Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Sohô jiden. « Mémoires de Sohô »

Le paysage politique avant la mise en place du Parlement et moi

Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

Ma théorie du « radicalisme démocratique »

  • 56 Heiminshugi 平民主義 est un terme forgé par Sohô dans lequel heimin, la classe « roturière » crée après (...)

1Mes idées politiques de l’époque étaient ce que je qualifie de « radicalisme démocratique » (heiminteki kyûshinshugi 平民的急進主義)56, et je détestais tout ce qui était par exemple les bals à l’occidentale du Rokumeikan, l’affichage excessif et ostentatoire de la civilisation étrangère, et surtout l’idolâtrie de la culture et des institutions étrangères. Je ne croyais pas du tout que le Japon ne parviendrait à ses fins diplomatiques qu’à condition de s’habiller comme des étrangers, de manger les mêmes choses que les étrangers, de danser comme les étrangers, de penser comme les étrangers, et de se transformer en étrangers corps et âme. C’est la raison pour laquelle, dans le premier numéro de Kokumin no tomo, je critiquai violemment cette acculturation aristocratique, et je me souviens que le prince Saionji, lisant cela, me fit entre autres la remarque suivante : « On dirait que, dans ce que vous écrivez, il y a des éléments propres au socialisme ».

2Dans le deuxième numéro, je m’attaquai à notre diplomatie qui se précipitait vers l’extérieur en oubliant l’intérieur, dans un article intitulé : « La tragédie de la diplomatie n’est pas à l’extérieur, mais à l’intérieur ». À ce propos, cet article me valut même une approbation totale de la part d’Inoue Kowashi, qui pourtant, depuis toujours, n’était à mes yeux qu’un bureaucrate conservateur que je considérais comme un gratte-papier ayant réussi à se faire une place. Mais ce qui, à l’époque, me mettait encore plus en colère que les partisans de l’européanisation, c’étaient les réactionnaires qui s’opposaient à eux. Indiscutablement, à choisir entre les deux, je me sentais plus proche des adeptes de l’occidentalisation comme Inoue Kaoru ou Mutsu Munemitsu que de ceux qui répétaient inlassablement les mêmes vieux discours xénophobes, disant qu’ils s’opposaient à la présence des étrangers sur notre territoire. Ce qui signifiait toutefois que, même si les partis d’opposition comme le Parti libéral ou le Parti conservateur avaient des opinions très différentes en apparence, lorsqu’il s’agissait d’aller contre le gouvernement de Meiji, leurs attaques convergeaient. Au sein de la classe dirigeante même, certains éléments voyaient d’un mauvais œil que le comte Inoue Kaoru, dans son ardeur à vouloir réviser les traités inégaux, soit prêt à mille sacrifices et ne prenne pas garde à préserver l’honneur du Japon dans ses négociations, et Inoue fut donc violemment attaqué aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur.

  • 57 Ho.an jôrei 保安条例. Promulguée en décembre 1887, cette loi permit au gouvernement d’expulser de Tôkyô (...)

3La réaction à cela fut la promulgation de la loi de sécurité57 qui permit d’expulser d’un coup tous les opposants de la capitale. Cependant, même des gens comme Inoue Kowashi étaient farouchement opposés à la révision des traités, au point d’avoir envisagé de donner sa démission. Mais un jour, tandis que je scrutais l’expression de son visage, il se confia à moi, en disant :

  • 58 Gâteau de riz.

Où qu’il aille, un marchand de mochi58 reste un marchand de mochi, et un marchand de saké reste un marchand de saké. Si tu es arrivé là où tu te trouves en ce moment, c’est grâce à l’existence du gouvernement de Meiji. Si, à l’heure qu’il est, je le quitte, tu n’auras plus aucune chance de faire carrière rapidement, donc je préfère plutôt prendre mon mal en patience et attendre des jours meilleurs, ce sera la meilleure solution aussi bien pour toi que pour notre patrie impériale, n’est-ce pas ?

4Au début, Inoue semblait en proie à l’hésitation, et se réfugiait dans des propos fuyants, mais après avoir constaté ma sincérité, il commença à se confier. Il poursuivit :

  • 59 Parmi les légendes impliquant des tengu, celle intitulée « Sur la rencontre des esprits vengeurs de (...)

C’est exactement comme dans l’histoire de « La rencontre des esprits vengeurs des nobles de la Cour du sud sous les six cèdres » du Taiheiki59, ce soir, c’est exactement comme dans l’histoire, n’en parle jamais à qui que ce soit, sous aucun prétexte.

5Jusqu’à maintenant, je n’en ai parlé à personne, et si je le fais ici, c’est parce que je pense que rien ne s’y oppose désormais.

  • 60 Gustave Émile Boissonade de Fontarabie (1825-1910). Juriste français au service du gouvernement jap (...)
  • 61 Abe Mitsuie 阿部充家 (1932-1936). Journaliste proche de Sohô, originaire de Kumamoto, étudiant à Dôshis (...)

6À vrai dire, l’un des plus fervents opposants à cette loi de sécurité était le Français Boissonade60, qui se trouvait au service du gouvernement. Des hommes comme lui méritent vraiment d’être considérés comme de loyaux serviteurs de notre patrie impériale. Quant à moi, au moment de l’application de cette loi, j’étais couché à la maison, terrassé par une grippe intestinale aiguë. Un matin, Abe Mitsuie61, qui habitait à Kotohirachô dans le quartier de Toranomon, vint précipitamment chez moi. Comme il était encore très tôt, je lui demandai : « Mais que se passe-t-il ? » et il me répondit : « Je me suis fait arrêter ». Effectivement, il était suivi d’un policier. Comme quoi, lui aussi fut victime de cette funeste loi de sécurité.

7Grâce à ma maladie, j’ai pu échapper à cette infortune. Peut-être y aurais-je échappé sans cela, mais à cause d’elle, j’avais été obligé de suspendre la parution du Kokumin no tomo de janvier 1888. En février, le marquis Ôkuma Shigenobu, chef du Parti progressiste, succéda de manière inattendue au ministre des Affaires étrangères Inoue Kaoru. En avril, le duc Itô Hirobumi se retira au Conseil privé de l’empereur, et le même mois, le comte Kuroda Kiyotaka devint Premier ministre et forma son cabinet. Le marquis Inoue Kaoru y fut nommé ministre de l’Agriculture et du commerce.

Le mouvement pour l’Université Dôshisha et moi

8À cet endroit je ne dois pas oublier de rappeler le mouvement pour l’université Dôshisha. Depuis le début, le professeur Niijima Jô s’était investi corps et âme dans cette école et espérait pouvoir la transformer en université. Vers 1884, un appel de fonds fut lancé pour en faire une école supérieure spécialisée appelée Meiji senmon gakkô. Malheureusement, si un certain nombre de gens se montrèrent intéressés par le projet, rares furent ceux qui voulaient bien y investir de l’argent.

9Me sentant toujours redevable à mon maître Niijima, et en attente d’une occasion de lui prouver ma reconnaissance, je me dis que maintenant le moment était venu de passer à l’acte. À l’époque où j’avais décidé de déménager avec toute ma famille à Tôkyô, je n’avais pas clairement demandé son approbation, sachant qu’il avait toujours insisté pour que je reste en province et que je poursuive mes études. Mais sans doute avait-il fini par accepter que le moment était venu pour moi de me frotter à la capitale, car non seulement il ne s’opposa pas à mon départ, mais au contraire, m’y encouragea, et devint même l’un des premiers abonnés du Kokumin shinbun.

  • 62 Kanemori Michitomo [Tsûrin] 金森通倫 (1857-1945). Pasteur protestant également connu sous le nom de Pau (...)

10C’est au révérend Kanemori62 qu’incombait à l’époque la lourde charge d’aider le professeur Niijima dans cette tâche. Quant à moi, je conseillai à mon maître de se lancer dès le début dans un grand projet de création d’une « université » Dôshisha plutôt que d’une « école supérieure spécialisée », et lui fis remarquer qu’il serait sûrement plus efficace de faire un appel de fonds à Tôkyô plutôt que de se cantonner à la région de Kyôto ou d’Ôsaka. Ainsi, à la demande du professeur Niijima, il fut convenu que je rédigerais un texte en guise de profession de foi de l’université Dôshisha. C’était le fameux pamphlet intitulé « Former des êtres humains porteurs de hautes qualités morales » qui fut si bien accueilli par l’opinion.

11J’ignore par le menu comment le professeur Niijima en est venu à se rapprocher du marquis Inoue, mais je suppose que l’entourage de ce dernier, ressentant la nécessité d’introduire la religion chrétienne dans le cadre de sa politique d’occidentalisation, a dû se dire que le professeur Niijima, c’est-à-dire Dôshisha, était l’institution appropriée à cela, et a probablement décidé, de ce fait, de la soutenir. D’autres prétendent que c’était une manœuvre destinée à contrôler le développement de l’école de Keiô, dont le lobby était particulièrement fort, le privé étant en train d’étendre sa mainmise sur tous les domaines (l’école de Waseda venait tout juste d’être créée et on était encore loin d’imaginer son rayonnement actuel).

  • 63 Shibusawa Ei.ichi 渋沢栄一 (1840-1931). Fervent militant du mouvement xénophobe dans sa jeunesse, il a (...)
  • 64 Iwasaki Yatarô 岩崎弥太郎 (1834-1835). Entrepreneur, fondateur du trust Mitsubishi. Originaire de Tosa, (...)

12Toujours est-il qu’Inoue Kaoru en devint l’initiateur. D’autres, comme Aoki, Mutsu, Nomura ou Miyoshi lui apportèrent leur soutien, et Mutsu Munemitsu, tout particulièrement, contribua largement en partageant ses idées et son talent sur la manière de réunir des fonds. Or Inoue fut bientôt contraint de partir, cédant la place à son successeur, le marquis Ôkuma Shigenobu. Comme Ôkuma était luimême le fondateur de l’université de Waseda, on aurait pu penser que, s’il avait été un homme un tant soit peu normal, il aurait probablement laissé traîner les choses, mais on le reconnaît bien là : dès qu’il fut nommé, d’abord à la succession d’Inoue, puis très rapidement ministre des Affaires étrangères, il réunit les grandes fortunes et les personnalités influentes de la capitale, comme le vicomte Shibusawa Ei.ichi63 ou le comte Iwasaki Yatarô64. Le marquis Inoue prit lui-même la plume pour ouvrir un cahier de soutien, et ainsi, en une seule nuit, des dons à hauteur de plusieurs dizaines de milliers de yens ont pu être rassemblés. Aussi bien le marquis Inoue que le marquis Ôkuma avaient inscrit dans le registre des dons une somme de mille yens chacun.

13C’était la première fois que l’école Dôshisha se présentait au public pour faire un appel de fonds. Le professeur Niijima y avait contribué, ainsi que monsieur Kanemori, et quelques autres dont je ne me souviens pas. Quant à moi, ne possédant que peu de moyens, je me fis porte-parole du professeur Niijima et organisai une réunion de tous les journalistes influents de la capitale, durant laquelle je réussis à obtenir des contributions soit sous forme de dons, soit sous forme de toutes sortes d’actions de soutien. Même Kuga Katsunan du journal Nihon shinbun, l’un des piliers du parti conservateur, avait accepté de publier un article en faveur de la collecte de fonds, même s’il transparaissait à travers son écriture tortueuse combien il lui en coûtait de le faire.

Je m’oppose au Daidô danketsu

  • 65 Kokusui hozontô 国粋保存党 littéralement « Parti conservateur de l’essence nationale » et Kokkentô 国権党 « (...)

14Mon parcours n’a pas toujours été aussi lisse qu’un trajet en automobile sur la route nationale entre Tôkyô et Yokohama. Le succès de la revue Kokumin no tomo suscitait des réactions, voire des oppositions. Considérée comme hétérodoxe par les partis nationalistes Kokusui hozontô ou Kokkentô65, elle fut attaquée par les cercles proches du clergé bouddhique ou shintoïste à cause de ses tendances chrétiennes. Et comme si cela ne suffisait pas, elle fut considérée comme une force d’opposition radicale par les autorités gouvernementales.

  • 66 Daidô danketsu (大同団結 « Alliance de ceux qui ont des objectifs communs »). Ce mouvement s’était cons (...)
  • 67 San.entei 三縁亭 était un restaurant de cuisine occidentale situé dans le parc de Shiba à Tôkyô. Il ét (...)

15Un autre événement vint s’ajouter à cela. Ce fut le mouvement politique Daidô danketsu (« Alliance de ceux qui ont des objectifs communs »)66 du comte Gotô Shôjirô. Le 3 octobre 1887, le comte Gotô invita plus de soixante-dix membres importants des différents groupes d’opposition à un grand dîner au San.entei67, où il prononça un discours véhément. J’étais également présent ce jour-là en tant que directeur et rédacteur en chef du Kokumin no tomo. La réception était vraiment grandiose, et, chose rare, on nous servit du champagne, mais certains mauvais esprits trouvèrent que « pour de la bière, cela faisait un peu trop de bulles ».

16Après ce premier lancement, le comte Gotô engagea véritablement la bataille politique au printemps de l’année 1888. Ses idées étaient totalement démesurées, et quoi qu’il en soit, pour lui, l’empire se trouvait dans un moment crucial de son existence. La construction du chemin de fer sibérien était en cours. Il ne fallait pas s’attarder sur nos différences d’opinion ou d’idéologie. Il était nécessaire maintenant de créer un mouvement unifié pour faire face au danger imminent.

  • 68 Un ri équivalent à 3,9273 km, cela correspond donc à un périmètre d’exclusion d’environ 80 kilomètr (...)
  • 69 Tôhoku et Hokuriku recouvrent les provinces du nord de l’île principale Honshû, tandis que la régio (...)

17De cette manière, tous les différents mouvements d’opposition qui s’attaquaient au gouvernement de Meiji, ou plus exactement au gouvernement des factions Satsuma et Chôshû, en vinrent à se fédérer sous la houlette du comte Gotô. Suite à la loi sur la sécurité publique, les membres du Parti libéral avaient été exclus de la capitale sur un rayon de vingt ri68 et avaient à ce moment-là les pieds et les mains liés. Le parti d’alliance Daidô danketsu de Gotô Shôjirô bénéficia ainsi de circonstances propices et tomba à pic pour se faire une place dans le firmament politique japonais. Gotô se mit en route pour une vaste tournée de meetings en province, à commencer par le Tôhoku, le 22 avril 1888, dans le département de Fukushima, puis dans le Hokuriku69, et, répondant à la demande, également à Kyûshû. Ainsi il n’y eut plus aucun mouvement, quasiment dans tout le Japon, qui ne se retrouvât pas affilié au grand mouvement de rassemblement de Gotô.

18Le jour de la proclamation de la Constitution impériale, le 11 février 1889, Gotô se rendit en calèche à la cérémonie, et la foule l’encercla en scandant : « Comte Gotô, banzai ! ». Il était devenu un véritable héros, dont on n’attendait pas moins qu’il déclare « Si je ne me lance pas, qui d’autre pourrait le faire » ?

19Toutefois, personnellement, je n’étais pas, dès le départ, aussi admiratif des thèses du comte Gotô. De plus, je nourrissais quelques doutes concernant le personnage lui-même, et cela me rendait d’autant plus sceptique vis-à-vis de son mouvement. Par ailleurs, lorsque Ôkuma Shigenobu fut nommé ministre des Affaires étrangères en février 1888, le Parti progressiste qu’il dirigeait joua majoritairement la prudence et ne se fit guère plus entendre. C’est ainsi que de manière fort inattendue, les positions du Parti progressiste et mes propres points de vue à l’égard du Daidô danketsu en vinrent à converger. Je crois que c’est à cette époque-là que ma collaboration avec le cercle progressiste modéré de Yano Fumio fut la plus cordiale.

  • 70 Yamada Taketoshi 山田武甫 (1831-1893). Homme politique originaire de Kumamoto. Directeur de l’ancienne (...)
  • 71 Noda Utarô 野田卯太郎 (1853-1927). Homme politique d’abord proche du Parti libéral, il devient vice-prés (...)
  • 72 Nagae Jun.ichi 永江純一 (1853-1917). Entrepreneur et homme politique originaire de Fukuoka, il contribu (...)
  • 73 Abe Mubutsu 阿部無仏 ( ?- ?) était vice-directeur du Kokumin shinbun. Il dirigera le Keijô shinbun (京城新 (...)

20À Kyûshu, il existait depuis fort longtemps un Parti progressiste, appelé Kaishintô, mais qui n’était affilié ni avec le Parti libéral, ni avec le Parti progressiste. C’est tout à fait typique pour la région de Kyûshû de vouloir former son propre parti, mais en ce qui concerne ses rapports avec le Daidô danketsu, il se trouve qu’une grande partie de ses membres, plutôt radicaux et proches du Parti libéral, quittèrent le Parti progressiste pour s’affilier au Daidô danketsu, et seuls les militants autour de Yamada Taketoshi70 du département de Kumamoto, et ceux de Noda Utarô71 et Nagae Jun.ichi72 du département de Fukuoka refusèrent obstinément de bouger. C’est ainsi que le camp progressiste de Kyûshû en vint à se scinder en pro-Daidô et en anti-Daidô. D’ailleurs, on peut considérer que mes relations politiques avec Noda et Nagae, mais surtout avec Noda, ont commencé à cette époque. Il n’était à ce moment-là qu’un simple militant de province d’Ômuta, ville située à la frontière des départements de Fukuoka et de Kumamoto, mais il était déjà très actif, et de pair avec le camp du vieux maître Yamada Taketoshi de Kumamoto, il était parvenu pratiquement à stopper le mouvement du Daidô danketsu à Kyûshû. Moi-même, j’y ai apporté ma modeste contribution en chargeant le vieux maître Abe Mubutsu73 de me représenter dans cette affaire.

21Puis, soudain, comme je l’avais pressenti, Gotô, qui avait utilisé ce prétexte de crise imminente comme tremplin politique fut invité à entrer au cabinet Kuroda le 3 mars 1889 et fut nommé ministre des Postes et des communications. Ceux qui avaient jusqu’alors aveuglément suivi le mouvement Daidô danketsu et avaient couvert d’éloges le comte Gotô se trouvèrent totalement pris au dépourvu, abasourdis et extrêmement embarrassés.

Le marquis Inoue74 et moi

  • 74 Le nom d’Inoue Kaoru 井上馨 reste ancré dans les mémoires en tant que ministre des Affaires étrangères (...)
  • 75 Le terme jichitô 自治党 permet un jeu de mots : le premier sens de jichi signifie autonome, et le deux (...)
  • 76 Aoki Shûzô 青木周蔵 (1844-1912). Ministre des Affaires étrangères de décembre 1889 à mai 1891, succédan (...)

22Pour changer de sujet : le marquis Inoue fut obligé de démissionner en 1887 suite à l’échec des négociations sur les traités inégaux, mais peu après que le marquis Ôkuma, son récent rival et ancien membre du Seiyûkai eût été appelé au gouvernement, il réintégra le cabinet Kuroda et fut nommé ministre de l’Agriculture et du commerce en 1889. Même si ce poste ne correspondait pas à ses aspirations, il n’était pas homme à brider son ambition débordante, et c’est ainsi qu’il abandonna les mesures d’occidentalisation auxquelles il avait tant tenu, s’entoura d’amis politiques adéquats et se mit, d’une part, à clamer avec insistance les bienfaits de la culture à grande échelle en tant que rénovation de l’agriculture, et de l’autre, à prôner ses théories sur la mise en place de collectivités territoriales dans les provinces, défendant l’idée que le point le plus important en politique était d’abord de s’attaquer au système d’administration des régions. C’en était au point que l’opinion disait : « Inoue est en train de fonder un jichitô75 ». Mais dans tout cela, on retrouvait une forte empreinte de la méthode germanique du vicomte Aoki Shûzô76.

  • 77 C’est-à-dire du centre de l’agglomération tôkyoïte au quartier d’Ômori, situé dans la ville basse. (...)
  • 78 Kishimojin ou kishibojin 鬼子母神, en sanscrit Hârîtî, est une déesse bouddhique dédiée à la protection (...)

23J’avais fait connaissance du marquis Inoue autrefois dans ma jeunesse, puis je l’avais rencontré à différentes reprises dans le cadre de la campagne pour l’université Dôshisha menée par le professeur Niijima. Sans doute trouva-t-il quelque intérêt à mon égard, car un jour il me proposa, par l’intermédiaire de mon maître, de faire un voyage en Occident. Un tel voyage, de nos jours, n’est guère plus compliqué que de se rendre de Shinbashi à Ômori77, mais à l’époque, c’était une bien autre affaire. Non pas que je craignais de perdre ma liberté de mouvement, mais à bien y réfléchir, une fois que l’on accepte une telle faveur, on établit des liens à vie. Cela ne me dérangeait pas d’établir de tels liens, mais j’avais entendu dire que le marquis était tel la déesse-démon Kishimojin78, qui tantôt serrait ses enfants contre son cœur, et tantôt en ravissait d’autres pour les donner en pâture.

  • 79 Sutô Nansui 須藤南翠 (1857-1920). Écrivain et journaliste, l’un des précurseurs du genre policier avec (...)
  • 80 Le Kaishin shinbun 改進新聞 était l’organe du Parti progressiste. Seki Naohiko était le successeur de F (...)

24Pour ces raisons, je me mis à penser qu’il serait délicat de conserver de bonnes relations du début à la fin avec lui, et je fis donc transmettre par le professeur Niijima que je le remerciais vivement de ses bonnes intentions, mais que je ne pouvais pas accepter sa proposition en raison de mes activités au Kokumin shinbun, et que je le priai de bien vouloir m’en excuser. Par la suite, je ne pus pourtant éviter de me rendre fréquemment à la résidence du marquis Inoue, ce qui eut pour conséquence que l’opinion me rangea naturellement parmi ses amis. Seki Naohiko, directeur des éditions Nippôsha du Tôkyô nichi nichi et moi aurions, paraît-il, même été transformés en personnages d’un roman de Sutô Nansui79 publié en feuilleton dans le Kaishin shinbun80, mais à vrai dire je n’en suis pas sûr.

25Je n’ai jamais voulu devenir politicien moi-même, mais j’adorais la politique et je n’aurais pas pu m’en éloigner ne serait-ce qu’un petit moment, et c’est aussi la raison pour laquelle, progressivement, je cessai de m’engager à la tête de certains mouvements politiques, tout en continuant à y jouer un rôle secondaire avec des contributions diverses. Par exemple, à l’occasion de la mise en place des administrations locales au printemps de 1889, je rentrai à Kumamoto avec un ami de mon père, le vieux maître Yamada Taketoshi, et nous avons sillonné le département de meeting en meeting. Pour lui, l’enjeu n’était pas simplement d’expliquer aux provinciaux le fonctionnent des collectivités locales, mais c’était sans doute aussi une manière de préparer les élections législatives qui devaient avoir lieu l’année suivante pour l’ouverture de la première assemblée parlementaire.

26Je n’étais, à la base, affilié à aucun parti politique, mais je pense qu’à l’époque j’ai sans doute travaillé avec une passion qui dépassait celle d’un militant de parti ordinaire. Si j’avais eu l’ambition de devenir député, ce qui n’était pas possible pour la première assemblée, car je n’avais pas encore vingt ans révolus, mais ce qui aurait pu se faire lors de l’assemblée suivante, j’aurais eu besoin de préparer le terrain à l’avance. Mais dès le début je n’en avais nullement l’intention, et cela n’entrait pas dans mes calculs, même si je fis quasiment la tournée entière, de meeting en meeting, aux côtés du vénérable maître Yamada.

La question de la révision des traités inégaux et moi

27L’année 1889 fut vraiment une année extrêmement variée et remplie pour moi. Premièrement, sur le plan politique, parce que la révision des traités inégaux menée par le marquis Ôkuma posa de graves problèmes au Japon, dans lesquels je fus moi-même fortement impliqué. Deuxièmement, parce que la campagne pour la création de l’université Dôshisha avait enfin commencé et que la quantité de travail que cela me demandait avait fortement augmenté. Troisièmement, parce que les préparatifs en vue de la création d’un quotidien, que je souhaitais de longue date, étaient en train de se réaliser cette année-là. Je vais donc essayer de décrire brièvement, dans l’ordre, ces trois points.

28Le marquis Ôkuma avait pris la succession du marquis Inoue après l’échec de celui-ci dans la révision des traités, et avait d’abord occupé le poste de ministre des Affaires étrangères. Mais sa soif de pouvoir le rendait bien trop fier pour accepter d’être un ministre qui resterait les bras croisés sans rien faire ni rien proposer. De surcroît, en tant qu’héritier des échecs de son prédécesseur, il s’était juré de régler cette question avant l’ouverture de la première assemblée.

  • 81 Par ailleurs, concernant le droit d’exterritorialité, qui constituait un point crucial des négociat (...)

29Au début, le marquis Ôkuma n’avait pas cédé de manière aussi grossière que le marquis Inoue aux exigences des étrangers. Par exemple, pour faire reconnaître nos codes par les pays étrangers, il fut obligé de se plier à leurs exigences de faire appel à des experts étrangers, mais il imposa à ces derniers de devenir résidents permanents au Japon. Néanmoins, du point de vue des détracteurs d’Ôkuma, cela ne constituait aucune avancée significative par rapport à ce qu’avait déjà obtenu le marquis Inoue81.

30Évidemment, le Parti libéral, les sympathisants du Daidô danketsu et les différents partis nationalistes et conservateurs, tous étaient contre la révision des traités, et des pétitions ou des manifestes demandant l’arrêt des négociations apparurent les uns après les autres. Quant à moi, je pensais que si l’on ne stoppait pas cette vague dans l’immédiat, on ne pouvait pas savoir jusqu’où pourrait aller le mouvement de contestation, et tout comme je m’étais déjà opposé au Daidô danketsu auparavant, je m’opposai cette fois-ci encore à la majorité de l’opinion. En effet, bien que sachant que la proposition de révision du marquis Ôkuma n’était pas idéale, j’étais d’avis qu’il fallait la mener à son terme, partant du principe que si le bonheur parfait était inaccessible il fallait déjà se contenter d’un bonheur partiel.

31Aux alentours de 1889, le Kokumin no tomo était d’abord un mensuel, puis il commença à paraître deux fois, puis trois fois par mois, et devint enfin un hebdomadaire, mais au fur et à mesure que le temps passait, l’intérêt des lecteurs se mit à décliner. Un bon nombre de concurrents avaient fait leur apparition, et l’engouement qu’il avait suscité tout au début s’estompait, mais s’il ne perdit pas complètement le prestige dont il avait joui au départ, c’était parce qu’il ne s’était probablement pas trompé sur ses choix, que ce soit sur le plan de la qualité et de l’impact de la revue elle-même, ou que ce soit sur ce que l’on pourrait appeler sa réussite en matière de gestion. En particulier les grands suppléments du printemps et de l’automne réunissaient absolument tous les grands écrivains du moment et passaient pour donner la mesure de la plus haute qualité littéraire. Bon nombre d’auteurs qui avaient envoyé des manuscrits au Kokumin no tomo connurent ainsi la renommée.

32Quoi qu’il en soit, au moment de la révision des traités, je me trouvais plutôt isolé dans ma position, bien que je fisse écho aux argumentations de Taguchi Ukichi du Keizai zasshi ou de Yano Fumio du Hôchi shinbun. Mais à vrai dire, je n’étais pas réellement satisfait de ce projet de révision des traités, je prétendais juste qu’il me paraissait mieux que rien, et de ce fait, je ne faisais pas preuve d’une ferveur extrême pour son adoption. Peut-être avais-je dans ce sens une certaine influence sur les lecteurs, chose dont je n’étais pas vraiment conscient moi-même. Mais, en ce qui me concerne, cette bataille s’acheva en bataille perdue.

  • 82 Kurushima Tsuneki 来島恒喜 (1860-1889). Originaire d’une famille guerrière de Fukuoka, membre de la soc (...)

33En effet, le comte Gotô, qui était devenu membre du cabinet, n’hésitait pas à entretenir des relations secrètes avec les membres du parti opposé. D’autres, comme le duc Itô Hirobumi, à l’époque président du Sûmitsu.in, faisaient de l’opposition en sous-main, et même quelqu’un comme maître Motoda Eifu, qui jouissait de la confiance la plus totale de l’empereur en sa qualité de conseiller du Sûmitsu.in, s’adonnait à des manœuvres secrètes, si bien que le marquis Ôkuma avait beau se battre de toutes ses forces, il lui fut impossible de s’imposer, et finalement, en octobre de la même année, il fut attaqué à la bombe par Kurushima Tsuneki82 à proximité du ministère des Affaires étrangères, à Kasumigaseki. Le Parti progressiste se trouva dès lors dans une très mauvaise posture, et mes amis progressistes de Kyûshû, avec lesquels j’entretenais encore des liens secrets, furent eux aussi durement frappés, car les partis qui s’étaient opposés à eux durant la campagne virulente contre le projet de révision des traités s’étaient en outre acoquinés avec le Parti libéral et faisaient un tapage énorme.

34Quant à moi, grâce à ma vision des choses, cela ne me faisait ni chaud ni froid.

Divers événements de 1889

  • 83 Nishino Buntarô 西野文太郎 (1865-1889). Issu d’une famille de guerriers du fief de Chôshû, il avait atta (...)
  • 84 En tant que ministre de l’Éducation, Mori Arinori 森有礼 (1847-1889) prôna l’enseignement laïque et l’ (...)

35Je reviens à ce que je disais précédemment. Le 11 février 1889, la proclamation de la Constitution de Meiji eut lieu comme prévu, mais ce jour-là, le baron Mori Arinori fut assassiné par Nishino Buntarô83. Mori était partisan d’une occidentalisation radicale84, et aux États-Unis, il avait su créer de forts liens de sympathie avec le professeur Niijima Jô. Mais dès l’instant qu’il fut nommé ministre de l’Éducation, il ne jura plus que par l’enseignement public, et n’eut plus le moindre égard pour l’enseignement privé. En ma qualité de représentant du professeur Niijima, j’ai eu l’occasion de me rendre à diverses reprises au ministère de l’Éducation et de m’entretenir avec lui, mais il n’a jamais daigné m’accorder la moindre attention. J’en étais évidemment fort vexé. Non pas qu’il m’ait insulté directement, mais il me recevait en tenant des propos qui me paraissaient insultants pour son vieil ami Niijima. Aussi, lorsque la nouvelle de son assassinat tomba, j’adressai immédiatement un télégramme à mon maître pour le prévenir. Loin de moi de prétendre que j’en éprouvais une quelconque satisfaction, mais à l’époque je ne pus m’empêcher de penser qu’au fond, il n’avait fait que récolter ce qu’il avait semé. Vu de nos jours, je suis persuadé que le baron Mori mérite d’être reconnu malgré ses défauts et malgré l’échec de ses mesures politiques, et il n’y a aucun doute sur le fait que, en tant que ministre de l’Éducation, il doit rester dans la mémoire comme l’un de ceux qui ont construit l’histoire de notre empire.

36À la même époque, le Premier ministre Kuroda organisa une grande soirée de gala pour fêter la proclamation de la Constitution, à laquelle furent conviés les préfets de chaque département. C’était la première fois de ma vie que je me rendais au palais du Premier ministre, et la première fois que je participais à une telle soirée. Nous nous rendîmes donc sur place avec ma femme et mon beau-frère Asama Jirô, qui avait reçu l’invitation en tant que préfet de Gunma, lui-même étant accompagné de son épouse, ma sœur aînée. Mais une fois arrivés, on nous guida vers le fond, toujours plus loin, toujours plus loin, et à un moment donné, en regardant autour de moi, je ne vis plus que des dames magnifiquement vêtues, et plus personne qui ressemblait de quelque manière que ce soit à un homme. D’un seul coup, je réalisai que je me trouvais dans l’antichambre réservée aux dames, et quittai précipitamment les lieux sans demander mon reste.

37Lorsque le bal commença, je vis que les gens se promenaient avec des petites plaques en laiton, et quand je pus m’en procurer une, je découvris qu’il s’agissait du programme de la soirée dansante. Ce qui me surprit le plus, c’était de voir le comte Kuroda, ce prototype de la brute épaisse, ce roi de la bouteille et maréchal de la bagarre, danser benoîtement au bras d’une dame. Je ne me souviens plus si sa partenaire était une dame étrangère ou japonaise, mais pour moi c’était vraiment un spectacle hallucinant.

38Je fis de nombreuses rencontres ce soir-là. C’est à cette occasion que je fis véritablement la connaissance du duc Matsukata. Celui-ci était – je ne dirais pas un ami – mais une vieille connaissance de mon père. J’avais conservé chez moi un certain nombre de documents qu’il avait confiés à mon père, car ils se voyaient souvent au moment de la Restauration. Mais comme à cette époque, je ne me montrais jamais aux invités, sauf si c’était absolument indispensable, je n’avais jamais eu l’occasion de parler directement au duc Matsukata jusqu’à cette soirée. C’est à partir de ce moment-là que j’entrai en relation avec lui sur le plan privé ainsi que professionnel, et notre relation à la fois de maître à disciple et d’ami se poursuivit jusqu’à sa disparition en juillet 1924.

Notes

56 Heiminshugi 平民主義 est un terme forgé par Sohô dans lequel heimin, la classe « roturière » crée après l’abolition des classes féodales, est considéré dans le sens étymologique de demos, peuple. Si ce terme de heiminshugi, que nous traduisons par « démocratisme » ou « roturiérisme » se rapproche du sens originel de la démocratie grecque selon laquelle le peuple exerce les pouvoirs du gouvernement, le terme minshushugi 民主主義 pour désigner le terme « démocratie » s’est finalement imposé. Le « radicalisme », kyûshinshugi, est à comprendre dans le contexte du débat sur la mise en place d’une assemblée représentative, qui divisait l’opinion dans les années 1880. Au kyûshinshugi 急進主義, idée selon laquelle il fallait immédiatement constituer un parlement et organiser des élections s’oppose le zenshinshugi 漸進主義 « gradualisme », position d’Itô Hirobumi et des autres membres du gouvernement, qui défendaient l’idée que ce processus devait se faire progressivement.

57 Ho.an jôrei 保安条例. Promulguée en décembre 1887, cette loi permit au gouvernement d’expulser de Tôkyô près de six cents sympathisants et meneurs des partis libéraux ou des courants d’opposition. Avec eux, de nombreux publicistes, et non des moindres, comme Nakae Chômin, Suehiro Tetchô, Hoshi Tôru ou Ozaki Yukio, furent interdits de séjour dans la capitale.

58 Gâteau de riz.

59 Parmi les légendes impliquant des tengu, celle intitulée « Sur la rencontre des esprits vengeurs des nobles de la Cour du sud sous les six cèdres », Miyagata no onryô ropponsugi ni kaisuru koto (宮方怨霊会六本杉事) est l’une des histoires majeures du Taiheiki (« Chronique de la grande paix », épopée guerrière écrite au xive siècle, couvrant les années 1318-1368). L’histoire dépeint des moines engagés dans la révolte de Genkô (1331) qui se transforment en tengu après leur mort. (cf. Hosokawa Ryōichi, Sango Asuka. Emperor Go-Daigo’s Rule and the Monks of the Vinaya School : Sonkyō of Chōfukuji and Kyōen of Tōshōdaiji. In : Cahiers d’Extrême-Asie, vol. 13, 2002. p. 197-209).

60 Gustave Émile Boissonade de Fontarabie (1825-1910). Juriste français au service du gouvernement japonais entre 1873 et 1895. Il rédigea entre autres un Code pénal et un Code de procédure pénale, ainsi qu’un Code civil achevé en 1890. Celui-ci fut largement révisé suite aux critiques des conservateurs qui y voyaient une atteinte au droit de la famille traditionnelle (notamment des privilèges du chef de famille) et remplacé par des éléments du droit prussien.

61 Abe Mitsuie 阿部充家 (1932-1936). Journaliste proche de Sohô, originaire de Kumamoto, étudiant à Dôshisha. Il devient directeur du Kumamoto shinbun, puis, en 1891, il intègre la Minyûsha et travaille comme journaliste au Kokumin shinbun. Il en sera rédacteur en chef à deux reprises, puis quittera ses fonctions en 1911 pour se rendre en Corée, tout juste annexée, où il deviendra directeur du quotidien colonial Keijô Nippô (京城日報). Il quittera définitivement le Kokumin shinbun en 1929.

62 Kanemori Michitomo [Tsûrin] 金森通倫 (1857-1945). Pasteur protestant également connu sous le nom de Paul Kanemori, originaire de la province de Higo (département de Kumamoto), il fréquente l’école Kumamoto Yôgakkô puis l’école de théologie de Dôshisha en 1876. Directeur de l’École normale, Dôshisha futsûgakkô, et de l’École de théologie, Shingakkô, de Dôshisha à partir de 1883, il rejoint le Parti libéral et devient rédacteur du Jiyû shinbun en 1885. En 1888, il est chargé par Niijima Jô de la campagne pour réunir les fonds nécessaires à la création de l’université Dôshisha. Il sera un membre actif de l’Église méthodiste Nihon Holines kyôkai fondée en 1917 par Tanaka Jûji (田中重治, 1870-1939).

63 Shibusawa Ei.ichi 渋沢栄一 (1840-1931). Fervent militant du mouvement xénophobe dans sa jeunesse, il a fait partie d’un groupe qui projetait d’incendier le quartier des étrangers de Yokohama. En 1867, il accompagne la délégation du frère cadet du Shôgun, Tokugawa Akitake, à l’Exposition universelle de Paris. Ses observations sur le marché financier, sur le système des banques et de la monnaie des pays européens et les connaissances qu’il a acquises ainsi lui valent un emploi au ministère des Finances au début de Meiji. Fondateur de la première Banque du Japon, il quitte le ministère et sera l’un des financiers et hommes d’affaires les plus productifs de sa génération.

64 Iwasaki Yatarô 岩崎弥太郎 (1834-1835). Entrepreneur, fondateur du trust Mitsubishi. Originaire de Tosa, il commence par fonder une petite entreprise de commerce maritime dans son fief. Grâce aux subventions du gouvernement, bénéficiant de la protection d’Ôkuma Shigenobu et lié au parti progressiste, il acquiert bientôt le monopole des transports maritimes, puis étend ses activités aux exploitations minières ou à la construction navale. Il est en rivalité avec le trust Mitsui, proche du parti libéral.

65 Kokusui hozontô 国粋保存党 littéralement « Parti conservateur de l’essence nationale » et Kokkentô 国権党 « Parti nationaliste ».

66 Daidô danketsu (大同団結 « Alliance de ceux qui ont des objectifs communs »). Ce mouvement s’était constitué en opposition à la politique étrangère d’Inoue Kaoru illustrée par l’échec de la négociation des traités inégaux et les mesures outrancières d’occidentalisation de la société japonaise. Le mouvement revendiquait également la liberté de presse et l’allégement des taxes foncières. Le gouvernement fit face à l’agitation en publiant en décembre 1887 la loi de sécurité hoan jôrei qui permit d’expulser de Tôkyô les poids lourds de l’opposition. En 1888 et 1889, les leaders du mouvement, Gotô Shôjirô et Ôkuma Shigenobu, acceptèrent des postes de ministre et le mouvement s’effilocha.

67 San.entei 三縁亭 était un restaurant de cuisine occidentale situé dans le parc de Shiba à Tôkyô. Il était fréquenté par les hauts fonctionnaires et la couche aisée de la capitale.

68 Un ri équivalent à 3,9273 km, cela correspond donc à un périmètre d’exclusion d’environ 80 kilomètres de la capitale.

69 Tôhoku et Hokuriku recouvrent les provinces du nord de l’île principale Honshû, tandis que la région de Kyûshû, île du sud-ouest de l’archipel d’où est originaire Tokutomi Sohô, regroupe les neuf anciennes provinces comprenant celle de Satsuma, dont était issue une majorité des membres du gouvernement, à commencer par le premier ministre du moment, Kuroda Kiyotaka (avril 1888-déc. 1889).

70 Yamada Taketoshi 山田武甫 (1831-1893). Homme politique originaire de Kumamoto. Directeur de l’ancienne école de fief de Kumamoto. Engagé dans le parti libéral, il sera élu au parlement à deux reprises.

71 Noda Utarô 野田卯太郎 (1853-1927). Homme politique d’abord proche du Parti libéral, il devient vice-président du parti Rikken seiyûkai créé par Itô Hirobumi en 1900. Ministre des Postes et de la communication sous le cabinet Hara Takashi (1918-1922), il se rapproche des ultra-nationalistes, notamment de Tôyama Mitsuru 頭山満, et participe à la fondation de l’école privée et future université Kokushikan 国士舘.

72 Nagae Jun.ichi 永江純一 (1853-1917). Entrepreneur et homme politique originaire de Fukuoka, il contribue au développement de l’industrie textile locale. Député du Seiyûkai entre 1898 et 1915.

73 Abe Mubutsu 阿部無仏 ( ?- ?) était vice-directeur du Kokumin shinbun. Il dirigera le Keijô shinbun (京城新聞 « Quotidien de Séoul ») après l’annexion de la Corée.

74 Le nom d’Inoue Kaoru 井上馨 reste ancré dans les mémoires en tant que ministre des Affaires étrangères hargé de la négociation des traités inégaux et initiateur des mesures d’occidentalisation tant réprouvées par les milieux nationalistes.

75 Le terme jichitô 自治党 permet un jeu de mots : le premier sens de jichi signifie autonome, et le deuxième, en tant qu’abréviation de jichi gyôsei, administration locale.

76 Aoki Shûzô 青木周蔵 (1844-1912). Ministre des Affaires étrangères de décembre 1889 à mai 1891, succédant à Ôkuma Shigenobu (en poste de février 1888 à décembre 1889).

77 C’est-à-dire du centre de l’agglomération tôkyoïte au quartier d’Ômori, situé dans la ville basse. La gare d’Ômori a été inaugurée en 1876, quatre ans après l’ouverture de la première ligne de chemin de fer reliant Tôkyô à Yokohama.

78 Kishimojin ou kishibojin 鬼子母神, en sanscrit Hârîtî, est une déesse bouddhique dédiée à la protection des accouchements et des petits enfants. Avant de rencontrer le Bouddha Shâkyamuni et de se repentir, elle était une démone-cannibale qui tuait des enfants pour nourrir ses propres enfants.

79 Sutô Nansui 須藤南翠 (1857-1920). Écrivain et journaliste, l’un des précurseurs du genre policier avec le roman intitulé Satsujinhan 殺人犯 « Meurtre ».

80 Le Kaishin shinbun 改進新聞 était l’organe du Parti progressiste. Seki Naohiko était le successeur de Fukuchi Ôchi à la tête du Tôkyô nichi nichi shinbun.

81 Par ailleurs, concernant le droit d’exterritorialité, qui constituait un point crucial des négociations, Inoue Kaoru avait fini par accepter la présence d’une majorité de juges étrangers dans les cours de justice japonaises. Son successeur Ôkuma Shigenobu, ministre des Affaires étrangères à partir de février 1888, était parvenu à faire reconnaître la présence de magistrats étrangers uniquement à la Cour suprême. Cet accord avait été signé séparément avec les États-Unis, l’Allemagne et la Russie, mais échoua suite à une fuite de la presse américaine répercutée par le journal Nippon de Kuga Katsunan, qui déclencha l’indignation des partis nationalistes. Ôkuma démissionna suite à l’attentat à la bombe perpétré contre lui le 18 octobre 1889 par un membre de la société ultra-nationaliste Genyôsha.

82 Kurushima Tsuneki 来島恒喜 (1860-1889). Originaire d’une famille guerrière de Fukuoka, membre de la société secrète ultra-nationaliste Genyôsha. Il se suicida immédiatement après avoir commis son attentat. Son acte mit fin aux négociations sur les traités menés par Ôkuma.

83 Nishino Buntarô 西野文太郎 (1865-1889). Issu d’une famille de guerriers du fief de Chôshû, il avait attaqué le ministre de l’Éducation Mori Arinori à l’arme blanche au moment où celui-ci se rendait à la cérémonie de proclamation de la Constitution, avant de retourner l’arme contre lui. Les raisons de son geste sont expliquées par les comportements sacrilèges qu’aurait eus Mori lors d’une visite au sanctuaire d’Ise (il aurait soulevé un rideau sacré avec sa canne pour regarder ce qui était dissimulé derrière, ou aurait refusé de se déchausser). Cette affaire, révélée par la presse, avait exacerbé les opposants à la politique d’occidentalisation excessive initiée par Inoue Kaoru.

84 En tant que ministre de l’Éducation, Mori Arinori 森有礼 (1847-1889) prôna l’enseignement laïque et l’égalité des sexes, mais de manière plus radicale, il voulait l’abandon de la langue japonaise au profit de l’anglais, mesure qui allait encore beaucoup plus loin que les débats autour de la romanisation de l’écriture ou de la limitation et la simplification des kanji qui avaient vu le jour après la Restauration de Meiji.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search