Versione classicaVersione mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Commentaires

Fukuchi Ôchi – journaliste au service du gouvernement

Testo integrale

De l’interprète de Nagasaki au journaliste de Tôkyô

1L’un des intérêts du texte que livre Fukuchi Ôchi dans Shinbun jitsureki réside dans le premier chapitre, dans lequel il évoque sa jeunesse et ses années d’apprentissage auprès des interprètes officiels du bakufu à Nagasaki, et procure des détails sur la réception des nouvelles de l’étranger durant la période de fermeture du Japon peu avant la chute du shôgunat. Fukuchi, qui situe le début de ses mémoires vers 1855-1856, soit seulement deux ans après l’arrivée de la flotte du commodore Perry dans la baie d’Uraga, y décrit le travail des interprètes de Nagasaki qui consistait entre autres à traduire les nouvelles apportées par les capitaines de la Compagnie des Indes orientales néerlandaises destinées à être transmises au bakufu à Edo. Ces rapports confidentiels, appelés Oranda fûsetsugaki (阿蘭説書 « nouvelles de Hollande ») apparaissent pour la première fois en 1641, peu après la fermeture définitive du pays, et seront fournis pratiquement chaque année jusqu’en 1859.

2Durant la période où a été appliquée la politique d’isolationnisme, qui interdisait l’accès des bateaux espagnols et portugais et imposait une répression antichrétienne, ces nouvelles constituaient pour le bakufu la seule source d’information sur l’actualité internationale. La remise officielle des documents avait lieu à Dejima, île aménagée dans le port de Nagasaki où était installé le comptoir de la Compagnie des Indes orientales, en présence du capitaine, du chef de la Compagnie et de ses représentants, et des interprètes japonais, qui étaient sélectionnés selon une hiérarchie très stricte : un interprète-superviseur (tsûji metsuke 通詞目付), un interprète principal (ôtsuji 大通詞) et un ou plusieurs interprètes adjoints (kotsûji 小通詞). Fukuchi avait la fonction d’apprenti-interprète (keiko tûji 稽古通詞) et à travers la lecture du premier épisode, il apparaît que son travail consistait essentiellement à prendre des notes durant les entrevues officielles.

3Généralement, l’interrogatoire et la prise de notes servaient à confectionner une première ébauche, qui était ensuite retravaillée avant d’être confiée au siège local du shôgunat (bugyôsho 奉行所), une copie restant probablement dans les archives des traducteurs. De Nagasaki, le document était envoyé dans le plus grand secret, par porteur spécial, à Edo, aux membres du conseil restreint du shôgun et rien ne devait filtrer à l’extérieur. On imagine donc aisément que Fukuchi, tout apprenti qu’il était, se voyait confier une tâche hautement confidentielle qu’il devait remplir avec un grand sens des responsabilités.

  • 1 Pour plus de détails, voir C. Séguy, « Chemins secrets de l’information au Japon de l’époque d’Edo  (...)

4C’est aussi dans le cadre de ses études auprès de maître Namura Kakei que Fukuchi voit pour la première fois de sa vie un journal occidental. Il est certain qu’à cette époque, aucun Japonais – à part les traducteurs officiels – n’avait directement accès à ce type de documents. Au début, en effet, les rapports étaient confectionnés uniquement à partir de déclarations orales ou d’un ensemble de notes rédigées par les capitaines, mais à partir de 1840, à la demande du bakufu, les rapports seront accompagnés des originaux. Fukuchi parle dans ses mémoires d’un certain « journal d’Amsterdam », mais les traducteurs avaient probablement accès à des sources variées, soit de vrais journaux hollandais emmenés via Batavia, soit des journaux publiés à Batavia même ou dans d’autres colonies néerlandaises, soit des journaux de provenances diverses embarqués au cours des différentes escales. Si maître Namura possédait chez lui des journaux étrangers, ceux-ci devaient probablement lui servir à confectionner des traductions ou des résumés destinés aux autorités, et l’on comprend mieux l’émotion de Fukuchi devant ces papiers-journaux si l’on tient compte du fait que ces informations étaient strictement confidentielles et devaient rester secrètes1.

5Si le centre de traduction des nouvelles venant de l’étranger se trouvait depuis 1641 à Nagasaki, il faut noter que, justement durant les années d’études du jeune Fukuchi, ce centre va se déplacer à Edo, ce qui explique entre autres le départ de Fukuchi à la capitale shôgunale. Le bakufu, obligé de se tenir au courant de la situation internationale, de plus en plus tendue depuis la capitulation de la Chine devant les puissances occidentales à la fin de la guerre de l’opium, crée en 1856 à Edo un centre de recherches et de traduction appelé d’abord Bansho shirabesho (蕃書調所 « Institut d’étude des textes barbares »), puis Yôsho shirabesho (洋書調所 « Institut d’étude des textes occidentaux »). À partir de 1860, cet institut commence à travailler directement sur la traduction de journaux étrangers et publie en 1862 le premier journal officiel japonais, Kanpan Batabia shinbun (官版バタビア新聞 « Publication officielle – journal de Batavia »), constitué d’extraits de traductions du Javasche Courant, « Journal de Java », publié à Batavia. Pendant quelques années, l’institut produira également des traductions de journaux en langue anglaise publiés à Yokohama suite à l’ouverture de ce port aux étrangers, avant de devoir cesser ses travaux en 1863 devant la violence du mouvement pro-impérial et xénophobe dont les attentats visaient non seulement les représentants étrangers mais aussi les fonctionnaires du bakufu qui avaient un lien direct ou indirect avec eux. C’est donc durant cette période très délicate que Fukuchi poursuivra ses études de langue et culture occidentales, et, en outre, fera partie des premières délégations du bakufu en Europe.

  • 2 Koyama Fumio 小山文雄, Meiji no Isai Fukuchi Ôchi 明治の異才福地桜痴 « Génie de Meiji – Fukuchi Ôchi », Chûô kôr (...)
  • 3 Moriyama juku 森山塾, école dirigée par l’un des interprètes d’élite de l’époque, Moriyama Takichirô 森 (...)
  • 4 Fukuzawa Yukichi 福沢諭吉 (1834-1901). Éducateur, publiciste, écrivain, et l’un des premiers introducte (...)

6Une autre raison, plus personnelle, précipitera la décision de Fukuchi de quitter sa terre natale. Entré en apprentissage vers l’âge de quatorze ou quinze ans auprès du professeur Namura Kakei, il s’attire rapidement l’antipathie de ses condisciples, principalement à cause de son caractère arrogant. Néanmoins, le maître aurait, semble-t-il, très tôt reconnu son talent au point de vouloir en faire son fils adoptif et de lui donner sa fille en mariage. Fukuchi note à ce propos dans son journal intime, jihitsu shôden (自筆小伝 « Petit récit de ma propre plume ») qu’il est victime de la jalousie de ses collègues et que la fille du maître, appelée à devenir sa femme, semblait le détester2. Cela constitue apparemment une raison assez forte pour quitter son maître et se rendre à Edo, où se trouvent déjà quelques chercheurs renommés dans le domaine des études occidentales, et où sont enseignées non seulement les « études hollandaises », rangaku 蘭学, comme à Nagasaki, mais où commencent à être enseignées les « études occidentales », yôgaku 洋学. Muni de bonnes lettres de recommandation, Fukuchi est accepté dans l’une des rares écoles où l’on pouvait étudier l’anglais, l’école Moriyama3. C’est là qu’il fera la connaissance de Fukuzawa Yukichi4, son aîné de sept ans.

7Au cours de son séjour à Edo, Fukuchi Ôchi est rapidement introduit dans le quartier clos de Yoshiwara, appelé à disparaître à l’époque Meiji, où il passera la plus grande partie de son temps libre, et se forgera l’image d’un élégant dandy appréciant les plaisirs. Pendant son séjour à la capitale, Fukuchi découvre aussi une forme de communication écrite, appelée yomiuri (読売 littéralement « lire et vendre ») ou plus communément kawaraban (瓦版 « impressions sur argile »), des feuilles de nouvelles illustrées polychromes imprimées au gré de l’actualité qui circulaient depuis le milieu du xviie siècle dans les quartiers populaires. Ces feuilles volantes à parution irrégulière et généralement clandestine étaient tolérées par le shôgunat tant qu’elles n’abordaient pas la politique. À ce propos, on note un détail surprenant dans la description de Fukuchi. En effet, les yomiuri ne donnaient probablement pas de nouvelles officielles sur la mutation des fonctionnaires, comme néanmoins il l’affirme, car il existait à cet effet des circulaires internes, appelées fûkaijô 封回状, destinées aux fonctionnaires du bakufu, dont le contenu était strictement confidentiel. Soit Fukuchi confond ces deux types de publications dans ses souvenirs, soit la frontière entre ces deux types de feuilles de nouvelles était devenue assez floue à la fin de l’époque d’Edo.

8En revanche, la question de savoir si les yomiuri étaient déjà des précurseurs des journaux modernes est intéressante parce qu’elle s’inscrit dans une perspective plus large. Il existe en effet un débat qui n’est pas encore clos entre les historiens japonais autour de la question de déterminer si la modernisation du Japon est uniquement due à l’adoption des sciences et techniques occidentales, ou si le Japon de la fin d’Edo possédait déjà toutes les infrastructures et toutes les conditions pour pouvoir accéder, même sans l’influence occidentale, à un degré de développement similaire. C’est une question qui n’est évidemment pas anodine dans le climat d’anti-occidentalisation et de montée du nationalisme des années 1890 durant lesquelles Fukuchi a rédigé ses mémoires.

9Sur le plan de la politique internationale, l’année de l’arrivée à Edo de Fukuchi, en 1858, est une année décisive puisqu’elle voit la signature de traités de commerce et d’amitié avec les États-Unis d’abord, puis la Hollande, l’Angleterre, la Russie et la France, qui stipulent non seulement l’ouverture de plusieurs ports, mais surtout accordent aux puissances occidentales des avantages excessifs en matière de droits de douane. D’innombrables tentatives de négociations infructueuses pour obtenir la révision de ces traités inégaux finiront par nourrir les courants nationalistes à partir du milieu des années 1880 jusqu’à leur abolition définitive en 1911. Cette partie de l’histoire diplomatique du Japon est particulièrement bien mise en lumière dans les mémoires de Tokutomi Sohô, qui seront analysés plus loin.

  • 5 Le ministre plénipotentiaire français Léon Roches n’arrivera qu’en 1864.

10Lorsque Fukuchi obtient un poste de fonctionnaire subalterne au bureau des Affaires étrangères en 1859, il n’a que dix-huit ans et n’a probablement pas l’autorisation de travailler directement auprès des consuls étrangers, que se soit l’Américain Harris ou l’Anglais Alcock, entrés en fonction en 18585, cette tâche étant réservée aux interprètes et traducteurs plus expérimentés. Mais il a la possibilité de côtoyer aussi bien le personnel des légations que les interprètes et traducteurs japonais et étrangers, et de perfectionner ses connaissances linguistiques.

11Entre la signature des traités de l’ère Ansei en 1858 et la chute du régime, en 1868, le bakufu envoie plusieurs missions en Occident. La première se rend aux États-Unis au printemps 1860 pour la ratification des traités signés au Japon deux ans auparavant. Fukuchi aurait dû participer à cette mission, mais suite à des circonstances politiques un peu floues, liées au limogeage de son protecteur Mizuno Masaoki, soi-disant mêlé à un attentat contre un officier russe, il est remplacé à la dernière minute par Fukuzawa Yukichi. Fukuchi passe donc son temps entre Yokohama et Edo, et traduit des articles de la presse étrangère. Malheureusement, son récit ne spécifie pas quels journaux il traduisait entre 1859 et 1861. L’une des hypothèses serait qu’il avait accès, à travers les légations étrangères, à des journaux européens ou américains importés, car le premier journal en langue anglaise publié par les étrangers installés à Yokohama, l’hebdomadaire Japan Herald, publié par l’Anglais William Hansard, ne paraîtra qu’à partir du mois de novembre 1861. À partir de cette date jusqu’en 1868, une douzaine de journaux en langue anglaise seront publiés à Yokohama, et ceux-ci serviront largement de support aux traducteurs de l’Institut d’étude des textes occidentaux, qui en confectionneront même secrètement des traductions et des copies manuscrites lorsque la xénophobie ambiante mettra leur vie en danger. En effet, à partir de 1860, les attentats visant le bakufu qui avait signé les accords avec les Occidentaux sans l’aval de l’empereur, s’intensifient : le troisième mois de l’année 1860, le Tairô (大老 « Grand Ancien ») Ii Naosuke, qui avait négocié les traités de 1858, est assassiné, et son successeur Andô Nobumasa est gravement blessé au cours d’un attentat en 1862. Mais les étrangers sont eux aussi visés, et parmi les victimes, on compte par exemple l’un des interprètes de la légation américaine, un dénommé Huisken, assassiné par des extrémistes du mouvement xénophobe Sonnô jôi. Il n’est d’ailleurs pas exclu que Fukuchi l’ait rencontré lors de ses visites aux missions étrangères de Yokohama, mais ce point n’est pas abordé dans son récit.

12Dans ce climat hostile, la première occasion de se rendre à l’étranger se présente à Fukuchi dans sa vingt et unième année, en 1861, en tant que membre d’une délégation officielle du bakufu. Le but en est de négocier un délai dans l’application des accords de 1858 pour l’ouverture des ports de Niigata, Hyôgo et Ôsaka. La délégation arrive à Paris au printemps 1862, y reste trois semaines, puis se rend à Londres, La Haye, Berlin et Saint Petersbourg, où elle cherchera à négocier les frontières des îles du nord, puis revient en France pour un mois et demi, repart au Portugal, et de là rentre au Japon. Pendant ce voyage, Fukuchi Ôchi prend conscience des possibilités que pouvait lui offrir le journalisme dans le cadre de ses ambitions personnelles. Il est fasciné par l’impact de la presse dans les pays occidentaux et se met à rêver de faire partie de ceux qui pèsent sur l’opinion.

13Fukuchi Ôchi a sans nul doute aussi rêvé de la notoriété de son rival Fukuzawa Yukichi, son aîné et traducteur-interprète au service du bakufu comme lui, qui deviendra célèbre non seulement en tant qu’écrivain, mais aussi en tant que journaliste, éducateur, et fondateur de la future université Keiô. En comparaison avec Fukuzawa, la carrière de Fukuchi en tant que journaliste, éditeur de presse et politicien lui a certes permis de réaliser un rêve, mais en contrepartie, elle lui aura apporté aussi d’amères désillusions.

14Lorsqu’il publiera son premier journal en 1868 il prendra fait et cause pour le shôgunat, ce qui n’est pas surprenant de la part d’un ancien fonctionnaire du bakufu d’origine guerrière de rang élevé. Mais ses critiques s’adresseront surtout aux représentants des fiefs de Satsuma et de Chôshû car, selon lui, les vainqueurs de la Restauration ont simplement renversé le bakufu pour former un autre bakufu. Soulignons que les passages où il relate son arrestation et son emprisonnement constituent un témoignage rare sur la situation carcérale de cette époque.

15Fukuchi ne refuse toutefois pas de participer encore à deux missions officielles sous le nouveau gouvernement, l’une aux États-Unis en 1870, et l’autre comme membre de la mission Iwakura en Europe et aux États-Unis de 1871 à 1873. C’est là tout le paradoxe de Fukuchi Ôchi. Contrairement à d’autres intellectuels et anciens fonctionnaires du bakufu entrés dans l’opposition ou restés neutres, il commet sans doute une grave erreur politique en devenant l’un des plus fervents défenseurs de la politique gouvernementale. Cette attitude – qui ne sera pas récompensée par le gouvernement – lui sera reprochée à la fin des années 1880 tant par les ultranationalistes que par les libéraux et les progressistes et précipitera sa chute.

16Le Tôkyô nichi nichi shinbun, quotidien dirigé à partir de 1874 par Fukuchi Ôchi, est généralement considéré comme le seul journal pro-gouvernemental dans un environnement en pleine effervescence engagé dans les idées du Jiyûminken undô (自由民権運動 « Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen »). Ce mouvement, qui figure parmi les mouvements de société les plus importants de l’époque Meiji, se développe après la publication dans la presse, en 1874, du « Manifeste pour la mise en place d’une assemblée élue par le peuple » (Minsen gi. in setsuritsu kenpaku sho 民選議院設立建白書), signé par huit personnalités, dont Etô Shinpei, Itagaki Taisuke, Gotô Shôjirô et Soejima Taneomi, qui venaient de quitter le gouvernement après le désaccord sur la mise à la raison de la Corée, seikanron 征韓論, projet qu’ils avaient soutenu pendant l’absence des dirigeants qui faisaient partie de la mission Iwakura en Europe. Le manifeste réclamait une consultation immédiate du peuple par l’organisation d’élections et la constitution d’une assemblée représentative, accusant les dirigeants en place de despotisme.

17Avec la politisation croissante des journaux durant cette année agitée de 1874, Jôno Denpei, directeur et fondateur de la Nippôsha, maison d’édition du Tôkyô nichi nichi shinbun, décide de faire appel à Fukuchi Gen. ichirô, d’abord pour renforcer la rédaction, puis pour prendre la direction du quotidien. Fukuchi était alors âgé de trente-trois ans et possédait, outre sa formation classique, une expérience peu commune dans la traduction des langues occidentales, d’abord du hollandais, puis de l’anglais. Ayant participé à plusieurs délégations en Europe et aux États-Unis, il pouvait se prévaloir d’une connaissance directe de la situation politique et sociale des pays européens, et il avait, pendant ces voyages, fréquenté certains des plus hauts dirigeants du nouveau gouvernement de Meiji.

18En entrant au Tôkyô nichi nichi, Fukuchi quitte le poste qu’il occupait au ministère des Finances pour s’offrir un salaire de rédacteur de cent cinquante yens par mois, une somme colossale à l’époque. Il est vrai qu’il nourrissait des ambitions démesurées, tant pour lui-même qu’à l’égard du rôle qu’il attribuait au journalisme, car d’après ce qu’il avait vu en Europe, les journaux avaient un poids considérable, et il était persuadé que s’il ne pouvait devenir premier ministre, se lancer dans le journalisme était un moyen de régner sur l’opinion. Il est vrai aussi que son influence sur l’image du journal au début de Meiji a été considérable, et que son nom, dans l’esprit des lecteurs de l’époque, allait bientôt devenir aussi indissociable du Tôkyô nichi nichi shinbun que celui de Narushima Ryûhoku pour le Chôya shinbun ou de Fukuzawa Yukichi pour le Jiji Shinpô.

19À partir du 2 décembre 1874, le Tôkyô nichi nichi shinbun arborera en guise de sous-titre : Dajôkan kiji goyô 太政官記事御用, se prévalant ainsi du droit de publier tous les décrets, avis ou autres notifications émanant du ministère des Affaires suprêmes. Il n’en fallait pas moins pour que le Tôkyô nichi nichi shinbun soit considéré dès lors, de façon peut-être trop lapidaire, comme un goyô shinbun, c’est-à-dire un journal au service du gouvernement.

La période de gloire de Fukuchi Ôchi

  • 6 Yanagida Izumi, Fukuchi Ôchi, p. 66.

20La lecture de Shinbunshi jitsureki nous révèle une image un peu plus nuancée de la personnalité de Fukuchi, qui semble avoir fortement intrigué ses contemporains. D’un caractère complexe, il suscitait à la fois l’admiration par son talent et son sérieux, et scandalisait par la vie tapageuse qu’il menait. Aimant la compagnie des geishas, habitué des quartiers de plaisirs, on disait de lui qu’il aurait fréquenté pas moins de trois mille femmes dans sa vie. Toujours habillé à la dernière mode, choisissant avec soin les tissus les plus luxueux, on rapporte aussi que son linge de corps en soie était si fin qu’un employé d’hôtel à Paris l’avait par mégarde posé sur la table en guise de serviette6.

21Mais à côté des traits quasi légendaires qui lui sont attribués encore de son vivant, il était indéniablement un innovateur dans le domaine de la presse et un travailleur infatigable et l’on aimerait croire, à la lecture de Shinbunshi jitsureki, que son journal était uniquement le reflet de sa personnalité et que ses éditoriaux, qui déterminaient la véritable orientation politique du journal, étaient seulement le reflet de ses propres opinions et non le reflet de la politique gouvernementale. Dans ce sens, le fond du récit autobiographique de Fukuchi est indéniablement la réhabilitation de son image et la clarification de ses liens avec le gouvernement.

22Fukuchi Ôchi, selon son propre témoignage, n’aura de cesse de se rapprocher du pouvoir, tout en se situant constamment à contre-courant de l’opinion, mais paradoxalement, le gouvernement, qui devrait être son allié, précipitera au contraire son déclin. Fukuchi met ainsi en scène son propre destin tragique entre splendeur et décadence, en utilisant des effets de composition dignes du dramaturge de kabuki qu’il était au moment où il rédigeait ses mémoires. Mais au-delà de ce qui est de la mise en scène, il semble que la lecture de ses mémoires permet aussi de trouver des confidences apparemment franches et sincères qui permettent de décrypter un peu mieux les comportements antinomiques et la psychologie de Fukuchi, et en même temps de cerner la véritable position du gouvernement face aux médias de l’époque.

23S’il est communément admis que Fukuchi possédait des liens personnels avec les dirigeants de Meiji, il ne faut pas négliger le fait qu’au sein même du gouvernement de factions, les scissions et les rivalités étaient parfois extrêmement profondes, et n’éclataient au grand jour que lors d’événements exceptionnels, comme en 1873, lors du débat sur la soumission militaire de la Corée, ou en 1881, au moment de la démission d’Ôkuma Shigenobu. Il convient donc de nuancer notre regard, à la fois sur la personnalité de Fukuchi Ôchi et sur ce que l’on appelle souvent de manière trop globale « le gouvernement de Meiji » ou « les oligarques de Meiji ». Les mémoires des trois publicistes constituent à cet égard un outil précieux.

24Lors de ses voyages à l’étranger, aussi bien avant qu’après la Restauration, Fukuchi Gen. ichirô avait côtoyé les plus hauts membres du gouvernement dans un contexte certainement favorable aux échanges qu’étaient les longs voyages dans les pays étrangers. Par son origine familiale, il se sentait proche de la faction de Chôshû (dont sont issus, par exemple, Kido Takayoshi, Itô Hirobumi ou Inoue Kaoru), dont il allait partager les idées. D’un autre côté, son adhésion à la thèse gradualiste, zenshinron 漸進論, était aussi motivée par ce qu’il présente comme son expérience et sa connaissance des systèmes politiques des pays occidentaux, qu’il avait pu visiter et comparer avec le Japon, et il était réellement convaincu que son pays n’était pas encore prêt à adopter, dans l’immédiat, un régime démocratique à l’européenne.

25Durant la guerre du sud-ouest, en 1877, Fukuchi se rend en personne sur les lieux des affrontements, preuve de sa conscience professionnelle et de sa conception très sérieuse du rôle et des devoirs du journaliste dans un pays ou ce métier venait à peine de naître. Ses nouvelles du front furent hautement appréciées par le public, et le fait qu’il ait pu présenter un rapport devant l’empereur constituait un honneur exceptionnel qui a certainement contribué à élever l’image de la profession, l’un des objectifs qu’il s’était fixés lors de son entrée au Tôkyô nichi nichi shinbun. Cet événement constitue l’un des points forts de ses années de gloire, dont témoigne son portrait en grand reporter à l’occidentale par le peintre Kiyochika.

Le positionnement du Tôkyô nichi nichi shinbun

26L’une des grandes questions qui furent débattues dans l’opinion, entre le moment de la publication du manifeste du Jiyûminken en 1874 et le décret impérial de 1881 promettant la mise en place d’une assemblée à l’horizon de 1890, a été la question de la mise en place immédiate ou progressive d’une assemblée élue. Après 1881, les débats ont surtout été menés autour de la question de la souveraineté, à savoir dans quelle mesure celle-ci devait être accordée soit au peuple soit à l’empereur. Pour Fukuchi, l’affirmation de ses idées sur la monarchie devient alors un combat crucial qu’il décrit dans le quatorzième épisode intitulé « L’âpre bataille sur la souveraineté ». Il écrit à ce propos :

Certes, j’avais vaillamment défendu le principe du gradualisme, mais le combat le plus dur que j’aie jamais mené concernait la question de la souveraineté. Ma conviction, dès le début, a toujours été que, quelle que soit la forme que devait prendre la monarchie, que ce soit un pouvoir despotique ou un régime constitutionnel, la souveraineté appartiendrait toujours au souverain.

27Fukuchi analyse entre autres dans ce chapitre la raison pour laquelle les journaux ont explosé soudainement et de manière aussi passionnée et constate que, bien sûr, cela correspondait aux nécessités du temps, mais aussi « parce que l’influence de la presse a considérablement grandi à cause du débat sur les libertés et celui de la mise en place d’une assemblée élue par le peuple ».

28D’une manière générale, ce chapitre est très instructif car Fukuchi y énumère avec passion ses arguments en faveur de la mise en place progressive d’une assemblée, en s’opposant à ceux qui, unanimement, souhaitaient une mise en place immédiate. On note le dédain avec lequel il traite ses adversaires, faisant semblant de les excuser au nom de leur ignorance d’une vérité que lui, Fukuchi, et ses amis du gouvernement, étaient les seuls à connaître.

29Sa critique du concept de liberté tel qu’il était compris par les défenseurs du minken – c’est-à-dire selon lui mal compris et idéalisé – est un autre point très intéressant décrit dans le cinquième épisode intitulé : « Je prône la thèse du gradualisme ». Il écrit à ce propos :

Ils pensaient que la liberté allait ouvrir les cœurs, les rendre justes, et apporter le bonheur au peuple. De même pensaient-ils que sans liberté il n’y avait pas de bonheur. Et que cette liberté existerait grâce à un régime constitutionnel. Aussi, la démocratie était-elle à leurs yeux l’idéal du constitutionnalisme. Car selon eux, la raison de vouloir un tel régime était le bonheur du peuple. Vraiment, ils en étaient profondément convaincus. C’est sans doute à cause de cela que les agitateurs politiques – au demeurant des ex-fonctionnaires mis en congé forcé – en avaient plein la bouche de cette « liberté » et de ce « régime constitutionnel », sans même avoir une idée claire et nette sur ce bienfait de la civilisation, prétendant se trouver sur l’unique et vraie voie vers laquelle il fallait se diriger sans attendre.

30Ce qui permet à Fukuchi d’avoir cette attitude arrogante face aux militants du minken, c’est toujours sa conscience d’être l’un des rares journalistes à avoir entretenu des rapports étroits avec les dirigeants de Meiji et de faire partie des rares Japonais qui connaissaient les pays occidentaux. D’ailleurs il ne se prive pas de le souligner lorsqu’il écrit, toujours dans ce même épisode :

Déjà en 1871, […] dans un hôtel aux États-Unis, je me trouvais à discuter avec le duc Itô Hirobumi sur le futur régime du Japon […], lui soutenant qu’il fallait abolir radicalement le régime existant et qu’il fallait établir une politique démocratique sous l’autorité de l’empereur.

31Cette anecdote lui sert par ailleurs d’alibi pour prétendre qu’il était dans sa jeunesse un fervent défenseur des idées libérales. Les leçons qu’il tente de donner aux militants du minken sont pourtant assorties d’arguments difficilement vérifiables, voir démagogiques, comme lorsqu’il déclare un peu plus loin :

Pour avoir été à plusieurs reprises en Occident, je savais, pour m’en être rendu compte sur place, quels étaient les bienfaits et les maux de la démocratie. Je connaissais les avantages et les inconvénients d’un système représentatif, ou d’un système de partis. Je savais aussi que des réformes politiques trop brutales ne sauraient faire le bonheur de la population. Et je savais que le mot « liberté » avait le pouvoir d’entraîner de la violence. C’est pourquoi, dès mes débuts en tant que rédacteur en chef du Tôkyô nichi nichi, je m’opposai aux thèses révolutionnaires radicales en prônant le gradualisme.

32Pour ce qui était du concept de la liberté, Fukuchi était persuadé que la liberté individuelle primait sur la liberté collective, mais cette idée était vraisemblablement trop originale pour son époque. Il écrit à la fin de ce même épisode :

Concernant la liberté, j’argumentais qu’avant d’arriver à la liberté d’une politique participative – que j’approuve par ailleurs – il me paraissait important de passer par une voie harmonieuse, consistant à élargir d’abord les libertés individuelles, puis la liberté des rapports entre individus.

33L’une des caractéristiques de Fukuchi Ôchi, qui, d’après sa propre analyse, émettait parfois des idées en avance sur son temps et mal interprétées aussi bien par la pensée officielle que par les idéologues de l’opposition, est son constat récurrent, qui semble néanmoins toujours l’étonner, que ses prises de position lui valent toujours l’animosité soit de ses confrères, soit de l’opinion, soit du pouvoir. Ce sentiment angoissant le poursuivra tout au long de sa carrière de journaliste. Malgré son indifférence probablement feinte face aux attaques de ses adversaires politiques, Fukuchi laisse transparaître sa sensibilité par rapport à son image dans l’opinion, se plaint d’être incompris et se considère comme victime du rejet par le public.

34La période de 1877 à 1881 est une période de transition entre deux événements décisifs : la guerre du sud-ouest, dernier soulèvement important des guerriers mécontents, et la crise politique de 1881, qui entraîne la démission d’Ôkuma Shigenobu et la création des partis politiques. Période de transition mais aussi d’effervescence, puisque le Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen, Jiyûminken, avec des militants regroupés dans le pays entier en sociétés politiques, atteint son apogée en 1880-1881, avant de se doter de structures plus formelles, sous la forme de partis politiques centralisés. Tandis que la majorité des grands quotidiens de Tôkyô rejoignent le camp du minken, le Tôkyô nichi shinbun de Fukuchi Ôchi reste le seul journal fidèle au gouvernement et connaît un large essor pendant la guerre du sud-ouest, au point que ses tirages quotidiens franchiront bientôt la barre des dix mille exemplaires. Profitant de son essor, Fukuchi se livre à une expérience intéressante sur le plan de la gestion, qui lui permet en même temps d’affirmer davantage son autorité : en 1879, il transforme le journal en société par actions avec un capital évalué à cinquante mille yens. Les actions seront concentrées entre ses mains, le reste sera partagé entre ses huit collaborateurs les plus proches et quelques membres fondateurs ou journalistes méritants. Cette période peut être considérée comme la phase d’apogée de Fukuchi Ôchi.

35Pourtant, malgré le fait que le Tôkyô nichi nichi ait porté l’étiquette de goyô shinbun, il faut répéter que Fukuchi était proche seulement de la faction de Chôshû, c’est-à-dire d’Itô Hirobumi et d’Inoue Kaoru, et qu’il ne soutenait pas la faction de Satsuma d’Ôkubo Toshimichi, et encore moins celle du progressiste Ôkuma Shigenobu. Quand il défendait ses thèses gradualistes face aux immédiatistes du mouvement libéral, cela correspondait seulement à la position d’une partie du gouvernement, celle qui était prête à réaliser des réformes, même si c’était de manière lente et progressive. Toutefois, il soutenait sans réserve la politique centralisatrice et égalisatrice mise en place au début de Meiji, en prônant des idées plus avancées que certains libéraux sur l’abolition des classes, tandis que les journaux de ces derniers ne s’accordaient pas toujours sur le fait de vouloir conserver certaines prérogatives des guerriers, par exemple sur la question de leurs droits à une pension (n’oublions pas que de nombreux militants du Jiyûminken furent également impliqués dans les révoltes guerrières). Sur les questions économiques, Fukuchi s’opposait principalement au Yûbin hôchi shinbun, favorable au protectionnisme, en soutenant les principes d’une économie libérale, concurrentielle et capitaliste.

36Pour le Tôkyô nichi shinbun, les années 1876-1881 furent exceptionnellement profitables. Tandis que le journal prit un essor inespéré, Fukuchi lui-même étendit ses activités au commerce et aux finances tout en renforçant son autorité dans le monde politique : en 1878, d’abord secrétaire, sous Itô, du second Conseil régional (Chihôkan kaigi 地方官会議) il remporta, la même année, la présidence du premier Conseil de Tôkyô (Tôkyô-fu kai 東京府会) à la suite d’un scrutin serré qui l’avait opposé à Fukuzawa Yukichi. Il participa avec l’entrepreneur Shibusawa Ei.ichi (1840-1931) à la fondation du Conseil commercial de Tôkyô (Tôkyô shôhô kaigisho 東京商法会議所), précurseur de la Chambre de commerce de Tôkyô, et l’année suivante, année où il rencontra l’ex-président des États-Unis Grant en visite au Japon, à celle de la Bourse (Kabushiki torihikisho 株式取引所). Ces activités en dehors du journalisme contribuaient évidemment à renforcer sa notoriété et son influence auprès des lecteurs.

Pressions et scandales politiques

37Les revendications centrales du Jiyûminken portaient sur l’organisation immédiate d’élections et la création d’une assemblée élue. Quant au gouvernement, la majorité des dirigeants n’étaient a priori pas hostiles à la démocratisation de ses structures, dans la mesure où l’élaboration d’une constitution et l’adoption d’un système parlementaire constituaient l’un des moyens de parvenir à un dialogue avec les puissances occidentales pour obtenir une révision des traités inégaux. Mais les oligarques à la tête du pays savaient également que, pour garder le pouvoir, il leur fallait limiter autant que possible le poids de cette assemblée, en renforçant la structure politique établie lors de la Restauration de 1868. Ils devaient donc éviter toute concession susceptible de limiter l’autorité directe de l’empereur ou de diminuer les pouvoirs du Dajôkan, ministère des Affaires suprêmes, et du Genrô.in, Conseil des Anciens.

38Dès 1876, la fixation des termes d’une constitution avait fait l’objet de discussions au sein du gouvernement, puisqu’à cette date déjà, l’empereur avait ordonné au Genrô.in d’en rédiger un avant-projet. Mais le problème central était la place qu’elle devait accorder à la Chambre des députés, qui pouvait mettre en danger la souveraineté absolue de l’empereur, et les différentes propositions qui furent présentées au sein du gouvernement ne trouvèrent pas d’accord. En mars 1881, alors que la question de la mise en place rapide d’une assemblée élue était au cœur des revendications du Jiyûminken, le ministre des Finances Ôkuma Shigenobu présenta un rapport dans lequel il revendiquait l’adoption immédiate d’une constitution, l’organisation d’élections en 1882, l’ouverture d’une assemblée en 1883, et l’instauration d’un système ministériel à l’anglaise. Ce rapport fut rejeté d’emblée par les autres membres du gouvernement et occasionna une profonde brouille entre Ôkuma et Itô Hirobumi, qui qualifia les propositions d’Ôkuma d’irréalistes et démagogiques. Ce fut précisément à ce moment-là qu’éclata le scandale de Hokkaidô, dont il est longuement question dans le récit de Fukuchi Ôchi.

39La mise en valeur des terres de Hokkaidô était un projet de grande envergure comprenant le défrichement, l’exploitation des richesses agricoles et minières et le peuplement de l’île, projet dans lequel le gouvernement avait investi depuis 1869 des sommes considérables. À la tête du Bureau chargé de l’exploitation de Hokkaidô se trouvait depuis sa création, en 1870, un haut fonctionnaire issu du fief de Satsuma, Kuroda Kiyotaka. Le scandale éclata en 1881, lorsque l’opinion apprit que des terrains appartenant à l’état avaient été vendus à bas prix à deux entrepreneurs privés, Godai Tomoatsu (1835-1885), originaire de Satsuma, et à Nakano Go. ichi (1842-1883), originaire de Chôshû. Les membres du gouvernement, eux-mêmes issus de l’un ou l’autre de ces deux fiefs, s’étaient tus sur ces transactions qui permettaient de renflouer les caisses de l’état, mais Ôkuma Shigenobu, originaire de Hizen et, semble-t-il, relativement isolé dans le clan des dirigeants, protesta vivement et laissa filtrer cette information à l’extérieur.

40Tous les journaux du minken se saisirent de ce scandale pour attaquer le régime, et Fukuchi Gen.ichirô rejoignit également les rangs de l’opposition. Pour la première fois, l’ensemble de la presse d’opinion fit bloc contre le régime des factions Satsuma et Chôshû. Des réunions de protestation furent organisées. Quelques milliers de personnes se rendirent plusieurs jours de suite dans la salle de théâtre Shintomi-za de Tôkyô pour y écouter des discours politiques enflammés. Fukuchi Gen.ichirô prit également la parole et son discours, publié le surlendemain dans le Tôkyô nichi nichi shinbun, fut vivement applaudi. Dans ses mémoires, Fukuchi souligne que son brusque changement d’attitude fit rapidement remonter le chiffre de vente de son journal. Mais il reconnaît aussi qu’il n’était pas prêt, pour autant, à changer de cap, et peu de temps après, il s’empresse à nouveau de soutenir le gouvernement.

41Après qu’Itô Hirobumi eût mis fin à la vente des biens publics, exigé la démission d’Ôkuma et publié un décret impérial promettant la promulgation d’une constitution en 1889 et la convocation d’une assemblée pour 1890, il devint clair que le pouvoir allait se concentrer encore davantage entre les mains des factions Satsuma et Chôshû. Le délai de huit ans pour élaborer une constitution laissait à Itô une marge suffisante pour établir des structures nécessaires au maintien d’un régime autocratique, dans lequel le futur parlement n’aurait qu’un pouvoir limité.

Création des premiers partis politiques

42Le « Parti de la liberté » Jiyûtô 自由党 fut officiellement créé en octobre 1881 par Itagaki Taisuke et ses plus proches collaborateurs, Gotô Shôjirô, Nakajima Nobuyuki et Shimamoto Nakamichi. Parmi les membres fondateurs figuraient également des journalistes comme Baba Tatsui, Ôishi Masami et Suehiro Tetchô. L’année suivante, Ôkuma Shigenobu créa le Rikken kaishintô 立憲改進党, Parti constitutionnel du progrès, entouré de hauts fonctionnaires tels que Kôno Togama et Maejima Hisoka, qui avaient démissionné à sa suite, mais aussi de représentants des grands quotidiens d’opinion de Tôkyô, tels que Shimada Saburô, Yano Fumio, Inukai Tsuyoshi ou Ozaki Yukio.

43Les deux partis d’opposition étaient issus du même mouvement libéral, mais il existait entre eux quelques différences fondamentales. Le parti d’Itagaki était fortement soutenu par les couches guerrières et les propriétaires fonciers de province, et prônait une mise en place rapide d’une assemblée élue par le peuple en se fondant sur une idéologie d’inspiration française, tandis que le parti d’Ôkuma, plus modéré, recevait surtout l’appui de l’intelligentsia, des entrepreneurs et des couches aisées urbaines, et se montrait favorable à l’adoption d’un régime constitutionnel à l’anglaise. Toutefois, même si leurs objectifs étaient différents, leur point commun était l’opposition au régime dominé par les factions de Satsuma et Chôshû, contre lequel ils formaient un véritable bloc d’opposition.

44Pour faire face à ce front soutenu par la grande presse d’opinion et la majorité de la population, Fukuchi Gen. ichirô décida de créer son propre parti politique. En mars 1882, il fonda le Parti constitutionnel impérial, Rikken teiseitô 立憲帝政党, très vite considéré comme le parti du gouvernement, d’autant plus que la rumeur prétendait qu’il avait été financé en sous-main par Itô Hirobumi et Inoue Kaoru. De nos jours encore, les manuels d’histoire scolaires présentent le Parti impérial de Fukuchi Ôchi comme un parti pro-gouvernemental ayant bénéficié d’un financement occulte. Or il n’en existe actuellement aucune preuve. Bien au contraire, à l’inverse de ces accusations, Fukuchi insiste, dans ses mémoires, sur le fait que le gouvernement ne lui a non seulement apporté aucun soutien, mais que, peu après la création de son parti, il a reçu l’ordre de le dissoudre. Pourtant, les journaux d’opposition affirmaient qu’il avait bénéficié d’une somme de cent mille yens, somme considérable à l’époque, pour continuer à faire campagne pour le gouvernement. Sa tâche aurait consisté, entre autres, à soutenir le projet de « Constitution octroyée par l’empereur » (kintei kenpô 欽定憲法) préconisé par Itô, préservant l’autorité suprême de l’empereur et restreignant considérablement le pouvoir du parlement. Face à cela, dans ses mémoires, Fukuchi ne cesse de marteler qu’il ne faisait que défendre ses propres convictions, qu’il n’a jamais bénéficié de dessous de table, et que, bien au contraire, ses essais répétés de faire du Tôkyô nichi nichi un journal officiel se heurtaient à des refus constants.

45Avec le recul, la version des faits présentée par Fukuchi dans ses mémoires paraît plausible : en effet, le gouvernement ne manifeste apparemment que peu de complaisance envers lui et décide bientôt de publier son propre journal officiel, affaiblissant ainsi considérablement le Tôkyô nichi nichi qui connaîtra de graves difficultés financières. Une grande partie des mémoires de Fukuchi est consacrée à la description de ses rapports difficiles avec le gouvernement, sous une forme presque cathartique, et Fukuchi semble ainsi vouloir rétablir une vérité longtemps méconnue par ses contemporains. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles il intitule ses mémoires : « Ma vraie histoire du journal ».

La fin d’une désillusion

46Lorsque Fukuchi décide de se retirer du monde politique, il confie la direction du Tôkyô nichi nichi à Seki Naohiko, l’un de ses proches collaborateurs, qui revenait tout juste d’un voyage en Europe et aux États-Unis. D’un commun accord avec le représentant général des actionnaires, qui était nul autre que le grand financier Shibusawa Ei.ichi, Seki proclama en premier lieu sa neutralité et son impartialité et déclara dans son éditorial du 16 juillet 1888 son intention de faire du Tôkyô nichi nichi un journal indépendant et autonome. Fukuchi, de son côté, se consacrera désormais à l’écriture de romans historiques et de pièces de théâtre en tant que scénariste attitré du neuvième Ichikawa Danjurô, ainsi qu’à la création et à la direction de la grande salle de théâtre Kabukiza. Le Tôkyô nichi nichi shinbun fut racheté 1911 par l’Ôsaka Mainichi Shinbun, et à partir de 1943, il prit le titre unique de Mainichi Shinbun. C’est la raison pour laquelle le Tôkyô nichi nichi shinbun est parfois considéré comme le précurseur de l’un des quatre géants de la presse quotidienne actuelle.

Note

1 Pour plus de détails, voir C. Séguy, « Chemins secrets de l’information au Japon de l’époque d’Edo », dans : La rencontre du Japon et de l’Europe – Images d’une découverte, POF, 2006, p. 245-256.

2 Koyama Fumio 小山文雄, Meiji no Isai Fukuchi Ôchi 明治の異才福地桜痴 « Génie de Meiji – Fukuchi Ôchi », Chûô kôron-sha, 1984, p. 13-14.

3 Moriyama juku 森山塾, école dirigée par l’un des interprètes d’élite de l’époque, Moriyama Takichirô 森山多吉郎 (1820-1871), issu d’une grande lignée d’interprètes de Nagasaki.

4 Fukuzawa Yukichi 福沢諭吉 (1834-1901). Éducateur, publiciste, écrivain, et l’un des premiers introducteurs des choses de l’Occident au Japon. Son ouvrage Seiyô jijô (西洋事情 « Situation de l’Occident »), qui paraît entre 1866 et 1870, connaît un énorme retentissement. En 1868, il fonde une école, Keiô gijuku, future université de Keiô. À côté de cela, il est aussi considéré comme l’un des pionniers de la presse japonaise : il crée la revue Meiroku zasshi 明六雑誌 « Revue de [la société savante] de l’an six de Meiji (1873) » (mars 1874-nov. 1875), et en 1881, il fonde un quotidien commercial et indépendant, Jiji shinpô (時事新報 « Le Temps »), l’un des journaux les plus influents de la fin de Meiji à la seconde guerre mondiale.

5 Le ministre plénipotentiaire français Léon Roches n’arrivera qu’en 1864.

6 Yanagida Izumi, Fukuchi Ôchi, p. 66.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search