Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Sohô jiden. « Mémoires de Sohô »

L’époque de la publication du Kokumin shinbun

Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

Préparatifs en vue de la publication du Kokumin shinbun (I)

1Initialement, lorsque je décidai de devenir journaliste, je n’avais pas prévu de publier un quotidien. Si je mets les choses dans l’ordre, mon unique objectif, à cette époque-là, était simplement de devenir journaliste, mais pour pouvoir développer totalement toutes mes possibilités en tant que journaliste, il fallait absolument que j’aie les coudées franches au sein même du journal. C’est ce qui me fit prendre conscience que je devais soit posséder un journal, soit posséder la majorité des parts d’un journal. C’est pourquoi, après avoir envisagé de travailler chez l’un ou l’autre éditeur de presse, je décidai à un moment donné d’essayer de fonder mon propre quotidien.

2Grâce au succès inespéré de la revue Kokumin no tomo, cette idée me parut de plus en plus convaincante. Mais tout comme aujourd’hui, créer un journal en 1889 n’était pas chose facile.

  • 85 La grande presse d’opinion autour de 1889 était représentée par le quotidien conservateur Tôkyô nic (...)

3À l’époque, à Tôkyô, il y avait ce que l’on appelait les « cinq grands quotidiens », c’est-à-dire le Nichi nichi, le Hôchi, le Mainichi, le Chôya et le Jiji85. À part cela, il existait un bon nombre de journaux populaires. Il y avait aussi quelques journaux qui se situaient entre les deux, mais si je voulais me créer une place dans ce paysage, ce n’était ni dans la presse d’opinion, ni dans la presse populaire, mais bien à la frontière de ces deux genres que je devais trouver un espace pour ce nouveau défi.

  • 86 Fukuda Wagorô 福田和五郎 (1867-1927). Originaire du département de Gunma. Journaliste de la Minyûsha, d’ (...)

4C’est donc dans cette brèche que je voulais m’engouffrer. Je ne me souviens plus exactement à quel moment je pris concrètement la résolution de publier un quotidien, mais je pense qu’au plus tard au début de l’année 1889, c’est-à-dire aux alentours de la proclamation de la Constitution, j’avais déjà plus ou moins commencé par les préparatifs. Premièrement, il me fallait du personnel. Je me mis donc en quête de trouver différents nouveaux collaborateurs, et non seulement je me mis à leur recherche, mais, disons un peu prosaïquement, je m’assurai aussi de leur fidélité en signant des contrats et en leur versant déjà une avance de salaire. Mais mes préparatifs ne se limitaient pas à cela. Je leur fis également accomplir des stages pratiques. Par exemple, j’envoyai le jeune Fukuda Wagorô86 au Kyôto Nippô, où je lui demandai de s’exercer dûment au métier de rédacteur en chef. Malgré cela, je voulais que le journal puisse paraître au plus tard pour l’ouverture du Parlement en 1890, afin de pouvoir y présenter mes propres opinions.

5À cette époque, la revue Kokumin no tomo paraissait trois fois par mois, soit tous les dix jours, et rien n’empêchait que j’y exprime mes idées, mais j’avais l’impression que c’était insuffisant, et qu’il me fallait absolument un quotidien.

6Il n’empêche que tout ceci constituait une entreprise quelque peu délicate. Premièrement, en ce qui concernait les fonds, et deuxièmement, en ce qui concernait la gestion du journal. Si, à cette occasion, mon associé Yuasa Jirô avait montré autant d’enthousiasme qu’au moment du lancement de Kokumin no tomo, je n’aurais eu aucun souci. Or, mon ami Yuasa était une personnalité en tous points remarquable, mais il était également obstiné et inflexible. Son esprit d’indépendance était bien trop fort pour accepter de jouer ad vitam æternam le deuxième rôle à mes côtés. Je lui avais bien parlé de mon projet, et il ne s’y était pas opposé, mais je sentais qu’il l’approuvait à contrecœur. Je n’irai pas jusqu’à prétendre qu’il était indifférent à l’idée de créer un quotidien, mais cela le laissait plutôt froid. Il fallait donc que je me débrouille moi-même pour lever les fonds nécessaires.

7Je ne sais plus à combien s’élevait le capital de la Minyûsha, toujours est-il que nous avions fait pas mal de bénéfices entre 1887 et 1889. D’une manière ou d’une autre, nous nous sommes arrangés pour racheter ce qui était auparavant le hall de conférences de la société politique Kyôson dôshû, devenu ensuite un lieu de culte de la branche bouddhique Ôtani, pour enfin passer entre les mains d’un usurier aveugle nommé Iijima, situé dans le quartier de Hiyoshichô. C’est là que fut installé le siège de la société d’édition du quotidien, la Kokumin shinbunsha, où elle demeura jusqu’à son déménagement à Kagachô en 1927. Je ne connais plus le montant exact de la transaction, mais il devait s’élever aux alentours de cinq mille yens ou peut-être un peu plus.

  • 87 L’imprimerie Shûeisha 秀英舎 a été fondée en 1876 à Tôkyô. Elle était située à Kagachô 加賀町, dans l’arr (...)

8Les locaux étant ainsi assurés, se posa ensuite la question de l’impression. Mais lorsque je sus qu’un ou deux confrères avaient confié cette tâche à l’imprimerie Shûeisha87, je décidai de suivre leur exemple. J’avais juste l’intention de faire la composition et la mise en page dans nos locaux et d’apporter le produit fini à l’imprimerie, mais finalement, les choses se sont faites d’une autre manière : les employés de la Shûeisha venaient chez nous pour faire aussi bien la composition que la mise en page, et donc au lieu que nous allions chez eux, c’est eux qui se déplaçaient chez nous.

9Le dernier délai pour finir le journal était à quatre heures, voire même cinq ou six heures de l’après-midi. À l’époque, il comportait tout au plus quatre à six pages, avec un tirage situé entre cinq et dix mille exemplaires, ce qui était largement suffisant. Néanmoins, comme il s’agissait d’une création, cela demandait tout de même de gros efforts. Même en considérant que cette création se faisait sur la base du Kokumin no tomo, qu’il s’agissait donc simplement de rajouter un quotidien sur la base d’une revue, ce qui était évidemment pratique, il n’empêche qu’une création, c’est toujours une création. Et quoi qu’on en dise, les frais de lancement se situaient entre dix et vingt mille yens.

Préparatifs en vue de la publication du Kokumin shinbun (II)

  • 88 Tôhi shinpô 東肥新報 « Nouvelles de la province de Higo de l’est », journal de l’organisation militante(...)
  • 89 Hitomi Ichitarô 人見一太郎 (1865-1924). Né dans la province de Higo (département de Kumamoto). D’origine (...)

10Pour ce qui était de la rédaction, comme je m’étais occupé dans le passé du Tôhi shinpô88, j’avais, quoique ce fût un journal de province, une toute petite expérience en la matière. De plus, je connaissais des gens auxquels j’avais déjà fait confiance dans le passé et à qui je pouvais encore faire confiance, et je n’avais aucune inquiétude de ce côté-là. Mais je n’avais aucune expérience en matière de gestion. Et comme cela constituait un point à ne surtout pas négliger, je confiai cette responsabilité à monsieur Hitomi Ichitarô89.

11M. Hitomi avait aussi peu d’expérience que moi, mais il était d’un naturel volontaire et possédait l’esprit d’abnégation d’un guerrier, et j’étais sûr qu’il serait capable, de toute évidence, de recruter des collaborateurs d’une part, mais aussi de former des subordonnés, et de les apprécier. C’est pourquoi je fis d’abord appel à lui pour se charger de ce volet. Bien évidemment, il va sans dire que cela se déroulait sous la supervision de M. Yuasa.

12Ensuite se posait la question du financement. Comme j’avais déjà acheté de nouveaux locaux, il n’était pas étonnant que les caisses de la Minyûsha fussent vides. Je réfléchis comment faire. La première chose à laquelle je pensai fut de m’adresser à un certain éditeur qui œuvrait pour l’éducation des étudiants et avait de ce fait une bonne compréhension des activités culturelles. Il avait de surcroît la réputation d’avoir un cœur pour secourir les démunis. Outre des manuels scolaires, cet éditeur publiait également des romans à la mode, des magazines ainsi que des livres d’art, et prenait sous son aile à peu près tous les écrivains de l’époque. Je signale tout de suite qu’il ne s’agissait pas des éditions Hakubunkan.

13J’étais persuadé que, s’il fallait parler avec quelqu’un, c’était bien avec cet éditeur, et, quoique ne disposant d’aucune relation pour m’introduire, je demandai de but en blanc une entrevue. Le jour du rendez-vous, je me rendis à sa résidence privée située à Ryûsenjimachi dans le quartier de Shitaya, et lui exposai, premièrement, les raisons pour lesquelles je voulais publier un quotidien, deuxièmement, quelles en seraient les spécificités, troisièmement, lui assurai que ce serait un succès, et pour finir, lui déclarai que je serais heureux de son aide, soit sous forme d’une collaboration, soit sous forme d’une participation financière.

  • 90 La ville de Haraichi se trouve dans l’actuel département de Saitama, voisin de Tôkyô.
  • 91 Fujisaki Yaichirô 藤崎弥一郎 ( ?- ?). Héritier d’une grande famille de riches propriétaires terriens de (...)

14Il se trouve que cet éditeur était aussi propriétaire d’un petit journal populaire. Je ne me souviens plus exactement si, à ce moment-là, il l’était encore ou s’il ne l’était déjà plus, mais toujours est-il qu’il n’était pas un amateur complet en ce qui concernait la publication d’un quotidien. Aussi m’écouta-t-il d’un air extrêmement sceptique, et pour finir, il se contenta de refuser d’un signe de tête. Je repartis à la fois penaud et un peu atteint dans ma dignité, et regrettai d’avoir pour la première fois tenté de toucher au portefeuille de quelqu’un. Mais lorsque l’arc est tendu la flèche doit partir. Ce n’est pas maintenant que j’allais abandonner, et il fut décidé, après en avoir discuté avec mon ami Yuasa, que j’emprunterais mille yens à monsieur Handa Heijirô de Haraichi dans le Jôshû90. Monsieur Handa était chrétien, il avait fait des dons à Dôshisha et semblait vénérer le professeur Niijima. C’était un ami de longue date de monsieur Yuasa. Moi, personnellement, je n’avais aucun lien avec lui. Toutefois, comme je ne pouvais aller loin avec mille yens, je réfléchis encore et encore, puis décidai de m’adresser à monsieur Fujisaki Yaichirô du village de Tano.ura, district d’Ashikita, département de Kumamoto, mon pays natal91. Monsieur Fujisaki était un grand propriétaire terrien, et a priori bien disposé à mon égard. Quelques années auparavant, lorsque j’étais revenu à Kumamoto, il m’avait demandé mon avis sur la situation concernant la conversion des pièces d’argent en papier-monnaie voulue par le gouvernement, et sur mes conseils, il avait fait d’énormes bénéfices, ce dont il m’était toujours reconnaissant. Je précise que je n’ai pas donné des informations dans le but de lui faire gagner de l’argent, il se trouve simplement que mes propos fantaisistes se sont avérés justes, et il n’y avait à vrai dire aucune raison qu’il se sente redevable à mon égard. Quoi qu’il en soit, je ne sais pas pourquoi, mais il se sentait mon obligé. Bref, cette histoire mise à part, je lui exposai donc ma demande. À l’époque, cinq mille yens, c’était une somme considérable. Si le budget de l’état actuel est de deux milliards de yens, à l’époque le gouvernement se débrouillait avec à peine soixante à quatre-vingts millions de yens, tout en luttant âprement contre les partis d’opposition. C’est dire que cinq mille yens était un chiffre colossal. Monsieur Fujisaki me répondit, ainsi qu’à deux ou trois amis qui avaient servi d’intermédiaire, que « pour ce qui est de la somme, je m’en charge, mais je veux un garant, et monsieur Yuasa ne fera pas l’affaire ». De son côté, monsieur Yuasa m’avait signifié qu’il était « prêt à garantir la part de monsieur Handa, mais pas plus ». Ne pouvant obliger personne, je dus me résoudre à ouvrir mon cœur au professeur Niijima, et lui demander de bien vouloir se porter garant pour moi.

Préparatifs en vue de la publication du Kokumin shinbun (III)

  • 92 Mochizuki Kotarô 望月小太郎 (1866-1927). Politicien originaire de l’actuel département de Yamanashi, il (...)
  • 93 William Thomas Stead (1849-1912). Journaliste et écrivain engagé, il entre au Pall Mall Gazette en  (...)

15Au cours de mes multiples recherches pour déterminer quel type de journal je voulais créer, j’avais prié mon jeune collègue Mochizuki Kotarô92 de m’envoyer tous les quotidiens anglais afin que je puisse les examiner en profondeur. Parmi ceuxci, le Pall Mall Gazette de Stead93, qui prônait le new journalism paraissait parfaitement convenir à mes aspirations.

  • 94 Kubota Beisen 久保田米僊 (1852-1906). Peintre, critique et poète originaire de Kyôto, il entre au Kokumi (...)

16De plus, je connaissais le peintre Kubota Beisen de Kyôto94. Kubota était non seulement peintre, mais il avait également une expérience en tant qu’orateur politique, et était un homme qui appréciait les honneurs et les plaisirs matériels. Ses esquisses étaient considérées comme les meilleures du moment. À l’époque où je donnais un coup de main à la rédaction du Kyôto nippô, il y avait publié des esquisses qu’il avait faites durant son voyage en France pour l’Exposition universelle, et celles-ci étaient d’une qualité rare. Pour moi il était clair que le jour où je lancerais un quotidien, je devrais avant toute autre chose m’assurer de la collaboration de Kubota Beisen avant d’entreprendre quoi que ce soit d’autre. Je me rendis donc à Kyôto, en ce jour d’automne 1889, alors qu’autour de moi le monde était en pleine effervescence pour manifester contre les négociations sur les traités inégaux du ministre des Affaires étrangères Ôkuma.

17À l’époque, bien que personnellement opposé au mouvement pour l’arrêt des négociations, je n’avais pas réagi de manière particulièrement ostentatoire, non seulement parce que je n’étais pas aussi choqué que cela par la proposition du ministre Ôkuma, mais surtout parce que j’étais absorbé corps et âme dans mon projet de création d’un quotidien. Ainsi, je me déplaçai à Kyôto où je rencontrai monsieur Kubota, lui expliquai la situation et lui fis une promesse d’engagement. Je voulais lui payer un salaire mensuel de soixante-dix yens, mais il en voulait cent. Or, ce qui à l’heure actuelle, peut sembler une bagatelle, était à l’époque une somme non négligeable. Mais je décidai que, quoi qu’il arrive, monsieur Kubota recevrait le salaire le plus élevé de toute la rédaction.

  • 95 L’exemple cité par Tokutomi est : sayô shikaraba さようしからば « s’il en est ainsi », une formule toute f (...)

18Les éditoriaux des journaux de l’époque, c’est-à-dire des grands journaux d’opinion, se limitaient en général à quelques événements politiques, mais ne s’aventuraient guère dans les questions économiques, et étaient truffés de phrases sentencieuses, du genre : « S’il en est ainsi, qu’il en soit ainsi »95. Par conséquent, ils étaient monotones, insipides et ennuyeux. Quel que soit le journal que l’on ouvrait, c’était comme une traversée du désert, les seuls articles un tant soit peu intéressants étaient ceux des vieux maîtres, Kurimoto Jo. un du Hôchi shinbun, Narushima Ryûhoku du Chôya shinbun, et Kishida Ginkô du Nichi nichi shinbun. Mais à l’époque c’était déjà la génération passée. Il y avait aussi des éditorialistes comme Fukuchi Ôchi ou Fukuzawa Yukichi, mais vers 1889, 1890 ils étaient eux aussi sur le déclin, et leurs écrits étaient en train de perdre toute leur originalité. Le moment était venu de faire souffler un vent nouveau dans le monde de la presse.

19Pour moi, un journal ne se bornait pas à traiter de questions politiques et économiques. Je réalisais qu’il ne fallait pas accorder une importance excessive à la politique et à l’économie, parce qu’il fallait traiter toutes les questions, littérature, religion, art, causes sociales ou problèmes humains. Je me rendais compte aussi que le journal était encore considéré comme devant être lu, alors qu’il pouvait aussi servir à être regardé. Il me paraissait, en fonction du sujet, qu’il était souvent plus rapide de comprendre certaines choses en regardant une image qu’en lisant un article, et je pris conscience qu’il fallait expliquer chaque fait à l’aide d’une illustration. Évidemment, il fallait des paysages, des personnages, des portraits, des peintures d’incendies quand il y avait des incendies, des peintures de fête quand il y avait des fêtes, et à l’heure où la photographie n’était pas encore développée, où l’impression photographique n’était pas répandue, il fallait par conséquent reproduire des esquisses par xylographie. Je me rendis compte aussi, à cette époque, que le journal ne devait pas seulement se consacrer aux événements, mais aussi aux opinions. Les colonnes qui y étaient dédiées dans les journaux de l’époque étaient du genre éditorial, article de fond ou courrier de lecteurs. Quant à moi, je réalisai qu’à part cela, il était extrêmement important, de temps en temps et en fonction du sujet traité, de faire appel à des personnes concernées par le sujet, d’écouter leur avis et de publier cela dans le journal. En fait, j’ai eu l’idée qu’il fallait utiliser dans le journalisme ce que l’on appelle un entretien, ou en d’autres termes, une interview. Ce que j’ai fait ne valait certes pas que j’en dépose un brevet de découverte, et si je ne peux pas affirmer avec certitude qu’au Japon, cette idée a commencé à être appliquée avec le lancement du Kokumin shinbun, je peux du moins m’enorgueillir d’avoir contribué à ce qu’elle se soit très largement répandue.

La publication du Kokumin shinbun et le sommeil éternel du professeur Niijima

20Tous mes préparatifs furent achevés à la fin de l’année 1889. La mise en place du personnel était pratiquement terminée. Pour le poste de rédacteur en chef, j’avais décidé de porter mon choix sur monsieur Fukuda Wagorô, qui possédait une certaine expérience en la matière. Il avait servi de secrétaire à monsieur Yuasa lorsque ce dernier était président du Conseil départemental de Gunma et, reconnaissant ses capacités, monsieur Yuasa me l’avait recommandé pour entrer à la rédaction du Kokumin no tomo, où à mon tour j’ai reconnu ses capacités et l’ai recommandé au fondateur du Kyôto Nippô.

21Moi-même, je ne faisais que courir dans tous les sens jour et nuit. Enfin, j’avais fixé la date de création du journal, le 1er février 1889. Puis, en vue de la proclamation officielle du lancement, le 20 janvier, j’avais invité tous les contributeurs du Kokumin no tomo, et d’une manière générale toutes les personnes qui avaient un lien avec cet événement. L’après-midi du jour dit, tandis que je me trouvais, exceptionnellement pour l’occasion vêtu d’une redingote, chez le barbier de Takiyamachô, un commis de mon entreprise vint soudain m’apporter un télégramme. Il portait ces mots : « Professeur gravement malade venez d’urgence ». Je savais depuis longtemps que la maladie cardiaque du professeur Niijima n’était pas guérie. Je savais aussi que tôt ou tard, le moment où il nous quitterait allait arriver. Mais je ne pensais pas que ça allait arriver aussi vite.

  • 96 Ville située au sud du département de Kanagawa, premier centre balnéaire au Japon avec l’ouverture (...)

22Sans même me préoccuper de savoir si mon rasage était terminé, je me suis précipité chez moi, j’ai prié mon ami Yuasa de prendre soin de mes invités de la soirée qui devait avoir lieu au restaurant San.entei, et, au cas où, j’ai demandé à monsieur Kozaki Hiromichi de se rendre à Ôiso96 de toute urgence. Ce n’était pas une peine inutile, parce que si la dernière heure de mon maître devait sonner, je ne pouvais rien faire, n’étant pas un religieux. Quoi qu’il en soit, il était de première importance que monsieur Kozaki, qui était pasteur, fût présent.

  • 97 Auberge Okadeya 百足屋旅館 à Ôiso, dans laquelle le professeur Niijima s’était rendu pour se soigner et (...)

23J’ai sauté dans le premier train à vapeur qui partait de Shinbashi et je suis descendu à Ôiso. Arrivé de la station devant la porte de l’auberge Okadeya97, j’ai entendu des gémissements de douleur jusqu’au dehors. Ensuite, j’ai passé toute la nuit à veiller mon maître, toujours vêtu de ma redingote, jusqu’au moment où finalement, il s’en est allé, le 23 janvier à quatorze heures et vingt et une minutes. Juste avant de mourir, il avait exprimé ses dernières volontés devant les personnes présentes, c’est-à-dire son épouse venue de Kyôto et monsieur Kozaki Hiromichi. J’ai minutieusement pris note de tout. Comme mon maître croyait profondément en l’immortalité de l’âme, il ne craignait pas la mort. Mais les piqûres qu’on lui faisait n’avaient pas l’effet espéré, et pour ceux qui le voyaient souffrir, c’était une souffrance supplémentaire.

24Quand mon maître s’en fut allé, je me tournai vers sa femme et lui dis : « Je vous prie d’excuser mon attitude envers vous à l’époque de Dôshisha. Mais maintenant que mon maître n’est plus, je vous traiterai à l’égal du souvenir de mon maître, et c’est pourquoi je vous prie d’accepter de me côtoyer dans cet esprit ». Et à partir de cet instant, et jusqu’au jour de sa disparition, je traitai l’épouse du professeur Niijima avec les mêmes sentiments que ceux que j’avais éprouvés à ce moment-là.

25Je change de sujet, mais quasiment au même moment que mon maître, il y eut le décès, à l’hôpital universitaire, d’une de mes élèves nommée Ikeda Yaoko, qui nous avait accompagnés lorsque toute notre famille avait fait le déménagement de Kumamoto à Tôkyô en décembre 1886. C’était une fille spéciale, que j’avais rencontrée par l’intermédiaire de ma tante Takezaki Junko. Malgré mon refus, elle avait insisté pour nous accompagner, habillée comme un garçon, les cheveux coupés à ras, portant un obi de soldat, un haori pourpre, et des geta en bois de magnolia. C’était une jeune femme exceptionnelle, d’un caractère pur et dotée de qualités morales solides. Mais elle s’en est allée.

26Cet événement n’était pas vraiment lié à ma propre vie, mais je tenais tout de même à noter ici cette coïncidence.

27Par la suite, je reçus des griefs répétés de la part de mes invités du San.entei, mécontents non seulement à cause de l’absence du maître de cérémonies, mais aussi parce qu’on ne leur avait pas servi de saké avec les plats à l’occidentale, ce qui constituait une frustration supplémentaire. Mais en ce qui me concerne, je n’avais pas d’autre choix. La mort du professeur Niijima était une perte immense pour le Japon et pour Dôshisha, et j’en ressentais personnellement une énorme tristesse. Entre la fin de l’automne 1876 et le début du printemps 1889, je n’avais eu avec mon maître ni conflit ni réconciliation, nous nous connaissions bien mutuellement, nous avions une profonde estime l’un pour l’autre, et ces deux ou trois dernières années, nous avons collaboré dans une entente quasi totale sur la question de l’université Dôshisha.

28Ce n’est pas que je portais beaucoup d’espoir à l’égard du projet Dôshisha au départ, mais ma motivation avait été plutôt celle d’aider mon maître dans la réalisation de son souhait. Après sa disparition, il était normal que ma façon de considérer Dôshisha se modifie.

29Cela mis à part, mon souci du moment était la somme que j’avais pu emprunter grâce à la garantie donnée par le professeur Niijima pour couvrir mes frais de création. En tout état de cause, j’envoyai un télégramme à monsieur Fujisaki, dans ma région natale, dans les termes suivants : « Mon maître qui s’est porté garant n’est plus. Les cinq mille yens que vous m’avez prêtés sont toujours là tels quels. Si l’absence de garantie de sa part vous inquiète, je peux vous rendre l’argent sur-le-champ ». Ce à quoi monsieur Fujisaki répondit : « Les choses sont ainsi, on n’y peut rien. Utilisez l’argent comme vous l’entendez, je vous fais totalement confiance. N’importe quel garant fera l’affaire ».

30Je pris donc comme garant un membre de l’administration qui s’occupait de la comptabilité du Kokumin no tomo, et pus ainsi disposer de ces fonds pour la création du journal.

La publication du Kokumin shinbun et ses échos

31Le matin du premier février 1889, le premier numéro du Kokumin shinbun vit le jour. Pour ce qui est du titre, j’avais simplement gardé tels quels les deux premiers caractères de Kokumin no tomo. Je voulais ainsi afficher leur double affinité, exactement comme le magazine new-yorkais Nation et son pendant quotidien Evening Post.

32Or, une fois le journal lancé, je n’en fus pas satisfait moi-même. Il semblerait qu’une partie du public – évidemment pas la totalité – qui avait de fortes attentes à cause du Kokumin no tomo ait également été quelque peu déçue. Il est vrai que l’on ne peut pas être gagnant à tous les coups. Certains ne s’attendaient pas à ce que je réussisse à surprendre une deuxième fois le public comme je l’avais fait auparavant avec le Kokumin no tomo. D’autres disaient que c’était juste un « magazine quotidien ». Ou bien, que les pages étaient remplies inutilement et que cela n’avait rien à voir avec un journal. Peut-être que, dans une certaine mesure, c’était même vrai. Mais, objectivement parlant, il n’y a aucun doute sur le fait que j’avais découvert un nouveau créneau. Peut-être le journal ne correspondait-il pas complètement aux attentes du public, mais il n’était pas non plus dénué d’originalité. Ainsi, dès le départ, j’eus sept mille abonnés. À une époque où un tirage de dix mille exemplaires était un maximum, un tirage de sept mille exemplaires n’était certes pas si mal que cela.

33Ce n’est absolument pas pour me vanter, mais même si l’on peut reprocher au Kokumin shinbun de ne pas avoir entièrement satisfait les attentes du public, ni les miennes d’ailleurs, il n’y avait pas de doute sur le fait qu’à tous égards ce journal a inauguré une ère nouvelle dans le journalisme.

34Le Kokumin shinbun a élargi l’univers dans lequel évoluaient les quotidiens. En d’autres termes, il a défriché de nouveaux territoires, jusqu’alors négligés, dans les différents aspects de la vie et de la pensée humaines. Indéniablement, il a ainsi donné une nouvelle impulsion aux autres quotidiens.

35Mais mon principal objectif était de parvenir à réaliser un certain nombre de réformes grâce à mon journal. Celles qui me tenaient le plus à cœur étaient, premièrement, les réformes politiques, deuxièmement, les réformes sociales, troisièmement, les réformes artistiques, et quatrièmement, les réformes religieuses.

36Le Kokumin shinbun se donnait lui-même pour mission d’être à l’avant-garde de toutes les réformes citées ci-dessus. Et parmi elles, celles auxquelles je tenais le plus étaient les réformes politiques.

37Évidemment, comment s’y prendre pour réformer la politique ? Tout d’abord, j’étais d’avis qu’il fallait abolir le gouvernement des factions issues des anciens fiefs. Et pour le détruire, il fallait recourir à la force de l’opinion. J’étais pleinement conscient que la force de l’opinion devait être non pas un discours ou une idée fictive, mais bel et bien une force concrète. Et après avoir réfléchi à quoi devait ressembler cette force, je mis tout en œuvre pour la construire et la rassembler.

38Selon la manière dont je voyais les choses, le Parti libéral et le Parti progressiste ne cessaient de se combattre avec acharnement, mais tous deux étaient opposés au gouvernement de factions. Tous deux étaient des partis d’opposition en lutte contre le gouvernement. Mais en se déchirant mutuellement, ils affaiblissaient en réalité toutes les forces d’opposition et contribuaient ainsi au maintien du gouvernement de factions.

39Même après la proclamation de la Constitution, même après la mise en place d’une assemblée parlementaire, en procédant ainsi, jamais ils n’atteindraient leur but. C’est pourquoi l’urgence était d’abord de rassembler les partis d’opposition, et si cela s’avérait impossible, de former des alliances.

  • 98 Le Shinpotô 進歩党, de portée nationale, a été formé en 1896 sur les bases du Parti constitutionnel pr (...)
  • 99 Kawashima Jun 河嶋醇 (1847-1911). Homme politique originaire du fief de Satsuma. Il étudie le droit et (...)

40À cet effet, je jugeai qu’il ne fallait pas se rapprocher tout de suite ni du Parti libéral, ni du Parti progressiste, mais former un parti d’alliance nommé Shinpotô, Parti du progrès98, à Kyûshû, et s’appuyer sur celui-ci pour tenter de réunir les deux. Je n’étais pas le seul à penser cela. Mes amis politiques pensaient la même chose, et parmi eux, celui qui prônait cette idée de la manière la plus passionnée et convaincante était monsieur Kawashima Jun99.

Notes

85 La grande presse d’opinion autour de 1889 était représentée par le quotidien conservateur Tôkyô nichi nichi shinbun 東京日々新聞 de Fukuchi Ôchi, par les progressistes Hôchi shinbun 報知新聞 de Yano Fumio, Tôkyô Yokohama mainichi shinbun 東京横浜毎日新聞 de Numa Morikazu et Chôya shinbun 朝野新聞 d’Inukai Tsuyoshi, ainsi que par le Jiji shinpô 時事新報 de Fukuzawa Yukichi, neutre et commercial mais en vérité proche d’Ôkuma Shigenobu et du courant progressiste.

86 Fukuda Wagorô 福田和五郎 (1867-1927). Originaire du département de Gunma. Journaliste de la Minyûsha, d’abord chargé de la rédaction du Kokumin no Tomo, il sera ensuite rédacteur en chef du quotidien Niroku shinpô (二六新報). En 1916, il fonde l’association ultra-conservatrice Kokumin gaikô dômeikai (国民外交同盟会 « Ligue pour une diplomatie de la nation ») et l’année suivante, il sera condamné à huit ans de prison pour tentative d’assassinat du premier ministre Ôkuma Shigenobu.

87 L’imprimerie Shûeisha 秀英舎 a été fondée en 1876 à Tôkyô. Elle était située à Kagachô 加賀町, dans l’arrondissement d’Ichigaya 市ヶ谷. L’entreprise se développe rapidement pour devenir l’une des plus importantes du Japon. En 1935, après fusion avec Nisshin insastu 日清印刷, elle prend le nom de Dainippon insatsu 大日本印刷. Actuellement, la Dai nippon printing (DNP) fait partie des plus puissantes entreprises japonaises aux activités extrêmement diversifiées, allant de la fabrication de magazines à celle d’emballages, de composants électroniques ou de boissons, possédant des sièges sociaux dans le monde entier.

88 Tôhi shinpô 東肥新報 « Nouvelles de la province de Higo de l’est », journal de l’organisation militante Sôaïsha 相愛社 de Kumamoto auquel Tokutomi avait brièvement collaboré en 1881. (野田秋生, 大分県政党史の研究 : 自由民権と党派の軌跡、 山口書店、 1990, p. 69-71)

89 Hitomi Ichitarô 人見一太郎 (1865-1924). Né dans la province de Higo (département de Kumamoto). D’origine paysanne, il fréquente l’école Ôe gijuku fondée par Tokutomi Sohô et fera carrière en tant que journaliste et bras droit de Tokutomi. Rédacteur en chef de la revue Kokumin no tomo à partir 1887, il sera également éditorialiste au Kokumin shinbun à partir de sa création en 1890. En 1897 il quitte la Minyûsha et voyage en Europe, et plus particulièrement en France. En 1901, il publie un journal de voyage intitulé Ôshû kenbunroku (欧州見聞録 « Notes sur les choses vues et entendues en Europe »).

90 La ville de Haraichi se trouve dans l’actuel département de Saitama, voisin de Tôkyô.

91 Fujisaki Yaichirô 藤崎弥一郎 ( ?- ?). Héritier d’une grande famille de riches propriétaires terriens de la région de Kumamoto, Fujisaki Yaichirô est connu par sa fille, Egami Tomi 江上トミ (1899-1980), spécialiste de cuisine japonaise qui a longtemps été vedette de la télévision NHK.

92 Mochizuki Kotarô 望月小太郎 (1866-1927). Politicien originaire de l’actuel département de Yamanashi, il étudie le droit à l’université de Keiô et poursuit ses études à l’université de Londres sur recommandation de Yamagata Aritomo. Membre du Shinpotô d’Ôkuma Shigenobu (Kenseitô en 1898), puis du Rikkenseiyûkai en 1900, il rachète le Yamanashi Minpô qu’il transformera en organe du parti. Il sera élu en 1902 comme député de sa région d’origine.

93 William Thomas Stead (1849-1912). Journaliste et écrivain engagé, il entre au Pall Mall Gazette en 1880 et transforme radicalement ce journal originairement d’obédience libérale. Il est célèbre pour ses campagnes d’opinion et son engagement dans de grandes causes sociales comme la lutte contre la prostitution des mineurs ou les violences envers les femmes. Il est également éditeur d’une revue spirituelle avec Annie Besant, The Link, et d’une revue à succès, The Review of reviews éditée jusqu’en Australie et aux États-Unis. Il périra lors du naufrage du Titanic en 1912.

94 Kubota Beisen 久保田米僊 (1852-1906). Peintre, critique et poète originaire de Kyôto, il entre au Kokumin shinbun en 1891. Il est surtout célèbre pour ses séries d’illustrations de la guerre sino-japonaise, qu’il a suivie en tant que correspondant et illustrateur de guerre.

95 L’exemple cité par Tokutomi est : sayô shikaraba さようしからば « s’il en est ainsi », une formule toute faite qui illustre un échange verbal entre samouraïs utilisant un vocabulaire prétentieux et creux. Le terme sayô « ainsi » se retrouve encore dans le vocable contemporain sayônara さようなら, qui sert de formule lorsque l’on se quitte. Littéralement sayônara signifie « s’il en est ainsi [nous devons nous séparer] ».

96 Ville située au sud du département de Kanagawa, premier centre balnéaire au Japon avec l’ouverture d’une plage surveillée en 1885.

97 Auberge Okadeya 百足屋旅館 à Ôiso, dans laquelle le professeur Niijima s’était rendu pour se soigner et où il est décédé à l’âge de quarante-sept ans. Actuellement, on peut voir à cet endroit une stèle avec une inscription de la plume de Tokutomi rendant hommage à Niijima.

98 Le Shinpotô 進歩党, de portée nationale, a été formé en 1896 sur les bases du Parti constitutionnel progressiste Rikkenkaishintô 立憲改進党. La fusion avec le Parti libéral Jiyûtô 自由党 ne se fera qu’en 1898. Le parti prendra dès lors le nom de Kenseitô 憲政党, Parti pour un gouvernement constitutionnel.

99 Kawashima Jun 河嶋醇 (1847-1911). Homme politique originaire du fief de Satsuma. Il étudie le droit et les sciences politiques en Allemagne et en Autriche, notamment auprès du juriste allemand Lorenz von Stein (1850-1890). Élu député de Kagoshima lors des premières législatives, il devient tour à tour préfet des départements de Shiga et de Fukuoka et chef de l’Agence régionale de Hokkaïdô. Tokutomi Sohô consacre un chapitre entier à « Kawashima Jun et la grande alliance du Shinpotô » (Kawashima Jun to Shinpotô daigôdô, Sohô jiden, p. 195-197).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search