Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cinémas d’Asie

 | 
Nathalie Bittinger

Crédits iconographiques

Photogrammes associés à l’ouvrage Cinémas d’Asie

Texte intégral

Page de couverture

  • The Assassin (Hou Hsiao-hsien, 2015), Ad Vitam

I. Les cinémas d’Asie vus par l’occident : fécondité des interférences

  • Rashōmon (Akira Kurosawa, 1950). © Films sans frontières – Fig. 1 et 2, p. 20

  • Le Salon de musique, (Satyajit Ray, 1959). © Films sans frontières – Fig. 3, p. 21

  • Les Chiens errants, (Tsai Ming-liang, 2013). © Urban Distribution – Fig. 4 et 5, p. 27/Fig. 6, p. 28

III. Pour une histoire homonymique et toponymique de l’animé

  • Voyage vers l’Occident (Daisaku Shirakawa et Taiji Yabushita, 1960) – Fig. 1 et 2, p. 49

IV. Pour une approche géopolitique du cinéma

  • Les Enfants d’Hiroshima (Kaneto Shindo, 1952). © Kindai Eiga Kyokai – Fig. 1 à 4, p. 62/Fig. 5 à 7, p. 63

VI. Création syncrétique du cinéma chinois depuis les années 1930

  • La Montagne Dingjun (Ren Jingtai, 1905). © Fengtai Photographic Studio of Beijing – Fig. 1, p. 79

  • La Rose de Pushui (Hou Yao et Li Minwei, 1927). © Minxin – Fig. 2, p. 82

  • L’Heure suprême (Frank Borzage, 1927). © 20th Century Fox – Fig. 3, p. 85

  • Les Anges du boulevard (Yuan Muzhi, 1937). © CQFD – Fig. 4, p. 85

  • L’Aurore (Friedrich Wilhelm Murnau, 1927). © Grands Films Classiques – Fig. 5, p. 86

  • La Grande Route (Sun Yu, 1934). © Lianhua – Fig. 6, p. 87

  • Les Larmes du Yangtze (Zheng Junli, 1947). © Kunlun Film Co. – Fig. 7, p. 88

  • The New Book of Mountains and Seas (Qiu Anxiong, 2006) – Fig. 8, p. 90

VIII. Paul Grimault et Isao Takahata, artisans du réalisme

  • Le Serpent blanc (Taiji Yabushita, 1958). © Bac Films/Wild Side Films – Fig. 1, p. 104

  • Hols, prince du soleil (Isao Takahata, 1968). © Wild Bunch Distribution – Fig. 2, p. 105/Fig. 4, p. 106/Fig. 5 et 6, p. 107/Fig. 9 et 10, p. 110

  • La Bergère et le Ramoneur (Paul Grimault, 1953). © Gaumont – Fig. 3, p. 106/Fig. 7 et 8, p. 109

IX. Surface et profondeur dans le cinéma de Yasujirō Ozu : la doublure des images

  • Le Goût du saké (Yasujirō Ozu, 1962). © Carlotta – Fig. 1, p. 113/Fig. 7, p. 118/Fig. 8 à 11, p. 121

  • Voyage à Tokyo (Yasujirō Ozu, 1953). © Carlotta – Fig. 2, p. 114

  • Fin d’automne (Yasujirō Ozu, 1960). © Carlotta – Fig. 3, p. 116

  • Printemps précoce (Yasujirō Ozu, 1956). © Carlotta – Fig. 4, p. 116

  • Printemps tardif (Yasujirō Ozu, 1949). © Alive – Fig. 5, p. 116

  • Dernier Caprice (Yasujirō Ozu, 1961). © Alive – Fig. 6, p. 118

X. L’empan des images. Mises et démises en perspective chez Kijū Yoshida

  • Amours dans la neige (Kijū Yoshida, 1968). © Gendai Eigasha – Fig. 1 à 4, p. 126/Fig. 5 à 7, p. 128

XIII. Le dernier communiste, un road movie mémoriel contre l’histoire officielle

  • Le Dernier Communiste (Amir Muhammad, 2006). © red Films – Fig. 1 et 2, p. 179

XIV. Raya Martin, une trilogie philippine de l’autre

  • A Short Film About The Indio Nacional (Raya Martin, 2005). © Shellac – Fig. 1, p. 183

  • Independencia (Raya Martin, 2009). © Shellac – Fig. 2, p. 186/Fig. 3, p. 190

XV. Espaces clos/forclos/ouverts, ou le cinéma japonais de la haute croissance

  • Eros + Massacre (Kijū Yoshida, 1969). © Carlotta – Fig. 1, p. 209

XVI. Survivre : un paradigme esthétique du cinéma chinois contemporain

  • Still Life (Jia Zhang-ke, 2006). © Ad Vitam – Fig. 1 à 3, p. 212

  • The World (Jia Zhang-ke, 2004). © Ad Vitam – Fig. 4 et 5, p. 217

  • Au-delà des montagnes (Jia Zhang-ke, 2015). © Ad Vitam – Fig. 7, p. 221

XVII. Les traces de l’incitation : À l’ouest des rails

  • La Sortie de l’usine Lumière à Lyon (Auguste et Louis Lumière, 1895), Lumière repris dans Les Ouvriers quittent l’usine (Harun Farocki, 1995). © Harun farocki Filmproduktion – Fig. 1 et 2, p. 224

  • À l’ouest des rails (Wang Bing, 2003). © Ad Vitam – Fig. 3 et 4, p. 227/Fig. 5, p. 228/Fig. 6, p. 231/Fig. 7 à 9, p. 232

XVIII. « Destroy power, not people » : à propos de A touch of sin

  • A Touch of Sin (Jia Zhang-ke, 2013). © Ad Vitam – Fig. 1 et 2, p. 237/Fig. 3 à 4, p. 238

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540