Version classiqueVersion mobile

Du sabre à la plume

 | 
Fukuchi Ôchi
, 
Suehiro Tetchô
, 
Tokutomi Sohô

Introduction

Texte intégral

  • 1 Tokutomi Sohô, Sandai jinbutsushi 三代人物史 « Histoire de personnalités de trois générations », Yomiur (...)

La presse d’aujourd’hui, c’est l’histoire de demain.
La presse d’hier, c’est l’histoire d’aujourd’hui1
Tokutomi Sohô

1S’il est vrai que les articles de journaux constituent une source précieuse pour les recherches historiques, il est sans doute plus rare que l’on s’intéresse à des récits autobiographiques de journalistes. Sans doute cela vient-il du fait que de tels récits ne sont pas courants et la raison de cette absence, si l’on en croit Tokutomi Sohô, est que les articles écrits par des journalistes sont en général plus captivants que leur propre vie. Dans l’introduction de ses mémoires, Sohô jiden, il affirme en effet que « ce qui est attirant dans les récits autobiographiques, c’est l’“homme d’action”, mais un journaliste est plutôt celui qui décrit, celui qui analyse et celui qui juge, précisément, les “hommes d’action”. Un journaliste a pour fonction d’observer des choses intéressantes, mais il n’a ni le talent ni la vocation de se mettre en scène lui-même de manière intéressante ».

2Les grands journalistes du Japon de la deuxième moitié du xixe siècle n’ont que peu de points communs avec leurs confrères d’aujourd’hui. Ils en possèdent davantage avec leurs contemporains européens et il n’est sans doute pas faux de supposer que leur renommée pouvait se comparer à celle d’un Émile Zola (1840-1902) ou d’un Gaston Leroux (1868-1927) en leur temps. Comme leurs confrères européens, Fukuchi Ôchi, Suehiro Tetchô et Tokutomi Sohô se sont lancés dans l’aventure de la presse à une époque où le journalisme n’était pas encore devenu principalement un métier d’information, mais était encore un métier de diffusion des idées. Pour eux, l’art d’écrire était le critère fondamental de la réussite et ils se définissaient volontiers comme des « journalistes écrivains », des « grands reporters littéraires » ou des polémistes, en même temps que la plupart d’entre eux cumulaient diverses fonctions – orateurs, écrivains, journalistes ou dirigeants politiques, mais aussi enseignants, traducteurs, députés ou présidents d’université.

  • 2 Kisha 記者, littéralement « celui qui note », est un terme encore utilisé de nos jours. Genronjin 言論 (...)
  • 3 Ce qui est devenu dès cette époque la maxime pen wa ken yori tsuyoshi (ペンは剣よりも強し « la plume est pl (...)

3Parmi les traits caractéristiques de ces journalistes du début de l’ère Meiji (1868-1912), que l’on désignait par les termes kisha ou genronjin2, notons qu’ils étaient tous nés dans l’ancienne classe guerrière, qu’ils possédaient de ce fait un niveau d’éducation élevé, qu’ils avaient pour certains étudié en Occident, et qu’ils constituaient l’élite de l’intelligentsia de l’époque. Ils pouvaient ainsi cumuler divers postes, car les diverses activités qui étaient à leur portée n’étaient pas séparées par des frontières délimitées. Pour ces meneurs d’opinion, le journal était une tribune efficace et un moyen de communication dont le but n’était autre que celui d’être un support – à la pointe du progrès – propre à publier leurs écrits et faire connaître leurs idées. C’est ainsi que, surtout suite à la répression sanglante des révoltes guerrières qui s’achève en 1877, cette génération prend conscience que « la plume est plus forte que le sabre »3.

4S’agissant d’acteurs de leur temps et pionniers d’un genre qu’ils ont contribué à développer, la vie de ces journalistes d’exception est aussi remarquable que leurs actions et leurs écrits, et c’est aussi la raison pour laquelle leurs récits autobiographiques constituent un témoignage rarissime pour un historien, en tant que source originale encore inédite en langue occidentale. À l’inverse de ce que prétend Tokutomi Sohô, les mémoires que nous livrent les trois publicistes présentés ici paraissent non seulement agréables à lire, mais constituent une source de renseignements d’une valeur inestimable tant sur la vie des intellectuels que sur l’histoire de la société japonaise de la deuxième moitié du xixe siècle.

5La volonté de présenter ces récits de la manière la plus complète possible, d’une part, ainsi que le souhait de mettre en lumière certains aspects particulièrement pertinents qui y sont abordés d’autre part, nous ont amenée à diviser l’ouvrage en deux parties distinctes. Dans la première partie, les ressources textuelles sont commentées et mises en perspective avec le contexte historique et idéologique. Dans la seconde partie, les trois textes originaux sont présentés sous forme de traduction intégrale annotée, selon l’ordre chronologique des auteurs.

6La traduction des récits autobiographiques est présentée de manière à ce que le lecteur puisse accéder directement aux textes originaux sans forcément recourir aux commentaires de la première partie, les notes de bas de page permettant de situer les événements et les personnages principaux.

7À travers les commentaires sur ces récits personnels, qui témoignent tous d’une vie de journaliste engagé, et en procédant à la juxtaposition et au croisement de ces destins parallèles, l’objectif est de clarifier certains points encore peu connus du contexte politique, social et culturel de cette période décisive dans l’évolution de la société japonaise. Les trois récits autobiographiques constituent ainsi un ensemble très contrasté, riche et original permettant d’analyser à partir d’un angle inédit les mutations politiques et idéologiques du Japon de la deuxième moitié du xixe siècle.

8Si l’on considère les périodes qui sont décrites dans les trois textes, on note un léger décalage dont il faut tenir compte lors de l’analyse. Le texte de Fukuchi Ôchi débute avec ses années d’apprentissage, vers l’âge de quatorze ou quinze ans, et recouvre environ les années 1855 à 1887. Celui de Suehiro Tetchô s’ouvre sur son arrivée à Tôkyô et ses débuts dans le journalisme à l’âge de vingt-six ans, et porte sur les années 1875 à 1894. Dans le cas de Tokutomi Sohô, dont les mémoires commencent avec l’histoire de ses ancêtres et de sa propre naissance, nous avons volontairement limité notre choix à trois chapitres centraux du Sohô jiden (蘇峰自伝 « Mémoires de Sohô »), qui recouvrent les années 1884 à 1894, ce qui correspond au moment où Tokutomi, âgé de vingt et un ans, commence à se faire connaître en tant qu’écrivain et journaliste. On constate donc que les trois textes se complètent, et parfois se recoupent, de manière à présenter un portrait assez pertinent du Japon entre le milieu des années 1850 et le milieu des années 1890.

9De toute évidence, il s’agit là de trois témoignages exceptionnels, écrits avec une franchise inhabituelle dans un Japon qui ne tolérait guère les critiques, et où la censure réprimait sévèrement les journalistes d’opposition. Mais sous le masque de ces autoportraits, dissimulés derrière la plume presque confidentielle de ces narrations, les liens entre presse, pouvoir et politique sont dévoilés et dénoncés sans équivoque.

Notes

1 Tokutomi Sohô, Sandai jinbutsushi 三代人物史 « Histoire de personnalités de trois générations », Yomiuri shinbunsha, 1971, p. 9.

2 Kisha 記者, littéralement « celui qui note », est un terme encore utilisé de nos jours. Genronjin 言論人 « celui qui discute et donne son opinion » est un terme désuet, mais genron garde toujours le sens d’« opinion » et plus largement celui d’« expression », particulièrement dans le contexte genron no jiyû, 言論の自由 « liberté d’expression ». Le terme actuel de jânarisuto ジャー ナリスト est bien plus récent.

3 Ce qui est devenu dès cette époque la maxime pen wa ken yori tsuyoshi (ペンは剣よりも強し « la plume est plus forte que le sabre ») est la traduction d’une réplique qui apparaît dans la pièce de théâtre Richelieu ; or, The Conspiracy (1839) de l’écrivain et dramaturge anglais Edward Bulwer-Litton : « The pen is mightier than the sword ».

© Presses universitaires de Strasbourg, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search