Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Sohô jiden. « Mémoires de Sohô »

L’époque de la publication de Japon futur et de la création de l’Ami de la nation9

Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

Mon mariage, organisé par mes parents

  • 9 Son premier ouvrage publié en 1886, Shôrai no Nihon (将来之日本), propulsa Sohô à l’âge de vingt-trois a (...)
  • 10 Sohô avait emmené ses étudiants à Tosa pour rencontrer des jeunes militants du Jiyûminken, avant de (...)

1En 1884, alors que j’effectuais un voyage de Kôchi à Tôkyô en passant par la région de Kyôto et d’Ôsaka10, il m’arriva une chose qui marqua profondément ma vie. C’était que mes parents ont fêté mon mariage durant mon absence. Il existe sans doute peu d’exemples dans le monde où l’on fête un mariage sans la présence du marié, mais il se trouve que, par hasard, je fais partie de cette catégorie. Je précise tout de suite qu’il ne s’agissait pas là d’une décision arbitraire de mes parents. Ils n’ont fait qu’accomplir ce que je leur avais demandé de faire.

  • 11 En confiant l’héritage familial et la direction de la famille à Sohô, son père devenait donc inkyo (...)

2Après mon retour au village natal en 1880, j’avais commencé à m’occuper des affaires familiales tantôt en compagnie de mon père, tantôt à sa place, et en 1883, mon père décida de procéder à la succession et de se retirer de ses responsabilités de chef de famille. Nous avions donc dans notre famille deux anciens chefs de famille. Mon grand-père qui vivait à Minamata, et mon père qui habitait avec moi11. Et en même temps que la transmission de l’héritage familial, la question de mon mariage devint une nécessité.

  • 12 Fondée en 1875 sous le nom de « English school » par le missionnaire protestant Niijima Jô (Joseph (...)

3Personnellement je n’avais pas d’opinion très tranchée sur le mariage, mais à l’époque où je fréquentais l’école Dôshisha12, je connaissais des étudiants plus âgés qui avaient pas mal de problèmes à cause de leur mariage, et suscitaient même de grandes controverses. C’est la raison pour laquelle je n’avais pas d’attentes particulières concernant le mariage, et je décidai de laisser la question à mon destin. Certains se plient en quatre pour obtenir une bonne épouse, et finalement cela se révèle être un échec total, tandis que d’autres se marient à la légère et réussissent. Donc, quoi qu’il en soit, je m’étais résigné à confier la chose non pas à la puissance des hommes, mais à celle de ma destinée, et j’en conclus que, puisque c’était mon destin, je n’avais pas non plus de soucis à me faire, et que je pouvais laisser les autres s’en occuper. Du moins, j’étais persuadé que c’était d’abord à mes parents que revenait cette tâche.

4Évidemment, si j’en étais arrivé à penser ainsi, ce n’était pas sans raison. En fait j’étais un garçon qui avait plutôt mauvaise réputation dans notre famille et celles qui nous étaient alliées. Je ne pensais pas mériter toutes ces critiques concernant mon comportement, ma conduite ou mon caractère, mais voyant que je n’en faisais qu’à ma guise, que j’avais changé les règles de la vie familiale, tourné le dos à certains parents proches ou éloignés, et que je ne me souciais nullement des relations sociales, un bon nombre d’entre eux se mirent à me considérer comme quelqu’un d’excentrique, de bizarre, voire d’anormal. Il n’y avait donc sûrement pas beaucoup de gens qui voulaient me donner leur fille bien-aimée en mariage, ni de femmes voulant d’elles-mêmes épouser un homme comme moi. Et donc, comme j’avais abandonné l’idée de choisir quelqu’un par goût et d’essuyer un échec ensuite, je finis par considérer que, plutôt que de m’échiner et faire moult courbettes pour obtenir une épouse, il valait mieux que j’accepte quelqu’un qui viendrait vers moi avec plaisir.

5Par conséquent, je m’en remis entièrement à mes parents, sans même leur donner les moindres consignes sur mes préférences. Ils commencèrent d’abord par demander à droite et à gauche. Je suppose qu’ils ont dû demander à l’un ou l’autre : « voulez-vous nous donner votre fille » ou bien : « est-ce que par hasard vous ne voudriez pas épouser mon fils » ou bien : « ne voudriez-vous pas faire partie de notre famille », mais je ne voulais pas le savoir, cela ne me concernait pas. J’avais simplement donné carte blanche à mes parents.

  • 13 Selon le proverbe : Zen wa isoge 善は急げ, contrairement au proverbe français « tout vient à point à qu (...)
  • 14 Veuve de l’érudit confucéen Yokoi Shônan 横井小楠 (1809-1869), elle était la sœur de la mère de Sohô.
  • 15 Sohô utilise ici shikato, une expression qui sera à la mode dans les années trente, qui fait référe (...)

6Sans trop de mal, mes parents fixèrent leur choix sur Tsuruko, la fille de Kurasono Matazô, un bon ami de mon père, qui était notre voisine ou presque, puisqu’elle habitait le village voisin situé à moins d’un kilomètre de chez nous. Il n’y eut pas même besoin de faire appel à un intermédiaire, mon père s’était rendu là-bas, avait discuté la chose, et l’affaire fut vite conclue. Les bonnes affaires se faisant sans attendre13, pendant mon absence, le père de la mariée amena sa fille à la maison de mes parents où eut lieu la cérémonie avec, comme témoin, ma tante Yokoi14. Quant à moi, je me gardai bien de demander à combien s’était élevée la dot. Sans doute une bouteille de saké et quelques poissons… pour un mariage sans histoires, c’est difficile de faire mieux15 !

7Également pendant mon absence, mon père avait emmené ma future femme à Minamata pour la présenter à mon grand-père et annoncer la nouvelle à toute la parenté. Puis, un jour, je suis rentré à la maison, revenant de Tôkyô, et j’ai été intrigué par une voix féminine en train de lire à voix haute dans le bureau de mon père : il était avec mon épouse en train de lui apprendre à lire les Quatre livres de Confucius ! Les présentations furent vite faites : « Voici ta femme, voici ton mari », et environ six mois plus tard, nous avons décidé d’aller vivre ensemble. La cérémonie de mariage du côté de la belle-famille ne fut pas, non plus, réalisée selon les formalités coutumières, puisqu’avec deux ou trois amis, nous nous sommes rendus à la maison Kurasono, où nous nous sommes régalés d’anguilles que mon beau-père avait pêchées lui-même, et ce fut terminé.

  • 16 Yasuoka Ryôsuke 安岡良亮 (1825-1876). D’origine guerrière, natif du fief de Tosa, il est d’abord actif (...)
  • 17 Tokutomi avait fondé cet établissement scolaire appelé Ôe gijuku 大江義塾 dans le village de Ôe (actuel (...)

8À la fin de l’ancien régime des fiefs, M. Kurasono occupait le poste d’officier des Finances du fief de Kumamoto, tandis que mon père était officier des Affaires intérieures. Même après la mise en place des départements, ils ont encore continué à travailler ensemble, puis, lorsque M. Yasuoka16 fut nommé préfet, ils ont démissionné ensemble. Moi-même, je connaissais bien monsieur Kurasono pour avoir accompagné mon père, et je connaissais aussi le frère aîné de ma femme, car il était élève de mon école, Ôe gijuku17, peu après sa fondation, et même si ma femme et moi, nous ne nous étions pas encore rencontrés, sa maison, son père et son frère m’étaient familiers. C’est pourquoi, lorsque nous nous sommes aperçus, cela ne nous a pas paru particulièrement étrange, et à partir de ce moment-là jusqu’à maintenant, ma femme est devenue pour moi une compagne indispensable. En outre, le déroulement de cette affaire montrait que ma femme et mes parents s’entendaient à merveille. Et comme elle était en très bons termes avec ma mère, certains ont même pensé qu’elle était sa fille, allant jusqu’à poser des questions ridicules à ma mère du genre : « Est-ce que le mari de votre fille a été adopté dans votre famille ? ». En tout cas, pour moi qui avais joué à la loterie à l’aveuglette, je peux dire que j’avais tiré le bon lot.

  • 18 「清白祖風今尚存平生自覚僥天恵斉家最頼孟光依形影相依三十年」. Meng Guang (孟光, Môkô en japonais) est un savant confucéen, érudit m (...)

Maintenant l’âme claire et pure de mes ancêtres est à nouveau présente.
Je suis conscient de l’immense bonheur et de la faveur qu’accorde le ciel à ma vie.
Une maison bien ordonnée est le vœu le plus cher, selon la sagesse de Meng Guang
18.
Inséparables comme une forme et son ombre, nous sommes unis depuis trente ans.

9Et c’est ainsi que maintenant, cela fait même quarante ans, et les noces d’or sont déjà derrière nous.

La mort de mon grand-père Tokutomi Yoshinobu

  • 19 Un peu moins de cent kilomètres.

10Une autre chose qui vaut la peine d’être notée, en même temps que mon mariage, est la mort de mon grand-père en juillet 1885. Lorsque la nouvelle de sa maladie soudaine nous est parvenue, mon père et moi avons couru aussi vite que notre cœur pouvait nous porter pour franchir les vingt-cinq ri19, avons emprunté un petit bateau pour nous dépêcher davantage, mais lorsque nous sommes arrivés, c’était déjà trop tard. Mon grand-père avait quatre-vingt-neuf ans, et jusqu’à quelques jours avant sa mort, il tenait encore un journal quotidien. Son décès eut, à divers égards, un certain nombre de répercussions sur la vie de notre maison. Mon grand-père m’accordait une très grande confiance, au point où, lorsque j’entrepris des travaux d’agrandissement de mon école à Oê, il m’a avancé les fonds nécessaires. En ce qui me concerne, il avait confiance dans pratiquement tout ce que je disais. En revanche, à cause de mes parents, pour toutes sortes de raisons, il avait diminué la part de mon patrimoine familial, et c’est plus ou moins le seul point sur lequel je ne bénéficiais pas de sa confiance.

11De plus, la parenté du côté de ma mère était extrêmement nombreuse, et cela constituait aussi, pour mon grand-père, un motif d’insatisfaction. Il m’avait confié un jour que, dans l’histoire de la Chine, mais aussi dans celle du Japon, la prépondérance de la famille maternelle n’était pas une bonne chose, et, donnant quelques exemples, il me disait d’être vigilant. Lorsqu’il prit sa retraite et quitta Kumamoto pour s’installer à nouveau à Minamata, à vingt-cinq ri de chez nous, il toucha pendant tout le temps de sa retraite les revenus du loyer de son ancienne maison qu’il avait fortement augmentés. À sa mort, cet argent nous est donc revenu, et les soucis financiers que nous avions auparavant se sont largement assouplis.

12Très rapidement, mon père et moi, nous nous sommes occupés du rangement de ses biens, distribuant ce qu’il fallait distribuer, donnant ce qu’il fallait donner, et au bout de nos peines, nous avons enfin réussi à réunir les maisons Tokutomi qui se trouvaient dans deux endroits différents, en une seule maison.

13Mon grand-père était de stature robuste et de taille élevée ; il possédait la carrure d’un lutteur de sumo, ses yeux étaient petits mais brillaient d’une lueur intense. Il se prétendait inculte, mais en réalité il avait de bonnes connaissances et avait mémorisé pas mal de choses. Mais comme sous le régime féodal, il n’était qu’un simple guerrier rural, limité par un statut qui l’empêchait de s’élever, il en conservait quelque part une frustration, et c’est sans doute la raison pour laquelle il était devenu quelque peu acerbe.

  • 20 Eguchi Takayasu 江口高廉 ( ?- ?). Pas d’informations biographiques. Il apparaît toutefois comme co-aute (...)
  • 21 Tokunaga Shôryu 徳永昌龍 ( ?- ?). Père de Tokunaga Motonori 徳永規矩 (1861-1903), cousin de Tokutomi Sohô. (...)

14Non seulement sa force physique était impressionnante, mais il avait un humour caustique, se moquait avec habileté de ses supérieurs, et en avait fait rougir plus d’un. C’est pourquoi il n’a jamais fait carrière lui-même, mais a mis tous ses efforts dans l’éducation de ses enfants, qui ont tous réussi. L’aîné était mon père. Le second, Tokutomi Kazuyoshi était le disciple préféré de Yokoi Shônan, et avait même accompagné son maître lors de son voyage dans les provinces de l’est, mais peu après son retour, il fut emporté par une fièvre violente. Après lui venait Eguchi Takayasu20, suivi de Tokunaga Shôryu21, tous des êtres hors du commun.

Publication de La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation22

  • 22 Daijûkyûseiki nihon no seinen oyobi sono kyôiku (第十九世紀日本之青年及び其の教育).

15Je confiai l’opuscule au long titre de La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation que j’achevai de rédiger en juin 1885 à un ami de Tôkyô, afin d’en publier quelque trois cents exemplaires destinés à être distribués. C’était un tout petit fascicule, qui de surcroît n’était pas publié officiellement, que j’avais simplement fait imprimer au lieu d’en faire des copies manuscrites, et c’était la première fois que je publiais, à compte d’auteur, à Tôkyô. Par conséquent les trois cents exemplaires furent bientôt distribués jusqu’au dernier. Je me souviens d’en avoir donné à qui en voulait bien, mais aussi de l’avoir offert avec la demande de me faire part de critiques.

  • 23 Taguchi Ukichi 田口卯吉 (1855-1905). Économiste libéral, historien et juriste. Il entre au ministère de (...)

16Ce petit fascicule eut un retentissement inattendu. Malgré sa forme de livret, bien entendu trop longue pour une publication dans une revue, il fut publié en série durant plusieurs semaines dans la « Revue économique de Tôkyô » (Tôkyô keizai zasshi 東京経済雑誌) de Taguchi Ukichi23. En dehors de cela, il y eut encore des publications dans deux ou trois autres journaux ou revues. Il semblerait qu’à l’époque où fut publié ce livre sous le pseudonyme de Ôe Itsu (大江逸), Taguchi et les autres considéraient que Ôe Itsu et moi-même étions deux personnes différentes. Mais, si je dois être franc, même si ce n’était pas mon premier succès sous mon vrai nom, cela constituait, pour ainsi dire, une première œuvre préparatrice.

  • 24 Inoue Kowashi 井上毅 (1844-1895). Originaire du fief de Kumamoto. Après des études de droit et un séjo (...)
  • 25 Aruga Nagao 有賀長雄 (1860-1921). Sociologue et juriste, considéré comme l’un des fondateurs de la soci (...)

17C’est une histoire que l’on m’a rapportée plus tard, selon laquelle Inoue Kowashi24, qui était originaire de ma région et un plus âgé que moi, aurait pris exprès sur une journée de travail pour se procurer mon livre, l’aurait lu et apprécié, puis aurait demandé à Aruga Nagao25 de lui en faire une critique, l’aurait fait relier, et l’aurait conservé dans sa bibliothèque privée. Ainsi ma réputation se serait faite très rapidement par l’intermédiaire de M. Inoue.

18Je n’avais pour ma part jamais rencontré M. Inoue auparavant. Au départ il pensait sans doute simplement avoir entre les mains un échantillon écrit par un fonctionnaire de bas rang, qu’il n’était nécessaire ni de respecter ni d’approcher, et de mon côté je considérais monsieur Inoue comme le prototype même du politicien du parti opposé. Qui eût cru que, par le hasard des circonstances, il ait ouvert la voie à ma carrière !

  • 26 Fujishima Masatake 藤島正健 (1845-1904). Haut fonctionnaire, homme politique, puis banquier, il fait ca (...)

19Mon cousin aîné Fujishima Masatake26 qui, comme d’autres jusqu’alors, ne s’intéressait absolument pas à moi, a commencé à me respecter à partir du moment où il apprit cette histoire d’Inoue, et à établir avec moi des relations amicales qui se sont poursuivies jusqu’à sa mort.

  • 27 Créée en 1879, cette école est actuellement encore un lycée, Kumamoto kenritsu seiseikô kôtôgakkô ( (...)

20Environ à la même époque, le nombre d’élèves de mon école, Ôe gijuku, ne cessa d’augmenter, finissant par constituer une sorte de noyau d’influence à Kumamoto, et les élèves de l’école rivale, c’est-à-dire les jeunes de Seiseikô (済々黌)27, venaient fréquemment y faire des descentes.

  • 28 Sassa Tomofusa 佐々友房 (1854-1906). Éducateur, publiciste et politicien conservateur, originaire de Ku (...)
  • 29 Rouleau ancien, manuscrit ou peint.

21Comme notre école était située au beau milieu d’un champ de mûriers et de châtaigniers, il était extrêmement facile de l’attaquer. La nuit, les jeunes de Seiseikô venaient fréquemment s’en prendre à nos locaux, et il arrivait quotidiennement qu’ils viennent lancer des pierres ou des tuiles. De notre côté, bien que minoritaires, nous n’étions pas en reste, car notre fierté ne souffrait pas que nous nous laissions agresser de la sorte, et, donc, tapis derrière les mûriers, nous arrivions également à les attraper et à les rosser. Or, il se trouve que M. Inoue, bien qu’étant à Tôkyô, eut vent de ces agissements, et qu’il envoya une lettre à l’attention du chef d’établissement, M. Sassa Tomofusa28, dans laquelle il le mettait en garde, disant, entre autres, que « même si les idées de M. Tokutomi sont différentes, il est quand même un homme respectable, et il est malvenu de lui causer des ennuis ». Ce n’est que plus tard, après être devenu ami avec M. Sassa, que j’ai su cela, lorsqu’il m’a montré un makimono29 de la collection d’Inoue qu’il avait reçu en cadeau.

22J’ajoute ici que, bien qu’habitant Kumamoto, je n’avais pas encore eu l’occasion ni de rencontrer M. Sassa, ni de discuter avec lui. Puis, un jour, je suis allé chez le docteur Gyôtoku, dont la spécialité était l’ophtalmologie, et qui avait l’habitude d’examiner ses patients tout en bavardant de choses et d’autres. À un moment donné, un homme que je ne connaissais pas et qui n’était pas un patient fit irruption dans son cabinet, et commença à lui parler avec insistance. La fois d’après, lorsque je revis le docteur, il me dit : « Monsieur Tokutomi, savez-vous qui était le monsieur qui est venu l’autre jour ? » Et lorsque je lui répondis : « Non, je ne sais pas… » Il reprit avec un grand sourire : « C’est le célèbre monsieur Sassa. Et apparemment il ne savait pas non plus qui vous étiez, parce qu’il m’a demandé à votre propos : “Est-ce que c’est quelqu’un de Kagoshima ?” ».

23Et c’est ainsi que dans cette petite ville Kumamoto où tout n’était qu’à un jet de pierre, les murs dressés entre les partis politiques avaient fait que nous ne nous étions jamais rencontrés.

La publication de Japon du futur30 et le comte Itagaki31

  • 30 Le Japon du futur a été traduit en anglais et publié par Vinh Singh, sous le titre The Future Japan (...)
  • 31 Itagaki Taisuke 板垣退助 (1837-1919), issu du fief de Tosa, actif dans la lutte pour la Restauration du (...)

24L’Ôe gijuku devint enfin prospère. Certains élèves partaient poursuivre leurs études à la capitale, d’autres en revenaient et ouvraient ce que l’on pourrait appeler une branche de l’Ôe gijuku. Plus encore, la renommée de l’école s’étendit au-delà des frontières de notre département, les nouveaux inscrits devinrent de plus en plus nombreux et les visiteurs n’étaient pas rares. Si les choses s’étaient poursuivies ainsi, j’aurais sans doute terminé ma carrière comme érudit de village.

25Financièrement, après la mort de mon grand-père, nous étions devenus – je ne dirais pas plus riches – qu’avant, mais nous étions quand même plus aisés. Ainsi, autant que je le pouvais, je venais en aide à des jeunes élèves motivés en les dispensant des frais de scolarité. Mais, quand bien même je serais resté éternellement à la tête de l’Ôe gijuku, il n’y avait d’autre perspective d’avenir que de se frotter à l’école concurrente, la Seiseikô. Or la Seiseikô était une école au service du gouvernement, subventionnée de tous les côtés, que ce soit par l’état, le département ou ailleurs, alors que moi, je n’avais que moi-même pour me financer, et j’étais donc loin de pouvoir rivaliser avec elle. La seule chose que je pouvais faire était de garder mon indépendance et d’essayer de sauver l’honneur.

26Dans cette situation, il me fallait trouver un nouveau point de départ. Dans mon cas, ce fut la publication de Japon du Futur. Sans doute encouragé par le succès de La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation, je me suis lancé dans cette deuxième aventure. Toujours est-il que j’ai commencé à écrire dans le courant du deuxième semestre de l’année 1886, et que le manuscrit fut achevé dans le courant du premier semestre de l’année suivante. Au début, je l’avais intitulé « Le futur du Japon » (Nihon no shôrai 日本之将来), mais comme je ne trouvais pas cela assez original, j’ai préféré opter pour « Le Japon du futur » (Shôrai no Nihon 将来之日本).

27J’avais décidé de déverser dans ces pages toutes mes pensées, toutes mes connaissances, et toute ma science. C’est dans cet esprit que je l’ai commencé, et dans cet esprit que je l’ai terminé. À cette époque, j’avais déjà formé mes propres idées à partir de mes lectures sur les théories de l’évolution d’Herbert Spencer, sur l’utilitarisme de John Stuart Mill, ou sur le pacifisme et le libéralisme de l’école de Manchester de Richard Cobden et John Bright, et j’étais aussi nourri des idées de Yokoi Shônan sur la paix universelle.

  • 32 Concernant son titre de comte, Itagaki, qui était opposé à la réforme des classes de Meiji dans laq (...)
  • 33 Sohô avait déjà rencontré Itagaki auparavant, en août 1882. Ils eurent à cette époque des entretien (...)

28Quoi qu’il en soit, j’ai réécrit à trois reprises mon premier jet. Puis je me suis dit qu’il fallait que je le montre à quelqu’un, et puisque j’étais persuadé que personne ne convenait mieux pour cette tâche que le comte Itagaki32, je décidai de partir à Tosa pendant les vacances d’été. Cette fois-ci j’empruntai l’ancienne route par les terres, puis je pris un bateau à vapeur à partir de Kôbe et arrivai directement à Urado. Enfin, je m’installai dans une auberge au centre de Kôchi, d’où je me rendis à la résidence du comte Itagaki. À cette époque, comme il y avait un malade dans sa famille, le comte Itagaki faisait grise mine, mais accepta tout de même de me parler33. Puis, il insista à plusieurs reprises pour que je devienne un membre actif de son mouvement politique. À la fin, je rédigeai un texte similaire à celui que je présente ci-dessous, que je lui remis :

Avec mon respect le plus profond, je m’adresse à vous. Grâce à votre aimable attention, et aux précieux exemples que vous avez bien voulu me donner, je sens que sur de nombreux points, les nuages ont été balayés et le ciel s’est dégagé. Toutefois, jusqu’à présent, nos relations se sont toujours limitées à des entretiens privés, mais si, à partir de maintenant, nos relations étaient amenées à évoluer sur le plan politique, dans le sens où vous m’accordez l’honneur d’accompagner votre excellence sur la voie de son mouvement et de lier mon destin à son progrès ou à son déclin, je souhaiterais qu’au préalable, vous soyez pleinement informé sur mon caractère, mes opinions et mes aspirations. C’est pourquoi je vous soumets ces quelques lignes, dans l’espoir qu’elles ouvriront la route à des liens éternels.

I) Si je place toute ma confiance en vous, il n’en est pas de même pour ce qui est de vos lieutenants. À supposer que nous ayons à animer un mouvement politique ensemble, je suis prêt à collaborer avec vous seul et à en partager la responsabilité avec vous seul, mais je refuse toute collaboration et tout partage de responsabilités avec d’autres militants.

II) Comme les mouvements politiques évoluent de manière tout à fait incontrôlable, il est difficile de prévoir si, par exemple, à l’avenir, mes idées politiques seront différentes des vôtres, mais si cela devait être le cas, je me réserve toute la liberté de déclarer publiquement mes propres opinions.

  • 34 L’allusion à la corruption n’est pas fortuite, car quatre ans avant l’entretien décrit ici, en 1884 (...)

III) Je ne suis pas d’accord si, dans le but d’atteindre les objectifs de la politique libérale, il est nécessaire, en quelque lieu ou quelque moment que ce soit, de recourir à des moyens répréhensibles vis-à-vis de la morale ou vis-à-vis de ma propre conscience, et quelles que soient les circonstances, je refuse absolument de prêter mon oreille à de telles propositions34.

IV) Comme je serai amené à être responsable d’une foule de militants venant de partout, mon objectif n’est pas de gagner une région ou un territoire. C’est pourquoi, désormais, je voudrais que vous me considériez non pas comme un militant de Kyûshû, car je trouve cela extrêmement gênant, mais comme un militant du Japon. Et bien sûr, comme je possède mes propres opinions, je n’ai absolument aucune obligation de m’aligner sur le mouvement des militants de Kyûshû, ni de représenter leurs idées et leurs opinions. Je voudrais simplement qu’il soit clair que mon mouvement est mon propre mouvement, et que mon discours est mon propre discours.

V) Encore une fois, je voudrais établir clairement que vous acceptez, sur le plan de nos rapports privés et politiques, passés et futurs, le fait qu’il n’existe absolument aucun inconvénient de votre part à ce que j’entretienne des relations avec qui je veux, à ce que je fréquente qui je veux, à ce que je fasse de la politique avec qui je veux, et à ce que j’agisse comme je le veux, dans les seules limites définies par mes propres idéaux politiques et ma propre conscience.

VI) Si, par exemple, par quelque nécessité dans le cadre de notre mouvement politique, ou encore dans le but de ne pas m’écarter du droit chemin, je constate qu’il y a des choses qui vont à l’encontre de mes convictions personnelles, je ne souhaite pas perdre mon temps et je présenterai directement ma démission. En effet, je suis persuadé que si j’utilise mes talents au mauvais endroit, cela ne fera que baisser ma réputation et ne m’apportera aucun bénéfice. Bien évidemment, si tout est en accord avec mes idées, je suis décidé à me battre sans pitié. Voire même à retourner mon sabre contre moi. Sans hésitation aucune, en toute sincérité.

VII) N’ayant pas encore beaucoup d’expérience, en tant qu’étudiant, je ne souhaite en aucun cas entrer dans un parti politique formellement établi. De même, comme je ne suis pas encore digne de confiance, je refuse de représenter qui que ce soit. Toutefois, si je me mets, moi tout seul, respectueusement, au service d’un mouvement politique, ou plus exactement d’un mouvement loyal et sincère luttant pour les principes de liberté, et que cela peut produire un effet même infime, alors je suis prêt à m’engager comme combattant et à travailler avec ardeur.

VIII) Je pense avoir exprimé de manière claire et nette mes idées politiques dans le fascicule intitulé Japon du futur dont je suis l’auteur. Avez-vous des remarques concernant cet ouvrage ? Si oui, sur quels points portent-elles ? Veuillez-m’en faire part sans détours. Car dans ce cas, je devrai repenser, réétudier et reconsidérer certaines choses. Mais pour l’instant, comme cet ouvrage décrit mes principes politiques pour l’avenir, je considérerai que tous ceux qui seront d’accord avec mes propos seront mes amis politiques, et que tous ceux qui seront en désaccord seront mes ennemis politiques. Qu’en pensez-vous ?

IX) Tout en affirmant que mon respect et ma confiance en vous repose sur le fait que vous êtes le héros de toute une génération, et, de plus, sur le fait que, fondamentalement, je crois à vos idées et à vos principes que je partage, je dois néanmoins vous avertir que si par hasard – cela peut arriver – de votre part, vous n’étiez plus satisfait de ces idées et de ces principes, je me verrais obligé de couper court à nos relations. Néanmoins, même si cela devait arriver, je m’engage à ne pas ternir votre réputation, comme le feraient des jeunes sans scrupules.

X) Pour réaliser de grandes œuvres, il faut de la modération. Or, l’un des points clés de la modération, c’est de savoir garder des secrets. On ne peut avoir confiance que lorsque l’on est sûr que les secrets seront gardés. C’est pourquoi je m’engage à ne pas divulguer nos secrets à quiconque. Toutefois, s’il s’avère un jour que la divulgation de ces secrets devienne utile, je suis prêt à m’y résoudre. S’il s’avère plus utile de garder les secrets, je les garderai sans faute. Je vous soumets ce point afin que cet aspect soit absolument clair et sans malentendus entre nous.

Enfin, si vous considérez que les dix points que je viens d’énumérer ne vous posent pas de problème, je suis tout à fait décidé à établir des liens politiques avec vous.

Cela peut vous paraître un peu fastidieux, mais on ne sait jamais quelles erreurs nous attendent le jour où il y aura des mésententes ou des frictions. Du fond du cœur, je souhaite ne pas être de ceux qui agissent de manière stupide, mais je tiens à dire que si, à cause de deux ou trois maladresses, nos relations devaient se distendre, si vous deviez me traiter de lâche ou de traître, j’en éprouverais des regrets durant toute ma vie. Veuillez, je vous prie, ne pas me considérer à la légère.

  • 35 大江逸生 Itsuo ou Issei est un pseudonyme surtout employé par son frère Roka (蘆花逸生) avec lequel il sign (...)

Fait à l’auberge de Kôchi,
Respectueusement, Ôe Itsuo
35
A son excellence, maître Itagaki Taisuke

29Je ne me souviens plus exactement quelle a été la réponse du comte Itagaki. Toujours est-il que mon but était de lui montrer Japon du futur, et de lui en demander la critique, mais je ne sais même pas avec certitude s’il a bien voulu le lire ou non. Il semblerait plutôt qu’il l’ait considéré comme l’un de ces innombrables essais rédigés par des étudiants, et que cela ne l’ait pas particulièrement intéressé. À vrai dire, j’avoue que cela m’a un tout petit peu déçu.

Jusqu’à la publication de Japon du futur

30Comme ce n’était pas drôle de rentrer au pays comme cela, je partis d’abord à Kôbe, et de là, Japon du futur sous le bras, je me rendis à Tôkyô.

  • 36 Shimada Saburô 島田三郎 (1852-1923). Politicien, publiciste et journaliste. Après des études à Daigaku (...)

31À Tôkyô, La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation m’ayant ouvert certaines portes, je fus chaleureusement accueilli et traité avec bien plus d’égards qu’un simple étudiant venu de province. De même, je suis particulièrement reconnaissant envers monsieur Shimada Saburô36, qui a bien voulu m’écrire de nombreuses lettres de recommandation. C’était ma première rencontre avec lui, par l’intermédiaire de monsieur Taguchi, me semble-t-il.

  • 37 Kôno Togama 河野敏鎌 (1844-1895). Homme d’état originaire de Tosa, il entre au service du nouveau gouve (...)
  • 38 Mutsu Munemitsu 睦奥宗光 (1844-1897). Homme d’état originaire de Wakayama. Actif dans la Restauration d (...)

32Parmi les personnalités que j’ai rencontrées cette fois-là figurent entre autres le marquis Ôkuma Shigenobu, le vicomte Kôno Togama37, et le comte Mutsu Munemitsu38. J’ai également croisé Yano Fumio, qui venait de rentrer au Japon, et avait publié ses « Notes de voyage » (Shûyû zakki 周遊雑記). À cette époque, le comte Mutsu était quelque chose comme chef du bureau exécutif du ministère des Affaires étrangères, et était en train de recommencer une nouvelle vie après sa sortie de prison. Il était extrêmement vigoureux et en bonne santé, et je me souviens d’avoir marché sous un soleil brûlant jusqu’à sa résidence qui se trouvait à Negishi, dans la rue de Kanasugi, où j’ai passé avec lui un moment très agréable que je n’oublierai jamais.

33Lorsque le comte Mutsu entendit mon nom, il me demanda : « Tu es bien le Tokutomi de Minamata ? Alors je connais ta maison. Et je connais aussi ton père ».

34J’avais entendu parler d’une histoire selon laquelle le comte Mutsu aurait séjourné brièvement dans notre maison avant la Restauration de Meiji. Afin de n’éveiller aucun soupçon, il se faisait passer pour un médecin itinérant, et quand il quittait la maison, il emportait toujours sa trousse de médicaments. Sans doute ce souvenir lui est-il revenu. Je pense que le comte est venu à la maison avec mon cousin Eguchi Takao, qui étudiait avec lui à Nagasaki.

35Taguchi Ukichi lut également le manuscrit de Japon du futur et me dit : « C’est bon. Je veux bien le publier dans ma société d’édition Keizai zasshisha. Mais, ajouta-t-il, un bon livre n’est pas forcément un livre qui se vend. C’est pourquoi je voudrais que tu en portes la responsabilité ».

  • 39 Yuasa Jirô 湯浅治郎 (1850-1932). Politicien et entrepreneur, mari de la sœur aînée de Sohô, Hatsuko. Or (...)
  • 40 Kiyo. ura Keigo 清浦奎吾 (1850-1924). Homme d’état originaire du fief de Higo (actuellement département (...)

36J’étais évidemment bien embarrassé, mais mon beau-frère, Yuasa Jirô39 m’assura : « Bon, si c’est ainsi, je veux bien en endosser la responsabilité », et finalement, le manuscrit fut transmis à la société d’édition. Cependant, à l’époque, il fallait, pour ce type de texte, passer la censure du Bureau pour la protection de l’ordre (keihokyoku 警保局). Or, le chef de ce bureau, à l’époque, était le comte Kiyo.ura Keigo40, originaire du même village que moi, mais plus âgé. Cependant, je n’eus pas même besoin de recourir à son aide : il s’est trouvé que l’un de ses subordonnés, un certain Hirano Kôjirô, fut nommé en interne pour effectuer des corrections à divers endroits, et c’est ainsi que j’ai pu en fin de compte passer sans problème. Je ne me rappelle plus en détail les corrections qui ont été effectuées, mais ce dont je me souviens aujourd’hui encore, c’est que partout où il apparaissait, le mot « révolution » (kakumei 革命) a été changé en « réforme » (kaikaku 改革).

Mon plan secret

  • 41 Hitomi Ichitarô 人見一太郎 (1865-1929). Journaliste. Originaire d’une famille paysanne de Kumamoto. Élèv (...)
  • 42 Parc situé au nord-est de la ville de Tôkyô.

37Un jour, avec mon compagnon de route Hitomi Ichitarô41, nous étions assis sur la souche d’un grand micocoulier, en plein milieu de la forêt, dans un coin tranquille du parc d’Ueno42. C’était vers la fin du mois d’août, ou au début du mois de septembre. C’est là que je lui ai confié mon secret. Hitomi avait d’abord suivi l’école normale de Kumamoto, puis, à sa sortie, il était devenu instituteur à l’école primaire de Kawauchi, à environ à 3 ri de Kumamoto, non loin de la baie d’Ariake, sur le flanc arrière de la colline de Kinpôzan. Une fois par semaine, il ne manquait pas de venir assister à mon cours de lecture anglaise. À partir de ce moment-là, je commençai à m’intéresser à ce personnage, et fis en sorte de créer des opportunités de rencontre. Il vint d’abord à l’Ôe gijuku, où il fut logé, puis, en été 1884, il m’accompagna à Kôchi, et cette fois-ci, il fit le voyage avec moi de Tosa à Tôkyô. Son entourage avait fini par le surnommer « chancelier privé de Toku ».

38Je m’adressai à lui en ces termes :

  • 43 Chûgen ni shika wo o.u 中原に鹿を逐う est tiré du Shiki 史記, et signifie « se mettre sur les rangs pour obt (...)

Toi et moi, nous ne sommes pas faits pour faire de vieux os en province. Le moment est venu de chasser le cerf dans la plaine43. Rentre immédiatement à Kumamoto, et vas dire à nos camarades que l’Ôe gijuku va fermer incessamment sous peu. Si nos amis ne sont pas d’accord, cela ne me gêne pas que tu y mettes le feu et que le gijuku parte en flammes. Je te confie tout, agis selon ce que tu penses. Moi, je reste encore un peu à Tôkyô, le temps de faire des préparatifs pour notre nouveau départ dans la vie, et je rentrerai après.

39Hitomi acquiesça aussitôt et accepta courageusement de se charger de tout.

40De mon côté, je me mis avec plus ou moins de bonheur à fréquenter des gens connus et à préparer ma future installation à Tôkyô. Entre autres activités, je publiai dans la revue Rikugô zasshi une critique plutôt sévère sur les « Notes de voyage » de Yano Fumio, mais suite à cet article, j’eus la chance de le rencontrer, et les opportunités qui se créèrent grâce à lui ne furent pas négligeables.

Je quitte la maison et je m’installe à Tôkyô

41À Tôkyô, je poursuivis mes préparatifs en vue de la fermeture de l’Ôe gijuku, et me mis en quête de quelque activité future et d’un endroit pour m’installer lorsque je reviendrais à Tôkyô. Un peu plus tard, bien que n’ayant pu aboutir à des engagements fermes, j’avais toutefois mis ma volonté à l’épreuve, et cela me donnait suffisamment de confiance en moi pour me décider à rentrer au pays. Le poème que je composai alors laisse imaginer mon état d’esprit de l’époque :

  • 44 弊裘依旧出都門。 一片帰心軽似雲。 西海故人応待我。 秋風吹老大江村。 La mer de l’ouest, saikai, se situe à l’ouest de Nagasaki, ou d (...)

Je quitte la capitale comme débarrassé d’un vieux vêtement de fourrure.
Sur le chemin du retour, mon cœur est léger comme un nuage.
J’attends la réponse des défunts de la mer de l’ouest.
Le vent d’automne souffle sur le vieux village d’Ôe
44.

42Une fois de retour, je constatai qu’au sein de l’Ôe gijiku, ma résolution avait été mieux acceptée que je ne le pensais, et il ne se posa pas de problème particulier. Par conséquent, je fis venir tous les sympathisants, amis et autres connaissances de l’école et en dehors, et organisai une sorte de cérémonie de clôture – ou de dissolution – de l’Ôe gijuku.

43Comme la plupart de mes principaux collaborateurs à l’école avaient aussi le désir de monter à la capitale, je m’employais autant que je le pouvais à les encourager dans leur démarche.

44En revanche, j’avais d’abord l’intention, pour ce qui était de ma famille, de partir seul avec ma femme. Mes parents, saluant mon projet, déclarèrent cependant : « Nous sommes bien décidés, nous aussi, à vous accompagner », ce qui me remplit d’une joie indicible, car, finalement, toute la famille allait déménager à Tôkyô.

45Si mes parents s’ajoutaient à notre couple, cela ne faisait, au fond, qu’au lieu de n’être que deux, nous serions quatre, mais à vrai dire, pour l’époque, qu’une famille entière plie bagage et déménage à Tôkyô, c’était comme brûler un bateau ou couper un pont, ce n’était pas une mince affaire.

46Comme je n’avais pas d’emploi fixe, je ne disposais pas non plus de ressources, et cela revenait à affronter le destin les mains complètement vides. Aussi, après avoir mûrement réfléchi, j’organisai une réunion de famille lors de laquelle je fis part à tous de mon intention de fixer le montant de notre budget familial à trente yens par mois. Mes parents et ma femme confirmèrent ce choix en apposant leur sceau et leur signature. Trente yens, c’était donc le montant des dépenses mensuelles qu’il ne fallait pas dépasser.

47Mis à part les livres et les objets de première nécessité, ainsi que quelques souvenirs de nos ancêtres, nous eûmes vite fait de tout brader, de distribuer meubles et bibelots aux parents et amis, et de donner le reste aux plus offrants. Finalement, si je me souviens bien, c’était le premier décembre 1886 que nous avons quitté Kumamoto, le cœur et le corps légers, accompagnés de plus d’une dizaine de compagnons fidèles.

48Qu’à cause de ma résolution, mes parents aient quitté le pays natal où ils vivaient à leur aise, sans autre garantie préalable que celle de vouloir suivre mon aventure hasardeuse à Tôkyô, qu’ils se soient ainsi joints à notre groupe, cela me remplissait d’un sentiment de reconnaissance incommensurable.

Les répercussions de Japon du futur

49Japon du futur fut publié peu après mon retour de Tôkyô à Kumamoto, et donc quelques centaines d’exemplaires me furent finalement envoyés là-bas. Comme il s’agissait de ma première publication, un certain nombre de gens s’intéressèrent à la manière dont celle-ci avait vu le jour, et, que ce soient les critiques de journaux ou ce que me rapportaient mes amis restés à Tôkyô, tous étaient plus positifs que je ne l’aurais imaginé. Pour vous donner une idée de la rapidité avec laquelle l’ouvrage s’est répandu, pensez donc que, déjà dans le train qui nous a amenés à la capitale, j’ai aperçu quelqu’un qui lisait mon livre.

50Sachant le bon accueil qui fut fait à Japon du futur, je ne devais sans doute plus me faire de soucis d’avoir entraîné toute la famille à Tôkyô. Quoi qu’il en soit, le 10 décembre, nous sommes arrivés chez les Yuasa, dans la maison de ma sœur aînée, qui se trouvait à Sannôdai, près du quartier d’Akasaka Tameike. Puis nous avons trouvé une maison à louer au fin fond de Reinanzaka, à Akasaka, où nous avons pu nous poser en toute tranquillité.

  • 45 Kozaki Hiromichi 小崎弘道 (1856-1938) est considéré comme l’un des trois fondateurs de l’Église protest (...)

51Pour cela, nous avons bénéficié des bons offices du pasteur du temple protestant de Reinanzaka, Kozaki Hiromichi45, ainsi que de sa femme, lui-même ayant été élève, comme moi, de l’école anglaise de Kumamoto et de Dôshisha.

52L’année 1886 touchait à sa fin. Je me demandais ce que j’allais bien pouvoir faire. Comment faire pour vivre ? En dehors de ma conviction que j’étais venu là pour réaliser mon propre destin, je n’avais rien de précis en tête. Mais comme à l’époque, je recevais des invitations à droite et à gauche, je me disais que si jamais je voulais à obtenir un emploi, j’en aurais un sans trop de difficultés. Un quotidien d’Ôsaka m’avait demandé si je ne voulais pas rejoindre sa rédaction, suite à une recommandation de la part du professeur Niijima. Par ailleurs, Yano Fumio, qui était à l’époque directeur du Hôchi shinbun, n’aurait pas été opposé à ce que j’entre dans sa société. Et si Taguchi Ukichi m’avait proposé ne serait-ce qu’un emploi subalterne, je n’aurais certainement pas refusé. Toujours est-il que je ne sais si Japon du futur a contribué de quelque manière au futur du Japon, mais il a sûrement apporté de nombreuses opportunités au futur écrivain Tokutomi. Sans aller jusqu’à dire que j’avais obtenu autant de succès que Macaulay après la sortie de ses Essais sur Milton, j’avoue franchement que le livre fut très bien accueilli. Pour preuve, je remarquai que non seulement on s’inspirait de mes textes et de mes idées, mais que certains les reproduisaient même tels quels.

Création de la société d’édition Minyûsha et publication de la revue Kokumin no tomo

53Que fallait-il faire ? Au moment où j’étais en train de quitter Kumamoto, j’avais déjà formé un dessein : celui de créer ma propre revue. En fait, j’aurais aimé dès le départ me lancer dans un quotidien. Mais ayant déjà eu quelques expériences avec les journaux, je savais que se lancer dans la publication d’un quotidien n’était pas une chose facile. C’est pourquoi je décidai de garder cela pour plus tard, et de me contenter pour le moment de la publication d’une revue. C’est quelque chose que j’avais envie de réaliser de toute façon, quel que soit le succès de Japon du futur. Et, comme je l’ai déjà dit plus haut, puisque Japon du futur m’avait ouvert les portes du destin, je voulais tenter ma chance en commençant par la publication d’une revue.

  • 46 上州 Jôshû, autre appellation pour l’ancienne province de Kôzuke 上野, actuellement département de Gunm (...)

54De manière fort inattendue, j’obtins un allié en la personne de Yuasa Jirô. Résidant à Annaka dans la province de Jôshû46, il était un proche ami du professeur Niijima, mais de plus, il était mon beau-frère, et en tant que Président du Conseil régional de Gunma, il était engagé dans la lutte pour l’abolition de la prostitution. D’un naturel peu conciliant, il n’était pas homme à faire facilement des compromis, mais une fois qu’il avait pris une décision, il faisait tout pour aller jusqu’au bout de sa pensée. Par un heureux hasard, il s’était passionné pour mon idée, et à partir du moment où nous avions résolu de faire route ensemble pour publier une revue, il s’acquitta de son travail prestement, quelle qu’en soit la tâche.

  • 47 マネー ジャー, en katakana dans le texte.

55Il va sans dire que moi, en tant que directeur et rédacteur en chef, je prenais la responsabilité du contenu, tandis que Yuasa, en tant que directeur adjoint et manager47 se chargeait de tout ce qui était gestion. Mais au-delà des comptes, Yuasa s’intéressait également aux aspects techniques, et il a apporté des contributions précieuses sur pratiquement toutes les questions telles que la couverture, les illustrations, ou plus généralement sur le style de présentation de la revue ou sur la place de la publicité.

56Personnellement, je savais que l’apport de la publicité avait un effet considérable, mais là où, moi-même, j’aurais tout simplement inséré une publicité sans y réfléchir, Yuasa se donnait la peine de concevoir une mise en pages de manière à ce que celle-ci frappât immédiatement le regard, car il voulait que la publicité soit aussi efficace que dans un quotidien. Enfin, le 15 février 1887, le premier numéro de Kokumin no tomo, l’« Ami de la nation », vit le jour. Le tirage des revues de l’époque se situait en général en dessous de mille exemplaires, autour de cinq à six cents en moyenne, et lorsqu’ils dépassaient les mille exemplaires, c’était déjà le signe d’une belle prospérité.

57Tenant compte du fait que c’était le premier numéro de Kokumin no tomo, nous en avions imprimé une bonne quantité, mais peu de temps après sa parution, nous étions en rupture de stock et nous l’avons fait réimprimer une deuxième fois, allant même jusqu’à une troisième fois, pour finalement atteindre dix mille exemplaires en tout ! C’était absolument inimaginable.

  • 48 Périodique américain fondé en 1865, ancré à gauche à sa période de création. Plus ancien hebdomadai (...)
  • 49 Min, ou Kokumin, a communément le sens de « peuple », ce qui est implicite dans le titre Kokumin no (...)

58Pourquoi avoir appelé cette revue Kokumin no tomo, « Ami de la nation » ? En fait, depuis ma jeunesse, j’aimais lire la revue américaine The Nation48, et ce terme de « nation » était resté gravé dans ma tête. C’est la raison pour laquelle j’ai appelé ma revue ainsi. Le nom de ma société d’édition, Minyûsha 民友社, est tout simplement formé par les deux caractères min 民 et tomo (yû) 友 de Kokumin no tomo. Si je n’ai pas choisi de l’appeler Kokuyûsha (国友社 « Ami de la nation (pays) ») c’est parce qu’à l’époque je défendais ma théorie du heiminshugi (平民主義 « démocratisme ») et que je m’étais imposé à moi-même de me faire l’allié du peuple dans toutes les circonstances49.

59La présentation venait pour moitié de mon imagination, et de l’autre, elle était inspirée de son modèle américain. Par exemple, dans le Nation d’origine, il existait une rubrique intitulée « Special Correspondence », qui publiait des contributions de sommités européennes du moment, principalement britanniques, rubrique que j’ai reprise en japonais sous le titre tokubetsu kisho (特別奇書 « Correspondance spéciale »), et vers laquelle je m’efforçai d’attirer des personnalités de tous les horizons.

60Le premier numéro se présentait de cette manière, et à partir du deuxième, alors que je pensais que son succès allait diminuer, il n’en fut rien. Puis, on me pria instamment de publier le manuscrit de cet opuscule au long titre de La jeunesse japonaise du xixe siècle et son éducation que j’avais fait dupliquer en secret et à mes propres frais en trois cents exemplaires et distribuer par-ci par-là en 1885, et, suite à cette demande, je rédigeai une nouvelle version, à laquelle je donnai le titre : « La jeunesse du nouveau Japon » (Shin Nihon no seinen 新日本の青年), qui fut publiée par les éditions Shûseisha de Kanda, et comme cette publication venait faire écho à Japon du futur, les ventes en furent remarquables.

61De cette façon, je pus m’assurer, en tant qu’auteur, non pas d’un bon revenu, mais en tout cas d’un revenu suffisant, plus élevé que je ne l’avais espéré, dont j’utilisai la majeure partie pour rembourser les membres de la famille, les anciens disciples de mon père, ou les amis qui m’avaient aidé à surmonter mes difficultés financières en prenant tant bien que mal sur leur propre budget familial, ce dont je leur suis aujourd’hui encore fort reconnaissant.

Le Japon de la fin des années 1880

62Depuis toujours, j’aime la politique, et la politique, c’est ma vie. Néanmoins, je n’ai jamais eu la moindre intention d’entrer en politique. Ou, pour dire les choses simplement, je n’ai jamais souhaité devenir ministre ou député. J’avais cependant le désir de faire bouger les choses sur le plan politique, mais en dehors de cela, je ne poursuivais ni les honneurs ni la gloire. Mais si le souhait de faire marcher le monde – ne serait-ce qu’un tout petit peu – selon ses propres désirs, est considéré comme de l’ambition, alors, oui, j’étais dévoré par cette ambition-là.

63Pour cette raison, que ce soit par le fait d’écrire, ou par celui de publier une revue, je n’avais pas le moins du monde pour objectif de gagner de l’argent en vendant mes livres, ou de devenir une autorité dans le monde littéraire.

  • 50 Itô Hirobumi 伊藤博文 (1841-1909). Homme d’état de Meiji. D’origine paysanne, son père avait été adopté (...)

64Mais revenons au Japon de la fin des années 1880. Le système de cabinet fut adopté fin 1885, et le duc Itô Hirobumi50, qui était de basse extraction, devint premier ministre. C’était le premier cabinet Itô. Au début, certes, il faisait preuve d’une énergie plutôt remarquable, mais au fur à mesure, il s’était heurté à toutes sortes d’obstacles, et avait fini par s’essouffler un peu. Cet état de choses était notamment dû à l’alliance entre Satsuma et Chôshû, ou plus exactement, à certains vieux poids lourds de Satsuma comme le comte Kuroda Kiyotaka, qui avait déclaré une guerre larvée au duc Itô, et le laissait rarement faire ce qu’il voulait.

  • 51 Inoue Kaoru 井上馨 (1835-1915). Originaire d’une famille de guerriers hanshi du fief de Chôshû, il est (...)
  • 52 Rappelons que ces traités, signés en 1858 avec les principaux pays occidentaux, avaient fixé des co (...)

65De ce fait, un jeune homme comme Inoue Kowashi, qui assistait Itô dans la réalisation de ses réformes, ressentait au fond de lui une certaine irritation de voir que le comte Itô perdait petit à petit ses convictions. Pourtant, après une discussion serrée avec Itô, Inoue Kowashi fut relégué au poste de chef de la bibliothèque du Palais impérial. Quoi qu’on en dise, le vrai grand patron de l’époque, c’était le ministre des Affaires étrangères, le marquis Inoue Kaoru51. Vers les années vingt de Meiji (1887), il avait un tel pouvoir qu’à la place de « cabinet Itô », on aurait très bien pu dire « cabinet Inoue ». C’était, de fait, une réalité. Comme vice-ministre du marquis, il y avait le vicomte Aoki Shûzô, et comme chef de cabinet le comte Mutsu Munemitsu. Le ministère des Affaires étrangères de l’époque était constitué des meilleurs éléments de l’époque, dont le souci était de mener tambour battant l’occidentalisation du Japon, d’une part dans le but de mener à bien les négociations sur la révision des traités inégaux52, et de l’autre dans celui de se débarrasser des partis politiques trop bornés.

66En d’autres termes, les bals à l’européenne du Rokumeikan, l’Association pour la promotion de l’alphabet occidental dans la langue japonaise, le Mouvement de réforme du théâtre et bien d’autres phénomènes apparurent les uns après les autres. Les adeptes de l’occidentalisation avaient pour argument de dire :

C’est une erreur de faire ce qui a été fait jusqu’à maintenant, c’est-à-dire de vouloir introduire le meilleur et de laisser ce qui l’est moins. Nous Japonais, nous ne savons pas ce qui est bon ou moins bon, ce qu’il faut prendre ou laisser dans les civilisations étrangères. C’est pourquoi il faut introduire ce qui est possible d’introduire, et par la suite, il sera encore temps de faire le tri entre ce qui est bon ou non.

  • 53 Saionji Kinmochi 西園寺公望 (1849-1940). Issu de la noblesse, il est le frère cadet de Tokudaiji Sanenor (...)
  • 54 Le senryû est un poème court en 17 syllabes, en vogue à partir de la fin du xviie siècle. Souvent s (...)
  • 55 Shennong, en japonais Shinnô 神農, est un héros de la mythologie chinoise, fondateur de la pharmacopé (...)

67Le prince Saionji Kinmochi53 lui-même m’a tenu ce langage. Le comte Mutsu Munemitsu m’a expliqué, à l’aide d’un poème de style senryû54 qu’« au début, Shinnô55 lui-même a tourné de l’œil lorsqu’il a goûté de l’aconit. L’aconit est une plante toxique, mais Shinnô, ne sachant si c’était un poison ou une plante médicinale, était bien obligé de la goûter, et si elle était toxique, il s’évanouissait, c’est ce qui lui permettait de l’identifier comme telle. Pour nous, c’est la même chose, nous sommes conscients qu’il peut nous arriver de tourner de l’œil en goûtant de l’aconit ».

Notes

9 Son premier ouvrage publié en 1886, Shôrai no Nihon (将来之日本), propulsa Sohô à l’âge de vingt-trois ans parmi les critiques et essayistes les plus influents de son époque. Le titre de la revue Kokumin no tomo (国民之友) est souvent traduit par l’« Ami du peuple », mais la traduction que Sohô donne lui-même en anglais est « The Nations friend », l’« Ami de la nation ».

10 Sohô avait emmené ses étudiants à Tosa pour rencontrer des jeunes militants du Jiyûminken, avant de rentrer à nouveau à Tôkyô pour y finir les vacances scolaires.

11 En confiant l’héritage familial et la direction de la famille à Sohô, son père devenait donc inkyo 隠居, tout comme son grand-père. La transmission de l’héritage et de la responsabilité familiale selon le bon vouloir du père de famille, uniquement au fils aîné ou, en cas de conflit, à un autre fils, adoptif ou non, était pratiquée dès le Moyen Âge, principalement dans la classe guerrière. Cette loi coutumière a été officiellement abolie seulement en 1947.

12 Fondée en 1875 sous le nom de « English school » par le missionnaire protestant Niijima Jô (Joseph Hardy Neesima, 1843-1890), revenu d’un séjour aux États-Unis, Dôshisha compte actuellement parmi les grandes universités privées du Japon.

13 Selon le proverbe : Zen wa isoge 善は急げ, contrairement au proverbe français « tout vient à point à qui sait attendre ».

14 Veuve de l’érudit confucéen Yokoi Shônan 横井小楠 (1809-1869), elle était la sœur de la mère de Sohô.

15 Sohô utilise ici shikato, une expression qui sera à la mode dans les années trente, qui fait référence au shika (chevreuil) qui se trouve sur les cartes à jouer hanafuda, valant dix points (), sur lesquelles le chevreuil semble porter son regard ailleurs. Shikato suru est devenu argotique, et signifie négliger, ne pas faire attention à quelqu’un ou quelque chose. (traduit ici par : je me gardai bien de…)

16 Yasuoka Ryôsuke 安岡良亮 (1825-1876). D’origine guerrière, natif du fief de Tosa, il est d’abord actif dans la lutte pour la Restauration. Nommé par le nouveau gouvernement au poste de préfet de Kumamoto, il sera attaqué et blessé lors de la révolte du shinpûren (神風連 « Ligue du vent divin ») menée en 1876 par les guerriers révoltés de Kumamoto, et mourra peu après.

17 Tokutomi avait fondé cet établissement scolaire appelé Ôe gijuku 大江義塾 dans le village de Ôe (actuellement un quartier de la ville de Minamata) en 1882, après avoir interrompu ses études à l’école anglaise de Dôshisha, à l’âge de dix-neuf ans.

18 「清白祖風今尚存平生自覚僥天恵斉家最頼孟光依形影相依三十年」. Meng Guang (孟光, Môkô en japonais) est un savant confucéen, érudit mais arrogant, qui apparaît dans l’Histoire des trois royaumes. Mais il est possible que, dans ce contexte, Sohô fasse plutôt allusion à un personnage féminin d’une légende chinoise, une dénommée Meng Guang, dont le dévouement et l’amour qu’elle porte à son mari sont exemplaires.

19 Un peu moins de cent kilomètres.

20 Eguchi Takayasu 江口高廉 ( ?- ?). Pas d’informations biographiques. Il apparaît toutefois comme co-auteur de Tokutomi Sohô d’un ouvrage sur l’œuvre posthume de Yokoi Shônan (Shônan ikô 小楠遺稿) édité par la société d’édition Minyûsha en 1889.

21 Tokunaga Shôryu 徳永昌龍 ( ?- ?). Père de Tokunaga Motonori 徳永規矩 (1861-1903), cousin de Tokutomi Sohô. Baptisé en 1879, il fonde en 1887 l’école chrétienne Kumamoto eigo gakkai (熊本英語学会) qui s’appellera par la suite Kumamoto eigakkô (熊本英学校 « École anglaise de Kumamoto »).

22 Daijûkyûseiki nihon no seinen oyobi sono kyôiku (第十九世紀日本之青年及び其の教育).

23 Taguchi Ukichi 田口卯吉 (1855-1905). Économiste libéral, historien et juriste. Il entre au ministère des Finances en 1874. À partir de 1877, il travaille à la réalisation d’un grand panorama sur l’histoire de la civilisation contemporaine, Nihon kaika shôshi (Bref historique de l’ouverture du Japon), achevé en 1882. Il crée et dirige la revue économique Tôkyô keizai zasshi (1879-1923) dans laquelle il expose ses thèses sur l’économie moderne. Il participe à la rédaction de deux encyclopédies, Dai nippon jinmei jiten (大日本人名事典 « Dictionnaire biographique », 1884) et Kokushi taikei (国史大系 « Histoire du Japon », 1886), sera membre du Conseil de Tôkyô et député à partir de 1894. Il est l’auteur de nombreuses publications sur l’économie et l’histoire contemporaine, certains l’ont comparé à un Adam Smith japonais. (Christiane Séguy, Histoire de la presse japonaise, p. 318, William Theodore De Bary, Carole Gluck et Arthur E. Tiedemann (dir.), Sources of Japanese Tradition : Volume 2 : 1600 to 2000, 2e édition, New York, Columbia University Press, 2005, p. 1227)

24 Inoue Kowashi 井上毅 (1844-1895). Originaire du fief de Kumamoto. Après des études de droit et un séjour en France, il entre au ministère de la Justice, puis au Dajôkan, dès 1870. Homme de confiance d’Ôkubo Toshimichi et d’Itô Hirobumi, il se voit confier des missions délicates, et participe à l’élaboration de la constitution avec le juriste allemand Roesler. Membre du Conseil privé, Sûmitsu. in, à partir de 1888, il prend part à l’élaboration du Rescrit sur l’éducation et sera ministre de l’Instruction publique en 1893 sous le deuxième cabinet Itô.

25 Aruga Nagao 有賀長雄 (1860-1921). Sociologue et juriste, considéré comme l’un des fondateurs de la sociologie japonaise moderne. Après des études à l’université de Tôkyô, il y enseigne l’histoire sociale du Japon. En 1883, il publie un ouvrage en trois volumes, intitulé « Sociologie » (Shakaigaku 社會學), dans lequel il expose ses thèses basées sur Herbert Spencer et la théorie de l’évolution sociale. Après une année d’études à Berlin il occupe divers postes au gouvernement. Membre du Sûmitsu. in, puis professeur à l’université de Waseda, il effectue encore plusieurs séjours en Europe et publie entre autres Kokkagaku (国家学, inspiré de la science allemande de la « Staatslehre ») et pendant la guerre russo-japonaise, Nichi-ro sen. eki kokusaihōron (日露戦役国際法論 « Sur le droit international dans la guerre russo-japonaise »). (source : 国学者伝記集成続編 et 国史大辞典第1巻 / 国史大辞典編集委員会, 吉川弘文館, 1979).

26 Fujishima Masatake 藤島正健 (1845-1904). Haut fonctionnaire, homme politique, puis banquier, il fait carrière au ministère des Finances à partir de 1872. Consul du Japon à Paris entre 1884 et 1886. Préfet du département de Toyama en 1888, puis de Chiba en 1890. Coupable d’avoir pratiqué des interventions électorales musclées lors des deuxièmes élections législatives de 1892, sous le cabinet Matsukata, au cours duquel il y a eu des morts et des blessés, il démissionne de son poste de préfet. Il sera vice-président de la banque Nihon kangyô ginkô 日本勧業銀行 de 1897-1900.

27 Créée en 1879, cette école est actuellement encore un lycée, Kumamoto kenritsu seiseikô kôtôgakkô (熊本県立済々黌高等学校). Tokutomi crée l’Ôe gijuku en 1882. Actuellement, ses anciens locaux abritent un petit musée dédié à sa mémoire.

28 Sassa Tomofusa 佐々友房 (1854-1906). Éducateur, publiciste et politicien conservateur, originaire de Kumamoto. Après une peine de prison purgée suite à sa participation à la révolte des guerriers de Satsuma, il fonde une école en 1879, qui prendra le nom de Seiseikô en 1882, dans laquelle il prône l’idéologie impériale et les valeurs nationalistes. Il sera également directeur du quotidien Kumamoto nichi nichi shinbun (à partir de 1888). Député en 1890, membre des partis conservateurs Teikokutô et Daidô kurabu.

29 Rouleau ancien, manuscrit ou peint.

30 Le Japon du futur a été traduit en anglais et publié par Vinh Singh, sous le titre The Future Japan, University of Alberta Press, 1989.

31 Itagaki Taisuke 板垣退助 (1837-1919), issu du fief de Tosa, actif dans la lutte pour la Restauration du pouvoir impérial et membre du gouvernement de Meiji jusqu’en 1873. Considéré comme le père du mouvement libéral japonais, il fonde le premier Parti libéral, Jiyûtô, en 1881. Après dissolution de ce dernier, il continue son action dans des associations patriotiques libérales, comme Zenkoku yûshi dai konshinkai, créée en 1887. En 1890, il fonde un nouveau parti, qui deviendra le Jiyûtô en 1891. Il sera ministre sous le cabinet Ôkuma en 1898.

32 Concernant son titre de comte, Itagaki, qui était opposé à la réforme des classes de Meiji dans laquelle subsistait une classe noble, kazoku, avait refusé par deux fois l’anoblissement sur décret impérial, mais un troisième refus aurait été considéré comme un acte d’irrespect envers l’empereur. Il accepta donc en 1887.

33 Sohô avait déjà rencontré Itagaki auparavant, en août 1882. Ils eurent à cette époque des entretiens qui se sont prolongés sur trois jours. (Sohô Jiden, op. cit., p. 123-148).

34 L’allusion à la corruption n’est pas fortuite, car quatre ans avant l’entretien décrit ici, en 1884, le parti libéral d’Itagaki Taisuke, créé en 1881, a dû être dissous suite au scandale provoqué par le voyage en Europe d’Itagaki, qui avait accepté une invitation du gouvernement et le financement de son voyage par la firme Mitsui. Itagaki se trouve donc dans une situation de relative faiblesse politique, dans laquelle il essaye à nouveau de mobiliser ses troupes et créer un nouveau parti. Sachant cela, on comprend mieux le ton provocateur, voire insolent, qu’utilise le jeune Sohô, âgé seulement de vingt-trois ans, face à ce vétéran et héros de la Restauration. Dans ces lignes, Sohô dévoile aussi son arrogance et son caractère immodeste.

35 大江逸生 Itsuo ou Issei est un pseudonyme surtout employé par son frère Roka (蘆花逸生) avec lequel il signe entre autres le roman Fushigina ie (不思議の家 « Une maison étrange »), publié par la société d’édition Minyûsha en 1895.

36 Shimada Saburô 島田三郎 (1852-1923). Politicien, publiciste et journaliste. Après des études à Daigaku Nankô (actuellement université de Tôkyô) il devient l’un des fondateurs du premier quotidien japonais Yokohama mainichi shinbun en 1871. Par la suite il fait carrière au sein du gouvernement mais démissionne en 1881 par solidarité avec Ôkuma Shigenobu. Il est membre fondateur du Parti progressiste, Kaishintô, et entre comme rédacteur au Yokohama mainichi shinbun (Mainichi shinbun à partir de 1886), dont il deviendra directeur à la mort de Numa Morikazu en 1894 jusqu’à son absorption par le Hôchi shinbun en 1906. Député dès la première assemblée de 1890, il sera élu quatorze fois. Attaché aux idées libérales, syndicaliste, il intervient dans les conflits ouvriers de 1899 et ne cessera de lutter pour le progrès social (abolition de la prostitution, dénonciation de la pollution au cuivre des mines d’Ashio entre autres). Une collection de ses écrits, articles, commentaires politiques et essais théoriques a été publiée après sa mort.

37 Kôno Togama 河野敏鎌 (1844-1895). Homme d’état originaire de Tosa, il entre au service du nouveau gouvernement en 1869 où il sera d’abord affecté au Taishô.in « Chambre d’attente des ordres de l’empereur », puis au Genrô.in « Chambre des Anciens ». Il démissionne en 1881 avec Ôkuma Shigenobu et participe à la fondation du Rikken Kaishintô, Parti constitutionnel progressiste. Il devient conseiller du Sûmitsu.in en 1888, et sera plusieurs fois ministre, à partir de 1892, sous les cabinets Matsukata et Itô.

38 Mutsu Munemitsu 睦奥宗光 (1844-1897). Homme d’état originaire de Wakayama. Actif dans la Restauration de Meiji, il entre au gouvernement, mais démissionne pour rejoindre Saïgô Takamori dans la révolte de Satsuma. Mis en prison entre 1878 et 1883, il traduit Utilitarianism de Bentham. À sa sortie, il occupe divers postes ministériels, entre autres il sera ministre des Affaires étrangères sous le cabinet Itô pendant la guerre sino-japonaise. Celle-ci se solde par le traité de Shimonoseki, dont les termes seront remis en cause par la triple intervention (France, Allemagne, Russie), ce qui lui sera violemment reproché. Il décède à Hawai en 1897.

39 Yuasa Jirô 湯浅治郎 (1850-1932). Politicien et entrepreneur, mari de la sœur aînée de Sohô, Hatsuko. Originaire de Gunma, fils d’un fabricant de miso et de shôyu. Ami de Niijima Jô, il est baptisé en 1878. Député en 1890 pour le Parti libéral, président du Conseil départemental (kenkaigi chô) en 1893. Mécène de l’université Dôshisha et de la société d’édition Minyûsha de Sohô, il est actif dans diverses organisations chrétiennes et s’engage dans la cause de l’abolition de la prostitution. Sa maison d’édition publie entre autres la revue chrétienne Rikugô zasshi (六合雑誌).

40 Kiyo. ura Keigo 清浦奎吾 (1850-1924). Homme d’état originaire du fief de Higo (actuellement département de Kumamoto), il occupera de nombreux postes ministériels. Président et membre du Sûmitsu.in, il sera Premier ministre en 1924.

41 Hitomi Ichitarô 人見一太郎 (1865-1929). Journaliste. Originaire d’une famille paysanne de Kumamoto. Élève de l’Ôe gijuku à partir de 1884, il devient par la suite le bras droit de Sohô. Rédacteur de la revue Kokumin no tomo, puis éditorialiste du Kokumin shinbun. Auteur entre autres de « La deuxième Restauration » (Daini no ishin), œuvre critiquant le gouvernement oligarchique de Satsuma et Chôshû (1893). Il quitte la rédaction en 1897 et se rend en France. Il publie en 1901 « Notes sur les choses vues et entendues en Europe » (Ôshû kenbunroku 欧州見聞録). (Publ. Yanagida Izumi éd., Minyûsha bungaku zenshû, in : Meiji bungaku zenshû, vol. 36).

42 Parc situé au nord-est de la ville de Tôkyô.

43 Chûgen ni shika wo o.u 中原に鹿を逐う est tiré du Shiki 史記, et signifie « se mettre sur les rangs pour obtenir un poste élevé » (la plaine symbolise le monde, le cerf représente les postes à la cour).

44 弊裘依旧出都門。 一片帰心軽似雲。 西海故人応待我。 秋風吹老大江村。 La mer de l’ouest, saikai, se situe à l’ouest de Nagasaki, ou dans un sens plus large, autour de Kyûshû.

45 Kozaki Hiromichi 小崎弘道 (1856-1938) est considéré comme l’un des trois fondateurs de l’Église protestante du Japon avec Ebina Danjô 海 老名弾正 (1856-1937) et Miyakawa Tsuneteru 宮川経輝 (1857-1936). Fondateur du temple protestant de Reinanzaka (Reinanzaka kyôkai 霊南坂教会), qui existe encore à l’heure actuelle, il fut entre autres le deuxième président de l’université Dôshisha.

46 上州 Jôshû, autre appellation pour l’ancienne province de Kôzuke 上野, actuellement département de Gunma.

47 マネー ジャー, en katakana dans le texte.

48 Périodique américain fondé en 1865, ancré à gauche à sa période de création. Plus ancien hebdomadaire des États-Unis, il s’était engagé à l’époque dans la lutte contre l’esclavage. À l’époque où Sohô lisait The Nation, il venait d’être racheté en 1881 par le magnat de presse Henri Villard, qui en avait fait un supplément littéraire du quotidien New York Evening Post.

49 Min, ou Kokumin, a communément le sens de « peuple », ce qui est implicite dans le titre Kokumin no tomo, même si le sous-titre en anglais donné par Sohô lui-même est : « The Nation’s friend » et non « The people’s friend ».

50 Itô Hirobumi 伊藤博文 (1841-1909). Homme d’état de Meiji. D’origine paysanne, son père avait été adopté et élevé dans une famille de guerriers de bas rang du fief de Chôshû. Il doit son ascension politique à la Restauration de Meiji, grâce à laquelle il entre au gouvernement. En 1870, il séjourne aux États-Unis, puis accompagne la mission Iwakura en Europe et aux États-Unis entre 1871-1873. Premier ministre en 1885, il démissionne en 1888 à cause de l’échec des négociations sur les traités inégaux menés par Inoue Kaoru. Il formera en tout quatre cabinets, dont l’un pendant la guerre sino-japonaise. Après la guerre russo-japonaise, il deviendra Résident général en Corée, et sera assassiné par un extrémiste coréen à Harbin en 1909.

51 Inoue Kaoru 井上馨 (1835-1915). Originaire d’une famille de guerriers hanshi du fief de Chôshû, il est un proche d’Itô Hirobumi dès son enfance. Après des études de rangaku (études hollandaises) et d’art militaire occidental, il sera actif dans la Restauration de Meiji et fera partie du gouvernement de Meiji, mais suite à un scandale de corruption, il démissionne en 1873 et se lance dans les affaires avec Shibusawa Ei.ichi, notamment dans la création de banques. De retour au gouvernement, il occupera des postes importants dans les quatre cabinets Itô, et sera Genrô à partir de 1901. Il est surtout connu pour avoir échoué dans les négociations pour la révision des traités inégaux et pour avoir pris des mesures d’occidentalisation, comme la salle de bal du Rokumeikan, perçues comme outrancières par une partie de l’opinion, et pour avoir entretenu des liens avec la firme Mitsui.

52 Rappelons que ces traités, signés en 1858 avec les principaux pays occidentaux, avaient fixé des conditions très désavantageuses pour le Japon, comme le droit d’exterritorialité pour les résidents étrangers ou la condition de ne pas pouvoir fixer librement ses droits de douane.

53 Saionji Kinmochi 西園寺公望 (1849-1940). Issu de la noblesse, il est le frère cadet de Tokudaiji Sanenori (1839-1919), Grand Chambellan puis ministre de l’Intérieur (1891), et le frère aîné de Sumitomo Tomo.ichi (1864-1926), fondateur de la banque Sumitomo (1895). À son retour de Paris, où il a vécu pendant presque dix ans (1871-1880), étudiant à la Sorbonne et travaillant le droit sous la direction du rousseauiste Émile Acollas, il ouvre une école de droit, Meiji hôritsu gakkô (actuelle université Meiji daigaku) et devient la même année directeur du Tôyô Jiyû shinbun créé par Nakae Chômin, qu’il doit cependant abandonner peu après. Ce sera son dernier contact direct avec le journalisme. En 1882, il accompagne Itô Hirobumi dans sa tournée européenne pour étudier les constitutions, puis sera ministre sous les différents cabinets de ce dernier. Il sera président du parti Rikken seiyûkai (立憲政友会 « Société des amis pour un gouvernement constitutionnel ») à partir de 1903, et deux fois Premier ministre entre 1906 et 1912. Il participe aux négociations du traité de Versailles et à la fin de l’ère Taishô, il sera le dernier Genrô encore en activité.

54 Le senryû est un poème court en 17 syllabes, en vogue à partir de la fin du xviie siècle. Souvent satirique ou drôle, il fait appel à la langue parlée, parfois vulgaire, et on le considère plutôt comme un style d’expression populaire.

55 Shennong, en japonais Shinnô 神農, est un héros de la mythologie chinoise, fondateur de la pharmacopée chinoise à base de plantes, patron des agriculteurs, pharmaciens et médecins. Il aurait passé sa vie à goûter toutes les espèces et en aurait identifié plusieurs centaines.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search