Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Sohô jiden. « Mémoires de Sohô »

Le monde politique aux premiers temps du régime parlementaire et moi

Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

Le premier cabinet Yamagata et la première assemblée

1Pour aborder un autre sujet, à l’époque, le comte Mutsu Munemitsu, à son retour des États-Unis, était devenu ministre de l’Agriculture et du commerce sous le cabinet Yamagata, mais en réalité il nourrissait des ambitions politiques bien plus élevées. Il n’avait pour but ni l’alliance du Shinpotô, ni celle des partis pro-gouvernementaux. Il détestait du fond du cœur les factions issues des anciens fiefs. Dès l’époque de la Restauration, il avait écrit un texte sur les Japonais, intitulé Nihonjin, dans lequel il comparait la situation du temps de l’apogée du pouvoir des Heike, où régnait l’idée que celui qui ne faisait pas partie de leur clan n’était pas digne d’être appelé un homme, à celle de l’apogée des fiefs de Satsuma et Chôshû, où celui qui ne faisait pas partie de leur faction était considéré de même, et affirmait que ce n’était pas ainsi que l’on allait atteindre les objectifs de la Restauration. Il soutenait dans son pamphlet que le Japon devait être gouverné par tous les Japonais et avait montré ce texte au marquis Kido.

2À l’occasion d’une rencontre avec le duc Yamagata aux États-Unis, alors que ce dernier se trouvait sur le chemin de retour d’une tournée dans les pays occidentaux, le marquis Mutsu lui avait clairement fait part de ses intentions, mais comme Yamagata, une fois rentré, avait formé son cabinet, et que, lorsque finalement Mutsu était à son tour rentré au Japon, les portefeuilles ministériels avaient déjà été distribués, Mutsu se rapprocha du comte Itagaki. En faisant semblant de vouloir devenir l’un des cadres du Parti patriote (aikokutô 愛国党), comme on appelait à l’époque la branche du Jiyûtô qui était directement sous les ordres d’Itagaki, il fut initié au parti par le comte, puis il y eut toutes sortes de tractations qui se soldèrent par le départ des deux ministres Iwamura et Enomoto, remplacés par Mutsu et Yoshikawa.

3Ce remaniement ministériel était, sans aucun doute possible, une manœuvre en faveur du comte Mutsu. Par la suite, tout en conservant son poste de ministre, et tout en restant membre du cabinet, le comte Mutsu continua à entretenir des liens avec les partis populaires, se présenta aux élections législatives et fut élu député du département de Wakayama.

4Quelles étaient les intentions du comte Mutsu en agissant de la sorte ? Peut-être pensait-il, en créant une force politique qui ne se situait ni dans les partis gouvernementaux, ni dans les partis d’opposition, mais qui naviguait quelque part au milieu entre les deux, qu’il pourrait habilement mettre dans sa poche tout ce monde politique ?

  • 100 Nakajima Nobuyuki 中島信行 (1846-1899). Homme politique originaire de Tosa, il était d’abord marié avec (...)
  • 101 Hayashi Yûzô 林有造 (1842-1921). Guerrier originaire de Tosa, il participe à la Restauration de Meiji (...)
  • 102 Takeuchi Tsuna 竹内綱 (1839-1922). Politicien et homme d’affaires originaire de Tosa, il prend part à (...)
  • 103 Intitulé Muketsuchû 無血虫 littéralement « insecte dénué de sang », ce texte fustige les gens cruels e (...)
  • 104 La raison officielle de la démission de Nakae Chômin était son mauvais état de santé résultant d’un (...)

5Lorsque, lors de la première session de la Diète, les partis libéraux réclamèrent une réduction du budget militaire de 8 000 000 ¥ sur un total de 80 000 000, et que, finalement, un compromis fut trouvé grâce à des élus de la faction de Tosa sur une réduction de 6 000 000 ¥, ne fallait-il pas voir là une victoire en sous-main du comte Mutsu ? Surtout que le président de l’assemblée, Nakajima Nobuyuki100 – qui deviendra plus tard baron – était non seulement un parent, mais aussi un ami intime du comte Mutsu. Et comme certains élus de la faction de Tosa, que ce soit Hayashi Yûzô101 ou Takeuchi Tsuna102, étaient des juristes qui avaient travaillé sur les mêmes affaires depuis dix ans, on se rend compte à quel point le comte Mutsu avait le bras long. Personnellement j’ai été extrêmement déçu par cette première session parlementaire. Même quelqu’un comme Nakae Chômin, bien qu’originaire de Tosa, s’était insurgé contre la trahison de la faction de Tosa, au point de publier un texte intitulé « Vermine »103 et de finir par démissionner des bancs de la Diète en prétextant son alcoolisme104.

L’européanisation aristocratique (kizoku ôshûshugi) et ma théorie du roturiérisme (heiminshugi)

6Je reviendrai encore ultérieurement sur ces termes. Si, en 1887, j’avais suivi la ligne du Kokumin no tomo des premières années de sa publication, je me serais probablement situé dans la mouvance de ce que l’on appelait alors le Parti autonome (Jichitô 自治党) du duc Inoue. On trouvait dans ce parti qu’il dirigeait des esprits brillants comme messieurs Aoki, Nomura, Mutsu, Saionji, Kômyôji et bien d’autres encore. Ils se considéraient comme des promoteurs de l’européanisation, et je les considérais, selon mes propres termes, comme des « aristocrates radicaux ». J’étais donc relativement proche d’eux sans pourtant l’être totalement. Dans ce groupe, je m’entendais particulièrement bien avec des gens comme Inoue, Saionji, Mutsu ou Aoki. Mais de quelque manière, je sentais que mon idéal du roturiérisme et leur idéologie d’européanisation aristocratique ne faisaient pas bon ménage, et c’est la raison pour laquelle je me suis certes rapproché d’eux, mais je ne suis jamais entré dans leur cercle restreint. Néanmoins, nous avons maintenu des relations tantôt bonnes, tantôt moins bonnes jusqu’au bout.

7J’attendais, ou plutôt j’espérais que le comte Mutsu se lancerait dans les partis populaires. Mais, bien au contraire, le comte Mutsu devint l’un des meneurs du courant du Premier ministre Yamagata. C’est probablement en manœuvrant ainsi qu’il avait réussi à s’allier la faction de Tosa et était finalement parvenu à faire dissoudre la première assemblée. Cette situation m’avait, à l’époque, fort contrarié.

8J’étais fondamentalement opposé au gouvernement des factions issues de la Restauration, et j’étais persuadé que la mise en place rapide d’une politique constitutionnelle servirait à abolir purement et simplement ce gouvernement, c’est pourquoi je n’avais pas lésiné sur mes efforts pour soutenir cette initiative. Or, après le cabinet Yamagata, il y eut celui de Matsukata, et le Parlement, qui se heurta à nouveau violemment au gouvernement, fut bientôt dissous et de nouvelles élections furent organisées en février 1892.

9Mutsu conserva son siège de ministre, mais seulement pour la forme, car tout le travail était fait par le ministre de l’Intérieur, le vicomte Shinagawa, et son adjoint, le comte Shirane. Soit dit en passant, la fameuse ingérence musclée lors des élections législatives sous le cabinet Matsukata était de leur fait.

10Bien que le cabinet soit connu sous le nom de « cabinet Matsukata », le Premier ministre, le duc Matsukata, était un homme modéré et plein de bon sens, qui n’aurait jamais songé à organiser de tels agissements de lui-même, et qui n’appréciait pas que les choses se fassent ainsi. Mais le ministre de l’Intérieur, le vicomte Shinagawa, était l’un des disciples favoris de Yoshida Shôin et un homme au sang bouillonnant. Pour lui, un parti d’opposition était un ennemi de l’empereur, et ses interventions brutales dans les élections de 1892 étaient la même chose que les batailles de Toba et Fushimi au début de la conquête armée pour la Restauration : quand il s’agissait de faire reculer l’ennemi, tous les moyens étaient bons.

  • 105 Yasuba Suenobu 安場末喜 (1858-1930). Industriel et homme politique. Originaire de Kumamoto, fils adopti (...)
  • 106 Matsudaira Masanao 松平正直 (1844-1915). Haut fonctionnaire et politicien conservateur, guerrier hanshi(...)
  • 107 Troubles des ères Hôgen 保元 (1156) et Heiji 平治 (1159). Conflits ayant pour arrière-plan des rivalité (...)

11Durant cette période, suite à la demande pressante de mon vieil ami Yamada Taketoshi de Kumamoto, j’étais descendu dans notre région d’origine pour l’accompagner dans sa tournée électorale, et c’est là que nous avons à plusieurs reprises frôlé la mort. À l’époque, le comte Yasuba105, un disciple de Yokoi Shônan, était préfet du département de Fukuoka et gouverneur de la région de Kyûshû, tandis que le département de Kumamoto était dirigé par Matsudaira Masanao106, également disciple de Yokoi. Leurs ennemis politiques, c’est-à-dire les membres des partis libéraux de Fukuoka ou de Kumamoto, étaient tous, eux aussi, des disciples plus ou moins proches de Yokoi, et c’était donc une guerre fratricide qui n’allait pas sans rappeler les troubles de Hôgen et de Heiji107.

12Après avoir quitté la ville de Kumamoto pour le district de Tamana, nous avons pris un bateau pour nous rendre à Shimabara, de là nous sommes allés à Amakusa en passant par Kuchinotsu, puis, comme la mer était trop forte, nous avons fait une halte avant de pouvoir nous rendre à Sashiki dans le district d’Ashikita. Puis nous avons longé le cours de la Kumagawa en le remontant jusqu’à Hitoyoshi, et de là nous sommes redescendus en bateau jusqu’à Yatsushiro. De Yatsushiro, nous sommes rentrés à Kumamoto en passant par Mashiki et Uto. Pendant que nous voyagions sur le bateau, nos camarades armés de sabres et de fusils donnaient de temps en temps des coups de feu en direction des deux rives, ce qui suffisait pour nous protéger.

13Le résultat des élections fut de manière générale défavorable aux partis populaires. À Kumamoto, seul mon ami Yamada avait réussi à se faire élire de justesse. Mais comme il le disait très à propos dans un poème de son cru :

  • 108 「ことさらにかき乱さずば山里の水もかく迄濁らざらまし」.

L’eau du hameau de montagne ne serait pas aussi boueuse si l’on ne l’avait pas troublée à dessein108.

Fin des élections et péripéties sur le chemin de retour

  • 109 Noda Utarô 野田卯太郎 (1853-1927). Homme politique originaire de la région de Fukuoka. Dans sa jeunesse, (...)
  • 110 Nagae Junichi 永江純一 (1953-1917). Entrepreneur et homme politique, il participe au Jiyûminken undô au (...)

14Finalement les élections étaient passées et le moment était venu de rentrer à Tôkyô, mais les affrontements dans le département voisin de Fukuoka n’avaient pas encore cessé. Mes camarades Noda Utarô109 et Nagae Jun.ichi110 avaient dû faire face à des situations extrêmement dangereuses, au point que Nagae avait été blessé à la jambe et en était resté handicapé à vie. Vu le danger de la situation, des camarades inquiets pour ma sécurité me firent la proposition suivante : je devais faire savoir autour de moi que je partirais le lendemain matin de la gare de Kasuga, mais en réalité, je partirais le soir même de la gare d’Ikeda, entouré d’une escorte qui m’accompagnerait jusqu’à la station de Moji.

  • 111 La soupe de Satsuma, Satsumajiru 薩摩汁, est un plat très consistant fait à base de viande de porc, de (...)
  • 112 Chaya, chamise ou saten 茶店 est une maison de thé traditionnelle, souvent une sorte de petit cabanon (...)
  • 113 Takada Akira 高田露 (1854-1915). Homme politique, d’origine guerrière hanshi du fief de Kumamoto. Il p (...)

15Le soir venu, nous étions invités chez mon vieil ami Yamada pour un bon dîner composé entre autres d’une soupe de Satsuma111. À la fin de la soirée, nous partîmes en courant jusqu’à la gare, et là, quelle surprise : le train était déjà parti ! Il n’y avait pas d’autre solution que de passer la nuit quelque part dans une maison de thé112 près de la gare. Mais les maisons de thé, à cette époque, n’étaient pas très nombreuses, et n’étaient pas conçues pour passer la nuit ; beaucoup étaient fermées en cette saison où le vent de février passait par toutes les fentes. L’un des membres de mon escorte, du nom de Takada Akira113, se confondit en excuses : « Si je n’étais pas aussi glouton, si je n’avais pas pris encore un bol de soupe au moment où vous vouliez partir, on n’en serait pas là », se lamenta-t-il, et tous partirent d’un grand éclat de rire.

  • 114 Ville portuaire située à Kyûshû sur le détroit de Shimonoseki, en face de l’île principale Honshû, (...)

16Le lendemain, avec mes quatre compagnons, nous étions censés descendre à la gare de Moji, mais au lieu de cela nous décidâmes de descendre un arrêt plus tôt, à Kokura114, pour y déjeuner. Quelle erreur de notre part ! Dans la gargote où nous avions atterri, des femmes aux vertus douteuses passaient des moments agités dans les pièces adjacentes, mais puisque nous y étions, nous ne pouvions plus repartir, finissant par ingurgiter notre repas à toute vitesse.

17Lorsqu’enfin nous avons atteint notre point d’embarcation, les chefs de file des fauteurs de troubles électoraux, à commencer par Yasuba et Matsudaira, nous y avaient déjà précédés, et le baron Yasuba arpentait le pont du bateau d’un air résolu en ponctuant sa démarche boiteuse à l’aide d’une canne à laquelle il avait fixé un fer de lance.

  • 115 Matsuda Masahisa 松田正久 (1945-1914). Politicien de parti, d’origine guerrière hanshi du fief de Hizen (...)

18Dans le bateau de taille modeste où nous avions embarqué se trouvait apparemment aussi le candidat évincé du département de Saga, monsieur Matsuda Masahisa115, mais il s’était mêlé aux passagers de troisième classe et dormait avec une couverture tirée sur la tête. Même moi, qui étais pourtant l’un de ses compagnons d’armes, je ne l’avais pas reconnu.

Mes rapports avec le comte Mutsu Munemitsu

19Le résultat des élections avait évidemment donné la majorité aux partis pro-gouvernementaux, et une minorité aux partis populaires. Mais le malheur se produisit à l’intérieur. Certains membres du cabinet Matsukata, comme le comte Mutsu Munemitsu, ministre de l’Agriculture et du commerce, étaient dès le départ opposés à une quelconque ingérence dans les élections législatives. S’il n’avait pas été vice-premier ministre de Matsukata, le comte Mutsu aurait eu l’étoffe d’un chef d’état-major. Mais dans le cadre de cette manœuvre électorale, le jeu était entre les mains du ministre de l’Intérieur, le vicomte Shinagawa, et de son adjoint, le baron Shirane, et Mutsu n’avait aucune marge pour intervenir ni en paroles ni en actes. Il faut savoir qu’il en était fort mécontent. Lorsque je l’ai vu, durant la première réunion parlementaire, faire des efforts pour parvenir à des compromis, puis s’opposer aux manœuvres politiques livrées sous le cabinet Matsukata, il m’a paru tout naturel de renouer avec notre ancienne amitié.

20Le comte Mutsu me raconta en toute franchise la situation au sein du gouvernement, et par voie de conséquence, les colonnes politiques du Kokumin shinbun ne tardèrent pas à faire des révélations aussi précises que sous l’éclairage de rayons X. En définitive, si le Kokumin shinbun a pu acquérir une certaine renommée en tant que journal politique, on peut dire que c’était pour moitié grâce à lui. Mais le ministre de l’Intérieur Shinagawa et le ministre de l’Agriculture Mutsu s’opposaient à tel point qu’ils en vinrent presque aux mains, si bien qu’à la mi-mars 1892, après les élections et juste avant la constitution d’une assemblée provisoire, ils démissionnèrent tous les deux. De ce fait, une partie du Parti libéral, et particulièrement la faction de Tosa, qui jusqu’alors avait conclu des compromis avec le pouvoir, revint entièrement au bercail.

  • 116 L’hôtel Impérial de Tôkyô 帝国ホテル a été inauguré en juillet 1890. Il a été construit sur initiative d (...)
  • 117 Lord Randolph Henry Spencer Churchill (1849-1895). Homme d’état britannique, père du Premier minist (...)

21Toutes sortes d’événements s’enchaînèrent ainsi, et finalement, en août 1892, le deuxième cabinet Itô fut constitué. C’était un cabinet composé de A à Z de vénérables Genrô issus du temps du shôgunat. En d’autres termes, le duc Itô présidait le Sûmitsu.in, le comte Kuroda devint ministre des Postes, le duc Yamagata ministre de la Justice, et le comte Mutsu ministre des Affaires étrangères. Il semblerait d’ailleurs que ce dernier se soit fort impliqué pour établir la composition de ce cabinet. À cette époque, je rencontrais souvent le comte Mutsu quand il se rendait de sa résidence située à Nishigahara à l’hôtel impérial de Yamashitachô116. Je me souviens qu’il avait toujours dans sa poche un recueil des discours de Randolph Churchill117 qu’il lisait dès qu’il disposait d’un moment.

  • 118 La résidence secondaire officielle d’Itô Hirobumi, appelée Sôrôkaku 滄浪閣 a été achevée en 1890 dans (...)

22Le duc Itô logeait durant ce temps en sa résidence de Sôrôkaku à Odawara118, où Mutsu se rendait fréquemment pour lui parler de ses projets. Mais Mutsu me confiait en soupirant :

  • 119 Itô Miyoji 伊東巳代治 (1857-1934). Haut fonctionnaire et politicien ultra-conservateur originaire de Nag (...)

Lorsqu’enfin j’arrive à lui faire accepter mes idées et que je rentre chez moi en me disant qu’il est d’accord, je me rends compte quelque temps après que tout est effacé et qu’on est revenus à la case départ. C’est vraiment très embêtant. En somme, si l’on veut faire bouger Itô, il faut faire bouger Miyoji119. Le duc Itô a déjà perdu son pouvoir, et on est arrivé à un stade où il est sous l’influence du jeune Miyoji, c’est pourquoi il devient difficile de gérer les choses directement avec lui.

23Le comte Mutsu était réellement doué d’une perception qui allait au-delà de l’intelligence. Lorsque le marquis Inoue était au pouvoir, il faisait semblant, pour le manipuler, d’être un homme naïf et arrogant, mais il riait bien en son for intérieur et, en façade, faisait alliance avec le baron Aoki Shûzô. Par ailleurs, il n’avait assurément aucune intention de fréquenter le comte Itô Miyoji, mais il n’hésitait pas à l’amadouer pour manipuler le duc Itô.

24Quoi qu’il en soit, le comte Mutsu réussit ainsi à obtenir le portefeuille stratégique de ministre des Affaires étrangères, et dès lors, ses talents cachés se révélèrent au grand jour. En ce qui me concerne, mon but était dès le départ de m’opposer au gouvernement des factions Satsuma et Chôshû, et de ce fait, lorsque le comte Mutsu s’était inscrit en faux contre le cabinet Matsukata, je me suis rapproché de lui, mais lorsque, finalement, le deuxième cabinet Itô fut mis sur pied, ce qui était déjà une avancée par rapport au cabinet Matsukata, il n’en restait pas moins que ce cabinet était composé de membres issus de Satsuma et Chôshû. Pour cette raison, je me suis donc progressivement éloigné du comte Mutsu.

  • 120 Hoshi Tôru 星亨 (1850-1901) étudie le droit en Angleterre de 1874 à 1877, puis entre au ministère de (...)

25Pour expliquer les choses encore plus clairement, j’ai aussi pris mes distances parce qu’il était en train de se rapprocher du Jiyûtô, le Parti libéral historique. Le comte Mutsu était un ami du comte Itagaki, et d’avantage encore un proche du baron Nakajima, et Hoshi Tôru120, le grand patron du Jiyûtô, était l’un de ses anciens disciples, raison pour laquelle Mutsu pouvait difficilement rompre avec ce parti. Ah, si j’avais voulu, j’aurais pu faire pas mal d’articles sur ces différentes liaisons personnelles, mais Mutsu n’aurait pas manqué d’en tirer des avantages.

  • 121 On appelle Waihan naikaku (隈板内閣 « Cabinet Ôkuma-Itagaki », de juin à novembre 1898) le gouvernement (...)
  • 122 Taigai kôroppa 対外硬六派, abrégé en kôroppa, désigne les six courants qui réclamaient l’adoption d’une (...)
  • 123 Amiral Saïgô Tsugumichi 西郷従道 (1843-1902), frère cadet de Saïgô Takamori. Ministre de l’Intérieur en (...)

26Le grand problème qui préoccupait le Japon de l’époque était la révision des traités inégaux, et nombreux étaient ceux qui s’opposaient à la présence des étrangers sur le territoire japonais. Les avis sur cette question divergeaient aussi bien au sein du gouvernement qu’au sein du Parti libéral, et bien sûr, tous les membres des partis conservateurs, dont les liens étaient plus qu’étroits avec le pouvoir, y étaient opposés en bloc. Quant à moi, au début, je n’étais pas défavorable à l’idée de cohabitation, mais j’étais contre la manière dont étaient menées les négociations de la part de Mutsu Munemitsu ou plus exactement d’Itô Hirobumi. J’étais profondément persuadé de la nécessité de signer des traités égaux, mais j’étais parvenu à la conclusion que, pour ce faire, il fallait tout d’abord appliquer scrupuleusement les traités existants. Cette idée ne venait pas de moi, mais elle faisait partie de la stratégie de révision des traités du marquis Ôkuma à l’époque où il était ministre des Affaires étrangères121. Selon les traités d’origine, tous les étrangers devaient rester confinés dans les zones qui leur étaient réservées et il était extrêmement difficile et incommode pour eux d’en sortir. Cette loi existait bel et bien en tant que loi, mais comme on l’appliquait avec une grande indulgence, les étrangers eux-mêmes ne s’en plaignaient pas tant que cela. Or, à partir du moment où le marquis Ôkuma était devenu ministre des Affaires étrangères, il fit en sorte d’appliquer scrupuleusement ces textes, ce qui eut des répercussions considérables au sein de la communauté étrangère. En d’autres termes, il était d’avis qu’il fallait appliquer les textes de manière plus large, plus stricte, et plus approfondie. Bref, il pensait qu’au lieu d’essayer d’amadouer les étrangers pour leur faire accepter la révision des traités, il fallait au contraire les mettre le plus possible en difficulté, de manière à ce qu’ils se rendent par eux-mêmes. Cet avis était partagé sans limite par les partis radicaux, les partis conservateurs et les partis durs, si bien qu’au bout du compte il se constitua une « Alliance des six courants », roppa rengô122. Dans ses rangs, on trouvait tous les partis conservateurs, comme cette organisation qui s’était constituée en prenant le nom de Kokumin kyôkai, issue de l’ingérence musclée dans les élections législatives orchestrée par le baron Shinagawa et qui était dirigée par le marquis Saïgô123 et le baron Shinagawa. Il va sans dire que le Parti progressiste du camp Ôkuma en faisait partie. De plus, non seulement à cause des liens qui l’unissaient au comte Mutsu, mais aussi à cause de son opposition au Parti progressiste, le Parti libéral n’était pas, par nature, un parti gouvernemental, mais on pouvait tout de même le classer comme tel à ce moment précis. C’est pourquoi la collision entre le Parti libéral et moi devint inévitable.

Les frictions entre le Parti libéral et moi

27Le Kokumin shinbun et le Kokumin no tomo n’avaient cessé de faire de l’abolition du gouvernement de factions leur cheval de bataille et observaient avec irritation l’attitude du Jiyûtô, l’arrosant de critiques et le qualifiant de « nouveau parti du pouvoir ». De leur côté, les partisans du Jiyûtô fulminaient de rage et guettaient une bonne occasion pour se venger. Un jour, dans le no 188 du Kokumin no tomo daté du 23 avril 1893, sous un gros titre intitulé : « Tous dans le même sac », figurait la phrase suivante : « Qui est Hoshi Tôru ? C’est juste un tout petit avocat ». Cette phrase fut immédiatement saisie comme prétexte et une délégation constituée d’hommes de main de monsieur Hoshi Tôru se rendit à mon domicile de Hikawachô dans le quartier d’Akasaka pour engager une polémique.

28À vrai dire, je n’avais pas écrit moi-même ce gros titre de « Tous dans le même sac », ni donné l’ordre de le faire. En réalité, j’étais en voyage au moment où cela s’était produit, et c’était l’un de mes employés qui l’avait écrit. D’ailleurs, jusqu’à l’arrivée de la délégation en question, je ne l’avais même pas remarqué car cela ne m’avait pas frappé outre mesure. Mais lorsque mes interlocuteurs ont commencé à me chercher noise, je n’ai pas eu d’autre choix que de me défendre sur le même ton, et ce qui, au départ, était un problème entre Hoshi Tôru et Tokutomi Iichirô est devenu un problème opposant le Jiyûtô au Kokumin shinbun et au Kokumin no tomo, justifiant le déplacement de ces militants du Parti libéral pour discuter avec moi. Si cela s’était produit de nos jours, j’aurais sans doute réglé la chose facilement, en leur expliquant que cette phrase ne valait pas la peine que le camp Hoshi se fâche à ce point et qu’il ne fallait pas s’y arrêter, et face à leur attitude furieuse et menaçante, j’aurais platement exprimé des excuses et cela aurait certainement mieux valu pour l’avenir de ma rédaction. Mais au lieu de cela, j’étais jeune et fougueux et ne m’embarrassais pas de calculs en termes de perte ou de profit. Je me suis laissé entraîner dans la dispute, et pour finir, j’ai lâché : « Sachez que moi, je suis le représentant de la Minyûsha, du Kokumin shinbun et du Kokumin no tomo. Donc, si le chef du Parti libéral, le comte Itagaki, vient ici en personne, accompagné d’un sténographe, je veux bien négocier avec lui. Mais je refuse de négocier avec qui que ce soit d’autre ».

  • 124 Kataoka Kenkichi 片岡健吉 (1843-1903). Bras droit d’Itagaki Taisuke. Originaire de Tosa, envoyé par son (...)

29Peu après, le vénérable cacique du Parti libéral Kataoka Kenkichi124 vint me trouver au bureau de la Minyûsha, et, en tant que messager du parti, me transmit une déclaration de rupture. Je reçus cette déclaration avec indifférence, car cela ne me gênait ni m’affligeait outre mesure. En revanche, ce qui me donna du fil à retordre, c’était la baisse du chiffre de vente qui en résulta. Les menaces sur ma personne et les attaques de la part des journaux et des revues fidèles à la faction Hoshi se poursuivirent encore un certain temps, et une sorte de « ligue pour le boycott du Kokumin shinbun » se constitua entre les membres du Parti libéral, ce qui eut pour conséquence que même dans des régions comme Kyûshû, où le journal se vendait bien depuis sa création, son chiffre de vente chuta considérablement, causant une perte irrécupérable sur plus d’une décennie.

30C’est ainsi que des personnalités comme le comte Mutsu ou le prince Saionji, qui jadis étaient des amis proches, se retrouvèrent politiquement très éloignés, ou plus exactement à l’opposé de moi. Le comte Mutsu, par exemple, qui semblait avoir eu de nombreux regrets à mon égard, aurait dit :

C’est dommage que Tokutomi, pourtant défenseur invétéré de la civilisation occidentale et opposé à ceux qui ne voulaient pas la cohabitation sur le sol japonais, se soit mis de telle sorte en travers de notre politique.

  • 125 Okazaki Kunisuke 岡崎邦輔 (1853-1936). Homme politique, bras droit de Mutsu Munemitsu. D’origine guerri (...)

31En août 1897, le comte Mutsu est tombé malade et je suis allé spécialement à sa résidence de Nishigaoka pour lui rendre visite. Mais Okazaki Kunisuke125 et les gens de son entourage m’ont fait savoir qu’« actuellement le comte n’était pas en état de recevoir », et malheureusement j’ai dû rentrer sans le revoir. Apparemment, il aurait dit : « Si je vois Tokutomi, je voudrais discuter pas mal de choses avec lui », et de mon côté aussi, j’aurais eu beaucoup de choses à lui raconter avant qu’il ne quitte ce monde. Si jamais une autre vie existe, nous partagerons peut-être de grands éclats de rire en nous revoyant.

Mes relations avec Kuga Minoru126, directeur du Nippon shinbun

  • 126 Kuga Katsunan 陸羯南 (1857-1907). De son vrai nom Tanaka Minoru 田中実. D’origine guerrière hanshi du fie (...)

32Les partis d’opposition de l’époque avaient créé une alliance appelée Roppa rengô, l’« Alliance des six courants », mais en quoi consistait-elle au juste ? En dehors du Parti libéral qui était à part, les mouvements d’opposition qui la composaient n’avaient jusqu’alors jamais eu aucun lien, ni sur le plan de leur histoire, ni sur celui de leur idéologie, et se livraient plutôt des batailles acharnées entre eux. Ce n’est que sur la question de l’application stricte des traités, en d’autres termes sur le principe de fermeté vis-à-vis des Occidentaux que leurs avis convergeaient. Ainsi, tous les quotidiens et tous les périodiques, exceptés ceux du Parti libéral, qui était à ce moment-là un parti purement gouvernemental, tous s’étaient engagés dans cette alliance. Et cette dynamique était en train d’envahir le pays entier.

  • 127 Shiga Shigetaka 志賀重昂 (1863-1927) Penseur, politicien et géographe. D’origine guerrière hanshi du fi (...)

33En ce qui concerne la publication du quotidien Nippon, les membres du directoire, à commencer par monsieur Shiga Shigetaka127, se partageaient le gros des tâches en façade, mais c’était Kuga Minoru, en tant que directeur, qui tirait toutes les ficelles en coulisse. Il était connu comme un homme du Tôhoku, obstiné et solitaire, de forte stature et à l’allure combative, mais il était également connu en tant que journaliste exceptionnellement doué et possédant une belle écriture solennelle. Mais à vrai dire, je pense que ces quelques mots sont bien insuffisants pour décrire monsieur Kuga à sa juste valeur.

  • 128 Tani Tateki 谷 干城 (1837-1911). Militaire et homme politique. D’origine guerrière hanshi du fief de T (...)
  • 129 Torio Koyata 鳥尾小弥太 (1848-1905). Militaire et politicien ultra-conservateur, d’origine guerrière han (...)
  • 130 Miura Gorô 三浦梧楼 (1847-1926). Militaire et haut fonctionnaire d’origine guerrière hanshi du fief de (...)
  • 131 Kômuchi Tomotsune 神鞭知常 (1845-1905). Haut fonctionnaire, député ultra-conservateur, membre de l’orga (...)
  • 132 Takahashi Kenzô 高橋健三 (1855-1898). Fils d’un guerrier rônin, né à Edo, il entre à l’école Nankô (act (...)
  • 133 Sugiura Jûgô [Shigetake] 杉浦重剛 (1855-1924). D’origine hanshi du fief de Shiga. Études à l’école Nank (...)
  • 134 Komura Jutarô 小村壽太郎 (1855-1911). Diplomate et homme d’état d’origine guerrière. Il entre au ministè (...)

34Kuga était un manœuvrier qui aimait les intrigues, mais dans le bon sens du terme, et avait le bras long dans les dessous secrets du monde politique. Vis-à-vis de moi, il se montrait plutôt souple sur le plan politique. Il était également en bons termes avec les anciens combattants du shôgunat devenus des nationalistes et conservateurs comme Tani Tateki128, Torio Koyata129 ou Miura Gorô130. En outre, il s’entendait fraternellement avec Kômuchi Tomotsune131 et Takahashi Kenzô132. De même, il possédait de nombreux amis et connaissances parmi tous les rônin engagés en politique, comme Inoue Kowashi, Sugiura Jûkô133 ou Komura Jutarô134. Sans doute pouvait-on me classer parmi ces derniers.

35À l’époque, j’avais de fréquentes discussions avec Kuga à propos de ce mouvement d’alliance. Et lorsque nous en discutions, il m’arrivait plus d’une fois de penser que ses idées étaient d’une pertinence et d’une subtilité telles qu’un rustre comme moi avait du mal à suivre. Aussi, au moment d’élaborer des textes, c’était toujours comme si Kuga et moi formions une sorte de comité de lecture. Je me souviens qu’une fois, comme j’avais utilisé le terme kyokutô (極東 « extrême-Orient »), il m’avait proposé de le changer en tôa (東亜 « Asie orientale »), ce que j’avais accepté sans discuter. Il accordait une grande attention à tout, même à des termes comme ceux-ci.

  • 135 Quartier situé dans l’arrondissement de Shinjuku.
  • 136 Wada Masanaga 和田正脩 ( ?- ?) est un ami de longue date de Sohô. Membre du Kumamoto bando, il étudie à (...)
  • 137 Yashi 野史 est une appellation abrégée de Dainippon yashi 大日本野史, un important ouvrage historique en 2 (...)
  • 138 Le caractère jitsu ou minoru du prénom de Kuga s’écrivait 實 selon la graphie de l’époque, ce qui la (...)

36Je saisis cette occasion pour parler de mes relations avec Kuga. Un jour d’été 1888, je lui ai rendu visite à son domicile d’Ushigome-agebachô135 en compagnie de Wada Masanaga136, un ami commun. À cette époque, Kuga occupait un poste subalterne dans l’administration. Je ne me souviens plus s’il travaillait au Service d’information ou à celui des études institutionnelles. Takahashi Kenzô était chef du Service d ‘ information, peut-être en faisait-il partie ? Quoi qu’il en soit, c’était le moment de la sortie de mon livre Japon du futur et une critique était parue sous le titre Kan.u yashi 貫宇野史137dans une revue qui venait juste d’être créée, Shuppan Geppyô (出版月評 « Mensuel de l’édition »), spécialisée dans la critique des nouvelles parutions. Or, en la lisant, j’eus l’impression que Kuga aurait pu en être l’auteur. N’avait-il pas tout simplement coupé en deux le caractère minoru qui était celui de son prénom138 ? Je me gardai toutefois de lui poser la question.

Nippon et Kokumin

37Peu après, Kuga quitta le ministère et commença à publier un quotidien intitulé « La dépêche de Tôkyô » (Tôkyô denpô 東京電報), qu’il renomma « Le Japon » (Nippon 日本) au moment de la proclamation de la Constitution de Meiji en 1889. Mon quotidien, le Kokumin shinbun, publié en février 1890, était exactement son cadet d’un an. Toutefois, en dépit de différences incompatibles en matière de goûts et d’idéologie, nos deux quotidiens avaient pour point commun d’être des journaux intellectuels, peu soucieux du succès commercial, et dont le lectorat n’était composé ni d’hommes d’affaires, ni de riches, mais plutôt de gens dotés d’un caractère bien trempé, possédant un sens critique et engagés politiquement, qui ne se laissaient pas soumettre comme des moutons dociles. Les points de vue et les méthodes différaient, mais sur le plan de la structure de l’entreprise et des relations entre les employés, les deux journaux étaient proches l’un de l’autre dans le sens qu’il y régnait un esprit de groupe propre au militantisme.

  • 139 Soejima Taneomi 副島種臣 (1828-1905). Politicien d’origine guerrière hanshi du fief de Saga, il partici (...)

38Au moment de l’échec de la politique d’européanisation, le Nippon s’insurgea violemment contre la politique gouvernementale, en suivant la vague générale de désapprobation. De plus, il était protégé par des personnalités au bras long, car parmi ses sympathisants, on comptait non seulement des anciens combattants de l’époque shôgunale, des anciens dignitaires comme le comte Soejima139 et des vieux intellectuels issus des universités, mais aussi, en province, des groupes de pression – pour ne pas dire mafieux – dont la seule évocation du nom suffisait à faire frémir la population, et par conséquent, ce n’était pas chose aisée que de faire face à un tel concurrent.

  • 140 Fukumoto Nichinan 福本日南 (1957-1921). Journaliste politique d’origine guerrière hanshi du fief de Fuk (...)
  • 141 Kokubu Seigai 国分青厓 (1857-1944) entre au Nippon dès l’année de création en 1889 et se fait connaître (...)
  • 142 Masaoka Shiki 正岡子規 (1867-1902) est l’un des poètes majeurs de sa génération. Rénovateur du haïku et (...)
  • 143 Nakamura Fusetsu 中村不折 (1866-1943). Peintre de style occidental, il étudie en France auprès du peint (...)
  • 144 Ikebe Sanzan 池辺三山 (1864-1912). Journaliste natif de Kumamoto. Dans sa jeunesse, il participe à la r (...)

39Quelle que soit la problématique ou quel que soit le style d’écriture, il y avait dès le départ dans sa maison d’édition Nippon shinbunsha quelqu’un de la trempe d’un Fukumoto Nichinan140, qui savait écrire de manière inégalable. À vrai dire, il y avait du beau monde dans sa rédaction : pour ce qui était de la poésie, il y avait Kokubu Seigai141, l’un des meilleurs poètes de son temps, pour la littérature, il y avait Masaoka Shiki142, comme illustrateur, il y avait Nakamura Fusetsu143, et comme correspondant à l’étranger, il y avait Ikebe Sanzan144.

40Personnellement, j’étais en bons termes avec Kuga dès le début, mais au sein de la société d’édition Nippon shinbunsha se trouvait une poignée de gens qui n’étaient pas loin de me haïr, sans doute parce qu’ils me considéraient comme un marginal.

  • 145 Fukai Eigo 深井英五 (1871-1945). Économiste et banquier originaire de Miyazaki, il fait des études à l’ (...)

41Après l’épisode de l’« Alliance des six courants » et de ma prise de position sur la ligne dure envers l’étranger, il m’arrivait fréquemment de me rendre au siège du Nippon pour discuter en toute amitié de choses et d’autres. Quand le Kokumin shinbun fut frappé de suspension de publication, j’allai, accompagné de Fukai Eigô145, à la maison d’édition du Nippon, qui se trouvait dans le quartier de Kijichô à Kanda, pour y déposer nos manuscrits afin qu’ils fussent publiés dans le Nippon. Certains trouveront cela plutôt surprenant, mais parfois, dans les moments de fièvre politique, il arrive que certains, même s’ils sont différents, soient amenés à s’associer, alors que d’autres, même s’ils sont semblables, se voient obligés de se séparer.

42Dans le cas que je viens de citer, le Kokumin shinbun et le Nippon présentaient en tous points des caractéristiques antinomiques, que ce soit par leur histoire, par leur discours ou par leur style, et bien que leur lectorat fût situé aux extrêmes opposés – le Nippon plaisait aux inflexibles et le Kokumin shinbun aux gens pressés – ils se valaient, l’un et l’autre, par le rôle qu’ils jouaient dans la société.

  • 146 Gokurakuji 極楽寺 est un temple de la secte Shingon fondé en 1259 par le moine Ninshô (忍性, 1217-1303).
  • 147 「漢何ゾ楚人の多きや」 est une phrase célèbre tirée du Shiki (史記 « Chronique historique », ier siècle avant J. (...)

43À l’époque, je ne me mesurais à aucun autre journal, seul le Nippon m’intéressait. Les tirages étaient quasiment identiques. Je n’ai pas les chiffres exacts en tête, mais cela devait se situer autour de 60 % pour le Nippon et 40 % pour le Kokumin shinbun, ou bien 55 % pour le Nippon, et 45 % pour le Kokumin shinbun. Après la guerre russo-japonaise, Kuga tombé malade fut obligé de vendre son journal, et se retira du monde pour se soigner au temple Gokurakuji à Kamakura146. Mais lorsqu’il apprit qu’un certain nombre de journalistes du Nippon avaient été accueillis dans la rédaction du Kokumin shinbun, il me fit parvenir une lettre dans laquelle il exprimait son émotion avec les mots suivants : « Les Han s’étonnent du grand nombre d’hommes de So »147. À vrai dire, je pense que l’émotion que je ressentis à la réception de cette lettre était encore plus profonde que celle exprimée par son auteur.

  • 148 Ayant connu de graves difficultés financières suite au grand tremblement de terre du Kantô en 1923, (...)

44Kuga quitta bientôt ce monde, et après cela je continuai finalement à vivre une vie banale jusqu’à maintenant, mais récemment, j’ai été à mon tour obligé de me séparer du Kokumin shinbun148, certes dans un contexte différent et d’une autre manière, cependant j’ai retenu fortement cette leçon que dans la vie, vraiment, les choses ne se déroulent jamais comme on le prévoit.

Les expressions « dureté face à l’étranger » et « diplomatie autonome »149

  • 149 Taigaikô 対外硬 et jishuteki gaikô 自主的外交.

45Je dois avouer que, personnellement, j’avais un peu de mal à m’émerveiller de cette notion de ligne dure envers l’étranger. Pour moi, la question n’était pas de définir une ligne dure ou une ligne molle en matière de politique étrangère. Simplement, je considérais que la diplomatie ne consistait pas à courir éternellement derrière les autres pays et que notre diplomatie devait s’employer à mettre en valeur notre propre pays. C’est la raison pour laquelle je considère que le terme de « diplomatie autonome » était plus approprié.

46Dès cette époque, j’avais émis une opinion favorable concernant la cohabitation avec les étrangers sur notre territoire. Par ailleurs, je défendais déjà l’utilisation de l’alphabet occidental en raison de sa facilité d’emploi dans certains domaines. De la même façon que le Japon s’était approprié l’écriture chinoise, la littérature chinoise ou les institutions chinoises, j’étais persuadé qu’il fallait maintenant se mettre à l’heure de la civilisation occidentale. Dans ce sens, mon point de vue différait largement de ceux qui, parmi les défenseurs de la ligne dure envers les étrangers, prônaient l’interdiction de libre circulation des étrangers sur notre territoire.

47Et donc, craignant d’être mis dans le même sac que les défenseurs de la ligne dure, je créai cette expression de « diplomatie autonome », essayant d’en faire une expression communément admise. À cet effet, comme j’étais moi-même très occupé, je demandai à l’un de mes collaborateurs de réaliser un petit fascicule intitulé Diplomatie autonome, que je fis publier par ma société d’édition Minyûsha, qui n’était autre que ma société Kokumin shinbunsha, mais avec un nom différent.

48Petit à petit, l’expression « dureté face à l’étranger » finit par disparaître et par n’être employée que dans le contexte de cette époque, tandis que celle de « diplomatie autonome » lui a survécu, et est encore largement utilisée à l’heure actuelle.

  • 150 Kizokuteki kyûshin ronsha 貴族的急進論者.
  • 151 Konoe Atsumaro 近衞篤麿 (1863-1904). D’origine noble, petit-fils du Grand chancelier (Kanpaku, 関白) Kono (...)
  • 152 Nijô Motohiro 二条基弘 (1859-1912). D’origine noble, membre de la Chambre des Pairs à partir de 1890, c (...)
  • 153 Takashima Tomonosuke 高島鞆之助 (1844-1916). Général d’armée. Ministre de la Guerre sous le premier et d (...)
  • 154 Kabayama Sukenori 樺山資紀 (1837-1922). Militaire, ministre de la Marine de 1890-1892. Il participe aux (...)

49Comme je l’ai déjà expliqué précédemment, j’ai perdu un grand nombre d’amis durant cette campagne, que ce soit du côté des partisans de l’occidentalisation, ou plus exactement de ceux que j’appelle les « radicaux aristocratiques »150, ou que ce soit du côté des militants de l’ex-Parti libéral, mais d’un autre côté, cela m’a donné l’opportunité de me rapprocher de personnalités avec lesquelles jusqu’à présent je n’avais ni liens ni attaches. Par exemple, à l’occasion du mouvement de l’« Alliance des six courants », j’ai pu rencontrer, voire même établir des relations avec le duc Konoe Atsumaro151, le duc Nijô Motohiro152 ou le général Tani Takeki, mais aussi avec des personnalités issues du fief de Satsuma, comme le vicomte Shinagawa Yajirô, le vicomte Takashima Tomonosuke153 ou le comte Kabayama Sukenori154.

  • 155 Après la chute du cabinet Itagaki-Ôkuma fin 1898, le cabinet Yamagata révisa le principe selon lequ (...)
  • 156 Hôtô oki no tatakai 豊島沖の戦い constitue le point de départ de la guerre sino-japonaise avec l’attaque (...)
  • 157 Seikan no tatakai 成歓の戦い ou bataille de Seonghwan, également nommée Asan no tatakai 牙山の戦い, est la pr (...)
  • 158 La « Proclamation impériale relative à l’entrée en guerre contre la Chine » (Shinkoku ni taisuru se (...)

50Toutefois, cette campagne présageait déjà les grands changements à venir en Asie orientale, et devant l’imminence de l’affrontement avec la Chine sur le territoire coréen, la révision des traités avec les Occidentaux se transforma en problème de diplomatie autonome face à la Corée. Le mouvement d’alliance s’intéressa alors davantage aux problèmes d’actualité. Au début, je m’étais engagé contre la politique menée par les militaires en préconisant une politique dirigée par des ministres civils155, tout comme j’étais opposé à l’entrée en guerre contre la Chine en prônant le pacifisme. Mais pour ce qui était du problème de la Corée, lorsque je me rendis compte de l’attitude extrêmement hégémonique de la Chine qui s’apprêtait à annexer la Corée, à menacer nos intérêts, et à mettre en grand danger la défense nationale de notre patrie impériale, je me mis à encourager fortement l’envoi de troupes en Corée. Si le Kokumin shinbun n’était pas le seul à stimuler cette campagne militaire, il n’y a aucun doute qu’il figurait parmi les premiers à le faire. Puis ce fut la bataille navale au large des îles Hôtô156, à laquelle succédèrent les batailles de Seikan ou Asan157, et bientôt la guerre fut déclarée à la Chine par Proclamation impériale158. Avec elle, tous les conflits politiques qui avaient fait rage jusqu’alors se turent complètement durant un bon moment.

Notes

100 Nakajima Nobuyuki 中島信行 (1846-1899). Homme politique originaire de Tosa, il était d’abord marié avec la sœur de Mutsu Munemitsu (décédée en 1877). Sa deuxième épouse était la féministe et écrivaine Kishida Toshiko 岸田俊子 [Nakajima Shôen 中島湘煙] (1863-1901). Nakajima prend part à la Restauration puis devient fonctionnaire du nouveau gouvernement, mais démissionne pour suivre Itagaki, et devient vice-président du Parti libéral. Après un séjour d’études en Europe, il sera élu député de Kanagawa et président de la première assemblée parlementaire. Ambassadeur en Italie en 1893, il sera nommé à la Chambre des Pairs (kizoku.in) en 1896 et anobli au rang de comte.

101 Hayashi Yûzô 林有造 (1842-1921). Guerrier originaire de Tosa, il participe à la Restauration de Meiji aux côtés d’Itagaki Taisuke. Nommé préfet de Kôchi par le nouveau gouvernement, il démissionne en 1873 pour suivre Itagaki et se lancer dans l’opposition. En 1877, il sera pris et emprisonné pour avoir voulu organiser la révolte des guerriers de Tosa. Par la suite, il sera l’un des piliers de la faction de Tosa au sein du Parti libéral d’Itagaki Taisuke. Élu dès la première assemblée en 1890, il sera ministre des Postes sous le premier cabinet Ôkuma (1898) et ministre de l’Agriculture et du commerce sous le quatrième cabinet Itô (1900). Il se retire de la politique en 1908 pour se lancer dans les affaires et contribuer au développement de sa région natale.

102 Takeuchi Tsuna 竹内綱 (1839-1922). Politicien et homme d’affaires originaire de Tosa, il prend part à la Restauration aux côtés de Gotô Shôjirô. Il entre dans la fonction publique en 1870 et démissionne en 1873 après la querelle sur la mise à la raison de la Corée. En 1877, il sera emprisonné un an pour avoir organisé, avec Hayashi Yûzô, la révolte des guerriers de Tosa. À partir de 1890, il sera élu député à trois reprises, prendra la tête de la faction de Tosa et sera par ailleurs très actif dans le monde des affaires (chemin de fer, mines de charbon).

103 Intitulé Muketsuchû 無血虫 littéralement « insecte dénué de sang », ce texte fustige les gens cruels et insensibles. Les partis libéraux réclamaient une réduction des impôts et une diminution des dépenses militaires, ce qui aurait permis un allègement du fardeau de la population.

104 La raison officielle de la démission de Nakae Chômin était son mauvais état de santé résultant d’une trop forte consommation d’alcool, mais il est entendu que son départ était un acte de protestation contre la trahison de la faction Tosa, qui avait voté le budget avec les députés des partis gouvernementaux.

105 Yasuba Suenobu 安場末喜 (1858-1930). Industriel et homme politique. Originaire de Kumamoto, fils adoptif de la maison Yasuba, il hérite du titre de baron de sa famille adoptive en 1899. Après des études à Keiô et un séjour aux États-Unis en 1890, il se consacre à l’entreprenariat (textile, sucrerie, ciment, exploitation minière à Taïwan sous le gouvernement d’occupation japonaise). Membre de la Chambre des Pairs à partir de 1904.

106 Matsudaira Masanao 松平正直 (1844-1915). Haut fonctionnaire et politicien conservateur, guerrier hanshi originaire du fief de Fukui. Toute sa carrière se déroule dans l’administration. Membre de la Chambre des Pairs, puis du Sûmitsu.in après son anoblissement au titre de comte en 1900.

107 Troubles des ères Hôgen 保元 (1156) et Heiji 平治 (1159). Conflits ayant pour arrière-plan des rivalités pour la succession impériale, au cours desquels les Fujiwara alliés aux clans Taira et Minamoto se sont affrontés dans des luttes fratricides.

108 「ことさらにかき乱さずば山里の水もかく迄濁らざらまし」.

109 Noda Utarô 野田卯太郎 (1853-1927). Homme politique originaire de la région de Fukuoka. Dans sa jeunesse, il participe au Jiyûminken undô. Député du Seiyûkai à partir de 1898, il reste proche d’Inoue Kaoru et sert de lien entre le gouvernement, les milieux de la finance et les partis politiques. Ministre des Postes sous le cabinet Hara (1918), puis ministre du Commerce et de l’industrie sous le cabinet Katô (1925).

110 Nagae Junichi 永江純一 (1953-1917). Entrepreneur et homme politique, il participe au Jiyûminken undô aux côtés de Noda Utarô, puis devient conseiller départemental de Fukuoka en 1886. Actif dans la création d’entreprises liées au charbon et à l’industrie textile. Au moment des élections de 1892, il est blessé à la jambe gauche lors d’une escarmouche avec des activistes des partis conservateurs soutenant le gouvernement de factions et le cabinet Matsukata.

111 La soupe de Satsuma, Satsumajiru 薩摩汁, est un plat très consistant fait à base de viande de porc, de patate douce et de légumes variés, réputé pour donner du cœur aux guerriers.

112 Chaya, chamise ou saten 茶店 est une maison de thé traditionnelle, souvent une sorte de petit cabanon en bois ouvert sur l’extérieur ou protégé par de simples auvents. Le terme saten est aussi utilisé comme abréviation de kissaten 喫茶店, qui correspond actuellement à un café de type occidental.

113 Takada Akira 高田露 (1854-1915). Homme politique, d’origine guerrière hanshi du fief de Kumamoto. Il participe à la guerre du sud-ouest dans le camp de Saïgô Takamori, puis milite au Jiyûminken. Il sera député du Seiyûkai, élu quatre fois à partir de 1902.

114 Ville portuaire située à Kyûshû sur le détroit de Shimonoseki, en face de l’île principale Honshû, Kokura est connue pour avoir échappé à la bombe atomique du 9 août 1945, qui, pour des raisons météorologiques, n’a pas été larguée sur sa cible initiale, mais sur la ville industrielle de Nagasaki. Kokura et Moji, les deux villes dont il est question dans le texte, sont intégrées depuis 1963 dans l’agglomération urbaine de Kitakyûshû.

115 Matsuda Masahisa 松田正久 (1945-1914). Politicien de parti, d’origine guerrière hanshi du fief de Hizen (département de Saga). Sur ordre de son fief, il étudie le français et le droit étranger auprès de Nishi Amane, puis intègre l’armée et se rend en France pour y étudier les arts militaires. À son retour, il quitte l’armée et se lance dans la lutte pour les droits des citoyens où il prône le radicalisme à la française. Co-fondateur, avec Saionji Kinmochi, du Tôyô jiyû shinbun 東洋自由新聞 en 1881. Président du Conseil départemental de Nagasaki, il est élu député du Parti libéral Jiyûtô en 1890. Il sera nommé ministre des Finances en 1898, puis ministre de la Justice tout en faisant partie des cadres du Seiyûkai dirigé par Hara Takashi et Saionji Kinmochi.

116 L’hôtel Impérial de Tôkyô 帝国ホテル a été inauguré en juillet 1890. Il a été construit sur initiative d’Inoue Kaoru et jouxtait la salle de bal à l’occidentale Rokumeikan, devenue symbole de la politique d’occidentalisation à outrance menée par ce dernier.

117 Lord Randolph Henry Spencer Churchill (1849-1895). Homme d’état britannique, père du Premier ministre Winston Churchill. Député à l’âge de vingt-cinq ans, politicien conservateur mais favorable à certaines réformes démocratiques, il était célèbre pour sa rhétorique incisive et son caractère tranchant. Peut-être Mutsu Munemitsu, surnommé par ses contemporains Kamisori Mutsu ou Kamisori daijin (« Mutsu-lame-de-rasoir » ou « ministre-lame-de-rasoir ») s’est-il inspiré de son modèle britannique.

118 La résidence secondaire officielle d’Itô Hirobumi, appelée Sôrôkaku 滄浪閣 a été achevée en 1890 dans la ville historique d’Odawara, située dans le département de Kanagawa.

119 Itô Miyoji 伊東巳代治 (1857-1934). Haut fonctionnaire et politicien ultra-conservateur originaire de Nagasaki. Directeur du Tôkyô nichi nichi shinbun de 1891 à 1904. Membre du Sûmitsu.in, il s’engage pour le maintien de la souveraineté absolue de l’empereur, prône l’expansionnisme et sera, dans les années trente, un fervent partisan de l’occupation de la Chine.

120 Hoshi Tôru 星亨 (1850-1901) étudie le droit en Angleterre de 1874 à 1877, puis entre au ministère de la Justice. Il adhère au Parti libéral en 1882. Député en 1892, il est ambassadeur aux États-Unis de 1896 à 1898. Sous le premier cabinet Ôkuma, il pousse à la division du Kenseitô et joue un rôle décisif dans le nouveau Kenseitô bâti sur l’ancien Jiyûtô. En 1900, il participe à la création du Rikken seiyûkai. Il sera assassiné en 1901.

121 On appelle Waihan naikaku (隈板内閣 « Cabinet Ôkuma-Itagaki », de juin à novembre 1898) le gouvernement de coalition du Parti constitutionnel Kenseitô 憲政党 formé par l’alliance entre le Parti libéral Jiyûtô 自由党 et le Parti progressiste Shinpotô 進歩党. Ôkuma cumulait les fonctions de Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, tandis qu’Itagaki Taisuke était ministre de l’Intérieur. Le parti sera dissous au bout de quelques mois suite à des querelles internes.

122 Taigai kôroppa 対外硬六派, abrégé en kôroppa, désigne les six courants qui réclamaient l’adoption d’une ligne dure vis-à-vis des étrangers. L’alliance fut créée entre la fin de 1893 et le début de 1894, et réunissait pour la première fois les partis ultra-conservateurs et les partis libéraux issus du mouvement Jiyûminken, comme le Parti libéral, le Parti de la liberté d’Orient, ou le Parti progressiste. Les groupes qui lui étaient affiliés étaient : Dai Nippon Kyôkai 大日本協会 « Association du Grand Japon », Tôyô Jiyûtô 東洋自由党 « Parti de la liberté d’Orient », Dômei Kurabu 同盟倶楽部 « Club de l’alliance », Rikken Kaishintô 立憲改進党 « Parti progressiste constitutionnel », Kokumin Kyôkai 国民協会 « Association du peuple », et Seimu chôsakai 政務調査会 « Association d’enquête sur l’administration politique ».

123 Amiral Saïgô Tsugumichi 西郷従道 (1843-1902), frère cadet de Saïgô Takamori. Ministre de l’Intérieur en 1890, il sera ministre de la Marine entre 1893 et 1898.

124 Kataoka Kenkichi 片岡健吉 (1843-1903). Bras droit d’Itagaki Taisuke. Originaire de Tosa, envoyé par son ancien fief en Europe et aux États-Unis entre 1871 et 1872. Officier de la marine, il démissionne en 1873 suite au seikanron et retourne dans sa région pour se consacrer au développement du mouvement libéral. Il participe à la création de l’Aikokusha, puis du Risshisha, et préside les congrès nationaux du Kokkaikisei dômei. En 1881, il devient directeur du journal Kôchi shinbun 高知新聞 et fonde la branche régionale du Parti libéral, Kainan jiyûtô. Vers le milieu des années 1880, il se convertit au christianisme et jouera un rôle actif dans diverses organisations d’affiliation religieuse (YMCA, Dôshisha). En 1900, il participe à la fondation du Rikken seiyûkai, mais s’opposant à Itô, il quitte le parti en 1903.

125 Okazaki Kunisuke 岡崎邦輔 (1853-1936). Homme politique, bras droit de Mutsu Munemitsu. D’origine guerrière du fief de Kii (département de Wakayama), il part aux États-Unis avec Mutsu et étudie à l’université de Michigan. Successivement député du Jiyûtô, du Kenseitô et du Seiyûkai à partir de 1891, il sera ministre de l’Agriculture sous le cabinet Katô Takaaki (1925) et membre de la Chambre des Pairs.

126 Kuga Katsunan 陸羯南 (1857-1907). De son vrai nom Tanaka Minoru 田中実. D’origine guerrière hanshi du fief de Tsugaru (département d’Aomori), il étudie le droit français à l’école de droit du ministère de la Justice mais n’achève pas ses études. Employé au secrétariat du Dajôkan, il démissionne en 1888 et crée le journal Tôkyô denpô 東京電報 « La dépêche de Tôkyô ». S’opposant violemment à l’occidentalisation à outrance, dénonçant les insuffisances des traités destinés à remplacer les anciens traités inégaux, il crée en 1889 le quotidien Nippon 日本, dont il sera à la fois le directeur et le rédacteur en chef jusqu’à sa mort. Son influence sur la pensée politique de son temps, à l’instar de Tokutomi Sohô, est considérable. Le nationalisme de Kuga repose sur l’idée d’unité de la nation en tant que peuple, kokumin, et de l’indépendance de la nation en tant qu’État, kokken. Il laisse de nombreux écrits.

127 Shiga Shigetaka 志賀重昂 (1863-1927) Penseur, politicien et géographe. D’origine guerrière hanshi du fief d’Okazaki (département d’Aïchi), il fait des études à Tôkyô puis à l’Institut agronomique de Sapporo. En 1886, il embarque sur un navire de guerre et visite les îles du Pacifique où il assiste au partage des souverainetés entre les puissances occidentales. L’année suivante, il publie Nanyô jiji 南洋時事 « Actualités du Pacifique sud ». En 1887, il fonde la société politique nationaliste Seikyôsha 政教社 aux côtés de Miyake Setsurei 三宅雪嶺 (1860-1945) et crée avec lui la revue Nihonjin 日本人 « Japonais ». Par la suite il sera l’un des promoteurs du mouvement pour une attitude ferme envers les étrangers. Membre de divers partis politiques, secrétaire d’État aux Eaux et forêts du ministère de l’Agriculture en 1897, il sera élu deux fois à la Chambre des députés. Il quittera le monde politique en 1904 pour se consacrer à l’écriture et aux voyages. Parmi ses nombreux ouvrages, Shirarezaru kuniguni (« Provinces inconnues »), et Nihon fûkeiron 日本風景論 « Considérations sur les paysages japonais » (1894) a obtenu un énorme succès et a grandement influencé le sens de l’esthétique et la perception des paysages japonais de ses contemporains.

128 Tani Tateki 谷 干城 (1837-1911). Militaire et homme politique. D’origine guerrière hanshi du fief de Tosa (actuel département de Kôchi), issu d’une famille se situant dans le courant nationaliste du shintoïsme. Dans les années 1860, il participe au mouvement pro-impérial et xénophobe sonnô jôi puis s’illustre en tant que chef de l’armée impériale dans la guerre de boshin, contribuant à la défaite des troupes shôgunales dans le nord-est (fiefs d’Aïzu-Wakamatsu). Nommé à la tête de l’armée impériale à partir de 1871, il réprime les révoltes des samouraïs de Saga (1874), et de Kumamoto (1877), où il résiste au siège du château par les troupes de Saïgô Takamori. Sa carrière militaire se poursuit jusqu’en 1881, date à laquelle il fonde le parti conservateur Chûseitô (中正党). Il devient président de l’université Gakushûin en 1884. Nommé ministre de l’Agriculture et du commerce sous le premier cabinet Itô (1885), il quitte le gouvernement l’année suivante à cause de ses divergences de vue sur la politique étrangère menée par Inoue Kaoru. En qualité de rédacteur du journal Nippon de Kuga Katsunan, il développe ses thèses du « japonisme » (nipponshugi 日本主義) qui s’inscrivent dans la mouvance du nationalisme (kokusuishugi 国粋主義 littéralement « doctrine de l’essence nationale »), qui se développe en réaction aux négociations des traités inégaux sous Inoue et Ôkuma à la fin des années 1880. Membre de la Chambre des Pairs à partir de 1890, il sera anobli au rang de vicomte.

129 Torio Koyata 鳥尾小弥太 (1848-1905). Militaire et politicien ultra-conservateur, d’origine guerrière hanshi du fief de Chôshû. Membre du Conseil privé (1888) et de la Chambre des Pairs (1890, puis 1895).

130 Miura Gorô 三浦梧楼 (1847-1926). Militaire et haut fonctionnaire d’origine guerrière hanshi du fief de Chôshû. Nommé Résident en Corée en 1895 en tant que successeur d’Inoue Kaoru, il est responsable de l’assassinat de la reine Min (impératrice Myeongseong). Membre du Conseil privé à partir de 1910.

131 Kômuchi Tomotsune 神鞭知常 (1845-1905). Haut fonctionnaire, député ultra-conservateur, membre de l’organisation ultra-nationaliste Kokumin dômeikai 国民同盟会 autour de Tôyama Mitsuru et Torio Koyata, et de la société anti-russe Tairo dôshikai 対露同志会 créée en 1903 par Konoe Atsumaro.

132 Takahashi Kenzô 高橋健三 (1855-1898). Fils d’un guerrier rônin, né à Edo, il entre à l’école Nankô (actuelle université de Tôkyô) et devient fonctionnaire en 1878, d’abord au ministère des Postes, puis à celui des Communications, où il participe à la publication du journal officiel, Kanpô, à partir de 1883. En 1889, il est nommé chef de ce service. Mais s’étant rapproché des idées nationalistes prônées par Kuga Katsunan, il démissionne en 1892 et entre au Ôsaka Asahi shinbun. Ayant été envoyé en France pour l’achat d’une rotative Marinoni pour le compte du gouvernement, il fera bénéficier l’Asahi de ses contacts pour y importer une rotative du même type. Il sera également rédacteur la revue Nijûroku seiki (二十六世紀 « Vingt-sixième siècle ») éditée par l’Ôsaka Asahi shinbun. Il s’opposera violemment au principe de cohabitation des étrangers à travers une série d’articles intitulés Naichi zakkyôron (内地雑居論 « Points de vue sur la cohabitation sur le sol japonais ») publiés dans l’Ôsaka Asahi shinbun.

133 Sugiura Jûgô [Shigetake] 杉浦重剛 (1855-1924). D’origine hanshi du fief de Shiga. Études à l’école Nankô et en Angleterre. Directeur de l’École préparatoire de l’université de Tôkyô 東京大学予備門 et de l’École anglaise de Tôkyô (東京英語学校, actuellement Nihon gakuen kôkô) en 1885. Fondateur avec Miyake Setsurei (三宅雪嶺) du parti nationaliste Seikyôsha (政教社), dont il sera député.

134 Komura Jutarô 小村壽太郎 (1855-1911). Diplomate et homme d’état d’origine guerrière. Il entre au ministère des Affaires étrangères en 1884. Il signe notamment l’alliance nippo-anglaise en 1901 et le traité de Portsmouth qui met fin à la guerre russo-japonaise en 1905. Ministre des Affaires étrangères sous le deuxième cabinet Katsura (1908-1911) il est en fonction lors de l’annexion de la Corée. En 1911, il parvient à rétablir l’intégralité des traités inégaux en obtenant l’autonomie des tarifs douaniers, cela après plus d’un demi-siècle d’âpres négociations.

135 Quartier situé dans l’arrondissement de Shinjuku.

136 Wada Masanaga 和田正脩 ( ?- ?) est un ami de longue date de Sohô. Membre du Kumamoto bando, il étudie à Dôshisha, puis séjourne environ cinq ans en Belgique, où il apprend non seulement le français mais aussi le russe. Il sera principalement enseignant d’anglais à l’université de Waseda, journaliste au Tôkyô nichi nichi shinbun et homme d’affaires. Grand voyageur, ce polyglotte qui fut un temps proche d’Ôkuma Shigenobu semble avoir également passé sept ou huit ans en France juste avant le tremblement de terre du Kantô en 1923.

137 Yashi 野史 est une appellation abrégée de Dainippon yashi 大日本野史, un important ouvrage historique en 291 volumes rédigé en chinois classique, achevé en 1852.

138 Le caractère jitsu ou minoru du prénom de Kuga s’écrivait 實 selon la graphie de l’époque, ce qui laisse à penser que les deux caractères 貫 et 宇 figurant dans le titre étaient les deux composantes de ce même caractère.

139 Soejima Taneomi 副島種臣 (1828-1905). Politicien d’origine guerrière hanshi du fief de Saga, il participe d’abord au mouvement xénophobe sonnô jôi avec son père, adepte des études nationales kokugaku 国学 puis étudie l’anglais à Nagasaki auprès du missionnaire d’origine hollandaise Guido Verbeck (1830-1898). Actif lors de la lutte pour la Restauration, il est nommé Conseiller de second rang, sanyô, mais démissionne suite à la discussion sur la mise à la raison de la Corée, seikanron 征韓論, en 1873. Il reviendra au gouvernement en 1878 et sera nommé au Conseil privé Sûmitsu.in 枢密院 en 1888. Il sera ministre de l’Intérieur sous le cabinet Matsukata (1892).

140 Fukumoto Nichinan 福本日南 (1957-1921). Journaliste politique d’origine guerrière hanshi du fief de Fukuoka, il crée le journal Nippon avec Kuga Katsunan et rédige d’innombrables éditoriaux. À partir de 1905, il dirige le journal Kyûshû Nippô (九州日報) qui possédait des liens avec la société secrète ultra-nationaliste et expansionniste Genyôsha (玄洋社 « Océan noir »).

141 Kokubu Seigai 国分青厓 (1857-1944) entre au Nippon dès l’année de création en 1889 et se fait connaître par sa rubrique « Bois de la critique » (Hyôrin 評林) où il publie des poèmes satiriques de style classique kanshi. À côté de son travail d’écriture, il sera également professeur à l’université de Tôkyô à partir de 1924.

142 Masaoka Shiki 正岡子規 (1867-1902) est l’un des poètes majeurs de sa génération. Rénovateur du haïku et du tanka, son œuvre est particulièrement représentative de l’époque Meiji. Fondateur de la revue littéraire Hototogisu (ホトトギス « Coucou »), collaborateur au journal Nippon de Kuga Katsunan à partir de 1892, il s’engage comme correspondant de guerre lors du conflit sino-japonais en 1894-95, mais contracte la tuberculose à son retour. Hormis ses essais, ses romans et une vaste œuvre poétique, il laisse un journal personnel illustré intitulé Byôshô rokushaku (病牀六尺 « Un lit de malade, six pieds de long », 1902).

143 Nakamura Fusetsu 中村不折 (1866-1943). Peintre de style occidental, il étudie en France auprès du peintre et sculpteur Jean-Paul Laurens. Il est l’un des peintres représentatifs de la Société des arts du Pacifique (Taiheiyô bijutsukai 太平洋画会) créée en 1889 par Asaï Chû 浅井忠 (1856-1907) et Koyama Shôtarô 小山正太郎 (1857-1916).

144 Ikebe Sanzan 池辺三山 (1864-1912). Journaliste natif de Kumamoto. Dans sa jeunesse, il participe à la révolte de Satsuma, puis fait des études à l’université Keiô. À partir de 1894, il contribue au Nippon avec ses « Lettres de Paris » (Parî tsûshin 巴里通信), rédigées sous le pseudonyme Tekkonron 鉄崑崙. Il entre au Ôsaka Asahi shinbun en 1896, et au Tôkyô Asahi shinbun en 1897, où ses éditoriaux témoignent de son engagement pour la guerre contre la Russie. Il est à l’origine de la création du feuilleton littéraire du Tôkyô Asahi et invite des écrivains célèbres comme Futabatei Shimei ou Natsume Sôseki à rejoindre la rédaction. Il est également l’auteur d’essais biographiques sur Ôkubo Toshimichi, Itô Hirobumi ou Iwakura Tomomi.

145 Fukai Eigo 深井英五 (1871-1945). Économiste et banquier originaire de Miyazaki, il fait des études à l’École d’études anglaises de Dôshisha (Dôshisha eigakkô 同志社英学校). Il est employé par Tokutomi Sohô à la société d’édition du Kokumin shinbun en 1891 et s’occupe notamment de la rédaction du « Far East » (édition anglaise du Kokumin no tomo). Après l’arrêt de publication de la revue, sur recommandation de Sohô, il est employé comme secrétaire du ministre des Finances Matsukata Masayoshi (1900), mais ce dernier démissionnera trois mois plus tard. En 1901, il entre à la Banque du Japon où il poursuivra le reste de sa carrière. Membre de la Chambre des Pairs à partir de 1937 et du Conseil privé à partir de 1938.

146 Gokurakuji 極楽寺 est un temple de la secte Shingon fondé en 1259 par le moine Ninshô (忍性, 1217-1303).

147 「漢何ゾ楚人の多きや」 est une phrase célèbre tirée du Shiki (史記 « Chronique historique », ier siècle avant J.-C. - ier siècle après J.-C.) de l’historien chinois Sima Qian 司馬遷, dans laquelle un général de l’armée des Han exprime sa surprise en découvrant la trahison de nombreux soldats du peuple So qu’il avait supposés fidèles aux Han.

148 Ayant connu de graves difficultés financières suite au grand tremblement de terre du Kantô en 1923, Sohô est obligé de céder son journal en 1929.

149 Taigaikô 対外硬 et jishuteki gaikô 自主的外交.

150 Kizokuteki kyûshin ronsha 貴族的急進論者.

151 Konoe Atsumaro 近衞篤麿 (1863-1904). D’origine noble, petit-fils du Grand chancelier (Kanpaku, 関白) Konoe Tadahiro 近衛忠煕. En 1884, il voyage en Autriche, étudie le droit dans les universités de Bonn et de Leipzig, et retourne au Japon en 1890. La même année il devient membre de la Chambre des Pairs. À partir de 1895, il sera président de l’université Gakushû.in et président de la Chambre des Pairs et fonde la société pan-asiatique Tōa Dōbunkai (東亜同文会) dont le siège sera transféré à Shanghaï en 1901. À côté de sa propagande panasiatique, Konoe est connu pour sa virulente politique anti-russe. Il est fondateur de la société anti-russe (対露同志会 Tairo Dōshikai, 1903) mais meurt peu avant l’éclatement de la guerre russo-japonaise.

152 Nijô Motohiro 二条基弘 (1859-1912). D’origine noble, membre de la Chambre des Pairs à partir de 1890, conseiller du Palais impérial à partir de 1907.

153 Takashima Tomonosuke 高島鞆之助 (1844-1916). Général d’armée. Ministre de la Guerre sous le premier et deuxième cabinet Matsukata (1881 et 1896). Membre du Conseil privé entre 1892 et 1896, puis à partir de 1899 jusqu’à la fin de sa vie.

154 Kabayama Sukenori 樺山資紀 (1837-1922). Militaire, ministre de la Marine de 1890-1892. Il participe aux batailles navales de la guerre sino-japonaise et dirige les forces japonaises lors de l’invasion de Taïwan (1895). Membre du Conseil privé.

155 Après la chute du cabinet Itagaki-Ôkuma fin 1898, le cabinet Yamagata révisa le principe selon lequel les ministères étaient occupés par des membres issus des partis majoritaires (sous Itagaki et Ôkuma, à part le ministre des Armées, tous ces postes avaient été occupés par les membres de leur parti d’alliance Kenseitô 憲政党). L’année suivante, Yamagata décida que seuls des généraux hauts gradés en exercice pouvaient devenir ministres des Armées (système appelé gunbudaijin geneki bukansei 軍部大臣現役武官制).

156 Hôtô oki no tatakai 豊島沖の戦い constitue le point de départ de la guerre sino-japonaise avec l’attaque par la flotte japonaise de navires transportant des troupes chinoises au large des îles coréennes de Hôtô (Pungdo en coréen ou Feng-tao en chinois), le 25 juillet 1894.

157 Seikan no tatakai 成歓の戦い ou bataille de Seonghwan, également nommée Asan no tatakai 牙山の戦い, est la première bataille décisive menée sur le Continent le 29 juillet 1894.

158 La « Proclamation impériale relative à l’entrée en guerre contre la Chine » (Shinkoku ni taisuru sensen no shôchoku 清国ニ対スル宣戦ノ詔勅) est promulguée le 1er août 1894.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search