Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Commentaires

Regards croisés sur les trois récits

« Exister » dans un monde en mutation

Texte intégral

1Le Japon traverse plusieurs mutations décisives au cours des années décrites dans les trois textes : la fin de l’isolationnisme et l’ouverture de relations diplomatiques et commerciales avec les principales puissances occidentales, la fin du régime shôgunal, la modernisation menée sous la politique d’« ouverture à la civilisation », le développement d’un mouvement démocratique, et la montée du nationalisme et de l’impérialisme. De toute évidence, ces grands événements sont vécus de manière différente par Suehiro Tetchô, esprit rebelle engagé dans les idées libérales, Fukuchi Ôchi, conservateur proche du pouvoir, et Tokutomi Sohô, libre-penseur et promoteur de l’essence nationale. D’où l’intérêt de croiser leurs mémoires, de brasser leurs expériences, de confronter leurs opinions, et de mettre à jour leurs divergences, et, pourquoi pas, leurs convergences.

Origines familiales

2Bien que la question de la naissance et de l’enfance ne soit pas évoquée dans les textes autobiographiques de Fukuchi Ôchi et de Suehiro Tetchô, une large place est accordée à l’arrière-plan familial dans le texte de Tokutomi Sohô, pour lequel le problème de l’origine sociale, d’une part, et le fait de naître en tant que premier fils, d’autre part, revêtent une importance considérable. Ce statut familial de premier fils, donc d’héritier du nom et de la position de chef de famille en cas de défaillance du père, implique d’un côté des devoirs et des obligations, mais confère aussi certains privilèges au sein de la famille et de son entourage, voire même de la société. Tokutomi décrit cette situation sur un ton humoristique, par exemple en décrivant ses caprices culinaires aussitôt satisfaits par une mère attentive aux moindres désirs de son fils aîné, mais il est également conscient du poids qu’il doit supporter en matière d’éducation, et surtout de succession. Le statut particulier du fils aîné est aussi celui de Fukuchi Ôchi, premier fils très attendu après la naissance de six filles, et aussi la raison pour laquelle la question du mariage, abondamment décrite par Tokutomi, revêt une importance considérable dans la société d’Edo, mais également dans la société de Meiji, qui se dote dans les années 1890 de lois familiales certes modernisées, mais en de nombreux points assez semblables à ce qui était d’usage à l’époque d’Edo, en particulier en ce qui concerne le poids patriarcal. Nous disposons donc avec ce texte de Tokutomi Sohô d’un témoignage particulièrement vivant sur les us et coutumes de la société japonaise du milieu du xixe siècle.

3Par ailleurs, si l’on compare les origines familiales et géographiques de Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô, on constate que, malgré quelques différences importantes, notamment dues à la différence générationnelle, il existe un certain nombre de points communs entre les trois hommes. En effet, la première chose frappante est la similitude de leur classe sociale. Issus de milieux relativement comparables, car nés dans la classe guerrière, les trois ont vécu leur enfance dans des provinces éloignées de la capitale Edo. Toutefois, cet éloignement, contrairement à ce que l’on pourrait croire, ne constitue pas un isolement ou un obstacle à leur carrière future, bien au contraire. Les régions dont ils sont originaires ont la particularité d’avoir vu naître un grand nombre de grands hommes politiques, notamment parmi ceux qui se sont illustrés dans la Restauration de Meiji, qui ont eu par la suite des rôles politiques significatifs, que ce soit au gouvernement de Meiji ou dans l’opposition. Il est donc fort probable que l’environnement géographique dont ils ont bénéficié à leur naissance ait déjà fortement influencé leur orientation future.

4Suehiro Tetchô est né dans le fief d’Uwajima, situé à l’est de l’île de Shikoku, voisin du fief de Tosa, terre d’origine d’Itagaki Taisuke et de nombreux militants du Jiyûminken undô, dont on peut dire qu’il constitue le berceau. Il n’est pas improbable que cette proximité ait contribué à son choix de s’orienter vers les idées du mouvement libéral qu’il a défendues toute sa vie. Quant à Fukuchi Ôchi, il est originaire de Nagasaki, qui appartient au fief de Hizen, au nord-est de l’île de Kyûshû, seule cité « cosmopolite » à l’époque d’Edo, car elle avait le privilège d’accueillir des navires de commerce chinois ou hollandais durant l’époque d’isolement. Le hasard géographique de sa naissance a probablement contribué à éveiller très tôt la curiosité du jeune Fukuchi pour les langues et les cultures étrangères et a certainement orienté son choix d’entrer en apprentissage chez un interprète de Nagasaki, maître des sciences occidentales. Sa connaissance des sciences occidentales et des langues étrangères, d’abord le néerlandais, puis l’anglais, lui a ouvert les portes de l’Occident en lui permettant très jeune de se rendre à l’étranger, et cela à une époque ou ce type de voyage était interdit en dehors des délégations officiellement reconnues par le shôgunat. Cette expérience lui a assurément donné une supériorité intellectuelle, d’ailleurs reconnue par ses contemporains, à l’instar d’un Fukuzawa Yukichi avec lequel il a souvent été comparé. Tokutomi Sohô, enfin, est né sur la côte ouest de l’île de Kyûshû, dans le fief de Higo, voisin de Hizen au nord et de Satsuma au sud, région méridionale de l’île qui affirmait déjà sa puissance et sa capacité économique sous le régime des Tokugawa, qui avait vu naître les principaux acteurs de la Restauration devenus ensuite dirigeants de Meiji, et dans laquelle le conservatisme, incarné par le soulèvement des guerriers mené par Saïgô Takamori, était profondément enraciné.

5En ce qui concerne l’éducation, Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô ont effectué un parcours à la fois classique et hors du commun, ce qui confère à chacun son caractère unique. Parcours classique, car ils étaient nourris de l’éducation néo-confucéenne propre à leur classe, et hors du commun car tous les trois rompent, à des degrés divers, avec cette doctrine figée et réductrice qui ne permet pas à l’individu de s’extraire du rang hérité à sa naissance, de réformer la société en profondeur, et, selon les idées propagées dans le cadre de la politique de modernisation du nouveau gouvernement, d’œuvrer dans le but de s’élever vers le progrès incarné par les valeurs de l’Occident.

6Suehiro Tetchô est, parmi les trois personnages, celui qui a été le moins en contact avec le monde occidental dans sa jeunesse. Même s’il ne livre pas de détails sur son éducation dans ses mémoires, son style d’écriture est, parmi les trois auteurs, le plus imprégné de culture confucéenne, et son texte est truffé de citations et de références à la culture classique chinoise. Ayant étudié très tôt les classiques du confucianisme, sa rupture avec ce mode de pensée s’exprime dans son choix de se consacrer à l’étude de la philosophie de Wang Yang-Ming, un dissident de la pensée confucéenne. Il s’agit là d’un choix certes moins radical que l’étude des sciences hollandaises de Fukuchi Ôchi, ou de la langue anglaise de Tokutomi Sohô, mais ce choix est d’une certaine manière tout à fait représentatif de l’esprit d’opposition et de l’anticonformisme qui caractérisent fortement le personnage de Suehiro Tetchô. En ce qui concerne Fukuchi Ôchi et Tokutomi Sohô, il n’est pas exagéré de penser que les influences directes qu’ils ont reçues de l’extérieur, soit par leurs voyages, soit par leurs contacts avec des enseignants étrangers, ont profondément modifié leur mode de pensée.

7Si l’on considère le début des années 1870, où les trois narrations commencent à se recouper, on ne peut négliger que la politique de cette époque était dominée par le concept que l’on résume en général sous les termes bunmei kaika 文明開化, c’est-à-dire une politique d’introduction de la civilisation occidentale résolument modernisatrice lancée par le gouvernement au début des années 1870, mais qui devait rapidement conditionner tous les aspects de la vie quotidienne et encourager chez les jeunes gens la volonté de réussir dans la société et de contribuer à son progrès. Entre Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô, c’est indéniablement Tokutomi Sohô qui a été imprégné de la manière la plus forte et la plus durable de cet esprit nouveau qui devait marquer une génération trop jeune pour avoir vécu la Restauration. Tokutomi est ainsi représentatif d’une « génération charnière » qui a encore subi l’influence néo-confucéenne dans sa prime jeunesse, mais dont l’éducation chrétienne, même si celle-ci restait marginale et controversée, s’inscrivait tout de même dans la modernité du bunmei kaika. Fukuchi Ôchi, de son côté, a bénéficié d’une éducation hors du commun pour sa génération par son ouverture sur l’Occident, mais celle-ci avait été favorisée non pas par la politique du bunmei kaika, mais vingt ans plus tôt, dans le cadre de la politique d’ouverture du pays menée de manière contrainte et forcée par le shôgunat à la fin de l’époque d’Edo pour faire face à la pression des pays occidentaux.

  • 1 Monbatsuseido wa oya no kataki de gozaru 門閥制度は親の敵で御座る.

8La génération qui précède de peu de celle de Fukuchi Ôchi (1841-1906), celle des précurseurs de l’introduction des sciences et des idées occidentales comme Fukuzawa Yukichi (1835-1901), Nakamura Masanao (1832-1891) ou Nishi Amane (1829-1897), prônait au début des années 1870 un utilitarisme et un libéralisme influencé par Spencer et Mill, et des idées d’égalitarisme puisées chez Rousseau. Ce sont eux qui ont forgé les nouvelles idées qui seront bientôt institutionnalisées et érigées en doctrine d’état sous des slogans tels que bunmei kaika « ouverture à la civilisation », fukoku kyôhei « un pays riche, une armée forte », ou shokusan kôgyô « essor industriel », et qui ont déjà pointé du doigt l’impasse vers laquelle menaient les études confucéennes et la nécessité de réussir une carrière individuelle et libre dans un monde moderne. Une phrase célèbre des mémoires de Fukuzawa Yukichi est : « L’ordre social figé [d’Edo] est le pire ennemi de [la génération de] mes parents »1, car bien que cultivé, le père de Fukuzawa était un guerrier de rang modeste qui avait atteint les limites de ses possibilités d’ascension sociale. C’est exactement la même situation que celle décrite par Tokutomi Sohô au début de son récit autobiographique, qui pousse cette nouvelle génération à vouloir dépasser les entraves sociales dont ont souffert ses parents.

Rencontre avec l’Occident

9Tokutomi, né en 1863, appartient déjà à la génération qui profite de l’« ouverture à la civilisation », et qui fréquente dès l’adolescence une école où il bénéficie de cours dispensés par un enseignant étranger. La rencontre avec l’Occident, pour Tokutomi, se fait donc, globalement parlant, à travers la Bible et l’enseignement direct. Nous constatons, à travers la lecture de ses mémoires, combien ce contact a été déterminant pour ses orientations futures, que ce soit la décision de poursuivre dans un premier temps, puis d’interrompre ses études à l’école Dôshisha, donc de tourner le dos à la religion chrétienne, ou de son refus d’une certaine forme d’occidentalisation outrancière, détachée des fondements de l’essence nationale japonaise.

10Suehiro Tetchô, né en 1849, a vécu durant son adolescence sous le régime shôgunal, et il est peu probable qu’il ait bénéficié de contacts directs avec l’étranger avant la chute du bakufu. Cela est dû, d’abord, au fait que les études occidentales, à la fin du shôgunat, étaient réservées à une petite élite, mais aussi à cause de son éloignement des principaux lieux de contact avec les étrangers qu’étaient les ports de Nagasaki durant l’époque d’Edo et Yokohama à partir des années 1860, qui auraient éventuellement pu favoriser un intérêt pour ce type d’études.

11Si l’on considère que Suehiro a eu une formation ordinaire de jeune guerrier dans les années 1850-1860, sans avoir eu de contacts particuliers avec le monde occidental, il ne faut pas oublier, non plus, que ces années correspondent à une période où les courants xénophobes du mouvement Sonnô jôi, qui attaquaient le gouvernement shôgunal en lui reprochant entre autres la signature des traités avec les barbares occidentaux en 1858, étaient particulièrement violents. Ces mouvements anti-étrangers qui, après le bombardement de Kagoshima par les Anglais en 1863 et de Shimonoseki par les puissances alliées France, Pays-Bas, Angleterre et Amérique en 1864, se rendront à l’évidence de l’impossibilité de faire face par les armes aux pays occidentaux, se cristalliseront en l’espace de quelques années en courants anti-bakufu. Mais les mémoires de Suehiro ne donnent aucun éclaircissement sur cette période décisive, ce qui laisse finalement entier le mystère de sa position face à la chute du bakufu et la Restauration du pouvoir impérial.

12Parmi les trois textes, seul celui de Fukuchi Ôchi apparaît comme un témoignage privilégié des relations avec l’Occident à la fin du shôgunat. Pour se rendre compte de la jubilation que devait représenter pour un jeune Japonais de cette époque la possibilité de parler, sans doute assez librement, avec des représentants de la culture occidentale, il suffit de relever, dans le premier épisode, les termes avec lesquels il décrit sa soif de connaissances et le sentiment de joie qu’il éprouve à chaque fois que l’occasion lui est donnée d’apprendre de nouvelles choses par l’intermédiaire des étrangers qu’il fréquentait. Cependant, si du point de vue historique, ce passage du récit donne des informations intéressantes, il faut toutefois souligner que, du point de vue de l’histoire de la communication écrite au Japon, le témoignage de Fukuchi Ôchi comporte plusieurs erreurs et imprécisions. Mais les imperfections de la mémoire constituent à l’évidence un paramètre dont il faut tenir compte lorsque l’on s’appuie sur un récit autobiographique dans le cadre de recherches historiques. Malgré ces réserves, ce sont les interactions multiples, d’une part de l’histoire personnelle de Fukuchi Ôchi, et d’autre part de l’histoire collective, qui constituent un intérêt particulier dans les recherches sur les relations du Japon avec l’Occident à la fin de l’époque d’Edo.

Fin du régime shôgunal et Restauration de Meiji

13Si le texte de Fukuchi Ôchi donne des renseignements précieux sur la politique extérieure et les relations avec les pays étrangers avant la fin du bakufu, et que celui de Tokutomi Sohô livre un témoignage très intéressant sur l’enfance et la vie familiale d’un jeune guerrier durant cette période, le texte de Suehiro Tetchô ne livre malheureusement aucun renseignement sur l’époque précédant son entrée dans le journalisme en 1875. C’est donc à nouveau dans les mémoires de Fukuchi Ôchi que l’on peut puiser les informations les plus pertinentes concernant la fin des Tokugawa et la Restauration de Meiji. Durant l’année 1868, pendant les mois d’affrontement entre l’armée impériale qui progressait vers le nord en soumettant les fiefs encore fidèles au shôgun, alors que ce dernier avait déjà solennellement remis son pouvoir à l’empereur, Fukuchi publie son premier journal, destiné à soutenir le shôgunat, dans lequel il n’hésite pas à exprimer son opinion sur les nouveaux maîtres du régime. Le passage de ses mémoires où il avoue qu’il lui arrivait de maquiller les défaites des troupes du bakufu en victoires, d’inventer de fausses nouvelles du front ou de fabriquer des fausses rumeurs est également d’un intérêt certain en tant que témoignage de la situation de la presse pro-shôgunale.

14La description de l’arrestation de Fukuchi Ôchi par les forces de l’ordre du nouveau gouvernement, menée comme s’il était le chef d’une armée entière de rebelles, est un épisode qui ne manque pas d’humour, et qui constitue un témoignage intéressant que l’on peut comparer avec celui livré par Suehiro Tetchô, qui a connu la prison à peine sept ans plus tard. La description que Fukuchi fait des prisons en 1868, même sur le ton de la caricature, donne un aperçu de la confusion qui pouvait régner durant cette période de transition politique.

15À travers le témoignage de Fukuchi Ôchi, on comprend aussi que la corruption et le clientélisme sont des constantes omniprésentes en politique, car la libération de Fukuchi au bout de vingt jours grâce à l’intervention d’un personnage sans doute haut placé dont il ne révélera pas l’identité laisse planer un doute sur les motivations de sa libération. Ces circonstances mystérieuses expliquent peut-être en partie – mais ce n’est qu’une hypothèse – son engagement ultérieur en tant que journaliste pro-gouvernemental.

Journalisme et éducation

16Parmi de nombreuses mesures de modernisation, celle du système éducatif est un point essentiel de la politique menée par le nouveau gouvernement de Meiji, dont les grandes lignes sont exprimées pour la première fois dans le « Préambule sur l’éducation » (学制被仰出書 gakusei ôsei dasaresho, également appelé gakusei jobun 学制序文) promulgué en 1872. Le système mis en place à partir de cette date repose à la fois sur des observations du système scolaire européen, qui a été présenté entre autres par Fukuzawa Yukichi dans Seiyô Jijô (« Situation de l’Occident », 1866-1870), par Uchida Masao 内田正雄 dans Oranda gakusei 和蘭学制 (1869), ou par Obata Jinsaburô 小幡甚三郎 dans Seiyô gakkô kihan 西洋学校軌範 (1870), ce dernier ouvrage portant essentiellement sur le système scolaire américain, et également à travers des ouvrages tels que Futsukoku gakusei (仏国学制 « Système scolaire français », 1873-1876) publiés par le ministère de l’Education. La mise en place d’un système d’éducation généralisée et la création d’écoles publiques dans les provinces, inspirées par le modèle administratif français, constitue un grand progrès par rapport à l’époque d’Edo qui excluait certaines catégories de la population, entre autres les populations rurales, mais aussi plus généralement les femmes, les empêchant d’accéder à des formes plus élevées de l’éducation jusqu’alors uniquement réservées aux hommes issus de la classe guerrière. Il va sans dire que le progrès de l’éducation généralisée aura un impact non négligeable sur la création des journaux au début de Meiji et la constitution d’un lectorat cultivé et curieux, ce qui est l’une des conditions d’existence de la presse.

17Quant aux premiers journalistes, ils seront pour la plupart issus de l’ancienne classe guerrière. Ce sont des intellectuels qui ont reçu une formation classique, possèdent un niveau d’éducation élevé et savent manier la plume. L’alternative, pour eux, aurait été soit l’enseignement, soit le choix d’une carrière dans les administrations de l’état, phénomène assez courant après l’abolition des classes sociales et la suppression de leurs rentes suite aux réformes du gouvernement de Meiji. Ce sont eux qui symbolisent véritablement la génération « du sabre à la plume ».

18Il est évident qu’aussi bien Fukuchi Ôchi et Suehiro Tetchô s’inscrivent, du moins au début, dans cet élan vers la modernité incarnée par un nouveau système éducatif et la création de nouveaux moyens de communication, dont ils sont les représentants malgré leurs profondes divergences. Il est clair que la création des journaux au début de Meiji est indissociable de la modernisation des institutions menée dans le cadre de la politique globale de modernisation du gouvernement, car c’est grâce à une politique d’encouragement à la publication et à la diffusion de journaux que le gouvernement tentera de répandre ses idées dans les régions et les villages les plus reculés. Le Tôkyô nichi nichi de Fukuchi Ôchi fait partie de ces premiers quotidiens créés sur initiative gouvernementale à des fins de propagande, mais lorsque Fukuchi rachète le journal en 1874, l’opinion a déjà basculé en faveur du mouvement de démocratisation du Jiyûminken. Toutefois, il faut souligner que, si ce mouvement a pu connaître un tel essor, c’est sans nul doute parce que, en quelques années seulement, les journaux ont connu un succès considérable, ce qui n’était possible que grâce au degré d’éducation du lectorat.

Presse, pouvoir et « nouveau journalisme »

19Dans le chapitre consacré à Suehiro Tetchô, nous avons observé que son récit apporte un témoignage précieux sur la répression de la liberté d’expression, tandis que cet aspect n’est quasiment pas abordé chez Fukuchi Ôchi, et totalement absent chez Tokutomi Sohô.

20Dans le récit de Suehiro Tetchô, nous pouvons dégager deux aspects principaux concernant la presse et le pouvoir : l’un concerne la répression des journalistes, et l’autre, les agissements de la classe politique. C’est la raison pour laquelle les passages où il donne une vision critique des dirigeants de Meiji sont particulièrement intéressants. Il s’agit notamment de ceux où il dénonce les scandales financiers restés impunis, par exemple le cas de Kuroda Kiyotaka, qui reste ministre après le scandale de la vente à bas prix de terres publiques à Hokkaïdô, ou celui d’Inoue Kaoru, qui garde son impunité après avoir été impliqué dans un scandale de pollution au cuivre ainsi que dans une affaire de corruption, et reprend peu après des responsabilités élevées au sein du gouvernement. D’autres descriptions très révélatrices de l’esprit qui régnait parmi les oligarques de Meiji concernent la tactique pratiquée de manière courante, à l’aide de tractations secrètes et de chantage, pour rallier des personnalités gênantes de l’opposition en leur offrant des postes ministériels ou dans la haute administration. Cette pratique semble avoir été une constante dans la politique de Meiji, mais selon Suehiro, c’est principalement vers les années 1879-1880, à l’époque où Ôkuma Shigenobu était ministre des Finances, que celui-ci essaya d’amadouer des personnalités du privé en leur promettant de participer à de grands projets.

21Chez Tokutomi Sohô, c’est le cas de Gotô Shojirô qui est mis en avant dans le chapitre intitulé : « Je m’oppose au Daidô danketsu ». Dans ce chapitre, il décrit non sans ironie la fin de cette alliance des courants d’opposition dans laquelle Suehiro Tetchô a d’ailleurs joué un rôle important. Le parti sera dissous à cause du départ soudain de ses leaders, Ôkuma Shigenobu en 1888 et Gotô Shôjirô en 1889, qui acceptent des postes ministériels et laissent en plan des militants surpris et écœurés. Dans les deux cas, les révélations que l’on trouve dans les mémoires décrivent des faits qui sont certes connus, mais qui ont la particularité d’être analysés à travers le prisme de l’auteur et de sa position idéologique, ce qui ajoute une dimension personnelle au fait historique et permet de décrypter les événements sous un angle différent.

22Si l’actualité de la deuxième moitié des années 1880 est particulièrement dense, non seulement sur le plan de la politique intérieure, mais aussi sur le plan diplomatique, avec le début des tensions en Corée et la signature du traité de Tientsin en 1884 (dont la violation, en 1894, servira de prétexte à l’éclatement de la guerre sino-japonaise) on a l’impression, à la lecture des mémoires de Tokutomi Sohô, qui publie à un moment tout à fait stratégique la revue Kokumin no tomo en 1887 et le quotidien Kokumin shinbun en 1890, que les lois répressives qui frappent ses confrères ne l’effleurent pas le moins du monde. Ce qui semble encore plus étrange est que, selon sa description, tandis que l’actualité politique est extrêmement agitée, marquée par les courants d’anti-occidentalisation et l’organisation imminente d’élections, le paysage « médiatique » est d’un ennui sans bornes, qui n’attend que Tokutomi pour se réveiller. Dans le chapitre consacré aux préparatifs à la publication du Kokumin shinbun, on peut relever ce passage significatif :

Les éditoriaux des journaux de l’époque, c’est-à-dire des grands journaux d’opinion, se limitaient en général à quelques faits politiques, ne s’aventuraient guère dans les questions économiques, et étaient truffés de phrases sentencieuses, du genre : « S’il en est ainsi qu’il en soit ainsi ». Par conséquent ils étaient monotones, insipides et ennuyeux. Quel que soit le journal que l’on ouvrait, c’était comme une traversée du désert, les seuls articles un tant soit peu intéressants étaient ceux des vieux maîtres Kurimoto Jô. un du Hôchi shinbun, Narushima Ryûhoku du Chôya shinbun, et Kishida Ginkô du Nichi nichi shinbun. Mais à l’époque c’était déjà la génération passée. Il y avait aussi des éditorialistes comme Fukuchi Ôchi ou Fukuzawa Yukichi, mais vers 1889-1890, ils étaient eux aussi sur le déclin, et leurs écrits étaient en train de perdre toute leur originalité. Le moment était venu de faire souffler un vent nouveau dans le monde de la presse.

23Bien que paraissant quelque peu excessif, le regard de Sohô est indéniablement vrai, et il est effectivement certain qu’à partir des années 1889-1890, on assiste à l’émergence d’une « nouvelle génération » de journalistes, incarnée par des personnalités fortes comme Kuga Katsunan ou Tokutomi Sohô, qui à travers leurs quotidiens Nippon ou Kokumin shinbun mettront fortement l’accent sur la suprématie de l’essence nationale et défendront les thèses bellicistes contre la Chine.

Débat sur la liberté et souveraineté

24Alors que Suehiro Tetchô est le grand défenseur du camp libéral, et qu’il passera sa vie à se battre dans l’opposition, son texte autobiographique manque singulièrement de passages théoriques sur cette question, comme si ce débat, à l’heure où il écrit ses mémoires, en 1894, frappé par la maladie et pris dans l’actualité de ses fonctions de politicien du Dandô daiketsu et député d’Ehime, lui semblait déjà un combat révolu. Ce débat était pourtant au centre des préoccupations des politiciens de toute obédience à partir de la crise gouvernementale de 1881, suite à laquelle Itô Hirobumi promet la mise en place d’une constitution en 1889 et la création d’une assemblée représentative à l’horizon de 1890. À la suite de ce décret, de vastes débats furent ouverts, aussi bien sur le contenu de la future constitution que sur les modalités du scrutin et le poids de la représentation populaire.

25Tokutomi n’aborde pas ce sujet, tandis que chez Fukuchi Ôchi, qui livrera la bataille la plus âpre de sa carrière pour défendre le principe de la souveraineté monarchique, cela constitue un thème central. Cette discussion, vue à travers les arguments de Fukuchi, est un témoignage important sur la méconnaissance du système constitutionnel des intellectuels japonais de l’époque. Mais tout en dénonçant les lacunes de ses contemporains en matière juridique, Fukuchi révèle aussi combien les débats autour de cette question pouvaient être passionnés, et quelle place centrale pouvait détenir la presse écrite, déjà à cette époque, dans le débat d’idées. Ainsi, face aux idées radicales inspirées de la pensée française du Parti libéral, prônant un système uni-caméral, le suffrage universel et la souveraineté populaire, face aux idées plus modérées du Parti progressiste constitutionnel, inspiré du système monarchique anglais, réclamant un système bicaméral, le suffrage censitaire et une souveraineté à la fois monarchique et populaire à parts égales, Fukuchi Ôchi prône à travers son propre parti, le Parti impérial constitutionnel, un système bicaméral, le suffrage censitaire et la souveraineté monarchique. Son récit est particulièrement intéressant dans la mesure où il dévoile les insuffisances de sa propre argumentation, tout en montrant l’acharnement avec lequel, seul, il s’oppose à ses adversaires politiques.

Montée du nationalisme et mouvement anti-occidental

26Son arrière-plan éducatif et culturel, couplé à une certaine forme d’individualisme, explique sans doute la volonté de Tokutomi Sohô de se positionner de manière originale entre deux courants forts qui se dégagent vers 1887 suite aux négociations infructueuses menées par Inoue Kaoru et de son successeur Ôkuma Shigenobu dans la lutte pour la révision des traités inégaux. Tokutomi, qui prône une idéologie fondée sur son idéal du heiminshugi, un néologisme de sa propre création, s’oppose d’une part aux tenants de la ligne dure envers les Occidentaux prônée par les ultra-conservateurs, et d’autre part aux promoteurs de l’européanisation aristocratique incarnée par le gouvernement, essentiellement composé de la nouvelle noblesse, c’est-à-dire d’anciens guerriers anoblis après la Restauration. Ainsi écrit-il que ses idées politiques de l’époque étaient ce qu’il qualifiait de « radicalisme démocratique », et qu’il était contre « tout ce qui était par exemple les bals à l’occidentale du Rokumeikan, l’affichage excessif et ostentatoire de la civilisation étrangère, et surtout l’idolâtrie de la culture et des institutions étrangères », c’est-à-dire contre tout ce qu’il considérait comme une acculturation aristocratique. Ce passage des mémoires de Tokutomi est particulièrement révélateur de son état d’esprit face aux mesures d’Inoue Kaoru, et offre une description précieuse du paysage politique de la fin des années 1880, qui ne figure ni dans les mémoires de Fukuchi Ôchi, qui s’est déjà retiré de la politique, ni de Suehiro Tetchô, qui est en voyage à ce moment-là. Dans ce sens, le témoignage de Tokutomi, avec toutes les réserves dont il faut s’entourer, peut être considéré comme un document pertinent et enrichissant.

Journalisme de l’époque Meiji – du rêve à la réalité

27Devenir journaliste était pour Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô la réalisation d’un rêve, d’une vocation. La fascination exercée par ce métier apparaît clairement à la lecture de leurs mémoires. Pourtant, le journalisme, idéalisé par chacun dès l’adolescence, est une voie qui se heurte assez vite aux difficultés matérielles. Au début, le doute qui assaillit Fukuchi, Suehiro et Tokutomi n’est pas seulement lié à la difficulté du métier, mais surtout à la réponse de l’entourage social et, plus tard, aux aléas de la politique.

28C’est Fukuchi Ôchi qui, chronologiquement parlant, donne ses premières lettres de noblesse au métier de journaliste, en devenant d’abord rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi shinbun en 1874, puis directeur de ce même quotidien. Il est aussi le premier à avoir découvert la presse occidentale, tout d’abord à Nagasaki, auprès de son maître Namura Kakei, aux alentours de 1855, puis lors de ses voyages en Occident dans les années 1860, donc quelques années avant la chute du shôgunat. Son éternel rival, Fukuzawa Yukichi, a également découvert la presse occidentale lors de ses trois déplacements officiels avec les délégations du bakufu. La découverte de la presse, et notamment celle du Times de Londres, l’impressionne à tel point qu’il consacre le premier chapitre de « Situation de l’Occident », Seiyô Jijô, à la description des journaux européens. Cet ouvrage est l’un des premiers ouvrages de vulgarisation sur différents aspects de la civilisation occidentale, qui s’est vendu à plus de cent cinquante mille exemplaires entre 1866 et 1870, et dont le contenu a grandement inspiré la politique du début de Meiji. Les différents chapitres de Seiô jijô abordent ainsi en premier lieu la presse, puis les hôpitaux, les bibliothèques, le système scolaire et d’autres thèmes importants qui feront partie du programme de modernisation des premières années de Meiji.

  • 2 Fukuô jiden 福翁自伝. Traduit du japonais et annoté par Marie-Françoise Tellier, La vie du vieux Fukuza (...)
  • 3 Idem, p. 384.

29Toutefois, Fukuzawa Yukichi ne sera pas le premier à se lancer dans le journalisme, il sera devancé par Fukuchi Ôchi. Même s’il participe à la publication de la revue savante Meiroku zasshi (明六雑誌 « Revue de l’an six de Meiji », 1873), Fukuzawa ne se lancera dans la publication de son propre quotidien, Jiji shinpô (時事新報 « Le Temps ») qu’à partir de 1882. Dans ses mémoires, il admet ouvertement son manque d’enthousiasme à l’idée de lancer ce journal, chose qu’il impute plus à l’insistance de ses anciens élèves de l’école Keiô qu’à sa propre envie de publier2. C’est la raison pour laquelle il confie peu après les responsabilités de publication à son entourage, à des hommes de confiance, voire à son propre fils, lui-même ne se souciant guère des recettes et des dépenses et laissant aux autres le soin de ce travail.3

30Contrairement à Fukuzawa Yukichi, Fukuchi Ôchi prend à cœur la direction de publication de son journal, et les soucis matériels auxquels il se heurte constituent également l’un des fils directeurs de ses mémoires. Obsédé par la réussite et la reconnaissance de son journal, les efforts qu’il déploie pour faire du Tôkyô nichi nichi un journal pleinement reconnu en tant que journal officiel du gouvernement ne sont pas seulement d’ordre idéologique, mais relèvent aussi d’un souci matériel réel, celui de maintenir financièrement son journal en vie. C’est pourquoi le texte de Fukuchi Ôchi constitue une source d’information importante sur le fonctionnement d’un journal pendant la seconde moitié des années 1870.

31Dans l’épisode intitulé « Je rencontre des difficultés dans la réalisation du journal », l’on apprend notamment que les recettes provenaient exclusivement de la publicité, mais que celle-ci était encore peu développée hormis pour les médicaments et les livres, car le public se montrait réticent aux annonces publicitaires. Obtenir la confiance des lecteurs grâce à des publicités fiables était sans doute une étape cruciale dans le développement de la presse encore naissante.

32Une autre difficulté rencontrée dans la réalisation du journal était la typographie et l’impression. Dans le même épisode, Fukuchi Ôchi se souvient d’avoir été obligé, parfois au beau milieu de la nuit, de graver des caractères en bois pour pallier le manque de caractères en plomb adéquats, fabriqués à cette époque par un seul imprimeur de Tôkyô, l’imprimerie Tsukiji kappanjo fondée en 1873 par un disciple direct de Motoki Shôzô (1824-1875), l’inventeur des caractères mobiles en plomb au Japon. Les problèmes d’impression étaient aggravés par le manque de machines capables d’imprimer un grand nombre d’exemplaires et de feuillets, les premières rotatives Marinoni à grand rendement ayant été importées seulement à partir des années 1890.

33Une information non négligeable que l’on trouve dans les mémoires de Fukuchi Ôchi concerne le personnel nécessaire à la réalisation du journal. Il y est question notamment du statut du journaliste par rapport au reste de la rédaction. Nous avons déjà signalé dans l’introduction que le métier de journaliste de Meiji ne consistait pas à se mettre au service de l’information, mais plutôt de mettre en valeur son art d’écrire dans le but d’acquérir une certaine notoriété. Celle-ci permettait, par la suite, à ceux qui le désiraient, d’accéder à des fonctions élevées au sein de la fonction publique, comme le note Fukuchi : « Devenir journaliste était vraiment considéré comme le meilleur moyen d’accéder à la porte du succès ».

34De ce fait, il n’est pas surprenant de constater qu’il existait de grandes inégalités statutaires entre le journaliste, homme de lettres bien payé, et les autres membres de la rédaction, typographes, correcteurs ou enquêteurs, en général peu cultivés, mal payés et réclamant de meilleures conditions de travail, comme le décrit Fukuchi qui, en tant que directeur, se heurte fréquemment à des revendications salariales.

35Dans ses mémoires, Suehiro Tetchô ne s’appesantit pas sur les conditions de travail et les difficultés matérielles liées à la réalisation du journal, mais l’on perçoit à travers ses écrits que son statut de journaliste lui donne une liberté d’esprit difficile à imaginer de la part d’un simple employé. À titre d’exemple, il apparaît dès le premier épisode qu’il était très courtisé par le directeur de l’Akebono shinbun, Aoe Shû, qui comptait sur lui pour relever son journal de l’image désastreuse qu’il avait acquise en prenant fait et cause pour le gouvernement. Suehiro décrit par ailleurs, dans le premier épisode, les conditions minables de la salle de rédaction et le manque de personnel vraiment qualifié, ce qui constitue un témoignage précieux sur les conditions de travail de l’époque. Son emploi d’éditorialiste, en revanche, ne lui posait guère de difficultés hormis la rédaction d’éditoriaux en kanbun à laquelle il s’habitue vite et qui lui laisse suffisamment de temps libre. Les descriptions de Suehiro, notamment dans le douzième épisode, donnent une idée assez précise de la vie d’un journaliste des années 1870.

36La prise de conscience de la nécessité de concilier une plume talentueuse avec une gestion rigoureuse et une certaine honnêteté vis-à-vis du public constitue, comme nous l’avons déjà signalé auparavant, l’amorce d’un changement dans les mentalités qui ne fera que s’accentuer avec le temps. En effet, pour la génération des années 1880, c’est-à-dire celle de Tokutomi Sohô entre autres, les journalistes de la première heure comme Narushima Ryûkoku sont des symboles du passé, certes admirés pour leur talent, mais méprisés à cause de leur manque de professionnalisme.

37N’étant ni propriétaire ni directeur du journal, le regard que porte Suehiro Tetchô sur les difficultés matérielles diffère évidemment de celui de Fukuchi Ôchi ou de Tokutomi Sohô. Suehiro fait typiquement partie de la génération portée par les idées du Jiyûminken. Il appartient au groupe social issu de l’ancienne classe guerrière, désœuvrée après l’abolition de ses pensions et de ses privilèges, dotée d’une éducation poussée, mais peu disposée, par nature, à s’occuper de viles questions financières qui étaient la préoccupation d’une classe marchande méprisée sous le régime d’Edo. De caractère individualiste, la gestion d’un journal ne l’intéresse guère, la fonction publique non plus, l’enseignement ne lui apporte que des déceptions. Il ne lui reste donc plus qu’à suivre son souhait le plus ardent : vivre de ses talents d’écrivain. Il fait partie de ceux que Fukuchi décrit comme : « Ceux qui aimaient le débat et voulaient propager leurs idées » et qui « mettaient tous les espoirs d’y parvenir grâce au journalisme ». Suehiro lui-même se présente au début de ses mémoires comme quelqu’un qui « ne souhaitait pas vivre une existence de rond-de-cuir ». C’était pourtant le cas de nombreux anciens guerriers. Suehiro note, tout comme Fukuchi Ôchi, que « pour faire rapidement carrière, il n’y avait rien de mieux que de devenir journaliste, c’était comme si la presse réunissait tous les candidats à la fonction publique ». Mais Suehiro ne fait pas partie de ceux qui considèrent le journalisme comme un tremplin. Il refuse toutes les propositions, arguant qu’il est incapable d’obéir à des ordres qui iraient contre sa propre nature.

38Pour Suehiro Tetchô, le métier de journaliste représente bien au contraire la voie royale pour exprimer son opposition au gouvernement, et le moyen le plus approprié pour faire entendre la cause du Jiyûminken undô. Le talent d’écriture de Suehiro se confirme d’ailleurs dans les pages de ses mémoires, car derrière la sincérité apparemment spontanée qui se dégage de ses propos tout au long des dix-sept chapitres du feuilleton, derrière le style apparemment désinvolte, parfois humoristique, apparaissant comme s’il se déroulait au fil de la pensée, on ne peut s’empêcher de reconnaître le professionnalisme du journaliste et écrivain confirmé qui sait captiver son public et le tenir en haleine jusqu’au prochain épisode.

39Tokutomi Sohô, qui fait partie de la génération suivante – plus de vingt ans le séparent de Fukuchi Ôchi – est fasciné par le métier de journaliste dès son adolescence, comme il le décrit dans ses mémoires. Il avoue avoir éprouvé une vive admiration pour Fukuchi Ôchi durant sa période de gloire de la guerre du sud-ouest en 1877, et d’avoir vu en lui à la fois un héros et un modèle de réussite. Il n’en reste pas moins qu’au moment où Sohô entreprend la publication de Kokumin shinbun, en 1889, il considère à tort ou à raison que sa propre manière de concevoir le journal est révolutionnaire, tandis que les quotidiens existants, Tôkyô nichi nichi en tête, font partie d’un passé révolu. Pour Sohô, le métier de rédacteur et éditeur de presse consiste non seulement, à la manière de ses aînés, à écrire ou à publier des éditoriaux qui sauront influencer l’opinion, mais surtout à offrir une tribune d’expression aux meilleurs écrivains, poètes ou illustrateurs de son temps. Cette idée apparaît, selon Sohô lui-même, comme une innovation majeure, mais il faut néanmoins rappeler – ce que Sohô ne fait pas dans ses mémoires – que l’illustration était déjà utilisée auparavant dans des grands quotidiens politiques comme le Tôkyô nichi nichi, qui devait une bonne part de sa prospérité au fait qu’il comportait des gravures polychromes d’artistes comme Ochiai Yoshi.iku, et que l’illustration tenait une place encore plus importante dans la petite presse populaire.

40Par ailleurs, la recherche de sources de financement est une question cruciale dans la création d’un journal, et à cet égard, les textes de Fukuchi et de Sohô sont riches en enseignements. Si, dans le cas de Fukuchi, le subventionnement occulte par le gouvernement demeure une question controversée, Sohô ne se cache pas d’avoir recherché des sources de financement en démarchant des mécènes privés qu’il pouvait approcher grâce aux liens qu’il avait réussi à tisser par l’entremise soit de membres de sa famille, soit sur recommandation de son ancien professeur Niijima Jô, ou bien suite à des relations établies grâce à des amis politiciens, souvent originaires de la même région que lui. Le chapitre consacré aux préparatifs en vue de la publication du Kokumin shinbun fournit à cet égard une foule de renseignements et des détails précieux, et fait en outre apparaître de manière frappante l’importance capitale des relations personnelles nécessaires à toute entreprise de ce genre dans le paysage politique complexe de la fin des années 1880.

Liens personnels et évolution de la presse à la fin de Meiji

41Si Tokutomi avait recours à des mécènes privés pour réunir les fonds nécessaires à la publication du journal, il ne faut pas négliger, d’une manière générale, l’importance des liens personnels des journalistes avec le pouvoir, liens habituellement peu soulignés, mais qui émergent particulièrement bien dans ces trois récits autobiographiques. À vrai dire, ces textes constituent une source inestimable pour se faire une idée de l’étendue de l’influence des liens personnels entre les journalistes et les dirigeants, ou de corriger certaines idées reçues. Il est surprenant de constater, par exemple, que Fukuchi, malgré sa renommée de journaliste à la botte du pouvoir, n’a jamais réussi à tisser des liens très fructueux avec les différents membres du gouvernement, et cela malgré le fait d’avoir été reçu à plusieurs reprises par Itô Hirobumi et d’avoir connu un certain nombre d’oligarques de Meiji au cours de ses premiers voyages en Occident. En revanche, chez Tokutomi Sohô, il existe des liens personnels très proches avec des personnalités de la plus haute sphère dirigeante à cause de son arrière-plan familial. Comme chez les autres journalistes, mais chez Tokutomi tout particulièrement, l’attirance ou l’antipathie personnelle influe grandement sur ses choix politiques. Pour ne citer que quelques exemples, sa rencontre avec Niijima Jô et le christianisme, ses entretiens avec Itagaki Taisuke dans le cadre de son adhésion aux idées libérales, ses liens avec Mutsu Munemitsu dans celui du mouvement contre l’occidentalisation à outrance, toutes ces rencontres et ces liens personnels l’ont guidé dans sa vie et, même s’il s’en défend, dans ses choix idéologiques.

42D’une manière encore plus générale, si l’on considère le nombre de journalistes qui ont participé à la création des partis politiques au début des années 1880, on peut aisément imaginer à quel point le monde de la politique et le monde de la presse ont pu être imbriqués. Les affaires de corruption qui ont frappé les dirigeants des partis, que ce soit Itagaki Taisuke ou Ôkuma Shigenobu, ont également révélé au grand jour que le monde des affaires n’hésite pas à s’inviter dans le monde de la politique. Ainsi il est parfaitement connu qu’au début des années 1880, Mitsui finançait le Jiyûtô, tandis que Mitsubishi soutenait le Kaishintô.

43L’existence de tels réseaux multiples met une fois de plus en lumière l’importance du rôle des hommes, et non uniquement des institutions, dans la marche de l’histoire. Les liens qui s’établissent entre les milieux politiques et la presse se fondent parfois sur des relations individuelles ou familiales, comme chez Tokutomi Sohô, ou, plus souvent, sur des relations de groupe – appartenance à une même école ou université, à un même courant politique, à un même fief – ceci étant un aspect de la société japonaise qui ne surprendra sans doute personne. Mais il nous semble important de souligner ici que l’impact de la presse pendant les vingt premières années de Meiji, tant sur le plan culturel que politique, repose en grande partie sur cette étroite et subtile relation personnelle entre dirigeants politiques, intellectuels et journalistes.

44Si l’on tente d’expliquer pourquoi des liens aussi étroits ont pu se nouer entre dirigeants politiques, hauts fonctionnaires et journalistes, l’une des raisons les plus importants réside sans doute dans le fait que de nombreux intellectuels de l’époque exerçaient des talents multiples, qui s’exprimaient dans des activités aussi diverses que celles de journaliste, éducateur, traducteur, écrivain, fonctionnaire ou homme politique. Dans les années 1880, un seul homme pouvait cumuler ou adopter successivement différentes responsabilités, aussi bien dans la fonction publique que dans la direction d’un parti ou dans la publication d’un journal. C’est ce qui apparaît très clairement dans le texte de Suehiro Tetchô, qui dénonce à plusieurs reprises les manœuvres de ralliement du gouvernement à l’égard de journalistes devenus gênants, ralliement qui n’épargne pas, non plus, les politiciens de parti. L’un des exemples les plus frappants que nous avons déjà cité est le revirement de Gotô Shôjirô, qui quitte la direction de l’alliance des partis d’opposition, Daidô danketsu, pour accepter un poste de ministre. Tous ces « transferts » sont possibles, car journalistes et hommes politiques font partie de groupes sociaux, ou d’une sphère sociale, plus ou moins identique et fluctuante. La mobilité entre les groupes est due au fait que l’accès à l’un ou l’autre de ces groupes requérait des conditions similaires, tant par l’origine sociale que par le niveau d’éducation. Pour réussir en politique comme dans le journalisme, il fallait soit posséder déjà une certaine notoriété, comme c’était le cas pour Fukuchi Ôchi, soit faire partie d’un certain cercle politique, d’un parti ou d’une école, et si possible être lié à une personnalité reconnue. Pour ceux qui représentaient un courant, une école, un cercle politique ou un parti, le journalisme et la politique se confondaient, l’un étant la tribune de l’autre, en tirant parti d’un moyen d’expression permettant de diffuser, voire de vulgariser les doctrines ou les idées qu’ils défendaient.

45Parmi la génération des journalistes de la fin des années 1880, dont Tokutomi Sohô est l’un des plus représentatifs, on trouve une forte proportion d’hommes qui, en plus d’une formation classique, possèdent grâce à des lectures, voire même à des études à l’étranger, de solides connaissances sur la pensée occidentale. C’est grâce à l’étendue de leur culture et de leur expérience politique que certains grands journalistes jouissaient d’un prestige considérable auprès du public et avaient un ascendant sur leurs lecteurs à un degré que l’on imagine difficilement de nos jours. L’impact d’un journal d’opinion à l’époque Meiji et sa capacité à manipuler l’opinion se mesuraient souvent à la popularité d’un journaliste, d’un rédacteur ou d’un directeur vedette, qui donnait au journal sa couleur politique. Le culte de la personnalité se perdra toutefois au fur et à mesure que, à partir du début du vingtième siècle, les journaux aux plus forts tirages ne seront plus ceux qui clameront le plus fort leurs convictions politiques, mais ceux qui fonctionneront avec le plus grand professionnalisme et une gestion commerciale semblable à toute autre entreprise dans une économie capitaliste. Le rôle du journaliste-culte, qui, grâce à sa célébrité, osait exprimer des convictions personnelles pour les ériger en convictions de masse constitue l’une des grandes caractéristiques de la presse de Meiji, qui sur ce point contraste fortement avec la presse japonaise commerciale, objective, informative et dépersonnalisée qui se développera par la suite.

46Le journalisme de Meiji laissait donc une place au rêve, à l’illusion de devenir célèbre, de répandre ses idées, de peser sur l’opinion. Néanmoins, si l’admiration pour la presse et le rêve de construire sa renommée en tant que journaliste est un point commun entre Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô, il est aussi frappant de constater que tous les trois ont évoqué, dans leurs mémoires, les difficultés auxquelles ils ont fait face en exerçant ce métier. Si un bilan doit être tracé à la lecture de leurs récits, il faut sans doute relever l’évidence commune que le rêve de gloire et la passion pour le journalisme qui caractérisait les débuts de leur carrière s’achève sur une désillusion profonde et le sentiment d’avoir été incompris par leurs contemporains.

Notes

1 Monbatsuseido wa oya no kataki de gozaru 門閥制度は親の敵で御座る.

2 Fukuô jiden 福翁自伝. Traduit du japonais et annoté par Marie-Françoise Tellier, La vie du vieux Fukuzawa racontée par lui-même, Albin Michel, 2007, p. 383.

3 Idem, p. 384.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search