Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Sohô jiden. « Mémoires de Sohô »

Introduction1

Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

  • 1 Le texte d’introduction, shogen (緒言) fait suite à une préface séparée, dédiée principalement aux re (...)
  • 2 Sohô utilise trois termes différents pour désigner des variantes du récit autobiographique : denki, (...)
  • 3 Sohô a pourtant lu avec grand intérêt les mémoires de Fukuchi Ôchi, puisqu’il consacre cent vingt p (...)

1Autant que cela m’a été possible, j’ai réuni et lu tous les mémoires, récits autobiographiques et souvenirs2 de journalistes, mais quasiment aucun ne m’a particulièrement touché3. Il en sera assurément de même avec ce texte. Un journaliste a pour fonction d’observer des choses intéressantes, mais il n’a ni le talent ni la vocation de se mettre en scène lui-même de manière intéressante.

  • 4 L’Anglais Henry Wickham Steed (1871-1956) est un célèbre journaliste et historien, contemporain de (...)

2Ce qui est attrayant, dans les récits autobiographiques, c’est l’« homme d’action », mais un journaliste est plutôt celui qui décrit, celui qui analyse, et celui qui juge, justement, les « hommes d’action ». Dans le genre, Through Thirty Years de l’ex-journaliste du Times Steed, qui décrit l’évolution de la politique mondiale en se mettant lui-même au centre du récit, ne peut que paraître ridicule aux yeux d’un lecteur objectif, tant c’est exagérément égocentrique4.

3De même, s’il s’agit de mémoires d’écrivains ordinaires, il faut déjà aller jusqu’aux Confessions de Rousseau pour leur trouver quelque intérêt, sinon, les mémoires d’écrivains qui ne se démarquent pas du reste ne méritent guère que l’on s’y attarde.

4Alors, s’agissant de quelqu’un comme moi, qui a commencé sa vie de manière banale, qui la termine de manière banale, et qui a vécu sa vie presque entièrement selon ce qui était prévu pour lui, cela ne peut être que pire.

5Qui plus est, depuis mon enfance, je n’ai qu’une faible mémoire, et j’ai toujours détesté tenir un journal. Durant mes voyages, il m’est arrivé de noter des petites choses par-ci par-là, mais cela se limitait au programme de la journée. Parfois, je note certaines pensées, en général sur un espace blanc ou au dos des livres que je suis en train de lire et qui s’entassent à côté de mon fauteuil, et lorsqu’en été je fais un grand ménage pour aérer, je tombe dessus, mais ces choses-là n’ont que très peu d’intérêt.

  • 5 Ces années correspondent à la guerre sino-japonaise de 1894-1895.
  • 6 Petite ville balnéaire située sur la presqu’île de Miura au sud de la baie de Tôkyô.

6Après les événements des années vingt-sept et vingt-huit de Meiji5, je pris l’habitude de relater tout ce qui m’arrivait à mes vieux parents qui vivaient alors à Zushi6, et je pensais que cela remplacerait la tenue d’un journal. Après leur décès, je me mis donc en quête de documents parmi les objets qu’ils avaient laissés, et je tombai sur toutes sortes de lettres qui n’avaient aucun intérêt, jusqu’aux cartes postales qu’ils avaient soigneusement conservées en y notant même le jour auquel ils les avaient reçues, mais je ne pus mettre la main sur le moindre document utile. Je pense que mes vieux parents, de nature vigilante, ont dû les brûler ou les jeter avant de mourir.

  • 7 Extrait des Analectes de Confucius : 「君子は世を没する迄名を称せられざるを憾む」, que l’on peut interpréter comme : « Vo (...)
  • 8 Sohô utilise ici l’expression sedô jinshin qui désigne les vertus sociales et les qualités morales (...)

7Et maintenant que moi-même je me trouve au seuil de la vieillesse, ma mémoire qui doit se souvenir de mes années de jeunesse me fait défaut, je n’ai pas de documents sur lesquels je peux me fonder pour écrire ce que je pourrais raconter, et mes souvenirs sont insuffisants. Je ne pense nullement avoir l’honneur de laisser mon nom à la postérité, selon la maxime : « Vous regretterez de ne pas avoir honoré votre nom avant de mourir »7 car Sohô jiden n’est qu’une somme de souvenirs jetés sur papier. Il ne s’y trouve rien qui puisse contribuer à la morale et à la vertu du peuple en faisant usage de mots vides de sens8, mais en contrepartie, comme il n’y a rien à en retirer, ni bénéfice, ni intérêt, il n’est pas à craindre que la lecture en soit empoisonnante. Quoi qu’il en soit, je vais me mettre à remonter le fil de mes souvenirs jusqu’en 1932, année de mes soixante-dix ans.

Notes

1 Le texte d’introduction, shogen (緒言) fait suite à une préface séparée, dédiée principalement aux remerciements d’usage, qui se trouve en début d’ouvrage. La présente introduction, qui fait office de présentation de l’œuvre, offre un intérêt certain pour cerner les intentions de l’auteur. Il figure en tête du premier chapitre intitulé « Mes années d’enfance » Oitachi to yônennjidai 生い立ちと幼年時代 (Sohô jiden, p. 14-15).

2 Sohô utilise trois termes différents pour désigner des variantes du récit autobiographique : denki, jiden et kaikyûroku (新聞記者の伝記、 自伝、懐旧録), qui signifient littéralement : « notes sur des choses transmises » pour denki, « choses transmises sur ma propre vie » pour jiden, et « notes sur des souvenirs du passé ». Pour faciliter la lecture du texte, nous avons choisi de traduire denki par récit autobiographique, jiden par mémoires et kaikyûroku par souvenirs.

3 Sohô a pourtant lu avec grand intérêt les mémoires de Fukuchi Ôchi, puisqu’il consacre cent vingt pages à la vie et à l’œuvre de ce dernier (p. 156-276) dans son dernier ouvrage inachevé, « Histoire des grands hommes de trois générations » (Sandai jinbutsushi 三代人物史, Yomiuri shinbunsha, 1971, 624 p.). Dans cet ouvrage, il existe d’ailleurs un chapitre intitulé « Le livre des souvenirs secrets de Fukuchi » (Fukuchi hitsuden no sho 福地宓伝の書), où il relate comment il a pu obtenir de Fukuchi les droits de publication de son grand ouvrage historique intitulé « Sur la décadence et la chute du shôgunat » Bakufu suibôron 幕府衰亡論 conçu sur le modèle de l’« Histoire de la décadence et de la chute de l’Empire romain » (Decline and fall of the Roman Empire, publié entre 1776-1788) du Britannique Edward Gibbon (1737-1794). Sohô lui demande à cette occasion d’écrire ses mémoires de journaliste pour sa revue Kokumin no tomo, ce que Fukuchi accepte, mais à un prix exorbitant, ce que Sohô ne manque pas de mettre sur le compte de l’arrogance légendaire de Fukuchi (Sandai jinbutsushi, p. 275-277).

4 L’Anglais Henry Wickham Steed (1871-1956) est un célèbre journaliste et historien, contemporain de Sohô, correspondant étranger du Times entre 1896 et 1922. En 1934, année de publication de Sohô jiden, il se fait connaître mondialement en éveillant l’opinion sur les dangers de l’Allemagne hitlérienne. Dans un article intitulé « Aerial warfare : secret German plans », publié dans le journal Nineteenth Century and After, il dénonce l’existence d’armes biologiques et d’expérimentations secrètes. Cette révélation fait grand bruit, et des mesures de défense – stockage de vaccins par exemple – ont même été mises au point par des comités d’experts anglais. Son autobiographie est parue en 1924 (Wickham Steed, Through Thirty Years, Ed. William Heinemann. Traduction française : Mes souvenirs – trente années de vie politique en Europe, Plon, 1926 et 1927).

5 Ces années correspondent à la guerre sino-japonaise de 1894-1895.

6 Petite ville balnéaire située sur la presqu’île de Miura au sud de la baie de Tôkyô.

7 Extrait des Analectes de Confucius : 「君子は世を没する迄名を称せられざるを憾む」, que l’on peut interpréter comme : « Vous regretterez de ne pas avoir réalisé de grandes choses avant de mourir ».

8 Sohô utilise ici l’expression sedô jinshin qui désigne les vertus sociales et les qualités morales de ceux qui les garantissent (閑文字にて何等世道人心を裨益すべき点は無い).

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search