Version classiqueVersion mobile

Jeu d’acteurs

 | 
Christophe Damour

Présentation des auteurs

Texte intégral

1Vincent Amiel est professeur en études cinématographiques à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, rédacteur aux revues Positif et Esprit. Parmi les essais qu’il a publiés sur le cinéma et les images, certains sont plus précisément consacrés au corps et aux acteurs : Le Corps au cinéma, Keaton, Bresson, Cassavetes (PUF, 1998), L’acteur de cinéma, approches plurielles (en collaboration avec Geneviève Sellier, Jacqueline Nacache et Christian Viviani, PUR, 2007). Plus récemment, il a publié Joseph L. Mankiewicz et son double (PUF, 2010) et Lancelot du Lac de Robert Bresson (PUL, 2014).

2Sophie Benoist a consacré à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle sous la direction de François Thomas une thèse de doctorat à Johnny Depp, qui est en cours de publication. Elle a contribué au volume de CinémAction, Les cinémas de l’horreur : les maléfiques (2010). Conseillère Principale d’Education en collège, elle s’intéresse aux pratiques éducation-cinéma avec les élèves de l’enseignement secondaire et travaille sur la place du cinéma à l’école et le cinéma comme outil pédagogique et éducatif.

3Nicole Brenez est ancienne élève de l’École normale supérieure, agrégée de Lettres modernes, professeur à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle et membre de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent principalement sur les principes de l’analyse figurative et sur l’histoire des cinémas d’avant-garde. Parmi ses ouvrages : De la Figure en général et du Corps en particulier. L’invention figurative au cinéma (1998), Abel Ferrara (2007), Traitement du Lumpenproletariat par le cinéma d’avant-garde (2007), Cinéma d’avant-garde Mode d’emploi (2012). Elle a édité ou coédité les écrits de Philippe Garrel, Jean Epstein, Masao Adachi, et prépare une anthologie des textes d’Edouard de Laurot. Elle programme les séances d’avant-garde de la Cinémathèque française et a organisé de nombreux cycles en France et à l’étranger (Buenos Aires, Madrid, Tokyo, New York, Londres…). Avec Philippe Grandrieux, elle produit la série « Il se peut que la beauté ait renforcé notre résolution », consacrée aux cinéastes révolutionnaires jusqu’alors négligés par les histoires du cinéma.

4Michel Cieutat est critique à Positif. Enseignant-chercheur retraité de l’Université de Strasbourg, il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages traitant de l’iconographie hollywoodienne, du jeu de l’acteur (Robert De Niro, Al Pacino, Audrey Hepburn, en collaboration avec Christian Viviani), des thématiques et esthétiques de Martin Scorsese, Frank Capra, Oliver Stone (avec Viviane Thill), Peter Greenaway, Gérard Blain (avec Anne-Claire Cieutat et Philippe Roger), de l’étude textuelle d’un film (Pierrot le fou de Jean-Luc Godard) et d’un livre d’entretiens avec Michael Haneke, en collaboration avec Philippe Rouyer.

5Christophe Damour est maître de conférences en études cinématographiques à la Faculté des arts de l’Université de Strasbourg, où il dirige le Département des arts du spectacle. Cofondateur du GRAC (Groupe de réflexion sur l’acteur de cinéma), ses travaux sur le jeu de l’acteur au cinéma ont été publiés dans différentes revues et ouvrages collectifs. Auteur d’Al Pacino, le dernier tragédien (2009), il a également codirigé Généalogies de l’acteur au cinéma. Echos, influences, migrations (avec C. Gutleben, H. Valmary et C. Viviani, 2011) et François Delsarte, une recherche sans fin (avec F. Waille, 2015).

6Aurore Fossard De Almeida est docteure en études cinématographiques et chercheuse associée au groupe de recherche Persona, Celebrity, Publics (Deakin University, Melbourne, Australie). Sa recherche doctorale s’est intéressée à la représentation des photographes paparazzi au cinéma et dans les séries télé. Sa recherche actuelle porte sur la migration de la notion de Persona et continue de s’inscrire dans le courant des Visual Studies. Elle a contribué au catalogue de l’exposition Paparazzi ! Photographes, stars et artistes (2014). Elle est actuellement chargée de cours à l’Institut de communication de l’Université Lyon 2. Plus d’informations sur son Carnet de recherche Paparazzard (http://culturevisuelle.org/​paparazzi/​).

7Laurent Guido est historien et professeur des universités (Lille 3 SHS). Il a été invité pour des séjours de recherche à Paris 1 et Chicago, puis d’enseignement à Montréal, Paris-X-Nanterre, Bruxelles et Lausanne. Associant l’esthétique à des questions socio-historiques, il travaille principalement sur les liens entre film, corporéité et musique, ainsi que sur les théories du spectaculaire dans le contexte de la culture de masse. Il a notamment publié L’Âge du rythme (2007 ; rééd. 2014), Rythmer/Rhythmize (Intermédialités, 2010, avec M. Cowan), Between Still and Moving Images (2012, avec O. Lugon) et De Wagner au cinéma (à paraître).

8Esther Hallé est ancienne élève de l’École normale supérieure de Lyon, certifiée de Lettres modernes. Elle enseigne à l’Université de Caen Basse-Normandie et y prépare sous la direction de Christian Viviani une thèse consacrée à Antonio Pietrangeli.

9Myriam Juan est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Caen Basse-Normandie. Sa thèse, soutenue en 2014, porte sur la construction d’un système de vedettes français durant l’entre-deux-guerres, dans un contexte de découverte, de fascination et de réticence à l’égard du star system hollywoodien. Ses recherches s’intéressent au cinéma comme fait social et culturel, ainsi qu’au jeu des acteurs en tant que composante de la persona des stars. Elle a publié plusieurs articles dans des ouvrages et des revues scientifiques, dont 1895 revue d’histoire du cinéma, Conserveries mémorielles et Mise au point. Elle est membre du conseil d’administration de l’AFRHC (Association française de recherche sur l’histoire du cinéma).

10Yola Le Caïnec enseigne en français-philosophie et en option Cinéma audio-visuel (CPGE littéraire) au lycée Chateaubriand à Rennes. Auteur d’une thèse en cinéma sur « le féminin dans le cinéma de George Cukor des années 50 au début des années 80 » à Paris 3, elle a écrit pour le site de la Cinémathèque française (Bibliothèque du Film) sur George Cukor, Ida Lupino et Sacha Guitry. Elle a participé à la programmation et au catalogue pour deux éditions du festival du « Printemps du nouveau cinéma français » à Rome, autour d’Arnaud Desplechin et des films italiens de Jean-Louis Comolli. Elle a projeté dans ce festival un entretien filmé avec Desplechin puis a participé à la réalisation d’un bonus pour une édition DVD de deux films du cinéaste (Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) et Esther Kahn). Elle a consacré un article à la question du cinéma frontalier d’Arnaud Desplechin (CinémAction) et a participé à plusieurs colloques qui ont donné lieu à différentes publications sur Cukor, la notion de genre (idéologie et culture) et plus généralement sur le cinéma américain.

11Patrick Saffar est critique de cinéma et chargé d’enseignement à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est collaborateur régulier de la revue Jeune Cinéma et a également publié des articles dans Positif. Il est l’auteur d’un ouvrage sur Otto Preminger (2009).

12Benjamin Thomas est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Strasbourg. Il travaille notamment sur le cinéma japonais contemporain. Il a signé de nombreux articles sur le sujet ainsi qu’un essai intitulé Le Cinéma japonais d’aujourd’hui. Cadres incertains (2009). Il s’intéresse également à l’espace (paysages, lieux et milieux) au cinéma. Auteur de L’attrait du vent (2016), il a dirigé Tourner le dos. Sur l’envers du personnage au cinéma (2013).

13Hélène Valmary est maître de conférences en études cinématographiques à l’Université de Caen Basse-Normandie. Membre fondatrice du GRAC (Groupe de réflexion sur l’acteur de cinéma), elle est l’auteure d’une thèse sur les super-héros au cinéma. Elle travaille sur la question du personnage dans les arts et plus spécifiquement au cinéma et dans les séries télévisées. Elle a écrit divers articles autour de cette question (dans K. Hildenbrand et C. Gutleben (dir.), Le méchant à l’écran : les paradoxes de l’indispensable figure du Mal, revue Cycnos, 2013 ; M. Barnier et R. Fontanel (dir.), Les biopics du pouvoir politique : de l’antiquité au xixe siècle, 2010). Elle a co-dirigé un numéro de la revue Cycnos sur l’acteur de cinéma (Généalogies de l’acteur au cinéma : échos, influences, migrations, revue Cycnos, 2011).

14Christian Viviani est professeur en études cinématographiques à l’Université de Caen Basse-Normandie. Spécialiste du cinéma américain et de l’acteur, il est coordinateur et rédacteur de la revue Positif. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le Western (1982), Les Séducteurs du cinéma américain (1984), Ernst Lubitsch (avec N. T. Binh, 1992), Al Pacino, Robert De Niro, regards croisés (avec Michel Cieutat, 2000, mise à jour 2005), Audrey Hepburn, La grâce et la compassion (avec Michel Cieutat, 2009), Le Magique et le vrai (2016) et a dirigé le collectif sur la présence française à Hollywood, Les Connexions françaises (2007). Responsable de l’édition 2011 du Larousse du Cinéma, il a contribué au Dictionnaire des réalisateurs (Larousse), à Home Is Where the Heart Is (sous la direction de Christine Gledhill, 1987, réédition 2002) et à Journeys of Desire (sous la direction de Ginette Vincendeau et Alastair Phillips, 2006). Il a été l’initiateur et le directeur de la collection « Jeux d’acteurs » (Scope éditions).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search