Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’École de pensée juive de Paris

 | 
David Banon

Chapitre II. André Neher : la Bible, le Maharal et les études juives

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Mes premiers maîtres ont été les rabbins d’Obernai, des hommes formés tous à l’École dite “néo-orthodoxe” du séminaire Hildesheimer de Berlin. Ces maîtres m’ont enseigné, dès le plus jeune âge, l’harmonie entre le rabbinat et l’Université. »
André Neher54

Dès le milieu des années 60 et jusqu’aux années 80, l’œuvre d’André Néher (1914-1988) s’érigeait comme « l’enseigne à brandir pour la vérité » (Ps 60,6), comme un étendard vers lequel on se tournait pour quérir le sens et l’essence de notre identité. En hébreu, un « ness lehitnossess ». Plus simplement un ness, un miracle, selon l’autre acception de ce terme hébraïque. Un miracle ou mieux, une merveille. Une source d’étonnement et partant de réflexion. Cette œuvre a traversé les frontières de l’Hexagone et les ouvrages qui la composent sont traduits en plusieurs langues. Que visait cette œuvre ? Essentiellement à donner au judaïsme une place – ou plutôt la place qui lui revient – dans un monde sécularisé, à partir d’une approche no...

© Presses universitaires de Strasbourg, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540