Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École de pensée juive de Paris

 | 
David Banon

Chapitre VI. Déclin ou continuité ?

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

La fin des années 70 ou le début des années 80 marqueraient, selon Shmuel Trigano, le déclin et la dissolution de l’École de Paris. Deux raisons majeures y présideraient : l’apparition d’une mouvance esthétique-symbolique autour du « signe juif » nu, déconnecté de ses sources et de sa modalité universelle, et d’une focalisation sur les droits de l’homme, qui a fait le miel des nouveaux philosophes237.

Toutefois, si l’École d’Orsay a fermé ses portes en 1970 et les Colloques se sont délités peu après la guerre de Kippour, « aspirés par le microcosme parisien, de nombreux intellectuels en sont écartés et s’en écartent238 », peut-on pour autant affirmer péremptoirement « qu’il ne reste pratiquement plus rien de vivant » de l’École de pensée juive de Paris, « que son souvenir est à peine une lueur239 » ? Que faire, dès lors, de la première génération, celle des disciples ? Des « insiders » qui ont bénéficié en droite ligne des enseignements des maîtres et les ont amplifiés, en les transp...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540