Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Repères chronologiques

Texte intégral

1Les indications ci-dessous sont destinées à la compréhension des textes et ne recouvrent que la période concernée par ceux-ci. C’est pourquoi la biographie de Tokutomi Sohô, qui est resté actif jusqu’en 1957, s’achève avec le début de la guerre sino-japonaise en 1894. Les dates sont présentées selon le calendrier occidental. Pour la période antérieure au 1er janvier 1873, les mois et les jours suivent le calendrier lunaire.

Fukuchi Ôchi [Gen.ichirô] (1841-1906)

1841

Naissance à Nagasaki d’un père médecin et érudit confucéen de rang guerrier originaire du fief de Chôshû. Yasokichi (八十吉, nom d’enfance de Gen.ichirô 源一郎) est le premier fils né après six filles. Montrant des prédispositions aux études, il commence l’apprentissage des classiques chinois dès l’âge de trois ans.

1847

Études sous la direction du confucéen et savant des études nationales (kokugaku 国学) Osagawa Tôshû 長川東洲 à Nagasaki.

1855

Étude des sciences et de la langue hollandaises (rangaku 蘭学) sous la direction du grand interprète (ôtsûji 大通詞) Namura Hachi.uemon 名村八右衛門 à Nagasaki, qui en fait pour un temps son fils adoptif. Traduction des nouvelles de Hollande (fûsetsugaki 風説書) transmises par les capitaines et découverte des journaux occidentaux.

1858

Départ de Nagasaki et installation à Edo.

1859

Étude de la langue anglaise à l’école de Moriyama Takichirô 森山多吉郎 (1820-1871), interprète d’élite issu d’une grande lignée d’interprètes de Nagasaki. Sur sa recommandation, Fukuchi entre au service du bakufu.

1860

Nomination au rang de gokenin (御家人 « homme de la maison »), vassal direct du shôgun.

1861

Mariage avec Kaneda Sato 金田さと. Premier voyage en Europe comme interprète de la délégation officielle du bakufu. S’intéresse aux journaux européens.

1862

Tournée en Égypte, France, Royaume-Uni, Pays-Bas, Russie, Prusse et Portugal.

1863

Retour au Japon.

1865

Deuxième tournée en Europe en tant qu’interprète. Rencontre Léon de Rosny à Paris. Étudie la construction navale et acquiert des connaissances sur le théâtre, la littérature et le journalisme.

1866

Retour au Japon. Est élevé au rang de hatamoto (旗本 « homme de la bannière »). Toutefois, malgré son souhait de servir dans les négociations avec les puissances étrangères, n’est pas recruté à cause sa propension à parler trop librement. Fonde une école de langues à Edo où il enseigne l’anglais et le français, aussitôt interdite. De dépit, plonge dans l’univers des quartiers de plaisirs.

1867

Présente au ministre Oguri Tadamasa (小栗忠順, 1827-1868) une proposition dans laquelle il exprime son opposition à ce que le shôgun Tokugawa Yoshinobu rende son pouvoir à l’empereur et conseille la formation d’un gouvernement restructuré sous l’autorité d’un chef d’état en la personne de Yoshinobu (mais la restitution officielle du pouvoir du shôgun à l’empereur aura lieu le 14e jour du 10e mois). Se rend dans la région de Kyôto pour examiner la situation. Propose au bakufu d’attaquer Kyôto pour prendre les devants de la bataille de Toba-Fushimi qui débute les hostilités entre les forces restées fidèles au shôgunat et l’armée pro-impériale, mais n’est pas écouté.

1868

Publie le journal Kôko shinbun (江湖新聞 litt. « Fleuves et lacs ») à partir du 4e mois. Le mois suivant, Edo est investi par l’armée impériale. Fukuchi publie une série d’articles intitulés Kyôjakuron (強弱論 « Forces et faiblesses »), dans lesquels il fustige le nouveau gouvernement de Meiji. Selon lui, le pouvoir n’a fait que changer de main, les hommes de Satsuma et Chôshû n’ont fait que remplacer les Tokugawa pour former un nouveau bakufu. Il subit une interdiction de publication et la confiscation de son matériel d’impression et évite la peine de prison grâce à l’intervention de Kido Takayoshi 木戸孝允 (1833-1877, originaire du fief de Chôshû). Déchu de son haut rang social acquis sous le shôgunat, il préfère devenir simple heimin 平民 (membre de la classe roturière), vit de ses écrits et de traductions, fréquente assidûment le quartier clos de Yoshiwara et rencontre des artistes et des dramaturges avec lesquels il discute de théâtre occidental ou de littérature

1869

Ouvre une école de langues occidentales appelée Nisshinsha (日新舎 « renouveau ») dans le quartier de Yushima 湯島. Nakae Chômin 中江兆民 (1847-1901) y aurait été temporairement chargé des cours de français.

1870

Entre au ministère des Finances sur recommandation de Shibusawa Ei.ichi 渋沢栄一 (1840-1931). Rencontre Itô Hirobumi 伊藤博文 (1841-1909), alors en charge des relations internationales, qu’il accompagne aux États-Unis pour étudier le système monétaire et financier.

1871

Durant son séjour aux États-Unis, ses idées politiques concernant l’adoption rapide d’un système gouvernemental de type occidental évoluent du radicalisme (kyûshinshugi 急進主義) vers le gradualisme (zenshinshugi 漸進主義). À son retour, il est nommé au poste de premier secrétaire au ministère des Finances. Peu après, il accompagne la mission Iwakura dans les principaux pays occidentaux.

1872

Séjour aux États-Unis, puis en Europe.

1873

Se sépare de la délégation officielle pour continuer à étudier le système judiciaire et rentre au Japon en passant par le Moyen-Orient. Ayant eu l’occasion de s’imprégner d’idées nouvelles, ses vues sur la modernisation du Japon rejoignent peu à peu celles de certains dirigeants de Meiji, notamment Kido Takayoshi. Au retour de la mission Iwakura, la discussion au sein du gouvernement sur la soumission par la force armée de la Corée (seikanron 征韓論) voulue par Saïgô Takamori 西郷隆盛 (1827-1877) et Itagaki Taisuke 板垣退助 (1837-1919) s’achève par la démission de ces derniers.

1874

Itagaki Taisuke lance le Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen, Jiyûminken undô 自由民権運動. Fukuchi quitte la fonction publique et entre au Tôkyô nichi nichi shinbun 東京日々新聞, d’abord comme éditorialiste.

1875

Augmentation des tirages. Fukuchi assiste Kido Takayoshi, président de la première assemblée des Préfets de région.

1876

Rachat du Tôkyô nichi nichi dont il devient directeur. Installation dans le quartier de Ginza de sa maison d’édition, d’impression et de diffusion, Nippôsha 日報社, qui publie le journal économique Chûgai bukka shinpô 中外物価新報 (ancêtre du quotidien économique actuel Nihon keizai shinbun 日本経済新聞) de Masuda Takashi 益田孝 (1848-1938), fondateur du groupe industriel Mitsui bussan 三井物産. Se passionne pour la réforme du théâtre.

1877

Se rend sur les lieux de bataille de la rébellion de Satsuma menée par Saïgô Takamori. Publie des « Notes du front » (senpô sairoku 戦報採録) dans le Tôkyô nichi nichi.

Avril 1877

Par l’intermédiaire de Kido Takayoshi, est invité à rendre compte de la situation du front devant l’empereur à Kyôto. Fukuchi reste au front jusqu’au mois de juin. Sur ordre du général Yamagata Aritomo 山県有朋 (1838-1922), il rédige une demande de reddition à Saïgô Takamori.

1878

Participe à la création de la Chambre de commerce de Tôkyô (Tôkyôshôhô kaigisho 東京商法会議所) avec Shibusawa Ei. ichi. Assiste Itô Hirobumi lors de sa présidence de la deuxième Assemblée des préfets de région. Est élu membre, puis président du Conseil préfectoral de Tôkyô.

1879

Est chargé de la réception du président américain Grant en visite au Japon. Participe à la création de la bourse de Tôkyô. Connaît une renommée croissante.

1880

Apogée du mouvement Jiyûminken réclamant la mise en place immédiate d’une assemblée élue. Face à ces revendications radicales, Fukuchi prône le gradualisme.

1881

Scandale de la vente à bas prix de terrains appartenant à l’État à des hommes d’affaires privés par Kuroda Kiyotaka, chef du Bureau d’exploitation d’Hokkaïdô. Fukuchi prononce des discours lors de rassemblements politiques et écrit de nombreux éditoriaux fustigeant la corruption du gouvernement, mais campe sur ses positions gradualistes.

oct.1881

Crise gouvernementale. Ôkuma Shigenobu 大隈重信 (1838-1922, originaire du fief de Hizen) démissionne et entre dans l’opposition. Itô Hirobumi promet la proclamation d’une constitution en 1889, l’organisation d’élections et l’ouverture de la première assemblée en 1890. Fukuchi renoue avec le gouvernement Itô, tente de faire reconnaître son journal comme journal officiel, mais échoue. La popularité du Tôkyô nichi nichi décline.
Itagaki Taisuke fonde le Parti libéral Jiyûtô 自由党 (dissous en 1884). Parti aux idées radicales, inspiré de la pensée rousseauiste, il prône un système uni-caméral, le suffrage universel et la souveraineté populaire.

1882

Ôkuma Shigenobu fonde le Parti progressiste constitutionnel Rikken kaishintô 立憲改進党 (Ôkuma quitte le parti en 1884). Parti modéré inspiré du monarchisme anglais, il prône un système bicaméral, un suffrage censitaire et une souveraineté à la fois monarchique et populaire, à parts égales.
Fukuchi Gen.ichirô fonde le Parti impérial constitutionnel Rikken teiseitô 立憲帝政党 (dissous en 1883). Parti conservateur, il prône un système bi-caméral, le suffrage censitaire et la souveraineté monarchique.

1883

Fukuchi dissout son parti sur ordre secret du gouvernement. Création d’un journal officiel, Kanpô 官報, malgré l’offre incessante de Fukuchi de faire reconnaître son journal comme tel. Déclin du nombre d’abonnées du Tôkyô nichi nichi shinbun.

1884

Scandale de corruption au Conseil préfectoral de Tôkyô. Fukuchi démissionne de la présidence. Il confie la rédaction du Tôkyô nichi nichi shinbun à Seki Naohiko 関直彦 (1857-1932).

1885

Accompagne Itô Hirobumi lors de son déplacement en Chine, pour les négociations entre le premier ministre Itô Hirobumi et Li Hongzhan 李鴻章 (1823-1901) à propos des violences en Corée. Signature du traité de Tientsin, Tenshin jôyaku (天津条約).

1886

Échec des négociations sur la révision des traités inégaux menées par le ministre des Affaires étrangères Inoue Kaoru. Occidentalisation à outrance, symbolisée par l’organisation de bals mondains dans la grande salle du Rokumeikan 鹿鳴館 à Tôkyô, violemment critiquée par les courants nationalistes. Fukuchi prend la défense d’Inoue mais lance une campagne de propagande patriotique à travers une série d’essais intitulés Nihon wo shire (日本を知れ « Connais le Japon »). Fonde l’association pour la réforme du théâtre engeki kairyôkai 演劇改良会.

1887

Le Tôkyô nichi nichi traverse de graves difficultés économiques.

1888

Cède la direction du journal à Seki Naohiko et se retire du journalisme. Se lance dans l’écriture de romans et de pièces de théâtre. Projette la construction du théâtre Kabukiza 歌舞伎座 à Tokyô.

1889

Ouverture du théâtre Kabukiza, dont il partage la direction avec Chiba Katsugorô 千葉勝五郎 (1833-1903).

1890

Quitte la direction du théâtre suite à des difficultés financières. Se lie d’amitié avec le grand acteur de kabuki Ishikawa Danjûrô 市川団十郞 (1838-1903) pour lequel il écrira de nombreuses pièces. À côté, publie des romans.

1891

Sortie des pièces Kasuga no tsubome 春日局 et Toshima no arashi 豊島嵐.

1892

Parution de Bakufu suibôron (幕府衰亡論 « Sur la décadence et la chute du shôgunat ») dans la revue Kokumin no tomo 国民之友 de Tokutomi Sohô.

1893

Production littéraire prolifique (cinq pièces de théâtre et neuf nouvelles en un an).

1894

Publication de ses mémoires sous le titre Kaiô jidan 懐往事談 « Mes souvenirs du passé » (qui inclut la partie Shinbun jitsureki 新聞紙実歴 « Ma vraie histoire du journal »). Production de nouvelles glorifiant l’esprit national.

1897

Devient dramaturge « maison » du Kabukiza. Produit environ huit pièces de théâtre par an.

1900

Devient conseiller du Yamato Shinbun 日出国新聞, publie des essais, romans et pièces de théâtre dans des journaux et revues de divers courants nationalistes. Parution de Bakumatsu seijika (幕末政治家 « Les grands hommes politiques de la fin du shôgunat »).

1902

Sortie de la pièce Akô rôshi (赤穂浪士 « La vengeance des quarantesept rônin »).

1903

Décès de Danjûrô. Fukuchi cesse d’écrire des pièces de théâtre et se lance à nouveau dans la politique.

1904

Élu député de Tôkyô.

1905

Malade durant une bonne partie de l’année. N’écrit qu’un seul essai.

1906

Décès à l’âge de soixante-cinq ans (tuberculose et pneumonie).

Suehiro Tetchô [Shigeyasu] (1849-1896)

1849

21e jour du 2e mois : naissance de Suehiro Shigeyasu 末広重恭 à Uwajima 宇和島 dans la province d’Iyo 伊予 (actuellement département d’Ehime 愛媛) comme dernier fils d’un guerrier de rang modeste, fonctionnaire des comptes au service du fief d’Uwajima.

1863

Éducation classique confucéenne à l’école Meirinkan 明倫館 d’Uwajima.

1866

Étude de la philosophie de Wang Yang-Ming (yômeigaku 陽明学) à l’école privée de Jôkô Shinyô 上甲振洋 (1818-1878) située à Yawatahama 八幡浜 (province d’Iyo).

1869

Instituteur à l’école Meirinkan.

1870

Bref séjour d’études à Tôkyô.

août 1870

Devient disciple de Kasuga Sen.an 春日潜庵 (1811-1878) à Kyôto.

1872

Retour au pays natal. Mariage avec Sono, fille aînée du supérieur du sanctuaire shintô de Yawatahama. Reprend son poste d’instituteur à l’école Meirinkan.

1873

Retour à Tôkyô.

1874

Emploi de fonctionnaire de treizième rang au ministère des Finances. Naissance de son fils aîné Shigeo 重雄 (1874-1946) qui deviendra professeur de Droit à l’université de Kyôto.

avril 1875

Rédacteur en chef du Tôkyô Akebono shinbun 東京曙新聞 sur invitation du directeur Aoe Shû 青江秀. Prend le nom de plume Tetchô (鉄腸 litt. « Tripes d’acier »).

20/7/1875

Publication d’un article critiquant l’ordonnance de presse et la loi sur la diffamation promulguées en juin 1875.

7/8/1875

Condamnation à deux mois de prison ferme et vingt yens d’amende.

9/10/1875

Quitte le Tôkyô Akebono shinbun suite à une divergence de vues avec Aoe Shû.

27/10/1875

Devient rédacteur en chef du Chôya shinbun 朝野新聞 dirigé par Narushima Ryûhoku 成島柳北.

février 1876

Narushima et Suehiro sont incarcérés suite à un article critiquant les initiateurs de l’ordonnance de presse, Inoue Kowashi 井上毅 et Ozaki Saburô 尾崎三郎.

9/10/1876

Sortie de prison.

1877

Naissance de son fils cadet Kyôji 恭二 (1877-1932), qui deviendra professeur de sismologie à l’université de Tôkyô.

1878

Membre de la société politique Ômeisha 嚶鳴社 fondée la même année par le journaliste progressiste Numa Morikazu 沼間守一 (1844-1890).

1879

Membre de la première association nationaliste et pan-asianiste Kôakai 興亜会 (« Association pour le progrès en Asie »).

1881

Participe au concours de rhétorique organisé par les étudiants de l’école supérieure Keiô gijuku 慶應義塾 (future université de Keiô) et participe au groupe Kokuyûkai 国友会 (litt. « Association des amis de la nation ») fondé par Baba Tatsui 馬場辰猪 (1850-1888) et Ôishi Masami 大石正巳 (1855-1935).

29/10/1881

Membre fondateur du Parti libéral Jiyûtô 自由党 dirigé par Itagaki Taisuke. En plus de sa fonction de rédacteur en chef du Chôya shinbun, se charge des éditoriaux de l’organe de parti Jiyû shinbun 自由新聞.

juillet 1882

Entre en conflit avec Itagaki Taisuke au sujet des sources de financement du voyage en Occident de ce dernier, et quitte le Jiyû shinbun avec Ôishi Masami et Baba Tatsui. Souffre d’une pneumonie.

juin 1883

Aggravation du conflit avec Itagaki. Suehiro, Baba et Ôishi quittent le parti libéral.

sept. 1883

Création d’un parti nommé Dokuritsutô (独立党 « Parti indépendant ») avec Ôishi Masami et Baba Tatsui. Contracte le typhus.

janvier 1884

Rejoint le club d’intellectuels Meiji kyôkai 明治協会 affilié au Parti progressiste. À partir du mois de mars, subit une hospitalisation de trois mois pour cause de diabète, suivie d’une convalescence de six mois à Hakone. À son retour à Tôkyô, reçoit la proposition de devenir directeur de l’école japonaise Tôyô gakkan 東洋学館 à Shanghaï, initiée par quelques partisans du Jiyûminken en vue de promouvoir la solidarité des pays d’Asie face aux pays colonisateurs occidentaux.

sept. 1885

Parution de Indo seiryakushi 印度政略史, traduction commentée du célèbre discours intitulé « Government of India » tenu par Thomas Babington Macaulay (1800-1859) devant le Parlement britannique le 10 juillet 1833.

nov.1885

Parution du feuilleton Yume ni nare nare (夢ニナレナレ « Dites-moi que je rêve ») dans le Chôya shinbun.

mai 1886

Publication du premier roman de fiction politique Nijûsannen miraiki (二十三年未来記 « Notes sur le futur : [Le Japon] de l’an vingt-trois de Meiji [1890] ») basé sur Yume ni nare nare.

août 1886

Publication de la première partie du roman politique Setchûbai (雪中梅 « Prunier dans la neige »). Participation à la création du grand mouvement de coalition de tous les courants d’opposition, Daidô danketsu undô 大同団結運動, lancé par Hoshi Tôru 星 亨 (1850-1901).

nov.1886

Publication de la deuxième partie du roman politique Setchûbai.

février 1887

Publication de la première partie du roman politique Kakan.ô (花間鶯 « Rossignol parmi les fleurs »).

mars 1887

Publication de la fiction d’actualité Ochiba no hakiyose (落葉之掃寄せ « Balayage de feuilles mortes »).

avril 1887

Publication de l’essai historique Kinsei ôshû jijô (近 世 欧 州 事 情 « Situation de l’Europe pré-moderne »).

mai 1887

Tournée de meetings en province pour la promotion du Daidô danketsu undô.

oct.1887

Publication de la deuxième partie de Kakan.ô.

15/11/1887

Discours dans le cadre de la grande rencontre nationale des militants des partis d’opposition.

26/12/1887

Promulgation de la loi de sûreté hoan jôrei 保安条例. Suehiro échappe de justesse à une condamnation.

déc. 1887

Publication de l’essai Genkon no seijishakai (現今の政治社会 « Politique et société contemporaine »).

février 1888

Publication de l’essai Atsureki no gen.in (軋轢の原因 « Les causes des frictions »).

mars 1888

Publication de la dernière partie de Kakan.ô.

13/4/1888

Départ pour un grand voyage à l’étranger (États-Unis, Royaume-Uni, France, Colombo, Hong Kong, Shanghaï)

août 1888

Parution du roman politique Uzen no sakura (雨前之桜 « Cerisier avant la pluie »).

11/2/1889

Jour de la proclamation de la Constitution impériale de Meiji. Retour de Suehiro au Japon. Démission du Chôya shinbun devenu progressiste sous l’influence des politiciens et journalistes Inukai Tsuyoshi 犬養毅 (1855-1932) et Ozaki Yukio 尾崎行雄 (1858-1954).

2/3/1889

Emploi comme rédacteur en chef de la revue Tôkyô Kôron 東京公論 éditée par Murayama Ryûhei 村山竜平 (1850-1933), directeur du puissant quotidien Ôsaka Asahi shinbun.

10/5/1889

Démission du Tôkyô Kôron pour cause de divergence de vues suite à l’éclatement du mouvement Daidô danketsu, causé par la nomination de son leader Gotô Shôjirô 後藤象二郎 (1838-1897) à un poste ministériel. Suehiro s’affilie au Daidô kurabu 大同倶楽部.

juin 1889

Publication de l’essai Wagakuni no naisei gaikô (我国之内政外交 « Politique intérieure et extérieure de notre pays »). Accepte un contrat d’un an comme directeur et rédacteur en chef du quotidien Kansai Nippô 関西日報.

juillet 1889

Publication du carnet de voyage en Occident Kôsetsuroku (鴻雪録 litt. « Notes sur les choses éphémères disparaissant comme les traces d’oies sauvages dans la neige fondante »).
Participe aux manifestations anti-traité contre Ôkuma Shigenobu et prononce des discours lors de grands rassemblements nationaux.

déc. 1889

Publication du carnet de voyage en Occident Oshi no ryokô (唖之旅行 « Voyage d’un muet »).

14/1/1890

Élection au statut de membre du Comité des affaires politiques (seimu chôsakai 政務調査会) du Daidô kurabu.

14/5/1890

Tentative de rassemblement sous une seule bannière de trois courants majeurs du mouvement Daidô danketsu qui finalement conservent leurs noms respectifs. Suehiro poursuit son action politique au sein du Daidô kurabu.

1/6/1890

Prise de fonctions comme rédacteur en chef du Daidô shinbun 大同新聞, organe officiel du Daidô kurabu.

1/7/1890

Élection en tant que député du Département d’Ehime lors des premières élections législatives du Japon.

25/7/1890

Promulgation de la loi sur les rassemblements et les associations politiques. Les trois courants issus du Daidô danketsu sont dissous.

25/8/1890

Suehiro devient membre du Comité des affaires politiques du parti nouvellement créé, le Parti libéral constitutionnel (rikken jiyûtô 立憲自由党).

oct.1890

Publication de l’essai Kokkaikaisetsu no zengo (国会開設之前後 « Avant et après la mise en place de l’Assemblée »).

25/11/1890

Ouverture de la première session parlementaire. Rachat du Daidô shinbun par le Tôkyô Kôron appartenant à Murayama Shûhei, éditeur du quotidien Ôsaka Asahi shinbun. Création d’un nouveau quotidien, titré Kokkai 国会 « La Diète ». Suehiro en devient rédacteur en chef

12/12/1890

Suehiro dépose une demande de réexamen de l’ordonnance de presse à l’Assemblée.

3/1/1891

Parution du roman politique Donryoku (嫩緑 « Vert de jeunes pousses ») sous forme de feuilleton dans Kokkai.

14/1/1891

Démission du Parti libéral constitutionnel (rikken jiyûtô 立憲自由党).

février 1891

Publication du dernier volume de Oshi no ryokô.

juin 1891

Publication du roman politique Nanyô no daiharan (南洋の大波瀾 « Forte houle dans le Pacifique sud ») inspiré de ses voyages en Europe et aux États-Unis.

oct. 1891

Publication de Kogane no hana (黄金之花 « Fleurs d’or »).

nov. 1891

Publication de la suite de Nanyô no daiharan, sous le titre Arashi no nagori (あらしのなごり « Vagues après la tempête »). Participation aux débats de la deuxième session parlementaire.

février 1892

Publication de Shissaku mata shissaku (失策又失策 « Déboires après déboires »).

15/2/1892

Échec aux deuxièmes élections législatives.

14/8/1892

Voyage dans diverses contrées d’Asie orientale (Corée, Sibérie, Chine) en tant que cadre de la société politique Kôakai.

sept.1892

Publication du roman politique Nankai no gekirô (南海の激浪 « Déferlantes en Mer du sud »).

15/12/1892

Retour au Japon.

janvier 1893

Publication de l’essai Tôa no taisei (東亜之大勢 « Situation en Asie orientale »).

février 1893

Publication du récit de voyage Hokusei roku (北征録 « Notes sur la conquête du nord »).

avril 1893

Publication de la première partie du roman-fiction politique Meiji jûyonen no nihon (明治四十年の日本 « Le Japon de l’an quarante de Meiji [1908] »).

juillet 1893

Publication de la deuxième partie.

août 1893

Publication du roman politique Ô.unabara (大海原« Vaste océan »).

1/3/1894

Nouvel échec lors des troisièmes élections législatives.
Pendant une tournée de meetings dans son département d’Ehime, révélation de son cancer de la langue. Retour à Tôkyô pour opération chirurgicale.

1/8/1894

Le Japon déclare la guerre à la Chine. Début de la guerre-sinojaponaise. La plupart des politiciens libéraux se déclarent favorables à la guerre. Le Chôya shinbun, d’abord pacifiste, est conspué par l’opinion. La société Kôakai cesse de prôner la solidarité entre les pays d’Asie et proclame ouvertement des thèses expansionnistes vers la Corée et la Chine.

1/9/1894

Succès électoral lors des quatrièmes élections législatives.

fév.-mai 1894

Parution dans Kokkai 国会 « La Diète », dont il est toujours rédacteur en chef, de son autobiographie de journaliste Kioku no mama 記憶のまま « Tel que le livrent mes souvenirs » entre le 20 février et le 27 mai 1894, en feuilleton de 17 épisodes. Ce texte sert de base à Shinbun keirekidan 新聞経歴談 « Mémoires d’un journaliste », publié en 1928 dans Meijibunka zenshû 明治文化全集.

oct. 1894

Élection en tant que président de la nouvelle Assemblée. Récidive du cancer.

mai 1895

Hospitalisation et intervention chirurgicale sur des métastases au niveau des cervicales. Après sa sortie, écrit le début de sa dernière fiction politique intitulée Sengo no nihon (戦後の日本 « Le Japon d’après-guerre »).

oct. 1895

Nouvelle hospitalisation pour récidive du cancer de la langue, mais sera présent lors de l’ouverture de la neuvième session parlementaire.

déc. 1895

Publication de la première partie de Sengo no nihon. La deuxième partie sera rédigée par son secrétaire et bras droit Muramatsu Ryûkô 村松柳江 (1864-1940) et paraîtra après sa mort, en juillet 1897.

9/1/1896

Malgré son état de santé, se fait transporter au Parlement à l’occasion du vote de la motion de censure contre le gouvernement. Aggravation de sa maladie.

2/5/1896

Décès à l’hôpital universitaire de Tôkyô à l’âge de quarante-huit ans.

Tokutomi Sohô [Iichirô] (1863-1957)

1863

25e jour du 1er mois (15 mars), naissance à Tsumori 津森, village proche de Minamata 水俣, dans la province de Higo 肥後, au sud-est de l’île de Kyûshû. Premier fils après quatre filles, son nom d’enfance est Iichirô 猪一郎. Enfance à Minamata, dans la maison du père.

1868

Naissance de Kenjirô 健次郎 (l’écrivain Tokutomi Roka 徳富蘆花, 1868-1927)

1869

Son père, Ikkei 一敬, trouve un emploi comme administrateur au Bugyôsho 奉行所 (représentation locale du bakufu) à Kumamoto.
Assassinat de son oncle Yokoi Shônan 横井小楠 (1809-1869).

1870

Déménagement de la famille à Ôemura 大江村, village proche de Kumamoto. Iichirô fréquente l’école privée de Motoda Eifu 元田永孚 (1818-1891).

1871

Après la fermeture de l’école de Motoda suite à sa nomination au service de l’empereur, il poursuit ses études à l’école privée de Kanesaka Shisui 兼坂止水.

1873

Entre à l’École d’études occidentales de Kumamoto, Kumamoto yôgakkô 熊本洋学校, mais est renvoyé à cause de son jeune âge.

1874

Réintègre l’école de Kanesaka Shisui.

1875

Réintègre la Yôgakkô de Kumamoto.

janvier 1876

Participe au groupe chrétien appelé Kumamoto bando (熊本バンド) ou Hanaokayama bando (花岡山バンド) créé au sein de l’école sur initiative de Leroy Lansing Janes (1837-1909).

août 1876

Fermeture de l’école Yôgakkô. Sohô déménage à la capitale et entre à l’École d’anglais de Tôkyô (Tôkyô eigo gakkô 東京英語学校).

oct. 1876

Révolte des guerriers de Kumamoto menée par les membres du shinpûren (神風連 « Ligue du vent divin »).
Entre à l’école Dôshisha eigo gakkô 同志社英語学校 fondée par Niijima Jô (新島襄 Joseph Hardy Neesima, 1843-1890) à Kyôto.

déc. 1876

Baptême par Niijima Jô.

fév.-sept. 1877

Révolte des guerriers de Satsuma (seinansensô 西南戦争« guerre du sud-ouest ») menée par Saïgô Takamori.

avril 1880

Quitte l’école Dôshisha, se rend à Tôkyô pour devenir journaliste. Cherche à rencontrer Fukuchi Ôchi sans succès. En octobre, retour à Kumamoto.

1881

Devient membre de la société aikokusha (愛国者 « société patriotique ») fondée par Itagaki Taisuke, noyau du Parti libéral fondé en octobre de la même année.

mars 1882

Ouverture de son école, Ôe gijuku 大江義塾 dans le village d’Ôe. En été, retour à Tôkyô. Rencontre avec Itagaki Taisuke. Voyage à Ôsaka et dans la région de Tosa avec quelques élèves.

1883

S’adonne à la direction de l’école et à l’enseignement. Envoie des contributions à divers journaux.

janvier 1884

Publication à ses frais de l’essai Meiji sanjûnengo no seijika no shikaku wo ronzu (明治三十年後之政治家之資格ヲ論ズ « Sur la légitimité des hommes politiques après l’année trente de Meiji (1898) ») distribué dans son entourage.

automne 1884

Mariage arrangé, à vingt et un ans, avec Kurasono Tsuruko 倉園ツル子 (plus tard nommée Shizuko 静子) âgée de dix-sept ans.

déc. 1884

Publication à ses frais de l’essai Jiyû dôtoku oyobi jukyôshugi (自由道徳及儒教主義 « Liberté, morale et confucianisme ») distribué dans son entourage.

juin 1885

Publication de l’essai Daijûkyûseiki nihon no seinen oyobi sono kyôiku (第十九世紀日本之青及其教育 « La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation »). Contre toute attente, soutien de Taguchi Ukichi 田口 卯吉 (1855-1905) et publication en feuilleton dans la revue économique Nihon keizai zasshi 日本経済雑誌 dirigée par Taguchi.

mai 1886

Se rend auprès d’Itagaki Taisuke avec le manuscrit de Shôrai no Nihon 将来之日本 « Japon du futur » mais sera éconduit. De retour à Tôkyô, Taguchi Ukichi accepte de publier le livre à compte d’auteur. L’ouvrage connaît un succès immédiat.

fév. 1887

Fondation de la maison d’édition Minyûsha 民友社 et publication de la revue Kokumin no tomo (国民之友 « L’Ami de la nation »), bien accueillie dans les milieux intellectuels.

mars 1887

Publication de Shinnihon no seinen (新日本之青年 « La nouvelle jeunesse japonaise »), d’après le feuilleton paru précédemment sous le titre : « La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation ».

1888

Engage une campagne de financement pour venir en aide à Niijima Jô dans son projet de création de l’Université Dôshisha.

1889

Proclamation de la Constitution impériale de Meiji (11 février). Publication par les éditions Minyûsha de l’essai Nihon kokubôron (日本国防論 « Théorie sur la défense nationale du Japon »).

oct. 1889

Ôkuma Shigenobu, alors ministre des Affaires étrangères, est victime d’un attentat à la bombe perpétré par des membres de la société ultra-nationaliste Genyôsha (玄洋社 « Océan noir »).

23/1/1890

Décès de Niijima Jô.

1/2/1890

Lancement du quotidien Kokumin shinbun 国民新聞. Tokutomi est directeur et rédacteur en chef. Le journal reste influent jusqu’en 1942, date à laquelle il sera racheté et prendra le titre de Tôkyô shinbun.
Naissance de son fils aîné.
Ouverture de la première assemblée parlementaire.

avril 1891

Commande l’essai Bakufu suibôron (幕府衰亡論 « Sur la décadence et la chute du shôgunat ») à Fukuchi Ôchi. Publication l’année suivante dans Kokumin no tomo sous forme de feuilleton.

janvier 1892

Tournée dans la région de Kumamoto pour promouvoir la candidature de Yamada Taketoshi 山田武甫 (1831-1893), représentant local du Parti libéral, en vue des prochaines élections législatives.

sept. 1892

Publication de la revue Katei zasshi (家庭雑誌 « Magazine de la famille »).

mai-sept. 92

Publication d’une série d’articles sur la vie et l’œuvre du penseur Yoshida Shô.in (吉田松, 1830-1859, exécuté par le bakufu) dans Kokumin no tomo. Naissance de son deuxième fils.

mai 1893

Émet des critiques de plus en plus virulentes sur le Parti libéral.

déc. 1893

Publication de l’ouvrage Yoshida Shô.in.

janvier 1894

Rencontre avec le ministre Mutsu Munemitsu 睦奥宗光 (1844-1897) chargé de la révision des traités inégaux. Tokutomi change de camp et défend la politique étrangère officielle.

août 1894

Début de la guerre sino-japonaise.

déc. 1894

Publication de Dainippon bôchôron (大日本膨張論 « Sur l’expansion du Grand Japon »).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search