Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les cinémas d’Asie

 | 
Nathalie Bittinger

Les auteurs

Texte intégral

1Antonin Bechler est maître de conférences au département d’études japonaises de l’Université de Strasbourg. Ses recherches portent sur les discours, récits et idéologies dans la littérature et la culture populaire du Japon contemporain. Il a notamment exploré l’univers romanesque de Haruki Murakami, la dimension idéologique des récits et essais de Kenzaburō Ōé (Ōé Kenzaburō, une économie de la violence, Presses universitaires de Strasbourg, 2016), ainsi que la place de la Seconde Guerre mondiale dans l’établissement des codes narratifs et visuels du manga et du cinéma d’animation japonais.

2Nathalie Bittinger est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg et agrégée de lettres modernes. Membre de l’équipe Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques (ACCRA), elle est l’auteur de 2046 de Wong Kar-wai (Armand Colin, 2007) et d’articles sur les cinémas chinois, hongkongais, taiwanais, etc.

3Mathieu Capel est docteur en études cinématographiques, maître de conférences en LEA à l’Université Grenoble Alpes. En 2015, il a publié Évasion du Japon. Cinéma japonais des années 1960, aux éditions des Prairies ordinaires. Il a également publié plusieurs textes sur le cinéma contemporain, l’histoire du cinéma japonais, l’art contemporain et la vidéo dans des revues et des ouvrages collectifs. Il collabore aux revues Images de la culture (CNC) et Trafic. En tant que traducteur, il a publié, en 2014, Odyssée mexicaine, de Kijū Yoshida, aux éditions Capricci (prix 2014 de la fondation Konishi pour la traduction franco-japonaise) et Les Trois Soeurs, de Oriza Hirata, aux éditions Les Solitaires intempestifs. Il est par ailleurs auteur de sous-titrages pour le cinéma et le théâtre.

4Antoine Coppola est maître de conférences à l’Université Sungkyunkwan, Séoul, Corée du Sud. Il est chercheur associé à l’UMR 8173, EHESS-CNRS Paris, membre de la FIPRESCI (Fédération internationale de la presse cinématographique) et réalisateur-producteur à Syncinema prod. (Kim Ki-duk, cinéaste de la Beauté convulsive, etc.). Il est notamment l’auteur de Ciné-voyage en Corée du Nord, Atelier des Cahiers, 2012, ou Cinémas d’Asie Orientale (dir.), Cinemaction/Corlet, 2009.

5Estelle Dalleu est docteur en études cinématographiques. Après avoir été ATER, elle est actuellement chargée d’enseignement à l’Université de Strasbourg. L’un de ses objets de recherche privilégiés s’intéresse au cinéma philippin contemporain, et plus spécifiquement au cinéaste Raya Martin. Elle a communiqué à diverses reprises autour de sa cinématographie, notamment lors d’un colloque qu’elle a organisé sur les modalités de réappropriation de l’Histoire dans les Arts du spectacle aux xxe et xxie siècles. Plusieurs articles en lien avec ces interventions sont à paraître : « Maicling pelicula nañg ysañg Indio Nacional : Raya Martin et l’invention de la mémoire cinématographique philippine », « Epos de l’invisible : Raya Martin et l’H-h-istoire coloniale philippine ».

6Simon Daniellou est docteur et ancien ATER en Études cinématographiques à l’Université Rennes 2. Il est l’auteur d’une thèse sur la représentation des arts scéniques dans le cinéma japonais. Ses recherches portent plus largement sur les rapports du cinéma aux autres arts et sur la notion de théâtralité, notamment appliquée aux cinémas d’Extrême-Orient. Elles comprennent des travaux sur les films de Hou Hsiao-hsien, Tsui Hark, Hong Sang-soo, Kōji Wakamatsu, Hideo Gosha, Toshio Matsumoto, Nagisa Ōshima ou encore Kenji Mizoguchi.

7Jean-Michel Durafour est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et agrégé de philosophie. Il est l’auteur de nombreux articles sur l’esthétique et la théorie du cinéma (Trafic, Ligeia, La Furia Umana, Vertigo…) ainsi que de plusieurs ouvrages, dont récemment Brian de Palma. Épanchements : sang, perception, théorie (L’Harmattan, 2013) et L’Homme invisible de James Whale. Soties pour une terreur figurative (Rouge profond, 2015). Il publiera en 2016 L’Étrange Créature du lac noir de Jack Arnold. Aubades pour une zoologie des images, toujours chez Rouge profond, et prépare actuellement un livre sur les pierres pour les PUF.

8Antony Fiant est professeur en études cinématographiques à l’Université Rennes 2. Il travaille sur la question du cinéma contemporain soustractif, qu’il soit de fiction ou documentaire, collabore à plusieurs revues de cinéma (Trafic, Positif et Images Documentaires) et est l’auteur de trois essais : (Et) Le Cinéma d’Otar Iosseliani (fut) (2002, L’Âge d’Homme), Le Cinéma de Jia Zhang-ke. No future (made) in China (2009, Presses universitaires de Rennes), Pour un cinéma contemporain soustractif (2014, Presses universitaires de Vincennes). Il a aussi coordonné plusieurs ouvrages collectifs : avec Roxane Hamery, Le Court Métrage français de 1945 à 1968 (2). Documentaire, fiction : allers-retours (PUR, 2008), avec Roxane Hamery et Éric Thouvenel, Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009), avec David Vasse, Le Cinéma de Hou Hsiao-hsien : espaces, temps, sons (PUR, 2013), avec Pierre-Henry Frangne et Gilles Mouëllic, Les Œuvres d’art dans le cinéma de fiction (PUR, 2014).

9Jean-Michel Frodon est journaliste et critique de cinéma (Le Point, Le Monde, Slate. fr). Il a dirigé la rédaction des Cahiers du cinéma (2003-2009), est membre du conseil éditorial et collaborateur de la revue espagnole Caiman, Cuadernos de Cine et a fondé le groupe de réflexion L’Exception. Il est également professeur associé à Sciences Po Paris et membre du comité pédagogique de SPEAP, Master d’enseignement des arts politiques, aux côtés de Bruno Latour. Il est professorial Fellow au département de Film Studies and Creative Industries à l’Université de St. Andrews, Ecosse et enseignant à la Film Factory, PhD en réalisation de films, créée par Bela Tarr à Sarajevo. Il organise enfin de nombreuses programmations et rencontres dans de nombreuses institutions, festivals et lieux éducatifs, et collabore régulièrement avec l’Institut français. Il a, entre autres, publié Le Cinéma chinois (Cahiers du cinema, 2005), Hou Hsiao-hsien (dir., Cahiers du cinema, 2005), Le Cinéma d’Edward Yang (Éditions de l’éclat, 2010) et Le Monde de Jia Zhang-ke, Yellow Now, 2016.

10Éric Galmard, après des études de lettres et de cinéma, a travaillé dans plusieurs pays asiatiques (Philippines, Cambodge, Japon), à l’Université et dans le réseau culturel français. Il est depuis 2009 enseignant au sein du département des arts du spectacle de l’Université de Strasbourg où il assure des cours consacrés notamment au cinéma documentaire et aux cinémas asiatiques. Il a également réalisé un film documentaire Un tombeau pour Khun Srun (Dora Films, 2015).

11Wafa Ghermani est docteure en études cinématographiques, spécialiste du cinéma taiwanais. Elle est également programmatrice et consultante auprès de festivals (Festival des cinémas d’Asie de Vesoul, Five Flavor Film Festival de Varsovie).

12Stéphane Le Roux est docteur en Études cinématographiques à l’université de Rennes 2 et enseignant d’analyse filmique et d’histoire du cinéma au lycée et à l’Université. Ses principaux domaines de recherches sont le cinéma burlesque américain et le cinéma d’animation. Il est l’auteur de Isao Takahata, cinéaste en animation : modernité du dessin animé, L’Harmattan, 2009 et Hayao Miyazaki, cinéaste en animation : poésie de l’insolite, L’Harmattan, 2010.

13Patrick Maurus est agrégé de lettres modernes, auteur d’une thèse sur la poésie coréenne. Il a enseigné en Chine à la fin de la Révolution culturelle, ainsi que dans des Universités coréennes (il a également vécu en Corée). Sociocriticien, il a obtenu une habilitation à l’Institut national des langues et civilisations orientales et est professeur à l’Inalco. Membre du Cric (Centre de Recherches Indépendantes sur la Corée), directeur de la collection « Lettres coréennes » chez Actes Sud et de la revue Tan’gun aux éditions de l’Harmattan, il est l’auteur de nombreuses traductions et d’ouvrages sur la littérature et le cinéma coréen, tel que La Corée dans ses fables.

14Frédéric Monvoisin est docteur en cinéma et audiovisuel de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-3. Il a enseigné le cinéma dans plusieurs universités françaises (Paris-1, Paris-3, Paris-10) et à l’étranger (Yonsei, Corée du Sud ; Institut des arts, Jakarta) en tant que chercheur invité. Il a été chercheur au Centre de recherches international en études japonaises de Kyoto (Nichibunken). Il est actuellement chercheur associé à l’IRCAV (Paris-3) et intervenant à l’école nationale supérieure d’arts de Paris-Cergy. Spécialiste des cinémas d’Asie, il a publié de nombreux articles sur les cinémas d’Asie et est l’auteur de deux livres : l’un d’analyse revisitant les cinémas d’Asie par le biais d’une analyse géopolitique (Cinémas d’Asie, analyse géopolitique, Presses universitaires de Rennes, 2013) et l’autre retraçant l’histoire du cinéma asiatique sur près de 120 ans (Cinémas d’Asie, d’hier et d’aujourd’hui, Armand Colin, 2015).

15Corrado Neri a obtenu un doctorat de recherche auprès des universités Ca’Foscari (Venise) et Jean Moulin (Lyon-3), où il est à présent maître de conférences en études chinoises, habilité à diriger des recherches. Il a conduit de nombreuses recherches sur le cinéma asiatique à Pékin et à Taipei ; a publié une monographie sur le réalisateur taiwanais Tsai Ming-liang (Cafoscarina, 2004) ; Âges inquiets. Cinémas chinois, une représentation de la jeunesse (Tigre de papier, 2009) et Rétro Taiwan. Le temps retrouvé dans le cinéma sinophone contemporain (l’Asiathèque, 2016) ; il a dirigé les publications collectives Taiwanese Cinema/Le Cinéma taiwanais (avec Kirstie Gormley, Asiexpo, 2009) et Global Fences ( www.iett.eu).

16Luisa Prudentino est sinologue, spécialiste du cinéma chinois. Auteur de nombreux articles et essais sur le sujet, elle publie en 2003 Le Regard des ombres, son premier ouvrage entièrement consacré au cinéma chinois contemporain. Aujourd’hui, elle est professeur de Langue et culture chinoise à l’Università del Salento (Lecce – Italie) et chargée de cours à l’Inalco, à l’Université de Lorraine et à l’Université d’Artois pour l’histoire du cinéma chinois.

17Marie Pruvost-Delaspre a travaillé en Master sur l’histoire de l’industrie du dessin animé en Asie et a soutenu en novembre 2014 sa thèse, « Pour une histoire esthétique et technique de la production animée : le cas de la Tōei Dōga (1956-1972) », sous la direction de Laurent Creton. Elle a étudié la langue japonaise et a été accueillie en 2010 dans le cadre d’un échange à l’université Keio de Tokyo. Elle enseigne actuellement au département Cinéma & Audiovisuel de l’université Sorbonne-Nouvelle Paris-3 en tant qu’ATER. Membre de Cinéma & audiovisuel – IRCAV, elle est l’auteur de plusieurs articles consacrés à l’animation.

18Raphaël Szöllösy est doctorant en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg. Auteur d’un mémoire portant sur les « Images en survivance du cinéma chinois contemporain : Wang Bing, Zhao Liang, Jia Zhang-Ke » et de communications consacrées à l’espace asiatique (« De la mélancolie à la colère, variations autour des espérances en Chine contemporaine », « Rencontres avec Kang Je-kyu, Jeon Soo-il et Shin Su-won »), sa thèse mène une réflexion autour du Principe espérance d’Ernst Bloch, motif philosophique repéré dans une multitude d’imaginaires cinématographiques : depuis Théo Angelopoulos (« Raconter l’Histoire à travers les ruines : formes épiques, anachronismes et survivances dans Le Regard d’Ulysse ») ou Amos Gitaï (« Images des espérances du cinéma d’Amos Gitaï : des horizons possibles aux ruines des utopies d’un monde commun », Implications philosophiques, septembre 2014) jusqu’à Dušan Hanák (« Dušan Hanák’s Paperheads (1995) : Heritage of a collapsed world : Collecting, editing, thinking the ruins of this time »).

19Benjamin Thomas est maître de conférences en Études cinématographiques à l’Université de Strasbourg, membre de l’équipe Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques (ACCRA). Il est l’auteur de nombreux articles sur l’esthétique du cinéma parus dans CinémAction, Vertigo, Ligeia, Positif ainsi qu’au sein d’ouvrages collectifs. Il est l’auteur d’un essai intitulé Le Cinéma japonais d’aujourd’hui. Cadres incertains (Presses universitaires de Rennes, 2009) et a dirigé Tourner le dos. Sur l’envers du personnage au cinéma (Presses universitaires de Vincennes, 2013). Il vient de publier L’Attrait du vent (Yellow Now, 2016).

20Thomas Voltzenlogel est docteur en Arts – Études cinématographiques de l’Université de Strasbourg. Anciennement Attaché Temporaire d’Enseignement et de Recherches à l’Université de Strasbourg puis à l’Université Louis Lumière – Lyon II, il enseigne aujourd’hui au sein du département Cinéma de l’Université de Strasbourg. Sa thèse est consacrée aux rapports entre l’esthétique et la politique ainsi qu’à la transmission de méthodes dans les films de Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, de Harun Farocki et de Pedro Costa. Ses travaux récents portent sur la formation (et la déconstruction) de l’attention (du regard et de l’écoute) au cinéma tant dans le champ des films majoritaires que dans celui des films minoritaires. Ses travaux ont été publiés dans les revues Décadrages, Période, Théâtre/Public, Senses of cinema, dans les Cahiers Armand Gatti. Il est par ailleurs réalisateur d’entretiens vidéo (avec Enzo Traverso ou Alain Badiou) et termine un filmessai documentaire (Bauernkriege).

21Clélia Zernik, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm, agrégée et docteur en philosophie, enseigne l’esthétique à l’École nationale supérieure des Beauxarts de Paris. Suite à un séjour d’un an à Tokyo, ses recherches portent en grande partie sur le cinéma japonais et elle étudie notamment le cas de Yasujirō Ozu dans ses ouvrages Perception-cinéma (2010) et L’Œil et l’Objectif (2012) publiés chez Vrin. Elle a également publié un essai sur les Sept Samouraïs d’Akira Kurosawa aux Éditions Yellow Now (2013).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540