Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Textes

Shinbunshi jitsureki. « Ma vraie histoire du journal »

Ôchi Fukuchi
Traduction de Christiane Séguy

Texte intégral

Sur le sentiment de bonheur que souleva en moi la découverte du journal

1Le journal est quasiment le destin de ma vie. Sûrement, dans une vie antérieure, y ai-je été prédestiné.

  • 1 風説書 fûsetsugaki (littéralement : « écrits d’après des rumeurs »). De manière générale, ces document (...)

2Si je regarde en arrière, à l’époque où, vers ma quinzième ou seizième année, je vivais encore dans ma ville natale de Nagasaki, étudiant la langue hollandaise auprès de mon maître Namura Kakei en tant qu’apprenti interprète, je me souviens que les Hollandais fournissaient chaque année, lorsqu’ils accostaient au Japon, des documents appelés fûsetsugaki, « nouvelles de Hollande »1, et faisaient état aux autorités de Nagasaki de la situation à l’étranger. À l’époque, le bakufu considérait cela comme une sorte d’acte de fidélité de la part des Hollandais. Maître Namura recueillait ces documents auprès des capitaines hollandais afin de les traduire en japonais, et d’habitude, il me demandait de prendre des notes en tant qu’assistant.

3Lorsqu’un jour je posai la question à mon maître : « Par quel moyen les capitaines arrivent-ils donc à savoir tout cela », il me répondit :

  • 2 Le texte fait apparaître le terme shinbunshi 新聞紙 avec les furigana ニーウヱス. En néerlandais, « nieuws  (...)

Eh bien, dans les pays occidentaux, il existe des papiers paraissant tous les jours, appelées nîuwesu2, qui font connaître l’actualité non seulement de leur propre pays, mais aussi des pays étrangers ; les capitaines lisent ces nîuwesu, et lorsqu’ils y trouvent quelque chose d’intéressant, ils le notent et le rapportent ensuite à l’administration shôgunale.

4Sur ce, mon maître sortit un vieil exemplaire d’un journal hollandais qu’il avait mis au rebut à côté de lui, et me le donna. Ce vieil exemplaire était un journal publié à Amsterdam. Après l’avoir reçu respectueusement des mains du maître, je voulus à tout prix essayer de le lire, et je me débattis avec mon dictionnaire, mais devant la difficulté à déchiffrer les phrases et à comprendre le contexte, je me décourageai et abandonnai. C’était la première fois que j’entendais le mot nîuwesu et que je voyais ce que c’était.

5Plus tard, lorsque des navires anglais ou américains accostaient à Nagasaki et apportaient des journaux, ayant moi-même atteint le niveau de pouvoir recueillir et transmettre des informations sur la situation internationale, j’allais et venais à Dejima et je me souviens à quel point, à chaque fois que j’avais des contacts avec des Hollandais, comme je me réjouissais dans mon cœur d’adolescent de pouvoir leur poser des questions.

6Puis, à l’âge de dix-sept ans, en l’an cinq de l’ère Ansei [1858], je partis à Edo pour y poursuivre mes études, et là, des imprimés appelés yomiuri étaient vendus dans les rues, faisant part des mutations des fonctionnaires, dépeignant les endroits dévastés par les incendies ou reproduisant des chansons à la mode. Peut-on dire maintenant, avec le recul, que c’étaient des journaux à parution irrégulière ?

7L’année suivante, au moment de l’ouverture du port de Yokohama, en l’an six de l’ère Ansei [1859], lorsque j’entrai au service du Bureau des affaires étrangères où je fus employé comme interprète-traducteur, je pus emprunter auprès des légations anglaises et américaines des journaux dont ils ne se servaient plus et essayai une fois de plus de les lire, mais je me heurtai à la difficulté de la langue anglaise et, là encore, malheureusement, je dus abandonner.

8Plus tard, en l’an deux de l’ère man.en [1860], lorsque pour la première fois une délégation du bakufu se rendit aux États-Unis, des nouvelles de la part de la délégation ainsi que du ministre américain nous parvinrent, accompagnées de journaux, disant que la délégation était actuellement bien accueillie à tel endroit et se trouvait en ce moment à tel ou tel endroit en tournée aux États-Unis. Ayant reçu l’ordre de traduire ces textes, je me rendis auprès du secrétaire de la légation et, en posant des questions sur le sens des phrases, finalement, je parvins à réaliser les traductions.

9Encore plus tard, au printemps de l’an deux de bunkyû [1862], lorsque j’accompagnai la délégation du bakufu en Europe et arrivai pour la première fois à Paris, nous recevions quotidiennement toutes sortes de journaux dans notre hôtel, mais ma frustration devant les articles en français était comparable à celle d’un voyeur malvoyant, et je ne comprenais pas de quoi il était question. Mais après quelques jours, alors que je consultais à nouveau les journaux, je vis un article qui décrivait les faits et gestes de notre délégation, expliquait les raisons de notre venue, et discutait des objectifs de nos négociations. Comme cela nous concernait directement, je me sentis soudain intéressé, et quel ne fut pas mon étonnement de découvrir comment le journaliste pouvait savoir toutes ces choses sur nous de manière aussi détaillée, et mieux encore, avec quelle rapidité les événements de la veille se trouvaient déjà publiés le lendemain matin !

10Puis, arrivé à Londres, la lecture des journaux devint de plus en plus intéressante, et quand, profitant de notre tournée touristique, je pus rendre visite à un éditeur de journal, rencontrer des journalistes, leur poser toutes sortes de questions et obtenir un aperçu de l’organisation, je fus rempli d’admiration.

  • 3 Il s’agit de l’attentat appelé Namamugi jiken, « incident du village de Namamugi », en 1862, épisod (...)

11Plus tard enfin, en l’an un de l’ère genji [1864] je lus un article qui expliquait que le bombardement de Kagoshima l’année précédente par la marine britannique en guise de représailles avait provoqué un grand débat au sein du parlement anglais. L’article condamnait cet acte répréhensible et s’en prenait au gouvernement. En apprenant ainsi que le journaliste donnait son propre avis sur la question, je fus grandement surpris par la justesse de ses propos, et, sentant qu’il s’exprimait de manière franche et directe, je fus encore plus admiratif3.

12Après cela, en l’an deux de keiô [1866], j’accompagnai à nouveau une délégation du bakufu en France et en Angleterre. Pendant les dix mois de notre séjour, il n’y avait à vrai dire pas grand-chose à faire, et j’eus ainsi l’occasion de rencontrer des personnalités à Londres et à Paris et pus leur poser des questions sur les journaux. De cette manière j’appris que le pouvoir de la presse était de parvenir à faire basculer l’opinion concernant la politique intérieure et extérieure, et je commençai à penser : « Ah, si seulement j’avais quelque talent d’écriture, je pourrais saisir l’occasion de devenir journaliste et essayer de commenter l’actualité de manière pertinente ».

13C’est en tout cas le rêve fou qui se dessinait dans mon cœur, alors que je découvrais avec une fascination mêlée d’envie les journalistes français et anglais.

La publication du Kôko shinbun4 et ma condamnation pour délit de presse

  • 4 Kôko shinbun (江湖新聞 « Le Public », 27e jour du 4e mois de l’an 4 de Keïô (1868), interdit le 22e jou (...)
  • 5 La « guerre de l’année de boshin » (戊辰戦争) commence en janvier 1868, après la « Restitution solennel (...)
  • 6 En ce qui concerne le titre du journal, Fukuchi semble trahi par sa mémoire car ce journal – ou plu (...)
  • 7 Eugene M. Van Reed était venu au Japon à la suite de Joseph Heco, qu’il avait connu en Amérique. Jo (...)
  • 8 Kishida Ginkô 岸田吟香 (1833-1905) a publié avec Joseph Heco (1836-1897) en 1864 ou 1865 (selon les sou (...)
  • 9 Yanagawa Shunsan 柳河春三 (1832-1870) est issu de la classe guerrière. Il s’intéresse très tôt au ranga (...)
  • 10 Jôno Denpei [Saigiku] 条野伝平 [採菊] (1832-1902). Fils d’un grossiste d’Edo. Écrivain de style gesaku, j (...)
  • 11 Le format hanshi fait environ 24-26 cm x 32,5-35 cm, soit approximativement un format A4.
  • 12 On estime cependant les tirages à moins de 1 500 exemplaires.

14Au moment de la guerre de boshin5, je faisais partie des récalcitrants et je nourrissais de forts ressentiments à l’égard des nouveaux maîtres de la Restauration ; mais vu mon statut subalterne, je n’avais aucun pouvoir, et me contentais de fulminer de rage et de me déchaîner verbalement, sans parvenir à exercer aucune influence. Or, durant le troisième mois de cette année 1868, des journaux apparurent soudain à Tôkyô (à vrai dire, les journaux étaient déjà nés avant, à commencer par un petit fascicule intitulé Shinbunshi 新聞紙6 publié plusieurs fois par mois à Yokohama en l’an un de l’ère Genji [1864] par l’Américain Van Reed7, dont le rédacteur en chef était mon ami Kishida Ginkô8, mais à plusieurs reprises la publication ne put se faire et finalement le journal cessa de paraître). En premier lieu, il y avait un journal publié avant tous les autres par les soins du nouveau gouvernement, dont le titre était Dajôkan nisshi 太政官日誌 « Journal du ministère des Affaires suprêmes » (c’était pour ainsi dire un précurseur du Kanpô 官報, le Journal officiel actuel). Suite à cela, des journaux virent le jour dans la capitale les uns après les autres, et au milieu du quatrième mois, il existait déjà six ou sept titres différents. Parmi eux, je citerai le Chûgai shinbun 中外新聞 édité par mon regretté ami Yanagawa Shunsan9. C’était un journal qui, malgré le contexte troublé, était publié librement, et ne bénéficiait pas particulièrement du soutien des autorités. Voyant cela, j’en fus très heureux et me mis à penser que le moment était venu pour mettre à l’épreuve le rêve que je portais en moi. Je réunis donc en grand secret mes trois complices – Jôno Denpei10, Nishida Densuke et Hirooka Kôsuke, et au début du quatrième mois, nous fûmes en mesure de publier un nouveau journal sous le titre Kôko Shinbun 江湖新聞. À l’époque, il n’y avait pas, comme aujourd’hui, de caractères mobiles et d’impression typographique, nous devions tout imprimer sur bois en gravant une planche entière. Le journal se présentait ainsi sous forme d’un hanshi demi-format11, comportant dix ou douze feuillets reliés, ce qui le faisait ressembler peu ou prou à une revue actuelle, en plus primitif. Son contenu était constitué à la fois de nouvelles diverses, de courriers de lecteurs ou d’essais sur l’actualité, mais j’étais tout seul pour rédiger les articles, et je devais parfois aussi les écrire au propre, voir même les reporter sur la matrice en bois. Notre souhait était donc de sortir un journal tous les trois ou quatre jours. Nous avions la réputation, parmi tous les autres journaux, d’avoir le plus fort tirage12, et le Kôko shinbun était extrêmement apprécié du public. Malheureusement je n’ai pas conservé de copie de ce journal, et comme je ne connais personne qui soit par hasard en possession d’un exemplaire, je vais donc essayer de me remémorer quelles étaient mes opinions de l’époque.

  • 13 Sonnô 尊王, littéralement « respect de l’empereur », était la devise des fiefs – principalement Satsu (...)

15Je n’étais pas a priori opposé aux idées du sonnô13, j’étais même plutôt d’accord sur le fond, et en ce qui concerne la maison shôgunale, je n’étais pas non plus opposé à ce qu’elle remette le pouvoir à l’empereur, ni même à ce qu’elle soit dépossédée de ses privilèges, mais en regardant effectivement ce qui passait, on se rendait compte que le pouvoir n’avait pas été remis à l’empereur, mais aux mains des fiefs de Satsuma et Chôshû. En d’autres termes, Satsuma et Chôshû avaient renversé le bakufu pour constituer un autre bakufu. Et donc le Kôko Shinbun était là pour dire que ce n’était pas ce que nous espérions, et que cela ne correspondait pas aux objectifs de la Restauration. Je me souviens d’avoir exprimé cette conviction de manière virulente dans un article intitulé Satchôron (薩長論 « Discussion sur Satsuma et Chôshû ») paru dans le Kôko Shinbun.

  • 14 Cette bataille décisive marque la prise d’Edo par l’armée impériale.

16À cause de la position qui était la nôtre, non seulement nous nous opposions à chaque occasion au nouveau pouvoir, mais nous allions encore plus loin en maquillant les défaites des troupes du bakufu en victoires dont nous faisions largement l’éloge, ou bien, de manière encore plus extrême, il nous arrivait d’inventer de fausses nouvelles du front ou de fabriquer des fausses rumeurs et de les publier dans nos colonnes. Mais le quinzième jour du cinquième mois de la même année, peu après la bataille d’Ueno14, un ami m’avisa secrètement que les dérapages du Kôko Shinbun pouvaient me causer très prochainement des ennuis personnels et il se proposait de m’aider à me trouver une cachette. Mais moi, dans l’orgueilleuse énergie de ma jeunesse, je n’eus cure de ses avertissements, et finalement, le dix-huitième jour du cinquième mois, je fus arrêté.

  • 15 Le Shiki 史記 (« Chroniques historiques », l’un des classiques chinois datant de l’époque antérieure (...)

17L’endroit où l’on devait m’incarcérer s’appelait kyûmonjo (糺問所 « centre d’interrogatoire »), et comme c’était une prison qui servait aux enquêtes sur les auteurs de crimes contre l’état, on pouvait s’attendre à ce que, suivant le code habituel en temps de guerre, le traitement auquel j’aurais droit serait différent des criminels de droit commun, mais la suite prouvera que c’était bien pire. Nous savons que lorsque le fondateur de la dynastie des Han [206 av. -220 apr. J.-C.] vainquit les Xin [221-206 av. J.-C], il réduisit le droit pénal à trois crimes15, mais en ce qui concernait la cour du kyûmonjo, elle ne connaissait que deux types de sentences : la peine de mort ou l’acquittement.

  • 16 Ancienne province également appelée Awa no kuni, située dans l’actuel département de Tokushima, sur (...)
  • 17 Ikenohashi est un quartier situé à Tôkyô, dans Taito-ku.

18Pour commencer, le chef des officiers chargé des arrestations – je me souviens qu’il était originaire de la province d’Ashû16 – se présenta, passé la quatrième heure de l’après-midi du dix-huitième jour, devant le domicile que j’occupais provisoirement à Ikenohashi17, escorté d’une douzaine de soldats sanglés dans des cottes de maille. Il m’appela par mon nom et demanda à me voir. J’eus immédiatement l’intuition de ce qui m’attendait. Je le priai d’entrer et lui demandai ce qui me valait sa visite ; il me répondit que le gouvernement de l’armée de conquête avait des soupçons à mon égard, et, me montrant un ordre d’arrestation revêtu du sceau dudit gouvernement, m’expliqua qu’ils étaient venus pour m’arrêter. Comme je n’avais pas l’intention, dès le départ, de m’opposer par la force, je lui répondis que je voulais bien les suivre à condition qu’ils ne recourussent pas à la violence armée. Comme le chef m’en fit la promesse, je changeai de vêtements et fus prêt à les suivre. Sur ce, il m’avertit qu’ayant reçu l’ordre d’arrêter un ancien fonctionnaire du bakufu accusé de crimes contre l’état, il était persuadé que je cachais chez moi des rebelles prêts à mourir pour me défendre, et effectivement, lorsque je sortis sur le perron, je vis surgir au moins deux bataillons de soldats armés portant des baïonnettes qui nous encerclèrent, le chef et moi. Mais le chef tint sa promesse, me traita poliment, et jusqu’à ce qu’il me remette à un fonctionnaire à notre arrivée au kyûmonjo, les soldats ne dégainèrent pas leur sabre et n’eurent pas à s’en servir. À l’entrée du bâtiment, un fonctionnaire me demanda mon nom puis me présenta oralement l’ordre d’inculpation faisant état des soupçons qui existaient à mon encontre. Puis des sous-fifres m’ordonnèrent de m’asseoir « au nom de la loi », me confisquèrent tous mes effets personnels, me ligotèrent, puis m’emmenèrent à l’intérieur du bâtiment, où se trouvait la prison.

19La prison était remplie soit d’« ennemis de la cour impériale » qui s’étaient opposés à l’armée de la Restauration, soit de soldats qui avaient enfreint le règlement militaire, et, s’il n’y avait pas de règles, il n’y avait pas non plus de contraintes. L’alcool et le tabac étaient autorisés dans la mesure où l’on pouvait s’en procurer grâce aux gardes ou aux petits commis de prison. Mais selon les dires d’un codétenu, il n’était pas rare d’être directement condamné à mort, sans même aller au bout de l’enquête. Dans ce cas, pensais-je, ils vont certainement me condamner à titre exemplaire, mais après plusieurs interrogatoires, et au bout d’une vingtaine de jours de détention, je fus soudain remis en liberté. Il y aurait à vrai dire beaucoup de choses étranges raconter sur mon séjour en prison, ainsi que sur les interrogatoires. De plus, concernant ma libération, j’appris par la suite que si j’ai été libéré aussi vite, c’est parce que quelqu’un de l’extérieur m’avait sauvé. Ce sont bien sûr des histoires intéressantes, mais comme elles n’ont pas leur place ici je ne m’étendrai pas plus sur ce sujet.

20En même temps que ma libération, on m’informa que mon matériel d’imprimerie était confisqué, et qu’il m’était formellement interdit de faire reparaître le Kôko Shinbun. Ainsi, j’étais à cette époque le premier, en tant qu’éditeur du Kôko shinbun, à être incarcéré pour des écrits parus dans un journal, et le premier à avoir subi une interdiction de publication. Je regrette profondément d’avoir ouvert la voie à d’autres déplorables affaires de délits de presse, et cela même vis-à-vis de la presse de nos jours. Pire encore, d’autres journaux, en lien avec ma grave infraction, furent à leur tour impliqués, et tous, sans exception aucune, furent interdits. C’est pourquoi, malheureusement, le bel essor de ces journaux passionnés qui avaient vu le jour fut brisé net, et tous les journaux furent éradiqués comme des bourgeons flétris.

Je décide à nouveau de devenir journaliste

  • 18 Kido Kôin [Takayoshi] 木戸孝允 (1833-1877) du fief de Chôshû. Il prend une part active dans la formatio (...)

21Après cet épisode, j’eus l’insigne honneur de faire la connaissance du comte Itô Hirobumi par l’intermédiaire de monsieur Shibusawa Ei.ichi, et pus troquer mes misérables frusques contre l’uniforme d’un fonctionnaire du gouvernement. Je l’accompagnai tout d’abord aux États-Unis, puis je rejoignis la mission du duc Iwakura Tomomi en Europe et aux États-Unis, et ainsi je fis la connaissance de tous nos honorables dirigeants. Parmi eux, c’est le comte Itô Hirobumi, le marquis Kido Takayoshi18, le comte Inoue Kaoru et le comte Yamagata Aritomo qui m’ont impressionné de manière si profonde que je m’en souviens même après plus de vingt ans.

22Je ne puis affirmer que j’étais toujours d’accord avec leurs théories, mais en ce qui concerne les concepts de base, et jusqu’au grand débat selon lequel le gouvernement voulait se diriger de manière progressive vers une monarchie constitutionnelle, tout cela concordait bien avec mes propres idées. Ainsi, au fur et à mesure que nos liens devinrent de plus en plus étroits, je fus tenté de mettre mes talents d’écriture à leur service, vœu que j’avais formulé dès cette époque. Et, sans attendre, mon vœu se réalisa sous la forme du Tôkyô nichi nichi shinbun.

  • 19 Dès 1871, des questions budgétaires avaient opposé certains ministères au ministère des Finances. F (...)

23Le journal Tôkyô nichi nichi shinbun avait été créé au cours du deuxième mois de l’année 1872, durant ma mission en Occident. Lorsque je rentrai au Japon avec la délégation en juin 1873, j’avais le secret espoir d’obtenir un poste au ministère des Finances sous l’autorité du comte Inoue, grâce au voyage aux États-Unis de l’année précédente au cours duquel j’avais été chargé de faire des investigations concernant la liquidation des obligations d’état et les questions d’émission de monnaie. À cette époque, un profond différent opposait le comte Inoue Kaoru au comte Ôkuma Shigenobu concernant les objectifs de la politique des finances. Finalement le comte Inoue présenta au gouvernement un document qu’il avait rédigé avec M. Shibusawa, dans lequel il exposait son point de vue, et demandait sa démission19.

  • 20 Dans le texte, les caractères guntai seifu 軍隊政府 sont accompagnés de la lecture ミリタリー ガブルメント (milita (...)
  • 21 Le débat sur la mise à la raison de la Corée donna une autre occasion aux journaux de révéler les d (...)

24En plus de cela, certains membres du gouvernement s’étaient enflammés pour la mise à la raison de la Corée, et comme ils avaient pratiquement transformé le gouvernement en « gouvernement militaire »20, je faisais partie de ceux qui pensaient que les perspectives de cette action étaient aussi maigres qu’un gâteau de riz en peinture. Après le retour de notre délégation, la scission au sein du gouvernement sur la question d’envoyer ou non une expédition militaire en Corée devint telle qu’un remaniement eut lieu suite à la démission des sieurs Saïgo, Itagaki, Soejima et Gotô. Le cabinet fut nouvellement constitué par les sieurs Iwakura, Ôkubo, Ôkuma et Itô, et le marquis Kido fut maintenu à son poste21. Quant à moi, je portais en mon cœur une intuition secrète, je dédaignai les bons conseils de mes connaissances et mes amis fidèles, et présentai ma démission en automne 1874.

  • 22 Récits populaires aux accents souvent comiques ou sentimentaux, en vogue à partir du milieu de l’ép (...)

25Tandis que mon entourage se demandait comment j’allais bien faire pour vivre, je considérais quant à moi que j’étais en position idéale pour publier un journal. Je pensais que si le journal était un moyen de s’exprimer selon ses envies d’écriture, de manière à faire remarquer ce que l’on écrivait, alors j’avais toutes les raisons de croire que je pouvais exposer mes opinions au monde. Tous mes amis, entendant cela, défilèrent pour essayer de me dissuader, martelant qu’il n’y avait aucun avantage pour moi à démissionner, et n’ayant de cesse de me répéter : « Quelle idée as-tu donc de vouloir devenir journaliste ? » C’est parce qu’aux yeux du commun des mortels, les journaux de l’époque n’avaient rien de sérieux, et servaient principalement à publier des récits divertissants de type gesaku22, et qu’ils pensaient qu’un journaliste était la même chose qu’un auteur de gesaku. Mais s’ils en avaient cette image, c’était certes non sans raison. L’influence des journaux était encore infime, il n’y avait jusqu’à présent que peu de journalistes célèbres, et je n’avais pas encore de moyens de leur démontrer que le pouvoir inhérent aux journaux devait un jour être si grand, et que les journalistes auraient un jour une influence aussi déterminante. Je m’épuisai à leur expliquer l’intérêt et la force des journaux, en leur répétant :

De même que les anciens disaient : « si tu ne peux devenir un bon premier ministre, deviens un bon médecin », la devise de nos jours est : « si tu ne peux devenir ministre, deviens journaliste ».

26J’étais convaincu que si je mettais ma plume au service des journaux, sûrement tous les journaux gagneraient en influence. Que si je devenais journaliste, l’image de tous les journalistes serait revalorisée. « Attendez, vous verrez bien le moment venu » me disais-je tout en réaffirmant chaque jour davantage mon ambition de devenir journaliste.

Je deviens rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi shinbun

  • 23 Le type de format le plus commun était le hanshi (proche d’une feuille A4) plié en deux et broché. (...)

27À cette époque – en hiver 1874 – les journaux publiés à Tôkyô étaient : le Tôkyô nichi nichi shinbun 東京日々新聞, le Yûbin hôchi shinbun 郵便報知新聞, le Kôbun Tsûshi 公文通誌 (qui deviendra plus tard Chôya shinbun 朝野新聞) et le Nisshin shinjishi 日新真事誌. En dehors de ces quatre quotidiens, il y avait en guise de revue le Shinbun zasshi 新聞雑誌 (qui s’appellera plus tard Tôkyô Akebono shinbun 東京曙新聞, puis Tôyô shinpô 東洋新報, avant de cesser de paraître). À Yokohama, il n’y avait que le Yokohama Mainichi shinbun 横浜毎日新聞, c’est-à-dire le Mainichi shinbun actuel. Tous ces journaux avaient vu le jour entre 1872 et 1874, et avaient donc, pour le plus ancien d’entre eux, trois ans, et pour le plus récent, moins d’un an. C’est pourquoi aussi bien les articles que les reportages étaient très sommaires, il n’existait pas d’éditorial, ils utilisaient encore un format de papier japonais23 ou, lorsqu’ils utilisaient du papier occidental, ils étaient tellement primitifs que, vu de nos jours, ils paraissent comme une relique du siècle passé.

  • 24 Ce rapport révélait un déficit du budget d’État de 140 millions de yens. Or ce document, censé être (...)

28L’année précédente, toutefois, les journaux avaient attiré l’attention du public après avoir publié, en 1873, le « Rapport relatif à la réforme des finances », cosigné par Inoue et Shibusawa24, et le « Manifeste pour la mise en place d’une assemblée élue par le peuple » signé par Soejima, Itagaki et Gotô.

29Peu après, les fondateurs du Tôkyô nichi nichi shinbun, Jôno, Nishida et Hirooka, c’est-à-dire précisément mes complices qui avaient travaillé avec moi sept ans auparavant quand j’avais publié le Kôko shinbun, me prièrent instamment, vu nos liens passés, de les rejoindre. C’est ce que je fis : avec la promesse de m’occuper de la rédaction, je devins directeur du journal, et dès le 1er décembre 1874, j’augmentai le nombre de pages, j’améliorai la présentation et j’instaurai une colonne dédiée aux éditoriaux, dans laquelle j’avais l’intention d’exprimer mon opinion au public.

  • 25 Hokiyama Kageo 甫喜山景雄 ( ?- ?) écrivain peu connu, il semble avoir été un ancien fonctionnaire du bak (...)

30Le fait de prendre la plume et de publier ouvertement mes écrits dans le journal en signant de mon nom souleva un grand étonnement. Ainsi, du moins, qu’ils soient des écrivains talentueux ou des hommes savants, les gens célèbres n’auraient plus honte d’écrire dans les journaux. Grâce à cela, sans doute, les personnalités les plus diverses s’empressèrent de s’engager dans un journal. Kurimoto Jo. un et Fujita Mokichi entrèrent au Hôchi shinbun, et Narushima Ryûhoku et Suehiro Tetchô au Chôya shinbun. Le Tôkyô nichi nichi shinbun eut pour collaborateurs Kishida Ginkô, Suematsu Kenchô et Hokiyama Kageo25. Il s’agissait soit de gens plus âgés, dotés d’une riche expérience, soit de gens plus jeunes, cultivés et talentueux, mais tous excellaient dans l’art d’écrire.

  • 26 Chefs de file du Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen.

31Je ne puis les citer tous ici, mais des personnages politiques comme Furusawa Uruô ou Ôi Kentarô26 essayèrent chacun de soulever l’opinion en envoyant aux journaux des contributions de lecteurs faussement anonymes. Les journaux purent ainsi profiter de la liberté d’expression, et les débats publics ne furent jamais plus aussi animés qu’à ce moment-là. Si c’est possible je vous ferai lire quelques propos tenus à cette époque dans la presse. Cela vaudrait la peine d’être montré, car les avis étaient très partagés et les auteurs s’exprimaient franchement et sans détours dans le seul but de débattre. Mais il faudrait être sûr de ne pas se faire accuser en raison de ces écrits car, de nos jours, on écoperait immédiatement d’une suspension de publication, voire d’une amende ou d’une peine de prison.

Je prône la thèse du gradualisme

32Si l’on recherche rétroactivement la raison pour laquelle les journaux ont explosé soudainement et de manière aussi passionnée, c’est bien sûr parce que cela correspondait aux nécessités du temps, mais il est également indéniable que l’influence de la presse a considérablement grandi à cause du débat sur les libertés et celui de la mise en place d’une assemblée élue par le peuple.

33Que tous les journalistes souhaitaient la mise en place d’un régime constitutionnel, et qu’ils voulaient élargir les libertés, me semble, sur le fond, parfaitement juste. Qu’à part cela, ils n’aient eu aucune mauvaise intention, soit. Il est vrai qu’ils voulaient réformer à la base ce gouvernement de faction que l’on nomme hanbatsu seifu 藩閥政府, issu des anciens fiefs de Satsuma et Chôshû. Il est également vrai que, ne pouvant se débarrasser vite fait de ce gouvernement issu des anciens fiefs – car le pouvoir était effectivement aux mains de ceux qui s’étaient distingués lors de la Restauration, chose qui leur déplaisait profondément – ils étaient persuadés qu’il n’existait pas d’autre moyen, pour remédier à cette situation funeste, que de recourir aux thèses sur la liberté et à celles de la mise en place d’une assemblée élue par le peuple, et grâce à elles, de s’attaquer à ce gouvernement formé par Satsuma et Chôshû et réclamer la mise en place d’un régime constitutionnel. La ferveur qu’ils y mettaient égalait en tout point celle qu’avaient mise, Satsuma en tête, les défenseurs du sonnô jôi (尊王攘夷 « respectons l’empereur, expulsons les barbares ») qui, sous ce slogan, avaient réussi à renverser le bakufu. Ils s’imaginaient que les dirigeants issus de Satsuma et Chôshû tels que Kido, Ôkubo, Itô et Kuroda allaient monopoliser éternellement le pouvoir. Que parce que ces derniers voulaient garder le monopole du pouvoir, ils voulaient maintenir un régime monarchique autoritaire et haïssaient comme la peste l’idée d’une monarchie constitutionnelle. Qu’ils voulaient empêcher l’ouverture d’un parlement, par des mesures arbitraires, pour des raisons de carriérisme, de profit personnel et d’ambition. Ils étaient vraiment intimement persuadés de tout cela. Ils pensaient que la liberté allait ouvrir les cœurs, les rendre justes, et apporter le bonheur au peuple. De même pensaient-ils que sans liberté il n’y avait pas de bonheur. Et que cette liberté existerait grâce à un régime constitutionnel. Aussi, la démocratie était-elle à leurs yeux l’idéal du constitutionnalisme. Car selon eux, la raison de vouloir un tel régime était le bonheur du peuple. Vraiment, ils en étaient profondément convaincus. C’est sans doute à cause de cela que les agitateurs politiques – au demeurant des ex-fonctionnaires mis en congé forcé – en avaient plein la bouche de cette « liberté » et de ce « régime constitutionnel », sans même avoir une idée propre sur ce bienfait de la civilisation, prétendant se trouver sur l’unique et vraie voie vers laquelle il fallait se diriger sans attendre. Et même si au fond d’eux-mêmes, ils devaient éprouver une certaine admiration pour les sieurs Kido, Ôkubo, Kuroda et Itô pour la cohérence entre leurs paroles et leurs actes et le respect qu’ils inspiraient, ils pensaient que, puisque leur orientation divergeait de la leur, ils se voyaient malheureusement dans l’obligation d’en faire des ennemis politiques.

  • 27 Dans le texte : 民主政治 Minshuseiji, avec la lecture デモクラシー demokurashii.
  • 28 Mutsu Munemitsu 睦奥宗光 (1844-1897) diplomate et homme politique, est une personnalité de premier plan (...)
  • 29 Yoshikawa Akimasa 芳川顕正 (1841-1920) Originaire de Tokushima. Il entre au Ministère des Finances en 1 (...)

34Quant à moi, il fut un temps où j’étais un fervent défenseur des idées libérales. Et cela à un point tel que, déjà en 1871, je me trouvais dans un hôtel aux États-Unis à discuter avec le comte Itô Hirobumi sur le futur régime du Japon, et lui soutenais qu’il fallait abolir radicalement le régime existant et qu’il fallait établir une politique démocratique27 sous l’autorité de l’empereur. Comme aussi bien messieurs Mutsu28 et Yoshikawa 29se rallièrent à moi, et bien que nos arguments fussent mis à mal par le comte Itô, nous avons résisté pendant trois jours dans notre discussion. Si je ne les avais pas aussi bien connus, ou si je n’avais pas eu l’occasion de discuter, en Europe et aux États-Unis, avec des personnalités possédant une grande expérience politique, j’aurais sûrement déployé tous mes talents, aux côtés des opposants, pour réclamer aussi violemment qu’eux des réformes en profondeur.

35Pour avoir été proche de nos dirigeants depuis trois ou quatre ans, je savais que les vraies intentions de l’opposition étaient de destituer le gouvernement de faction. Or je savais que celui-ci souhaitait se diriger progressivement vers un régime constitutionnel. Je savais en particulier que le marquis Kido avait fait une proposition de mise en place d’un parlement bien avant le « Manifeste pour la mise en place d’une assemblée élue ». Pour avoir été à plusieurs reprises en Occident, je savais, pour m’en être rendu compte sur place, quels étaient les bienfaits et les maux de la démocratie. Je connaissais les avantages et les inconvénients d’un système représentatif, ou d’un système de partis. Je savais aussi que des réformes politiques trop brutales ne sauraient faire le bonheur de la population. Et je savais que le mot « liberté » avait le pouvoir d’entraîner de la violence. C’est pourquoi, dès mes débuts en tant que rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi, je m’opposai aux thèses révolutionnaires radicales en prônant le gradualisme (zenshinshugi 漸進主義). Bien qu’étant d’accord sur le principe qu’il fallait constituer un parlement dans notre pays, la méthode gradualiste, selon moi, consistait à commencer progressivement par la création d’assemblées représentatives au niveau des quartiers et des villages, puis de conseils départementaux et de districts urbains, et enfin, après tout cela, arriver à la création d’une assemblée nationale. Aux thèses radicales, qui voulaient instaurer immédiatement une assemblée au niveau national, je répondais que je ne pouvais résolument pas adhérer à cette idée. Concernant la liberté, j’argumentais qu’avant d’arriver à la liberté d’une politique participative – que j’approuve par ailleurs – il me paraissait important de passer par une voie harmonieuse, consistant à élargir d’abord les libertés individuelles, puis la liberté des rapports entre individus. C’est pour cela que tous les autres journalistes m’ont pris pour cible, m’ont taxé de « conservateur », et pour finir, m’ont affublé du surnom de goyô shinbun kisha (御用新聞記者 « journaliste au service du gouvernement »), dont le travail consistait à faire l’apologie du pouvoir.

On me surnomme « journaliste au service du gouvernement »

36Si j’ai été estampillé de la sorte, ce n’est certes pas sans raison. J’avais démissionné de mes fonctions officielles pour me lancer dans le privé, j’étais devenu un journaliste haï par l’opinion publique, et lorsque j’avais un peu de temps, je ne manquais pas de rendre régulièrement visite aux membres du gouvernement. C’était à l’époque une pratique extrêmement rare, et comme les journalistes, en général, ne fréquentaient pas les gens haut placés, j’en tirais une grande fierté. Je m’attachais en particulier à rencontrer souvent des personnalités telles que le comte Itô, et lorsque j’étais d’accord sur les orientations du gouvernement, je demandais moi-même, de ma propre initiative, à pouvoir lui donner mon soutien. De la même manière, à une époque où le gouvernement ne publiait pas de journal officiel, j’avais essayé d’obtenir que le Tôkyô nichi nichi nichi puisse jouer ce rôle et puisse porter l’appellation Dajôkan kiji goyô (太政官記事御用 « au service de l’information du ministère des Affaires suprêmes »). Suite à cela, j’avais espéré en faire un véritable organe de presse officiel, qui rapporterait dans ses colonnes tout ce que j’apprenais sur les orientations du gouvernement. Mais ce que j’apprenais en général se limitait aux opinions personnelles de l’un ou l’autre des conseillers, que ce soit par exemple celles du comte Itô ou celles du comte Ôkuma, et cela n’était donc pas suffisant pour représenter la position du cabinet dans son ensemble. D’ailleurs, à vrai dire, il n’y avait pas de décision collective du cabinet susceptible d’être publiée. Ainsi le Tôkyô nichi nichi shinbun, bien que possédant la réputation d’être un journal au service du ministère des Affaires suprêmes, n’était pas réellement un journal officiel. En réalité, comme je me contentais de commenter l’actualité selon mon propre point de vue et de manière indépendante, cela ne me gênait pas de refuser d’écrire certains propos, voire de critiquer certaines actions, et je n’hésitais pas même si cela venait de la part de dirigeants que je connaissais personnellement. Cependant, le public ne s’est jamais souvenu de cela, et m’a toujours perçu de manière erronée comme un écrivain entièrement dévoué à exprimer les idées du pouvoir.

  • 30 Fukuchi a en effet secondé Kido Kôin, président du Conseil des préfets régionaux (chihôkan kaigi) d (...)

37Lorsque fut créé le premier Conseil des préfets régionaux en 1875, je me pliai au souhait du marquis Kido et abandonnai pour un temps mon poste de rédacteur en chef au Tôkyô nichi nichi pour occuper celui de fonctionnaire de quatrième rang auprès du ministère des Affaires suprêmes, avec la charge de secrétaire dudit conseil, puis, après m’être acquitté de cette tâche, je retournai de nouveau à mon travail de journaliste30.

  • 31 Komuro Shinobu 小室信夫 (1839-1898) Homme politique puis homme d’affaires. Originaire de Kyôto, il part (...)

38Lorsque la révolte du sud-ouest éclata en 1877, je me rendis au plus vite à Kyôto à la suite du marquis Kido dans le but de rendre compte des événements, accompagné de Komuro Shinobu31, bravant la neige et espérant que le débat au sein du gouvernement sur la réponse à donner à cet événement aboutisse sans tarder à une décision. L’ordre impérial de soumettre les rebelles avait déjà été proclamé, et lorsque le gouvernement les déclara ennemis de la cour et donna l’ordre de les abattre, je ne me fis pas prier deux fois : je décidai de me rendre immédiatement sur le champ de bataille pour faire moi-même des enquêtes et des reportages ; j’obtins une entrevue avec le comte Itô à Ôsaka afin qu’il m’en donne l’autorisation, et me mis en route pour le front.

39Or, arrivé sur les lieux des combats, je dus affronter d’énormes difficultés car, en tant que journaliste, on ne me laissa pas libre d’aller et venir dans le quartier général. Par bonheur, le comte Yamagata, commandant des armées, y avait installé ses troupes, et je le priai de m’accorder un entretien, au cours duquel je lui exposai mon problème. Il me répondit :

Je ne puis vous autoriser à séjourner au quartier général, car vous êtes journaliste et faites partie de mes connaissances. En revanche, au cas où nous serions amenés à nous battre sur le front, j’aurais cruellement besoin d’un secrétaire capable de prendre des notes rapidement ou de rédiger des nouvelles sur la situation, alors… devenez donc mon secrétaire et vous serez nommé au quartier général !

40Je rétorquai :

D’accord, mais à condition que, sous couvert d’un poste officiel, vous m’autorisiez officieusement, et dans la mesure où cela n’entrave pas la stratégie militaire, à envoyer des reportages au Tôkyô nichi nichi. Dans ce cas, je suis prêt à devenir votre secrétaire.

41Aussitôt dit, aussitôt fait : je fus donc officiellement nommé « employé au service des armées » (gundan goyô gakari 軍団御用係) et pus de cette manière envoyer mes articles au journal. Mais en outre, pendant que j’accompagnais le comte Yamagata sur le front, je m’acquittai très largement des tâches qui m’incombaient dans le cadre de mes fonctions officielles de secrétaire des armées.

42L’opinion publique, qui ne savait rien de tout cela, me considérait à tort comme un goyô kisha (御用記者 « journaliste au service du gouvernement »), qui en cette qualité avait l’opportunité de séjourner au quartier général et pouvait ainsi collecter des informations à sa guise.

43Au moment le plus intense des hostilités, je démissionnai de mon poste de secrétaire et me retirai à Ôsaka, où j’eus par hasard l’occasion de rencontrer le marquis Kido, auquel je référai de la situation au front. Quand il m’annonça plus tard que l’empereur souhaitait m’entendre à ce sujet, j’en fus très honoré, et me rendis rapidement à Kyôto, où j’eus l’honneur d’être invité au Conseil des ministres en présence de sa Majesté. Je souligne que c’est en ma qualité de journaliste que je fus reçu, et non en tant que secrétaire des armées, puisque j’avais quitté cette fonction à mon départ du front. Toutefois, l’opinion publique ne savait rien de tout cela, et considérait à tort que cet honneur n’était dû qu’au fait que j’étais un goyô kisha.

44Lorsque s’ouvrit en 1878 le deuxième Conseil des préfets de région sous la présidence du comte Itô, je fus à nouveau nommé secrétaire du Conseil sous prétexte que j’avais déjà eu cette charge lors du premier, et que j’y étais déjà habitué. Il va sans dire que je suspendis mes activités au journal pour me consacrer entièrement à cette tâche, comme je l’avais fait la première fois. Or, une fois de plus, l’opinion publique considéra à tort que cela m’incombait juste parce que j’étais un goyô kisha.

45La cause de ces malentendus était en quelque sorte comme une vieille empreinte qui remontait chaque fois à la surface, simplement parce que je bénéficiais de faveurs dues à mes liens privilégiés avec certains membres du gouvernement. Et comme je n’ai jamais pu, jusqu’à ce jour, transformer le Tôkyô nichi nichi shinbun en organe de presse officiel du gouvernement, l’appellation de goyô shinbun est, elle aussi, restée vide de sens du début à la fin.

Je rencontre des difficultés dans la réalisation du journal

46À vrai dire les difficultés rencontrées dans la réalisation du journal ne tenaient pas au manque de sujets à traiter. C’était plutôt parce que les recettes qui permettaient de le maintenir en vie financièrement provenaient exclusivement de la publicité. Et comme à l’époque, le degré de confiance dans la publicité était extrêmement limité, et qu’il n’en existait quasiment que de deux sortes, les médicaments et les livres, les rares fois où l’on en avait, c’était se lancer à l’aventure pour s’exposer au jugement de l’opinion publique, et l’on peut facilement imaginer que les revenus étaient bien bas.

  • 32 Hirano Tomiji 平野富次 (1846-1892) est à considérer comme l’un des fondateurs des techniques d’imprimer (...)

47La deuxième difficulté, c’était les caractères d’impression. En effet il n’existait qu’un seul fabricant qui proposait des caractères mobiles en plomb, c’était monsieur Hirano Tomiji, de l’actuelle imprimerie de Tsukiji, Tsukiji kappanjo32, mais il nous arrivait bien souvent d’avoir besoin d’idéogrammes pour lesquels il n’existait pas de caractères d’imprimerie. Et donc, presque chaque jour, il nous arrivait d’être obligés de les fabriquer nous-mêmes à la hâte, au beau milieu de la nuit, soit en gravant des caractères en bois que nous insérions ensuite, soit en utilisant deux ou trois caractères existants, dont nous rabotions des éléments pour recomposer un nouveau caractère.

48La troisième difficulté était, faute de moyens, l’impossibilité de nous équiper en grandes machines d’imprimerie (lorsque je dis grande, pour l’époque, cela voulait dire une machine d’une capacité de trente-deux pages, alors que la moyenne était de seize). C’est pourquoi on devait prévoir d’imprimer une première moitié pendant la journée, et la deuxième moitié pendant la nuit, ce qui posait des problèmes d’organisation au sein de la rédaction. Une autre difficulté, liée aux problèmes d’imprimerie, était le manque de typographes qualifiés, et c’est la raison pour laquelle nous ressentions le besoin de former nous-mêmes des adolescents ou des jeunes apprentis. Or, très souvent, le travail ne leur plaisait pas et ils se mettaient facilement en grève. Comme ils n’avaient cure de la parution du journal, nous avions toujours beaucoup de mal à les calmer en leur offrant un meilleur salaire.

49Ensuite, comme les tanbôsha, les « enquêteurs » recrutés par le journal étaient tous issus des classes inférieures, leurs manières et leur façon de parler étaient grossières, et lorsqu’ils se présentaient aux portes des ministères, ils étaient haïs et rejetés comme de la racaille, ce qui était également leur lot dans la société. C’est la raison pour laquelle les informations qu’ils fournissaient étaient souvent erronées, et nous avions grand-peine à obtenir des matériaux fiables. Du coup, les gens un peu plus cultivés ou d’une classe sociale plus élevée ne répondaient pas à nos propositions d’embauche, car ils ne voulaient pas devenir des galapiats, et j’étais donc obligé, tout comme mes autres collègues journalistes, de me charger moi-même du travail de collecte d’informations. Mais comme nous n’étions pas assez nombreux, cette tâche s’avérait impossible, et nous devions finalement publier en faisant un choix selon que nous pensions que les informations fournies par les enquêteurs étaient vraies ou fausses, ce qui nous valait quasiment tous les jours, une fois le journal publié, des réclamations ou des demandes de rectificatifs, et nous en étions vraiment très las. S’ajoutait à cela que le chiffre de vente, comparé à celui de nos jours, était extrêmement bas, que les intermédiaires rechignaient à payer leurs factures, que la plus grande partie de nos bénéfices était engloutie à cause de l’impossibilité de recouvrer nos créances, et que la comptabilité peinait à équilibrer les recettes et les dépenses. Par bonheur, nous avons finalement pu y remédier en augmentant le prix de vente et en diminuant les frais liés à la rédaction et à la recherche d’informations, et c’est ainsi que nous avons réussi à nous tourner vers la prospérité.

50Puis, en 1875, lorsque furent promulguées l’ordonnance de presse et la loi sur la diffamation et la calomnie, tous les journaux furent sévèrement touchés. À vrai dire, il y avait certains quotidiens, et a fortiori des revues, qui avaient atteint un paroxysme en matière de violence dans leur discours, et l’on peut dire qu’ils ont vraiment cherché à se mettre sous le coup de ces lois. Mais même pour des personnalités connues, comme moi ou certains journalistes que je respecte, et qui étaient parfaitement responsables dans leurs propos, c’était une situation extrêmement pénible.

51D’une manière générale, comme l’intensité d’une cause appelle invariablement une réaction tout aussi intense, la cause, celle d’un discours irresponsable et délibérément arbitraire, a entraîné une réaction, celle de la mise en place de cette ordonnance de presse, qui à son tour a conduit à une nouvelle réaction de révolte. À cette époque-là, les journalistes s’imaginaient que s’ils se mettaient tous à argumenter contre cette ordonnance, le gouvernement reconnaîtrait que celle-ci était trop sévère, et, sans aller jusqu’à l’abolir, qu’il lui apporterait au moins un bon nombre d’amendements destinés à l’assouplir. Avec cette idée en tête, ils se mirent à multiplier les critiques, et il en résulta, lorsque l’ordonnance fut appliquée, que ce fut semblable à des trombes d’eau se déversant soudain : dès que ces journalistes s’exprimaient, ils étaient aussitôt inculpés, et les condamnations à des peines de prison de journalistes célèbres ou à des amendes à l’égard des journaux pleuvaient sans relâche, se succédaient sans discontinuer. Il n’y a aucun doute là-dessus : pour être coercitive, cette ordonnance, elle l’était. J’en ai fait l’expérience moi-même. Cependant, mes écrits ne m’ont jamais valu d’être enchaîné, ou assigné à résidence surveillée dans un lieu tenu secret. Mais ordonnance ou pas, je ne pouvais nullement consentir à me priver de commenter l’actualité à ma guise, sauf que je dus le faire en usant de moult circonlocutions, ambages et autres périphrases pour me faire comprendre entre les lignes. Si je n’ai pas, à proprement parler, subi les conséquences décrites plus haut, c’est parce que je ne lâchais pas de propos irréfléchis et me pliai aux exigences, mais à vrai dire, la situation était plus que difficile.

  • 33 Même certains journalistes du Tôkyô nichi nichi (Hokiyama Kageo 甫喜山影 entre autres) ont été victimes (...)
  • 34 Narushima Ryûhoku 成島柳北 (1837-1884) était alors directeur du Chôya shinbun 朝野新聞, et Kurimoto Jo. un (...)

52La loi sur la diffamation et la calomnie (zanbôritsu 讒謗律) était quant à elle conçue pour la protection des individus33. En résumé, on considérait que le fait d’étaler au grand jour la vie privée d’une personnalité haut placée, c’était la couvrir d’opprobre. Par conséquent, s’il arrivait, sans rime ni raison, de se mettre en infraction avec l’ordonnance de presse, en revanche, aussi bien Narushima Ryûhoku, Kurimoto Jo.un34 que moi-même, nous nous mettions en garde mutuellement en disant : « surtout, ne commettez pas d’infraction à la loi sur la diffamation et la calomnie, si vous vous faites prendre en vertu de cette loi, vous perdrez la bienveillance des autorités », et nous y avons toujours scrupuleusement veillé. C’est pourquoi, comparé au grand nombre de journalistes incriminés pour violation de l’ordonnance de presse, il n’y en eut qu’un petit nombre, parmi les représentants des principaux quotidiens, à être accusés d’infraction à la loi sur la diffamation et la calomnie. Mais faisons un petit examen des principaux quotidiens de l’époque : on n’y trouvait assurément pas d’injures ou de phrases pernicieuses. Même dans les débats les plus passionnés, la courtoisie était de mise. On ne voyait pas comme aujourd’hui des pages remplies d’insultes et de vulgarités. Peut-être cela tenait-il au fait que les journalistes de l’époque possédaient encore la culture de la classe guerrière et qu’en raison de cela, ils conservaient un profond respect de la langue et de l’écriture, mais par ailleurs, il faut souligner qu’il n’existait pas encore ces frictions entre partis politiques, et que la mauvaise habitude actuelle de confondre les intérêts personnels avec le débat public n’était sans doute pas encore née.

53Ainsi donc, en dépit d’avoir été mise en difficulté par cette ordonnance de presse, la popularité et l’influence de la presse ne cessaient de croître de jour en jour. Du fait que les journalistes étaient confrontés à cette expérience, il en résulta qu’ils devaient chercher en eux-mêmes les ressources nécessaires pour contourner élégamment cet obstacle, et qu’ils ont ainsi découvert une sorte de nouvelle manière d’exprimer les choses sans les nommer. Moi-même, j’avoue que je n’écrivais au début que des essais simplistes, maladroits et touchant droit au but, mais si j’ai su acquérir une certaine adresse dans ma façon d’écrire, c’est véritablement grâce à cette ordonnance de presse. Ainsi, ne peut-on pas affirmer qu’au fond, cette ordonnance nous a apporté – quoiqu’involontairement – des résultats tout à fait admirables ?

À propos des journalistes et des correcteurs

  • 35 Kishida Ginkô 岸田吟香 (1833-1905). Originaire d’Okayama, il étudie le chinois à Edo et compile le dict (...)
  • 36 Notons que Fukuchi, âgé de 33 ans à l’époque, parle de Kishida comme d’un vénérable vieillard, alor (...)

54La première chose à laquelle je pris soin de veiller lorsque je devins rédacteur du Tôkyô nichi nichi shinbun fut le choix de mes journalistes. Fort heureusement, avant mon entrée au journal, M. Kishida Ginkô35, dont j’avais entendu parler comme étant un vétéran dans l’art d’écrire, s’y trouvait déjà. Je le priai donc de rester dans la rédaction, et lui confiai la responsabilité des actualités, tandis que moi-même, je m’occupais principalement des éditoriaux, en donnant à côté un coup de main au vieil homme36. Je découvris très tôt combien il excellait dans la rédaction de ses articles, et à force de me trouver côte à côte dans le même bureau avec lui, mon admiration devant son expérience s’accrut de jour en jour. Grâce à son talent et à sa culture, il possédait la capacité de juger si certains faits d’actualité étaient significatifs ou non. Il était un commentateur chevronné de textes bouddhiques, mais il cachait ses talents, gardant cette passion pour lui, et n’aimant ni écrire à ce sujet, ni en parler. Homme affable, il semblait ignorer les aléas de la politique, paraissait insensible aux vicissitudes du temps, et les gens qui ne le connaissaient pas l’auraient sûrement considéré comme quelqu’un de très éloigné de l’actualité. C’est d’ailleurs ce que pensaient ses collègues de bureau. Or, au fur et à mesure qu’il maniait quotidiennement sa plume, on vit apparaître au grand jour sa capacité de jugement latente, et, de plus, l’excellence avec laquelle il savait de manier la caricature en utilisant des expressions humoristiques était quelque chose de parfaitement inattendu. À cela s’ajoutait un style d’écriture précis et élaboré jusque dans les moindres détails, un peu à la manière occidentale, et comme il avait mis au point une sorte de grammaire tout à fait personnelle, je dirais, à l’instar de l’un de mes amis, que son style était un alliage entre la beauté sévère de Lytton et la verve de Dumas. Cher lecteur, si un jour vous avez l’occasion de lire un de ses articles du Tôkyô nichi nichi, je vous assure que vous serez surpris au-delà de toutes vos attentes.

55Il y avait aussi M. Hokiyama Kageo, qui travaillait également à la réalisation des articles. Il était lui aussi très doué pour s’exprimer par écrit et possédait un style extrêmement concis. Grâce à ces deux maîtres de l’art, les rubriques de faits divers se transformaient en promenade littéraire, mais malheureusement, Kageo décéda en 1880, et le vieux Ginkô dut s’arrêter d’écrire suite à une maladie cérébrale.

  • 37 Suematsu Kenchô 末松謙澄 (1855-1920). Politicien conservateur. Originaire de Fukuoka, il entre au Tôkyô (...)

56Comme autre collaborateur au journal, il y avait M. Suematsu Kenchô37, dont j’admirais tout particulièrement le style exceptionnel, et dont j’avais pressenti qu’un jour il deviendrait un grand écrivain. À l’époque, il était entré au journal comme jeune étudiant et avait commencé à rédiger des articles, mais sa largesse d’esprit associée à sa rigueur, ainsi que son talent d’écriture étaient sûrement innés. Si le Tôkyô nichi nichi faisait l’objet des éloges du public, c’était en grande partie grâce à lui.

  • 38 Kubota Kan.ichi 久保田貫一 (1850-1945 ?). Rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi shinbun entre 1876 et 1 (...)
  • 39 Yamabe Yûho 山辺勇輔 n’apparaît dans aucune source disponible.
  • 40 Itô Takuzô 伊藤卓三 (1854-1927). Rédacteur au Tôkyô nichi nichi entre 1886-1887 (Nishida, Meiji shinbun (...)
  • 41 Tsukahara Jûshi. en 塚原渋柿園 [Shizumu] (1848-1917). Né à Edo, auteur de romans historiques (Amakusa ik (...)
  • 42 Miyazaki Sanmai 宮崎三昧 (1859-1919). Originaire d’Edo. Journaliste, il entre au Tôkyô nichi nichi en 1 (...)
  • 43 Okamoto Takeo 岡本武雄 (1847-1893). Journaliste. Directeur du Tôkyô akebono shinbun jusqu’à sa disparit (...)
  • 44 Seki Naohiko 関直彦 (1857-1934). Originaire de Wakayama, il étudie le droit à l’université de Tôkyô. I (...)

57Ensuite, il y avait, aux alentours de mon époque, messieurs Kubota Kan.ichi38, Yamabe Yûho39, Itô Takuzô40, Tsukahara Shizumu41, Miyazaki Sanmai42, Okamoto Takeo43 et Seki Naohiko44, qui déployaient leurs talents de polémistes et de rédacteurs, et dont le génie et l’habileté sont reconnus de tous. Mais parmi tous ceux que je viens de citer, Tsukahara reste actuellement le seul à mettre encore ses capacités au service du journalisme.

58On constate de manière générale que, dans les années situées entre 1875 et 1880, les jeunes gens talentueux qui cherchaient à faire carrière dans la fonction publique, ou bien ceux qui voulaient s’élever dans la société, mais n’avaient pas, pour ce faire, de support adéquat, cherchaient à faire connaître leur savoir et leur compétence en se lançant dans le journalisme. Devenir journaliste était vraiment considéré comme le meilleur moyen d’accéder à la porte du succès. De la même manière, ceux qui aimaient le débat et voulaient propager leurs idées mettaient tous leurs espoirs dans le journalisme. Sans doute est-ce l’une des raisons pour lesquelles la presse connut un tel essor durant ces quelques années.

59Mais ce qui, du début à la fin, m’a causé d’énormes soucis dans la publication des journaux, c’était le problème de la relecture et de la correction. Des textes sur lesquels je m’étais arraché les cheveux la veille pour les rendre publiables se retrouvaient le lendemain dans le journal remplis de fautes, voire parfois incompréhensibles, et tout cela à cause de la correction. Il y avait de quoi désespérer. Normalement, lorsqu’on livre des manuscrits à l’imprimeur, on essaye de les écrire proprement, sans erreurs ou oublis, et comme l’on fait en général soi-même la relecture, il n’y a pas de raison de laisser des coquilles ; mais lorsqu’il faut écrire en vitesse, il arrive que l’on fasse des erreurs parce que l’on est pressé, et du coup la relecture se fait, elle aussi, à la hâte. Les conditions n’étaient certes pas identiques à celles que l’on rencontre dans l’édition, mais il y avait tout de même de quoi se sentir découragé face la médiocrité du travail de correction.

  • 45 Ichikawa Seiryû 市川清流 (1824- ?). Fonctionnaire sous le bakufu, il est membre de la délégation en Eur (...)

60Si les éditeurs de journaux avaient pu embaucher un correcteur expérimenté – au prix d’un salaire conséquent – le travail aurait évidemment été fait soigneusement, mais quoi qu’il en soit, comme ils n’en n’avaient pas les moyens, ils s’en passaient. C’est pourquoi je consentis à prélever une part de mon salaire personnel pour faire l’appoint et priai M. Ichikawa Seiryû45 de prendre la responsabilité des corrections. Effectivement, durant sa présence à ce poste, la révision des épreuves s’améliora ostensiblement, mais sans doute fut-il débordé de travail car au bout d’un an il quitta la rédaction et je me retrouvai à nouveau en proie aux mêmes erreurs et aussi embarrassé qu’auparavant.

61Combien de fois n’ai-je prêché aux correcteurs que la première chose, en matière de révision, était de rectifier certains passages lorsque le sens n’était pas clair, et de corriger les erreurs de caractères – y compris dans les kanas – pour arriver à un texte abouti. Puis, deuxième chose, une fois que le manuscrit était prêt à être imprimé, qu’il fallait s’y tenir rigoureusement et surtout ne plus rien corriger pardessus. Car lorsque des gens qui ne sont pas versés dans l’art d’écrire apportent trop de corrections, ils finissent au contraire par dénaturer le sens du texte, ce qui pour moi est le summum de la trivialité. Je leur disais que si la première révision n’était pas parfaite, il fallait se contenter d’une deuxième, mais arriver à une troisième était insupportable. Pourtant, les correcteurs semblaient en général oublier ce principe, et ce qui m’agaçait au plus haut point, c’est qu’ils se prenaient pour le nombril du monde et se plaisaient à mettre du rouge partout. Un jour, je me mis vraiment en colère à cause de leur médiocrité, et collai sur le mur près du bureau de leur responsable un papier écrit en grosses lettres disant : « Pourquoi les corrections peuvent-elles devenir néfastes : parce que la connaissance délivrée par l’encre rouge n’est pas égale à la noire. Corriger à quatre reprises, corriger à cinq reprises, c’est comme ne rien corriger. Respectez cela, c’est tout ce que je vous demande ». Mais ces malheureux n’en avaient cure.

  • 46 Tamarai Bakin 宝井馬琴 (1853-1928), quatrième du nom, conteur de récits épiques, très populaire à l’épo (...)

62Quelque temps après, je lus que Bakin46 écrivait à propos de l’une de ses épreuves qu’il s’était fâché à la vue du nombre d’erreurs de copie et de ratures rien que dans l’introduction, et que la vision de ce manuscrit le poursuivait jusque dans ses rêves. On peut donc penser que tout un chacun souffrait de ce même problème. Néanmoins, de nos jours, la révision s’est nettement améliorée, et en comparaison à cette époque, les progrès semblent aller dans le bon sens.

L’édition du journal engendre des bénéfices

63Il semblerait que les éditeurs de presse de cette époque aient tous eu fort à faire pour amadouer les journalistes. Ceux qui détenaient le capital et se souciaient des pertes et des bénéfices n’étaient pas de la trempe à écrire des articles eux-mêmes, car ils n’étaient presque tous que des petits bourgeois tout juste dotés d’un brin d’originalité. Quant aux journalistes, ils étaient recrutés sur la base d’un salaire mensuel, et leur responsabilité concernait la rédaction ; ils ne connaissaient rien à la gestion du journal et d’ailleurs ne s’en souciaient guère. Cependant, malgré tout, il existait toujours une relation hiérarchique entre eux et leur employeur. La plupart des kisha sensei, les « maîtres journalistes », étaient de formidables érudits, mais, si leur science dépassait en grandeur celle du mont Fuji, ils étaient aussi de terribles égoïstes. Si par hasard le bailleur de fonds, propriétaire du journal, fourrait son nez dans leurs papiers, ils devenaient comme un général se préparant à une bataille victorieuse en désobéissant même aux ordres de l’empereur, soutenaient qu’il leur avait conféré les pleins pouvoirs dans la rédaction, qu’il n’avait donc pas à se mêler de leurs affaires, qu’ils étaient de ce fait fortement contrariés, et menaçaient même de briser leurs écritoires, de brûler leurs pinceaux et de quitter le journal sur-le-champ, ou alors de se mettre collectivement en grève. Le pauvre propriétaire qui tremblait à cette idée n’avait plus qu’à les caresser dans le bon sens du poil et tenter de ne pas leur faire perdre leur bonne humeur, ce qu’il faisait soit en leur offrant des cadeaux ponctuels, soit en les invitant à un bon repas au printemps et en automne, agissant en cela tout comme le ferait un directeur de théâtre pour couver une célébrité. De plus, guère concernés par les problèmes de gestion de l’entreprise, les journalistes avaient une attitude désinvolte du genre : « pour les questions de bénéfices ou de pertes, parlez-en au comptable, je vous prie », car eux-mêmes ne se trouvaient point touchés par la misère. Mais s’il n’en avait pas été ainsi, le journal ne se serait pas vendu et la situation aurait été bien pire. Et si par chance le journal se vendait bien, le propriétaire se voyait obligé d’augmenter les dépenses pour les journalistes, sans même parler du règlement de ses dettes.

64Étant donné que la maison d’édition Nippôsha baignait depuis le début dans cette ambiance, j’entrepris dès mon arrivée des réformes dans l’organisation de la gestion, transformai l’entreprise en une société par actions dont je devins le gérant en tant que premier actionnaire, saisis les rênes à la fois de la direction et de la rédaction, et veillai à en être le seul et unique patron. Grâce à cela, les frictions entre journalistes et comptables étaient évitées, les choses se passaient sans heurts et de plus, comme tous mes journalistes ont toujours été des hommes honnêtes et dévoués, il n’y eut pas une seule dispute – chose pourtant fréquente chez mes confrères – en quatorze ans.

65Néanmoins, comme je me lançai également à fond dans l’essor et l’amélioration du journal, le comptable et les actionnaires me reprochèrent à plusieurs reprises de faire baisser leurs parts de bénéfices, mais lorsqu’ils comprirent mes explications sur la situation, et surent que nous étions en réalité en train de nous rapprocher de notre objectif, celui d’atteindre la prospérité, il n’y eut plus aucune protestation et je pus réaliser tout ce que j’avais prévu jusque dans les moindres détails. Ainsi la période la plus faste du temps où je dirigeais le journal fut de 1875 jusqu’au milieu de 1881.

66Le travail d’édition d’un journal était à cette époque incomparablement plus tranquille qu’aujourd’hui. Les journalistes venaient en général au bureau vers onze heures du matin, commençaient par lire la presse japonaise et étrangère, jetaient un œil sur les courriers de lecteurs et les dépêches, le cas échéant sélectionnaient des extraits, apportaient des corrections à leurs articles, puis me les soumettaient – ou pas – avant de les livrer à l’imprimeur. L’après-midi, quand les tanbôsha, les enquêteurs, étaient de retour, ceux-ci transmettaient aux journalistes les nouvelles obtenues auprès des différents ministères – décrets ou mouvements des fonctionnaires –, ainsi que les informations quotidiennes provenant de la préfecture de Police ou de divers commissariats, ou quelques propos recueillis au gré des rumeurs. Les journalistes faisaient alors le tri dans ce qu’avaient recopié ou rédigé les enquêteurs, et portaient le tout à l’imprimeur. Ainsi, pour un journal qui comportait quatre pages, la composition était généralement terminée vers quatre heures de l’après-midi et l’impression commençait vers six heures. Les pages restantes arrivaient vers six heures chez l’imprimeur, et l’impression commençait à huit heures. De cette façon, les journalistes fixaient à tour de rôle celui qui resterait au bureau et tous les autres quittaient le travail vers six heures. Celui qui devait rester rentrait en général vers neuf heures. Il n’arrivait quasiment jamais, peut-être une fois par an, et encore, lorsqu’il y avait par hasard un événement exceptionnel, qu’un journaliste soit obligé de veiller au bureau toute la nuit.

67Devenir tanbôsha ne requérait pas de dispositions particulières. Ils devaient juste savoir écrire et comprendre ce que les gens leur disaient, et touchaient par conséquent un salaire allant de sept ou huit yens à quinze ou seize yens. C’est pourquoi la plupart du temps ils rapportaient des nouvelles qui ne valaient absolument rien. Aussi, pour obtenir des informations que les enquêteurs ne pouvaient leur fournir, les journalistes étaient obligés de faire des recherches et de rédiger eux-mêmes. Mais comme les dépêches de Reuter étaient extraites et traduites des journaux en langue anglaise de Yokohama, et que les nouvelles des ministères provenaient en exclusivité de la source même et étaient rendues telles quelles, les frais de rédaction des journaux de cette époque étaient incroyablement bas en comparaison avec ceux de nos jours. Mais il faut souligner que les tirages étaient eux aussi nettement moins élevés. Même si l’époque durant laquelle je dirigeais le Tôkyô nichi nichi avait connu les plus forts tirages, ils se situaient entre sept et huit mille exemplaires par jour vers 1875-1876, puis, au moment de la guerre du sud-ouest, en 1877, ils s’élevèrent à dix mille, et entre la fin de 1880 et le milieu de 1881, ils atteignirent douze mille exemplaires, ce qui constituait l’apogée sous ma direction. Néanmoins, comme le prix de l’abonnement mensuel était fixé à soixante-dix sen à l’époque du journal de quatre pages et à quatre-vingt-cinq sen à partir du moment où il en faisait huit, les bénéfices que nous obtenions étaient de plusieurs fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui. Pour les autres quotidiens, c’était pareil, c’est grâce à ses bénéfices que la presse connut un essor considérable, mais bientôt, cela devait entraîner une course aux prix de vente les plus bas.

Je fais des efforts pour devenir organe officiel du gouvernement

68Il me semble avoir déjà écrit que, depuis mon arrivée à la tête du journal, l’opinion considérait que le Tôkyô nichi nichi était un journal « au service du gouvernement » (goyô shinbun 御用新聞) ou un « journal gouvernemental » (seifu shinbun 政府新聞). Il est vrai que, depuis le début, j’aspirais à devenir goyô shinbun ou seifu shinbun. Le fait d’avoir obtenu l’appellation « au service des informations du ministère des Affaires suprêmes » (Dajôkan kiji goyô 太政官記事御用) et d’en avoir fait ma vitrine confirme bien cette intention.

69Bien sûr, quand la rédaction m’en laissait le temps, je rendais visite à nos dirigeants et leur demandais leur avis et leur orientation, mais premièrement, ces messieurs n’approuvaient guère que leurs propos soient divulgués par voie de presse et il était donc rare qu’ils se laissent aller à une déclaration franche. Deuxièmement, comme il n’y avait pas, comme de nos jours, cette nécessité de dévoiler au grand jour les projets et les mesures politiques, il n’existait pas de « conférence de presse » où ils auraient pu répondre à des journalistes comme moi. Enfin, si par hasard certains, comme les comtes Itô et Inoue, étaient disposés à commenter l’actualité sans ambages, c’était leur opinion personnelle, qui ne pouvait être interprétée comme un communiqué officiel. Il m’est ainsi arrivé que le gouvernement mette en œuvre des mesures qui allaient à l’opposé de leurs déclarations.

70Ainsi donc, j’expliquai à plusieurs reprises aux dirigeants qui faisaient partie de mes connaissances et que je ne voulais pas mettre dans l’embarras, que j’aurais souhaité que le gouvernement fasse publier directement les décrets dans mon journal, et que ses objectifs puissent y être explicités – ce qui était d’ailleurs également le souhait des journaux qui m’étaient opposés – mais à cause de la situation que j’ai décrite plus haut, le gouvernement ne pouvait pas consentir à me nommer officiellement seifu shinbun ou goyô shinbun.

71Et voilà qu’en dépit d’avoir voulu, au départ, affronter mes confrères en défendant la cause du gouvernement, cela eut pour conséquence que bon nombre de fois les visées du gouvernement divergeaient avec mes propres opinions, et que, du début à la fin, les prises de position du Tôkyô nichi nichi shinbun ne reflétaient que mes convictions personnelles et ne reflétaient en rien les desseins du gouvernement. J’abandonnai alors sans regrets mon désir initial, décidai tout seul de ce qui me paraissait valoir la peine d’être écrit et pus vraiment acquérir une totale indépendance. Si par hasard vous consultez un numéro du journal entre le début et le milieu de l’année 1881, vous pourrez constater par vous-même comment je critiquais l’actualité, et combien mon discours était opposé aux actions du gouvernement.

Je me distancie des membres du gouvernement

72L’année 1881 apporta à vrai dire de grands changements dans les journaux. Pas seulement le Tôkyô nichi nichi shinbun, mais la presse dans son ensemble fut concernée. Comme je l’ai expliqué dans l’épisode précédent, j’avais fait des efforts répétés pour réaliser mon vœu de transformer le Tôkyô nichi nichi shinbun en organe officiel du gouvernement, mais puisque cela ne se faisait pas, je finis par m’en lasser, renonçai à rendre visite aux membres du gouvernement pour recueillir leur opinion et pris volontairement mes distances. De plus, quand on observait la situation au gouvernement, aucun de ces messieurs ne semblait aspirer à de grandes ambitions pour instaurer des changements, une multitude de choses étaient laissées en l’état, et considérées comme un héritage de la Restauration.

73Devenir le porte-parole officiel d’un gouvernement opportuniste et ancré dans ses vieilles habitudes ne m’intéressait nullement. Au contraire, j’étais heureux de ne pas être devenu l’organe de ce gouvernement. De cette manière, je n’avais plus besoin de tenir compte de ce que pensaient les détenteurs du pouvoir, je pouvais dorénavant prôner mes propres idées sans aucune concession, et porter devant l’opinion ma façon de juger les choses. Je n’estimais plus nécessaire de me pencher sur des décrets provisoires et de m’accorder sur les membres du gouvernement.

74Étant donné qu’il n’était même plus nécessaire de revenir sur la thèse du gradualisme que j’avais défendue depuis le début, je me mis à penser que cela n’avait plus aucune importance et décidai que dorénavant, si certaines mesures du gouvernement ne me convenaient pas, je ne me gênerais pas pour l’exprimer de manière franche et directe. Toutefois, je ne voulais pas, à l’instar de tous ces journaux qui se proclamaient comme tels sous prétexte de compter dans leurs rangs des défenseurs des droits civiques, tirer satisfaction du simple fait de m’opposer coûte que coûte à toute action venant du gouvernement, sans même prendre la peine de réfléchir sur le bien-fondé ou les avantages de la chose. Je m’efforçais d’avoir une vision équitable, d’observer avec sang-froid, et même si, au départ, je prenais conscience qu’il y avait des choses à blâmer, je m’efforçais de ne pas lancer des attaques, mais d’énoncer les points qui selon moi étaient à améliorer ou à supprimer. À mesure que j’agissais ainsi, l’opinion publique commença à me juger comme un renégat, allant dans ses excès jusqu’à se méprendre au point de me considérer comme un allié des radicaux du minken, et en vint même à souhaiter que je rejoigne leurs rangs. Quant à moi, je n’étais rien de tout cela, et vous devriez pouvoir en juger si vous lisez les éditoriaux que j’ai publiés à l’époque.

  • 47 À la tête du Kaitakushi (開拓史 « Bureau chargé de l’exploitation de Hokkaidô ») se trouvait depuis sa (...)
  • 48 Fukuchi justifie son brusque revirement par une prise de conscience soudaine des erreurs du gouvern (...)

75En ce qui me concernait, je prenais de jour en jour davantage de recul vis-à-vis de la politique des membres du cabinet, et lorsque survint le scandale de la mise en vente des terres du Kaitakushi47, je perdis vraiment toute la confiance que j’avais placée en eux. Comment ces hommes, qui tous étaient des héros d’une envergure exceptionnelle, pouvaient-ils, une fois au pouvoir, laisser faire ce genre de choses ? Moi qui avais placé tous mes espoirs en eux de longues années durant, quelle peine perdue48 !

76Je pris alors la décision de faire mon possible pour aider la nation au moyen de ma seule plume, et avec la conviction que, si cela avait continué, non seulement moi-même, mais aussi mon entreprise tout entière auraient été victimes de la situation, j’en dénonçai largement les méfaits, et soutins que, arrivés au point ou l’on était, si l’on ne fixait pas rapidement une constitution et si l’on ne créait pas une assemblée élue par le peuple, on ne parviendrait pas à rétablir le calme dans notre pays et à se relever du désastre actuel. Comme j’étais le seul à défendre avec passion et persuasion des mesures pour apaiser le pays, j’ai semble-t-il recueilli une large adhésion auprès de l’opinion publique. Ainsi, cette période fut-elle réellement la plus prospère parmi toutes durant le temps où je dirigeais le Tôkyô nichi nichi shinbun.

Je modifie le statut de la Nippôsha

  • 49 Sous l’influence croissante du Jiyûminken undô, Ôkuma Shigenobu avait pris parti pour une création (...)

77Suite à un entretien au début du mois d’octobre 1881 avec les comtes Itô et Inoue, dont la teneur m’avait laissé supposer que les membres du gouvernement étaient en train de tramer quelque chose, j’avais entrevu une lueur d’espoir ; et voilà que le quatorze du même mois fut proclamé l’édit impérial promettant la création d’une assemblée élue49, et, à ce moment-là, les espoirs que j’avais entretenus durant de longues années furent enfin comblés.

  • 50 Fukuchi utilise les termes kokutei kenpô 国定憲法 « constitution octroyée par l’état » et kintei kenpô (...)
  • 51 On peut vraiment parler d’un nouveau revirement de la part de Fukuchi, qui avait rejoint le camp de (...)

78Puis, quelque temps après, j’eus l’occasion de rencontrer le comte Itô et de lui poser des questions sur le sens de cet édit, en lui demandant des explications. Après avoir répondu de manière exhaustive avec son amabilité habituelle, il se tourna soudain vers moi en disant : « Et vous-même, êtes-vous satisfait de cet édit ? ». Je répliquai alors, avec respect, que 1890 me semblait être une date bien tardive. Car même si je ne faisais pas partie de ces extrémistes, comme Ôkuma, qui réclamaient la création de l’assemblée pour 1883, j’étais convaincu que les préparatifs auraient pu être achevés jusqu’en 1887. Mais puisque la sage décision a été prise d’ouvrir pour la première fois dans notre pays une assemblée élue, il importait peu que ce soit pour 1890 ou même 1892. Qu’a fortiori, prenant connaissance de l’auguste décision de fixer la date à 1890, je m’y soumettais avec joie et respect. Il me sembla également nécessaire d’ajouter que, sur la question de la constitution, j’étais partisan de la création d’une commission qui élaborerait une « constitution octroyée par l’état »50 dans le plus grand respect d’une « constitution octroyée par l’empereur ». Comme je poursuivis en disant que le devoir des sujets de Sa Majesté était d’attendre avec respect cet octroi impérial, auquel ils devaient se soumettre sans le moindre désaccord, le comte Itô déclara : « si vous pensez vraiment cela du fond de votre cœur, alors nous sommes du même avis ». Non seulement le comte Itô, mais aussi les comtes Yamagata et Inoue, auxquels j’exposai ma théorie un peu plus tard, exprimèrent leur approbation, et par conséquent je leur fis part de mon souhait de poursuivre dans cette voie en me mettant, à nouveau, à leur service51.

  • 52 L’ordonnance du 22 décembre 1885 avait remplacé le ministère des Affaires suprêmes (Dajôkan 太政官) pa (...)

79Si l’on se penche sur la situation politique de cette époque, il y avait le Parti libéral, Jiyûtô, dirigé par Itagaki Taisuke, qui était finalement devenu un parti politique à part entière, et le Parti progressiste, Kaishintô, qu’Ôkuma Shigenobu, qui campait sur ses positions, était en train de constituer autour de sa personne. Ces deux partis faisaient foi de leur insatisfaction à l’égard des orientations du gouvernement, et nourrissaient en coulisse une forte animosité envers ses membres52.

80De la même façon, si l’on survolait les journaux dans leur ensemble, ils défendaient quasiment à l’unanimité les thèses d’une mise en place d’une assemblée élue dans les délais les plus brefs, et prônaient la souveraineté du peuple. C’est-à-dire qu’ils réclamaient une constitution formée de lois régissant l’état à la manière d’un « contrat social » (minyaku 民約), trouvaient que l’échéance de 1890 était trop éloignée et qu’il fallait donc l’avancer, et que, à la création du parlement, la souveraineté devrait être partagée entre le peuple et le souverain, car le parlement était la source de tous les pouvoirs, sans limitation, et que le pouvoir du souverain devait jaillir de cette source. Certains allaient même jusqu’à conclure qu’il suffisait de poser la couronne impériale en guise d’ornement sur un système démocratique pour obtenir une vraie monarchie constitutionnelle.

  • 53 Fukuchi met en opposition différents concepts qui constituaient le noyau des discussions entre 1881 (...)

81Pour ma part, je suis un homme de lettres qui, depuis sa plus jeune enfance, a été élevé dans le culte de la loyauté envers le souverain et la reconnaissance envers les parents. Je suis un écrivain qui se consacre à l’observation de l’histoire, et qui refuse les révolutions sanglantes. Ayant pu, dès ma jeunesse, lire toutes sortes d’ouvrages occidentaux et, très tôt, me rendre dans les pays étrangers, je me suis grandement délecté des théories en faveur de la liberté et du progrès, dont j’ai d’ailleurs discuté en long et en large, mais si l’on me demande de choisir entre extrémisme ou conservatisme, entre radicalisme ou gradualisme53, ou entre démocratie et monarchie, je sais pertinemment qu’en tant que polémiste je défendrai toujours le conservatisme, le gradualisme et la monarchie.

82C’est pourquoi, tandis que j’écoutais tous ces discours et en particulier lorsque je voyais que pratiquement tous les journaux se prononçaient à l’unisson pour un système donnant la souveraineté au peuple en voulant y parvenir de manière radicale et extrémiste, j’étais particulièrement effrayé par le fait que, si on laissait aller les choses de cette manière, sans les rectifier et les corriger, l’opinion se laisserait subjuguer par un démocratisme extrêmement violent, et que, finalement, l’on assisterait, à l’orée de 1890, à un affrontement entre le véritable esprit de la monarchie constitutionnelle et ce point de vue de nature totalement incompatible. C’est la raison pour laquelle, dès lors, je décidai que ma mission était de rectifier les erreurs et de rétablir les choses et que, malgré la faiblesse de mes moyens, mon devoir était de m’atteler à cette tâche, de ne pas compter mes efforts, et de m’adonner avec courage à cette grande cause.

83Comme je voulais m’appuyer sur le Tôkyô nichi nichi shinbun pour réaliser mes projets, la première mesure à prendre était d’obtenir une totale liberté pour disposer du journal comme je l’entendais. Or la maison d’édition Nippôsha qui publiait le Tôkyô nichi nichi était à l’époque une société en commandite comprenant une bonne dizaine d’associés, auxquels s’ajoutaient ceux qui investissaient de leur propre chef dans un but lucratif. Si je m’étais lancé dans la réorganisation de la politique rédactionnelle conformément à mes idées, sans me préoccuper ni des bénéfices ni des pertes, cela aurait aussitôt provoqué une levée de boucliers de la part des commanditaires, et tôt ou tard j’aurais été destitué de mon poste de directeur.

  • 54 En réalité, Fukuchi constitue une société par actions sur la base d’un capital de 62 500 ¥ avec tre (...)

84Je pensais donc qu’il était vital, tout d’abord, de changer les statuts de l’entreprise afin de me doter de bases solides, et pour ce faire, je commençai à réunir des fonds auprès de tous mes amis et connaissances intéressés par mon projet, et pus ainsi amasser 70 000 ¥ pour acheter des actions. Par ailleurs, je réussis à convaincre tous les anciens associés de me revendre leurs parts, et grâce aux 70 000 ¥ que j’avais collectés, je transformai l’entreprise en société par actions54. Personne ne sachant comment j’avais pu opérer ce changement, la rumeur courut, au vu de la somme que j’avais accumulée, que j’avais obtenu de la part des dirigeants un dessous-de-table de 100 000 ¥, et certains se sont mis à déverser des calomnies dans la presse en prétendant que j’avais soutiré cette somme au gouvernement.

  • 55 Les anciennes provinces de Satsuma et de Chôshû (où se trouve la ville de Hagi), étaient les deux f (...)

85Un jour, un homme se présenta au guichet de vente de la Nippôsha, y déposa un petit colis en disant : « remettez ceci à Fukuchi », et repartit aussitôt. Lorsqu’on me le remit, je l’ouvris, et dedans, il y avait écrit en gros caractères sur une caissette en bambou : 100 000 ¥. À l’intérieur de celle-ci, je trouvai une patate grillée et un petit gâteau de haricots rouges. « Ah, pensai-je, c’est le mystère des patates de Satsuma et des ohagi55. » Mais dès lors, je réalisai combien j’étais devenu la cible de mes contemporains.

86Néanmoins j’avais modifié les statuts de la Nippôsha, le Tôkyô nichi nichi shinbun pouvait affirmer haut et fort son attachement au gradualisme, je pouvais poursuivre mon chemin sans me préoccuper d’aller à contre-courant de l’opinion publique, et sans être obligé de rendre des comptes aux actionnaires, car c’est moi qui prenais les décisions pour eux, et c’est moi qui donnais la direction des idées.

Création et dissolution du Parti impérial

87Au point où j’étais arrivé, je pensai : « puisque désormais je porte les mêmes idées que le gouvernement, pourquoi ne puis-je pas faire un pas de plus, pourquoi ne serait-il pas possible de devenir un organe du gouvernement et de s’appeler ouvertement journal officiel ? ». C’était vraiment ce que j’attendais de la part des dirigeants. Ceux-ci étaient effectivement ravis du fait que je voulais aller dans le même sens qu’eux, mais quant à attribuer directement au Tôkyô nichi nichi la qualité de journal officiel ou d’organe du gouvernement, il n’en était absolument pas question. Pourtant, comme c’était mon vœu le plus cher depuis le début, et croyant au courage indéfectible de nos dirigeants, j’essayais, naïvement, de mettre mon journal à leur service. Et cela me valut une fois de plus des déboires et causa quelques contrariétés aux membres du cabinet, car le Nichi nichi shinbun n’était pas à vrai dire un organe officiel, mais l’opinion était persuadée qu’il en était ainsi, et considérait mes idées comme étant celles du gouvernement.

88Dès le printemps de l’an quinze de Meiji [1882], le Parti libéral avait officiellement vu le jour et s’affichait ouvertement, répandant ses idées sur les droits du citoyen et la souveraineté du peuple (minken minshu 民権民主) et tentant de rallier l’opinion publique, et la frénésie avec laquelle celle-ci se plia à ces idées ressemblait à un feu d’incendie dans une vaste plaine.

  • 56 Maruyama Sakura 丸山作楽 (1840-1899). Né à Edo. Fortement influencé par les idées du courant kokugaku ( (...)
  • 57 Mizuno Torajirô 水野寅次郎 (1854-1909). Originaire de Tosa, il rejoint un temps l’association politique (...)

89Il se trouvait qu’à l’époque M. Maruyama Sakura56 du Meiji nippô 明治日報 et M. Mizuno Torajirô57 du Tôyô shinpô 東洋新新, qui publiaient ces deux quotidiens à Tôkyô, possédaient tous les deux des liens avec le gouvernement et souscrivaient largement à ma cause.

  • 58 Nishikawa Hajime 西川甫 ( ?-1904). Ancien guerrier du fief de Tokushima. Après la Restauration, il se (...)
  • 59 Haneda Kyôsuke 羽田恭輔 (1841-1914) est originaire de Tosa. Tout comme Maruyama, il est partisan de la (...)

90À Ôsaka, il y avait M. Nishikawa Hajime58 et M. Haneda Kyôsuke59, qui eux aussi partageaient mes idées. J’eus d’abord des entretiens avec les deux premiers, auxquels j’exposai que, dans le cadre de ma lutte contre la presse ennemie, qui défendait la mise en place rapide d’une assemblée élue et la souveraineté du peuple, j’étais d’avis que, si l’adversaire organisait des rassemblements politiques, nous devions également en organiser, et que, si l’adversaire se constituait en un parti politique, il fallait également en constituer un. C’est ainsi que nous avons inauguré le Parti impérial constitutionnel, Rikken teiseitô 立憲帝政党, publié notre profession de foi que nous avons diffusée auprès de tous nos sympathisants, et au mois de mai de la même année, nous avons organisé un grand meeting où se sont retrouvés des représentants de toutes les régions, allant de Kyûshû, Shikoku, Chûgoku jusqu’aux régions du nord-est, atteignant plus de cinq cents participants qui tous faisaient montre d’un grand espoir pour l’avenir.

  • 60 À son retour d’Europe en en 1883, Itô Hirobumi avait été séduit par l’idée du gouvernement indépend (...)

91Mais tandis que je me préoccupais de savoir si le gouvernement allait reconnaître notre parti en tant que parti gouvernemental, je reçus une information confidentielle me faisant part que le gouvernement se situait en dehors et au-dessus des partis, que, par conséquent, notre parti politique n’était pas le bienvenu, et qu’il devait immédiatement se dissoudre, faute de quoi il serait interdit. Évidemment cette nouvelle suscita un tollé parmi les membres, il y eut des discussions enflammées où les plus enthousiastes, dont je faisais partie, affirmèrent que, même s’il était interdit, il fallait maintenir le Parti impérial par égard à notre nation future, mais la majorité se prononça pour la dissolution, et je n’eus d’autre recours que de me résigner à cette décision dramatique. Enfin, l’opinion publique me tourna en dérision et me priva de sa confiance, et c’est ainsi que je compris que, si le journal dont j’étais directeur et rédacteur montrait des signes de déclin, la cause n’en était autre que l’ascension et la chute du Parti impérial60. Bien sûr, l’on pourrait invoquer le fait que je n’avais pas suffisamment observé les intentions du gouvernement et créé le Parti impérial de façon trop naïve, mais il était de toute manière déraisonnable de vouloir maintenir l’idéal de la souveraineté monarchique dans un climat aussi follement déchaîné.

L’âpre bataille sur la souveraineté

92Certes, j’avais vaillamment défendu le principe du gradualisme, mais le combat le plus dur que j’aie jamais mené concernait la question de la souveraineté. Ma conviction, dès le début, a toujours été que, quelle que soit la forme que devait prendre la monarchie, que ce soit un pouvoir despotique ou un régime constitutionnel, la souveraineté appartiendrait toujours au souverain. Au moment où fut par hasard soulevée la question de la souveraineté, je pensai bien faire en publiant cette thèse, me disant qu’elle ne provoquerait point de désaccord. Mais quelle ne fut pas mon erreur ! Voilà que toute la presse de Tôkyô se précipita sur ses écritoires et multiplia ses pamphlets où tous me fustigeaient, et en l’espace de quelques jours, je devins l’ennemi public numéro un !

93Jusqu’à ce jour, j’avais déjà maintes fois fait l’expérience d’être le seul à défendre mes idées en étant entouré de détracteurs, tel un garde solitaire qui se bat dans un château isolé, et d’habitude je n’en faisais pas grand cas, bien au contraire, plus j’avais d’ennemis – parce que je critiquais leurs erreurs d’appréciation et leurs discours erronés – plus je me faisais fort d’y mettre encore davantage d’énergie, mais le nombre d’ennemis que suscita ma théorie sur la souveraineté me surprit au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer. Mon étonnement était d’autant plus grand que leur réaction était totalement inattendue, car j’étais intimement convaincu que jamais une telle prise de position, dans notre empire du Japon, ne serait contestée.

94Le point de vue de mes adversaires pouvait varier : selon les uns, la souveraineté d’un état constitutionnel appartenait au parlement, pour les autres, la souveraineté devait être partagée entre le souverain et le parlement, pour d’autres encore, la souveraineté représentait un pouvoir illimité qui ne devait souffrir d’aucune restriction, d’autres enfin considéraient que le souverain devait détenir une partie de la souveraineté, mais tous s’accordaient à dire que la thèse de la souveraineté monarchique (shuken zaikun 主権在君) était une forme de despotisme et ne correspondait en rien à une forme de constitutionnalisme, et s’évertuaient donc à démonter mes arguments et à réduire mes thèses en miettes.

95Mais moi, comme je croyais à la souveraineté monarchique du fond de mon cœur et depuis fort longtemps, et comme j’étais convaincu que, si cela ne devait pas se réaliser, la sécurité de notre pays serait gravement mise en danger, je fus profondément choqué par les critiques émises à mon égard. Je me mis alors à consulter différents ouvrages écrits par d’éminents politologues occidentaux pour connaître leur avis sur la question, car je cherchais à consolider mon argumentation. Mais quelle ne fut pas ma déception : les théories des grands spécialistes anglais et américains auxquels habituellement je vouais respect et admiration étaient toutes soit différentes, soit totalement opposées aux miennes, et tous ces ouvrages que j’avais scrutés à la loupe, qui s’empilaient les uns sur les autres et dont les ombres s’allongeaient à la lumière de ma lampe, ne me servaient à rien, étaient totalement vains et donnaient au contraire des munitions à l’armée adverse.

96Arrivé à ce stade, je fus à la fois surpris et effrayé. Au-dehors, les troupes alliées formaient une coalition et me harcelaient, au-dedans, l’état-major me désobéissait et me trahissait, et j’étais tombé au point qu’il ne me restait plus que deux choix possibles, soit de rendre les armes et de me livrer au camp ennemi, soit, à bout de munitions et le sabre brisé, de mourir sur le champ d’honneur.

  • 61 Watanabe Azumi 渡邊安積 (1859-1887). Juriste, angliciste et éditorialiste du Tôkyô nichi nichi shinbun.(...)

97Malheureusement pour moi, je n’étais pas capable de lire des ouvrages en allemand, car j’y aurais peut-être trouvé des textes connus corroborant mon opinion, et qui auraient pu me servir de matériau pour renverser les thèses ennemies. Aussi me tournai-je vers toutes mes connaissances, leur demandant quelle était l’opinion des spécialistes allemands sur la question de la souveraineté, mais personne ne fut en mesure de me fournir des explications claires. Finalement je ne me retrouvai plus qu’avec mes deux amis, Watanabe Azumi61 et Seki Naohiko, à essayer de construire une stratégie de défense en collectionnant des petites citations extraites d’ouvrages anglais et américains. Mais quand j’y pense maintenant, il n’y avait rien d’étonnant à cela, tant mes bases théoriques étaient fragiles à cette époque. Mes amis et camarades d’étude avaient bien essayé de me persuader que mes écrits étaient inexacts et me conseillaient de revenir en arrière sur mes théories erronées, mon entourage avait bien essayé de m’intimer à ne pas persévérer dans mon obstination à prôner des idées fausses, rien n’y faisait, car j’étais intimement et profondément convaincu que j’avais raison, et c’est pour cela que je refusais de les entendre, car, même à supposer que le Tôkyô nichi nichi devait en arriver à perdre ses lecteurs et à cesser la publication, tant qu’il me restait une plume pour écrire et une bouche pour m’exprimer, je n’aurais de cesse de prôner ces idées, et de ce fait je m’enlisais encore plus dans une guerre pénible.

98Plus tard, j’eus l’occasion de rencontrer un spécialiste auquel je posai la question, et qui m’expliqua que le même terme de « politique constitutionnelle » pouvait se décliner soit sous forme de monarchie, soit sous forme de parlementarisme. En Angleterre par exemple, qui connaît un régime parlementaire, la souveraineté est à la fois parlementaire et monarchique, mais en réalité c’est la chambre qui détient le pouvoir. En revanche, dans un état constitutionnel qui ne posséderait pas de système parlementaire, ce serait évidemment le monarque qui détiendrait la souveraineté. Ainsi pour la première fois, grâce à ces explications, tout s’éclaircissait, tout devenait lumineux, et lorsque je présentai ces thèses devant l’opinion dans le but de lancer une discussion entre les journaux, en expliquant que les uns prônaient le parlementarisme, et que nous, de notre côté, nous voulions maintenir la monarchie, cela passa sans remous car il n’y eut aucune réaction notable de la part des journaux adverses.

99À vrai dire, au moment où fut proclamée la Constitution, il apparut clairement que le pouvoir de l’état était entièrement aux mains de Sa Majesté l’Empereur. Mais le fait qu’il n’y ait pas eu la moindre protestation à ce sujet, n’était-ce pas un signe évident du triomphe de ma thèse sur la souveraineté ? Dans cette affaire, pour l’heure, mon honneur était sauf. Mais que le gouvernement n’ait eu aucun égard pour le combat que j’ai mené dans la presse pour défendre cette idée, qu’il soit resté passif et indifférent comme un spectateur qui assiste à un incendie sur l’autre bord de la rivière, et que parmi tous ces experts, parmi tous ces savants qui se sont pressés dans l’enceinte du pouvoir, pas un seul n’ait daigné à me prêter main-forte dans cette lutte pénible, c’était d’une froideur égale à de la glace.

Publication d’un Journal officiel

100J’avais perdu tout espoir de transformer le Tôkyô nichi nichi shinbun en organe du gouvernement et de mettre ma plume à son service. On m’avait signifié à l’époque que le gouvernement n’avait nul besoin d’un organe officiel, les comtes Itô, Inoue et Yamagata que je rencontrais de temps à autre me l’avaient confirmé, et quand j’insistais pour qu’on me laisse au moins essayer, on me fit savoir qu’il n’en était pas question, que la majorité des membres du gouvernement n’en voyaient pas l’utilité, et finalement, lorsque qu’ils semblèrent même gênés de me connaître, ou se mirent à considérer que mon aide était un prétexte pour faire du profit à mon compte, je me dis que le moment arriverait bien un jour, pris mes distances à mon tour, et ne me laissai pas abattre.

101Bien pis, la majorité des dirigeants semblaient malheureusement en vouloir aux journaux, car les mises en application de l’ordonnance de presse, c’est-à-dire les suspensions de publication et la censure se multipliaient, et manifestement ils ne savaient pas utiliser la presse à bon escient. Mais lorsque je leur proposais de transformer le Tôkyô nichi nichi en organe du gouvernement, ils me remerciaient poliment. Néanmoins, peu après, je ne sais pour quelle raison, le gouvernement décida soudain de publier un journal officiel.

102Dès que j’appris la nouvelle, j’en fus grandement surpris et demandai à être reçu par un membre du cabinet. Je lui expliquai que, si le gouvernement ressentait la nécessité de publier un journal officiel, le Tôkyô nichi nichi pourrait parfaitement remplir ce rôle, et que si j’avais inlassablement répété depuis toujours que le gouvernement avait besoin d’un organe de presse, c’était bien sûr pour que le Tôkyô nichi nichi soit choisi pour cela, mais le gouvernement ne l’entendait pas de cette oreille. Il créa un bureau chargé de la publication du journal officiel et promulgua un décret qui obligeait tous les fonctionnaires à s’y abonner. Cela me priva tristement de quelques milliers de lecteurs que j’avais fidélisés grâce à la publication des annonces officielles, et mon chiffre de vente tomba aux abysses.

103Pressentant que je devais faire quelque chose pour éviter la catastrophe due à ce journal officiel, je reculai d’un pas, et priai instamment le gouvernement, puisque finalement il avait décidé de publier lui-même un journal officiel, de m’en confier au moins l’impression et la distribution, espérant que les bénéfices ainsi obtenus m’aideraient à compenser la perte de mon chiffre de vente, et la promesse m’en fut faite.

  • 62 Tous les quotidiens connurent une baisse de leur chiffre d’affaires entre 1882 et 1883, mais le Tôk (...)

104Mais peu après, le gouvernement rompit son engagement, confia les travaux d’impression à un imprimeur, et se chargea lui-même de la diffusion. Où était donc passée la bonne intention de m’aider ? Lorsque j’avais expliqué au gouvernement que je souhaitais, grâce à mon journal, me mettre à son service et à celui de sa politique, il avait applaudi des deux mains. Puis, quand je lui ai demandé de lui donner le titre de journal officiel, il s’est montré embarrassé et n’a rien fait. Maintenant, il publiait son propre journal, maltraitait un allié qui se trouvait déjà en mauvaise posture, et le brisait volontairement. Ainsi appris-je à mes dépens que le gouvernement de l’époque n’avait aucune idée de la manière d’utiliser la presse62.

Les fonctionnaires me traitent avec indifférence

105Moi qui ai toujours investi toute mon énergie à servir le gouvernement et œuvré à tirer l’opinion publique dans le sens voulu, je me retrouvai dans une situation où les dispositions du gouvernement ne concordaient plus avec mes espérances. Malheureusement, tout comme l’on ne peut applaudir d’une seule main, je ne pouvais plus compter sur le pouvoir pour me mettre à son service, et comme le Tôkyô nichi nichi ne correspondait ni à un journal attaché au gouvernement, ni à un organe officiel, même si le public le considérait ainsi, je n’avais réalisé aucune de mes ambitions.

106Si encore les fonctionnaires du gouvernement avaient montré la moindre considération pour le Tôkyô nichi nichi, j’aurais pu faire quelque chose, mais là, tous, sans exception, me traitaient avec une indifférence affligeante. Bien sûr, même en Europe, les rapports entre le pouvoir et la presse n’étaient pas faciles, cela s’apparentait à naviguer à vue entre les récifs, et lorsqu’on essayait de satisfaire les bureaucrates de notre pays on était condamné aux difficultés. Néanmoins, que tous, en bloc, puissent se montrer aussi désagréables à mon égard eut raison de mes bonnes dispositions.

107Un jour, je fus accueilli par un fonctionnaire en chef auquel je fis la demande de bien vouloir me transmettre, si cela était possible, ne serait-ce que des informations banales, et celui-ci me répondit d’un ton accusateur : « Pourquoi avez-vous divulgué des secrets d’état, pourquoi avez-vous révélé au grand jour des informations extrêmement confidentielles, sans aucun respect ? », puis il se mura dans le silence et ne me donna pas la moindre petite information.

108Par la suite, il se montra très ennuyé par mes visites et pour finir se débrouilla toujours pour m’éviter. Mes collaborateurs subirent le même sort, et, bien que seulement employés, ils finirent par être eux aussi considérés comme des kami de la peste.

109Les comtes Itô, Inoue et Yamagata, quant à eux, n’avaient pas changé le moins du monde, et à chacune de mes visites, ils me recevaient avec la même amabilité qu’auparavant. Mais hormis ces quelques amis, tous leurs subordonnés, dans les ministères, avaient une dent contre le Tôkyô nichi nichi et m’accueillaient avec une extrême froideur. Combien de fois n’ai-je demandé que le gouvernement accorde un traitement de faveur au Tôkyô nichi nichi, qu’on me transmette diverses informations, à commencer par des décrets ministériels, et qu’on me réserve des nouvelles exclusives pour le Tôkyô nichi nichi shinbun, non divulguées aux autres journaux. Mais craignant sans doute les réactions de mes confrères et sous prétexte de devoir traiter chacun de manière équitable, ma demande de traitement de faveur était à chaque fois rejetée. Pourtant, un gouvernement se doit de protéger un journal qui soutient sa politique et qui fait tout pour se mettre à son service. Mais non, il refusait toutes mes requêtes sous motif d’équité, car, s’il m’accordait un traitement de faveur, cela apporterait des bénéfices au journal, et cela équivaudrait à le protéger. Cela voulait dire qu’il traitait de la même manière ses ennemis et ces alliés, sans faire de différence. Était-ce vraiment équitable, ça ?

110Une autre chose qui m’étonnait beaucoup était le fait que les fonctionnaires n’achetaient pas de journal pro-gouvernemental. Pourtant, ils auraient dû savoir, sans attendre qu’on le leur explique, que l’influence d’un journal dépendait de son tirage, et que celui qui possédait le plus grand tirage possédait aussi le plus grand impact. À l’époque, il existait bien une bonne dizaine de quotidiens à Tôkyô, mais tous prônaient des idées opposées à celles du gouvernement, et le seul qui était sur la même ligne était le Tôkyô nichi nichi shinbun. N’était-il pas normal que, pour le bien du gouvernement, les fonctionnaires aient à cœur de voir prospérer le Tôkyô nichi nichi shinbun, et de le soutenir en l’achetant ? Mais lorsque je leur expliquai cela, pratiquement tous me répondirent qu’ils avaient déjà l’obligation de s’abonner au journal officiel, et qu’il leur était donc difficile d’en prendre un deuxième. Sans ménagement pour moi, ils me disaient : « comme le Nichi nichi shinbun ne dit jamais du mal ou ne tient jamais de propos inconsidérés sur le gouvernement, on peut être tranquille, on n’a pas besoin de l’acheter, mais par contre on est obligé d’acheter les journaux qui l’attaquent sans arrêt ».

  • 63 Hi. iki no hikitaoshi 贔屓の引き倒し.

111Comme dit le proverbe : « Trop de faveurs causent des ennuis à celui qui les prodigue »63, je n’en connus que davantage de difficultés. Au début du printemps de l’an dix-huit de Meiji (1885), une enquête révélait que comparativement à la période avant la publication du journal officiel, le nombre de fonctionnaires qui lisaient le Tôkyô nichi nichi shinbun avait chuté de plus de 40 %, tandis que les lecteurs des journaux d’opposition avaient au contraire augmenté de 30 %.

Je renonce au journalisme

112Lorsque le comte Itô fut nommé premier ministre, le cabinet adopta le principe de se situer au dessus et en dehors des partis politiques, et mon objectif de mettre mon journal entièrement au service du gouvernement devint caduc. J’avais toujours insisté sur le fait qu’un cabinet constitué par les membres des partis politiques me paraissait inadéquat, mais je savais aussi qu’à l’aube de l’ouverture de l’Assemblée, il était impossible de faire comme si les partis n’existaient pas.

113Sans aller jusqu’à dire que les dirigeants eux-mêmes devaient tous devenir membres d’un parti, il me paraissait essentiel qu’ils s’assurent un grand nombre d’alliés afin de pouvoir détenir la majorité à la chambre. Je n’avais de cesse depuis toujours de répéter que le gouvernement avait absolument besoin de se doter d’un organe de presse qui lui permettrait de diffuser largement ses idées et de se faire des amis politiques et des alliés. J’avais le vague pressentiment que si le comte Itô devenait Premier ministre, il serait probablement prêt à se lancer dans cette tâche, mais lorsque j’appris qu’il formerait un gouvernement transcendant, je finis par penser qu’il ne valait plus la peine de vouloir gagner des amis politiques en vue de disposer de la majorité à l’Assemblée.

114Dès lors, il n’était plus possible de faire prospérer le Nichi nichi shinbun grâce au simple fait qu’il était un journal au service du gouvernement, et il était plus impensable encore d’en faire un organe officiel du gouvernement. Son chiffre de vente, comparé à celui des années 1879-1880 avait chuté de 30 % et il avait finalement perdu tout son dynamisme. De plus, après ces dernières années où mes idées étaient bridées par les événements, où je m’exprimais en fonction de ce que l’on attendait de moi et où j’avais perdu la liberté de m’exprimer à ma guise, il était impossible de retrouver le même auditoire qu’autrefois. Si j’en avais eu l’ambition, il n’aurait certes pas été trop tard pour modifier mon discours, pour changer de cap en me ralliant au Parti libéral ou au Parti progressiste, et pour me faire un nom dans la presse en tant qu’ennemi du gouvernement. Je savais que si j’en avais eu le courage, cela aurait suffi pour me remettre en selle et trouver une certaine stabilité. Néanmoins, aux seules fins de mon honneur et de mon profit personnel, j’aurais été obligé de renoncer à mes convictions, de me ranger à l’idéologie ambiante et de tourner le dos à mes anciens amis, et dans ce cas, il valait mieux que je me retire du journalisme. En l’an vingt de Meiji [1887] je vendis le journal à M. Seki Naohiko et démissionnai de mon poste de directeur, jurant à moi-même de ne plus jamais tremper ma plume dans la politique. Puis s’ajoutèrent quelques ennuis financiers et je fus amené à couper radicalement mes liens avec le monde politique pour finir par m’adonner exclusivement à l’écriture littéraire, ce que je fais encore de nos jours.

  • 64 Tsukahara Shizumu 塚原靖 (1848-1917) journaliste, écrivain, auteur de romans historiques, est connu so (...)

115Plus tard, le Nichi nichi shinbun changea encore une fois de propriétaire pour devenir enfin, semble-t-il, un organe du gouvernement. Mais il n’y reste plus qu’un seul de mes anciens collaborateurs, M. Tsukahara Shizumu64, dont les talents d’écriture n’ont cessé de s’affirmer jusqu’à aujourd’hui.

  • 65 Sumajiki mono wa miyazukae すまじきものは宮仕.
  • 66 Fukuchi a cinquante-trois ans lorsqu’il écrit ces lignes.

116Maintenant, lorsque je regarde en arrière, et que je pense à la destinée de tous ceux qui, depuis l’an sept de Meiji [1874] ont été soit mes amis, soit mes ennemis politiques, tout m’apparaît comme à travers un rêve diffus. Comme dit le proverbe : « Mieux vaut ne pas devenir serviteur au palais65 », je dirais, hélas : « Mieux vaut ne pas devenir journaliste ! ». Mais parfois, bien que je sois heureux de ma décision d’avoir arrêté, il m’arrive, à la lecture du journal, de penser avec une certaine nostalgie que j’aurais peut-être écrit ceci d’une autre manière, ou qu’il y aurait peut-être lieu de contredire cela. Mais c’est juste parce que je ne suis pas encore délivré de toutes les passions, et non parce que je voudrais montrer au monde de quoi je suis capable. Car la presse actuelle qui, depuis l’ouverture d’une assemblée, se penche sur tous les problèmes concrets de la politique, fait preuve d’une grande précision, et présente de grandes qualités dans tous les domaines de l’élaboration. Que ce soit dans les articles ou les faits divers, jusqu’aux romans et aux essais, on constate un progrès indéniable. C’est pourquoi, même si je le voulais, un vieillard comme moi ne pourrait plus déployer ni cette force, ni ce talent d’écriture66.

Notes

1 風説書 fûsetsugaki (littéralement : « écrits d’après des rumeurs »). De manière générale, ces documents étaient appelés Oranda fûsetsugaki « Nouvelles de Hollande ».

2 Le texte fait apparaître le terme shinbunshi 新聞紙 avec les furigana ニーウヱス. En néerlandais, « nieuws », a le même sens que l’anglais « news » : « nouvelles ».

3 Il s’agit de l’attentat appelé Namamugi jiken, « incident du village de Namamugi », en 1862, épisode au cours duquel, pour ne pas être descendu de cheval au passage du cortège du daimyô de Satsuma, un Anglais a été tué et deux autres blessés. En guise de représailles, les Anglais bombardent Kagoshima, ville portuaire du fief de Satsuma, durant le 8e mois de l’année 1863.

4 Kôko shinbun (江湖新聞 « Le Public », 27e jour du 4e mois de l’an 4 de Keïô (1868), interdit le 22e jour du 5e mois, 22 numéros). Journal engagé dans la défense du bakufu, très populaire, peut-être parce que sa présentation était agréable et facile, avec beaucoup d’illustrations, et des lectures en kana. Les collaborateurs de Fukuchi étaient Nishida Densuke (1836- ?), l’imprimeur Hiro. oka Kôsuke (1828-1918), et le gesakusha (auteur de récits populaires) Jôno Denpei, qui formeront la future équipe du Tôkyô nichi nichi shinbun, le premier quotidien de Tôkyô.

5 La « guerre de l’année de boshin » (戊辰戦争) commence en janvier 1868, après la « Restitution solennelle du pouvoir du shôgun à l’empereur » (Taiseihôkan 大政奉還), et se poursuit jusqu’en mai 1869. Durant cette période l’armée de la Restauration va s’opposer aux derniers défenseurs du bakufu, en remontant depuis Kyôto vers le nord du pays.

6 En ce qui concerne le titre du journal, Fukuchi semble trahi par sa mémoire car ce journal – ou plus exactement ce périodique – avait pour titre Yokohama shinpô – Moshihogusa « Nouvelles de Yokohama - L’algue à sel » (11e jour du 4e mois de l’an 4 de Keiô (1868) au 13e jour du 3e mois de l’an 3 de Meiji (1870). Édité officiellement par l’Américain Eugene Van Reed, qui ne tombait pas sous la juridiction japonaise, mais publié en réalité par Kishida Ginkô, il n’avait aucun lien direct avec le Yôsho shirabesho ou d’autres organes shôgunaux.

7 Eugene M. Van Reed était venu au Japon à la suite de Joseph Heco, qu’il avait connu en Amérique. Joseph Heco (Hamada Hikozô, 1837-1897) était l’un des premiers Japonais ayant obtenu la naturalisation américaine. À l’âge de douze ans, après un naufrage, il avait été recueilli par un navire américain et élevé en Amérique. Il revint au Japon en tant qu’interprète de la légation américaine au moment de l’ouverture des ports suite aux traités de l’ère Ansei (1858). Quant à Van Reed, il était surtout un aventurier venu s’enrichir au Japon. Mêlé à des trafics d’armes, il détourna des fonds destinés à envoyer des boursiers des fiefs en Amérique, et trempa finalement dans le scandale des émigrants Japonais à Hawaï, qui une fois sur place furent traités comme des esclaves.

8 Kishida Ginkô 岸田吟香 (1833-1905) a publié avec Joseph Heco (1836-1897) en 1864 ou 1865 (selon les sources) un journal à parution irrégulière intitulé Kaigaishinbun 海外新聞, ou Shinbunshi 新聞紙 (là encore les sources ne concordent pas), que des chercheurs comme Chikamori Haruyoshi considère comme le premier journal de type occidental au Japon. Cette thèse est controversée notamment par Yamamoto Fumio et Nishida Taketoshi. (Cf. C. Séguy, Histoire de la presse japonaise, op. cit., p. 52-54). Ici, Fukuchi Ôchi confond sans doute Eugen Van Reed et Joseph Heco.

9 Yanagawa Shunsan 柳河春三 (1832-1870) est issu de la classe guerrière. Il s’intéresse très tôt au rangaku, « études hollandaises », qu’il étudie auprès de deux maîtres du clan d’Owari, Ueda Taitô, spécialiste d’artillerie et de stratégie militaire, et Itô Keisuke, botaniste et médecin. Il se spécialise dans la médecine, mais ses activités de traducteur l’amènent à aborder les domaines les plus divers : mathématiques, photographie, sciences maritimes ou étude des langues. En 1864 il est nommé professeur au Kaiseijo, poste qu’il conservera sous le nouveau gouvernement jusqu’à sa mort en 1870. On le considère comme l’un des pionniers du journalisme, car il fut un précurseur tant pour les revues (Seiyô zasshi 西洋雑誌 « Revue de l’Occident », 1867) que pour les journaux (Chûgai shinbun 中外新聞 « Journal de l’intérieur et de l’étranger », 1868).

10 Jôno Denpei [Saigiku] 条野伝平 [採菊] (1832-1902). Fils d’un grossiste d’Edo. Écrivain de style gesaku, journaliste, publiciste, politicien. Cofondateur du quotidien Tôkyô nichi nichi shinbun en 1872. Fondateur et directeur du quotidien Yamato shinbun (やまと新聞, créé en 1884). Membre du Conseil de Tôkyô en 1880, puis membre du conseil municipal de la circonscription de Kanda à partir de 1889. Auteur de nombreux romans populaires ainsi que de quelques pièces de théâtre kabuki.

11 Le format hanshi fait environ 24-26 cm x 32,5-35 cm, soit approximativement un format A4.

12 On estime cependant les tirages à moins de 1 500 exemplaires.

13 Sonnô 尊王, littéralement « respect de l’empereur », était la devise des fiefs – principalement Satsuma et Chôshû, auquels s’ajoutaient Tosa et Hizen – qui ont renversé le bakufu et restitué le pouvoir à l’empereur, épisode appelé Meiji ishin 明治維新 « Restauration de Meiji ».

14 Cette bataille décisive marque la prise d’Edo par l’armée impériale.

15 Le Shiki 史記 (« Chroniques historiques », l’un des classiques chinois datant de l’époque antérieure des Han) relate qu’après avoir défait l’armée des Xin, le fondateur de la dynastie des Han abolit les nombreuses lois iniques de son prédécesseur et simplifia les procédures pénales de manière à ne retenir que trois crimes, punis selon leur gravité : le meurtre, les coups et blessures et le vol, et que le peuple s’en réjouit grandement. Cette simplification à l’extrême du système pénal est appelée hôsanshô 法三章.

16 Ancienne province également appelée Awa no kuni, située dans l’actuel département de Tokushima, sur l’île de Shikoku.

17 Ikenohashi est un quartier situé à Tôkyô, dans Taito-ku.

18 Kido Kôin [Takayoshi] 木戸孝允 (1833-1877) du fief de Chôshû. Il prend une part active dans la formation de l’alliance avec Satsuma pour renverser le bakufu. Membre du noyau dirigeant du nouveau gouvernement, il s’engage dans la réorganisation des fiefs en départements. Par la suite, il s’opposera aux thèses radicales d’intervention militaire en Corée et à Taïwan. Il défendra jusqu’à sa mort un style de réforme modéré.

19 Dès 1871, des questions budgétaires avaient opposé certains ministères au ministère des Finances. Fin 1872, le ministère de la Justice et celui de l’Éducation demandèrent une augmentation de leur budget. Mais le ministre des Finances Ôkubo Toshimichi se trouvait alors en voyage avec la mission Iwakura, et son remplaçant, Inoue Kaoru, rejeta leurs propositions. L’affaire rejaillit à nouveau en 1873. Accompagné de son conseiller Shibusawa Ei. ichi, Inoue présenta alors sa démission. Mais Fukuchi omet de dire qu’Inoue avait été impliqué dans le scandale financier des mines d’Osarizawa, qui fut dénoncé par le ministre de la Justice de l’époque, Etô Shinpei, et que c’est pour cette raison aussi qu’il dut démissionner du poste de ministre des Finances.

20 Dans le texte, les caractères guntai seifu 軍隊政府 sont accompagnés de la lecture ミリタリー ガブルメント (military government).

21 Le débat sur la mise à la raison de la Corée donna une autre occasion aux journaux de révéler les désaccords entre les dirigeants, quelques mois après un scandale financier dont il sera question plus loin. Saïgô Takamori, Gotô Shôjirô, Itagaki Taisuke, Soejima Taneomi et Etô Shinpei, qui avaient conduit les affaires pendant l’absence d’Iwakura et des autres membres de la mission en Europe et aux États-Unis, avaient mis en préparation une intervention militaire en Corée. Mais après le retour d’Iwakura, Ôkubo et Kido, ils furent contraints d’abandonner leurs projets belliqueux. Ils décidèrent donc, en signe de protestation, de quitter le gouvernement (octobre 1873).

22 Récits populaires aux accents souvent comiques ou sentimentaux, en vogue à partir du milieu de l’époque d’Edo.

23 Le type de format le plus commun était le hanshi (proche d’une feuille A4) plié en deux et broché. Le papier était du papier à calligraphier assez épais, de type washi ou nishi no uchigami.

24 Ce rapport révélait un déficit du budget d’État de 140 millions de yens. Or ce document, censé être confidentiel, fut immédiatement publié par le Nisshin shinjishi, et, un peu plus tard, par le Shinbun zasshi. (Yamamoto Fumio, Nihon shinbun shi, p. 54.)

25 Hokiyama Kageo 甫喜山景雄 ( ?- ?) écrivain peu connu, il semble avoir été un ancien fonctionnaire du bakufu. Il sera condamné en 1875 pour délit de presse.

26 Chefs de file du Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen.

27 Dans le texte : 民主政治 Minshuseiji, avec la lecture デモクラシー demokurashii.

28 Mutsu Munemitsu 睦奥宗光 (1844-1897) diplomate et homme politique, est une personnalité de premier plan à l’heure où Fukuchi écrit ses mémoires en 1894. Guerrier issu du fief de Kii, il est d’abord acteur du sonnô jôi, puis de la Restauration de Meiji. Condamné pour avoir soutenu la révolte des guerriers en 1877, il traduit en prison l’ouvrage Utilitarianism de Jeremy Bentham. Après cet épisode, il intègre le ministère des Affaires étrangères et devient ambassadeur à Washington (1888-1890). Ministre des Affaires étrangères sous le cabinet Itô à partir de 1893, il signe en 1894 le traité anglo-japonais de commerce et d’amitié qui clôt plus de trois décennies de négociations pour la révision des traités inégaux. Il a également négocié le traité de Shimonoseki, qui a mis fin à la guerre sino-japonaise (1894-1895).

29 Yoshikawa Akimasa 芳川顕正 (1841-1920) Originaire de Tokushima. Il entre au Ministère des Finances en 1870 sur recommandation d’Itô Hirobumi, qu’il accompagne dans sa tournée européenne, puis occupe divers autres ministères. En 1882, il devient préfet de Tôkyô et s’oppose violemment au Jiyûminken. À partir de 1890, il sera ministre de l’Éducation, puis dans la suite de sa carrière, ministre de la Justice, de l’Intérieur, des Communications, membre du Sénat, du Sûmitsuin, et président de l’université Kokugakuin.

30 Fukuchi a en effet secondé Kido Kôin, président du Conseil des préfets régionaux (chihôkan kaigi) de juin à juillet 1875 (Yanagida Izumi, Fukuchi Ôchi, p. 349). Dans des éditoriaux du Tôkyô nichi nichi de juillet 1875, Fukuchi ne manque pas de critiquer ouvertement l’immaturité politique de certains représentants officiels.

31 Komuro Shinobu 小室信夫 (1839-1898) Homme politique puis homme d’affaires. Originaire de Kyôto, il participe au mouvement sonnô jôi. Après la Restauration, il occupe divers postes officiels, étudie le système constitutionnel en Angleterre en 1872-1873, puis démissionne pour rallier la cause du Jiyûminken avec Itagaki Taisuke en 1874. Par la suite il quittera la scène politique pour se lancer dans le monde des affaires. Il crée notamment la compagnie de transport maritime Nihon yûsen gaisha en 1885, concurrente de Mitsubishi.

32 Hirano Tomiji 平野富次 (1846-1892) est à considérer comme l’un des fondateurs des techniques d’imprimerie modernes. Disciple de Motoki Shôzô 本木昌造 (1824-1875), qui fut le premier à fabriquer, à Nagasaki, des caractères mobiles en plomb sur le modèle des caractères importés par les Hollandais qui ont notamment servi à la fabrication du premier quotidien japonais Yokohama Mainichi shinbun (1871). Hirano Tomiji crée en 1872 une fonderie de caractères et en 1873 une imprimerie, Tsukiji kappanjo 築地活版所 à Tôkyô.

33 Même certains journalistes du Tôkyô nichi nichi (Hokiyama Kageo 甫喜山影 entre autres) ont été victimes de la loi sur la diffamation, si bien que Fukuchi a commencé à devenir plus circonspect.

34 Narushima Ryûhoku 成島柳北 (1837-1884) était alors directeur du Chôya shinbun 朝野新聞, et Kurimoto Jo. un 栗本鋤雲 (1822-1897) rédacteur en chef du Yûbin hôchi shinbun 郵便報知新聞. Tous deux étaient d’anciens hauts fonctionnaires du bakufu, qui contrairement à Fukuchi, ont pris le parti de l’opposition. Fukuchi omet de mentionner la condamnation de Narushima, largement décrite dans les mémoires de Suehiro.

35 Kishida Ginkô 岸田吟香 (1833-1905). Originaire d’Okayama, il étudie le chinois à Edo et compile le dictionnaire anglais-japonais wa.ei gorin shûsei 和英語林集成 avec le missionnaire américain James Curtis Hepburn. Considéré par quelques historiens de presse comme l’un des pionniers du journalisme au Japon, il crée en 1864 le Kaigai shinbun 海外新聞 avec Joseph Heco, puis le Yokohama shinpô - Moshihogusa 横浜新報藻塩草 en 1868, et collabore au Tôkyô nichi nichi shinbun entre 1872 et 1877. Il sera le premier correspondant de guerre japonais en couvrant l’expédition punitive à Taïwan en 1874. Par la suite, il quittera le journalisme et deviendra entrepreneur. Le peintre Kishida Ryûsei (1891-1929) est l’un de ses fils.

36 Notons que Fukuchi, âgé de 33 ans à l’époque, parle de Kishida comme d’un vénérable vieillard, alors que ce dernier n’a que 41 ans.

37 Suematsu Kenchô 末松謙澄 (1855-1920). Politicien conservateur. Originaire de Fukuoka, il entre au Tôkyô nichi nichi shinbun en 1874 mais le quitte l’année suivante pour occuper des fonctions officielles. Pendant son séjour en Angleterre de 1876 à 1886, il étudie à l’université de Cambridge et traduit partiellement en anglais le Genji monogatari. À son retour, il poursuit sa carrière au sein de différents ministères. Trois fois député, il sera ministre de la Justice (1892-1896), des Postes, et de l’Intérieur (1898-1901). Il fonde aussi l’Association pour la réforme du théâtre Engeki kairyôkai (1886 à 1891).

38 Kubota Kan.ichi 久保田貫一 (1850-1945 ?). Rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi shinbun entre 1876 et 1881, il séjourne ensuite à Londres comme secrétaire d’ambassade. Il sera préfet et chef de département au ministère de la Justice à partir de 1892.

39 Yamabe Yûho 山辺勇輔 n’apparaît dans aucune source disponible.

40 Itô Takuzô 伊藤卓三 (1854-1927). Rédacteur au Tôkyô nichi nichi entre 1886-1887 (Nishida, Meiji shinbun zasshi kankeisha ryakuden, p. 15).

41 Tsukahara Jûshi. en 塚原渋柿園 [Shizumu] (1848-1917). Né à Edo, auteur de romans historiques (Amakusa ikki « La révolte d’Amakusa » entre autres).

42 Miyazaki Sanmai 宮崎三昧 (1859-1919). Originaire d’Edo. Journaliste, il entre au Tôkyô nichi nichi en 1880, le quitte pour le Yamato shinbun en 1886, puis travaille pour différents autres quotidiens, dont l’Ôsaka Mainichi ou l’Ôsaka Asahi. Il est connu en tant qu’auteur de romans historiques et de pièces de théâtre.

43 Okamoto Takeo 岡本武雄 (1847-1893). Journaliste. Directeur du Tôkyô akebono shinbun jusqu’à sa disparition en 1881. Rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi shinbun à partir de l’année suivante.

44 Seki Naohiko 関直彦 (1857-1934). Originaire de Wakayama, il étudie le droit à l’université de Tôkyô. Il sera directeur du Tôkyô nichi nichi shinbun de 1888 à 1892. À partir de 1898, il fera partie de divers groupements libéraux (Kenseihontô, Rikkenkokumintô, Kakushin kurabu, Kakushintô) opposés au Seiyûkai (parti d’Itô, créé en 1900). Député dès la première Assemblée de 1890, vice-président de la Chambre de 1912 à 1915, président de l’Association des avocats de Tôkyô (1927), il sera nommé à la Chambre des Pairs de 1927 à 1934.

45 Ichikawa Seiryû 市川清流 (1824- ?). Fonctionnaire sous le bakufu, il est membre de la délégation en Europe en 1861. Après la Restauration, il entre au ministère de l’Éducation. Il aurait contribué à la création de bibliothèques et à l’introduction de concepts nouveaux tels que les musées. Il a effectivement travaillé temporairement au Tôkyô nichi nichi en tant que correcteur.

46 Tamarai Bakin 宝井馬琴 (1853-1928), quatrième du nom, conteur de récits épiques, très populaire à l’époque où paraissent les mémoires de Fukuchi. Il publie des récits dans divers quotidiens, notamment dans le Yamato shinbun, journal de divertissement fondé en 1886 par Jôno Denpei, cofondateur du Tôkyô nichi nichi.

47 À la tête du Kaitakushi (開拓史 « Bureau chargé de l’exploitation de Hokkaidô ») se trouvait depuis sa création en 1870 un héros de la Restauration issu du fief de Satsuma, Kuroda Kiyotaka. Le scandale éclata lorsque l’opinion apprit que des terrains destinés à être vendus par l’état avaient été cédés à bas prix à des entrepreneurs privés, en particulier à Godai Tomoatsu 五代友厚 (1835-1885), originaire de Satsuma, et à Nakano Go.ichi 中野梧一 (1842-1883), originaire de Chôshû. Les membres du gouvernement, eux-mêmes issus de l’un ou l’autre de ces deux fiefs, s’étaient tus sur ces transactions illicites, mais Ôkuma Shigenobu, originaire de Hizen (département de Saga) et, semble-t-il, relativement isolé dans le clan des dirigeants, protesta vivement et laissa filtrer cette information à l’extérieur.

48 Fukuchi justifie son brusque revirement par une prise de conscience soudaine des erreurs du gouvernement. En fait, il s’agissait aussi d’un règlement de comptes personnel. Quelque temps auparavant, Itô Hirobumi avait refusé l’offre de Fukuchi Gen. ichirô de faire du Tôkyô nichi nichi un journal gouvernemental, mais avait demandé à Fukuzawa Yukichi de créer un journal capable de faire face à la presse d’opposition. Fukuzawa, très attaché à son indépendance intellectuelle et embarrassé par cette demande, fut « sauvé » par le scandale de Hokkaidô, qui le projetait dans le camp d’Ôkuma, et Fukuchi prit sa revanche en critiquant le gouvernement. (Yamamoto Fumio, Nihon shinbun shi, p. 90 ; Irokawa Daikichi, Nihon no rekishi, vol. 21, Kindai kokka no shuppatsu « L’avènement de la nation moderne », Chûô kôronsha, 1974, p. 176 et 198).

49 Sous l’influence croissante du Jiyûminken undô, Ôkuma Shigenobu avait pris parti pour une création assez rapide d’une assemblée, en quoi il s’était violemment opposé à Itô Hirobumi. Le scandale du Kaitakushi s’ajoutant à cette divergence de vues, Itô réussit habilement à calmer les esprits sur tous les fronts, en contraignant Ôkuma à la démission, en mettant un terme aux ventes de terrains publics, et en obtenant la proclamation d’un édit impérial promettant l’ouverture d’une assemblée à l’horizon de 1890. Les historiens appellent cette crise gouvernementale meiji jûyonen no seihen 明治十四年の政変 « remaniement de 1881 ». D’autres membres du gouvernement furent poussés à démissionner : Kôno Togama, ministre de l’Agriculture et du Commerce, Yano Fumio, haut fonctionnaire au ministère des Finances, ou Maejima Hisoka, créateur du système postal moderne. La conséquence en fut la création des premiers partis politiques : le Parti libéral (Jiyûtô 自由) dirigé par Itagaki Taisuke (1881) et le Parti progressiste constitutionnel (Rikken Kaishintô 立憲改進党) autour d’Ôkuma Shigenobu (1882). Face à ces deux partis d’opposition, Fukuchi créa la même année encore un parti conservateur du nom de Rikkenteiseitô (立憲帝政党 « Parti impérial constitutionnel »).

50 Fukuchi utilise les termes kokutei kenpô 国定憲法 « constitution octroyée par l’état » et kintei kenpô 欽定憲法 « constitution octroyée par l’empereur ». Un bureau chargé de l’élaboration de la constitution en comité restreint, seido torishirabekyoku 制度取調局, fut créé le 21 mars 1884 sous la présidence d’Itô Hirobumi à son retour d’un voyage d’études en Europe, où il s’était entretenu avec les juristes Allemands Rudolf von Gneist, Albert Mosse et Lorenz von Stein.

51 On peut vraiment parler d’un nouveau revirement de la part de Fukuchi, qui avait rejoint le camp de l’opposition pour dénoncer le scandale des ventes de terrains à Hokkaïdô, ce qu’il avait fait non seulement par voie de presse mais aussi en appelant à des meetings aux côtés des partisans du minken. Le plus célèbre est le rassemblement qui se tint au Shintomiza de Tôkyô, le 27 août 1881. Dans ce théâtre archi-plein (quelque cinq mille places vendues) Fukuchi avait même proclamé que « les agissements du gouvernement de clans faisaient penser à l’usurpation du pouvoir impérial faite par les Fujiwara » (Yanagida, Fukuchi Ôchi, p. 200). Mais la phase de protestation de Fukuchi fut de courte durée, comme nous pouvons le constater à la lecture de ce passage, où il prête à nouveau allégeance aux oligarques.

52 L’ordonnance du 22 décembre 1885 avait remplacé le ministère des Affaires suprêmes (Dajôkan 太政官) par un cabinet ministériel (naikaku 内閣). Mais dans ce texte, Fukuchi utilise pratiquement toujours le terme naikaku pour désigner le gouvernement, même avant 1885.

53 Fukuchi met en opposition différents concepts qui constituaient le noyau des discussions entre 1881 et 1890 : le radicalisme, kyûshinron 急進論 s’oppose ici au gradualisme, zenshinron 漸進論 dans le contexte de la rapidité de la mise en place d’une assemblée élue. De la même manière, minshusei 民主制 (littéralement « système dans lequel le peuple est souverain »), traduit ici par « démocratisme » et kunshusei 君主制 (« système dans lequel l’empereur est souverain », soit « monarchie ») ont largement été discutés dans le contexte de l’élaboration de la constitution qui sera promulguée le 11 février 1889. Le terme bôshin 暴進, qui s’oppose à hoshu 保守 (conservatisme), signifie littéralement : « progrès violent » (traduit ici par « extrémisme »).

54 En réalité, Fukuchi constitue une société par actions sur la base d’un capital de 62 500 ¥ avec treize sociétaires choisis parmi ses meilleurs amis et soutiens, dont Shibusawa Ei. ichi, Jôno Denpei ou Seki Naohiko (Yanagida, op. cit. p. 214).

55 Les anciennes provinces de Satsuma et de Chôshû (où se trouve la ville de Hagi), étaient les deux fiefs dont étaient issus les principaux acteurs de la Restauration de Meiji qui constituaient quinze ans plus tard les factions des oligarques. Itô Hirobumi, Inoue Kaoru et Yamagata Aritomo étaient de Chôshû, Kuroda Kiyotaka et Matsukata Masayoshi (ministre des Finances en 1881) étaient de Satsuma. Le ohagi ou botamochi est une pâtisserie traditionnelle à base de riz et de pâte de haricots rouges.

56 Maruyama Sakura 丸山作楽 (1840-1899). Né à Edo. Fortement influencé par les idées du courant kokugaku (« études nationales ») de Hirata Atsutane, dont il se considère comme l’un des derniers disciples posthumes, il se tourne très tôt vers le camp xénophobe du sonnô jôi (« respectons l’empereur, expulsons les barbares ») et lutte contre le bakufu. Après la Restauration, il entre au gouvernement et fait partie du Bureau des affaires religieuses, puis des Affaires étrangères. Envoyé à Sakhaline en 1869, il participe aux négociations avec les Russes. Dès 1871, partisan de la soumission militaire de la Corée, il tente de mettre sur pied un corps expéditionnaire privé. Condamné pour ce délit, il ne sort de prison qu’en 1880. L’année suivante, il se réconcilie avec Itô, prend la direction du quotidien Meiji nippô, puis se joint à la création du Parti impérial. Il participera à l’élaboration de la Constitution de Meiji avec Itô et Inoue. Après 1890, il sera membre du Conseil des Anciens, Genrô. in, puis de la Chambre des Pairs, Kizoku.in.

57 Mizuno Torajirô 水野寅次郎 (1854-1909). Originaire de Tosa, il rejoint un temps l’association politique Risshisha d’Itagaki Taisuke mais se détourne du Jiyûminken lors de la guerre du sud-ouest en 1877. En 1882, il rachète le Tôkyô akebono shinpô, qu’il transforme en organe du Parti impérial sous le titre Tôyô shinpô 東洋新報. En 1896, il devient préfet de Nara.

58 Nishikawa Hajime 西川甫 ( ?-1904). Ancien guerrier du fief de Tokushima. Après la Restauration, il se lance dans le commerce du riz. Membre, puis président du Conseil municipal d’Ôsaka. Directeur du journal Ôsaka Nippô 大阪日報 qu’il crée en 1876.

59 Haneda Kyôsuke 羽田恭輔 (1841-1914) est originaire de Tosa. Tout comme Maruyama, il est partisan de la mise à la raison de la Corée, puis participe aux soulèvements des guerriers. En 1877, il est capturé et condamné à la prison à vie, mais sera amnistié en 1880. Il dirigera le quotidien Daitô nippô 大東日報.

60 À son retour d’Europe en en 1883, Itô Hirobumi avait été séduit par l’idée du gouvernement indépendant et au-dessus des partis politiques. Par ailleurs, le renforcement des ordonnances de presse de 1883 visait clairement à éliminer les partis politiques et leurs organes, quelle que soit leur coloration. La publication, à partir du 2 juillet 1883, d’un journal officiel (Kanpô 官報) dont la lecture était obligatoire pour les fonctionnaires, priva Fukuchi de son privilège de publier les textes officiels. Deux mois plus tard, le Parti impérial fut dissous, le Tôkyô nichi shinbun perdit ses lecteurs et déclina rapidement. Le gouvernement s’employa alors à jeter dos à dos les deux partis du minken et à semer la zizanie au sein du Parti libéral, qui fut dissous l’année suivante, en 1884.

61 Watanabe Azumi 渡邊安積 (1859-1887). Juriste, angliciste et éditorialiste du Tôkyô nichi nichi shinbun. Cofondateur de l’actuelle université Chûô.

62 Tous les quotidiens connurent une baisse de leur chiffre d’affaires entre 1882 et 1883, mais le Tôkyô nichi nichi fut le plus touché par la crise. Les tirages passèrent de 8 547 exemplaires en 1882 à 5 349 début 1883, soit une baisse de 37 %. Durant la même période, le Hôchi shinbun diminua de 30 %, le Chôya de 24 %, tandis que le Jiji shinpô de Fukuzawa Yukichi, moins engagé politiquement, triplait le nombre de ses abonnés. (Chiffres basés sur Nishida Taketoshi, Meijijidai no shinbun to zasshi, p. 147, voir aussi C. Séguy, Histoire de la presse japonaise, p. 211).

63 Hi. iki no hikitaoshi 贔屓の引き倒し.

64 Tsukahara Shizumu 塚原靖 (1848-1917) journaliste, écrivain, auteur de romans historiques, est connu sous le nom de Tsukahara Jûshi. en 塚原渋柿園.

65 Sumajiki mono wa miyazukae すまじきものは宮仕.

66 Fukuchi a cinquante-trois ans lorsqu’il écrit ces lignes.

Auteur

Christiane Séguy (Traducteur)

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search