Version classiqueVersion mobile

Textes dramatiques d’Orient et d’Occident : 1968-2008

 | 
Carole Egger
, 
Isabelle Reck
, 
Edgard Weber

Ondes et corpuscules : le personnage quantique dans Trilogía de mujeres medievales d’Antonia Bueno

Agnès Surbezy

Texte intégral

  • 1 Parmi les réflexions de cet auteur sur l’esthétique quantique, on mentionnera El cadáver de Balzac. (...)
  • 2 Ce manifeste est consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.terra.es/personal2/gmv00000 (...)
  • 3 Pour ne citer que deux exemples particulièrement parlants, nous évoquerons ici Perdida en los Apala (...)

1La réflexion proposée ici se situe dans la continuité d’une série de travaux présentés depuis deux ans avec Monique Martinez Thomas et s’inscrivant dans l’un des axes de recherche du laboratoire de recherches toulousain LLA, sur le théâtre quantique. Sur les origines de cette approche, je signalerai simplement que, malgré la revendication d’un théâtre quantique par des dramaturges et metteurs en scène aussi prestigieux que Claude Régy, en France, ou que le Britannique Tom Stoppard, ce courant esthétique trouve sa labellisation en Espagne. C’est en effet à Grenade qu’est apparu, en 1994, sous l’impulsion de l’auteur andalou Gregorio Morales1, le Salon des Indépendants. Doté d’un manifeste, le Manifeste de Grenade2, ce mouvement regroupe des artistes tels que Juan Goytisolo, Antonio Gala, Javier Tomeo… Des artistes en quête d’une rénovation des arts et des lettres en accord avec les grandes révolutions scientifiques qui ont profondément modelé notre monde, sans que l’on en ait toujours une conscience claire. Sans forcément être affiliés à ce mouvement, des dramaturges tels que José Sanchis Sinisterra ou Sergi Belbel revendiquent également le qualificatif « quantique » pour une partie de leurs œuvres3.

2Nous ne rentrerons pas ici, faute de place, dans tous les détails de ce mouvement ou de cette esthétique. Nous nous centrerons plus précisément sur un aspect fondamental au théâtre : le personnage. Entité qui traverse la pièce et se projette sur elle, d’une manière complexe, le personnage quantique est tout à la fois onde et particule… et rien de tout ça. Dépassant l’individualisme et le narcissisme du personnage postmoderne – qui le circonscrivent, le rendent localisable –, le personnage quantique est identifié et indéterminé, il est là et ailleurs, il occupe son espace-temps et il le transcende pour occuper des espaces-temps autres, parallèles.

  • 4 S’agissant de Raquel, hija de Sefarad, nous avons travaillé à partir du tapuscrit, qui nous a été e (...)

3Si, jusque-là, nous avons essentiellement travaillé par analogie, nos réflexions précédentes et les retours que nous avons pu avoir lors de la présentation de certains travaux (notamment au Canada ou en Allemagne) nous incitent à essayer de dépasser la démarche analogique. C’est dans cette perspective que nous allons essayer de voir comment se construit le personnage quantique, en analysant l’univers (ou le multivers ?) créé par Antonia Bueno, non seulement dans Zahra, favorita de Al-Andalus (2007), œuvre dont la facture quantique a été clairement revendiquée par la dramaturge elle-même, mais aussi, plus largement, dans la Trilogía de mujeres medievales (2009), composée de Sancha, reina de Hispania (2005), de Zahra, favorita de Al-Andalus (2007) et de Raquel, hija de Sefarad (2005)4. De fait, de prime abord, cette trilogie semble donner à voir au spectateur trois univers indépendants et radicalement différents, tant par les mondes mis en scène (monde chrétien, monde musulman, monde juif) que par le traitement qui en est fait ; néanmoins, nous verrons comment s’y crée un univers dans lequel les textes se répondent, interagissent, offrant une nouvelle lecture des personnages et des textes eux-mêmes.

Zahra, favorita de Al-Andalus, ou l’évidence du personnage quantique

4Robert Abirached l’affirme, « le personnage, depuis si longtemps soumis à la destruction, n’a cessé de renaître sous nos yeux, d’âge en âge réajusté, mais toujours irréductible » (1994 : 439). Il semble donc logique qu’il renaisse une fois encore, après les révolutions scientifiques, épistémologiques, culturelles, sociales, qu’ont pu constituer la postmodernité ou le développement de la physique quantique. Il réapparaît, dans Zahra, favorita de Al-Andalus, comme point de convergence d’une multitude de probabilités, irréalisées scéniquement mais bien présentes. Pour reprendre l’image de Sven Ortoli et de Jean-Pierre Pharabod :

Dans une mare boueuse et opaque, évolue un gros poisson qui se déplace en tous sens, mais reste constamment invisible. Du bord de la mare, un pêcheur n’aperçoit à la surface que des vaguelettes dont la hauteur et la direction le renseignent à tout moment sur le trajet possible du poisson. Toutefois, tant que celui-ci n’a pas été pêché, il en est réduit à considérer qu’il se trouve partout à la fois, avec simplement des probabilités plus ou moins grandes selon le moment et l’endroit. Par contre, dès qu’il mordra à l’hameçon, toutes ces positions possibles se réduiront à une seule. C’est ce que l’on appelle en physique quantique la « réduction du paquet d’ondes ».
(Ortoli et Pharabod 1984 : 54-55)

5Ces probabilités infinies, le Narrateur les énonce au cours d’un long monologue égrenant différentes trajectoires possibles…, une infinité en fait : « Porque yo puedo ser todos los narradores » (Bueno 2007 : 44), concluant même ainsi : « Yo puedo ser todos los ciegos. E inclusive todos los hombres… Y hasta… con una pizca de imaginación… todas las mujeres » (Ibid. : 46). Et, entre les deux, une énumération de possibles, scandée par une polysyndète qui rythme le propos d’une succession de « o » soulignant le caractère de probabilité de chacune des existences évoquées. Et ce d’autant plus que la plupart des propositions se terminent sur des points de suspension, si bien que chacune de ces probabilités ouvre elle-même sur un monde de possibles. Et c’est de ce personnage, réduction d’un paquet d’ondes née de la rencontre avec la scène – comme le poisson devient présent et localisable du fait de sa rencontre avec l’hameçon –, que vont jaillir les autres personnages, à commencer par les deux Zahra. Si les paquets d’ondes ainsi générés sont apparemment moins importants (les personnages se dédoublent, offrant deux probabilités d’existence différentes), ils n’en restent pas moins caractérisés par leur mouvement ondulatoire, leur présence fluctuante et mouvante.

6C’est cette nature ondulatoire qui entoure leur existence même d’incertitude, qui en fait des êtres à la fois localisables lorsqu’ils se projettent sur scène et indéterminés lorsqu’ils échappent à la matérialité de cette projection ou qu’ils parviennent à la transcender, violant les lois de la physique classique, à commencer par les lois du temps. On retrouve ici une idée exprimée par le dramaturge Michael Frayn, auteur d’une pièce mettant en scène la rencontre de Niels Bohr et de Werner Heisenberg, Copenhague, et citée par Gregorio Morales : el principio de Heisenberg

nos dice que una irreductible ambigüedad cuántica, causada por la naturaleza ondulatoria de la materia a pequeña escala, hace imposible que podamos saber simultáneamente la posición y el momento de una partícula. Las interacciones humanas tienen su propia irreductible ambigüedad.
(
Morales 2003b : 31)

7Cette ambiguïté, cette indéfinition est caractéristique du personnage de Zahra qui est à la fois une et deux, Zahra Magrebí et Zahra Andalusí, occupant chacune un espace-temps qui lui est propre (le Maghreb actuel pour l’une, al Andalus pour l’autre). Elles sont deux puisque normalement incarnées par deux actrices différentes, puisque dotées d’un nom différent, puisque inscrite dans deux époques et deux lieux différents… et, pourtant, elles sont une seule et même onde de probabilité. En témoigne notamment la similitude de la présentation que font les deux Zahra d’elles-mêmes, l’une au début de la pièce, l’autre à la fin : « Vine a través de una historia. Una leyenda me trajo en su seno. Me parió una fábula. Con su leche me alimentó una ficción » (Bueno 2007 : 214). Une présentation à la fois identique et différente, l’une étant versifiée, l’autre écrite en prose (différence qui n’est d’ailleurs accessible qu’au lecteur). Cette ambiguïté peut être difficile à appréhender, et on peut être tenté de la ramener à une simple dualité, à un personnage à deux facettes… Il nous semble que cela va plus loin. On peut illustrer cela en reprenant une des images employées par la physique quantique pour rendre accessible la notion d’onde et de particule, ce paradoxe « cartésiennement » irréconciliable. Cette image, c’est la métaphore du cylindre.

8On a la, en effet, l’exemple d’un objet ayant des propriétés apparemment inconciliables : il serait à première vue incongru d’affirmer qu’un objet a à la fois les propriétés d’un cercle et d’un rectangle.

9De fait, sur un plan, un objet est soit un cercle, soit un rectangle. Mais si l’on considère un cylindre : une projection dans l’axe du cylindre donne un cercle, et une projection perpendiculairement à cet axe donne un rectangle. On a donc bien un objet ayant les propriétés de l’un et de l’autre mais qui n’est ni l’un, ni l’autre. « Onde » et « particule » sont donc des manières de voir les choses et non pas les choses en elles-mêmes. Il en va d’ailleurs de même, dans une moindre mesure, d’autres personnages que Zahra. C’est le cas, par exemple, de Hassan/Abderramán, incarnés, eux, par un même acteur :

(El actor que interpretó a Hassan extrae de su bolsa algunas ropas viejas que recuerdan vagamente el atuendo de un guerrero andalusí, con las que se va vistiendo. […] Hassan-Abderramán empuña una vieja espada oxidada).
(Bueno 2007 : 72)

10Ce personnage, cette onde transcende donc les limites traditionnelles de l’espace et du temps, pour se matérialiser, devenant particule, dans deux espaces-temps différents, dans deux univers parallèles. Plus encore, les deux Zahra parviennent à transcender les limites imposées par la physique traditionnelle et à converger pour soit interférer, soit interagir. Un exemple de ces interférences se situe dans la scène où les deux Zahra rêvent de concert et échangent leur expérience, chacune énonçant des éléments de l’univers de l’autre, tissant ainsi à deux voix, à deux espaces-temps aussi, une même trajectoire :

ZAHRA MAGREBÍ. Hoy tuve un hermoso sueño. Mi cabello era dorado, ricas sedas envolvían mi cuerpo y mi casa era un fragante jardín.
ZAHRA ANDALUSÍ. ¡Qué cruel pesadilla ! corría por áridas tierras envuelta en llanto… y mi meta era el negro mar. […]
ZAHRA MAGREBÍ. ¿Adónde vas, mujer ?
ZAHRA ANDALUSÍ. ¡Tú ! ¿Adónde vas ?
ZAHRA MAGREBÍ. Hay un muro que cercena mi huida.
ZAHRA ANDALUSÍ. Hay un muro que me impide la entrada.
ZAHRA MAGREBÍ. ¿Cómo podré salir ?
ZAHRA ANDALUSÍ- ¿Cómo podré entrar ?
ZAHRA MAGREBÍ. El hudud…
ZAHRA ANDALUSÍ. ¡La frontera !…
ZAHRA MAGREBÍ. Dios mío, líbrame del ayer.
ZAHRA ANDALUSÍ. Señor, protégeme del mañana.
(Bueno 2007 : 72)

11Une trajectoire dont la direction semble réversible, le mouvement recherché étant tantôt centrifuge, tantôt centripète, et parcourant un axe temporel tourné aussi bien vers le passé que vers le présent. Si, dans l’exemple cité, il y a interférence, il est d’autres moments où les univers parallèles se rencontrent et où, comme si l’onde se dédoublait pour se matérialiser sous les traits de deux particules-personnages – questionnant, il est vrai, le principe de décohérence –, celles-ci interagissent :

ZAHRA MAGREBÍ. (Hablando por vez primera a la otra Zahra) ¿Quién eres tú, la del rostro adorable que he visto sólo en sueños ?... ¿Qué lejano palacio guarda el eco de tus pasos ?…
ZAHRA ANDALUSÍ. (Hablándose a sí misma) Temo haber despertado en extraños siglos que despojen mi alma de todos sus secretos.
ZAHRA MAGREBÍ. (A Zahra andalusí) Tu despertar parece fatigoso.
ZAHRA ANDALUSÍ. (A Zahra magrebí) Llevo siglos muriendo.
ZAHRA MAGREBÍ. Yo muero por primera vez…
ZAHRA ANDALUSÍ. Somos máscaras danzantes…
ZAHRA MAGREBÍ. De mundos entrecruzados…
(Bueno 2007 : 72)

12Ainsi, par-delà les divergences ou les convergences apparentes, les deux personnages sont deux réalisations d’une même onde de probabilités. Pour reprendre un propos de Bernard d’Espagnat, « même si le corpuscule du modèle a, à chaque instant, des propriétés définies, ce ne sont pas elles qui déterminent son évolution future, mais bien la fonction d’onde globale » (Despagnat 2002 : 103). C’est en effet tout le mouvement ondulatoire de cette onde de probabilité qu’est Zahra qui, dépassant les limites traditionnelles, fait sens, par-delà les contraintes spatio-temporelles, historiques… et même narratives, comme en témoigne sa révolte contre le Narrateur.

  • 5 Troisième d’une série de trois colloques sur le théâtre contemporain espagnol écrit par des femmes, (...)

13Nous avons rapidement montré, en nous appuyant sur les personnages principaux de la pièce (qui sont aussi les plus parlants) que Zahra, favorita de Al-Andalus, œuvre ouvertement revendiquée comme une pièce quantique par son auteure lors d’un colloque en Allemagne, à Giessen5, peuvent être considérés comme des personnages quantiques, déclinables et analysables depuis la perspective des ondes et des corpuscules. Nous aimerions maintenant voir comment se comportent les personnages des deux autres pièces de la Trilogía de Mujeres medievales, pièces qui encadrent Zahra, favorita de Al-Andalus, formant avec elle un tout… aussi bien dissociable qu’indissociable, puisque l’on n’en est plus à un paradoxe près. De fait, dissociables, ces trois textes le sont en tant que mise en espace et en scène de l’histoire de trois femmes (apparemment) distinctes, de confessions différentes, dans l’Espagne médiévale. Indissociables, ils le sont tout autant en ceci qu’ils forment une vision d’ensemble où chacune des femmes mise en avant ne prend tout son sens qu’en regard avec les deux autres… Comme l’affirme Dominique Breton,

cette œuvre ambitieuse propose au spectateur une véritable « rencontre » avec trois figures féminines emblématiques des trois religions et des trois cultures [afin] de susciter chez le spectateur une réflexion – intellectuelle et spéculaire – sur le rôle de la femme tout au long de cette longue trajectoire et d’établir des passerelles éclairantes entre passé et présent, élargissant et problématisant la notion de « frontière ».
(Breton 2007 : 9)

14Il est d’ailleurs significatif à ce titre que l’auteure elle-même, après avoir écrit successivement les trois pièces, les ait refondues pour les mettre en scène en un seul et même spectacle.

La trilogía de Mujeres medievales, la complexe création d’un univers quantique

15Il est indéniable que nous sommes, dans cette trilogie, face non seulement à trois univers différents, culturellement, religieusement, mais encore face à trois structures et à trois temporalités elles aussi étrangères les unes aux autres. On passe en effet de la rigueur chronologique de Sancha, reina de Hispania, pièce apparemment historique (avec une exception à cette rigueur chronologique, la prolepse de la scène I, lorsque les troupes napoléoniennes, quelques huit siècles plus tard, profanent le tombeau de la reine éponyme) à la circularité et au voyage dans le passé de Raquel, hija de Sefarad, en passant par les distorsions – toutes quantiques – de l’espacetemps de Zahra, favorita de Al-Andalus (Martinez Thomas et Surbezy 2008). On pourrait encore gloser longuement sur la forte identité de chacune de ses pièces et sur leur adéquation formelle avec le personnage et la sphère culturo-religieuse traités, mais ce n’est pas ici notre objet et nous nous en tiendrons donc là. Cet éclatement formel est néanmoins intéressant à noter en ceci qu’il questionne l’unité de la trilogie et en nourrit la richesse, y compris du point de vue qui est notre fil directeur, du point de vue des personnages. Des personnages à analyser dans une perspective dynamique si on veut les considérer à l’aune de la trilogie et à appréhender dans leurs univers respectifs mais aussi en tissant des liens, en comblant des vides laissés par la dramaturge, délibérément. « L’étude classique de caractères « figés » cède la place à une recherche complexe, partielle, de l’identité. […] C’est dans la réception que la construction du personnage est complétée » (Amo Sanchez et alii 2005 : 62). Une réception d’autant plus plurielle, dans le cas qui nous intéresse, que les pièces peuvent être prises indépendamment les unes des autres, peuvent voir leur ordre bouleversé…, multipliant, là encore, les probabilités. Si l’on considère qu’au-delà de Zahra, favorita de Al-Andalus, c’est toute la trilogie qui pourrait se placer sous le signe du quantique, on peut imaginer que l’on a là trois univers parallèles, tout en rappelant que cette notion polémique est, si l’on en croit le physicien Trinh Xuan Thuan (2000), aussi parfaitement indémontrable en l’état actuel des choses qu’est indémontrable son invalidité. Dès lors, compte tenu de l’impact qu’a eu cet aspect des théories quantiques, nous considérerons qu’il s’agit d’un hypothèse envisageable et que l’on peut supposer, dans le cas qui nous intéresse, la coexistence de trois univers parallèles, dans lesquels évoluent trois personnages féminins également quantiques, chacun à sa manière (pour ne pas trop déborder le cadre qui nous est imparti, nous nous en tiendrons ici aussi à l’analyse des personnages principaux).

16Nous avons déjà évoqué le cas de Zahra (ici et lors du travail présenté à Giessen en 2007), nous n’insisterons donc pas. En revanche, nous pouvons évoquer le cas de Raquel et signaler un des aspects de la construction du personnage relevant des grands principes quantiques : son rapport au temps et à son écoulement, ainsi qu’en témoigne la liste des scènes, que nous reproduisons ci-dessous (c’est nous qui soulignons) :

PRELUDIO- DESPEDIDA DE RAQUEL A SUS ALUMNOS - (Toledo, Ohio, EEUU, otoño año 2004 = 5765)
ESCENA I - 1
a Vela : RECIBIMIENTO EN TOLEDO (Shabat. Encuentro con la anciana) (siglo XXI)
ESCENA II - 2
a Vela : PUPSCHEN LA LAGERÄLTESTER (siglo XX)
ESCENA III - 3
a Vela : GRACIA NASI LA BANQUERA (siglo XVI)
ESCENA IV - 4
a Vela : JUANA FUSTER LA BUHONERA (siglo XIV)
ESCENA V - 5
a Vela : RAQUEL LA JUDIA DE TOLEDO (siglo XIII)
ESCENA VI - 6
a Vela : JUDITH, LA MUJER DEL CARNICERO (siglo VII)
ESCENA VII - 7
a Vela : LA MATRIARCA RAQUEL
EPILOGO - FINAL DEL VIAJE - LA SHEKINÁ.
EL PARDÉS

17Nous signalerons simplement, pour compléter cette liste, que, si la scène VII remonte aux origines bibliques du personnage de Raquel, l’épilogue, lui, nous ramène au xxie siècle. Le temps dramatique (dont on peut noter ici l’extension extraordinaire, contrastant avec le temps de la représentation) témoigne non seulement de la capacité de Raquel de remonter le temps, mais encore du caractère réversible de ce dernier. Si la réversibilité de la flèche chronologique est un argument permettant de parler de personnage quantique, une autre dimension vient corroborer cette idée : la démultiplication des identités du personnage de Raquel. On peut le voir, notamment, à travers les répliques suivantes, dont la première tend à prêter au personnage un caractère indéfini, flottant, en attente peut-être d’une matérialisation comme corpuscule localisable ou, au contraire, d’un retour au vide quantique : « ¿ Quién eres ? (Ante el silencio estupefacto de Raquel, continúa hablando.) No importa. Aquí no necesitas nombre. Aquí serás, lo mismo que todas nosotras, una más, un número, nada ». La seconde réplique, elle, affirme non plus une éventuelle vacuité, mais l’affirmation de la possibilité, pour un même personnage, de vivre plusieurs situations, plusieurs espaces-temps simultanément : « raquel. (Sumergida en su pasada vivencia.) Tengo que ocuparme de tantas cosas… ¿ Cómo puedo hacerlo todo ? ». Cette démultiplication des possibles et des probabilités d’existence du personnage ne peut que trouver un écho dans les paroles du chantre de l’esthétique quantique, Gregorio Morales, à propos du dramaturge Michael Frayn :

  • 6 Michael Frayn est un dramaturge, auteur de Copenhague, pièce rapportant la controverse entre Börh e (...)

Frayn6 establece una relación entre el comportamiento de las partículas subatómicas y sus personajes ; así, del mismo modo que éstas tienen la potestad de estar en varias partes (ubicuidad), él nos narra diversas historias en las que todos los personajes juegan roles distintos. No hay tampoco una verdad absoluta, sino que ésta se mueve siempre en la incertidumbre.
(Morales 2003b : 31)

18Comme le précise Raquel à la fin : « Hemos vuelto al comienzo. (La anciana sonríe y Raquel comprende.) Tal vez… no hemos precisado salir de aquí… ». Circularité, certes, mais aussi aller et retour dans le temps, présence dans différents univers simultanément… N’est-on pas là face à ce multivers dont nous parlent certains physiciens quantiques ?

19Si le personnage de Raquel, hija de Sefarad peut participer de différentes dimensions de ce multivers, il est aussi une onde, mouvante et diffuse. Une onde qui a laissé sa trace à chaque matérialisation en un corpuscule, qui a marqué chacun des univers, chacune des histoires dans lesquelles il s’est fait particule localisable, illustrant par son comportement ce propos d’Étienne Klein.

[L’équation de Schrödinger] permet de calculer l’évolution au cours du temps de la fonction d’onde associée à toute particule. Cette équation est parfaitement réversible, et elle est tout aussi parfaitement déterministe. […] Mais si une opération de mesure est faite sur le système, un seul des résultats de mesure a priori possibles se réalise effectivement. La description mathématique du système est modifiée, de sorte qu’on peut dire que l’acte de mesure implique la production irréversible d’une « marque » sur le système, que l’équation de Schrödinger ne décrit pas.
(Klein 1998 : 147)

20Nous nous en tiendrons à ces considérations et mentionnerons simplement que, si le caractère quantique de Sancha semble bien plus ténu que chez ses deux alter ego, il subsiste néanmoins de petits flottements, des résurgences du personnage à travers le temps qui peuvent donner à penser qu’elle n’est pas non plus totalement étrangère à cette approche du monde : « (Una silueta se desliza por los corredores del palacio leonés. Es Sancha, una sombra que ha sido despertada y se busca a través de sus recuerdos) ».

21La nature quantique des personnages ne s’arrête néanmoins pas à l’analyse de chaque pièce prise séparément. Nous l’avons signalé précédemment, la trilogie est certes la réunion de trois textes pouvant être considérés individuellement, elle est aussi et surtout un tout. Or, si l’on s’intéresse aux trois figures féminines (considérant que les deux Zahra ne sont finalement que deux matérialisations d’une seule et même onde), force est de constater des résonances, des échos très forts voire des similitudes frappantes : les trois personnages sont accompagnées dans leur cheminement d’un guide, d’une instance qui semble leur indiquer des directions à suivre… ou non. Sancha a ainsi sa nourrice, Siti, remplacée lorsqu’elle sera adulte par Basilisa ; Raquel a la Anciana, cette femme mystérieuse qui l’entraîne dans sa visite à travers les âges (on peut noter que l’on a là un motif qui pourrait être rapproché d’un des tous derniers romans quantiques de Gregorio Morales, Nómadas del tiempo), et Zahra a le Narrateur. À la répétition de ce motif vient s’ajouter celui de la maternité, difficile ou impossible, de l’engendrement dans la souffrance. L’enfantement est synonyme de mort pour Zahra, la Zahra andalouse perdant son enfant, empoisonnée par les autres femmes du harem, et la Zahra maghrébine mourant en couche :

ZAHRA. Mi hija no querrá nacer. Tengo que expulsar este frío… o el demonio Idris se llevará a mi hija. (Al voluntario que intenta arroparla) ¡No ! ¡Aparta te digo !… […] (Habla con su hija en delirios) Despierta, pequeña Noor, despierta… Llegó tu hora.
(Bueno 2007 : 206)

22Cette difficulté à enfanter, cette hantise de se voir arracher son enfant se retrouve chez Sancha, même si celle-ci survit à l’accouchement et en connaîtra même plusieurs.

SANCHA. (A Basilisa.) ¡No me toques !… Quieres arrebatarme a mi heredero…
PARTERA. La cosa está poniéndose fea. Si no consigue empujar, la criatura se asfixiará y tendremos que sacarla a pedazos para salvar a la madre. […]
BASILISA. Mirad, señora, es una niña… ¡Qué blanca es y qué hermosa !
SANCHA. (Mirando a su hija con ternura.) Una niña…
(
Bueno 2005 : 37)

23Enfin, Raquel, déchirée par la maladie, ce cancer qui l’a poussée à quitter Toledo aux États-Unis pour revenir à Tolède (Toledo en espagnol) sur la terre de ses ancêtres, Raquel, donc, souffre de ne pouvoir avoir d’enfant ; mais elle connaîtra la maternité à travers le retour aux sources et la rencontre avec la Rachel originelle :

MATRIARCA RAQUEL. (Levanta sus ojos hacia su hija venida desde tan lejos.) He soñado contigo. Hija Raquel… ¿ te acuerdas de mañana ?
RAQUEL. Sí, madre. Ahora recuerdo que seré hembra, que seré hija y esposa… que no seré madre.
MATRIARCA RAQUEL. (Tocando su vientre preñado.) Ahora eres madre…
(Bueno 2009 : 56)

24Notons au passage que cette rencontre de deux personnages, différents mais identiques, onde et particules, est également une des clés du roman quantique de Gregorio Morales que nous avons évoqué plus haut.

25Dernier point de rencontre que j’évoquerai ici, ces trois personnages féminins – et c’est fondamental dans la compréhension de la trilogie – sont en lutte contre le déterminisme et/ou contre les normes imposées par les hommes (avec et sans majuscule). Sancha assume ainsi un rôle de pouvoir traditionnellement masculin – surtout dans la société médiévale mise en scène – et gouverne, monte au créneau au propre comme au figuré, part au combat, tout en assumant sa peur, privilège peut-être de sa féminité :

SANCHA. Cambiaré mis cendales bordados con hilos de oro por las mallas de áspero metal… Las fíbulas de mi ceñidor por el cinto de los fierros. Que mis afeites sean el polvo levantado por los cascos de los caballos.
(Bueno 2005 : 46)

26Zahra, elle, échappe au Narrateur mais aussi, sous les traits de la Zahra Maghrébine, au carcan que lui impose la société, préférant partir en quête d’un monde meilleur (utopique) et revendiquant son droit à la liberté. Quant à Raquel, si sa volonté de secouer le joug des contraintes sociales est moins évidente, elle n’en est pas moins en quête de son identité, d’une unité perdue. Cette identité, elle la retrouvera en parcourant ses existences parallèles, en revoyant les marques qu’elle a laissées dans le passé. Elle la retrouvera en prenant conscience de ces existences et en revenant aux sources, en comprenant et en acceptant le holisme qui caractérise le multivers dans lequel la Anciana vient de la guider. Ces trois personnages manifestent ainsi une ferme volonté de se retrouver, d’être eux-mêmes… elles-mêmes. Ce désir, dont elles prennent conscience progressivement, est finalement un désir d’individualisation qui confirme cette affirmation de Manuel Caro et John Murphy :

Convertirse en un individuo es una obligación ; la gente se puede rebelar contra su destino. […] Las identidades son potencialmente infinitas. […] En el mundo cuántico, la identidad no nace de elementos que se hallan dentro (subconsciente) o fuera (normas sociales) de individuo, sino de la praxis humana (tanto individual como colectiva) […] Es importante reiterar que estas identidades no son perpetuas, sino que pueden cambiar con el tiempo.
(Caro et Murphy : 227)

27Cette multiplicité d’identités, Sancha paraît en avoir conscience lorsqu’elle se propose non seulement de lutter contre les contraintes extérieures mais aussi contre elle-même pour se dépasser, chercher une autre probabilité d’existence, ce qu’elle a été ou aurait pu être : « (Entra el espectro de la propia Sancha.) Quiero matar a la reina para que viva Sancha, la mujer que alguna vez me habitó… ».

28Pourquoi nous être arrêtée aussi longuement sur les convergences des trois personnages ? Il nous semble qu’elles sont révélatrices en ceci qu’elles proposent un dépassement de l’unité que représente chaque texte, qu’elles appellent à une nouvelle combinaison : ces trois personnages qui ont tellement en commun par-delà leurs divergences nous semblent être trois matérialisations, trois réductions d’une même onde, d’une même énergie. De fait, l’énergie qui émane de chaque personnage nous semble dépasser, et ô combien, leur dimension mythico-historique individuelle. On aurait donc une même onde, parcourant trois univers parallèles, et même bien plus encore, si l’on se rappelle ce qui a été dit concernant chacun des textes. Des textes qui nous situeraient donc dans ce multivers, dans cet univers en perpétuelle expansion qu’évoque la physique quantique. C’est une des fulgurances que va avoir Raquel : « Raquel (Comprendiendo). La Creación no sucedió hace tiempo… Continúa siempre. » Ce sont donc à la fois trois et un personnage quantique que nous avons sur scène, rencontrant une fois encore le paradoxe onde/particule.

29Il faudrait, pour prendre toute la mesure de ce personnage et de la trilogie sur laquelle nous nous sommes penchée, dépasser les notions de divergence/convergence, de séparabilité/complémentarité…, comme nous y invite Marc-Williams Debono, dans un ouvrage intitulé L’ère des plasticiens. De nouveaux hommes de science face à la poésie du monde :

En physique quantique, où les problèmes de complémentarité devraient être dépassés depuis les approches de Bohr (onde-corpuscule), certains persistent à raisonner en termes de convergence/divergence sans prendre en compte de troisième terme.
(Debono 1996 : 271)

30C’est ce troisième terme qui ferait sens ici, nous montrant moins des individus et une histoire ou un mythe qu’une énergie, une onde libératrice. Il s’agit donc peut-être moins de fixer le personnage, de le rendre localisable, au risque de perdre de vue sa trajectoire, de laisser échapper son sens (dans la double acception du terme), que de conserver à cette onde sa liberté…

Ces théories quantiques sont déterministes au sens où elles donnent des lois pour l’évolution de l’onde dans le temps. […] L’imprévisible, l’élément de hasard n’intervient que lorsque nous essayons d’interpréter l’onde en termes de positions et de vitesses de particules. Mais peut-être est-ce notre erreur : peut-être n’y a-t-il ni position ni vitesse de particule, seulement des ondes.
(Hawking 1989 : 217)

Bibliographie

Bibliographie

Abirached, Robert, 1994, La crise du personnage dans le théâtre moderne, Paris, Gallimard.

Amo Sanchez, Antonia, Egger, Carole, Martinez Thomas, Monique, Surbezy, Agnès, 2005, Le théâtre contemporain espagnol. Approche méthodologique et analyse des textes, Rennes, PUR.

Bueno, Antonia, 2005, Sancha, reina de Hispania, Alicante, BibliotecaVirtual Miguel de Cervantes [http://descargas.cervantesvirtual.com/servlet/SirveObras/13526519112794273022202/014144.pdf ?incr=1] (Édition utilisée).

Bueno, Antonia, 2007, Zahra, favorita de Al-Andalus/Zahra, favorite de Al-Andalus, Toulouse, PUM. (Édition utilisée).

Bueno Antonia, 2009, Sancha, Zahra y Raquel (Trilogía de mujeres medievales), Cáceres, Universidad de Extremadura.

Breton, Dominique, 2007, « Zahra, fille de l’eau et du désert », in Bueno, Antonia, Zahra, favorita de Al-Andalus, Toulouse, PUM, p. 9-34.

Caro, Manuel J., Murphy, John W., 2003, « Estética cuántica y sociedad », in Caro, Manuel J., Murphy, John W. (éd.), El mundo de la cultura cuántica, Grenade, Port-Royal Ediciones, p. 213-234.

Debono, Marc-Williams, 1996, L’ère des plasticiens. De nouveaux hommes de science face à la poésie du monde, Saint-Étienne, Aubin.

DEspagnat, Bernard, 2002, Traité de physique et de philosophie, Paris, Fayard.

Glanz, James, 2000, « Of Physics, Friendship and Nazi’s Germany’s Atomic Bomb Efforts », The New York Times, 21/03/2000.

Hawking, Stephen W., 1989, Une brève histoire du temps. Du big bang aux trous noirs, Paris, Flammarion.

Klein, Étienne, 1998, « Le temps de la physique », in Cazenave, Michel (dir.), Aux frontières de la science. Dictionnaire de l’ignorance, Paris, Hachette Littérature, p. 133-151.

Martinez Thomas, Monique et Surbezy Agnès, 2008, « El tratamiento cuántico de la historia en la dramaturgia femenina actual », in Floeck, Wilfried, Fritz, Herbert et Garcia Martinez, Ana (éd.). Dramaturgias femeninas en el teatro español contemporáneo : entre pasado y presente, Kildesheim, Olms, p. 315-328.

Morales, Gregorio, 1998, El cadáver de Balzac. Una visión cuántica de la literatura y el arte, Alicante, Epígono.

Morales, Gregorio, 2003a, Principio de incertidumbre, Valence, Diputación de Valencia.

Morales, Gregorio, 2003b, « Venciendo el síndrome del límite », in Caro, Manuel J., Murphy, John W. (éd.), El mundo de la cultura cuántica, Grenade, Port-Royal Ediciones, p. 13-56.

Morales, Gregorio, 2005, La isla del loco. Escritos sobre el arte, Grenade, Alhulia.

Ortoli, Sven, Pharabod, Jean-Pierre, 1984, Le cantique des quantiques, Paris, La Découverte.

Xuan Thuan, Trinh, 2000, Le chaos et l’harmonie. La fabrication du réel, Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais ».

Notes

1 Parmi les réflexions de cet auteur sur l’esthétique quantique, on mentionnera El cadáver de Balzac. Una visión cuántica de la literatura y el arte (1998), Principio de incertidumbre (2003) ou encore La isla del loco. Escritos sobre el arte (2005).

2 Ce manifeste est consultable en ligne à l’adresse suivante : http://www.terra.es/personal2/gmv00000/salon.htm#etico [consulté le 24/09/08].

3 Pour ne citer que deux exemples particulièrement parlants, nous évoquerons ici Perdida en los Apalaches. Juguete cuántico, de José Sanchis Sinisterra, ou encore El tiempo de Planck, de Sergi Belbel.

4 S’agissant de Raquel, hija de Sefarad, nous avons travaillé à partir du tapuscrit, qui nous a été envoyé directement par l’auteure. Le texte peut être consulté dans un volume paru entretemps : Sancha, Zahra y Raquel (Trilogía de mujeres medievales) (Bueno 2009).

Sancha, reina de Hispania nous présente le parcours de Sancha, la chrétienne, la femme de pouvoir, l’adolescente léonnaise appelée à devenir l’Impératrice de la presque totalité des territoires chrétiens du XIe siècle. Zahra, favorita de Al-Andalus trace, pour sa part, les trajectoires croisées des deux Zahra : Zahra l’Andalouse, favorite du Prince de Croyants, Abderraman, connaîtra un destin aussi grandiose (une ville-palais portant son nom sera érigée en son honneur) que tragique (elle finira condamnée à l’abandon et à l’oubli) cependant que Zahra la Maghrébine tentera de franchir le Détroit pour venir périr sur les côtes espagnoles, mais en ayant auparavant donné le jour à une petite Noor, lueur d’espoir dans un tableau plutôt sombre… Et, enfin, Raquel, hija de Sefarad évoque le retour aux sources d’une professeure juive, parcourant, à rebours, l’histoire des différentes Rachel, jusqu’à la Rachel originelle.

5 Troisième d’une série de trois colloques sur le théâtre contemporain espagnol écrit par des femmes, organisés par l’Université Toulouse II-Le Mirail, l’Université Justus-Liebig de Giessen et l’Université espagnole UNED (Madrid). Le troisième volet, organisé à l’Université de Giessen en 2007, concernait le théâtre espagnol historique et de thèmes mythologiques écrit par des femmes. Publication des actes : (Floeck, Fritz et García Martínez 2008).

6 Michael Frayn est un dramaturge, auteur de Copenhague, pièce rapportant la controverse entre Börh et Heisenberg.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pus/docannexe/image/6612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires de Strasbourg, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search