Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Contexte historique

Texte intégral

1La période qui précède la chute du régime shôgunal est une période charnière pour l’évolution future du Japon. En particulier l’année 1858 aura des retombées significatives, car elle est marquée par la signature des traités d’amitié et de commerce entre le Japon et les principales puissances occidentales, qui obtiennent l’ouverture commerciale et diplomatique du Japon après plus de deux siècles d’isolationnisme. Considérés bientôt comme des traités inégaux et défavorables au Japon, car comprenant entre autres des clauses unilatérales, par exemple celle instituant l’entente mutuelle nécessaire à la révision des taxes douanières japonaises ou celle donnant le droit d’exterritorialité aux représentants des puissances étrangères sur le sol japonais, la question de leur révision a été un souci permanent durant toute l’époque Meiji et ne sera résolue qu’en 1911.

2La fin du shôgunat et la restauration du pouvoir impérial en 1868 initient un changement radical dans la société japonaise. Le nouveau gouvernement de Meiji entreprend une modernisation profonde du pays en s’inspirant des modèles occidentaux. Ces changements porteront non seulement sur l’introduction de nouvelles institutions et technologies, mais iront jusqu’à pénétrer profondément le domaine de la pensée et influencer dans une large mesure la vie quotidienne de la population.

3Parmi les réformes majeures achevées au cours des années 1870, la suppression des quatre classes héritées de l’époque d’Edo, dans laquelle les guerriers étaient privilégiés par rapport aux autres classes – paysans, artisans et marchands – laissera un impact profond sur la structure de la société et déclenchera des réactions violentes sous forme de révoltes guerrières qui éclateront à partir de 1873. La dernière de ces révoltes, menée en 1877 par Saïgô Takamori en son fief de Satsuma, au sud de l’île de Kyûshû, sera réprimée dans le sang et consolidera définitivement le nouveau régime de Meiji.

4À partir de 1873, un autre courant d’opposition, le « Mouvement pour la liberté et les droits du citoyen » (Jiyûminken undô 自由民権運) voit le jour. Il se propage rapidement à travers tout le pays durant la deuxième moitié des années 1870 et réclame principalement l’adoption de structures démocratiques. Issus de ce courant, les premiers partis politiques japonais sont créés : le Parti libéral Jiyûtô 自由党 en 1881 et le Parti progressiste Kaishintô 改進党, plus modéré, en 1882.

5Le milieu des années 1880 est marqué par le déclin des partis politiques suite à des querelles internes et par la montée du sentiment nationaliste face aux mesures d’occidentalisation outrancières menées par le ministre des Affaires étrangères Inoue Kaoru dans le but d’accélérer la révision des traités inégaux. La fin des années quatre-vingt et le début des années quatre-vingt-dix constituent un nouveau tournant avec la proclamation de la Constitution impériale en 1889 et la mise en place d’élections en vue de l’ouverture de la première assemblée représentative en 1890.

  • 4 Éditorial publié le 16 mars 1885 dans le quotidien Jiji shinpô 時事新報 dirigé par Fukuzawa Yukichi 福沢 (...)
  • 5 D’après un autre éditorial de Fukuzawa Yukichi paru dans Jiji shinpô le 29 juillet 1894, à la veil (...)

6Toutefois, l’essor du conservatisme et du nationalisme dirigé contre les Occidentaux s’accompagnera parallèlement, au milieu des années quatre-vingt, de la montée des discours impérialistes en direction de la Corée et de la Chine, discours confortés par le fameux éditorial intitulé « Sur l’échappée de l’Asie » (datsuaron 脱亜論)4 du penseur et éducateur Fukuzawa Yukichi, souvent considéré à tort comme un intellectuel modéré, dans lequel il expose les raisons pour lesquelles le Japon doit se désolidariser des « pays barbares » d’Asie. Le consensus autour de cette question sera tel qu’une dizaine d’années plus tard, tous les partis confondus et tous les intellectuels, à quelques exceptions près, se déclareront favorables à l’entrée en guerre du Japon contre la Chine, qualifiée de « guerre de la civilisation contre la barbarie » (bunmei to yaban no tatakai 文明と野蛮の戦)5.

  • 6 Dans la tradition bouddhique, koji désigne un pratiquant laïc et, dans la culture chinoise, ce ter (...)

7Le texte intitulé Shinbunshi jitsureki 新聞紙実歴 « Ma vraie histoire du journal » de Fukuchi Gen.ichirô 福地源一郎 [Fukuchi Ôchi 福地桜痴] (1841-1906) paraît entre le 13 janvier et le 13 mars 1894 sous forme de feuilleton de dix-sept épisodes dans la revue Kokumin no tomo 国民の友 dirigée par Tokutomi Sohô 徳富蘇峰, sous la signature de Ôchi Koji 桜痴居士6. La même année, Fukuchi Ôchi, alors âgé de cinquante-trois ans, publie également un ouvrage autobiographique intitulé Kaiô jidan (懐往事談 « Mes souvenirs du passé »), où il décrit de manière détaillée ses jeunes années à la fin de l’époque d’Edo, ses contacts avec les étrangers de Nagasaki et de Yokohama, ses voyages en Europe, la chute du bakufu, et la Restauration de Meiji. Dans cette œuvre, la partie Shinbunshi jitsureki, spécifiquement consacrée à ses souvenirs en tant que journaliste, occupe une place à part en fin d’ouvrage, et décrit surtout ses années de gloire et de déclin à la tête du quotidien Tôkyô nichi nichi shinbun 東京日々新聞 entre 1874 et 1888. Seul le premier épisode, dans lequel il relate sa rencontre avec la presse occidentale, concerne sa jeunesse à Nagasaki et ses contacts avec l’étranger à une époque où cela constituait encore un privilège rare.

  • 7 Une version de Kioku no mama a été publiée en 1900 sous le titre Seijishôsetsu ochiba no hakiyose (...)

8Dans Shinbun keirekidan (新聞経歴談 « Mémoires de journaliste ») Suehiro Tetchô 末広鉄腸 nous entraîne d’emblée dans le Japon de 1875 et nous plonge dans le monde de l’édition de presse et de ses aléas, où la censure et les séjours en prison des journalistes d’opposition forment un thème central et récurrent et où les anecdotes de la vie quotidienne prennent une place importante. Le texte original de ses mémoires a été publié la première fois de son vivant dans le journal Kokkai 国会 « la Diète », dont il était rédacteur en chef et éditorialiste, sous le titre Kioku no mama 記憶のまま, littéralement « Tel que le livrent mes souvenirs », entre le 20 février et le 27 mai 1894, également en feuilleton de dix-sept épisodes7.

9Contrairement à Fukuchi Ôchi et Suehiro Tetchô, dont l’action et la renommée restent liées à l’ère Meiji, Tokutomi Sohô a traversé les époques Meiji, Taîshô et Shôwa, et son nom reste évocateur même à l’heure actuelle. Il est possible que la célébrité de son frère, le romancier Tokutomi Roka 徳富蘆花, y soit pour quelque chose, mais Sohô lui-même eut, grâce à sa longévité exceptionnelle et à l’abondance de ses écrits, une influence considérable sur la pensée politique japonaise entre la fin du xixe et la première moitié du xxe siècle.

  • 8 Par exemple le musée Tokutomi Sohôkan 徳富蘇峰館, fondé en 1999 à côté du musée dédié à Mishima Yukio à (...)

10Si actuellement, au Japon, il existe un renouveau de l’intérêt pour la vie de Tokutomi Sohô, et cela même au-delà de sa région natale, au point de lui consacrer entre autres des mémoriaux et des musées8, il s’agit là d’un intérêt somme toute récent, que l’on peut notamment attribuer à la levée des tabous concernant la période noire du Japon et les auteurs qui l’ont glorifiée. Il y a quelques décennies encore, les réticences à cet égard dans les milieux académiques étaient fortes, surtout parmi les historiens marxistes de l’immédiat après-guerre. Se pencher sur Tokutomi Sohô, chantre de l’idéologie fasciste des années trente jusqu’à la fin de la guerre et condamné en tant que criminel de guerre de classe A par les Américains aurait été perçu comme une marque d’intérêt pour cette idéologie et de ce fait tout travail académique aurait été soupçonné d’être tendancieux.

11Avec davantage de recul, il paraît maintenant plus opportun de se pencher sur la période de l’avant-guerre et de la seconde guerre mondiale, et dans ce cadre, la trajectoire d’un personnage qui reflète dans sa propre histoire personnelle l’histoire de tout un pays et qui permet de retracer, à travers le destin d’une seule vie, les orientations du Japon entre le début des années 1870 et le milieu des années 1950, est du plus grand intérêt pour un historien. On peut notamment se poser la question de savoir comment ce jeune libéral, influencé par le christianisme, qui admirait la pensée occidentale et prônait la démocratie, en est arrivé à transformer ses idées d’une manière aussi radicale, tout comme on peut s’interroger sur la dérive militariste et expansionniste du Japon.

12L’autobiographie de Tokutomi Sohô, Sohô jiden 蘇峰自伝, parue en 1935, fournit de riches enseignements sur sa psychologie et la logique de sa démarche politique. Elle se présente sous forme d’un ouvrage de sept cent vingt-six pages dans lequel Tokutomi commente la situation politique du moment, fait resurgir des anecdotes et transporte le lecteur dans l’exploration de son identité en suivant une trajectoire chronologique parfois très personnelle.

13Le texte autobiographique de Sohô permet de comprendre les idées du jeune Tokutomi Sohô et la manière dont il justifie, à travers son regard sur soi et sur son passé, l’évolution de sa pensée démocratique (heiminshugi 平民主義 ou « roturiérisme ») vers la doctrine ultra-nationaliste et pan-asianiste. Quoique l’intérêt principal du présent ouvrage soit centré sur ses activités en tant que journaliste et éditeur de presse durant la période qui se recoupe avec celle décrite dans les mémoires de Fukuchi Ôchi et Suehiro Tetchô, nous espérons également, à travers l’étude de la vie de Tokutomi entre sa naissance en 1863 et le début de la guerre sino-japonaise en 1894, donner un éclairage pertinent sur la modernisation du Japon jusqu’à son tournant vers l’impérialisme et l’expansionnisme.

14Si la carrière de Fukuchi Ôchi et Suehiro Tetchô, qui font partie de la génération des pionniers dans le monde de la presse et de la politique, s’achève avec la guerre sino-japonaise, celle de Tokutomi, qui n’a que trente et un ans en 1894, n’en est encore qu’à ses débuts. Son activité éditoriale se poursuivra jusqu’à peu de temps avant sa mort en 1957 et sera particulièrement prolifique pendant la seconde guerre mondiale. Très différente de la période présentée cet ouvrage, la période postérieure de la vie de Tokutomi Sohô mérite assurément d’être étudiée dans le cadre d’une recherche plus vaste et plus complète sur sa vie et son œuvre.

Notes

4 Éditorial publié le 16 mars 1885 dans le quotidien Jiji shinpô 時事新報 dirigé par Fukuzawa Yukichi 福沢諭吉 (1834-1901). L’idée maîtresse de cet essai est que le Japon n’a pas le temps d’attendre, pour concourir au développement de l’Asie, que ses voisins atteignent les lumières, et que des efforts doivent être faits afin de se ranger aux côtés des puissances occidentales. Ainsi écrit-il : « Ceux qui fréquentent de mauvais amis ne peuvent éviter d’avoir comme eux une mauvaise réputation. De tout cœur, nous devons rejeter les mauvais amis que sont les pays d’Asie orientale ».

5 D’après un autre éditorial de Fukuzawa Yukichi paru dans Jiji shinpô le 29 juillet 1894, à la veille de la guerre sino-japonaise : « La guerre contre la Chine, ce n’est pas une guerre d’hommes contre des hommes, de pays contre des pays, mais une guerre de la civilisation contre la barbarie ».

6 Dans la tradition bouddhique, koji désigne un pratiquant laïc et, dans la culture chinoise, ce terme était appliqué à un lettré qui avait atteint un haut degré de culture et de morale, mais ne devenait pas fonctionnaire.

7 Une version de Kioku no mama a été publiée en 1900 sous le titre Seijishôsetsu ochiba no hakiyose Tetchô koji shinbundan 政治小説落葉のはきよせ-鉄腸居士新聞談 (publié par Aoki sûzandô 青木嵩山堂, Tôkyô, Ôsaka). Quant à la symbolique du chiffre dix-sept, une hypothèse possible serait d’interpréter ce chiffre comme une combinaison du huit et du neuf, association du ying et du yang, symboles de l’harmonie de l’univers. Il a par exemple été utilisé dans la « Constitution en dix-sept articles » jûshichijô no kenpô, 十七条の憲法, du régent Shôtoku Taishi 聖徳太子 (574-622), proclamée en 604, ou dans le premier texte de lois régissant les guerriers, Goseibaishikimoku 御成敗式目, qui comprend 51 articles (soit 17x3) proclamé en 1232. Dix-sept est aussi le nombre de syllabes que comporte un haïku.

8 Par exemple le musée Tokutomi Sohôkan 徳富蘇峰館, fondé en 1999 à côté du musée dédié à Mishima Yukio à Yamanakako, dans le département de Yamanashi, ou le mémorial Tokutomi Sohô kinenkan 徳富蘇峰記念館 à Kumamoto.

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search