Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École de pensée juive de Paris

 | 
David Banon

Chapitre III. Léon Askenazi : engendrements et identité

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Le problème de l’unité de la personne humaine en elle-même et de l’unité du genre humain dans son expansion semblent impliqués dans l’identité d’Israël ».
Léon Askenazi101

Léon Askenazi (1922-1996) est, sans aucun doute, celui qui aura le plus marqué de son empreinte les Juifs de France après la Shoah que ce soit à Orsay, au cours d’une décennie (1948-1958) ou dans le cadre du Centre Universitaire d’Études Juives (cuej) à Paris de 1958 à 1967 avant de s’installer à Jérusalem, en 1969 où il fonde l’Institut Mayanot, puis le centre Yaïr. On peut le considérer, à juste titre, comme le méh’anekh hador/l’éducateur de la génération, son maître. Un maître charismatique. C’est lui qui a modelé l’identité juive de générations entières de Juifs français, probablement à cause de ou grâce à son enseignement oral. Si celui-ci se donnait généreusement et sans compter aux « multitudes » – ses cours attiraient toujours un nombre impressionnant d’auditeurs –, ses disciples étaient, eux, peu nombreux...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540