virginie. Le mot manière, dans le cas d’espèce, est un substantif qui n’admet pas le singulier, Judith. On dit « de bonnes manières », et non « une bonne manière ».

990Sabrina. Sauf quand ce substantif a le sens de « façon ».

34

991Le salon des Felizardo. Mathilde et le docteur poursuivent leur conversation de la scène 28.

992Le docteur. Et j’ai l’intention de te récompenser généreusement si tu révèles l’identité de la personne qui a eu la perfidie d’éveiller en toi des soupçons sur une relation cachée entre mon assistante et moi.

993Mathilde. Voyons voir… Que vas-tu m’offrir ? Un manteau de vison ?

994Le docteur. Oui. Pourquoi pas. Ça peut-être un manteau de vison. Ou de martre, si tu préfères.

995Mathilde. De martre ?

996Le docteur. Oui, tu ne sais pas ce qu’est une martre ? C’est un petit mammifère d’une cinquantaine de centimètres de long, au pelage doux, châtain foncé, avec une tâche jaune sur la gorge. C’est un animal qui vit la nuit, du coup, un manteau de martre t’irait à merveille pour sortir le soir.

997Mathilde. Oui, mais moi je préfère le vison.

998Le docteur. Le vison est un excellent nageur, Mathilde. Ses pattes postérieures présentent des membranes interdigitales. Réfléchis bien, Mathilde. C’est ça que tu veux ?

999Mathilde. Non, moi je veux un manteau en fourrure de vison.

1000Le docteur. Tu ne serais pas en train de me demander de t’offrir des palmes pour faire de la plongée, dis-moi ?

1001Mathilde. Non, mon chéri. Je t’ai dit en fourrure de vison.

1002Le docteur. Le vison américain est marron avec des taches blanches sur le ventre. Le vison européen a le ventre gris. Lequel préfères-tu ?

1003Mathilde. Le gris, je crois.

1004Le docteur. Aucun des deux n’est gris, Mathilde. Les deux sont marrons, comprends-tu ? Simplement, le ventre de l’un…

1005Mathilde. (Elle le coupe.) J’avais compris, idiot. Je te dis que je veux la fourrure de celui qui a le ventre gris.

1006Le docteur. Celle-là, on ne la trouve qu’en Europe. Mais c’est d’accord. Ce sera un bon prétexte pour voyager. Ça fait longtemps que, pour une raison ou pour une autre, je remets un voyage en Europe bien mérité.

1007Mathilde. Tu vas m’emmener en Europe, Simon ?

1008Le docteur. Non, Mathilde. Je dois y aller seul. La chasse au vison est dangereuse, et tu n’es pas familiarisée avec les armes à feu.

1009Mathilde. En fait, je crois que… je préfère le vison américain.

1010Le docteur. C’est bon, Mathilde, je prendrai un billet pour le Canada.

1011Mathilde. Mais Simon, il faut que ce soit toi qui tue le vison ? Tu ne peux pas acheter un manteau déjà confectionné ?

1012Le docteur. Ça coûte plus cher, Mathilde.

1013Mathilde. Bon… le renseignement que tu me demandes le vaut, il me semble, non ?

1014Le docteur. C’est bon, Mathilde. Je vais momentanément ajourner mon voyage et t’acheter le manteau chez un marchand de fourrure.

35

1015La salle à manger des Lagos. Judith est en train de couper des légumes, et Julien est avec elle.

1016Judith. Alors, monsieur Julien ? Il marche bien l’ordinateur que je vous ai offert ?

1017Julien. Oui, Judith, merci. L’ordinateur marche très bien. Le problème c’est que je n’ai pas encore appris à m’en servir.

1018Judith. Dites-moi quelles sont vos interrogations. Je peux essayer d’y répondre.

1019Julien. Non, non, merci. C’est autre chose qui me préoccupe. Tu te souviens de la pilule que tu m’as donnée pour que je la mette dans la boisson de Sabrina ?

1020Judith. Oui, la pilule qui fortifie les sentiments.

1021Julien. Oui, eh bien, il y se trouve que… je l’ai mise dans une boisson froide, et la pilule ne s’est pas dissoute.

1022Judith. Quelle maladresse, monsieur Julien.

1023Julien. Oui, Sabrina a découvert la pilule et pour qu’elle ne se méfie pas de moi, je lui ai demandé de me la donner et je l’ai avalée.

1024Judith. (Elle arrête de travailler.) C’est vous qui l’avez avalée, monsieur Julien ?

1025Julien. Oui. Je l’ai mastiquée et je l’ai avalée. Qu’est ce qui va m’arriver, Judith ?

1026Judith. Ce qui va vous arriver, Julien, c’est que vos sentiments pour Sabrina vont s’élever à la puissance trois, voire à la puissance quatre.

1027Julien. C’est-à-dire que mon amour pour Sabrina va continuer à grandir mais pas celui de Sabrina pour moi.

1028Judith. Eh bien, l’amour de Sabrina pour vous, s’il existe, va aussi grandir, parce que j’ai eu l’occasion d’appliquer un certain… traitement à des vêtements qu’elle m’a laissés pour que je les lave.

1029Julien. Tu es sérieuse ? Quel traitement, Judith ?

1030Judith. Un traitement qui a le même effet que la pilule.

1031Julien. Celui de développer les sentiments. C’est-à-dire que l’amour de Sabrina va grandir au même rythme que le mien.

1032Judith. Oui, l’amour, ou n’importe quoi d’autre. Si Sabrina vous déteste, par exemple, eh bien, après avoir mis ces vêtements, elle ne pourra même plus vous voir. Ce qui pour vous, avec votre permission, ne serait pas une perte.

1033Julien. Mais, tu es toujours en rogne contre Sabrina ? Elle est innocente, Judith.

1034Judith. C’est une bâtarde, Julien. Elle est le fruit d’une relation immorale. Les personnes qui ont un lien de parenté ne doivent pas s’unir charnellement ni avoir d’enfants.

1035Julien. Mais… le docteur Felizardo et son épouse…

1036Judith. Sont mari et femme ! Et ils l’ont toujours été !

1037Julien. Non, Judith, c’est là que tu te trompes : ils ne l’ont pas toujours été. Avant de se marier, le docteur Felizardo vivait avec sa propre famille, et Mathilde Hicks avec la sienne.

1038Judith. Et tu crois que Sabrina est née avant qu’ils se marient ? Si c’était le cas, ça changerait tout. Je n’aurais rien contre elle.

36

1039Le séjour des Felizardo. Mathilde et Sabrina entrent en traînant une malle.

1040Sabrina. Maman, tu crois que c’est bien de fouiller dans les effets personnels de notre employée ?

1041Mathilde. C’est uniquement pour notre sécurité, Sabrina. Qui plus est, toutes les personnes qui ont des employées de maison le font.

1042Sabrina. D’accord. (Elle ouvre la malle.) Regarde, elle n’est pas fermée à clé.

1043Mathilde. (Elle sort des livres de la malle.) Des livres, des livres et encore des livres.

1044Sabrina. (Qui lit le titre d’un livre.) Critique de la raison pure, de Kant. (Elle le jette.)

1045Mathilde. (Qui regarde un autre livre.) ABC de la relativité, Bertrand Russell. (Elle le jette.)

1046Sabrina. (Qui regarde un autre livre.) Le signe, Umberto Eco. (Elle le jette.)

1047Mathilde. (Qui regarde un autre livre.) L’ingénieux… Ça dit quoi là, Sabrina ?

1048Sabrina. (Qui regarde.) L’ingénieux hidalgo Don Quichotte de la Manche.

1049Mathilde. (Qui regarde un autre livre.) Lire la bande dessinée, Benoît Peeters. Voilà. Tu vois, Sabrina ? Pamela est une personne totalement immature. Elle a encore la mentalité d’une petite fille.

1050Sabrina. Tu crois que Pamela… est une attardée mentale ?

1051Mathilde. (Elle saisit le livre de Benoît Peeters.) En voici la preuve, Sabrina. En voici la preuve.

37

1052La salle à manger des Lagos. José Robert prend du café avec des petits fours, en compagnie de Martin Felizardo.

1053J. R. Lagos. Vous ne voulez pas prendre un petit four, Martin ?

1054Martin. Non, merci, monsieur Lagos. Je voulais juste parler un moment à Virginie.

1055J. R. Lagos. Vous devriez goûter celui-ci. (Il montre un petit four.) C’est de la pâte feuilletée fourrée à la crème pâtissière.

1056Martin. Merci, mais je n’ai pas faim. Bon, je crois que je vais y aller, Monsieur Lagos. J’essaierai de voir Virginie à un autre moment. À bientôt. (Il lui tend la main.)

1057J. R. Lagos. (Il prend la main que lui tend Martin.) Permettez que je vous lise les lignes de la main, Martin. Une fois j’ai lu dans une revue quels sont les codes qui permettent de les interpréter.

1058Martin. Q… quels sont ces codes.

1059J. R. Lagos. Ah, non, petit coquin, je ne vais pas vous les donner. Sinon, vous allez faire capoter mon affaire. (Il regarde la paume de sa main.) Voyons… Ça c’est la ligne de vie… et elle mesure exactement… à vue de nez… environ… huit centimètres et demi.

1060Martin. Qu’est-ce que ça signifie ? J’aurai une vie courte ou longue ?

1061J. R. Lagos. Je ne sais pas, mais ce que je vois ici est extrêmement intéressant. (Il le prend dans ses bras.)

1062Martin. (Il se dégage.) Eh ! Que vous arrive-t-il, monsieur Lagos ?

1063J. R. Lagos. Embrassez-moi, Martin. C’est la seule chose que je vous demande.

1064Martin. Vous êtes fou ? Monsieur Lagos, prenez conscience de ce que vous êtes en train de me dire, s’il vous plaît !

1065J. R. Lagos. Je ne peux pas. C’est plus fort que moi. (Il prend à nouveau Martin dans ses bras, lequel se dégage encore une fois.) Quelque chose me pousse irrésistiblement vers vous.

1066Martin. Tâchez de vous calmer. Être le pôle d’attraction de ce genre de pulsions ne m’intéresse pas.

1067J. R. Lagos. Qu’en savez-vous ? Ne pensez-vous pas que vous devriez essayer, avant de donner votre avis ?

1068Martin. Non, monsieur. Je suis un mâle, et je le suis dans tous les domaines de la vie.

1069J. R. Lagos. C’est très excitant de vous entendre parler de la sorte, Martin. (Il essaie à nouveau de le prendre dans ses bras.)

1070Martin. Vous êtes malade, monsieur Lagos ! (Il le repousse.) Fichez-moi la paix, s’il vous plaît !

1071J. R. Lagos. (Il le prend de nouveau dans ses bras.) Martin, tu ne partiras pas d’ici sans me satisfaire.

1072Martin. (Il le fait tomber.) Assez ! J’ai eu mon compte. Je ne supporte pas les invertis. Je vous garantis que si vous n’étiez pas le père de Virginie, je vous donnerais tout de suite ce que vous méritez.

1073J. R. Lagos. (Par terre.) Donne-moi ce que je mérite, Martin. Vas-y, donne-le

1074Martin. Taisez-vous. Vous m’écœurez.

38

1075Le séjour des Felizardo. Mathilde est en train de feuilleter Lire la bande dessinée qui se trouvait dans la malle de Pamela. On ne voit plus la malle ni les autres livres. À un autre endroit, Sabrina lit son livre de grammaire.

1076Sabrina. Maman, tu savais que dans les combinaisons binaires comportant un datif et un accusatif différents, l’accusatif prend la forme simple et le datif la forme composée ?

1077Mathilde. Ne me dérange pas maintenant avec ça, Sabrina. Je suis horrifiée par ce que dit le livre de Pamela.

1078Sabrina. Qu’est-ce qui t’horrifie ? La bande dessinée ?

1079Mathilde. Ici, il y a écrit des choses qui… je ne sais pas, on dirait que la bande dessinée est autre chose que de la bande dessinée.

1080Sabrina. Pamela est folle, maman. C’est logique qu’elle lise des livres écrits par des personnes qui souffrent de délires paranoïaques.

1081Mathilde. Moi, au début j’ai cru que c’était une BD.

1082Sabrina. Mais maman, regarde le titre. Le livre s’intitule Lire la bande dessinée. Ça veut dire qu’il s’adresse à des personnes qui n’ont pas les capacités mentales suffisantes pour comprendre de simples revues de bandes dessinées. Il leur faut une préparation spéciale.

1083Mathilde. Oui, Sabrina, il n’y a pas de doute : c’est un livre pour demeurés.

1084(Pamela entre.)

1085Pamela. Excusez-moi, Madame, voulez-vous que je fasse les lits maintenant, ou que je laisse un moment les draps au soleil ?

1086Mathilde. Il n’y a pas de soleil, Pamela. Ta question se fonde sur des prémisses erronées.

1087Pamela. (Elle s’approche de Mathilde.) Pardonnez-moi, Madame, n’est-ce pas là… un de mes livres ?

1088Mathilde. Si. C’est un de tes livres, Pamela. C’est un des livres que tu t’entêtes à acheter plutôt que ceux de Corin Tellado, ou ceux de la collection Harlequin, ou de la collection Aventures et passions, comme il est normal qu’en achètent les gens de ton âge et de ta condition sociale.

1089Pamela. Mais Madame, je…

1090Sabrina. (S’emparant du Que sais-je.) Si tu veux, Pamela, je peux porter ce livre à un de ces endroits de troc, et l’échanger contre une petite nouvelle romantique. Qu’est-ce que tu en dis ?

1091Pamela. Moi, pour ce qui est des romantiques, j’aime Lord Byron.

1092Sabrina. Là où je vais, je ne crois pas qu’ils en aient, de celui-là.

1093Pamela. Alors laissez-moi garder mon livre, s’il vous plaît.

1094Mathilde. Mais Pamela, tu es le mouton noir du quartier ! Que se passerait-il si le maçon qui doit venir réparer le faux plafond des combles tombait sur ce livre qui t’appartient et s’intitule Critique de la raison pure ?

1095Pamela. Je ne sais pas, Madame. Que croyez-vous qu’il puisse arriver ?

1096Mathilde. Je ne sais pas exactement. Mais je suis sûre que ce serait quelque chose d’épouvantable.

39

1097La salle à manger des Lagos. Virginie et José Robert sont assis.

1098Virginie. Papa, tu sais… je crois que je suis assez bien placée dans ma compétition avec Julien. Parce qu’à Martin Felizardo je lui ai planté une banderille et je suis sûre qu’il va me courir après pendant un bon moment.

1099J. R. Lagos. Ce garçon n’a pas de fiancée ?

1100Virginie. Je crois que non. Il a une sorte de liaison pas nette avec l’assistante de son père, mais je crois que moi, celle-là, je vais m’en débarrasser assez facilement. Et toi, comment ça s’est passé avec Sabrina ? Tu crois que tu vas pouvoir la séduire ? Tu vas y arriver avant Julien ?

1101J. R. Lagos. Sabrina, si je ne l’ai pas mal comprise, m’a déclaré sa flamme en personne, aujourd’hui, quand elle est passée ici.

1102Virginie. Excellent. Et tu l’as possédée sexuellement ?

1103J. R. Lagos. Non. Je n’ai pas voulu trop précipiter les choses. D’autant qu’après, Martin Felizardo est passé. Il te cherchait, et…

1104Virginie. Il me cherchait, moi ? Fantastique. Tout se passe selon mes plans. Je vais le laisser me courir après quelques jours encore, avant de lui céder.

1105J. R. Lagos. Virginie, j’ai quelque chose à te dire. Quelque chose de très sérieux. Virginie. Que se passe-t-il ? Il y a un problème avec Julien ?

1106J. R. Lagos. Non. C’est avec moi qu’il y a un problème. J’étais ici, seul avec Sabrina, qui est une jeune fille très belle, elle ne portait qu’un haut, et elle m’a dit qu’elle s’intéressait à moi, et pourtant… ça ne m’a fait ni chaud ni froid, Virginie.

1107Virginie. Elle n’est peut-être pas assez attirante pour toi, papa, mais tu pourrais quand même t’occuper un peu d’elle, non ?

1108J. R. Lagos. Je crois que non, Virginie. Écoute, après Martin est passé, il te cherchait, et je dois t’avouer que lui… lui par contre il m’a plu.

1109Virginie. Quoi ?

1110J. R. Lagos. Je sais que c’est une horreur, Virginie.

1111Virginie. Non, papa, Martin n’est pas du tout une horreur. Il est pas mal du tout.

1112J. R. Lagos. Je sais bien, Virginie, ce qui m’horrifie c’est ce que j’ai ressenti.

1113Virginie. Tu as ressenti ce qu’on appelle « de la panique homosexuelle ».

1114J. R. Lagos. Oui. Ça doit être ça.

1115Virginie. Tu me déçois, papa. Tu me déçois et tu m’écœures. Je vais devoir faire appel à grand-père pour qu’il séduise Sabrina. Et toi ne t’avise pas de rivaliser avec moi pour ce qui est de séduire Martin.

40

1116Le salon des Felizardo. Mathilde fait des exercices d’aérobic, au son d’une cassette. Le docteur est avec elle et lit un prospectus.

1117Le docteur. C’est intéressant. Ça parle d’une sorte de safari dans le sud du Kenya. Je pourrais peut-être arriver à chasser un parent préhistorique du vison.

1118(Pamela entre.)

1119Pamela. Pardon, Madame, le maçon est arrivé. Je l’accompagne jusqu’aux combles ?

1120Mathilde. Oui, maman. Je veux dire, oui, Pamela.

1121Pamela. Très bien. (Elle s’en va.)

41

1122La salle à manger des Lagos. Julien et Virginie s’y trouvent.

1123Virginie. Il y a un problème, Julien. On a parié pour voir qui séduirait le premier le frère ou la sœur Felizardo.

1124Julien. Oui, bien sûr. Qu’est-ce qui se passe, tu veux abandonner ? Ça m’est égal. Moi, de toute façon je ne m’arrêterai pas avant d’avoir conquis le cœur de Sabrina même si je dois le lui arracher de la poitrine et le transplanter dans celle d’une femme qui m’aime.

1125Virginie. Non, Julien. Je ne vais pas abandonner. En plus, je suis sûre que je vais te battre, parce que Martin me court déjà après.

1126Julien. Le pari tient toujours, alors.

1127Virginie. Oui, Julien, mais il y a un problème : on n’a rien parié. Pourquoi on fait ça, pour l’amour de l’art ?

1128Julien. Moi je le fais par amour, Virginie. Par amour, et ça, tu ne sais pas ce que c’est.

1129Virginie. Je sais ce que c’est, mais ça ne me suffit pas. Je veux qu’on parie quelque chose de plus.

1130Julien. De l’amitié ?

1131Virginie. Non, idiot. Écoute-moi bien. Si tu séduis Sabrina avant que j’en fasse de même avec Martin, alors tout le temps que durera ta relation avec Sabrina, tu seras mon seigneur et maître, tu pourras faire de moi ce que tu voudras.

1132Julien. Mais Virginie, de quoi tu parles ? Qu’est-ce que je pourrais vouloir faire de toi ?

1133Virginie. Ça, c’est à toi de décider, Julien. Et réciproquement, si j’arrive à séduire Martin avant que tu en fasses de même avec Sabrina, tu m’appartiendras et je pourrai disposer de toi selon mon bon vouloir, sans aucune restriction. Tu es d’accord ?

1134Julien. Je ne voudrais pas devenir ton esclave, Virginie. Il faut fixer certaines restrictions. Je ne sais pas exactement quelles sont tes intentions à mon égard, mais parfois tu as l’air d’oublier qu’on est frère et sœur.

1135Virginie. Tu en es si sûr, mon petit ?

1136Julien. Qu’est-ce que tu veux dire par là, Virginie ?

1137Virginie. Je ne sais pas. Ce que je sais depuis toujours c’est que tous les deux on est les enfants de papa, mais… tu t’es déjà demandé qui est notre mère ?

1138Julien. Notre… mère ?

1139Virginie. Oui, Julien. En tant qu’êtres humains, en principe on doit être nés d’une mère, non ?

1140Julien. Oui, c’est logique, mais…

1141Virginie. Mais jamais ni papa ni Judith ne nous ont parlé du fait que nous ayons eu un jour une mère.

1142Julien. Moi, je n’ai jamais osé demander, j’avais des doutes.

1143Virginie. Des doutes à quel sujet ?

1144Julien. Je ne sais pas. Cette question m’a toujours dérangé. Parlons plutôt d’autre chose. Tu aimes l’ordinateur que m’a offert Judith ?

1145Virginie. Julien, ne te défile pas. Il est temps qu’on affronte la réalité. Qui est notre mère ?

1146Julien. Je ne sais pas.

1147Virginie. Et ça ne t’intéresse pas de savoir ?

1148Julien. Ça pourrait… aboutir ?

1149Virginie. Je ne sais pas, il y a tellement de possibilités… on nous a peut-être trouvés dans un orphelinat.

1150Julien. Mais Virginie, on a un père, on a papa !

1151Virginie. Oui, et on a aussi Judith, bien qu’elle…

1152Julien. Oui, elle est entrée à notre service quand on avait quatre ou cinq ans.

1153Virginie. Elle ne peut donc pas être notre mère.

1154Julien. Elle est peut-être notre tante.

1155Virginie. Ne sois pas ridicule, Julien. Il est clair que Judith n’est pas de la famille. Elle est… différente. Elle appartient à une autre classe sociale.

1156Julien. Je ne m’en étais jamais rendu compte.

1157Virginie. Tu as été aveugle, Julien, pendant des années. Tu n’as pas voulu voir ce qui se passait dans cette maison.

42

1158Le séjour des Felizardo. Mathilde poursuit ses exercices d’aérobic, et le docteur la lecture du prospectus. Pamela entre, très agitée.

1159Pamela. Madame, Madame ! Docteur ! Il y a un problème avec le maçon ! (On entend des cris d’homme, déchirants.)

1160Mathilde. Qu’est-il arrivé, qu’est-il arrivé ?

1161Pamela. (Les cris persistent.) Je ne sais pas, Madame, je crois que vous aviez raison. Il a vu le livre.

1162Le docteur. Quel livre ?

1163Mathilde. Pamela a des livres d’Umberto Eco et de Kant, dans les combles. Le maçon doit les avoir vus.

1164Le docteur. Pamela, c’en est trop ! Martin m’avait déjà parlé de tes écarts de conduite, mais je crois que cette fois-ci tu as dépassé les bornes ! (Les cris du maçon s’intensifient.) Écoute ! Écoute ce que tu as fait à ce pauvre homme.

1165Pamela. Ce n’était pas mon intention, docteur.

1166Mathilde. (En se moquant, elle imite la voix de Pamela.) Ce n’était pas mon intention, ce n’était pas mon intention.

1167Le docteur. Pamela, je veux te voir demain matin à huit heures à mon cabinet. Et à jeun.

1168Pamela. Et le maçon, Monsieur ?

1169Le docteur. Non. Que le maçon ne vienne pas.

1170(On entend à nouveau crier le maçon.)

1171Mathilde. Simon, tu dois t’occuper de cet homme.

1172Le docteur. D’accord. (Il s’en va.)

1173Mathilde. Tu as vu, Pamela ? Je t’avais prévenue.

1174Pamela. Oui, Madame.

1175Mathilde. Que vas-tu faire de ces livres ?

1176Pamela. Je vais les lire, Madame.

1177Mathilde. Très bien. J’espère bien.

43

1178Le cabinet. Cynthia examine des papiers qui sont sur le bureau. Mathilde entre.

1179Mathilde. Bonjour, Cynthia.

1180Cynthia. Comment allez-vous, Madame.

1181Mathilde. Pas très bien, compte tenu du fait que je sais tout de tes relations avec mon époux.

1182Cynthia. De quoi parlez-vous ?

1183Mathilde. Ne joue pas l’innocente, Cynthia. Je suis au courant pour la montre. Et ça me dégoûte rien que de penser à ce que tu as dû faire pour la mériter.

1184Cynthia. Je n’ai aucune raison de supporter ça. Allez-vous-en.

1185Mathilde. Je n’ai aucune raison de m’en aller. Ceci est le cabinet de mon époux.

1186Cynthia. Personne ne peut entrer ici sans avoir pris rendez-vous. (Elle attrape Mathilde par ses vêtements et la traîne vers la porte.) Alors, débarrasse le plancher !

1187Mathilde. Lâche-moi, lâche-moi, traînée ! Catin !

1188(Le docteur entre.)

1189Le docteur. Que se passe-t-il ici ?

1190Mathilde. Simon, dis-lui de me lâcher !

1191Mathilde. Docteur, cette femme est entrée de force dans votre cabinet !

1192Le docteur. Vous connaissez le règlement, Cynthia, alors sortez-la d’ici.

1193Cynthia. (Traînant Mathilde.) Vous avez vu ? Le docteur me donne raison. Du balai !

1194Mathilde. Simon, je suis ton épouse ! Dis-lui de me lâcher !

1195Le docteur. Cynthia, flanquez-moi ça à la rue.

1196Mathilde. Simon !

1197Cynthia. Allez, à la rue !

1198Mathilde. Tu es fini, Simon Felizardo ! Tu viens de signer ton certificat de décès.

1199Le docteur. Vous vous trompez, Madame. Ma spécialité n’est pas la médecine légale. Allons, Cynthia, accélérez la démarche.

1200Cynthia. (Chassant Mathilde.) Avec plaisir, docteur. Allez, la vieille ! On se dépêche !

1201Le docteur. (Quand Mathilde n’est plus là.) Bien joué, Cynthia. J’ai aimé votre façon de faire.

1202Cynthia. Ne pensez-vous pas que nous avons été trop rudes, docteur Felizardo ?

1203Le docteur. Non, Cynthia. Personne ne peut pénétrer dans mon cabinet en abusant de son pouvoir. Vous le savez bien.

1204Cynthia. Oui, bien sûr, docteur, mais je ne sais pas, s’agissant de votre épouse…

1205Le docteur. Mon épouse ? Que voulez-vous dire ? Est-ce que par hasard cette vieille sorcière était… ?

1206Cynthia. Oui, docteur.

44

1207Le séjour des Felizardo. Pamela est en train de balayer. Mathilde entre, furieuse.

1208Mathilde. Il m’a mise dehors ! Il m’a fait mettre dehors par cette poule croqueuse de montres.

1209Pamela. Madame Mathilde !

1210Mathilde. Pamela, il m’a mise dehors ! Tu te rends compte ? Mon mari m’a flanquée à la rue.

1211Pamela. Mais Madame, vous êtes ici, chez vous.

1212Mathilde. Oui, mais il m’a mise à la porte de son cabinet ! Moi je ne voulais pas être ici, je voulais être là-bas !

1213Pamela. Je suis vraiment désolée, Madame Felizardo.

1214Mathilde. Ce n’est même pas lui qui m’a fait sortir. Il a laissé cette moins-querien lever la main sur moi !

1215Pamela. Elle vous a frappé, Madame ?

1216Mathilde. Elle m’a tapée, elle m’a malmenée, elle m’a traînée. Elle m’a fait sortir du cabinet que Simon a acheté avec l’argent de ma famille ! (Elle pleure.)

1217Pamela. (Elle s’approche d’elle et la prend dans ses bras.) Allons, Madame, tout va s’arranger.

1218Pamela. Oui, Je vais l’arranger celui-là. Je vais lui monter ce qui arrive quand on maltraite la personne qui vous a tout donné.

1219Pamela. Oui, Madame. Il mérite une leçon.

1220Mathilde. (Toujours en pleurs.) Tu es de mon côté dans cette histoire, Pamela chérie.

1221Pamela. Oui, Madame. Bien sûr.

1222Mathilde. (Elle serre Pamela dans ses bras.) C’est une canaille, Pamela. Cet homme est une canaille. Il ne peut pas me mettre à la porte comme si j’étais un représentant importun, ou un encaisseur de créances.

1223Pamela. Oui. Il faut qu’il soit un bien mauvais payeur pour faire une chose pareille. Vous pouvez compter sur moi si vous avez besoin d’aide, Madame Felizardo.

1224Mathilde. (Elle lâche Pamela.) Ah, oui, Pamela. Tu sais de quoi j’ai besoin ? Que tu me sortes les vêtements des armoires et que tu passes un petit coup de chiffon imbibé de térébenthine sur le bois, parce qu’il commence à prendre l’humidité.

1225Pamela. (De mauvaise grâce.) Bien, Madame. J’y vais.

1226Mathilde. Mais moi je ne sais pas ce que je vais faire. Par où est-ce que je peux commencer ? Je dois me venger de ce malotru !

1227Pamela. Vous pouvez compter sur mon aide, Madame.

1228Mathilde. Et que pourrais-tu faire, toi, Pamela, une simple employée de maison ?

1229Pamela. Eh bien, vous vous souvenez que le docteur… m’avait demandé de passer à son cabinet.

1230Mathilde. Oui. Parce que tu as besoin de soins médicaux. Tu as battu mon fils aux échecs, Pamela. Ce n’est pas normal pour une personne de ta condition. Tout comme ce n’est pas normal que tu lises Kant et Schopenhauer.

1231Pamela. Je ne lis pas Schopenhauer, Madame. Il me semble que ce qu’il a fait est une vulgarisation animiste du transcendantalisme de Kant. Qui plus est, une vulgarisation tautologique, parce que raconter que « la chose en soi » est la volonté, et définir la volonté en donnant à ce terme un emploi différent de son usage courant, c’est tricher.

1232Mathilde. Mais alors Pamela, tu as lu Schopenhauer !

1233Pamela. Oui, bien sûr, je l’ai lu en temps utile.

1234Mathilde. Tu te rends compte comme tu délires, Pamela ? D’abord, tu dis que tu ne lis pas Schopenhauer, et ensuite tu dis que si, que tu le lis et tu te mets à disserter sur son credo. Tu es déséquilibrée, c’est manifeste, Pamela, et tu dois aller consulter. Et vu que mon mari, le docteur, s’est aimablement offert de te voir en consultation, je crois que tu dois y aller. En dehors de tes heures de travail, bien entendu, mais tu dois y aller.

45

1235Le cabinet du docteur. Ce dernier est à son bureau, et face à lui se trouve José Robert Lagos.

1236J. R. Lagos. Oui, docteur. Vous pouvez être rassuré, j’ai corrigé Judith Fernandez exactement comme nous en étions convenu vous et moi. Mais je ne suis pas venu vous parler de ça. Je suis venu vous parler non pas en votre qualité de père de Sabrina, mais en votre qualité de médecin.

1237Le docteur. Très bien, dans ce cas, laissons-le reste de côté, pour le moment. Dites-moi ce qui vous arrive. Quel est le mal dont vous souffrez.

1238J. R. Lagos. Ça, je préfère que ce soit vous qui le diagnostiquiez, docteur. Moi je n’ai pas fait d’études de médecine.

1239Le docteur. Parfait, Monsieur Lagos. Je vous avoue que je déteste les patients qui s’auto-diagnostiquent.

1240J. R. Lagos. Il n’empêche que par votre façon de faire, je vous soupçonne d’encourager vous-même chez eux ce type de conduite.

1241Le docteur. Pourquoi êtes-vous venu, Monsieur Lagos ? Pour vous faire examiner par moi ou pour critiquer mes méthodes ?

1242J. R. Lagos. Excusez-moi, docteur. C’est que cette affaire est vraiment sérieuse, et j’oserais même dire qu’elle met en jeu toute ma vie. Et je ne fais pas seulement référence à ce qu’il me reste à vivre de cette vie, mais c’est littéralement de TOUTE ma vie dont je vous parle, y compris celle que j’ai déjà vécue.

1243Le docteur. Monsieur Lagos, vos problèmes semblent ne pas être de nature organique mais plutôt… philosophique.

1244J. R. Lagos. Vous êtes à côté de la plaque, docteur. Ce qui m’arrive est très concret. Je sens que je suis un homme et qu’en même temps… je n’en suis pas un.

1245Le docteur. Je n’ai jamais été très doué pour éclaircir les paradoxes, Monsieur Lagos, alors expliquez-vous plus clairement, je vous en supplie.

1246J. R. Lagos. En d’autres termes, je suis attiré par les personnes du même sexe que moi. Je suis désolé, docteur, mais je n’ai pas trouvé de manière plus diplomatique de vous le dire.

1247Le docteur. Eh bien, je ne peux pas vous aider, parce que toutes les manières auxquelles je pense sont bien moins diplomatiques que celle que vous avez choisie.

1248J. R. Lagos. Je ne vous demande pas de l’aide sur ce plan, docteur. Je veux seulement que vous me disiez si vous pouvez m’aider à résoudre mon problème.

1249Le docteur. Êtes-vous en train de me proposer d’une certaine façon que je… devienne votre compagnon ?

1250J. R. Lagos. Mais non, bon sang ! Je veux votre diagnostic médical ! Je veux savoir si je suis normal, si c’est juste quelque chose de passager ou pas, à quoi c’est dû, et si je peux mener ce genre de vie sans prendre aucun risque, savoir ce qu’il en est, enfin, je veux que vous me conseilliez !

1251Le docteur. Monsieur Lagos, par principe je vous dirais de faire ce que vous dicte votre cœur. Mais si ce conseil vous semble peu de chose en échange des cent cinquante dollars que coûte la consultation, je vais vous faire un check-up complet. Déshabillez-vous.

46

1252Le séjour des Felizardo. Mathilde et Pamela sont assises.

1253Mathilde. Ça y est, je sais ce que nous pouvons faire pour donner à Simon ce qu’il mérite.

1254Pamela. À quoi pensez-vous, Madame.

1255Mathilde. Si je me souviens bien, tu dois aller le voir à son cabinet, pour qu’il s’occupe de toi, à cause de ce… petit problème de santé mentale que tu as.

1256Pamela. C’est vrai, Madame. Je dois y aller.

1257Mathilde. Très bien : voici ce que je veux que tu fasses. Quand tu iras au cabinet, comporte-toi de manière très provocante. Essaie d’être légèrement vêtue, et quand tu devras parler, fais-le de manière sensuelle, et… trouve un prétexte pour t’approcher de Simon, enfin, je ne sais pas, use de tes charmes, si tant est que tu en aies.

1258Pamela. Vous croyez que… je n’en ai pas ?

1259Mathilde. Je ne sais pas, Pamela. Je ne suis pas homme pour me rendre compte. Mais il faut que tu essaies. Tu dois essayer de séduire le docteur. Alors, dès qu’il essaiera de poser la main sur toi, tu te mets à crier, tu appelles la police et tu l’accuses de tentative de viol.

47

1260Le cabinet. Felizardo applique son stéthoscope sur le dos nu de José Robert Lagos, qui est allongé sur le lit de consultation.

1261Le docteur. Allons, allons, ne bougez pas.

1262J. R. Lagos. Je ne bouge pas docteur.

1263Le docteur. Chut. Laissez-moi écouter. Ceci est très intéressant. Cynthia !

1264Cynthia. Oui, docteur Felizardo ?

1265Le docteur. Occupez-vous une minute de monsieur Lagos. Je dois consulter des notes.

1266Cynthia. Ne vous en faites pas, Docteur.

1267(Le docteur sort.)

1268Cynthia. Restez calme, Monsieur Lagos. Le docteur Felizardo ne va pas tarder à revenir.

1269J. R. Lagos. Je ne suis pas nerveux.

1270Cynthia. Voulez-vous que je vous masse le dos, en attendant ?

1271J. R. Lagos. Le dos ? Non… non, merci.

1272Cynthia. Voulez-vous que je vous masse ailleurs ? Le cou par exemple ? (Elle pose ses mains sur son cou.)

1273J. R. Lagos. Non, non, mademoiselle. Merci, vous êtes bien aimable.

1274Cynthia. (Elle lui masse le cou.) Je vous sens très tendu, Monsieur Lagos. Permettez-moi d’activer un peu votre circulation.

1275J. R. Lagos. (Tout en restant allongé, il effectue des mouvements avec les bras comme pour se dégager des mains de Cynthia.) Non, non, laissez-moi. Ne me touchez pas, s’il vous plaît. Ne me touchez pas.

1276Cynthia. (Elle insiste.) Vous craignez peut-être… de ne plus pouvoir répondre de vos actes, Monsieur Lagos ?

1277J. R. Lagos. (Il essaie toujours de se débarrasser de Cynthia.) Je vous dis de me laisser, vous ne comprenez pas ? Fichez-moi la paix. Je ne veux pas que vous me touchiez.

1278(Le docteur entre.)

1279Le docteur. Que se passe-t-il ?

1280Cynthia. (Elle ôte ses mains du cou de José Robert Lagos.) Ce n’est pas ce que vous pensez, docteur. Je voulais juste…

1281Le docteur. (Il l’interrompt.) Cynthia, que savez-vous de ce je pense en ce moment ?

1282Cynthia. Rien, docteur, excusez-moi, c’est-à-dire que… je voulais juste…

1283Le docteur. S’il vous plaît, retournez à la réception, Cynthia. Laissez-moi faire.

1284Cynthia. Oui, docteur, excusez-moi. (Elle s’en va.)

1285J. R. Lagos. Alors, docteur ? Que disent vos notes ? Vous avez une piste ?

1286Le docteur. Eh bien, Monsieur Lagos, je dois vous dire que… franchement je ne sais pas si vous allez aimer ce que j’ai à vous dire.

1287J. R. Lagos. Donc… vous avez trouvé quelque chose, docteur ?

1288Le docteur. Oui, Monsieur. Croyez-moi, je suis très surpris parce que j’ai trouvé quelque chose de très différent de ce que je m’attendais à trouver.

1289J. R. Lagos. Qu’avez-vous trouvé, docteur ?

1290Le docteur. Eh bien, pour mieux dire, je n’ai pas trouvé ce que je m’attendais à trouver. Et j’ai trouvé des choses que je ne m’attendais pas à trouver.

1291J. R. Lagos. Docteur, je vous demande d’être plus explicite.

1292Le docteur. Monsieur Lagos, je ne peux pas croire que vous ne vous en soyez pas aperçu plus tôt, mais les tendances que vous vous découvrez et qui vous alarment autant ont une explication très simple.

1293J. R. Lagos. Donnez-la-moi.

1294Le docteur. Monsieur Lagos, c’est très difficile à dire. Et je vous répète que je ne comprends pas comment il se fait que durant toutes ces années vous ne vous en soyez pas aperçu. Monsieur Lagos, vous… êtes une femme.

1295J. R. Lagos. Comment ? !

1296Le docteur. Oui, monsieur Lagos, ou madame, ou mademoiselle, ou je ne sais pas comment vous appeler. Vous êtes, anatomiquement, physiologiquement et morphologiquement parlant, une femme.

1297J. R. Lagos. Docteur, soyez plus explicite, pour l’amour du ciel.

1298Le docteur. Encore plus ? Mais comment faut-il que je vous le dise ! Vous êtes une nana, une femelle de l’espèce humaine !

1299J. R. Lagos. Quoi ? Mais docteur, ce n’est pas possible. Vous pouvez voir de vos propres yeux que ce n’est pas le cas.

1300Le docteur. Je peux voir, et j’ai vu, de mes yeux vu, quand je vous ai examiné, ce que vous cachez sous vos vêtements. Vos organes sexuels sont féminins, monsieur Lagos. Et vous avez aussi… des seins, si vous me permettez de le dire de cette façon. Ils sont petits, mais… n’en ont pas pour autant moins d’attrait.

1301J. R. Lagos. (En colère.) Docteur, ce que vous me dites est absurde. Si je suis une femme, comment se fait-il que j’aie une voix d’homme ?

1302Le docteur. Vous pouvez être une femme à la voix de contralto. Qui plus est, le registre de voix avec lequel on parle est un phénomène culturel. Si on persuade un homme dès l’enfance qu’il est une femme, il aura tendance à parler dans un registre plus aigu que si on le traite comme un homme.

1303J. R. Lagos. Mais regardez mon visage, docteur. J’ai des poils. De la barbe, vous voyez ? Je me rase tous les jours.

1304Le docteur. Ça doit être parce que vous prenez des hormones masculines.

1305J. R. Lagos. Eh bien, je…

1306Le docteur. (Énergique.) Vous en prenez, Monsieur Lagos ?

1307J. R. Lagos. Je crois que… oui. Mais c’est parce qu’il y a plusieurs années, un médecin qui m’a examiné m’a dit que je souffrais d’une certaine déficience hormonale.

1308Le docteur. Et ce médecin ne vous a pas dit quel était votre véritable sexe ?

1309J. R. Lagos. Non. Pas que je me souvienne, non. Ce sujet n’a pas été abordé.

1310Le docteur. Dites-moi le nom de ce charlatan. Nul ne peut se dire médecin et ignorer la différence entre un homme et une femme.

1311J. R. Lagos. Non, s’il vous plaît. Gardez tout cela pour vous. Je ne veux pas susciter un scandale qui affecte ma réputation et celle de mes enfants.

1312Le docteur. Vos… enfants ?

1313J. R. Lagos. Oui, mes enfants, Julien et Virginie.

1314Le docteur. Mais… dans quel sens dites-vous qu’ils sont vos enfants ? Ce n’est pas parce que vous vous considérez toujours… comme leur père, n’est-ce pas ?

1315J. R. Lagos. Eh bien, je ne sais pas. C’est à dire que… franchement j’ai… certains trous de mémoire.

1316Le docteur. Mais vous n’avez jamais eu d’épouse.

1317J. R. Lagos. Une épouse ? Non. Je ne crois pas.

1318Le docteur. De toute façon, même si vous en aviez eu, c’est impossible que vous l’ayez… fécondée. Vous ne disposez pas des moyens pour cela. Vous ne pouvez pas être le père de Virginie ni celui de Julien. Par contre, vous pourriez être…

1319J. R. Lagos. Qu’essayez-vous de me dire. Le docteur. Que vous pourriez être leur… mère.

48

1320Le séjour des Felizardo. Mathilde et Pamela sont toujours assises.

1321Pamela. Alors vous me demandez de… provoquer le docteur et… s’il essaie d’aller trop loin avec moi, de… le dénoncer aux autorités.

1322Mathilde. Oui. Comme ça il va payer pour ce qu’il m’a fait. Je suis son épouse, pas un vendeur de livres en porte à porte. Comment peut-il me mettre à la porte de son cabinet ? Ce cabinet a été ouvert avec l’argent de MA famille.

1323Pamela. Mais, Madame Felizardo, vous croyez que nous avons droit de tendre au docteur un… pareil piège ?

1324(Sabrina entre.)

1325Sabrina. Pamela, tu t’exprimes mal. On ne dit pas « avoir droit de », on dit « avoir le droit de ». Tu saisis ?

1326Pamela. Oui, mademoiselle Sabrina.

1327Sabrina. C’est seulement si tu ajoutes l’article défini « le » que tu peux employer la préposition « de ». Tu peux dire « j’ai le droit de ceci, ou le droit de cela ». Mais si tu omets l’article, alors tu dois employer la préposition « à ». Tu peux dire « j’ai droit à ceci, ou j’ai droit à cela ». Tu me suis, Pamela ?

1328Pamela. Oui, Mademoiselle. C’est parfaitement clair.

1329Sabrina. Et toi, maman ? Tu as compris ?

1330Mathilde. La barbe, Sabrina. Garde-toi ta grammaire pour le jour de l’examen.

1331Sabrina. Tu viens de commettre un hispanisme, maman. En français on ne dit pas « garde-toi ta grammaire ». On dit « garde ta grammaire ». La construction que tu as employée s’utilise seulement en espagnol.

49

1332La salle-à-manger des Lagos. Julien et Virginie prennent le thé.

1333Virginie. Alors, petit frère ? Tu en es où du pari qu’on a fait ?

1334Julien. Ah, je ne sais pas, Virginie. Je dois t’avouer quelque chose. Judith a préparé une potion pour que Sabrina tombe amoureuse de moi, mais c’est moi qui l’ai finalement bue, et maintenant mon amour n’arrête pas de grandir, à tel point que je n’arrive même plus à avoir les idées claires, et encore moins, c’est clair, à agir.

1335Virginie. Alors… On peut dire que je t’ai battu ?

1336Julien. Pourquoi ? Est-ce que par hasard toi et Martin avez déjà… ?

1337Virginie. Non, pas encore. Mais c’est parce que je le fais attendre. Je sais qu’il est fou de moi.

1338Julien. Sabrina est folle aussi, mais je soupçonne qu’elle ne l’est pas de moi.

50

1339Le séjour des Felizardo. Mathilde fait de la broderie. Sabrina entre.

1340Sabrina. Maman, je dois te poser une question du genre… personnel.

1341Mathilde. Continue, Sabrina. Le fait que je sois en train de broder n’empêche pas que je puisse te prêter attention.

1342Sabrina. Oui, maman, mais c’est que… en plus d’écouter ma question, je voudrais que tu…

1343Mathilde. Vas-y, dis-moi. Qu’est-ce que tu voudrais.

1344Sabrina. Que tu me répondes.

1345Mathilde. (Elle arrête de broder.) D’accord, ma fille. Parle-moi. Je t’écoute.

1346Sabrina. Pourquoi arrêtes-tu de broder ? Tu as dit que tu pouvais broder et que pour autant ça n’allait pas t’empêcher de m’écouter.

1347Mathilde. Ton temps est presque écoulé, Sabrina, alors pose-moi ta question une bonne fois pour toutes, ou je vais arrêter de te prêter attention.

1348Sabrina. D’accord. Pardon de t’infliger tous ces préambules. C’est que ce sujet m’inquiète vraiment et en plus… j’ai un peu honte d’en parler avec toi.

1349Mathilde. J’ai peur en t’écoutant, Sabrina. Je te préviens, si tu veux me parler de quelque chose… d’inconvenant, je préfère que tu te taises.

1350Sabrina. Non, maman, ce n’est pas inconvenant. J’ai besoin de ton conseil.

1351Mathilde. N’attends aucun conseil de ma part s’il s’agit d’une activité qui n’emprunte pas le chemin de la morale et des bonnes mœurs.

1352Sabrina. Mais maman, pourquoi me juges-tu sans savoir ? Je n’ai rien fait de mal.

1353Mathilde. (Elle reprend sa broderie.) Tant mieux, alors. Considérons que cette conversation n’a jamais eu lieu.

1354Sabrina. Mais maman, je voulais seulement te parler.

1355Mathilde. C’est bien, ma fille, je te comprends. Mais je te conseille d’oublier tout ça et de faire ce qu’il faut pour réussir ton examen de grammaire. Sabrina. C’est bon, maman. (Elle s’en va, contrariée.)

51

1356Le cabinet. Simon Felizardo et José Robert Lagos poursuivent leur conversation de la scène 47.

1357Le docteur. Je sais que c’est difficile, Mademoiselle, mais vous devez essayer de surmonter ces circonstances. Personne ne vous demande de changer. Vous devez seulement apprendre à assumer ce que vous êtes réellement. Et, s’il vous plaît, comptez sur moi pour vous y aider.

1358J. R. Lagos. Et de quelle manière pourriez-vous m’aider, docteur ?

1359Le docteur. Eh bien, je pourrais, comme tout homme qui se respecte, vous apporter mon aide pour que vous vous sentiez… femme.

1360J. R. Lagos. Bon, mais laissez-moi du temps. Je ne peux pas faire un virage à cent quatre-vingts degrés aussi rapidement. Laissons ça pour la prochaine fois, docteur. Je prendrai rendez-vous auprès de votre assistante. (Il part. Le docteur fait un geste de contrariété.)

52

1361Le séjour des Felizardo. Pamela est en train de balayer, et Sabrina est assise en train de lire un livre de grammaire.

1362Sabrina. Pamela, toi tu n’as pas trop d’expérience avec les hommes, n’est-ce pas ?

1363Pamela. Avec les hommes ? Non, mademoiselle Sabrina. Pas pour le moment.

1364Sabrina. Alors tu n’es pas la personne la plus indiquée pour me conseiller. Je cherche à qui demander conseil.

1365Pamela. Vous me demandez conseil sur ça ? Sur à qui demander conseil ?

1366Sabrina. Non, mais si tu sais, dis-le moi.

1367Pamela. Non, je ne sais pas. Je regrette de ne pas pouvoir vous aider.

1368Sabrina. Tu peux peut-être m’aider après tout. Parfois, le conseil d’une personne sans expérience, une personne pure, qui n’est pas contaminée par les déformations de son environnement, peut… faire mouche.

1369Pamela. Je ne sais pas, mademoiselle Sabrina.

1370Sabrina. Ça n’a pas d’importance, je vais quand même te demander conseil. Dismoi, Pamela, toi… tu aurais une relation avec un homme qui… n’a jamais eu de petite amie ? Avec un homme qui a toujours été éconduit par toutes les femmes.

1371Pamela. Eh bien, je crois que non, parce que je n’ai pas d’expérience, si lui non plus n’en a pas, je crois que ça ne pourrait pas trop marcher, non ? Bon, en fait qu’est-ce que je peux dire, Mademoiselle. Je ne sais rien. Je n’ai pas d’expérience pour ce qui est de sortir avec des hommes, et faire…

1372Sabrina. Faire quoi, Pamela ?

1373Pamela. Eh bien, je ne sais pas, ce qu’on fait dans ces cas-là. Je n’y connais absolument rien.

1374Sabrina. Oui, bien sûr. Tu ne pourrais pas sortir avec un homme sans expérience. Mais qui sait, je pourrais peut-être… lui apprendre… certaines choses.

1375Pamela. Eh bien, si c’est de ça dont il s’agit, moi aussi je pourrais. Je peux lui apprendre l’éthique de Kant, et son impératif catégorique. Je peux lui apprendre les alternatives au cinquième postulat d’Euclide, je peux lui apprendre…

1376Sabrina. (Elle l’interrompt.) Oui, je sais, je sais que tu peux lui apprendre beaucoup de choses. Tu peux lui apprendre à balayer et à laver les sols, aussi, n’est-ce pas ?

1377Pamela. Oui, bien sûr. Pourquoi pas ? S’il ne sait pas et qu’il veut apprendre, je lui montre avec grand plaisir. Je n’ai pas de préjugés contre ça. Je ne suis pas de celles qui pensent que le travail intellectuel est supérieur au travail manuel. En fait, ce que vous dites me rend ce garçon intéressant. Je vous serais reconnaissante, mademoiselle Sabrina, de m’arranger un rendez-vous avec lui.

1378Sabrina. Un rendez-vous avec Julien ? Non, Pamela, idiote. Celle qui va avoir un rendez-vous avec Julien ce n’est pas toi, mais… Moi. Bien qu’à vrai dire… j’ai des doutes. Je ne sais pas quoi faire !

1379(Mathilde entre.)

1380Mathilde. Qu’as-tu, ma fille.

1381Pamela. Que vous arrive-t-il, mademoiselle Sabrina.

1382Sabrina. Je ne sais pas. C’est comme une partie de ping-pong dans ma tête. Un coup c’est oui et le coup d’après c’est non, je ne sais combien de fois par minute.

1383Mathilde. À quel sujet, Sabrina ?

1384Sabrina. Au sujet de Julien Lagos. Il est tellement élégant et attentionné ! Mais d’un autre côté, il est idiot, et en plus il n’a jamais eu de petite amie. Aucune fille n’a jamais pu le supporter. Ah, mais je serai la première ! Les personnes changent quand elles découvrent le véritable amour, n’est-ce pas ? Mais Julien non. Cet idiot va être l’exception qui confirme la règle. Mais moi je suis amoureuse de Julien. Non, non, minute. Qu’est-ce que je raconte. Comment est-ce que je peux être amoureuse de cet imbécile ! Et pourtant… il est si tendre. Je crois qu’il me plaît.

1385Mathilde. Assez, Sabrina ! Qu’est ce qui t’arrive ? Tu divagues ! Tu as besoin de repos. Tu te comportes come si tu avais perdu vingt pour cent de ta masse encéphalique.

1386Pamela. (Elle rejoint Sabrina et lui passe un bras autour des épaules.) Oui, Mademoiselle, allons. Je vous accompagne à votre chambre.

1387Mathilde. Non, Pamela, toi tu restes ici. Nous avons du travail.

1388(Sabrina s’en va. Pamela s’approche de Mathilde.)

1389Pamela. Bien, Madame. Dites-moi.

1390Mathilde. Que veux-tu que je te dise.

1391Pamela. Je ne sais pas. Dites-moi de quoi vous avez besoin.

1392Mathilde. J’ai besoin que tu te rendes immédiatement au cabinet de mon mari, pour mettre notre plan à exécution.

1393Pamela. Si vite, Madame ? Je ne sais pas si… si je suis prête.

1394Mathilde. Ah, non ? Tu vois ? Tu vois comme tous ces livres que tu as lus ne t’ont servi à rien ?

1395Pamela. Mais Madame, je n’ai jamais lu de livres sur ce sujet.

1396Mathilde. Quel sujet.

1397Pamela. Je ne sais pas, sur ce que vous me demandez de faire. Vous me demandez de jouer un rôle. D’être une… actrice.

1398Mathilde. Et toi tu n’as pas lu de théâtre ? Lope de Vega, Lope de Rueda, et tous ceux-là ?

1399Pamela. Si, mais…

1400Mathilde. Alors trêve d’excuses, Pamela. Tu vas tout de suite au cabinet, tu provoques Simon, tu essaies de le séduire, et quand il posera la main sur toi, tu te mets à crier et tu appelles la police.

1401Pamela. Mais Madame, le docteur m’a dit que je devais y aller à jeun.

1402Mathilde. Et alors, est-ce que par hasard tu as… mangé quelque chose ?

1403Pamela. Eh bien, je…

1404Mathilde. (Énergique.) TU AS MANGÉ QUELQUE CHOSE, PAMELA ?

1405Pamela. Non, Madame.

1406Mathilde. Alors quel est le problème.

1407Pamela. C’est que je suis morte de faim.

1408Mathilde. Tu pourras te rattraper plus tard. Je vais te préparer un bon ragoût pour quand tu reviendras.

1409Pamela. Et si je dois aller au commissariat, pour faire ma déposition ?

1410Mathilde. Pour porter plainte contre mon mari ?

1411Pamela. Oui.

1412Mathilde. Pamela, je ne comprends pas comment tu peux condamner Simon pour un délit qu’il n’a pas encore commis.

1413Pamela. Alors, vous doutez de ma capacité d’arriver à le lui faire commettre ?

1414Mathilde. Que veux-tu dire ? Qu’as-tu l’intention de faire, Pamela ?

1415Pamela. Ce que vous m’avez dit : le séduire.

1416Mathilde. Fais attention à ce que tu dis, Pamela. Souviens-toi que tu es en train de parler de mon mari.

1417Pamela. Mais Madame, je ne fais que répéter les instructions que vous m’avez données.

1418Mathilde. Je sais, Pamela. Pardon. Ça me rend nerveuse. J’ai des doutes.

1419Pamela. Il vaut peut-être mieux tout arrêter. C’est risqué.

1420Mathilde. Quel est le risque. Que tu tombes amoureuse de lui ? Qu’il tombe amoureux de toi ?

1421Pamela. Mais non, Madame, Comment pourrais-je ?

1422Mathilde. Tu veux dire que tu ne pourrais pas tomber amoureuse de mon mari, Pamela ?

1423Pamela. Jamais je ne ferais ça, madame Mathilde !

1424Mathilde. Tu crois que Simon n’est pas assez homme pour éveiller l’amour chez une femme ?

1425Pamela. Je n’ai pas dit ça.

1426Mathilde. Alors il te plaît. Avoue-le.

1427Pamela. Non. Je ne pourrais pas jeter mon dévolu sur le docteur, comme ça. Je n’ai pas pour habitude de fricoter avec des hommes mariés.

1428Mathilde. Bien. Maintenant tu dois y aller. Tu sais quelles lignes de bus tu peux prendre pour te rendre au cabinet ?

1429Pamela. Oui, Madame.

1430Mathilde. Alors va-t’en. Plus tard rappelle-moi de te rembourser le prix du ticket. Je n’ai pas de monnaie là. Pamela. Ne vous inquiétez pas, Madame. (Elle part.)

53

1431La salle à manger des Lagos. Virginie, Julien et Judith.

1432Virginie. Tu sais, Judith ? Je ne me souviens pas de l’époque où tu ne vivais pas dans cette maison.

1433Judith. C’est logique, Virginie. Vous étiez toute petite quand votre père m’a engagée.

1434Julien. Tu as toujours une copie du contrat de travail, Judith ?

1435Judith. Il n’y a pas eu de contrat écrit, que je me souvienne. Notre arrangement a été verbal.

1436Virginie. Alors, aucune des parties ne peut porter réclamation en cas de nonrespect du contrat par l’autre.

1437Judith. Ce n’est pas un problème en ce qui nous concerne, Virginie. J’ai toujours rempli mes obligations, et votre père s’est toujours comporté avec moi comme un parfait gentleman.

1438(José Robert Lagos entre, habillé comme d’habitude, mais il est coiffé d’une perruque blonde de femme.)

1439J. R. Lagos. Bonjour, la famille.

1440Virginie. (Avec étonnement.) Quoi ?

1441Julien. Qu’est-ce que ça signifie, papa ?

1442J. R. Lagos. De quoi parles-tu, mon fils ?

1443Virginie. C’est une blague, pas vrai, papa ?

1444Judith. Votre père est un homme sérieux, Virginie. Il ne fait pas de blagues.

1445Julien. (À José Robert.) C’est quoi, alors, tu vas à une fête costumée ?

1446J. R. Lagos. Non, Julien. Si tu le dis à cause de cette perruque, ne t’inquiète pas, parce que c’est du provisoire.

1447Virginie. Du provisoire ?

1448J. R. Lagos. Oui, le temps que mes vrais cheveux puissent ressembler naturellement à quelque chose… (Il montre la perruque) comme ça.

1449Judith. Voilà un projet très ambitieux, Monsieur Lagos.

1450J. R. Lagos. Judith, s’il vous plaît, si ça ne vous ennuie pas, je voudrais avoir une petite conversation seul à seul avec mes enfants. Faites les chambres, pendant ce temps.

1451Judith. Elles sont déjà faites, Monsieur.

1452Julien. Le séjour, alors.

1453Judith. Le séjour est propre et ciré.

1454Virginie. Alors va faire la salle à manger.

1455J. R. Lagos. Oui, s’il vous plaît, trouvez-vous une occupation, Judith.

1456Judith. J’ai déjà fait la salle à manger, Monsieur.

1457J. R. Lagos. Alors qu’avez-vous à faire, rien ? Tout est terminé ?

1458Judith. Je crains que oui, Monsieur Lagos.

1459Virginie. Bon, alors, si tout est terminé, nous n’allons plus avoir besoin de tes services, Judith. Tu es renvoyée.

1460Julien. Attends, Virginie, ne sois pas si draconienne.

1461Judith. Vous allez me congédier après toutes ces années de travail ?

1462J. R. Lagos. Non, Judith, calmez-vous, nous parlerons de ça plus tard. Pour le moment, je vais vous demander de me laisser seul avec mes enfants.

1463Judith. Entendu. (Elle s’en va.)

1464Virginie. Tu as été très dur avec elle, papa. Il fallait vraiment qu’elle sorte ? Judith ne pouvait pas entendre elle aussi ces choses que tu es sur le point de nous dire ?

1465Julien. Oui, papa. Judith fait un peu partie de la famille.

1466J. R. Lagos. Je sais, mais je préfère en parler avec vous, dans un premier temps. On verra plus tard ce qu’on dit à Judith.

1467Virginie. D’accord. Mais avant que tu ne commences à parler, papa, je vais te demander d’enlever cette perruque ridicule. Je ne peux donner aucun crédit à tes paroles si je te vois déguisé de la sorte.

1468J. R. Lagos. Ce n’est pas un déguisement, Virginie.

1469Julien. Comment ?

1470J. R. Lagos. Oui. C’est précisément de cela dont je veux vous parler. Je viens de consulter un médecin.

1471Virginie. Tu ne te sentais pas bien, papa ? Tu ne nous avais rien dit.

1472J. R. Lagos. Non, je ne me sentais pas mal. J’y suis simplement allé pour un checkup. À mon âge, il est toujours préférable de prévenir que de guérir.

1473Julien. Que vas-tu nous annoncer, papa ? Que le médecin t’a trouvé un kyste ?

1474Virginie. Tais-toi, idiot. Arrête de spéculer. Tu ne sais pas que le fait de nommer les maladies peut parfois être une façon de les attirer ?

1475Julien. Ça n’arrive pas qu’avec les maladies. Avec les personnes aussi. Selon le nom que l’on donne à une personne, c’est comme ça aussi qu’on va appeler cette personne.

1476J. R. Lagos. S’il vous plaît, ne vous perdez pas en discussions collatérales. Ce que j’ai à vous dire est vraiment important.

1477Virginie. D’accord, mais enlève ta perruque, papa. Je t’en supplie.

1478J. R. Lagos. Je ne peux pas, Virginie.

1479Julien. Tu permets. C’est moi qui vais te l’enlever. (Il essaie de la lui enlever.)

1480J. R. Lagos. (Il écarte Julien.) Non, laisse-moi. Ne me touche pas. Je sais que tu pourrais m’enlever ça de la tête. Mais c’est que… moi je ne veux pas me l’enlever de la tête. Cette perruque est le reflet de… ma réalité. Pour assumer ce que je suis vraiment, je dois la garder.

54

1481Le cabinet. Le docteur est assis à son bureau. Pamela entre.

1482Pamela. Bonjour, docteur.

1483Le docteur. Pamela ! Que fais-tu là ?

1484Pamela. Vous aviez proposé… de m’examiner, docteur. Vous vous rappelez ?

1485Le docteur. Ah, oui. Bien entendu. Déshabillez-vous.

1486Pamela. Quoi ?

1487Le docteur. Déshabillez-vous. Ôtez… vos vêtements.

1488Pamela. Bien, docteur. (Elle commence à se déshabiller lentement.)

1489Le docteur. Allons, Pamela. Je n’ai pas toute la journée. Dépêchez-vous d’enlever vos vêtements.

1490Pamela. Tous, docteur ?

1491Le docteur. Oui, tous. Ne vous inquiétez pas pour moi. Je suis médecin, j’ai l’habitude de voir ces choses.

1492Pamela. Que voulez-vous voir, docteur.

1493Le docteur. Ce n’est pas ce que je veux, mais ce que je dois voir, Pamela. Nous allons commencer par ce qu’il y a de plus externe : votre peau. Nous irons de l’extérieur vers l’intérieur, de manière progressive.

1494Pamela. Ça me semble bien. C’est comme ça qu’il faut faire les choses. (Elle enlève sa jupe.)

55

1495Le séjour des Felizardo. Sabrina est en train de lire un livre de grammaire et Martin analyse une position sur son échiquier.

1496Sabrina. Tu en penses quoi toi, Martin. Tu as un avis tranché sur Julien Lagos ?

1497Martin. Le frère de Virginie ?

1498Sabrina. Oui.

1499Martin. Je n’ai pas d’avis tranché sur lui, Sabrina. En plus je ne peux pas m’occuper de ça maintenant. J’ai une partie avec Edouard Korsakof et je dois me préparer sérieusement. Si je ne le fais pas, demain il ne restera plus rien de moi.

1500Sabrina. Mais Martin, j’avais compris que tu l’avais battu plusieurs fois, Korsakof.

1501Martin. Oui, quand il me donnait l’avantage de la dame et des deux fous. Mais j’ai l’intention de gagner contre lui une partie d’échecs normale. Une partie selon les règles.

1502Sabrina. Ah, ça c’est plus difficile. Il faut des ongles pour être guitariste.

1503Martin. Tu penses que je suis un raté, pas vrai ?

1504Sabrina. Non. Je ne crois pas qu’une défaite aux échecs soit l’équivalent d’un échec. On ne doit pas jouer pour gagner, on doit jouer pour s’amuser. Tant que c’est un amusement ce n’est pas un échec, même si les défaites succèdent aux défaites.

1505Martin. Oui, mais moi ça ne m’amuse pas du tout, toutes ces défaites, crois-moi.

1506Sabrina. Alors, petit frère, je crois que tu devrais changer de sport.

1507Martin. Non. Je crois que si je persévère, je vais réussir.

1508Sabrina. J’ai des doutes. La semaine dernière, si je me souviens bien, tu as perdu plusieurs parties contre Pamela, une simple employée de maison.

1509Martin. Oui, mais c’était la chance des débutants. Elle n’avait encore jamais joué.

1510Sabrina. C’est bien, Martin. Continue. Continue à te cogner la tête contre les murs.

1511Martin. Tu pourrais m’encourager un peu, au lieu de me démoraliser comme tu le fais.

1512Sabrina. Tu crois que je suis contre toi ? Non ! Si tu veux, je peux t’aider.

1513Martin. De quelle manière ? Sabrina. Je peux me tenir près de l’échiquier, quand tu joueras contre Korsakof, et par des gestes codés, t’indiquer quels déplacements tu dois effectuer pour gagner.

1514Martin. Et tu es vraiment sûre de pouvoir battre Korsakof ? Tu n’as jamais étudié les ouvertures, ni participé à aucun tournoi.

1515Sabrina. Je ne l’ai pas fait parce que pour moi ce serait d’un ennui mortel. Jamais personne ne m’a battue aux échecs, tu le sais bien. À quoi bon continuer à jouer puisque je sais que je vais tout le temps gagner. Un tel jeu n’a rien d’exaltant.

1516Martin. C’est sûr. Très bien. J’accepte. J’accepte que tu m’aides à battre Korsakof.

1517Sabrina. Sérieusement ? Je pensais que tu aurais plus de dignité, et que tu refuserais mon offre.

1518Martin. Quoi ?

1519Sabrina. Oui. Je ne vois pas ce qu’il y a d’amusant à ce qu’un autre joue la partie à ta place, et que ce soit toi qui récoltes les lauriers.

1520Martin. Alors, tu retires ton offre ?

1521Sabrina. Oui.

56

1522La salle à manger des Lagos. Virginie, Julien et José Robert poursuivent leur conversation de la scène 53.

1523Julien. Papa, je ne comprends absolument rien à ce que tu racontes. Qu’est-ce que cette perruque a à voir avec toi ?

1524J. R. Lagos. Cette perruque en particulier n’a rien à voir… le fait que je l’aie, le « look » qu’elle me donne, disons, a bel et bien à voir. Et pas qu’un peu.

1525Virginie. Mais enlève donc cette perruque un moment, papa, qu’on puisse parler. Tu la remettras après, si tu veux.

1526J. R. Lagos. Non, Virginie. Il vaut mieux que je ne l’enlève pas. Quand je t’expliquerai, tu comprendras pourquoi.

1527Julien. Autrement dit, dorénavant c’est sous cette forme que tu vas te présenter devant nous ?

1528J. R. Lagos. Je suis désolé, mais la réponse est oui.

1529Virginie. Non, papa. Ça je ne peux pas l’admettre. Que va penser Sabrina, quand elle viendra étudier ici et qu’elle te verra ?

1530J. R. Lagos. Nous devons d’abord asseoir la situation au sein du noyau familial. Nous verrons après quelle attitude adopter vis-à-vis des étrangers.

1531Julien. Mais papa, mon souhait est que Sabrina parvienne à intégrer notre famille. Je ne te l’ai pas dit avant, mais… je suis amoureux d’elle.

1532J. R. Lagos. Très bien, fiston, j’en suis très heureux pour toi, mais avant de fêter ça, je voudrais aller au bout de mon explication.

1533Virginie. J’ai très peur d’écouter ce que tu vas dire, papa.

1534J. R. Lagos. Tu dois faire face. À moi aussi il m’en coûte, ne crois pas que ce soit si facile pour moi de l’assumer.

1535Julien. Assumer quoi.

1536J. R. Lagos. Que je… ne suis pas ce que j’ai toujours cru être.

1537Virginie. De quoi parles-tu ? Tu n’es pas comptable ?

1538J. R. Lagos. Ce n’est pas ça, Virginie. Tu es ma fille.

1539Virginie. Bien sûr que je suis ta fille. Qu’est-ce qui te prend, c’est maintenant que tu t’en rends compte ?

1540Julien. Papa, qu’est-ce que tu essaies de dire ?

1541J. R. Lagos. Julien, ce que je dis est aussi valable pour toi. Tu es mon fils.

1542Julien. (Ironiquement.) Sérieusement ? Quelle surprise, je l’ignorais, je te jure. Je m’étais imaginé que j’étais le fils du laitier.

1543J. R. Lagos. Du laitier et de qui d’autre ?

1544Julien. Comment ça, de qui d’autre. Les personnes ont un seul père, que je sache.

1545Virginie. Aurais-tu soudain des doutes sur ta paternité, papa ?

1546J. R. Lagos. Non, Virginie. Je n’ai pas de doutes. Surtout depuis que le médecin m’a examiné.

1547Julien. Alors quel est le problème, papa ?

1548Virginie. Oui. Et tu ne nous a toujours pas dit pour quelle raison tu portes cette horrible perruque.

1549J. R. Lagos. Ceci est un aspect secondaire de la question.

1550Julien. Si c’est secondaire tu n’as qu’à l’enlever. Elle ne te va pas du tout, papa.

57

1551Le séjour des Felizardo. Martin et Sabrina poursuivent leur conversation.

1552Martin. Sabrina, je crois que si Julien te plaît vraiment, tu dois aller vers lui. Tu n’as aucune raison de tenir compte des opinions de tierces personnes.

1553Sabrina. Et si ces tierces personnes sont… la propre sœur de Julien ?

1554Martin. Tu veux dire Virginie ?

1555Sabrina. Oui. Je ne lui connais pas d’autres sœurs.

1556Martin. Tu crois… qu’il se peut qu’il en ait d’autres ?

1557Sabrina. Non. Pourquoi, Virginie ne te suffit pas ?

1558Martin. Qu’est-ce que tu veux dire, Sabrina ?

1559Sabrina. Je ne sais pas. Je ne sais vraiment pas. Je crois que peu de fois dans ma vie j’ai été aussi… troublée.

1560Martin. Peut-être que quand tu passeras ton examen tu te sentiras soulagée.

1561Sabrina. Tu te trompes, Martin. Tu n’aurais pas dû dire « quand tu passeras ton examen » mais « quand tu auras passé ton examen ». Parce que quand je le passerai je serai en train de le passer, tu comprends ? Le soulagement ne sera pas encore survenu. Le soulagement surviendra de toute façon quand j’aurai passé mon examen. Qui plus est, « passer mon examen » est une surdétermination. En français il suffit de dire « passer l’examen ». Ce n’est pas la peine de préciser qu’il s’agit du mien. Personne ne va penser que je vais passer l’examen de quelqu’un d’autre.

1562Martin. C’est bon, Sabrina. (Il couche le roi qui se trouve de son côté de l’échiquier.) Tu as gagné.

58

1563La salle à manger des Lagos. Virginie, Julien et José Robert poursuivent leur conversation de la scène 56.

1564Virginie. Allons, papa, dis-nous ce qui te tracasse.

1565J. R. Lagos. Je ne sais pas si tu dois m’appeler comme ça, Virginie.

1566Julien. Mais papa, tu as dit que tu n’avais pas de doutes sur le fait que nous soyons tes enfants.

1567J. R. Lagos. Je n’en ai pas, Julien. Pour le moment, partons du principe que vous êtes mes enfants.

1568Julien. Pour le moment ? Non, papa. Moi je ne veux pas d’une définition transitoire. Je veux la vérité. Nous sommes tes enfants, ou pas ?

1569J. R. Lagos. Oui. Cela ne fait aucun doute.

1570Virginie. Tu te contredis, papa. Avant tu as dit qu’il pouvait y avoir des doutes.

1571J. R. Lagos. Oui, mais ces doutes sont inconsistants. Je préfère les écarter.

1572Julien. Alors quel est l’objet de cette conversation.

1573J. R. Lagos. L’objet est de vous annoncer ce que le médecin m’a diagnostiqué. Virginie. (Elle approche sa main de la joue de José Robert.) Papa ! Tu es malade ?

1574J. R. Lagos. (Il écarte la main violemment.) Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler papa !

1575Julien. Qu’est-ce que tu veux alors, qu’on t’appelle José ?, qu’on t’appelle monsieur Lagos ? Mais bordel, comment tu veux qu’on t’appelle ?

59

1576Le séjour des Felizardo. Mathilde est allongée. Martin étudie les échecs, et Sabrina va et vient en se rongeant les ongles.

1577Sabrina. Si seulement je savais de quel signe est Julien dans l’horoscope chinois !

1578(Cynthia entre.)

1579Cynthia. Madame Felizardo, Sabrina, Martin, il est arrivé quelque chose de grave.

1580Martin. Kasparov a perdu ?

1581Mathilde. Que s’est-il passé, Cynthia, on a arrêté Simon ?

1582Cynthia. Arrêté ? Non ! Il s’est enfui. Il s’est enfui avec Pamela. Je suis sortie passer une commande à la pharmacie, et à mon retour j’ai trouvé un mot du docteur.

1583Mathilde. Quel mot. Montre-le-moi.

1584Cynthia. Je l’ai jeté. Mais il était signé des deux. De lui et de Pamela.

1585Sabrina. Que disait-il.

1586Cynthia. Qu’ils partaient.

1587Mathilde. Où.

1588Cynthia. Ce n’était pas écrit. Mais j’ai trouvé un prospectus, sur le bureau du docteur. Je pense qu’ils ont fui au sud du Kenya.

1589Mathilde. Fadaises ! Si Simon est parti en voyage, c’est pour me rapporter un manteau de fourrure.

1590Sabrina. Arrête de délirer, maman.

1591Mathilde. (À Cynthia.) Et toi, comment as-tu le toupet de te présenter dans cette maison ? (À Sabrina.) Cette intruse m’a mise à la porte du cabinet, et elle a eu une aventure avec ton père.

1592Cynthia. Ce n’est pas vrai ! Martin ! Dis-lui la vérité ! Dis-lui ce qu’il y a entre nous.

1593Martin. Pas maintenant, Cynthia. Je suis occupé.

1594Sabrina. Tu sors avec Cynthia, Martin ? Je file immédiatement le dire à Virginie. Elle qui était si contente. (Elle s’en va.)

1595Cynthia. (À Mathilde.) Madame, je veux que vous m’assuriez que je ne vais pas perdre mon travail ! Dites-moi ce que vous comptez faire du cabinet.

1596Mathilde. Du cabinet ? Je vais y mettre le feu. (Elle s’en va.)

60

1597La salle à manger des Lagos. Virginie, Julien, José Robert Lagos et Judith.

1598Judith. Non. Ce que vous dites est impossible. Ce docteur Felizardo n’a plus toute sa raison. Il n’a pas le droit de vous mettre ces idées en tête. Je m’en vais lui dire deux mots.

1599J. R. Lagos. Mais Judith, ce ne sont pas des idées. Regardez, observez ma conformation anatomique ! (Il commence à défaire son pantalon, mais Judith s’en va.)

1600Virginie. (Empêchant J. R. Lagos de se déshabiller.) C’est inutile, maman. Jamais Judith ne pourra assimiler ça. Quant à nous, je t’avoue que… ça va nous demander des efforts.

1601Julien. Oui. Non seulement parce qu’on doit t’appeler maman au lieu de papa, mais aussi parce qu’on a plus personne à appeler papa. Je suis… trop habitué à avoir un père. Dis-moi, maman, tu n’as pas envisagé de… te marier ?

1602Virginie. Ne le fatigue pas, Julien. Ce changement est très récent. Papa… je veux dire, maman, a besoin de temps pour se faire à sa nouvelle condition.

1603J. R. Lagos. Ce n’est pas grave, Virginie. Julien a raison. Je suis restée trop longtemps seule. Et il y a un jeune homme qui… m’est vraiment très sympathique, et je voudrais nouer une relation avec lui.

1604Julien. C’est magnifique ! Qui est-ce, maman ?

1605J. R. Lagos. Martin Felizardo.

1606Virginie. Ah, non, papa, ne me trahis pas ! Tu avais promis de séduire Sabrina ! Martin était pour moi !

1607Julien. (À J. R. Lagos.) Quoi ? Tu courrais après Sabrina ? Ma Sabrina ?

1608(Sabrina entre.)

1609Sabrina. Que se passe-t-il. Qu’est-ce que j’ai, moi.

1610Virginie. Sabrina !

1611Sabrina. Virginie ! Il faut que je te parle. Martin a une relation avec Cynthia, l’assistante de papa.

1612Virginie. Je me contrefiche de Martin. Je voulais seulement le séduire pour battre mon frère.

1613J. R. Lagos. Un moment, s’il vous plaît. (À Sabrina.) Tu dis que Martin a une petite amie ?

1614Sabrina. Il a quelqu’un, oui, mais… Monsieur Lagos, je ne comprends pas pourquoi vous…

1615J. R. Lagos. Ah, non, je vais me battre pour Martin. J’ai perdu trop d’années de ma vie pour laisser passer cette occasion d’être heureux. (Il s’en va.)

1616Virginie. Attends, papa… je veux dire, maman !

1617Sabrina. (À Julien.) Julien, tu peux m’expliquer ce qui se passe ?

1618Julien. Je ne sais pas. Mais maintenant que tu es là, Sabrina, je me sens rassuré. Aide-moi. Aide-moi à m’échapper de cette maison de fous. (Il la prend par la main et veut l’emmener.) Virginie, je t’ai battue ! Mais tu es libre. Je ne veux rien de toi, puisque maintenant j’ai Sabrina.

1619Sabrina. Lâche-moi, Julien ! (Elle se dégage.) Qu’est-ce qui te prends, tu es fou ? Je n’irai nulle part avec toi. J’ai un examen mardi, et nous devons réviser.

1620Julien. Mais Sabrina ! Je ne comprends pas. En principe, la substance que Judith a dissoute dans tes vêtements devait te rendre plus… accueillante.

1621Virginie. Ce que tu peux être bête, Julien. Tu as vraiment cru, sachant à quel point Judith exècre Sabrina, qu’elle allait t’aider à la séduire ?

1622Sabrina. Je ne comprends rien à ce que vous dites.

1623Julien. Ce n’est pas grave. C’est bon. Comme tu voudras. Je te souhaite de réussir… dans la vie. Moi, je vais devoir chercher encore quelqu’un. (Il s’en va.)

1624Virginie. (De l’endroit par où Julien est parti.) Tu as commis un solécisme, Julien ! En français, on dit chercher quelqu’un d’autre ! « Encore quelqu’un » signifie une personne supplémentaire, ce n’est pas la même chose que « quelqu’un d’autre ».

1625Sabrina. Laisse-le, Virginie. Viens, assieds-toi. (Elle ouvre un livre de grammaire.) « Les verbes qui n’admettent qu’un accusatif réfléchi sont appelés verbes réfléchis ou pronominaux. »

1626Virginie. Exemple ?

1627Sabrina. Se masturber. Ce verbe n’existe qu’à la forme pronominale.

1628Virginie. Tu te trompes, Sabrina.

1629Sabrina. Sérieusement ?

1630Virginie. Oui. (Elle la prend par la main.) Viens dans ma chambre. Je vais te le prouver.

1631Sabrina. (Elle se lève.) J’emporte le livre ?

1632Virginie. Non, Sabrina. Ce n’est pas nécessaire.

FIN

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search